Revenir en haut
Aller en bas


 

- [Terminé] Mio Caro Augusto ft. Augusto & Azkadelio -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Azkadelio MelchiorreLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Sadja, Tim
Faceclaim : Ricardo Baldin + ©Sadja
Messages : 335 - Points : 270

Âge : 32 ans
Métier : Horloger-bijoutier
Sujet: [Terminé] Mio Caro Augusto ft. Augusto & Azkadelio ( le Jeu 26 Juil 2018 - 16:48 )

moi caro augusto


Suite à une conversation, il y a quelques jours avec Augusto, il a été convenu que nous devions passer une soirée ensemble, juste lui et moi. Il avait fait preuve de gentillesse et s'était montré très tendre et démonstratif de part ses messages.

Cela n'allait pas sans me ravir grandement. Toutefois, connaissant Gus, cela ne devait être qu'une passade, un coup de mou qui, poussé par la fatigue, a donné ce résultat. J'aimais quand il se laissait porter par le jeu du chat et de la souris. On se cherche, on se titille, dans l'impatience de pouvoir se voir l'un comme l'autre. De plus, il avait déclaré être en manque de moi, ce qui m'avait fait monter le rouge aux joues.

C'en suivit du rendez-vous au cinéma le soir même, organisée par Augusto. Quelque chose semble avoir changé en lui. Il n'était pas aussi entreprenant auparavant et j'ai l'impression que cela cache quelques chose en particulier. Je ne sais pas exactement quoi, mais j'ai bien pour objectif de le découvrir. Notamment ce soir, où, comme prévu nous sommes ensembles.

L'eau se coupe dans un dernier ruissellement de gouttes sur le receveur en galets de la douche italienne. Mon appartement n'est pas immense, et l'odeur du repas que nous prépare Augusto se glisse sous la porte pour venir chatouiller mes narines.

Mon bras sort de la cabine pour se quérir d'une serviette et pouvoir essuyer mon corps et mes boucles qui, ayant repoussées un peu, tombent élégamment devant mes yeux. Je me mets à sourire en pensant à l'homme qui se trouve non loin derrière cette porte close, pointilleux quant au dosage de sa préparation.

J'enfile un caleçon et le rejoins dans la cuisine. Ma peau encore chaude de nos ébats et humides de la douche entre en contact avec la sienne. Le voir cuisiner vêtu d'un simple caleçon sous son tablier me fait penser à la conversation SMS que nous avions eu. "Ciao mio Franco Noriega..." Mes lèvres viennent se délecter de la peau tendre de son cou, tandis que mes bras enserrent son corps jusqu'à laisser glisser l'une de mes mains entre ses cuisses vers le fruit défendu auquel j'avais goûté il y a quelques minutes à peine. "J'aime te voir tout à moi comme ça..."

Je souris, pressant d'avantage mon torse contre son dos musclé. Je le voulais tout à moi, et il l'est à cet instant précis. Je ne veux pas que quelque chose vienne troubler la sensation de bien-être qui me parcourt alors que je viens l'embêter.

Une fois l'objet de mes désirs éveillé, je retire ma main par amusement, stoppant mes caresses sans pour autant que mes dents relâchent son cou tendre et légèrement rougi par mes baisers langoureux.
Revenir en haut Aller en bas
Augusto Rinaldi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1700-comment-vivre-quand-une http://www.ciao-vecchio.com/t1709-tous-ces-moments-se-perdront-dans-loubli-comme-des-larmes-dans-la-pluie-gus
ID : sweety / nath
Faceclaim : Jon Kortajarena © tearsflight (vava) © frimelda (sign)
Multi-comptes : Safiya Rahotep & Luna Primavera
Messages : 2852 - Points : 6056

Âge : 31 ans né le 17/09/1987
Métier : Restaurateur. Il a repris l'affaire familliale.
Sujet: Re: [Terminé] Mio Caro Augusto ft. Augusto & Azkadelio ( le Sam 28 Juil 2018 - 18:46 )
Douce et exquise ivresse.feat Azkadelio
Il y a eu cet échange de sms ou Gus c’est laissé porter sans se prendre la tête.
Il en avait éprouvé le besoin, l’envie.
L’envie de voir Az.
Le besoin de le réconforter.

Être l’ami sur lequel il pouvait compter. Etre l’amant auquel il aimait gouter. Peut être que sa discussion avec  Isaiah avait, sans même que le restaurateur sans rende compte, brisée une barrière. Débloquée cette part de lui mis sur la touche depuis la mort de son jumeau.

Gus avait aimé gâter son ami de petits plats. Et de petits mots.
En retour les sourires et les baisers d’Az l’avaient émoustillé.
Il lui avait offert sa présence tout en s’abreuvant de la sienne. Des instants doux. Avant cette soirée plus intime. Un moyen de profiter d’avantage. De voir peut être une lueur dans le ciel souvent sombre du restaurateur.
Il veut juste croquer dans ce que son ami lui offre, mais il ne veut plus le faire souffrir.

Alors Gus prend soin de lui. D’abord il y a eu cette joute sensuelle et savoureuse.
Joute qui caresse encore la chair du restaurateur.
Alors que son amant prend sa la douche. Il c’est mis derrière les fourneaux. Il est reste en boxer et à enfiler son tablier par-dessus. Il s’applique dans ce qu’il prépare voulant titiller les sens d’Az. Il sifflote un air italien tout en remuant ses plats.
En entrée il a prévu un tiramisu de tomates et mozzarella accompagné de roquette et de petites madeleines salées.
En plat de résistance un risotto aux champignons et aux noisettes torréfiées avec une tranche de foie gras poêlé.
Et puis pour finir une panna cotta au citron vert et aux fraises fraiches avec un biscuit à la noix de coco.

Il espère que le menu plaira à son ami.
En tout cas il le prépare avec amour.

Gus remue la crème de la pana cotta quand il sent Az se coller contre lui. Le contraste de la température de leur peau le fait frissonner. Il sourit à sa taquinerie. Mais ne répond rien, très occupé à ne pas louper son dessert. Il sent d’abord la bouche de son amant frôler sa peau avant que ses bras l’enlacent.
« Tu me sembles affamé beau gosse. » Le restaurateur se laisse griser quand l’horloger se fait plus coquin. Il se mort un peu la lèvre.
« J’avoue que c’est très plaisant. » Il est sincère. Prenant conscient combien ce contact l’électrise.

Az resserre son étreinte. Gus fait glisser une de ses mains sur le bras de son ami. La caresse part du haut du bras et descend vers le poignet, évitant la main qui titille son intimité. Ce qui ne manque pas de faire à nouveau naitre le désir.
Le restaurateur avale difficilement sa salive, son ami le trouble avec plus de force que d’habitude.
Ou bien c’est lu qui se laisse vraiment emporter par les émotions qu’Az éveille.

Et bien entendu celui-ci joue de ce désir qui se fait plus franc en abandonnant la virilité du restaurateur qui se faisait gourmande.
« Vilain cela te plait de me frustrer. »  Mais il n’oublie pas de laisser ses traces contre le haut de son dos.
« Heureusement que le repas est bientôt prêt sinon je vais finir par perdre un morceau de mon dos. » Il a finit les pana cotta.
Puis  il se retourne et enlace à son tour Az.
« Tu sens terriblement bon. La solitude durant ta douche n’a pas été trop dure à supporter ?? » Il le questionne car vu son comportement c'est à croire.
Il lui fait un clin d’œil et vient à son tour frôler la virilité de son ami. Jouant avec habileté à la réveiller. Gus vient doucement retrouver les lèvres de son ami. Savourant un nouveau baiser.
Se laissant encore une fois troubler par des sensations maintenues prisonnières depuis bien trop longtemps.





L'Amour

Une réponse à la douleur.


Dernière édition par Augusto Rinaldi le Ven 24 Aoû 2018 - 19:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Azkadelio MelchiorreLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Sadja, Tim
Faceclaim : Ricardo Baldin + ©Sadja
Messages : 335 - Points : 270

Âge : 32 ans
Métier : Horloger-bijoutier
Sujet: Re: [Terminé] Mio Caro Augusto ft. Augusto & Azkadelio ( le Mer 8 Aoû 2018 - 9:55 )
« Je profite que pour une fois tu ne puisses être qu’à moi pour pouvoir te dévorer... » Je ressers mon torse davantage contre son dos. Sa peau réagit en frissonnant. C’est plaisant de voir l’effet que je lui procure. Alors je poursuis de l’électricité qu’il y a dans son corps à cet instant précis pour venir me saisir du fruit défendu. « Ah oui tu aimes ? Je ne m’en serais pas rendu compte... » Je ris légèrement pour me moquer un peu du cuisinier.

Son bras glisse, tel un serpent sur sa branche, sur le mien, me laissant goûter avec plaisir à l’électricité qui anime Augusto. Sans que je puisse vraiment le contrôler, ce contact me pousse à resserrer un peu plus ma main qui le tien prisonnier. Mes lèvres viennent suçoter le creux de son cou et le bout de ma langue remonte en zigzagant jusqu’à son oreille que mes dents viennent prendre en otage au niveau de son lobe. Le feu d’Augusto vient peu à peu en moi alors je relâche tout, amusé par la frustration qu’il va subir dans quelques secondes.

« Tu n’as pas idée... » Je me mords la lèvre en observant son dos musclé qui à mes yeux est terriblement sexy. Je ne peux résister à l’envie d’embrasser cette partie avec envie, la mordillant légèrement. « Et ça serait embêtant ? » Ces mots sortent avec une innocence volontaire, qui s’accompagne d’un large sourire tendre. Nul doute qu’il est l’homme qui fait battre mon coeur, je pourrais me damner pour lui. Et d’autant plus quand je le vois face à moi, ses pupilles plongées dans les miennes tandis que ses mains m’attirent contre lui. « Je ne serais jamais seule, tant que j’aurais mes deux mains, j’aurais toujours quelqu’un pour me tenir compagnie... » Je ris ouvertement sans gêne avec mon meilleur ami et amant.

Le main d’Augusto vient à son tour me chatouiller et je ne tarde pas à réagir un peu. « Tu n’as pas un plat à... » Je suis coupé par les lèvres d’Augusto qui viennent lentement se poser sur les miennes. Je me tais alors et me laisse aller dans ses bras. Mes yeux se ferment et mes lèvres caressent avec tendresse les siennes avant d’avancer ce baiser à un échange plus passionné, romantique et amoureux. Je pourrais l’embrasser de manière amoureuse toute ma vie, et c’est ce que je compte bien faire. Même si cela signifie ne jamais être en couple, je sais qu’au moins j’aurais ces instants avec lui. Jusqu’à ce qu’il trouve quelqu’un et qu’il me délaisse une bonne fois pour toutes. Comme il l’a fait avec Isaiah…

A cette pensée, je romps lentement le baiser et pose mon front contre le sien, gardant toujours les yeux clos, comme si j’avais peur qu’en les ouvrant, ce soit le visage d’un autre qui apparaissent. Je déglutis difficilement en éloignant mon corps du sien et me décide à ouvrir les yeux. Je lui sourit tendrement. « Je commence à avoir très faim, c’est bientôt prêt ? » Je plonge dans mes placards afin de nous dresser une table convenable puis je me dirige dans ma chambre en quête de vêtements à me mettre.
Revenir en haut Aller en bas
Augusto Rinaldi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1700-comment-vivre-quand-une http://www.ciao-vecchio.com/t1709-tous-ces-moments-se-perdront-dans-loubli-comme-des-larmes-dans-la-pluie-gus
ID : sweety / nath
Faceclaim : Jon Kortajarena © tearsflight (vava) © frimelda (sign)
Multi-comptes : Safiya Rahotep & Luna Primavera
Messages : 2852 - Points : 6056

Âge : 31 ans né le 17/09/1987
Métier : Restaurateur. Il a repris l'affaire familliale.
Sujet: Re: [Terminé] Mio Caro Augusto ft. Augusto & Azkadelio ( le Mer 15 Aoû 2018 - 18:52 )
Douce et exquise ivresse.feat Azkadelio
« Vas y profites et abuses même. Je ne compte pas te priver de ce plaisir. » Gus se laisse faire, troublé par ce contact, qui pourtant est loin d’être étranger.
Mais il a la sensation que ces touchers ont une nouvelle saveur, plus enivrante, plus exquise. Et ces nouvelles sensations le séduisent.
Et même l’électrisent surtout quand Az vient titiller des parties de son corps bien plus sensible à la caresse.
« Dommage, tant pis cela sera pour une prochaine fois alors. » Il sourit en disant ses mots tout en jouant lui aussi sur la chair de son amant.
Lié et entre lié.
Ce qui rend le désir plus incendiaire. Qui est vite mis à mal par l’abandon. Gus soupire de cette frustration. Mais l’étreinte reste et même les dents d’Az viennent ajouter leur touche de sensualité ou alors de possession.

Gus va finir dévorer à cette allure. Servir de petit déjeuner ne lui déplait pas. Mais il serait en effet embêtant de finir avec un bout en moins.
« Oui embêtant pour moi en tout cas. Et puis pour toi aussi. Tu crois que tu aurais toujours autant envie de moins avec des morceaux en moins. »
La taquinerie se met en place. Le restaurateur se sent léger, heureux de cette parenthèse charnelle ou son cœur bat plus que d’habitude, comme si une de ses chaines c’était brisée, sans qu’il en est la raison.
Mais il n’a pas envie de savoir.
Juste de profiter de ce bonheur, sans se poser de question.
Sans se dire que c’est peut être éphémère.

Du moins de son côté car il est conscient de ce qu’éprouve Az pour lui. Il vient se saisir du corps de son ami, l’attirant vers lui.
« Ah je vois. Mais je suis certain que tu préfères quand se sont les miennes qui viennent jouer avec ta peau. » Et il joint ses gestes à ses mots. Cherchant à troubler son amant.

Les lèvres de Gus s’emparent alors des lèvres d’Az. Doucement avant que le baiser se fasse plus gourmand. Et il s’y abandonne sans retenue.
Laissant ses sens se griser sous cette étreinte qui le fait frissonner.
A cet instant il oublierait bien le petit déjeuner qu’il a préparé avec amour. Et il se concentrerait sur ce corps qu’il tient entre ses mains et qui vibre sous ses caresses et ses baisers.
Il se laisse porter. Il sait que de se laisser couler d’avantage lui fait peur.
Mais là c’est délicieux et l’avenir pourrait être fait que de moments semblables s’il était moins borné et moins bouffé par sa rage et sa peine.
Puis l’étreinte se fait moins charnelle même si leurs regards portent les traces du désir et de l’envie.
Il suffirait d’un mot de Gus pour que ces sensations deviennent éternelles.

Mais Az ramène Gus à la réalité. Le trouble les enveloppe. Touchant et perturbant.
« Je croyais que c’est moi que tu voulais manger. » Il laisse juste ses lèvres marquer son cou d’une douce morsure.
« Mais oui c’est prêt. C’était déjà prêt ou presque quand tu es venu jouer le vorace contre mon épaule. »
Le restaurateur laisse s’échapper son amant pour qu’il prépare la table. Lui s’occupe à sortir les entrés et il les installe sur la table.
« Tu vas où petit cœur ? » Il se doute qu’il file dans la chambre.
« Tu pouvais rester ainsi, plus facile comme tenue pour ta taquiner. Sinon ne t’habilles pas trop parce que tu ne le resteras pas longtemps. » Gus a envie de se laisser bercer encore dans une joute charnelle.
Il a envie de frôler la chair d’Az. De le voir frissonner. De le sentir excité sous ses doigts. Envie de le faire couler et de couler avec lui.
Cette envie le prend même aux tripes.
Puis Az revient. « Pas mal comme ça. Est-ce qu’il faut que j’aille me changer aussi. Ou tu ne veux en cuisinier sexy pour continuer à mater ? » Il tire la chaise de son ami.
« Si monsieur veut bien se donner la peine. » Il est heureux et cela se voit dans ses yeux qui sont moins sombres. Et il y a longtemps que cela ne lui est pas arrivé.
« J’espère que le menu te plaira. » Et ils attaquent l’entré.



L'Amour

Une réponse à la douleur.


Dernière édition par Augusto Rinaldi le Ven 24 Aoû 2018 - 19:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Azkadelio MelchiorreLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Sadja, Tim
Faceclaim : Ricardo Baldin + ©Sadja
Messages : 335 - Points : 270

Âge : 32 ans
Métier : Horloger-bijoutier
Sujet: Re: [Terminé] Mio Caro Augusto ft. Augusto & Azkadelio ( le Mar 21 Aoû 2018 - 17:00 )
"Tu as plutôt intérêt ! Je le prendrais de force de toutes façon, donc je m'en fous." Je souris tout en poursuivant le contact charnel avec l'homme ténébreux. "Seulement si je le décide Monsieur Rinaldi." Sa main sur mon intimité me fait lâcher un soupire de désir au creux de son cou hâlé. Chaque cellule de mon corps bout à ce contact de la peau de l'être tant aimé sur la mienne. Rien n'aurait pu me dégoûter de lui. Pas à ce moment précis. Je désire simplement me perdre dans ses bras pour le restant de ma vie, jusqu'à ce que les Dieux désignent une fortune qui nous sépare. Je le veux mien, mais malgré les moments que nous partageons, je le sens filer lentement entre mes doigts et cela me frustre. Je reste impuissant face à la distance qu'Augusto essaie de garder entre nous, tout en jouissant de moments plus intimes. Il joue avec mon coeur déjà bien abîmé, j'espère simplement qu'il ne le brisera pas une bonne fois pour toutes.

En attendant, je préfère me jouer de lui et lui refuser de lui procurer une nouvelle fois du plaisir ce soir. Je relâche l'emprise que j'avais sur lui, pour la remplacer pas une morsure tendre et posséssive, montrant à tous qu'Augusto Rinaldi est la propriété de cette morsure, ma morsure, moi, Azkadelio Melchiorre. L'homme qui l'aime un peu trop. En vain.

Le brun se dégage de mon étreinte pour se tourner face à moi et plonger au coeur de mes iris tout en m'enroulant dans ses bras forts et chauds. "Même lorsque tu seras tout vieux et flétri sur ton lit de mort et que les infirmières viendront essuyer la bave qui sortira de ta bouché édentée, je serais là." Cette affirmation dite sur le ton de la plaisanterie sonne plus comme une déclaration qu'à une taquinerie. Je fais comme si de rien n'était. C'est alors que le brun m'attire à lui tel un aimant. "Ca peut aller, mais rien n'égalera celles de ma première fois..." Je le dis d'un ton clair et sincère, juste pour montrer à Augusto que je ne lui suis pas nécessairement acquis.

Mais ses lèvres plongent sur les miennes et je me laisse faire. Répondant à son baiser amoureusement, je ne peux m'empêcher de fondre sur ses lèvres sucrées et douces. Je sens peu à peu son envie grandir de plus en plus dans les yeux du brun alors que nos lèvres sont sellées les unes aux autres. J'ai toujours ce sentiment de sérénitude lorsque je suis avec lui, que je vois un sourire espiègle s'esquisser petit à petit au coin de ses lèvres. J'étais amoureux depuis des années, je ne peux le nier malgré mes efforts pour le lui cacher. Mal cela va s'en dire, puisqu'il le sait pertinemment. Ce qui, quand on y pense, et horrible de sa part, car l'on pourrait penser qu'il se joue de mes sentiments et de mon attachement envers lui.

Mes lèvres viennent marquer son cou avec appétit. "Pas pour le moment, je me suis rassasié il y a à peine une heure Babe...." Mes lèvres retournent contre les siennes pour un baiser chaste. Je me retire de l'étreinte pour préparer la table afin que nous soyons bien à notre aise pour le dîner. Je pars ensuite dans ma chambre sous le questionnement de Augusto. "Je vais chercher un pull." Je lui souris puis me rends dans la seule autre pièce hormis le salon-cuisine et la salle de bain. Là, j'enfile mon jean avant d'enfiler le pull de Gus, m'enivrant de son odeur.

Je retourne ensuite vers le cuisinier, vêtu de son pull gris. "T'as vu ? Je trouve que cela me scie bien." Je souris en revenant me blottir contre lui. "J'aime bien te mater Gus. T'es mon objet à moi..." J'embrasse sa joue tendrement. Puis nous allons vers la table où il me tire la chaise. "Quel homme !" Je souris tout en prenant place. Ses yeux semblent pétiller en me regardant. "Moins que cette soirée passée avec toi Augusto..." Nous commençons à manger l'entrée qu'il a préparé en silence, mes yeux le dévorant plus que le plat.
Revenir en haut Aller en bas
Augusto Rinaldi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1700-comment-vivre-quand-une http://www.ciao-vecchio.com/t1709-tous-ces-moments-se-perdront-dans-loubli-comme-des-larmes-dans-la-pluie-gus
ID : sweety / nath
Faceclaim : Jon Kortajarena © tearsflight (vava) © frimelda (sign)
Multi-comptes : Safiya Rahotep & Luna Primavera
Messages : 2852 - Points : 6056

Âge : 31 ans né le 17/09/1987
Métier : Restaurateur. Il a repris l'affaire familliale.
Sujet: Re: [Terminé] Mio Caro Augusto ft. Augusto & Azkadelio ( le Mar 21 Aoû 2018 - 23:51 )
Douce et exquise ivresse.feat Azkadelio
« Sauvage vas. » Gus répond à son sourire et continue de profiter de l’échange.
Il se laisse charmer griser par cet instant qui lui semble hors du temps.
Il a souvent mis des barrières dans sa relation avec Az. Toujours par peur. Mais là il se laisse bercer par toutes les émotions qui le caressent. Il trouve cela exquis.
« D’accord monsieur Melchiorre. Je vous laisse décider. » Ils se taquinent comme des gamins qui n’auraient pas l’intention de rester sages.
A savoir qui va bruler l’autre en premier.
Même si d’une certaine façon c’est déjà fait. Parce que même si le restaurateur donne la sensation à son ami de ne pas être chambouler, c’est loin d’être la vérité. Le contact électrisant qu’il distille contre sa chair à cet instant il a envie d’en abuser et de ne plus s’en priver.
Faut juste que son cerveau et son cœur soient sur la même longueur et lâche enfin prise face à ce passé qui l’enchaine et le prive de moment divin.

Mais si Gus se préserve d’une certaine manière, Az en fait de même. Et sur le coup la frustration face à ce désir de nouveau naissant lui serre les tripes. Il en a le gout en bouche mais il ne pourra s’en délecter et cela le rend fou. Même s’il ne dit rien et reste bon joueur.
Cela lui pique le cœur d’une douleur lancinante, surement pas aussi pénible que celles que ressent Az quand Gus l’abandonne. Mais c’est comme une mise en garde face à l’avenir. Pourtant le beau gosse n’oublie pas de marquer le restaurateur en signe de propriété ce qui fait le fait sourire.
Au fond Gus aime cette idée de lui appartenir, faudrait juste qu’il est le courage de faire face à ses sentiments.
Mais il ne compte pas rendre les armes si facilement alors il fait face à son amant lui demandant s’il le trouvera aussi attirant avec un morceau en moins. Il est surpris par la réponse d’Az.
« C’est toujours bon à savoir. »
Même si le ton fait plutôt blague l’impact des mots est loin d’être innocent. Ils font plus penser à un électrochoc qu’à autre chose. Du coup Gus cherche à nouveau le contact. Et il reprend une claque en pleine figure à sa réponse. Là il reste silencieux comprenant bien le message que son amant lui fait passer.
Et cela lui fait bien plus de mal qu’il ne le voudrait.

Gus préfère se perdre dans un baiser pour oublier le gout d’amertume que les paroles d’Az entrainent. Il ne lui en veut pas, après tout il est comme une girouette avec lui. Il n’ose pas s’engager et pourtant c’est toujours vers lui qu’il revient quand tout va mal. Même quand tout va bien.
Az reste son point de repère, son point d’ancrage.
C’est juste qu’il aurait besoin d’un bon coup de pied au cul pour piger qu’il pourrait le perdre. L’étreinte est douce et apaisante. Gus se sent bien coller contre le corps d’Az. Il ne peut pas s’empêcher de le taquiner. Mais son ami semble rassasié.
« Okay. Plus tard peut être. » Encore un baiser et puis Az lui échappe pour aller mettre un pull.
Il le regarde s’éloigner mâtant sans gêne ses courbes.
Son petit cul sexy. Ses hanches. Le creux de ses reins.
Et puis son amant revient vêtu d’un jean et de son pull, cela le fait sourire.
« Oui il te va très bien même. »
Il sourit quand Az lui dit qu’il le préfère vêtu comme il est c'est-à-dire juste avec son boxer et son tablier.
« Profiteur vas. Et je sais que tu aimes bien me mâter. Alors je vais rester comme ça juste pour que tu puisses te délecter du spectacle durant tout le repas. Et tu comptes faire quoi de ton objet à toi. » Il lui fait un clin d’œil et reçoit un baiser.

Gus se montre galant autant sortir le grand jeu pour montrer à Az qu’il tient à ce que cet instant soit parfait. Puis il s’installe en face plongeant son regard dans le sien.
« Merci c’est adorable. »
Et ils commencent à manger. Le restaurateur sent le regard de son amant peser sur lui. Cela ne le dérange pas, et c’est loin de le laisser indifférent.
« Alors tu aimes. »
Il lui sourit tout en l’observant avec tendresse.
« Dis-moi. »
Gus ne sait pas trop comment demander. Il ne veut pas que son ami le prenne mal.
Mais sa date anniversaire arrive et avec elle pas mal de douleur.
« Cela te dirait si on partait quelques jours début septembre ou mi septembre .. juste tous les deux. »
Le restaurateur ne sait pas comme Az va prendre cette idée. Mais être loin de Naples à cette date serait plus facile pour Gus.
Et puis qui sait ce que cela pourrait déclencher vraiment chez Gus, de se retrouver seul avec Az loin de cette ville.




L'Amour

Une réponse à la douleur.


Dernière édition par Augusto Rinaldi le Ven 24 Aoû 2018 - 19:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Azkadelio MelchiorreLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Sadja, Tim
Faceclaim : Ricardo Baldin + ©Sadja
Messages : 335 - Points : 270

Âge : 32 ans
Métier : Horloger-bijoutier
Sujet: Re: [Terminé] Mio Caro Augusto ft. Augusto & Azkadelio ( le Jeu 23 Aoû 2018 - 10:13 )
Peut-être…” Mes lèvres esquissent un sourire narquois en leur coin. Un nouveau baiser. J’ai l’impression d’avoir enfin la vie dont je rêvais avec lui, mais je sais que ce rêve n’est qu'éphémère. Et la réalité reviendra au galop demain matin. Alors je vais savourer cette soirée, comme s’il s’agissait de la dernière.

Je retourne auprès de lui une fois vêtu de son pull. Cette vision semble lui plaire et à moi aussi. “Mieux qu’à toi, t’as vu ?” Je me rapproche de lui, de son corps si sexy tant il est bien sculpté et ses fesses moulées dans son boxer. “Je vais le mettre sous vitrine après l’avoir dépecé et empaillé pour l’avoir avec moi toute l’éternité.” J’éclate de rire avant de déposer un baiser sur sa joue. Puis je glisse mes lèvres au creux de son oreille. “Mais je t’aurais déjà dévoré avant.” Je replonge dans son coup pour dévorer sa peau de baiser alors que mes mains se saisissent de ses hanches pour les coller aux miennes, bloquant le cuisinier contre le mur. J’ai envie de lui, mais je devais me contenir. Je veux repousser ses limites au maximum, mais je ne sais pas si j’aurais les épaules assez larges pour lui résister.

La galanterie du cuisinier se réveille pour me porter de petites attentions. Ses yeux sont rivés sur moi ce qui me déstabilise un peu. Je me demande ce qui lui prend tout à coup de dévorer du regard de cette manière tout à coup. “Qu’est-ce que tu as ? Tu vas me demander un mariage ?” Je me moque un peu de lui même si je dois avouer que ce regard perçant me plaît beaucoup. J’aime être le centre de son attention. Je sais que c’est égoïste, mais je ne peux pas m’en empêcher. J’aime lorsqu’il est à mon entière disposition. “Quand tu dis cela, j’ai l’impression d’être une peluche. Donc si tu continues, je te plante !” Je ris légèrement tout en attaquant l’entrée. Je hausse les épaules brièvement tout en avalant une bouchée alors qu’il me demande comment je trouve cela. Voulant une réponse orale, j’avale ma bouchée pour combler sa volonté. “Ca peut aller ouais…” Je veux jouer un peu avec lui, voir jusqu’où peut aller l’attention qu’il me porte actuellement. Je le trouve changé tout à coup, et le faire marcher est la meilleure solution que je trouve pour essayer de voir ce qu’il se passe dans son esprit si complexe.

« Ca aurait été cool, mais du coup je ne peux pas prendre des jours si tardivement... » Ma main se pose sur la sienne alors que je le regarde d’un air désolé. Je me lève et le rejoins, m’installant sur ses genoux et passant mes bras autour de son cou. « J’ai vraiment envie d’un moment qu’entre toi et moi. Pour fêter l’anniversaire de ton dépucelage ! » Je ris légèrement, préférant rappeler à mon amant que c’est bientôt l’anniversaire de notre première fois, plutôt que son anniversaire. « Si tu veux, on pourra se faire une petite soirée rien que nous deux comme aujourd’hui. Mais là, j’ai plus une tune donc je ne vais pas pouvoir louper des heures... »

Revenir en haut Aller en bas
Augusto Rinaldi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1700-comment-vivre-quand-une http://www.ciao-vecchio.com/t1709-tous-ces-moments-se-perdront-dans-loubli-comme-des-larmes-dans-la-pluie-gus
ID : sweety / nath
Faceclaim : Jon Kortajarena © tearsflight (vava) © frimelda (sign)
Multi-comptes : Safiya Rahotep & Luna Primavera
Messages : 2852 - Points : 6056

Âge : 31 ans né le 17/09/1987
Métier : Restaurateur. Il a repris l'affaire familliale.
Sujet: Re: [Terminé] Mio Caro Augusto ft. Augusto & Azkadelio ( le Dim 26 Aoû 2018 - 19:27 )
Douce et exquise ivresse.feat Azkadelio
A croire que Gus découvre Az pour la première fois.
Ce qu’il ressent au fond des tripes face à cette complicité lui semble si puissant qu’il est chamboulé. La saveur de ses baisers, de ses caresses semblent presque nouvelle pour le restaurateur.
Et pourtant leurs corps se sont aimés tellement de fois.
Il y a toujours eu cette alchimie entre eux. Même si Gus ne fait que nier cette évident qui sur l’instant semble se dévoiler comme une évidence. Cela lui fait peur comme cela l’enivre.
Divin mélange d’interdit et de promesse qui le caresse comme un met exquis.
En tout cas il en redemande et reste réceptif à chaque mot et à chaque geste de son amant.

Gus est même d’avantage troublé quand Az revient avec son pull. Sentir son odeur sur la peau de son amant de cette façon est délicieuse. Il le trouve séduisant, craquant et ne dirait pas non à le dévorer encore et encore.
« Oui je crois que je vais te le laisser. Il te fait un torse de rêve. » Et son regard se fait plus pénétrant dans celui de son ami. De cet homme qui tient une place toute particulière au prés de lui.
Et qu’un mot pourrait lier à jamais à sa vie.
Ils se taquinent et le restaurateur imagine la scène en voyant ce que le résultat donnerait.
« Si tu me dévores tu ne pourras plus profiter de moi. Et si tu m’empailles je ne suis pas certain de te procurer le même plaisir que lorsque je suis vivant. »
Ils se provoquent de leurs baisers affamés. De leurs doigts impatients.
De leurs regards qui ne sont plus ceux des enfants sages qu’ils ont été par le passé.
Gus se sent enivré par cet échange.
Par ce qu’il éprouve vraiment. Par tout cet amour qu’il retient prisonnier par peur de souffrir. Par peur de ne pas être à la hauteur et de faire souffrir Az.
Même si son comportement le fait tout autant souffrir. Que s’il baissait le masque.
Ils sont au bord du gouffre et ils le savent. Résister risque de les faire tomber dans un abime plus profond. Et surement plus sensuel et torride.
En tout cas le restaurateur y prend gout.

Gus joue les hommes galants, il est conscient combien Az lui est précieux. Il ne le lâche pas du regard. Et son amant ne loupe pas cette faiblesse, qui pourrait devenir une force s’il s’y laissait glisser.
« Je suis juste troublé par tout ça. Par ce plaisir que je ressens et qui m’envahit d’avantage. Et je suis sur qu’une demande en mariage te ferait grimper au plafond petit cœur. » Il sourit à Az.
Peut être réalise t-il enfin ce qui coule de source entre eux depuis des années. Si son jumeau n’était pas mort seraient-ils en couple ? Peut-il vraiment le rendre heureux et lui apporter tout ce qu’il mérite ?
Gus ne sait pas.
Il sait juste qu’à cet instant son cœur bat la chamade et qu’il n’a jamais battu comme ça.
« Tu n’aimes pas les peluches. C’est doux et charmant comme toi. A part que toit tu préfères être sexy et sensuel ce qui n’a rien à voir avec une peluche. Et non ne me laisse pas cela serait dommage de foutre en l’air un moment pareil sur un coup de tête. Tu ne crois pas ? » Puis ils se mettent à manger.
Leur regard par moment se kidnappe. Gus est impatient de savoir comment Az trouve le plat.
« Ah bon ça peut aller. Okay je te laisse manger tranquille alors. » Il se doute qu’il le taquine.
Il doit chercher à le faire mariner pour après le faire maronner. Mais le repas commence juste et comme ils sont face à face, Gus compte aussi s’amuser. Du coup il lui fait du pied en tout innocence.

« Oui j’aurais du y penser. Je suis con. » Gus peut s’arranger avec ses parents pour la trattoria, et ainsi avoir des jours de repos facilement. Ce n’est pas la même chose pour Az.
Il laisse ses doigts se lier avec les doigts de la main qu’Az a posé sur la sienne. Il ne s’attend pas à ce qu’il se lève et vienne s’assoir sur ses cuisses, entourant son cou de ses bras. Il sourit à ses mots, trouvant l’attention charmante.
« Tu ne pourras pas me dépuceler encore une fois. » Il frôle les lèvres de son amant du bout de ses doigts.
« Je comprends c’est moi qui aurait du m’y prendre plus tôt. » Mais vu qu’il ne fête plus son anniversaire depuis la mort de son jumeau cela lui échappe.
Enfin parfois il marque le coup mais cela est loin d’une vraie fête d’anniversaire.
« Et tu sais que si tu as des difficultés financières je suis là. Et je parle sérieusement Az. Ne te mets pas dans la merde alors que je peux t’aider. Je suis peut être un con parfois et je ne vois pas plus loin que le bout de mon nez mais je suis là okay. » Gus entoure Az de ses bras et l’attire contre lui pour l’embrasser.
« Je tiens à toi tu le sais. » Quelques mots soufflés contre ses lèvres.
« On se fera une soirée anniversaire dépucelage alors. Hâte de voir ce que tu vas me faire. » Il sourit gardant son amant contre lui.
Profitant de son odeur et de sa chaleur. Profitant de l'instant présent.





L'Amour

Une réponse à la douleur.
Revenir en haut Aller en bas
Azkadelio MelchiorreLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Sadja, Tim
Faceclaim : Ricardo Baldin + ©Sadja
Messages : 335 - Points : 270

Âge : 32 ans
Métier : Horloger-bijoutier
Sujet: Re: [Terminé] Mio Caro Augusto ft. Augusto & Azkadelio ( le Mar 28 Aoû 2018 - 11:06 )
Les prunelles brunes du ténébreux me fixent avec insistance. “C’est mal me connaître de croire que j’ai envie de me marier.” Je lui souris gentiment, le destin de mes parents a été scellé à partir de leur demande en mariage. Je ne veux pas souffrir comme ma mère ou faire souffrir l’autre par mon absence éternelle. C’est pour cette raison que je ne me marierais jamais. “Mais ça me fait du bien de savoir que t’es content de passer un peu de temps avec moi.” Je réponds à son sourire alors que mes yeux se perdent dans les siens. “Je sais que tu aimes mon côté sensuel de toutes manières. Et puis je ne parlais pas de me barrer, mais de te planter avec mon couteau. Ce sera encore plus simple pour t’empailler ensuite.” Je ris un peu et commence à déguster mon plat. Nos regards se cherchent et jouent au chat et à la souris. Je décide de la taquiner gentiment lorsqu’il me demande comment je trouvais le repas. “Je plaisante ça va Gus… C’est bon, mais rien égalera le repas que tu as fait pour mes trente ans.” Je me mords la lèvre en sentant son pied glisser contre ma jambe. Cette caresse douce réveille en moi des pulsions animales qu’aucune religion n’aimerait me voir accomplir. Je tente de garder mon calme et je poursuis le repas, un sourire satisfait aux coins des lèvres.

Mais non, t’en veux pas. Ca me fait plaisir que tu proposes au moins.” Je lui souris alors qu’il vient serrer mes doigts des siens tendrement. Pris par une profonde envie de le toucher, d’être collé à lui, je me lève soudainement pour venir prendre place sur ses genoux. Mes lèvres viennent sensuellement au creux de son oreille pour y murmurer. “Ca ne me dérange pas d’essayer, pour des raisons purement scientifiques évidemment.” Un léger rire sort d’entre mes lèvres alors que les doigts du cuisinier viennent glisser dessus. Je ressers mes lèvres à ce contact, comme pour embrasser ses doigts. Cela m’embête vraiment de ne pas pouvoir être à sa disposition ce jour là. J’aimerais tant qu’il passe une bonne journée, même si je sais que cela ne sera pas possible malgré mes nombreuses initiatives.

Mais oui je sais tout ça Augusto, je sais que tu es bien là et moi aussi je suis là, en chair et en os. Je ne risque pas de partir de si tôt, rassure-toi.” Le brun semble avoir besoin d’être d’autant plus rassuré que moi visiblement. Il semble vouloir appuyer le fait qu’il est là, comme pour être sûr que moi aussi je serais là pour lui. “Et ne t’en fais pas pour l’argent, c’est mon problème et j’y remédierais comme tous les mois.” Je lui souris alors que ses bras musclés viennent me serrer davantage contre lui. Mes yeux plongent dans ses prunelles charbonneuses et mes mains glissent sur ses joues douces. Ses lèvres viennent s’aimanter aux miennes. Je suis un peu confus face à l’attitude nouvelle d’Augusto. Il est bien plus entreprenant qu’à son habitude. Et ce qui suit ne fait que me perdre davantage dans les événements que je vis actuellement.

Je tiens à toi aussi Augusto.” Je scelle de nouveau nos lèvres pour un dernier baiser amoureux. Cela semble être une toute nouvelle façon, celle d’Augusto tout du moins, de dire les mots dont je rêve depuis longtemps. Mais je n’ai pas envie de me faire de fausses idées, ni de profiter de sa phase de faiblesses qu’il traverse actuellement avec l’absence de son frère qui va revenir en force jusqu’à la date fatidique. Je romps notre baiser ainsi que notre étreinte en me levant puis je rejoins ma place sans un bruit avant de terminer mon assiette en silence. Je souris brièvement à sa remarque tout en frottant nerveusement mes cuisses. Je relève ensuite les yeux vers le brun et passe une main nerveuse dans mes cheveux. “Tu voudras qu’on s’y rende ?” Inutile de préciser où, il sait ce que je sous-entendais. Se rendre sur la tombe d’Amadeo.
Revenir en haut Aller en bas
Augusto Rinaldi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1700-comment-vivre-quand-une http://www.ciao-vecchio.com/t1709-tous-ces-moments-se-perdront-dans-loubli-comme-des-larmes-dans-la-pluie-gus
ID : sweety / nath
Faceclaim : Jon Kortajarena © tearsflight (vava) © frimelda (sign)
Multi-comptes : Safiya Rahotep & Luna Primavera
Messages : 2852 - Points : 6056

Âge : 31 ans né le 17/09/1987
Métier : Restaurateur. Il a repris l'affaire familliale.
Sujet: Re: [Terminé] Mio Caro Augusto ft. Augusto & Azkadelio ( le Ven 31 Aoû 2018 - 18:58 )
Douce et exquise ivresse.feat Azkadelio
Gus répond au sourire d’Az, il n’est pas spécialement surpris par sa réponse. Il est vrai que lui a une superbe vision du mariage ses parents s’aiment encore comme au premier jour. Mais il comprend son ami.
« Peut être que si tu trouves la bonne personne tu changeras d’avis. »
Il laisse son regard se faire plus pénétrant, heureux de partager ce moment et il ne s’en cache pas.
Ouvrant un peu plus son cœur que d’habitude.
Il veut aussi rassurer son amant. Même s’il n’est pas foutu d’avouer réellement ce qu’il éprouve encore trop bloqué par ses peurs. Chacun les siennes mais il en souffre de voir qui met souvent à mal Az. Ce n’est pas du tout ce qu’il souhaite.
« Me planter je vois. Du coup je dois rester prudent. Je devrais peut être aller mettre une côte de maille. » Il le taquine conscient qu’Az ne lui fera aucun mal. Enfin pas de cette façon.
Le seul mal qu’il pourrait vraiment lui faire c’est couper toute relation. Le restaurateur ne le supporterait pas. Il sait que cela lui pend au nez s’il continue à jouer au con. Ou alors il le verra s’envoler aux bras d’un autre. Pour le moment il est tout à lui et il compte bien le savourer de diverses manières. Sages comme moins sages.

En parlant d’anniversaire celle de Gus approche à grand pas et avec cette date un malaise qu’il a encore du mal à gérer. Du coup il lance une idée, mais cela est plus compliqué du côté d’Az. Il ne peut lui en vouloir, il s’y prend au dernier moment. Il se le reproche même, son ami le rassure. Ils se taquinent pour rendre l’instant un peu moins pesant. Gus s’en veut et il resserre l’étreinte de ses doigts sur les doigts de son ami.
Ce contact l’électrise.
Et cette sensation est renforcée quand Az vient s’installer sur ses genoux. Il frissonne lorsque son amant murmure à son oreille.
« Bien sur la science avant tout. » Laisse glisser Gus dans un éclat de rire qui se joint à celui d’Az.
Le contact se fait plus sensuel avec des gestes qui restent doux. Des effleurements qui réveillent des envies, des désirs.
« Je sais que tu ne comptes pas partir de si tôt. Mais bon je ne voudrais pas que tu veuilles m’empailler trop rapidement non plus. Donc je tâte un peu le terrain. » Gus essaie de chasser le trouble en plaisantant.
Et pour valider l’expression "tâter le terrain" ses mains viennent serrer les fesses d’Az. Alors qu’un sourire innocent s’étire sur ses lèvres. Puis il le prend par la taille pour le serrer contre lui. Az caresse ses joues avant de venir unir leurs lèvres.
Le baiser est délicieux et voluptueux.

Un aveu partagé sans vraiment révéler ce que Gus ressent.
Mais qui emballe son cœur avec une nouvelle force.
Dérouté et perdu face à ce feu qui vient le titiller au plus profond de ses tripes.

Puis ils échangent un autre baiser tout autant enivrant.
Enfin Az se lève pour retrouver sa place face au restaurateur. Ils finissent leurs entrées. Puis le regard d’Az vient à nouveau se poser dans celui de Gus. Il ne répond pas de suite à sa proposition.

Gus se lève débarrasse les assiettes de l’entré.
« Je vais chercher la suite. » Il se rend en cuisine. Il reste un instant prenant le temps de préparer les assiettes. Il doit poêler le foie gras. Puis il arrange le tout pour que se soit parfait. Il prend une grande inspiration et repart. Le restaurateur pose les assiettes sur la table se plaçant derrière Az. Il met son visage contre le cou de son amant laissant ses lèvres frôler sa peau.
« Oui .. je veux bien .. merci. » Il retourne ensuite à sa place.
« Faut manger tant que c’est chaud. » Le regard du trentenaire vient se perdre dans celui de l’horloger.
« J’espère que cela te plaira. J’y ai mis tout mon cœur. » Gus aime cuisiner c’est un passionné dans ce domaine, il adore titiller les papilles de ses amis, de ses clients. Et il espère que celles de son amant seront bien titillées.
« Encore merci pour ses quelques heures d’évasion. Je crois que j’en deviens accro. J’aime vraiment quand on passe du temps ensemble de cette façon. Cela me fait un bien fou Az. » Gus est sincère.
Ces heures partagées le calment et l’apaisent. Et Gus prend conscience que ces moments sont nécessaires pour son équilibre. Parce que ce perdre dans d’autre bras comble certaines choses.
Mais se perdre dans les bras d’Az et être en sa compagnie a une toute autre saveur.
Une saveur plus addictive.
Et il commence à s’en rendre compte.





L'Amour

Une réponse à la douleur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [Terminé] Mio Caro Augusto ft. Augusto & Azkadelio ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [Terminé] Mio Caro Augusto ft. Augusto & Azkadelio -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre