Revenir en haut
Aller en bas


 

- Gwenola | Pas le meilleur moment pour se croiser -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Chiaia :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Loris VeraciToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3859-loris-break-me-down-and-build- http://www.ciao-vecchio.com/t3869-loris-i-wanna-be-the-slip-word-upon-your-lip
ID : Ealitya, Sandrine
Faceclaim : Thom Morell ©Ealitya (avatar), Djoan (gifs)
Multi-comptes : Caitlin, Dante, Demetrio, Erio & Stefan
Messages : 298 - Points : 120

Âge : trente-cinq pétales.
Métier : anciennement artiste peintre qui tient depuis 2005, ses vingt-trois ans, une galerie d'art et photographie contemporain. Il organise des expositions et assure la promotion des artistes qu'il met en avant, les accompagnant jusqu'à ce qu'ils prennent des chemins différents. Egalement, il est photographe à ses heures perdues et propose des séances shooting pour ceux qui manquent de confiance en soi.
Sujet: Gwenola | Pas le meilleur moment pour se croiser ( le Ven 31 Aoû 2018 - 0:36 )
Une heure du matin lorsqu’il appuie sur la poignée de chez lui, mais celle-ci est fermée et impossible de pousser sa clé dans la serrure ; celle de sa femme est à l’intérieur, bloque le passage et ainsi son entrée. Il n’a pas assuré, encore une fois. Plutôt que de rentrer à une heure décente, Loris a préféré passer son temps avec des amis dans le bar du coin et il n’a pu s’empêcher de flirter avec une cliente qu’il n’avait encore jamais vue, mais qui lui a fait de l’œil. Pas seulement pour son physique agréable, mais aussi parce qu’elle a su s’intégrer dans sa petite bande, si bien qu’avoir fait sa connaissance s’est révélé être un jeu d’enfant. Il a apprécié. Seulement, ce n’est pas au goût de tout le monde. Ses sorties, Elsa ne les supporte plus et il sait qu’elle en souffre, mais n’arrive pas à aller dans son sens, à s’enfermer dans cette vie à deux pour tenter de rattraper le coup. Au fond de lui, Loris sait qu’il n’y a plus rien à rattraper depuis longtemps, mais il n’est pas question pour lui de penser à une séparation. Savoir qu’Elsa lui est fidèle, loyale, est sécurisant. S’il y a une personne sur qui il peut compter, c’est bien elle, parce qu’au-delà des nombreux désaccords, ils restent attachés l’un à l’autre. On n’oublie pas l’affection qu’ils se sont portés, les premières années, avant leur union, où tout se passait au mieux entre eux, avant que la bague au doigt ne lui fasse perdre la tête, le poussant à prendre un chemin qu’il aurait pu éviter s’il avait tout simplement annuler cette célébration, chose à l’époque impensable. Cet acte aurait mis fin à cette relation dont il est finalement dépendant. Pas par amour, mais par besoin de sa présence. C’est mal. Il l’emprisonne égoïstement, mais Loris ne préfère pas y songer. « Elsa… » souffle-t-il, en posant son poing sur la porte, frappant doucement contre celle-ci. La porte s’ouvre après quelques secondes, mais est verrouillée par la chaîne. Une interdiction de pénétrer dans les lieux. Il sent qu’il va galérer. « Tu as vu l’heure ? » « Oui, il est tard. Ce serait bien que tu me laisses entrer, qu’on aille se coucher plus vite. » Réponse légère, avec un ton insolent et las, alors qu’il souhaiterait que ce soit plus aimable, mais il en est bien loin. « Et pourquoi je ferai ça ? Surtout après que tu aies quitté l’une de tes poufs. » « J’étais avec des potes, j’ai rien fait de mal. » Pour une fois. Enfin, il n’a pas été au-delà du flirt et c’est déjà pas mal pour lui. « Tu me prends vraiment pour une conne. » Il perd patience, soupire, parce qu’il a eu une ouverture et qu’il n’a pas foncé dedans. Il aurait pu, il ne l’a pas fait et ce simple comportement justifie une entrée dans son domicile. Et puis c’est chez lui. « Fais pas ta gamine, laisse-moi entrer. » « Elle était comment ? Elle était bonne ? » « J’étais pas avec une femme. » Ton sévère, qui se veut assurer. « Réponds-moi. Elle était comment ? » « Elsa. » Voix ferme, qui ne laisse pas place à la discussion, mais Elsa est obstinée, est malheureuse et insiste. « Réponds. » « Elle était bonne ! C’est ce que tu veux entendre ? C’était génial ! Voilà, maintenant ouvre-moi qu’on n’en parle plus. » Et tout ce qu’il réussi à avoir, c’est une porte qui lui claque au nez. Loris frotte sa nuque nerveusement et tourne la tête en direction de l’appartement en face du sien. Sa voisine est sur le pallier, en train de l’observer. « Ca fait longtemps que t’es là ? » Gwenolina, comme il aime l’appeler. Est-ce lui qui l’a réveillée ? Ou alors elle vient juste de rentrer, elle aussi et il ne l’a pas entendue monter ?


Loris Veraci
Auxerunt haec vulgi sordidioris audaciam, quod cum ingravesceret penuria commeatuum, famis et furoris inpulsu Eubuli cuiusdam inter suos clari domum ambitiosam ignibus subditis inflammavit rectoremque ut sibi iudicio imperiali addictum calcibus incessens et pugnis conculcans seminecem laniatu miserando discerpsit.
Revenir en haut Aller en bas
Gwenola Moretti10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3923-better-an-oops-than-a-what-if- http://www.ciao-vecchio.com/t3935-gwen-wanna-play
ID : Pretity
Faceclaim : Behati Prinsloo, ©Morphine.
Messages : 327 - Points : 493

Âge : 30 ans
Métier : Directrice Marketing et Communication chez "Satine" (lingerie fine)
Sujet: Re: Gwenola | Pas le meilleur moment pour se croiser ( le Dim 9 Sep 2018 - 22:28 )

❝Pas le meilleur moment❞
Loris & Gwen
La jeune femme rentra chez elle en fin de soirée, complètement éreintée. Une soirée de gala chez un de leurs actionnaires, essayant d’attirer des investisseurs en compagnie du directeur de la filiale. Tony était quelqu’un de très bien mais elle n’arrivait toujours pas à comprendre pourquoi le mettre à la tête de la filiale. Il ne s’y connaissait pas vraiment en lingerie et surtout à la gestion. En fin de compte, il lui posait des questions à tout bout de champs et elle avait l’impression de faire les deux jobs. Non pas que cela l’embêtait, enfin si un peu, mais elle aimait son travail et connaître l’aspect de la direction lui plaisait. Elle n’avait que trente ans mais elle était ambitieuse et plus elle apprendra plus elle gravira les échelons rapidement. Sauf que certains jours étaient plus difficile que d’autres voilà tout. Et particulièrement en ce moment où sa vie privée influait pas mal sur son mental. Elle se détestait de laisser cela arriver mais elle n’y pouvait rien. Adriano était constamment dans sa tête et pour éviter cela, elle se plongeait dans le travail corps et âme.

La jeune femme pénétra dans son appartement et sans attendre de se retrouver dans la chambre, se débarrassa de sa robe de soirée et de ses sous-vêtements sur le chemin. Elle n’avait aucune honte à se trimballer toute nue dans son appartement. Ce n’était pas comme si il était occupé. Lorsqu’on lui avait présenté cet appartement, elle était tombée amoureuse de ses trois belles chambres dont deux avaient une salle de bain attenante. Elle avait naturellement choisi la mieux exposée et la plus grande pour elle, fait une chambre d’amis et une bibliothèque de la troisième. Elle avait passé des heures à tout décorer elle-même et le tout donnait une atmosphère cosy et chaleureuse à son appartement. Elle l’adorait et elle pouvait y passer des soirées entières pelotonnée dans son canapé à lire ou bien dans sa bibliothèque. La blonde se glissa avec délice sous le jet d’eau chaude. Gwen était une adepte des douches bien longues et brûlantes. Elle adorait sentir l’eau couler sur sa peau et avait l’impression que cela la lavait non seulement de la fatigue de la journée mais de tout ce qu’elle avait pu avoir de désagréable. Ce soir, c’était les inepties qu’elle avait entendu et les mains parfois trop baladeuses qu’elle avait dû éviter tout en gardant le sourire. Elle aimait les hommes et était une séductrice née mais elle détestait qu’on la prenne pour un morceau de viande. Et surtout que sous prétexte de sa plastique, on ne la prenait pas au sérieuse.

Et pourtant, cela ne faisait même pas une quinzaine de minutes qu’elle entendit du bruit dehors. Comme si on tambourinait à la porte. Soupirant, elle coupa l’eau puis sortit pour enfiler un gros peignoir et nouer ses cheveux mouillés en turban. Elle retraversa l’appartement pour aller ouvrir la porte et vit son voisin supplier sa femme de le laisser entrer. Un petit sourire amusé aux lèvres, Gwen s’adossa au chambranle de la porte d’entrée pour regarder Loris essayer de convaincre sa pauvre femme qu’il n’avait pas eu d’aventures. Du moins cette fois. Elle le connaissait assez pour savoir que la fidélité n’était pas le point fort de son voisin et ami. Elsa finit par lui claquer la porte au nez et la jeune femme laissa échapper un petit rire amusé ce qui le fit tourner la tête.

« Depuis assez longtemps pour te regarder supplier Elsa en vain », lui répondit-elle avec un petit sourire moqueur.

Elle se recula un peu et lui dit

« Allez entres ! »

La jeune femme referma derrière lui et continua

« Je vais me changer. Tu sais où se trouvent les bouteilles, sers toi je reviens vite »

Elle lui désigna quand même le petit meuble et disparu dans sa chambre pour enfiler un bas de jogging et un débardeur blanc sans même penser à ses vêtements toujours par terre dans le salon.

« Alors ? T’as vraiment pas couché avec la fille ? »

Elle lui demanda en revenant.


©️ Pando



   
   
'cause in a sky full of stars
"Keep yourself motivated. You've got to be motivated, you've got to wake up every day and understand what that day is about; you've got to have personal goals - short term goals, intermediate goals, and long term goals. Be flexible in getting to those goals, but if you do not have goals, you will not achieve them. (Gary Cohn)
Revenir en haut Aller en bas
 
- Gwenola | Pas le meilleur moment pour se croiser -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Chiaia :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Chiaia :: Résidences