Revenir en haut
Aller en bas

anipassion.com
 

- La violence est une forme de faiblesse. ⁂ Ban-Ryu -

CIAO VECCHIO :: Gestion des Personnages :: Présentations :: Terminées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Ban-Ryu KimLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3877-la-violence-est-une-forme-de-f http://www.ciao-vecchio.com/t4002-zero-de-conduite-ban-ryu#127292
ID : Sharky, Ingrid
Faceclaim : Kim Woo Bin ©Applestorm
Multi-comptes : Tobias, Vera, Vittoria & Ishbel
Messages : 78 - Points : 186
Âge : 33 ans
Métier : Fils d'un des actionnaires majoritaires de Samsung, il a prit sa place autour de la table à sa mort il y a 5 ans de cela et représente aujourd'hui la compagnie en Europe même si le business n'est pas sa tasse de thé.
Sujet: La violence est une forme de faiblesse. ⁂ Ban-Ryu ( le Sam 11 Aoû 2018 - 21:42 )
On a gathering storm comes a tall handsome man in a dusty black coat with a red right hand
Ban-Ryu Kim
personnage inventé
Identité : Ban-Ryu Kim ; surnommé Ryu par la plupart de ses proches

Naissance :32 ans, né à Séoul le 22 Septembre 1985

Origines : Origine Coréenne, il possède aujourd'hui la nationalité Italienne également.

Statut :Célibataire, bisexuel qui n'a pas vraiment de préférence.

Métier : Fils d'un des actionnaires majoritaires de Samsung, il a prit sa place autour de la table à sa mort il y a 5 ans de cela et représente aujourd'hui la compagnie en Europe même si le business n'est pas sa tasse de thé.

Argent : Plus qu’aisé, même s'il ne le montre pas. En effet il n’a pas été élevé dans le luxe alors ne ressent pas le besoin de montrer sa supériorité monétaire sauf exception.

A Naples depuis : De ses 5 ans jusqu'à ses 23 ans. Il est de retour depuis deux ans et demie sur le sol Italien.

Intelligent, un problème n'en a clairement pas un avec lui. Rusé, autant qu'un renard : même si cela est la dernière chose qu’il fera de sa vie il trouvera un moyen de mettre à exécution son plan. Observateur, il arrive rapidement à définir qui vous êtes, mais également ce qui vous tracasse ou bien vous rends heureux. Quelque chose qui le rend très énervant vous devez le concevoir ainsi : ce qui est une qualité pour lui est un défaut pour vous. Indépendant, on n'est jamais mieux servi que par soit même n'est-ce pas ? Manipulateur, il sait manier les mots, assez pour obtenir ce qu’il souhaite. Tôt ou tard vous succomberez à son charme. Après tout, lui qui n’aimait pas le business a pris goût au jeu de tromperies que ce métier implique. Jaloux, quand Ban-Ryu a jeté son dévolu sur quelque chose il estime tout simplement que c'est à lui. Le premier ou la première qui veut clamer ce qui lui appartient doit se préparer à recevoir son courroux. Violent, de tout temps il a eut cette colère qui sommeille dans son cœur, cette envie de tout détruire et de frapper tout ce qui bouge. Colérique : le faire sortir de ses gonds n’est jamais conseillé mais difficile de ne pas recevoir sa disgrâce quand il est constamment à fleur de peau.

poids :
90 kg
alcool :
5 verres
cigarettes :
7 par jour


la chanson la plus écoutée en boucle :
The Mercy Seat Nick Cave & The Bad Seeds


Conclusion de votre vie Sa conclusion est mitigée. D’un côté, il aime ce qu’il est devenu ; probablement, car contrairement aux autres membres de sa famille, il n’est pas imbu de lui-même. La trentaine passée, rien n’a réellement changé. Il a une héritière du nom de Mee Yung, qui est surnommée Mei ; il a de l’argent et un travail stable ; il est veuf donc libre de faire ce qu’il veut d'où sa consommation de cigarettes et d’alcool. De l’autre côté, il a encore des démons du passé : cette colère et violence qui ne se sont jamais ternie avec les années. Cela le rend parfois instable et irritable. Il trouve cependant son salut dans la médiation et en suivant les principes bouddhistes. Il n’y a pas d’âge pour changer et devenir un homme meilleur n’est-ce pas.

(un) Ban-Ryu est le fils de Ga-Ra et de Hyun-Seon. Un enfant hors mariage pour sauver le vrai héritier de la compagnie qui dès sa naissance montre des problèmes de santé, les docteurs parlaient déjà de plusieurs transplantations d'organes nécessaire quand il sera plus grand. Avec In Soon, morte en couche en donnant naissance à Hyun-Su, il fallait trouver un moyen de sauver cet enfant. Alors, après une longe réflexion : Hyun-Seon séduisit Ga-Ra, sa secrétaire et neuf mois, plus tard, vient au monde Ban-Ryu. Malheureusement, l’enfant n’est pas compatible avec son demi-frère. Il est donc envoyé rapidement chez sa grand-mère paternelle. Sa mère, quant à elle, devient la femme de son père et ensemble tente de refaire un enfant pour sauver Hyun-Su. Cinq ans plus tard, naît Hyun-Joong. Lui aussi incompatible : avec Ban-Ryu il est envoyé en Italie : loin de sa famille, de son pays. (deux) Enfant éveillé, il comprend rapidement qu’il n’est pas voulu et après huit ans à demander où était sa maman : il a arrêté de poser la question du jour au lendemain ayant décidé de prendre soin lui-même de son jeune frère. (trois) Ayant pour seul modèle la vertu, la patience et la sagesse de sa grand-mère : on aurait pu croire que cet enfant allait bien tourner. Que nenni. Dès ses premiers jours à l’école : il montre qu’il est le chef ; qu’il est un leader né et que ceux qui ne le suivent pas sont des adversaires. Beaucoup de fois la vieille dame qu’est sa grand-mère a été obligée d’aller à l’école pour parler avec le principal et le supplier de ne pas renvoyer son petit-fils. C’est d’ailleurs en écoutant à la porte qu’il a appris la raison de sa venue au monde : ne faisant qu’accentuer sa rage et sa colère envers les adultes. (quatre) Mee Yung, sa grand-mère, décida de le prendre en main et au lieu de le punir, de le faire tomber un peu plus dans la spirale de la violence, l’emmena au temple Bouddhiste. Ban-Ryu trouva alors une paix intérieure, il se créa une bulle pour pouvoir se réfugier quand la colère était bien trop grande en lui. Alors, à partir de ses dix ans : on ne lui connut plus d’esclandres violentes. Mee Yung l’inscrit également à des cours de Wing Chan pour canaliser ce qui restait de cette rage intérieur. (cinq) L’adolescence pointant le bout de son nez, ses hormones en feu, il apprend à son contrôler : à ne plus être esclave de ses pulsions, de son caractère. Il devient maître de lui-même et organise son quotidien de telle sorte qu’il n’a pas le temps de réfléchir ; de ne pas avoir le temps de haïr la terre entière et notamment son père, mais également sa mère. (six) Ayant maintenant un contrôle sur sa personne qui reste malgré ses efforts instables ; Ban-Ryu suit les pas de sa grand-mère et aide son prochain. C’est pourquoi, lorsque son ami de toujours Elio est un jour arrivé à l’école avec des ecchymoses et autres blessures inquiétantes : il décida de mettre les pieds dans le plat et de sortir les Benucci de leur misère. Bravant le père d’Elio et d’Agata : il les emmena vivre dans leur modeste maison jusqu’à ce que ces derniers trouvent un appartement. Ils étaient comme un frère et une sœur : Ban-Ryu ne pouvait plus rester à contempler la dégradation de celui qui a été depuis les premiers jours : son meilleur ami et bien plus encore. (sept) Après une licence en mathématiques : Ban-Ryu imaginait sa vie derrière un bar : il avait déjà en tête de continuer son travail qu’il faisait en parallèle de ses études. Il aimait le contact avec les gens, il apprenait à force de les côtoyer à être une personne plus altruiste : ce qui manquait cruellement à son caractère bien trop dominateur. (huit) Malheureusement, le jour de ses 23 ans : son père qui n’avait jamais adressé la parole à son fils l’appela. Il demandait à Ban-Ryu de revenir à Séoul : son demi-frère étant mort ; force était pour lui d’admettre qu’il était maintenant le seul héritier. Si au début, il refusa : ce sont les yeux larmoyants de sa grand-mère qui l’obligèrent à faire sa valise ; à dire au revoir à sa vie en Italie qui lui avait permis d’être un homme meilleur mais aussi à ses quelques amis. (neuf) De retour après sept ans, c’est un homme complètement différent qui arrive à l’aéroport de Rome. Encore plus sûr de lui, imbus de lui-même : il est redevenu celui qu’il était. Violent, un homme impulsif même si en un sens il est devenu plus réfléchis. Il faut dire qu’à la mort de son père il a endossé un rôle qui l’oblige aujourd’hui à être une personne qui pense avant d’agir. Cependant, cela n’enlève pas le fait qu’il est devenu un business man aussi vicieux qu’un serpent. Dans le monde du commerce : il n’y avait pas de place pour les faibles. Seuls les forts pouvaient survivre et Ban-Ryu se croit à la tête de la chaîne alimentaire. Il est celui qui dévore et non celui qui se fait manger tout cru. (dix) Cela fait maintenant deux ans et demi qu’il est de retour à Naples : il mène le business de Samsung en Europe d’une main de fer et n’hésite pas à écraser les concurrents, mais pas seulement. Il est le premier à s’allier à des compagnies plus petites : en les intégrant à la grande firme, il a permis à la compagnie chérie de son père de prospérer et de devenir encore plus forte.
ton groupe :BARBARESCOton avatar :kim woo bin


pseudo, prénom :Sharky, Ingrid.combien de bougies ?Une de plus.d'où viens-tu ?God save the ♕.comment t'as atterri ici ?par hasard




Dernière édition par Ban-Ryu Kim le Sam 18 Aoû 2018 - 23:13, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ban-Ryu KimLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3877-la-violence-est-une-forme-de-f http://www.ciao-vecchio.com/t4002-zero-de-conduite-ban-ryu#127292
ID : Sharky, Ingrid
Faceclaim : Kim Woo Bin ©Applestorm
Multi-comptes : Tobias, Vera, Vittoria & Ishbel
Messages : 78 - Points : 186
Âge : 33 ans
Métier : Fils d'un des actionnaires majoritaires de Samsung, il a prit sa place autour de la table à sa mort il y a 5 ans de cela et représente aujourd'hui la compagnie en Europe même si le business n'est pas sa tasse de thé.
Sujet: Re: La violence est une forme de faiblesse. ⁂ Ban-Ryu ( le Sam 11 Aoû 2018 - 21:42 )
7 ans en CoréeLe succès est le résultat d'une succession d'échecs que l'on a surmonté sans jamais abandonner.
25 Septembre 2008 - Séoul, Corée du Sud

18 ans, cela faisait 18 années qu’il n’avait pas foulé le sol de son pays natal. Ban-Ryu était partagé entre le plaisir de revenir en Corée et l’hypocrisie de la situation. À l’aéroport, des hommes en costumes trois pièces l’attendaient de pieds fermes. Au milieu d’eux, un homme plus petit et trapu aux traits stricts le fixait du regard. Aucune erreur possible : cet homme était son père. Hyun-Seon était comme dans les souvenirs de l’enfant qu’il était quand il est parti vers l’Italie. Ryu s’inclina une fois devant son père et sans plus de cérémonie le suivit jusqu’aux voitures.

« Tu as fait bon voyage ? » Demanda son géniteur une fois dans la voiture. Son deuxième fils ne lui répondit pas. « Ga-Ra t’attend avec impatience à la maison. » Il haussa les épaules : « Je me demande bien pourquoi elle m’attend. Ce n’est pas comme si elle me connaissait n’est-ce pas ? » Il entendit Hyun-Seon soupirer longuement mais continua de regarder par la fenêtre les immenses immeubles de la capitaine de la Corée du Sud. « Les funérailles de Hyun-Su sont demain. » Il hocha la tête : « J’ai demandé à ta grand-mère tes mensurations : un costume a été préparé. » Ban-Ryu souffla longuement : « Je ne vois pas pourquoi je devrais y aller. Je ne le connaissais pas. » Hyun-Seon se tourna vivement vers lui : « Parle encore une fois de la sorte de ton aîné et… - Et quoi ? Tu vas me renvoyer et demander à Hyun-Joong de venir ? Il est pire que moi, vous détestes encore plus : j’ai fait en sorte que si un jour il te voit il ne te reconnaisse même pas comme son géniteur. » Hyun-Seon était bloqué, il avait besoin de Ban-Ryu mais il était aussi borné que lui et ses années en Italie ne lui avaient pas appris la politesse qui était due au chef de famille en Corée.

Arrivé à l’immense maison, Ryu sortit de la voiture en rigolant ironiquement. « Ah ouais donc vous vivez dans le grand luxe alors que grand-mère à juste eut le droit à une pauvre maison quatre pièces ? » Hyun-Seon ne répondit pas à cette provocation et donna ses ordres aux domestiques pour qu’ils emmènent les bagages de son fils cadet à l’intérieur. Ga-Ra attendait à la porte, en voyant ses yeux larmoyants : Ban-Ryu serra les dents. Quel cinéma. Pensa-t-il avant de la laisser courir vers lui pour le prendre dans ses bras. « Mon fils, mon fils. » Répétait-elle encore et encore mais son fils restait stoic. « Mère. » Voilà sa seule réponse, cela n’arrêta pas Ga-Ra d'embrasser mille et une fois tendrement cet enfant enfin revenu au pays.

Ban-Ryu comprit alors qu’il allait devoir prétendre être heureux, avoir quelque chose à faire de ces deux personnes qui lui avaient permis de naître, mais envers qu’il n’avait aucune autre dette.

01 Octobre 2008 - Séoul, Corée du Sud  

« Je vous présente à tous : mon fils, Ban-Ryu. Il est dorénavant mon successeur. Je vous demande d’être indulgent avec lui et vous implore de lui apprendre tout ce que vous savez pour qu’il puisse prendre à ma mort ma place à cette table. »  Les hommes d’affaires applaudirent discrètement et Hyun-Seon fit signe à son fils de s’asseoir. Sa longue éducation pour être une parfaites copie de son père pouvait commencer.

22 Septembre 2009 - Séoul, Corée du Sud

Cela faisait presque un an qu’il était en Corée et son père s’était mis en tête de faire une immense fête en son honneur et pour ses 24 ans. Hyun-Seon voulait également profiter de ce moment pour faire une annonce qui allait changer la vie de son fils. Naturellement, Ban-Ryu n’en savait rien : il n’avait pas le choix de toute façon : une alliance devait être faite tôt ou tard. On ne lui demandait jamais son opinion de toute façon. Pourtant, durant cette année il s’était assagi sur beaucoup de poids : notamment son attitude envers son père. Ga-Ra passait le plus clair de son plan à tenter de se faire pardonner par son fils. Elle regrettait, oui et elle ne savait pas quoi faire pour récupérer cet amour bafoué. Ban-Ryu de son côté suivait comme un parfait petit mouton : se défoulant sur les domestiques quand il en ressentait le besoin. En Corée, il n’y avait personne pour calmer ses excès de folies et ce n’étaient pas les quelques appels qu’il avait avec Elio qui aidait. Bien au contraire, il avait progressivement arrêté de l’appeler toutes les semaines, car cela était bien trop douloureux. Ici, il n’avait personne et dans sa forteresse de solitude rien ne pouvait arrêter son mauvais caractère. Mieux encore : on disait oui à chacun de ses caprices histoire de mettre de l’huile sur le feu.
La soirée se déroulait comme la plupart de ces soirées mondaines qui insupportaient Ban-Ryu, il pensait déjà à un moyen de s’éclipser d’une conversation entre eux autres actionnaires de Samsung quand son père prit le micro pour faire une annonce. Il lui demanda de monter sur scène, ce qu’il fit en fermant sa veste et saluant les invités qui l’applaudissaient. Après avoir souhaité à nouveau un joyeux anniversaire à son fils, il présenta à l’assemblée celle qui était dans un coin du buffet à manger un petit chou à la crème. La lumière sur elle l’éblouit et Ban-Ryu fronça les sourcils et comprit rapidement où son père voulait en venir.

« Hwa-Young, rejoint nous veux-tu. » La jeune femme, prise en flagrant délit sourit à tout le monde : la bouche pleine, elle avala rapidement la pâtisserie pour pouvoir rejoindre les deux hommes. Une fois près de lui, Hyun-Seon attrapa sa main puis celle de son fils. « Je suis fier de vous annoncer les fiançailles de mon fils Ban-Ryu et de Hwa-Young, fille de l’honorable chairman Kwang-Ho. » Les deux jeunes gens surpris se regardèrent alors que les convives les félicitaient.

27 Mars 2010 - Séoul, Corée du Sud

Il a fallu sept mois à Ban-Ryu pour apprécier la belle qui lui a été promise. Hwa-Young, quant à elle, était conquise dès les premières heures passées en sa compagnie. C’est bien parce qu’elle est tombée sous le charme de cet ours mal léché qu’elle n’a pas lâché le morceau et s’est battue pour l’avoir. Calmant ses colères, trouvant les mots pour percer son cœur qui s’était refroidit depuis son arrivée sur le sol Coréen. Elle a tellement bien fait son travail qu’un matin Ban-Ryu à réaliser qu’au final son union avec Hwa-Young n’était pas une si mauvaise chose. Après tout, s’il devait se marier autant que sa soit une personne comme elle à ses côtés qui ait la patience nécessaire pour calmer son caractère de feu. Alors, quand le mariage eu lieu en Mai de cette même année ce fut une grande célébration et un heureux évènement. Pourtant dans un coin de sa tête était toujours un homme qui contre vents et marées restait présent.

27 Février 2014 - Séoul, Corée du Sud

« C’est une fille. » Une femme habillée de rose s’inclina en le félicitant. Avec ses parents, il attendait impatiemment dans la salle d’attente de savoir de quel sexe serait son enfant. Il sourit comme un idiot. Il avait une fille. Il était père. Il se leva, fébrile : pour la première fois de sa vie il ne savait pas quoi faire de ses dix doigts. Alors, il lissa son costume et se racla la gorge avant de suivre l’infirmière. En rentrant dans la chambre, il pouvait déjà entendre les gazouillements du nouveau-né. Un bouquet à la main, il s’approcha du lit et embrassa délicatement sa femme. « Merci de m’avoir donné une fille. » Il caressa amoureusement sa joue tout en la regardant dans les yeux. « C’est plutôt moi qui te remercie de me rendre si heureuse. » Elle lui vola un baiser et lui présenta le bébé. « Je te laisse la nommée. Je sais que tu choisiras le bon prénom. » Ban-Ryu posa les fleurs et prit la petite fille avant de s’asseoir sur le lit. « Kim Mee Yung. Comme ma grand-mère. » Hwa-Young hocha la tête : « Cela lui va à merveille. » Elle regarda amoureusement son époux. « Je t’aime Ban-Ryu. » Il releva son regard de la poupée qu’il berçait doucement : « Je t’aime encore plus Hwa-Young. » Elle était l’amour de sa vie. Il le savait. Celui féminin tout du moins. Il n’avait la place que pour une personne de chaque sexe dans son cœur et l’homme qui tenait la place masculine était à plusieurs milliers de kilomètres. Dans quelques mois, lui aussi serait papa selon Agata avec qu’il gardait contact. Ban-Ryu espérait de tout son cœur qu’Elio était heureux lui aussi. Il ne souhaitait que son bonheur après tout.

09 Novembre 2016 - Séoul, Corée du Sud

« Nous sommes désolés, nous avons fait ce que nous avons pût mais… Mais elle n’a pas survécu. » Ban-Ryu se laissa tomber lourdement sur le siège de la salle d’attente. Il attrapa sa tête entre ses mains : n’écoutant plus le chirurgien qui s’inclina : « Si vous voulez la voir, nous vous emmènerons à elle. » Puis il partit : laissant le jeune veuf seul. Hwa-Young avait été percuté par une voiture alors qu’elle traversait la route. Un cas de hit and run comme il arrive constamment à Séoul sauf que cette fois-ci : c’était sa femme qui était morte et ça : il ne pouvait pas l’accepter. Alors, il se releva : aucune larme ne coulait de ses yeux bien trop noir. Il descendit à la morgue et en rentrant sentit son cœur s’arrêter. Hwa-Young reposait là, à quelques mètres de lui. Sa peau, plus pâle qu’à l’ordinaire, était couverte d’égratignures en tout genre. S’approchant respectueusement : il attrapa sa main et embrassa son front. « Je prendrais soin de notre fille, je te le promets mon amour. » Il ferma les yeux, sa voix tremblait : il ne pleurait pas mais les émotions étaient tout de même là. « Je sais que tu n’aurais pas aimé, mais je vais retrouver celui qui t’a fait ça et lui ferait payé. Je te le promets. » Il avala difficilement sa salive et la regarda. Remettant une mèche de cheveux derrière son oreille il chuchota pour elle et seulement pour elle : « Je t’aime, je t’aimerai jusqu’à mon dernier souffle. » Il embrassa ses lèvres avant de partir en faisant signe qu’il pouvait préparer le corps pour la cérémonie.

11 Novembre 2016 - Séoul, Corée du Sud

Ban-Ryu avait revêtu son costume le plus beau, en tête de la ligne : il recevait les amis, la famille venus rendre un dernier hommage à Hwa-Young. Mei, bien trop jeune, pour perdre sa maman ne lâchait pas la jambe de son papa : refusant de saluer les gens venus dire au revoir à Hwa-Young. Ouvrant la marche avec sa fille, c’est son beau-père qui porta son portrait jusqu’à la voiture mortuaire, précédé par le cercueil. En regardant le corbillard s’éloigner avec sa femme, il attrapa sa fille et la serra contre lui : « Je ne te laisserais pas tomber ma fille. Je te le promets. On va rester tous les deux ok ? » Mee Yung hocha la tête avant d’enfouir son visage dans le cou de son père.

24 Décembre 2016 - Séoul, Corée du Sud

À l’heure où toutes les familles se retrouvaient pour fêter Noël, Ban-Ryu était dans sa voiture à surveiller un homme. Park-Lee Young. Un business man des plus normal qui à un goût trop prononcé sur la boisson et les femmes: c’est lui qui à renverser sa femme et au lieu de s’arrêter pour appeler les secours avait continué tranquillement sa course. Les vidéos tirées des caméras de surveillance étaient sans équivoque. Alors, cela faisait plus d’un mois qu’il était sur ses traces : il ne pourrait faire son deuil qu’en éliminant celui qui a arraché son cœur. En le voyant sortir d’un club, ivre avec sa maîtresse : Ban-Ryu démarra la voiture et suivit le taxi dans lequel ils étaient montés. Devant chez lui, il sortit en même temps que le couple. Il le siffla et s’approcha vivement de lui. Regardant la jeune femme, il lui sourit et sortit un billet de 50000 wons. « Tiens honey, va donc t’acheter une vie avec ça. » Il lui fit un clin d’œil charmeur : « J’ai besoin de parler au monsieur… » La femme rigola et partit sans demander son reste sous le regard exaspéré de Park-Lee : « Et tu comptes me donner ton cul pour compenser. » Ban-Ryu se força à sourire en penchant sa tête sur le côté : « Non, bien sûr je compte t’offrir un cours d’anatomie en prenant tes os comme exemple. » Il sourit et regard autour de lui. Cet idiot vivait dans un quartier malfamé, mal éclairé et toutes les caméras du quartier devaient être éteinte maintenant comme prévu. Il passa son bras par-dessus son cou et le força à rentrer dans une ruelle adjacente où il entreprit de le frapper encore et encore jusqu’à sentir tous ses os craqués. Pour l’achever, il prit une barre de fer pour lui exploser le crâne. Une fois l'homme mort, il leva sa tête au ciel et ferma les yeux pour pleurer. Pas pour ce qu'il venait de faire, mais il pleura Hwa-Young. Enfin. Enfin son chagrin sortait. Là, couvert de sang, il trouvait enfin la force d'exprimer son spleen.

Quand minuit sonna, il était couvert de sang : le dos contre une poubelle et le corps de l’homme à quelques mètres de lui. Ban-Ryu s’alluma calmement une cigarette, il avait retrouvé sa paix intérieur. Trois de ses hommes de main arrivèrent. « Débarrassez-vous de lui. » Il se leva et retourna dans sa voiture pour rentrer chez lui. Mee Yung était déjà au lit, une fois lavé et douché il alla voir sa fille et se coucha à côté d’elle en la prenant dans ses bras. « On va pouvoir vivre en paix maintenant mon cœur. Appa s’est chargé du méchant. Je ne laisserais rien t’arriver mon amour. » Il embrassa son front et s’endormit en la gardant contre lui.


Dernière édition par Ban-Ryu Kim le Dim 19 Aoû 2018 - 0:01, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Flora CasaroliLa jeunesse dorée et éclatante
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : « Maurane ( Moo' ). »
Faceclaim : « Alycia Debnam Carey. L'avatar est de Fassylove et les gifs sont de Giphy. »
Multi-comptes : « non. »
Messages : 3089 - Points : 1877

Âge : « Elle est venue au monde le 17 mai 1997 à Naples. Elle a 21 ans. »
Métier : « Elle se prostitue a nouveau pour ses parents depuis environ 2 mois. »
Sujet: Re: La violence est une forme de faiblesse. ⁂ Ban-Ryu ( le Sam 11 Aoû 2018 - 21:56 )
Bienvenue & bon courage pour le reste de ta fiche.


bla bla bla -
Revenir en haut Aller en bas
Elio Benucci10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Marie
Faceclaim : Bob Morley @sweet poison
Messages : 81 - Points : 241

Âge : 32 ans
Métier : Concierge dans le building de l'entreprise Clarizio. Il ne pensait pas un jour devenir concierge,mais il faut dire que le travail lui plaît
Sujet: Re: La violence est une forme de faiblesse. ⁂ Ban-Ryu ( le Sam 11 Aoû 2018 - 22:02 )

Re bienvenue avec ce super personnage! Tu sais ce que j'en penses
Revenir en haut Aller en bas
Dante GaleoneLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2242-dante-o-this-smoking-mi http://www.ciao-vecchio.com/t2254-dante-o-never-open-up-so-afraid-to-trust
ID : Ealitya, Sandrine (ou Alice)
Faceclaim : Jamie Dornan ©Ealitya
Multi-comptes : Caitlin, Demetrio, Devraj, Erio, Loris
Messages : 10324 - Points : 7829
Âge : trente-six ans.
Métier : commandant de bord pour la compagnie aérienne Alitalia.
Sujet: Re: La violence est une forme de faiblesse. ⁂ Ban-Ryu ( le Sam 11 Aoû 2018 - 22:03 )
Bienvenue chez toi la belle. J'espère que tu t'amuseras autant que tous tes autres personnages. Tu sais où me trouver ! :)


Je sens quelque chose qui ne se dit pas, dont j’ignore la cause. C’est dans tes sourires, un je-ne-sais-quoi qui s’arrête au bord du désir. Quelle est cette voix, qui nous entraîne à renoncer sans regarder l’un vers l’autre ? Si c’est un choix, il faut qu’on s’aime, sans se lasser pour se garder l’un et l’autre. L’un près de l’autre.
Revenir en haut Aller en bas
Lorelei Caldwyn10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1403-lorelei-la-vie-c-est-co http://www.ciao-vecchio.com/t1413-lorelei-life-s-what-you-make-it-can-t-escape-it
ID : Summers / Marlène
Faceclaim : Eva Green / © Summers
Je suis absent-e : du 13 au 25, totalement niveau RP. Je passerais via le tel, rapidement.
Messages : 671 - Points : 994

Âge : 34 ans
Métier : Bibliothécaire
Sujet: Re: La violence est une forme de faiblesse. ⁂ Ban-Ryu ( le Sam 11 Aoû 2018 - 22:09 )
Bienvenue ici ou devais-je dire, re bienvenue ici


Revenir en haut Aller en bas
Anabela LaranjeiraLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2937-anabela-laranjeira-le-coeur-du http://www.ciao-vecchio.com/t3885-anabela-laranjeira-miss-atomic-bomb#125671
ID : Je suis connue sous le pseudo de pitoquinha sur les forums, sinon je me prénomme Louise.
Faceclaim : J'ai la chance de jouer la superbe, sublime, magnifique, parfaite Amber Heard. + © - avatar signé inconnu - invité sur bazzart + code signature signé astra + texte signature de "Runnin' Home to You", par Grant Gustin.
Multi-comptes : Je joue aussi Majbritt Bergman, ayant pour célébrité miss Dianna Agron, puis je joue également Mila Clarizio, ayant comme célébrité Jessica De Gouw.
Messages : 1913 - Points : 3613

Âge : Née à Lisbonne le 29.11.1986, j'ai à présent trente-deux ans.
Métier : Ancien mannequin ainsi qu'ancienne actrice, je réfléchis à une reconversion. Cela se fera très certainement dans le monde impitoyable de la mode.
Sujet: Re: La violence est une forme de faiblesse. ⁂ Ban-Ryu ( le Sam 11 Aoû 2018 - 22:24 )
Bienvenue sur Ciao Vecchio.


FRANCIANA — Can't say how the days will unfol, can't change what the future may hold, but i want you in it, every hour, every minute
You gave me no other choice but to love you
Revenir en haut Aller en bas
Ban-Ryu KimLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3877-la-violence-est-une-forme-de-f http://www.ciao-vecchio.com/t4002-zero-de-conduite-ban-ryu#127292
ID : Sharky, Ingrid
Faceclaim : Kim Woo Bin ©Applestorm
Multi-comptes : Tobias, Vera, Vittoria & Ishbel
Messages : 78 - Points : 186
Âge : 33 ans
Métier : Fils d'un des actionnaires majoritaires de Samsung, il a prit sa place autour de la table à sa mort il y a 5 ans de cela et représente aujourd'hui la compagnie en Europe même si le business n'est pas sa tasse de thé.
Sujet: Re: La violence est une forme de faiblesse. ⁂ Ban-Ryu ( le Sam 11 Aoû 2018 - 22:25 )
Merciiiii mes loulous

@Dante Galeone >>

@Elio Benucci >>
Revenir en haut Aller en bas
Safiya RahotepLe vin est un puissant lubrifiant social
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1780-safiya-celle-qui-est-lu http://www.ciao-vecchio.com/t1809-un-seul-jour-peut-equivaloir-a-l-eternite-safiya
ID : sweety / nath
Faceclaim : Zoé Saldana © smmg.(vava) / Tobias (crackships)
Multi-comptes : Augusto Rinaldi & Luna Primavera & Declan O"Reilly
Messages : 2537 - Points : 3933

Âge : 39 ans née le 20 octobre 1979 à Louxor en Egypte.
Métier : Archéologue. Travaille avec Tobias depuis son arrivée à Naples.
Sujet: Re: La violence est une forme de faiblesse. ⁂ Ban-Ryu ( le Sam 11 Aoû 2018 - 23:04 )
Re bienvenue petit cœur. Cela fait tout drôle de te voir sous ce visage. Une autre façon de t'évader.

Bon courage pour la suite de ta fiche.




" A faire flamber des enfers dans tes yeux. A faire jurer tous les tonnerres de Dieu. A faire dresser tes seins et tous les Saints. A faire prier et supplier nos mains. Je vais t'aimer. " M. Sardou
Revenir en haut Aller en bas
Ban-Ryu KimLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3877-la-violence-est-une-forme-de-f http://www.ciao-vecchio.com/t4002-zero-de-conduite-ban-ryu#127292
ID : Sharky, Ingrid
Faceclaim : Kim Woo Bin ©Applestorm
Multi-comptes : Tobias, Vera, Vittoria & Ishbel
Messages : 78 - Points : 186
Âge : 33 ans
Métier : Fils d'un des actionnaires majoritaires de Samsung, il a prit sa place autour de la table à sa mort il y a 5 ans de cela et représente aujourd'hui la compagnie en Europe même si le business n'est pas sa tasse de thé.
Sujet: Re: La violence est une forme de faiblesse. ⁂ Ban-Ryu ( le Sam 11 Aoû 2018 - 23:09 )
Merciii mon cupcake
Ouiiii un personnage aux antipodes de Tobias
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: La violence est une forme de faiblesse. ⁂ Ban-Ryu ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- La violence est une forme de faiblesse. ⁂ Ban-Ryu -
CIAO VECCHIO :: Gestion des Personnages :: Présentations :: Terminées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant