Revenir en haut
Aller en bas


 

- [Terminé] Mio Caro Augusto ft. Augusto & Azkadelio -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Azkadelio MelchiorreLe vin est un puissant lubrifiant social
Azkadelio Melchiorre
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3418-azkadelio-melchiorre-fiche-de- http://www.ciao-vecchio.com/t3431-azkadelio-melchiorre-fiche-de-liens
Faceclaim : Ricardo Baldin + ©Sadja
Messages : 573 - Points : 980
[Terminé] Mio Caro Augusto ft. Augusto & Azkadelio - Page 2 Tumblr_nan3lb9fUH1qfg9xxo2_250
Âge : 32 ans
Métier : Horloger-bijoutier
[Terminé] Mio Caro Augusto ft. Augusto & Azkadelio - Page 2 Empty
Sujet: Re: [Terminé] Mio Caro Augusto ft. Augusto & Azkadelio ( le Lun 24 Sep - 11:11 )
Non pas besoin, je t’ai toi ça me suffit. Pas besoin d’un mari ou d’une femme trop collants. Je serais un tonton comblé.” J’esquisse un sourire alors que les yeux d’Augusto sont rivés sur moi. Je sais que lui et moi, nous n’avons pas d’avenir ensemble. Mais j’espère être présent à ses côtés le jour de son mariage et le jour où il aura des enfants. Je le vois déjà en panique avec son bébé dans les bras me demandant ce qu’il devrait faire pour le calmer. Son regard perdu serait toujours aussi mignon, mais par respect pour sa femme, je ne pourrais pas me river sur ses lèvres pour l’embrasser avec tendresse. Je serais juste là. En ami de la famille. Avec mes sentiments pour seule compagnie ainsi que mes souvenirs de nos moments de complicité.
Perdu dans cette vision, mon sourire devient petit à petit une petite mine triste.

Mais je t’en prie. Tu sais à quel point j’ai toujours trouvé les chevaliers sexy.” Je retrouve le sourire. Je dois profiter des instants qu’il me reste avec lui. Même si je sais pertinemment que je sers de pansement affectif à cause de la mort d’Amadeo. Je hais déjà sa future femme, celle qui l’arrachera de mes bras.

Quelques caresses, des regards à la volé et des baisers sont échangés tout au long de ce contact entre lui et moi. Je me sentais bien sur ses jambes, au creux de ses bras, collé à ses lèvres. Ses mains se resserrent sur mes fesses me faisant pousser un petit gémissement. Augusto resserrant son étreinte se laisse embrasser avec délice.

Parfait, j’attends ça avec impatience Love.” Il se relève pour aller dans la cuisine. J’entends les assiettes se poser sur le plan de travail. Il me sert un véritable repas gastronomique et semble mettre son coeur à l’ouvrage. Le brun revient quelques instants plus tard, les assiettes à la main. Il les dépose et vient se blottir au creu de mon cou. Je pousse un soupire d’aise tout en glissant mes mains le long de ses bras pour le serrer contre moi. “Ca sent super bon Augusto…” Ses lèvres chatouillent mon cou, faisant brûler le creux de mes reins d’un feu ardent.

Alors on fera ça. Juste toi et moi…” Un sourire se dessine sur mes lèvres pour le rassurer et lui faire comprendre que tout se passera bien. “A vos ordres chefs.” Mes yeux se perdent dans ceux du cuisinier alors qu’il reprend place. “Ce qui me plairait là, c’est de t’embrasser.” Merde. J’ai pensé à voix haute. Il est très rare que je demande à Augusto de m’embrasser, voire même jamais. J’en ai tellement envie que les mots sont sortis naturellement d’entre mes lèvres. Je dois probablement ressembler à une petite tomate. “Excuse-moi… C’est pas ce que je voulais dire. Oublie ça.” Je ris pour feindre ma gêne. J’attaque alors le plat, fuyant le regard d’Augusto. J’ai peur que Augusto s’éloigne de moi, c’est pour ça que je ne lui demande jamais une telle chose en dehors de nos instants de tendresse. Il a peur de mes sentiments, car il ne ressent pas la même chose. Et comme un con, je relance le fait que je sois un peu trop attaché à lui. C’est pour cela que je le laisse toujours venir de lui même, pour ne pas le brusquer. Après tout, je suis son pansement affectif. Quand il ira mieux, nous n’aurons plus tout ça.

Tu sais que tu viens quand tu veux. Ma porte sera toujours ouverte à mon meilleur ami.” Je commence tout de même à m’inquiéter pour Augusto. Il est différent ce soir, on dirait qu’il essaie de me dire quelque chose mais qu’il n’ose pas. Cela me stresse. J’espère qu’il s’agit de rien de grave...


Revenir en haut Aller en bas
Augusto Rinaldi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Augusto Rinaldi
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1700-comment-vivre-quand-une http://www.ciao-vecchio.com/t1709-tous-ces-moments-se-perdront-dans-loubli-comme-des-larmes-dans-la-pluie-gus
Faceclaim : Jon Kortajarena © tearsflight (vava) frimelda (sign) / Ingrid (crackship)
Messages : 3713 - Points : 8124
[Terminé] Mio Caro Augusto ft. Augusto & Azkadelio - Page 2 Tumblr_psss57Iu7w1wbmcc5o1_540
Âge : 31 ans né le 17/09/1987
Métier : Restaurateur. Il a repris l'affaire familliale. / En préparation pour être le chef durant une croisière.
[Terminé] Mio Caro Augusto ft. Augusto & Azkadelio - Page 2 Empty
Sujet: Re: [Terminé] Mio Caro Augusto ft. Augusto & Azkadelio ( le Dim 30 Sep - 18:04 )
Douce et exquise ivresse.feat Azkadelio

Gus ne comprend pas sur le coup l’histoire du tonton. Il lui faut le temps de visualiser la situation. Et c’est là qu’il pense saisir la complexité de la phrase. Complexité qui doit torturer Az.
Car le restaurateur est loin d’ignorer les sentiments que son ami lui porte.
Si Az se voit tonton, c’est qu’il voit le restaurateur père. Même si Gus aime également les femmes ce n’est pas avec l’une d’entre elle qui se voit faire sa vie. C’est une certitude pour lui, même si cela peut paraitre idiot vu qu’il est plutôt perdu niveau sentiment.
« Et si moi je te colle ça ira. » Il lui fait un clin d’œil, cherchant le contact. Depuis que son ami est là il n’a qu’une envie le taquiner.
Une façon de se mettre à l’épreuve face à certaines vérités qui parfois le réveillent la nuit. Et qui lui ouvrent aussi les yeux sur son avenir.

« Et je crois qu’il te sera dur d’être tonton car je ne pense pas que je ferais ma vie avec une femme. Je me vois plus finir avec un homme en fait. » Il marque une pause. « Je crois même qu’il y en aurait un avec qui ma vie pourrait être toute tracée. » Son regard se fait plus profond, plus doux.
Gus ne cherche pas à faire souffrir son ami.
Il s’habitue peu à peu à l’évidence qui se met en place. Même s’il n’en dit rien, encore trop bouleversé par les sensations qui le caressent avec plus de force en la présence de son ami.

Gus sourit quand ils se mettent à parler de chevalier. « Il me faudra aussi une épée et un blanc destrier pour te faire encore plus d’effet. »
Comme si le restaurateur avait besoin de ce genre de chose pour faire tourner la tête à son ami d’enfance. L’étreinte se fait même plus charnelle entre les deux amis. Des frissons s’égrainent sur la chair du restaurateur alors que leurs lèvres et leurs mains se frôlent avec délice. Puis chacun reprend sa place et Gus file chercher la suite à la cuisine, alors qu’Az l’attend sagement.
Gus ne peut nier ce trouble plus vorace que la présence de son amant fait naitre. Et ce n’est pas que du désir. Il y a autre chose, un sentiment plus profond, plus puissant.
Le restaurateur repose les assiettes et se fait tactile avant de s’assoir.

Les deux amis parlent d’Amadeo et de cette date qui vient bruler avidement le cœur de Gus. Ensemble ce serait plus facile. C’est toujours aussi dur pour le restaurateur d’aller sur la tombe de son jumeau.
Les années n’apaiseraient rien.
Cela le tue à petit feu sans Az il serait surement entre quatre planches de bois. Son ami lui permet de garder la tête hors de l’eau.
Gus sait à quel point cette situation est douloureuse pour son amant.
Mais il vaut mieux manger tant que c’est chaud. Pourtant il y a les mots de l’horloger qui perturbent Gus. C’est une demande qu’il fait rarement même si elle se dessine dans son regard à cet instant. Comme sa gêne.
Gus pose sa main sur celle de son ami. « Tu n’as pas à t’excuser pour ce genre de chose Az. C’est moi qui devrais ouvrir d’avantage les yeux. Et surtout prendre en compte combien cette situation est difficile pour toi. Je tiens à toi laisse moi juste du temps. »
Et vu les mots prononcés plus tôt par rapport à l’avenir Gus espère que son ami fera la jonction. Car le restaurateur est encore trop pris par sa douleur pour avouer ce que son regard laisse apparaitre à cet instant.
Une fragilité nouvelle du aux sentiments réels qu’il éprouve.

Ils s’attaquent à leurs assiettes. Gus essaie à sa façon de faire passer un message à Az. Il espère juste qu’il en saisira la teneur avant qu’il ne soit enfin capable de lui dire en face les mots qu’il attend depuis si longtemps.
« Je sais Az. Comme la mienne te sera toujours ouverte. » Il pose à nouveau ses yeux dans les siens. « Je suis conscient que sans toi je ne serais qu’une ombre perdue ou un être sans vie. Je tiens grâce à toi. Je ne te remercierais jamais assez pour ça. Et je ne te le rends pas toujours comme je le devrais. Mais ma vie est liée à la tienne à jamais. »
Et il se remet à manger. Il est bouleversé par cet échange. Par ce message qu’il essaie de faire passer.
Gus a tellement peur de perdre Az. Et il sait que c’est réciproque.
Si seulement le restaurateur osait enfin laisser parler son cœur tout serait bien plus facile pour les deux amants.





RP TERMINÉ


le temps

est la clé de tout.
Revenir en haut Aller en bas
 
- [Terminé] Mio Caro Augusto ft. Augusto & Azkadelio -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2