Revenir en haut
Aller en bas


 

- Si tu veux un ami, sois son ami. ⁂ Megara -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
ID : Ingrid // Sharky
Faceclaim : Gal Gadot ©angel180886
Multi-comptes : Toby, Vittoria & Ban-Ryu
Messages : 311 - Points : 1176

Âge : 34 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
Sujet: Si tu veux un ami, sois son ami. ⁂ Megara ( le Dim 5 Aoû - 21:06 )
Depuis qu’elle avait appris la mauvaise nouvelle sur son état de santé : elle voyait sa vie différemment. Demain elle devrait donner une réponse concernant le traitement : le plus tôt sera évidemment le mieux. Attendre n’est jamais conseillé dans ce genre de situation, mais ce n’était pas une mince affaire. Si la réponse semblait évidente : elle ne l’était pas. Disons que si elle perdait l’usage de sa voix après le traitement : elle ne savait pas si l’affection de ses proches suffirait à lui donner la force de continuer à vivre. Un chanteur pouvait-il continuer d’exister sans sa voix ? D’un autre côté, il y avait une chance pour que l’opération puis les traitements fonctionnent parfaitement. Malgré tout, c’était l’appréhension de souffrir qui la retenait : la douleur avait une forme différente mais elle estimait que cela ne changeait en rien le fait qu’elle avait assez donné dans ce domaine. Si tel était la volonté de Dieu : alors elle devrait mourir de cette maladie. Pourquoi infligerait-il un cancer à une de ses fervents sujets s’il n’y avait pas un but précis ? Certes, l’agonie qui l’attendait, si elle refusait d’être hospitalisée était une certitude, mais elle préférait en un sens plutôt que de recevoir un traitement qui a des chances de ne pas marcher. C’est une de ses connaissances qui la sortit de ses pensées. Le metteur en scène recherchait des chanteurs pour son prochain Opéra et avait demandé à Vera de l’aider puisqu’elle avait décliné son offre. Alors, elle assistait aux auditions en prenant des notes. Les cantatrices qui se succédaient ne chantaient pas juste. Une, seulement, était potable sur les vingtaines qui ont défilé. Si les objectifs du metteur en scène étaient de faire un triomphe et séduire la foule par la voix de ses chanteurs : il allait falloir que cette jeune femme travaille d’arrache-pieds mais c’était mieux que rien. Disons ça comme ça. Les auditions masculines ne furent pas mieux même si un baryton arriva à sortir du lot.
À la fin, Vera alla donner ses notes avant de prendre congé. Elle avait besoin de prendre l’air avant d’aller à l’aéroport chercher son père et sa mère. Le médecin avait donné des antidouleurs pour l’aider dans son quotidien mais elle faisait son possible pour ne pas les prendre. Elle devait s’habituer à la douleur si cela devait devenir sa vie de tous les jours autant s’y faire maintenant. La chaleur de Naples l’étouffait, elle préférait clairement être dans le Nord durant l’été : l’air sec n’était jamais bon pour les voix d'un chanteur. Montant dans sa voiture, elle conduisit jusqu’à aéroport et récupéra ses parents. Le silence pesant dans la voiture ne la dérangea pas : elle avait l’habitude. Comme toujours, sa mère faisait la conversation. Un genre de question / réponse. Vera savait que ce n’était que des formules de politesse : ils n’en avaient rien à faire de ses réponses. Elle n’avait pas encore annoncé la nouvelle à sa famille et ses géniteurs seraient les derniers à savoir sur sa maladie. Se garant devant la villa, elle aida son père à décharger les valises avant d’aller ouvrir la porte. Winston sauta de joie en voyant sa maman revenir et se jeta dans ses bras à peine ses chaussures enlevées. S’avançant sans regarder, Vera marcha sur la corne qu’il utilisait pour jouer au Viking avec ses camarades. Elle jura silencieusement sans pour autant lâcher son fils :

« Je t’ai déjà dit de ranger tes jouets mon cœur. » Elle embrassa son front et le reposa au sol. « Oui je sais mais j’étais trop occupé : je devais aller décapiter le dragon tu comprends ? » Vera rigola doucement. Quand son fils vit ses grands-parents, il se redressa et tira sur son t-shirt avant de s’incliner respectueusement devant eux. Cependant, sa grand-mère ouvrit rapidement ses bras et prit son petit-fils dans ses bras.

Après avoir essuyé quelques réflexions désobligeant sur l’état de sa maison, Vera alla rapidement se changer : elle avait rendez-vous en début de soirée avec une amie. Megara. Leur amitié avait commencé par hasard et s’était construite au fil des lettres échangées. Aujourd’hui, elle était une précieuse connaissance. Qui sait… Elle trouvera les mots pour la conseiller et l’aider à choisir une route. Laissant Winston avec ses parents, elle ne promit pas de ne pas rentrer tard : la nourrice de son fils avait pour ordre de rester avec lui et de garder un œil sur les grands-parents. Elle avait toujours peur que son seul enfant subisse les mêmes sévices qu’elle à son âge.

Vera se gara devant la maison de Megara. Elle connaissait le quartier : son cousin habitait juste un peu plus loin. Le hasard ne faisait jamais les choses à moitié. Elle sortit, verrouilla sa Mini, lissa son costume de lin blanc pour pouvoir être présentable devant son hôte. Une boîte avec des macarons de La Durée dans ses mains, elle sonna et attendit sagement que Megara vienne lui ouvrir. En voyant le visage de son amie, elle lui offrit le plus beau sourire possible et la prise dans ses bras.

« Cela fait bien trop longtemps. » Elle la serra légèrement avant de s’éloigner : « J’ai apporté le dessert. » Vera n’aimait jamais venir chez les gens les mains vides.


love at first sight
« I can resist everything except temptation. »
Oscar Wilde by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
 
- Si tu veux un ami, sois son ami. ⁂ Megara -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences