Revenir en haut
Aller en bas


 

- (terminé) Happy Birthday (+) Adelina -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Santa Lucia :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Celian Andrei10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3187-celian-le-monde-est-plein-de-c http://www.ciao-vecchio.com/t3233-celian-l-extraordinaire-est-une-chose-le-mystere-en-est-une-autre
ID : ChouxLy
Faceclaim : Benedict Cumberbatch + © Acydic + © Pinterest + © iamhappytoseeyou + © Superhopper + © Mioune
Messages : 213 - Points : 582

Âge : 36 ans à boire du thé à 17h précises (24/12/1981)
Métier : Directeur d'un laboratoire de recherches pharmaceutiques. C'est son hommage personnel et caché à son paternel dévoré par la maladie
Sujet: (terminé) Happy Birthday (+) Adelina ( le Sam 28 Juil 2018 - 23:54 )

     
Ce que je vais dire n'aura jamais été dit qu'à toi. Ce n'est pas un engagement que je fais, c'est un vrai serment. Adelina & Celian
     

     
Joyeux Anniversaire ~

     
Son bureau était un véritable chantier : une vue dont il avait pris l’habitude depuis qu’il travaillait avec son adjointe. Tous les deux avaient besoin d’espace pour étaler leurs idées et pour réfléchir et aucun ne se gênait pour venir envahir l’espace de l’autre lorsqu’une piste devait être explorée. Certaines feuilles imprimées, étaient couvertes d’écritures en différentes langues : que ce soit italien ou anglais, d’autres étaient gribouillées par leurs propres schémas. Des schémas qui représentaient une pensée créative, une pensée en pleine ébullition, une pensée cherchant les réponses à leurs questions. Impossible, on ne pourra jamais arriver à cette réaction avec cette base bien précise. Les débats animés étaient eux aussi une monnaie courante. Et pour faire avancer un débat, il fallait obligatoirement que sa collaboratrice ne soit pas d’accord avec lui. Il s’était plus d’une fois fait la réflexion qu’elle ferait une excellente avocate du diable. Et pas que dans le domaine des débats scientifiques : il s’était déjà attiré ses foudres plus d’une fois. Sa ligne professionnelle reçut un appel, ce qui mit fin à leur débat qui s’entendait apparemment jusque dans le couloir, où certains autres scientifiques s’étaient arrêtés pour écouter avant de reprendre leur chemin. C’était la secrétaire de l’accueil, lui annonçant qu’Adelina était arrivée et qu’elle montait à son bureau. Elle connaissait le chemin maintenant, elle qui avait l’habitude de venir si souvent le chercher : surtout lorsqu’ils avaient prévu de passer la soirée chez le Brunet, elle savait pertinemment que sonner à son domicile était inutile, lui qui avait l’habitude de s’endormir au laboratoire. Pourtant c’était une manie qui arrivait de moins en moins depuis quelques temps : cela était bien sûr du fait de la jeune femme, qui lui avait promis qu’il perdrait cette manie et ce n’était pas pour lui déplaire finalement. Il se souvenait encore de la première fois où la Brunette était venue le chercher : il lui avait demandé de l’attendre durant une dizaine de minutes, le temps de terminer un tout petit point. Les minutes s’étaient transformées en heures et la demoiselle avait fini par s’endormir sur l’un de ses fauteuils avant de l’incendier au réveil pour son comportement. Après tout c’était bien ce qu’il lui avait dit la dernière fois : ‘’il va falloir que je rajoute une chaise supplémentaire pour toi dans mon bureau’’, il avait l’habitude de le faire, ce soir-là, il eut vite compris que ce n’était pas quelque chose qui devait se reproduire. Allez vas-t-en, je m’occupe de ranger notre dépotoir, tu la fais suffisamment attendre à chaque fois ! Et ne t’inquiètes pas Celian pour demain, le labo ne va pas s’écrouler en ton absence ! Ne comprenant le ton moqueur et amusé de sa collaboratrice, ce dernier fronça les sourcils. Très certainement agacée par son incompréhension, elle lui fit un signe de la main avant de le pousser dehors. Pour la première fois depuis son retour à Naples, le Brunet avait pris un jour de congé tout cela pour l’anniversaire d’Adelina.

     Ils avaient passé la soirée ensemble avant que la Brunette ne reste passer la nuit chez lui, comme si une routine avait commencé à s’installer entre eux : une routine qu’il ne pensait pas autant apprécier, autant aimer. N’importe quel petit événement, n’importe quel petit plaisir d’une vie semblait être un immense bonheur pour la jeune femme. Le souvenir de cette soirée des lampions sur la colline de Posillipo en était le parfait exemple : jamais il n’aurait pensé participer à ce genre d’événements, jamais il n’aurait cru penser y mettre les pieds. Pourtant elle l’y avait emmené, elle l’avait un peu bousculée certes, mais c’était comme ça que cela fonctionnait. Il n’y avait qu’Adelina pour percer aussi facilement cette carapace brute de décoffrage et cela lui arrachait à chaque fois un sourire. Il aurait aimé parfois pouvoir voir le monde comme elle le faisait, mais se perdre dans son regard lorsqu’il l’observait était déjà largement satisfaisant.

Ce furent les premières lueurs vives de la journée qui vinrent réveiller le scientifique, lui qui normalement se levait alors que la nuit était encore présente. Avoir une présence à ses côtés était par contre, une habitude qu’il n’avait pas encore tout à fait intégrée mais qui l’étonnait chaque matin : la Brunette avait un air des plus angéliques lorsqu’elle dormait. Bonjour Madame la marmotte. Face à elle, il déposa un baiser sur son front. Bien dormie ? Celian, en bon hyper éveillé qu’il était le matin ne put s’empêcher de poser la question qui lui passait par la tête : Dois-je tout de suite te souhaiter un joyeux anniversaire pour bien te montrer que je n’oublie jamais rien ou est-ce un blasphème de le faire avant l’heure précise de ta naissance ? En effet, elle lui avait bien fait comprendre que ce n’était pas quelque chose à oublier, ce n’était pas tombé dans l’oreille d’un sourd, même si son aîné avait dû mal à comprendre les codes et les normes en vigueur pour un anniversaire, il savait qu’il avait un excellent professeur en la présence de sa cadette et qu’elle aurait toute une journée pour les lui apprendre.
     
(c) crackle bones

     



Je ne sais rien de ce qu'on appelle le destin, pourtant en cet instant, je ressens soudain ce besoin de croire qu'il est present


Dernière édition par Celian Andrei le Sam 3 Nov 2018 - 11:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Adelina Alma10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2209-il-faut-avancer-ne-jama http://www.ciao-vecchio.com/t2210-adelina-alma
ID : Ran94, Marjorie
Faceclaim : Louise Brealey + Schizophrenic(avatar), .plùm(sign), tumblr + sherlollyresources(gifs)
Multi-comptes : Rafael
Messages : 6353 - Points : 2454

Âge : 36 ans (18/07/1982)
Métier : Directrice/Animatrice en centre de loisirs
Sujet: Re: (terminé) Happy Birthday (+) Adelina ( le Dim 29 Juil 2018 - 14:21 )
La vie de couple avec l’homme qu’on a toujours voulu, c’était merveilleux. Adelina était la plus heureuse des femmes. Parfois, elle se rendait au laboratoire pour aller chercher Celian, le pire c’est qu’un jour, il l’avait fait poirauter. C’était elle qui lui avait fait la morale, mais elle arrivait de plus en plus à lui faire prendre certaines habitudes. Bien sûr, elle l’aimait comme il était, mais ça ne lui faisait pas de mal de se décoincer un peu. Passer les nuits ensembles, c’était devenu de plus en plus courant. Comme le matin de son anniversaire. Elle avait passé la nuit avec Celian chez lui et elle s’était réveillée dans ses bras. « Bonjour, si tu me donnes ce genre de surnom je vais faire pareil, n’est-ce pas mon chéri ? » Voilà un petit surnom classique, mais qu’elle ne jugeait pas gênant, du moins de son point de vue à elle. Il l’avait embrassé sur le front, mais pour sa part, Adelina enroula ses bras autour de lui et l’embrassa sur la bouche avec tendresse. « Quand je dors dans tes bras, je dors toujours bien. » Elle était bien avec son homme. « Tu te compliques trop la vie, tu peux me le souhaiter maintenant. » Dire qu’elle avait trente six ans, si seulement à partir de trente ans, on pouvait rajeunir chaque année d’un an. Cependant, passer son anniversaire avec son petit ami, c’était parfait, il avait quand même pris un jour de congés pour elle et ça la touchait. « Que m’as-tu préparé pour aujourd’hui ? » Elle se mit à lui sourire, elle avait hâte de savoir ce qu’ils allaient faire. Elle espérait être chouchouter, mais elle savait que Celian n’était pas habitué à ce genre de chose. « Je vais aller droit au but, mais j’aimerai me réveiller tous les jours à tes côtés, je veux vivre avec toi. Je comprendrai que tu trouves ça un peu rapide, mais je sais que tu es l’homme de ma vie, je suis vraiment heureuse avec toi. » Elle était quand même un peu gênée de lui demander ça, elle rougissait même. Adelina savait ce qu’elle voulait, puis ils avaient atteint un âge ou il fallait penser à se poser, elle n’allait pas attendre ses quarante ans. Puis elle passait la plupart des nuits avec lui, c’est à peine si elle rentrait chez elle le soir, donc au final, ça ne devrait pas changer grand-chose. Elle attendait impatiemment la réponse de son petit ami, en espérant qu’il serait d’accord. Elle en profita pour décoiffer un peu son petit ami. « T’es vraiment le plus beau, même avec les cheveux en pétard. » Comment résister à un homme pareil. Elle a quand même eu de la chance qu’il n’est pas été pris par une autre femme entre temps.


Adelian
« uc. »
Revenir en haut Aller en bas
Celian Andrei10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3187-celian-le-monde-est-plein-de-c http://www.ciao-vecchio.com/t3233-celian-l-extraordinaire-est-une-chose-le-mystere-en-est-une-autre
ID : ChouxLy
Faceclaim : Benedict Cumberbatch + © Acydic + © Pinterest + © iamhappytoseeyou + © Superhopper + © Mioune
Messages : 213 - Points : 582

Âge : 36 ans à boire du thé à 17h précises (24/12/1981)
Métier : Directeur d'un laboratoire de recherches pharmaceutiques. C'est son hommage personnel et caché à son paternel dévoré par la maladie
Sujet: Re: (terminé) Happy Birthday (+) Adelina ( le Mar 14 Aoû 2018 - 11:39 )

     
Ce que je vais dire n'aura jamais été dit qu'à toi. Ce n'est pas un engagement que je fais, c'est un vrai serment. Adelina & Celian
     

     
Joyeux Anniversaire ~

     
Celian commençait à prendre l’habitude de ce genre de réveil, ainsi que du genre de soirées qu’il avait passé avec Adelina. Il prenait l’habitude, chose encore tout à fait nouvelle pour lui. Le simple fait de rentrer dormir à son appartement était nouveau pour lui qui avait passé les trois quarts de ses nuits à dormir dans son bureau au laboratoire. Lui-même s’étonnait de ses propres changements suite au retour de la Brunette dans sa vie. Il avait oublié à quel point elle pouvait avoir une influence sur lui. Une bonne influence. En vingt ans d’absence, il avait perdu de vue une chose essentielle : son regard. Il avait jeté toutes ses forces dans cette bataille secrète pour honorer la mémoire de son défunt paternel en s’adonnant à la recherche. En cherchant à pouvoir être celui qui impulserait les idées, car des idées il en avait toujours eu. Des pistes à développer. Parfois farfelues : on le lui avait signalé plus d’une fois, mais elles avaient le mérite d’être novatrices et de faire leurs preuves à plus ou moins long-terme maintenant qu’il pouvait les mettre en place. Aujourd’hui, il avait l’impression de devoir tout réapprendre dans ses relations avec les autres. Exactement comme s’il avait remonté le temps, au moment de leur rencontre : au moment où il l’avait défendu pour la première fois. Son retour en Angleterre avait ravivé sa solitude dont sa cadette avait eu tant de mal à effacer, ne serait-ce qu’un petit peu. Bonjour, si tu me donnes ce genre de surnom je vais faire pareil, n’est-ce pas mon chéri ? Roulant des yeux, il soupira face à la remarque de la jeune femme et du surnom qu’elle lui donnait à nouveau. Ce n’était pas la première fois et elle s’en amusait à chaque fois : de la situation ainsi que de l’expression de son aîné. A chaque fois car Celian préférait largement que son prénom soit utilisé. Il y tenait pour une quelconque raison : il tenait à ce prénom dont son origine lui était totalement inconnu. Pourquoi faire pareil pour moi ? Je n’aime pas les surnoms. Par contre toi, je sais que tu les aimes : j’essaie de m’adapter. Tout son contraire, à nouveau.

     Elle enroula ses bras autour du jeune homme avant de l’embrasser tendrement. Cette sensation était toujours aussi agréable. Quand je dors dans tes bras, je dors toujours bien. Un habitude, même pour elle. Tu te compliques trop la vie, tu peux me le souhaiter maintenant. L’anniversaire d’Adelina : bien sûr qu’il ne l’avait pas oublié, sa mémoire hypermnésique ne le lui permettrait pas de toute façon : il ne savait juste pas ce qu’il devait faire et comment il devait le faire. Joyeux trente-sixième anniversaire, Adelina. Pour quelques mois, les deux jeunes amoureux auraient le même âge. Jusqu’à la veille de Noël. Jusqu’à l’anniversaire de Celian. Un réel sourire se dessina sur les lèvres du Brunet. Un rare sourire qu’il ne réservait qu’à elle. Que m’as-tu préparé pour aujourd’hui ? Il n’était peut-être pas le mieux placé pour ce genre de choses, ni pour les organiser. Pourtant, il avait pris un jour de congé pour elle. Il avait donc prévu de passer la journée avec elle, sans pour autant savoir ce qui devait être fait. Moi ? C’est toi la plus compétente de nous sur ce point. Je ne sais pas ce qu’on est censé faire pour fêter un anniversaire : le mien avait tendance à se confondre avec Noël. Mais cela ne l’avait jamais réellement dérangé. Je sais qu’on est censé offrir un cadeau, ça je l’ai prévu. Puis la dernière fois, tu disais vouloir voir ce que… J’aime ? Alors ce soir, je serais ton prof particulier pour une observation des étoiles. Y a-t-il autre chose à respecter ? Quoiqu’il avait déjà prévu son cadeau pour elle : c’était un début.

Je vais aller droit au but, mais j’aimerai me réveiller tous les jours à tes côtés, je veux vivre avec toi. Je comprendrai que tu trouves ça un peu rapide, mais je sais que tu es l’homme de ma vie, je suis vraiment heureuse avec toi. Adelina détourna le regard suite à sa proposition, laissant le scientifique bouche bée. Comme si son cerveau avait du mal à assimiler sa demande. A assimiler ce qu’elle souhaitait lui faire comprendre. Pendant qu’il essayait de comprendre, elle passa sa main dans ses boucles et les ébouriffa. T’es vraiment le plus beau, même avec les cheveux en pétard. La Brunette avait toujours été celle qui prenait les devants pour faire réagir le Brunet, mais comme d’habitude, elle allait devoir reprendre ses propos afin de les lui expliquer. Basculant sur le côté, Celian se retrouva au-dessus de la Brunette, ses deux mains encadrants sa tête, l’empêchaient de regarder ailleurs. Attends, hum qu’est-ce que tu veux dire par là ? Tu es là quasiment tous les soirs, la porte de droite du placard contient déjà quelques-unes de tes affaires et… Oh. Bien sûr qu’il venait de comprendre. Pour une fois que sa logique venait de trouver le sens de ses paroles alors qu’elles étaient claires depuis le départ : je veux vivre avec toi. Tu… Tu veux dire que tu veux déplacer toutes tes affaires ? Avec moi ? Tu es sûre de vouloir… Emménager avec moi ? Tu es sûre d’arriver à me supporter ? Parfois Celian se demandait encore comment la jeune femme pouvait avoir autant d’affection pour lui. Il en venait à se demander ce qu’elle pouvait voir en lui, qu’elle seule semblait être capable de voir. Une beauté qui était inconnu à ses propres yeux.
     
(c) crackle bones

     



Je ne sais rien de ce qu'on appelle le destin, pourtant en cet instant, je ressens soudain ce besoin de croire qu'il est present
Revenir en haut Aller en bas
Adelina Alma10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2209-il-faut-avancer-ne-jama http://www.ciao-vecchio.com/t2210-adelina-alma
ID : Ran94, Marjorie
Faceclaim : Louise Brealey + Schizophrenic(avatar), .plùm(sign), tumblr + sherlollyresources(gifs)
Multi-comptes : Rafael
Messages : 6353 - Points : 2454

Âge : 36 ans (18/07/1982)
Métier : Directrice/Animatrice en centre de loisirs
Sujet: Re: (terminé) Happy Birthday (+) Adelina ( le Sam 18 Aoû 2018 - 21:56 )
« C’est pour t’embêter un peu, j’aime bien voir la tête que tu fais. » Elle trouvait que Celian s’adaptait plutôt bien, il était beaucoup mieux que ses ex à elle, sans oublier que le dernier avait levé la main sur elle. D’ailleurs, elle avait encore la crainte des représailles, mais elle ne préférait pas en parler à son petit ami, après tout, jusqu’à maintenant, il ne s’était rien passé. « Merci je suis tellement contente de fêter mon anniversaire avec toi. » Ce serait sans doute l’un de ses meilleurs souvenirs, elle se souvenait quand ils étaient adolescents, elle le voulait tout le temps pour son anniversaire. Ces vingt dernières elle avait ressenti un vide sans lui le jour de son anniversaire. « Un petit conseil, ne précise jamais l’âge d’une femme qui a plus de trente ans. » La pauvre se sentait déjà vieille, pour elle dans sa vie amoureuse, elle n’avait pas assez avancé, mais elle ne voulait pas non plus presser Celian, leur couple était encore récent, à peine quelques mois, et des mois merveilleux d’ailleurs. « Tu sais ce qui compte ce n’est pas le cadeau, c’est d’être ensemble. » Elle le pensait, elle n’était pas le genre de femme à vouloir des choses hors de prix, même si un jour, elle ne serait pas contre une bague si Celian se décidait à la demander en mariage, mais le connaissant, ce n’était pas près d’arriver. « C’est une excellente idée, et ça a quelque chose de romantique d’observer les étoiles ensembles. » Puis pourquoi pas dormir à la belle étoile, enfin si le temps n’était pas trop mauvais, elle était rêveuse.

La jeune femme venait de lui faire une proposition, c’était assez drôle de voir à quelqu’un malgré son intelligence, sur ce genre de chose, il mettait du temps à capter. « Oui j’en suis sûr, emménager avec toi, ce serait le plus beau cadeau que tu puisses me faire. Puis tu sais, j’ai tellement attendu, que je ne veux plus perdre mon temps. » Quoi de mieux que de vivre avec son âme sœur, elle l’aimait comme il était, puis elle aussi pouvait être énervante par moment. Cependant ils arrivaient à se comprendre. « Puis je sais qu’on finira nos jours ensembles, on pourra raconter à nos enfants notre histoire, d’ailleurs, on pourrait même les nommer d’après une étoile ou bien un autre astre, après tout, toi aussi ton prénom est en rapport avec ça, tu es unique en ton genre. » Adelina imaginait déjà leur avenir, puis à son âge, elle savait qu’elle ne devrait pas trop attendre, d’ailleurs ça la tracassait, car elle avait peur qu’un jour, Celian se lasse d’elle, même si elle se disait que c’était pratiquement impossible, après tout ils avaient été séparés pendant vingt ans, et maintenant, ils étaient réunis, amoureux, rien ne pourrait être mieux que ça. Elle arrivait enfin à s’épanouir dans sa vie amoureuse, et puis sa vie professionnelle lui convenait aussi parfaitement, parfois, il suffit juste d’être patiente.


Adelian
« uc. »
Revenir en haut Aller en bas
Celian Andrei10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3187-celian-le-monde-est-plein-de-c http://www.ciao-vecchio.com/t3233-celian-l-extraordinaire-est-une-chose-le-mystere-en-est-une-autre
ID : ChouxLy
Faceclaim : Benedict Cumberbatch + © Acydic + © Pinterest + © iamhappytoseeyou + © Superhopper + © Mioune
Messages : 213 - Points : 582

Âge : 36 ans à boire du thé à 17h précises (24/12/1981)
Métier : Directeur d'un laboratoire de recherches pharmaceutiques. C'est son hommage personnel et caché à son paternel dévoré par la maladie
Sujet: Re: (terminé) Happy Birthday (+) Adelina ( le Sam 22 Sep 2018 - 12:14 )

     
Ce que je vais dire n'aura jamais été dit qu'à toi. Ce n'est pas un engagement que je fais, c'est un vrai serment. Adelina & Celian
     

     
Joyeux Anniversaire ~

     
Celian arqua légèrement un sourcil face à la moquerie lancée par Adelina au sujet des surnoms : chose qu’il n’appréciait pas plus que cela comparé à la demoiselle. C’est pour t’embêter un peu, j’aime bien voir la tête que tu fais. Elle s’amusait à l’appeler ainsi afin de voir sa réaction : venant de quelqu’un d’autre, il l’aurait mal prit. Voire même il se serait emporté : mais il s’agissait de la Brunette et depuis leur enfance, il avait toujours été plus conciliant à son égard. Après tout, elle était bien une des seules capables de le supporter. Merci je suis tellement contente de fêter mon anniversaire avec toi. Un petit conseil, ne précise jamais l’âge d’une femme qui a plus de trente ans. Encore une subtilité qui lui échappait : son âge n’était pas quelque chose qu’il pouvait oublier. D’un parce qu’il avait cette hypermnésie et de deux, ils n’avaient qu’un seul an d’écart, facilitant par la même occasion le calcul. Il haussa les épaules : Bon, si tu le dis, je vais te croire : après la meilleure de nous en relations humaines, c’est toi. Celian avait toujours un mal fou à comprendre pourquoi la jeune femme s’était entichée de lui en particulier : lui qui était plus que mauvais pour exprimer ses émotions. Lui qui ne savait pas comment agir avec les autres ni parfois comment interagir avec eux afin de leur faire comprendre le fond de sa pensée. Elle qui avait percé si facilement la carapace et la solitude du scientifique. En parlant de relations humaines et de codes sociaux, son ancienne amie d’enfance l’interrogea sur la façon dont il envisageait de fêter son anniversaire. Originalement bien sûr : il ne connaissait de toute façon pas ce qui était conventionnel. Hormis le cadeau. Tu sais ce qui compte ce n’est pas le cadeau, c’est d’être ensemble. Les relations humaines : c’en était presque contradictoire. S’il n’en avait pas eu, cela aurait pu lui être reproché, alors que maintenant qu’il en avait un, on lui signalait que ce n'était pas important. Il avait parfois du mal à comprendre. C’est une excellente idée, et ça a quelque chose de romantique d’observer les étoiles ensembles. Cette approbation le fit doucement sourire : une part en lui était presque contente de cette réponse.

     La proposition suivante d’Adelina le laissa sans voix, elle qui souhaite s’installer ici, poser ses affaires avec les siennes : prête à le supporter tous les jours. Apparemment, elle était plus que sûre : Oui j’en suis sûr, emménager avec toi, ce serait le plus beau cadeau que tu puisses me faire. Puis tu sais, j’ai tellement attendu, que je ne veux plus perdre mon temps. Sa cadette avait toujours le chic pour avoir des mots très forts que lui-même pouvait comprendre : des mots qui remuait son cœur trop souvent laissé à l’abandon des sentiments. Face à tant d’assurance, il ne pouvait que rendre les armes. Si… Si tu es prête à me supporter tous les jours, une place dans l’armoire devrait pouvoir se négocier. Après tout, une partie t’appartient déjà… On aura qu’à déplacer tes meubles quand tu le souhaites. Le scientifique avait déjà mûrit sa décision : leurs sorties originales, leurs soirées où Adelina la tirait de sa solitude et de son bureau, il en avait pris l’habitude. Et bien plus rapidement qu’il ne l’imaginait. Vivre ensemble était une autre histoire, mais c’était vers quoi ils semblaient se lancer tous les deux Puis je sais qu’on finira nos jours ensembles, on pourra raconter à nos enfants notre histoire, d’ailleurs, on pourrait même les nommer d’après une étoile ou bien un autre astre, après tout, toi aussi ton prénom est en rapport avec ça, tu es unique en ton genre. Un rire nerveux quitta ses lèvres : ce n’était pas la première fois que la Brunette abordait ce sujet. Leur futur à plus long-terme.

Celian quant à lui avait beaucoup plus de mal. Il n’avait jamais eu besoin de se poser ce genre de questions, ni même de les aborder… Il n’avait jamais éprouvé des sentiments pour personne d’autre. En réalité, il avait même eu du mal à avouer qu’il avait ce genre de sentiment… Il avait eu du mal à se l’avouer, car il en avait eu peur. Peur de l’inconnu de ses sentiments, une peur qui semblait se raviver à nouveau face à l’inconnu. Aurais-tu peur que je ne t’ai compris lorsque tu en as parlé la dernière fois ? Avec une pointe d’ironie, c’était une certaine manière pour lui de lui cacher un peu plus longtemps cette peur : la Brunette ne le connaissait que trop bien, elle saurait voir que quelque chose le tracasser. Il évitait le sujet. Et pour comprendre sa peur, Adelina allait devoir le forcer un peu plus à parler, mais elle avait déjà eu l’habitude de le faire. Toujours est-il que je ne saurais jamais quelle mouche a piqué mes parents à l’époque pour choisir ce prénom. Celian… Je ne sais d’ailleurs si c’était une bonne idée, mais bon, aucunement besoin de s’étendre sur le sujet. Petit-déjeuner ? Il esquivait et s’enfuyait tout aussi bien dans ses paroles que dans ses gestes aussi loin que possible de ce sujet dont il savait qu’il reviendrait. Adelina le ramènerait à en parler. A essayer de le comprendre. Exactement comme elle l’avait fait ce matin-là où il avait dormi chez elle suite au fait qu’il avait dû jouer les chaperons pour elle. Lorsqu’il avait essayé d’éluder le sujet, elle l’avait ramené, elle avait cherché à comprendre la raison au plus profond de lui de sa fuite. Et le fait qu’il était en train de préparer le thé dans la cuisine ne l’en empêcherait pas. Elle savait le chambouler et cette déstabilisation était une situation certes de plus en plus habituelle, mais à laquelle il n’arrivait pas à se faire. A laquelle, il n’arrivait pas à répondre de lui-même.
     
(c) crackle bones

     



Je ne sais rien de ce qu'on appelle le destin, pourtant en cet instant, je ressens soudain ce besoin de croire qu'il est present
Revenir en haut Aller en bas
Adelina Alma10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2209-il-faut-avancer-ne-jama http://www.ciao-vecchio.com/t2210-adelina-alma
ID : Ran94, Marjorie
Faceclaim : Louise Brealey + Schizophrenic(avatar), .plùm(sign), tumblr + sherlollyresources(gifs)
Multi-comptes : Rafael
Messages : 6353 - Points : 2454

Âge : 36 ans (18/07/1982)
Métier : Directrice/Animatrice en centre de loisirs
Sujet: Re: (terminé) Happy Birthday (+) Adelina ( le Sam 22 Sep 2018 - 14:13 )
« Je trouve que tu te débrouilles très bien dans les relations humaines, je dois avoir une bonne influence sur toi. » Sacré Celian, il ne changerait jamais, elle l’aimait comme il était, parfois on pouvait croire que c’était un robot, mais il était bien humain et c’était un excellent petit ami, même s’il n’était pas habitué, mais bon elle comptait être un bon professeur pour tout lui enseigner. Adelina avait eu raison d’insister pour qu’il avoue enfin ses sentiments, bon d’accord, elle n’avait jamais entendu le mot Je t’aime de sa bouche, mais elle savait qu’il l’aimait, elle n’avait pas besoin de l’entendre dire, il le dira quand il sera prêt.

« Je suis prête, tu vas voir ça va être merveilleux de vivre tous les deux, même si je passe déjà la plupart de mon temps ici. » Elle l’embrassa, c’était le plus cadeau, vivre avec l’homme qu’elle aimait, au moins il la traitait bien, puis il n’était pas si insupportable, il était juste original, mais bon elle savait comment il était, donc elle saurait à peu près comment agir. « Tu sais que je pense toujours à l’avenir, je n’ai plus vingt ans. » De toute façon, c’était un sujet qu’il fallait aborder, elle n’allait pas attendre des années avant de l’aborder. « Moi j’aime beaucoup ton prénom, je le trouve unique, toi-même tu es unique et c’est pour ça que je t’aime. » Au moins, elle était pratiquement sûr de ne pas rencontrer quelqu’un qui avait le même prénom que son petit ami. Par contre il n’allait pas s’en sortir aussi facilement, elle savait très bien qu’il essayait de changer de sujet. Il avait carrément quitté la pièce, elle alla donc le rejoindre dans la cuisine et se mit face à lui. Elle posa ses mains sur les joues de Celian et le regarda dans les yeux tout en parlant, tant pis si elle le dérangeait pendant qu’il préparait le petit déjeuner. « Tu crois pouvoir éviter le sujet encore longtemps ? Ecoute, je ne vais pas te demander à ce qu’on fasse un enfant maintenant, mais tu te doutes bien qu’un jour ça va arriver ? » Il manquerait plus qu’il ne veuille pas d’enfants, mais elle arriverait le convaincre. « Moi je te vois bien en tant que papa, toujours à protéger tes enfants, à leur apprendre des tas de choses, ils auront de la chance de t’avoir. Puis je suis sûr que tu seras adorable avec un bébé dans les bras. » Elle se faisait des films, mais elle savait ce qu’elle voulait. « Je sais que ça peut faire peur, mais tu sais à mon âge, l’horloge tourne, je veux une famille avec toi, et toi qu’est-ce que tu veux ? » Adelina voulait connaître aussi les souhaits de son petit ami, elle voulait qu’il soit heureux comme elle l’était actuellement. Elle devrait probablement fait des concession, mais pour lui, elle était prête à faire n’importe quoi, c’est ça l’amour, quand on épris de quelqu’un, on se sent poussé des ailes.


Adelian
« uc. »
Revenir en haut Aller en bas
Celian Andrei10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3187-celian-le-monde-est-plein-de-c http://www.ciao-vecchio.com/t3233-celian-l-extraordinaire-est-une-chose-le-mystere-en-est-une-autre
ID : ChouxLy
Faceclaim : Benedict Cumberbatch + © Acydic + © Pinterest + © iamhappytoseeyou + © Superhopper + © Mioune
Messages : 213 - Points : 582

Âge : 36 ans à boire du thé à 17h précises (24/12/1981)
Métier : Directeur d'un laboratoire de recherches pharmaceutiques. C'est son hommage personnel et caché à son paternel dévoré par la maladie
Sujet: Re: (terminé) Happy Birthday (+) Adelina ( le Dim 7 Oct 2018 - 22:38 )

     
Ce que je vais dire n'aura jamais été dit qu'à toi. Ce n'est pas un engagement que je fais, c'est un vrai serment. Adelina & Celian
     

     
Joyeux Anniversaire ~

     
Adelina avait une certaine influence sur le Brunet : elle le rendait plus humain aux yeux des autres. Je trouve que tu te débrouilles très bien dans les relations humaines, je dois avoir une bonne influence sur toi. Bien sûr qu’elle était une bonne influence pour lui, l’inverse n’était même pas envisageable. Dans ce domaine-là, elle était celle qui avait tout à lui apprendre et celle qui lui avait appris ce qu’il savait : du moins le peu qu’il en savait et qu’il en avait retenu. L’instant d’après, tous les deux changeaient de sujet pour aborder un autre bouleversement dans leur vie, qui se profilait doucement à l’horizon. Un bouleversement qu’il avait déjà accepté et sur lequel sa décision ne pourrait revenir. Il venait d’accepter un peu plus son ancienne amie d’enfance dans son cercle, dans sa vie et dans son intimité. Je suis prête, tu vas voir ça va être merveilleux de vivre tous les deux, même si je passe déjà la plupart de mon temps ici. Cela avait semblé logique à Celian. Logique d’accepter car elle passait déjà la plupart de ses soirées dans l’appartement de Santa Lucia qui lui appartenait. Mais l’entendre le dire, lui faisait saisir la dimension de cette décision : il laissait la jeune femme entrer de plus en plus dans sa vie. Il lui laissait prendre une place qu’il n’avait jamais attribué. Dans un coin de sa tête pouvait faire ressurgir une certaine peur. La peur face à cette situation totalement méconnue pour lui. Pourtant, il avait dit oui pour cette nouvelle aventure, pour ce partage, car Adelina était la personne en qui il avait le plus confiance et il avait confiance en sa proposition et en son jugement. Il l’aimait tout simplement, même s’il n’avait jamais prononcé ces quelques mots face à elle. Il avait besoin d’encore un peu de temps. Mais il s’habituait doucement à cette relation. Ainsi qu’à ses baisers. Tu sais que je pense toujours à l’avenir, je n’ai plus vingt ans. La Brunette avait toujours une longueur d’avance dans sa réflexion sur leur nouvelle relation.

     Et c’était à nouveau cette peur qui le faisait changer de sujet. Moi j’aime beaucoup ton prénom, je le trouve unique, toi-même tu es unique et c’est pour ça que je t’aime. Pourtant l’instant d’après, le Brunet fuyait littéralement la jeune femme ainsi que le sujet engagé sur le futur. Il fuyait jusqu’à la cuisine, prétextant le fait de préparer le petit-déjeuner afin qu’ils puissent engager le programme de la journée. Il s’occupait notamment du thé, lorsqu’il entendit la Brunette suivre ses pas et arriver derrière lui. Cette dernière ne mit pas beaucoup de temps d’ailleurs à se retrouver face à lui. Elle l’interrompit dans sa tâche, posant ses mains sur ses joues afin d’accaparer toute son attention. Tu crois pouvoir éviter le sujet encore longtemps ? Ecoute, je ne vais pas te demander à ce qu’on fasse un enfant maintenant, mais tu te doutes bien qu’un jour ça va arriver ? Elle lisait en lui comme dans un livre ouvert. Et la détermination qu’il lisait dans ses yeux étaient presque palpable. Moi je te vois bien en tant que papa, toujours à protéger tes enfants, à leur apprendre des tas de choses, ils auront de la chance de t’avoir. Puis je suis sûr que tu seras adorable avec un bébé dans les bras. Au contraire, lui n’arrivait absolument pas à se projeter tant cette peur pouvait à nouveau l’enserrer.

Et Adelina continuait à insister. Je sais que ça peut faire peur, mais tu sais à mon âge, l’horloge tourne, je veux une famille avec toi, et toi qu’est-ce que tu veux ? A nouveau, elle le bousculait en lui demandant de mettre des mots sur ce qu’il ressentait. Sur ses émotions. Crois-tu que c’est par gaité de cœur que j’élude ce genre de sujet ? Penses-tu que ça ne me mette pas mal à l’aise à chaque fois que je sois obligé de botter en touche alors que c’est important pour toi ? Ce n’est que l’instant suivant, qu’il remarqua qu’il n’avait pas à passer sa colère, sa frustration sur son interlocutrice. Il soupira de sa propre attitude avant de reprendre, son index et son pouce pinçant l’arrête de son nez. Ce que je voulais dire, c’est que ce n’est pas le genre de questions auxquelles j’ai déjà réfléchi. Ce n’est pas le genre de questions que j’avais besoin de me poser avant… Avant… Les mots restaient coincés quelques secondes supplémentaires dans sa gorge. Avant toi. Sachant pertinemment que son sort était scellé et qu’il devait d’autres explications, il enchaîna. Tu… Tu es toujours aussi sûre et déterminée à propos de tes choix et de ces questionnements auxquels tu sembles avoir déjà réfléchi depuis si longtemps… Auxquels tu as toujours des réponses. Mais pas moi. Maladroitement, il essayait de mettre des mots sur quelque chose alors que la Brunette l’avait déjà fait. J’ai… J’ai comme une énorme boule au fond de la gorge à chaque fois qu’on aborde ce sujet et ça ne me ressemble pas… Et je n’ai aucune idée d’où elle peut venir. Et c’est ce qui est encore plus frustrant. Je crois que… Je ne sais pas ce que je veux… Mais je sais que lorsque je te demande d’emménager avec moi, c’est sincère et je sais que s’il y a quelque chose à construire : une vie, une relation, une… Famille, tu dis ? Eh bien je sais que tu es la bonne personne pour moi… C’était une démonstration bien plus que ce qu’il avait l’habitude. Cet élan était dû à tant de personnes : Adelina, Anabela, Diego, Allessandro et toutes ces autres personnes qui l’avaient touché…
     
(c) crackle bones

     



Je ne sais rien de ce qu'on appelle le destin, pourtant en cet instant, je ressens soudain ce besoin de croire qu'il est present
Revenir en haut Aller en bas
Adelina Alma10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2209-il-faut-avancer-ne-jama http://www.ciao-vecchio.com/t2210-adelina-alma
ID : Ran94, Marjorie
Faceclaim : Louise Brealey + Schizophrenic(avatar), .plùm(sign), tumblr + sherlollyresources(gifs)
Multi-comptes : Rafael
Messages : 6353 - Points : 2454

Âge : 36 ans (18/07/1982)
Métier : Directrice/Animatrice en centre de loisirs
Sujet: Re: (terminé) Happy Birthday (+) Adelina ( le Dim 7 Oct 2018 - 23:11 )
Adelina se montrait peut-être trop entreprenante avec lui, mais c’est juste parce qu’elle savait ce qu’elle voulait. « Tu n’as pas à être mal à l’aise, on est ensemble, on peut parler de tout. » C’est sûr que pour l’un et pour l’autre, il y aurait forcément des sujets difficiles à aborder. Cependant ensemble, ils pouvaient en parler, vu ce qu’ils avaient vécu dans leur jeunesse, parler était souvent le meilleur de remèdes. La jeune femme l’écoutait attentivement, apparemment, elle avait complétement bouleversé la vie de son petit ami, comparé à lui, elle pensait beaucoup à leur avenir, mais quand elle n’était pas encore avec lui, elle avait toujours eu des souhaits et elle espérait qu’à partir de maintenant ce serait réalisable. « Tu dis ça, mais je te rappelle que je n’ai pas toujours fait des bons choix, je me suis bien retrouvé avec un homme qui s’est montré violent avec moi, alors qu’au début, je pensais que c’était quelqu’un bien. Je trouve toujours le moyen de me mettre en difficultés, alors oui, je suis parfois sûre de moi, mais pas forcément pour les bonnes choses. » Elle avait préféré éviter d’évoquer sa tentative de suicide, elle s’était rendu compte que ça faisait culpabiliser Celian, alors qu’elle ne lui en avait jamais voulu, non elle s’en voulait à elle surtout d’avoir eu l’idée de faire une telle bêtise. Quand elle entendit ses dernières paroles, elle ne put s’empêcher de fondre en larme, le fait qu’il s’ouvre autant à elle, c’était une belle preuve d’amour. « Excuse-moi, je suis trop émotive. Quand tu me dis que je suis la bonne personne pour toi, ça me rend heureuse. » Elle le serra dans ses bras, même s’il ne lui disait pas je t’aime, elle ne lui en voulait pas. « C’est encore récent et tu as peur, c’est normal, même si je veux des enfants, j’ai aussi des appréhensions, mais avec toi, je sais que je m’en sortirai. Je veux que tu sois heureux, je ne veux pas te forcer à quoique ce soit. Si tu veux me parler de quoique ce soit, je t’écouterai, on doit prendre les décisions ensembles, je t’aime plus que tout, je ferai n’importe quoi pour toi, n’en doutes jamais. » Elle passa ses bras derrière son coup, tout en plongeant son regard dans le sien. Elle n’était pas habituée à le voir aussi déstabilisé, c’était une facette qu’elle découvrait chez lui, cela prouvait qu’il était humain et elle n’en avait jamais douté. « J’aime prendre soin de toi, je peux te dire que tu as la chance d’avoir une petite amie dévouée. » Elle se mit à lui sourire, elle avait séché ses larmes.


Adelian
« uc. »
Revenir en haut Aller en bas
Celian Andrei10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3187-celian-le-monde-est-plein-de-c http://www.ciao-vecchio.com/t3233-celian-l-extraordinaire-est-une-chose-le-mystere-en-est-une-autre
ID : ChouxLy
Faceclaim : Benedict Cumberbatch + © Acydic + © Pinterest + © iamhappytoseeyou + © Superhopper + © Mioune
Messages : 213 - Points : 582

Âge : 36 ans à boire du thé à 17h précises (24/12/1981)
Métier : Directeur d'un laboratoire de recherches pharmaceutiques. C'est son hommage personnel et caché à son paternel dévoré par la maladie
Sujet: Re: (terminé) Happy Birthday (+) Adelina ( le Lun 22 Oct 2018 - 21:05 )

     
Ce que je vais dire n'aura jamais été dit qu'à toi. Ce n'est pas un engagement que je fais, c'est un vrai serment. Adelina & Celian
     

     
Joyeux Anniversaire ~

     
Mal à l’aise. Être mal à l’aise : jamais il n’aurait pu penser que ces quelques mots pourraient un jour quitter ses lèvres. Pourtant, Celian avait réussi à mettre des mots sur ce sentiment si particulier qui l’habitait. Cela relevait presque du progrès. De l’évolution. Tu n’as pas à être mal à l’aise, on est ensemble, on peut parler de tout. Adelina disposait de cette capacité de projection qu’il qualifierait presque de surnaturelle. Dans son esprit, elle voyait cette vie avec le Brunet prendre forme ainsi que perdurer dans un futur proche ainsi que dans un futur plus lointain. Une capacité qu’il lui enviait. Ainsi qu’une confiance en lui-même qu’il lui enviait : son discours et ses envies transperçaient la confiance que la Brunette avait placé en son meilleur ami d’enfance ainsi qu’en leur relation. Dans un sens, cette confiance le bouleversait mais lui mettait également du baume au cœur. Elle se projetait dans la construction d’une famille avec lui. Il admirait également sa détermination dans certains domaines comme celui-ci, où il était tout à fait incapable d’être aussi catégorique qu’elle. Tu dis ça, mais je te rappelle que je n’ai pas toujours fait des bons choix, je me suis bien retrouvé avec un homme qui s’est montré violent avec moi, alors qu’au début, je pensais que c’était quelqu’un bien. Je trouve toujours le moyen de me mettre en difficultés, alors oui, je suis parfois sûre de moi, mais pas forcément pour les bonnes choses. Un événement qu’il n’avait pas oublié : loin de là. Elle lui en avait déjà brièvement parlé lors de leurs retrouvailles à Naples, lorsqu’il l’avait revu pour la première fois depuis vingt ans dans ce petit café. Le scientifique n’avait pas jugé opportun de revenir sur le sujet, sachant pertinemment qu’Adelina l’aborderait, si elle le souhaitait. Mais il n’avait pas oublié, loin de là. Certes, mais on ne peut pas toujours faire le bon choix : nous ne sommes pas parfaits. Je suis le premier à avoir fait de mauvais choix. Un seul parmi tant d’autres : cela arrive de temps en temps. Sa démarche était plus que bancale, afin d’essayer de la rassurer, mais il ne savait comment faire autrement. Il ne savait quels étaient les bons mots.

     L'instant d’après, Adelina commença à fondre en larmes suite à ses paroles : Celian n’avait peut-être pas cette capacité à se projeter dans son futur certain, mais il savait que s’il devait se projeter avec quelqu’un, son amie d’enfance était la bonne personne. Adelina, qu’est-ce que… Il était plus que déstabilisé par cette réaction à laquelle il ne s’attendait pas : il ne comprenait plus. Excuse-moi, je suis trop émotive. Quand tu me dis que je suis la bonne personne pour toi, ça me rend heureuse. Elle finit par le serrer dans ses bras. Surpris, les bras ballants, il hésita quelques instants avant de passer ses bras dans le dos de sa petite amie. C’est encore récent et tu as peur, c’est normal, même si je veux des enfants, j’ai aussi des appréhensions, mais avec toi, je sais que je m’en sortirai. Je veux que tu sois heureux, je ne veux pas te forcer à quoique ce soit. Si tu veux me parler de quoique ce soit, je t’écouterai, on doit prendre les décisions ensembles, je t’aime plus que tout, je ferai n’importe quoi pour toi, n’en doutes jamais. Elle ferait n’importe quoi pour lui. Ses déclarations avaient toujours cet effet sur lui-même : cet effet d’uppercut. J’aime prendre soin de toi, je peux te dire que tu as la chance d’avoir une petite amie dévouée. Elle s’était détachée de lui pour continuer sa remarque, passant ses bras derrière son cou et en lui souriant. Tu as raison. Je crois que j’ai de la chance. Il faisait cette constatation plus pour lui-même que pour autre chose. Tu places toute une confiance en moi… Ecoute… Je te promets que l’on reprendra cette discussion, car j’ai bien entendu que c’était quelque chose que tu souhaitais… Une famille. Un petit rire nerveux lui échappa suite à l’évocation de ce mot. Une famille. C’est étrange comme ce mot semble avoir une toute connotation lorsque c’est toi qui le prononces… Laisses-moi juste un peu plus de temps afin que… J’essaie de me projeter… Une capacité dont je ne suis pas naturellement doué, je te l’accorde : notamment dans les relations avec les autres. Mais je te promets que je ne mettrai pas 20 ans cette fois-ci à me décider.

Il leur avait déjà fait perdre énormément de temps, la Blondine Anabela, l’amie d’Adelina, le lui avait bien fait comprendre. Posant une main quelque peu hésitante sur la joue de la jeune femme, il l’embrassa avec une certaine passion retenue. Non pas pour éluder le sujet mais bien pour lui prouver que sa décision serait positive : il venait de le lui dire, elle était la personne qu’il lui fallait. S’il y avait quelqu’un avec qui construire quelque chose, Adelina était la personne. Tout ce dont il avait besoin, c’était d’un délai pour s’imaginer dans la peau d’un paternel. Thé ou café ? Finit-il par lui demander dans un souffle. Celian ou l’art passer d’un sujet à l’autre sans aucune transition.
     
(c) crackle bones

     



Je ne sais rien de ce qu'on appelle le destin, pourtant en cet instant, je ressens soudain ce besoin de croire qu'il est present
Revenir en haut Aller en bas
Adelina Alma10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2209-il-faut-avancer-ne-jama http://www.ciao-vecchio.com/t2210-adelina-alma
ID : Ran94, Marjorie
Faceclaim : Louise Brealey + Schizophrenic(avatar), .plùm(sign), tumblr + sherlollyresources(gifs)
Multi-comptes : Rafael
Messages : 6353 - Points : 2454

Âge : 36 ans (18/07/1982)
Métier : Directrice/Animatrice en centre de loisirs
Sujet: Re: (terminé) Happy Birthday (+) Adelina ( le Ven 26 Oct 2018 - 21:54 )
« Tu as raison, personne n’est parfait, et puis quand on aime quelqu’un, on apprécie aussi ses défauts. » Elle aussi avait fait des mauvais choix et ça lui arrivait encore, mais cette fois, elle avait quelqu’un qui la rattraperait avant qu’il soit trop tard. Celian était une partie d’elle, il la complétait, même s’ils s’opposaient sur certaines choses, ils étaient faits pour être ensemble. Quand le pauvre, quand elle fondit en larme, il n’a pas du trop comprendre, mais elle lui avait qu’elle était trop émotive, puis avoir son homme prêt à la rassurer et la serrer dans ses bras, c’était une sensation merveilleuse. « On a tout les deux de la chance, après tout si tu n’avais pas été là pour me rattraper, je ne serais pas là aujourd’hui. » Elle voulait aussi lui faire comprendre qu’il ne devait jamais se sentir coupable à cause de ce qui s’était passé, avant de se mettre ensemble, lors de leur deuxième rencontre, elle avait remarqué de la culpabilité dans sa voix, quand elle avait évoqué sa tentative de suicide. Au contraire sans Celian elle serait morte, un jour, peut être que ça leur ferait du bien d’en parler réellement, ça ferait un poids en moins. « Si tu veux voir ce que ça fait de s’occuper d’enfant, je peux t’emmener au centre, tu seras servi. » Quoiqu’il pourrait en être dégouter, vu que certains étaient des vrais petits monstres, ce n’était peut-être pas l’idée du siècle. « De temps en temps, je relancerai le sujet, mais je ne ferai pas toutes les semaines, je sais être patiente. » Enfin pas trop, donc elle espérait qu’il arriverait à se projeter rapidement.

C’est alors qu’il prit l’initiative de l’embrasser, c’est qu’il s’améliorait, car c’était souvent elle qui faisait le premier. « J’aime quand tu m’embrasses, surtout que tu es très doué. » Adelina était sur qu’il prenait goût à ce genre de contact, normal quand on est amoureux. « Je vais prendre du thé, tu sais j’aime ça de plus en plus, j’ai l’impression que tout ceux qui m’entoure boive du thé. » Elle n’insisterait pas plus sur le sujet des enfants, car vu comment il avait dévié, il n’avait pas envie de s’éterniser dessus et elle pouvait le comprendre. « Tu sais que j’ai encore les photos de notre enfance et adolescence. » Même si elle trouvait que ces photos ne la mettaient pas en valeur, c’était des souvenirs précieux, elle les regardait de temps en temps, elle comptait bien les emmener quand elle emménagerait. « Tu te plais à Naples ? » Elle supposait que oui, mais si ça se trouve, il voudrait peut être repartir à Londres un jour et cette fois, elle serait prête à le suivre, même si elle voulait continuer de vivre ici, elle suivrait ce que son cœur lui dirait. Cependant, elle se disait qu’elle n’aurait sans doute pas à ce choix à faire, car Celian n’était pas revenu pour rien.


Adelian
« uc. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: (terminé) Happy Birthday (+) Adelina ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- (terminé) Happy Birthday (+) Adelina -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Santa Lucia :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Santa Lucia :: Résidences