Revenir en haut
Aller en bas


 

- { monsieur Spinoza } › La première impression est souvent la bonne. -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Autres quartiers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Majbritt Bergman10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3920-majbritt-lisbeth-bergman-croir http://www.ciao-vecchio.com/t3927-majbritt-lisbeth-je-taime-une-fois-je-taime-deux-fois-je-taime-plus-que-le-riz-et-les-petits-pois#126299
ID : Je suis connue sous le pseudo de pitoquinha sur les forums, sinon je me prénomme Louise.
Faceclaim : J'ai beaucoup de chance puisque je joue la magnifique, sublime, parfaite Dakota Johnson. + ©- avatar signé .liloo_59
Multi-comptes : Je joue également Anabela Laranjeira, ayant pour célébrité Amber Heard.
Messages : 1615 - Points : 3342

Âge : Née à Göteborg le 24.12.1989, j'ai déjà trente ans.
Métier : Je suis actuellement la secrétaire personnelle (à l'essai) de monsieur Francesco Spinoza.
Sujet: Re: { monsieur Spinoza } › La première impression est souvent la bonne. ( le Mer 17 Oct 2018 - 0:33 )
La première impression est souvent
la bonne.
« Excellente secrétaire, efficace et discrète, désireuse d'accomplir son travail avec sérieux. » C'était une phrase que j'avais gardée en mémoire, par l'un de mes anciens patrons. À l'époque, je désirais rejoindre une autre société, où plutôt Enrico voulait que je change assez souvent de boite, afin que l'on ne me pose pas trop de questions, mais la véritable raison était toute autre. Il voulait s'assurer que je lui resterais fidèle, même si j'aurais pu ne pas l'être dès les premières semaines, mais je n'étais pas ainsi, à tromper l'homme que j'aime. D'ailleurs, avant Enrico, je n'avais jamais aimé un autre homme et depuis son décès, je n'en avais jamais aimé d'autres non plus.
Debout, alors que j'ai tendu mes impressions à mon nouveau potentiel patron, je reste silencieuse. Je ne sais pas encore si le travail que j'ai accompli pour ce premier dossier va lui convenir ou non. Enrico m'a toujours affirmé que si j'étais satisfaite de mon travail, c'est ce qui comptait le plus, seulement, étant une grande perfectionniste dans l'âme, je ne suis jamais satisfaite de ce que j'entreprends. Je ne sais pas s'il s'en est rendu compte et que c'était pour cette raison qu'il ne cessait de me le rabâcher, je ne le saurais jamais. Restant silencieuse, je regarde monsieur Spinoza parcourir mes impressions lorsque je me rends compte qu'il y en a sans doute trop. Il est vrai que j'ai désiré être rapide, pour lui prouver que je pouvais l'être, seulement, je pense avoir commis une erreur, qui me sera sans aucun doute défavorable. Alors qu'il parcourt toujours mes impressions, il s'amuse, taquin sans aucun doute ! Ai-je eu un problème avec le téléphone ultra moderne de mon bureau ? Oui, j'en ai eu un et il l'a forcément compris, étant donné que je lui ai téléphoné, alors que j'essayais d'appeler les héliports qu'il avait noté dans le dossier qu'il m'a demandé de traiter. Ne pipant mot, il continue, en m'expliquant que sa secrétaire précédente avait laissé un cahier, expliquant le fonctionnement du dit téléphone. Me pinçant les lèvres alors que j'essaye de ne pas trahir ma gêne, je m'empourpre légèrement, baissant les yeux. Heureusement pour moi, il me propose de m'asseoir face à lui, alors que je commence à avoir mal aux pieds, à cause de ses fichus douze centimètres de talons. Prenant place sur l'un de ses fauteuils très confortables, je réponds rapidement à sa proposition pour boire un café. « Non merci monsieur Spinoza. Je ne suis pas une grande amatrice de café. » Effectivement, je préfère de loin boire du thé vert, mon préféré, brûlant, sans sucre.
* * *
« Tu pourrais travailler pour moi. » Enrico me le répète, alors qu'il croise les bras, appuyé contre l'encadrement de la porte. Il m'a appris de nombreuses choses, s'était comme des leçons dans le fond, seulement, maintenant que je dois passer un nouvel entretien pour une société où je sais pertinemment qu'il a insisté pour que je puisse le passer, il me demande de travailler pour lui, afin qu'un fossé ne nous sépare pas, du moins, c'est ce que je suppose. « Enrico. Tu... » Il me coupe, s'approchant de moi, prenant avec tendresse mon visage entre ses mains. « Majbritt. S'il te plaît. » Il me souffle, alors que je me perds dans l'immensité de son regard bleu. « Tu as insisté pour que je passe cet entretien. » Je rétorque, alors que mon cœur frappe violemment dans ma poitrine. « Majbritt. » Il prononce seulement mon prénom, dans un souffle, avant de m'embrasser tendrement. Lorsqu'il rompt notre baiser, je me mordille la lèvre, m'empourprant. « Je ne peux pas me raviser comme ça, à une heure ou deux de mon premier entretien. Tu imagines ce que ce patron va penser de moi ? C'est bien toi qui m'a appris toutes ses règles, ces façons de faire. » Je le regarde, désespérer, avant d'attraper mon sac à main ainsi qu'un manteau noir, m'allant parfaitement. « Très bien. » Il devient froid et distant, comme lorsque nous nous sommes rencontrés, peinant à nous apprivoiser durant pas mal d'années. « Enrico, ne fais pas ça. » Il sait très bien de quoi je parle, puisqu'il se ferme chaque fois que je ne suis pas de son avis, alors que je préférerais qu'il se mette en colère, plutôt que ne plus m'adresser le moindre mot.

* * *
Mes paupières papillonnent alors que monsieur Spinoza reprend la parole. Lorsqu'il parle « d'éclaircissement », je me doute que mon travail n'est pas assez satisfaisant, je ravale difficilement ma salive. J'aurais préféré rendre un premier dossier irréprochable, c'est raté. Alors qu'il m'affirme que j'ai bien travaillé, je ne le crois pas, du moins, je ne pense pas mériter ses mots. Toutefois, il n'a pas besoin d'avoir mon ressenti, alors qu'il continue, désireux de m'expliquer comment travailler la prochaine fois, pour ne pas faire deux fois la même erreur. Seuls mes pincements de lèvres peuvent me trahir, alors que je me penche en avant pour regarder les deux devis sélectionnés, comprenant rapidement où il veut en venir. Lorsque je pose à nouveau mon regard sur monsieur Spinoza, il me demande les yeux dans les yeux, lequel des deux est le plus avantageux. « Celui-ci. » Je réponds, posant un doigt sur le devis en question, avant de poser mes mains sur mes genoux, mes jambes croisées. Alors qu'il reprend, m'expliquant davantage encore comment je dois travailler pour lui permettre d'être le plus rapide et efficace possible, j'acquiesce d'un signe de tête. « Je comprends monsieur Spinoza. » Je réponds, sans user de formules pour m'excuser, parce qu'Enrico m'a appris qu'il ne fallait pas le faire, que c'était un signe de faiblesse. « Cela ne se reproduira plus monsieur. » J'ajoute, comprenant qu'effectivement, le temps est précieux, plus encore dans ce nouveau travail, étant donné que monsieur Francesco Spinoza a une place importante et indéniable dans toute l'Italie. « Est-ce que je peux faire autre chose, rapport à ce dossier monsieur ? » Je lui demande, mon regard tenant le sien, comme Enrico me l'a appris. Cependant, à ses mots, je comprends rapidement que mon avis compte, que je dois faire des choix importants et judicieux, pour le bon fonctionnement de sa société.
Pando


J’aime le silence quand mes yeux se ferment je sens le calme et les cieux Pour ne plus être l’ombre de moi-même que je t’aime Avant de faire mes adieux
Ce que je vous laisse c’est juste un dernier cri C’est ma dernière lettre avant le paradis
Revenir en haut Aller en bas
Francesco Spinoza10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Eagle Horn
Faceclaim : Zac Efron + Merci à Vito Inglese!
Multi-comptes : James Weaver
Messages : 478 - Points : 2159
Âge : 30 ans
Métier : PDG d'une société de transport par hélicoptère et acteur majeur en bourse dans les secteurs aéronautiques et automobiles.
Sujet: Re: { monsieur Spinoza } › La première impression est souvent la bonne. ( le Mer 17 Oct 2018 - 18:41 )
La première impression est souvent la bonne
A sa proposition de boire du café, elle refusa poliment, avec comme argument premier le fait que le café n'était pas réellement sa boisson favorite. Il ne releva pas. Chacun ses goûts, le seul problème étant qu'il n'avait pas d'autres boissons sous la main si ce n'était de l'alcool dont il préféra ne pas parler. Elle semblait en effet tellement coincé dans certains préjugés concernant les patrons, les entreprises, et puis surtout tellement strict que l'idée de lui proposer un bon verre de scotch ne l'effleura absolument pas. Il avait certes un peu de vin rouge, mais c'était pour les bonnes occasions. Un martini à la limite, mais là aussi, autant éviter. Il n'enchaîna donc pas, se contentant de demander simplement, curieux:
- Qu'est-ce que vous buvez en règle générale alors? Demanda-t-il pour que éventuellement, il puisse se préparer pour la prochaine fois. C'était plus fort que lui, il aimait offrir à boire à ceux qui étaient dans son bureau, employés comme clients, peu importait le statut et la fortune, il proposait. Sur cela, il est vrai que bien peu lui avait fait des reproches. Il n'allongea pas la conversation sur le sujet et se préoccupa des informations fournies. Beaucoup d'informations. Trop? Sans doute. Mais cela prouvait qu'elle était consciencieuse, sérieuse, et capable de prendre en compte toutes les informations. Il appréciait ces points là, bien que là aussi il n'en disait rien. Cependant, il devait bien admettre qu'il aurait pu tomber sur pire... Et sur mieux? Là, il avait des doutes. Elle travaillait bien, et elle était sérieuse. Bon sang, que demander de plus? L'expérience et la rapidité viendraient avec le temps. Cependant, il y avait des choses qu'il devait expliquer directement afin que ne subsiste aucun malentendu, aussi préféra-t-il s'y employer de suite. Elle avait un rôle à jouer, comme chacun, et il n'allait pas la négliger, ni même la ménager.

Elle prouva une fois de plus sa capacité à raisonner de manière efficace en choisissant le bon devis. Elle savait trier l'information. Parfait. Donc, elle avait amplement sa place. Il ne restait plus qu'elle en prenne l'habitude. Elle argua qu'elle comprenait, mais quand bien même son visage montrait qu'elle était désolée, elle ne prononça pas d'excuses. Il n'en attendait pas. Qu'elle comprenne était très bien. Il préférait cela plutôt que de plates excuses qui ne ferait rien d'autres qu'être... Des excuses, et qui ne régleraient pas le problème qui se reproduirait tôt ou tard. Il froissa le papier du devis"inutile" en boule et le jeta dans sa poubelle. Inutile de le conserver celui-ci. Finalement, elle reprit en déclarant que cela ne se reproduirait plus. Elle était désolé. Réellement. Il ne doutait pas de sa sincérité.
- Cela viendra avec le temps. Répondit-il simplement avant de reprendre. Je ne peux vous demander de tout savoir, d'autant que vous n'avez peut-être jamais travaillé au contact de certaines données plus spécifiques à un milieu qu'à un autre. Je sais également que certains chefs d'entreprises ne travaillent pas comme moi et n'attendent pas le même résultat. Ce qui était vrai, certains attendait de leur secrétaire qu'elle leur fasse simplement parvenir l'information, prise de rendez-vous et brushing, d'autres en revanche en demandait trop, déléguant quasiment tout à leur secrétaire. Et puis certains optaient pour un plus juste milieux. Francesco optait pour LE juste milieu. Elle allait chercher l'info, elle prenait le nécessaire et le lui donnait, le reste allant à la poubelle car elle savait que cela ne lui conviendrait pas. Avec le temps, vous saurez ce qui est bon ou pas. Que vous me posiez des questions ne me dérange pas Majbritt, mieux vaut poser des questions plutôt que de paraître sûr et de commettre une erreur. Ne vous en faîtes pas, en général... Tout cela vient assez rapidement.

Et comme si elle n'était pas rassasiée, elle demanda si elle pouvait faire autre chose. Il regarda la masse de papier sur le bureau, mais préféra immédiatement refouler la pensée de les lui faire trier. Il fallait qu'elle s'y habitue petit à petit. Elle ferait plus attention sur un autre dossier, mais il ne voulait pas lui confier un travail où elle pourrait stresser, commettre une erreur, ou simplement se dire qu'en fait elle n'était pas capable. Il ne voulait pas la décourager dés le premier jour. Car même si elle affichait une attitude forte, elle semblait plus fragile que ce qu'elle voulait bien le laisser entendre. Cela ne le regardait pas, et puis, il voulait être sûr que ce dossier là soit parfaitement traité, et comme le dit le proverbe "On est jamais mieux servi que par soi-même." Il ne tarda donc pas à répondre.
- Non... Je vais prendre le relais, vous m'avez déjà trouvé toutes les informations utiles, c'est déjà bien. Et puis ce n'est pas comme si ce dossier était urgent. il le serait d'ici une semaine. Mais pour l'heure il n'était pas encore au stade de l'urgence. Finalement il reprit en ouvrant son tiroir d'où il tira deux trois papiers. Vous allez me régler ce problème qui lui, pour le coup, est préoccupant. Nous devions recevoir des pièces pour deux de nos appareils de la part de Airbus. Elles ne sont pas arrivées, les délais s'allongent, et je ne suis pas satisfait. J'ai déjà passer un coup de fil ce matin, mais je crois avoir fait plus stresser l'employé au bout du fil que ce que je n'ai affolé l'immense machine administrative de cette entreprise. Je veux que vous preniez le relais. Cette fois, elle allait devoir faire preuve d’initiative. Il me faut les pièces au plus vite, je serais intraitable sur le sujet. Leur siège social est à Marignane, c'est même pas à trois heures de vol d'ici, alors ils n'ont aucune excuse. Trouvez ces foutus pièces et faîtes en sortes qu'on me les envoi Majbritt. Je perds assez mon temps sans que l'on m'ajoute ce genre de problème. Il la regarda. Vous avez les références des pièces, le prix que l'on a payé, et la date à laquelle j'aurais dû les recevoir, ainsi que quelconques informations complémentaires. Ce sera tout, je vous laisse gérer sur ce sujet. Sujet qui faisait monter la moutarde de minute en minutes... Mais il se contint. Au moment où elle allait quitter le bureau, il l'interpella.
- Ah, et Majbritt? Elle se retourna. Soyez intraitable. Et il eut un grand sourire. Elle devrait s'en tirer à ce jeu-là. Il ne se faisait pas réellement de soucis.   

Codage par Libella sur Graphiorum



J'suis malade... D'Amour
Elle a les yeux revolver, elle a le regard qui tue, elle a tiré la première
M'a touché, c'est foutu!
Elle a les yeux revolver - Marc Lavoine


Revenir en haut Aller en bas
Majbritt Bergman10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3920-majbritt-lisbeth-bergman-croir http://www.ciao-vecchio.com/t3927-majbritt-lisbeth-je-taime-une-fois-je-taime-deux-fois-je-taime-plus-que-le-riz-et-les-petits-pois#126299
ID : Je suis connue sous le pseudo de pitoquinha sur les forums, sinon je me prénomme Louise.
Faceclaim : J'ai beaucoup de chance puisque je joue la magnifique, sublime, parfaite Dakota Johnson. + ©- avatar signé .liloo_59
Multi-comptes : Je joue également Anabela Laranjeira, ayant pour célébrité Amber Heard.
Messages : 1615 - Points : 3342

Âge : Née à Göteborg le 24.12.1989, j'ai déjà trente ans.
Métier : Je suis actuellement la secrétaire personnelle (à l'essai) de monsieur Francesco Spinoza.
Sujet: Re: { monsieur Spinoza } › La première impression est souvent la bonne. ( le Sam 10 Nov 2018 - 18:37 )
la première impression est souvent la bonne

 francesco spinoza ⊹ majbritt bergman  


Peut-être donnons-nous tout le meilleur de nous-mêmes à ceux qui de leur côté, ne nous accordent que rarement une de leurs pensées.
« Hum… » Une grimace est présente sur mon visage. Je ne sais pas comment lui dire que je déteste le café, surtout lorsqu'il est fort et noir, sans la moindre trace de sucre. « Je ne pourrais pas... » Je prononce timidement, alors qu'Enrico me fixe avec froideur. Il s'agit d'une de nos premières sorties ensemble et plutôt que regarder au travers de la vitre, je me sens rougir, confuse, parce que je ne sais pas comment lui dire que je n'aime pas le café, ce qui est idiot, je le conçois. « Majbritt. » Son regard reste planter sur moi, je le sens. N'osant pas relever la tête, je sens qu'il perd patience. « Maj… » Il soupire, alors que j'ose redresser la tête. « Je sais que vous n'aimez pas le café noir, serré, court. Nous vivons ensemble depuis pas mal d'années à présent. Je ne vous vois boire que du thé et des tisanes à l'appartement. Cependant, vous pourriez boire autre chose, avec du café. Un long, moins serré ou avec du sucre. Ce que vous désirez, mais rapidement. » Le souci premier étant la rapidité lorsque je suis paralysée comme à cet instant, avec Enrico, parce qu'il m'impressionne. « Un moka peut-être… » Il se demande à lui-même, sans doute, alors qu'il se lève pour rejoindre le comptoir, me laissant seul dans un endroit bondé de monde. « Enrico... » Je souffle, sachant qu'il ne peut m'entendre. Je n'ai quitté son immense appartement que peu de fois, restant le plus souvent enfermé dans sa tour d'ivoire, alors je me sens « en danger », me repliant sur moi-même, postant mes coudes sur la table et couvrant mes oreilles de mes deux mains, fermant les yeux…
* * *
C'est confuse que j'émerge de ce souvenir alors que j'avale avec peine ma salive. Qu'est-ce que je bois en règle générale ? Des cappuccinos, des thés et tisanes et bien évidemment, des mokas. Réprimant un sourire, je me contente de hausser les épaules dans un premier temps. « Du thé, des cappuccinos à l'occasion. » Je ne parle pas de mon amour pour les mokas puisqu'effectivement, c'est Enrico qui m'a fait les aimer, mais pas n'importe où. Il s'agit de ceux que l'on sert au Starbucks Coffee, avec supplément de chantilly et poudre de cacao au-dessus de celui-ci. Tapotant sur mes cuisses, étant gênée, je l'écoute et fort heureusement, nous parlons à nouveau boulot. C'est sans aucun doute ce qui me met le plus à l'aise, ce qui peut sembler étrange. Je ne suis bien qu'en travaillant, ce qui peut sembler navrant, je le reconnais. Reprenant notre échange à propos du premier dossier qu'il m'a confié, je désire faire mes preuves, comprendre pour ne plus faire la même boulette. Je dois non seulement lire toutes les informations que je débusque, mais je dois également les trier, ce qui se révèle être assez nouveau pour moi, puisque mes précédents patrons me le demandaient peu. Acquiesçant en silence, monsieur Spinoza se veut rassurant, du moins c'est ce que je suppose. Il m'explique que ce qu'il me demande deviendra automatique pour moi avec le temps, ce que j'espère, s'il me garde bien sûr, puisque je dois faire mes preuves. À la suite de cela, il m'annonce prendre le relais, ce qui fait naître un rictus qui déforme mon visage en forme de cœur. S'il préfère se charger du dossier, c'est qu'il n'a pas été satisfait, du moins, c'est ainsi que je le prends. Me mordant l'intérieure de la joue, je baisse le regard pour le poser sur mes mains plaquées sur mes cuisses. Je suis déçue par moi-même, étant extrêmement exigeante, mais je ne dois pas le lui montrer ; jamais.
L'entendant ouvrir l'un de ses tiroirs, je reste silencieuse lorsqu'il reprend la parole. Il souhaite me confier un autre dossier, bien plus préoccupant ainsi qu'urgent. Redressant la tête à l'image d'un suricate, je l'écoute attentivement, vidant mon esprit de toutes ses pensées négatives qui se bousculent dans ma tête. Mon potentiel et futur patron, je l'espère, à un souci avec Airbus, ce qui me surprend, bien que je ne le montre pas. Il a besoin de quelques pièces pour deux de ses appareils et malheureusement, il perd du temps et de l'argent en les appelant, sans que cela entraîne de réels succès. Me pinçant les lèvres alors que je m'empare des quelques feuilles qu'il me présente, je comprends qu'il nous les faut pour hier. Autant dire que je suis d'ores et déjà en retard, mais cela ne va pas perdurer bien longtemps. Je me dis qu'il nous les faut pour au plus tard à la fin de la semaine et encore, du moins c'est ce qu'il se passera dans le pire des cas. Il est hors de question de perdre davantage de temps, ainsi que de l'argent. Sentant l'atmosphère changer dans l'immense bureau de monsieur Spinoza, je comprends que la situation l'irrite et il me le confirme en m'avouant qu'il a déjà appelé Airbus, mais que cela n'a rien donné, hormis stressé la personne qu'il avait eu au bout du fil. « Je vois… » Je me souffle à moi-même, lisant à nouveau les quelques feuilles puisque j'ai la chance de lire très rapidement et que j'assimile vite, du moins la plupart du temps. « Je m'en occupe immédiatement monsieur. » Je prononce, mon regard rencontrant le sien. Il semble contenir une certaine tension parfaitement palpable à présent, mais je ne me démonte pas. J'ai connu les colères d'Enrico et personne ne peut prétendre lui arriver à la cheville, du moins, je n'ai jamais connu une personne égalant ses crises de nerfs et ces « pétage » de plomb. Me redressant en prenant le temps de lisser ma tenue, je poste de nouveau les quelques documents que j'ai en possession contre ma poitrine. « Je vais faire au mieux monsieur. » Je prononce, ajoutant rapidement : « Je vous tiens immédiatement informer lorsque je raccroche monsieur Spinoza. » Sur ces dernières paroles, je rejoins sa porte lorsqu'il m'interpèle et que je me stoppe nette, me retournant afin de lui faire face. Ses propos me font sourire, il ne peut que le constater. « Je le serai monsieur. » Je lui assure, postant ma main sur la poignée de sa porte, avant de rejoindre mon bureau.
Y émergeant et m'installant rapidement, postant les informations que j'ai en ma possession sous mon nez, j'appelle le numéro inscrit sur l'une des feuilles. Après de longues minutes interminables, ainsi que des mises en attente, une voix s'élève enfin du combiné. « Bonjour. Majbritt Bergman. Secrétaire personnelle de monsieur Francesco Spinoza, de la SSEN. Je vous appelle à propos de pièces que nous aurions dû recevoir depuis un certain temps déjà. Il s'avère que monsieur Spinoza vous a appelé ce matin. » J'écoute mon interlocuteur, prenant des notes sur ce qu'il me dit, le visage fermé. « Écoutez monsieur, je n'irais pas par quatre chemins. Les pièces en question ont déjà été payées et vous nous les devez pour hier. La situation est bien simple : les pièces se trouvent à Marignane, c'est à moins de trois heures de Naples, ce que vous devez savoir. Nous voulons les réceptionner au plus tard dans quarante-huit heures et encore, nous sommes généreux. » Ma voix est égale, posée, mais autoritaire, comme Enrico me l'avait appris. L'homme au bout du fil me donne des explications et il s'apprête même à me faire attendre de nouveau ; grossière erreur. « Monsieur, soyons claire. Je ne compte pas attendre encore un bon quart d'heure. Les pièces ont été payées, deux hélicoptères ne peuvent pas décoller. Nous avons besoin de NOS pièces. » J'insiste sur le « nos », alors qu'il s'adresse à l'un de ses employés, du moins, c'est ce que je suppose. La conversation s'éternise alors que je reste camper sur mes positions : intraitable comme monsieur Spinoza me l'a demandé. Après deux bonnes grosses heures et demi, nous parvenons à un accord : l'envoi des pièces sous quarante-huit heures, c'est du moins ce qu'il termine de me dire. Demandant un e-mail nous le certifiant, je finis par raccrocher, poussant un long soupire. Je crois ne m'être jamais autant battu pour quoi que ce soit en ce qui concerne mon travail, ce qui me ravit, je suis satisfaite. Lorsqu'un « ding » se fait entendre, je lis rapidement le mail qui a été envoyé sur mon adresse de la société, ainsi que sur celle de mon patron monsieur Spinoza. J'espère qu'il sera satisfait alors qu'un mince sourire s'inscrit sur mon visage. Me levant de mon fauteuil, j'enfile mes escarpins pour rejoindre son bureau. Frappant à sa porte, j'attends qu'il me demande d'entrer, nerveuse. Au pire, s'ils nous font encore attendre, malgré leur mail, je me dis que je pourrais m'y rendre. « Monsieur Spinoza ? » Je prononce tout bas, alors que je suis de nouveau dans son bureau. « Avez-vous reçu le mail d'Airbus ? Je me suis dit que s'ils prolongent le délai malgré le mail, je pourrais me rendre sur place. » Je me sens rougir, mais je dois prendre des initiatives, puis je dois lui démontrer que j'ai des ressources afin de faire au mieux pour sa société ou plutôt notre société, du moins c'est ainsi qu'il veut que je raisonne, je crois.
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.



J’aime le silence quand mes yeux se ferment je sens le calme et les cieux Pour ne plus être l’ombre de moi-même que je t’aime Avant de faire mes adieux
Ce que je vous laisse c’est juste un dernier cri C’est ma dernière lettre avant le paradis
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: { monsieur Spinoza } › La première impression est souvent la bonne. ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- { monsieur Spinoza } › La première impression est souvent la bonne. -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Autres quartiers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Autres quartiers