Revenir en haut
Aller en bas

-50%
Le deal à ne pas rater :
Offre Sosh Fibre ou ADSL sans engagement à 14,99€ au lieu ...
14.99 € 29.99 €
Voir le deal

 

- [Terminé] Fesses contre sol - Loris -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli :: Rues du quartier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Latisha JonesLe vin est un puissant lubrifiant social
Latisha Jones
http://www.ciao-vecchio.com/t3948-personne-n-est-jeune-apres-qua http://www.ciao-vecchio.com/t3961-tish-petite-citation-a-venir
Faceclaim : Gabrielle Union
Messages : 595 - Points : 1018
Son coeur est meurtri par l'état de son fils.
Âge : 40 ans
Métier : Courtière
[Terminé] Fesses contre sol - Loris Empty
Sujet: [Terminé] Fesses contre sol - Loris ( le Ven 31 Aoû 2018 - 23:52 )

Fesses contre sol
Loris & Latisha
Il fait bon vivre dans le sud de l’Italie et plus précisément à Naples, cependant ces dernières semaines, j’ai accumulé les poisses et je commence sérieusement à me dire qu’une sorcière m’a jeté un sort. J’ai pris beaucoup de retard au boulot et je dois avouer que je suis un peu sur les nerfs, car se rat de Giulio, mon plus gros concurrents en profite pour me piquer des clients. Je ne vais pas me laisser faire et maintenant que je suis remise sur pied, je vais me démener pour gagner de nouveaux contrats et surtout récupérer ces clients qui sont allés voir ailleurs.

Je dois justement me dépêcher, car je dois rencontrer un futur client qui pourrait me ramener un gros contrat. Nous devons nous retrouvez au sein d’un restaurant réputé de la ville. J’aurai préféré me rendre dans celui d’Alessandro qui est mon préféré, mais chacun ses goûts et comme on dit le client est roi.

C’est après m’être garée non trop loin du point de rendez-vous que je me met à courir pour traverser la rue, afin d’éviter les voitures. Lorsque j’arrive sur le trottoir j’ai l’impression que ma cheville se dérobe sous mes pieds. Je n’ai même pas le temps de réaliser que je me retrouve cul contre  le sol. C’est à ce même moment que mon téléphone se met à sonner, mais ma cheville est bien trop endolorie pour que je me saisisse de l’appareil qui chante à tue-tête. Je m'aperçois que le talon de mon escarpin s’est brisé. “Eh merde!” J’ai presque les larmes qui me montent aux yeux. D’abord la varicelle, puis le ferry qui nous oublie à Capri, ensuite la piqûre au niveau de l’oeil et voilà maintenant que mon talon se casse et m’entraîne par terre. J’essaie de me lever tant bien que mal, mais j’ai un mal de chien et ce fichu téléphone n’arrête toujours pas de sonner. J’arrive enfin à le trouver au fond de mon sac. C’est mon client qui est furieux que je ne sois pas arrivée avant lui au téléphone, j’essaie de lui expliquer ce qu’il se passe et lui explique que s’il daigne tourner le bout de son nez il pourra m'apercevoir par terre depuis la baie vitrée du restaurant. Cependant, il m’a tout simplement assassiné verbalement. Encore un contrat de perdu, bientôt, je vais devoir me reconvertir dans un métier où sortir de chez soi ne s’impose pas. Mon malheur n’étant pas suffisant, je m'aperçois que des billets sont tombés de mon portefeuille et s’envolent...au moins ça fera des heureux.

J’essaie de me relever, mais plus le poids de mon corps s’appuie sur ma cheville et plus je sens que je vais devoir marcher avec des béquilles. Oh miracle! Un gentleman passe par là et me tend la main pour m’aider. “Merci beaucoup…” J’essaie de calmer mes nerfs, mais ça fait beaucoup trop mal. Enfin debout, je peux constater que mon super pantalon blanc est bon pour la poubelle. “Faites attention, car en ce moment je crois que j’ai une malédiction...que des malheurs s'abattent sur moi et je ne voudrai pas qu’ils retombent sur vous!” Gros soupir. “Il faudrait que je pense à porter un casque de chantier, car la prochaine boulette qui risque de m'arriver est un échafaudage sur la tête!” Je soupire encore une fois, mais le jeune homme ne semble pas prendre peur, il me propose même gentiment son épaule pour que je puisse m'appuyer et ne pas trop mettre de poids sur ma cheville endolorie. “Je suis désolée, je suis désagréable...mais trop de poisse tue la poisse...mais merci de m’avoir tendue la main.” Je lui souris et me détends un peu, au moins je suis relevée et plus à quattre patte sur le sol.


Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Loris VeraciToujours frais après un litre de café
Loris Veraci
http://www.ciao-vecchio.com/t3859-loris-break-me-down-and-build- http://www.ciao-vecchio.com/t3869-loris-i-wanna-be-the-slip-word-upon-your-lip
Faceclaim : Thom Morell ©Feu Ardent (avatar), Djoan & Ealitya (gifs)
Messages : 821 - Points : 2486
[Terminé] Fesses contre sol - Loris Giphy-downsized
Âge : trente-cinq pétales.
Métier : anciennement artiste peintre qui tient depuis 2005, ses vingt-trois ans, une galerie d'art et photographie contemporain. Il organise des expositions et assure la promotion des artistes qu'il met en avant, les accompagnant jusqu'à ce qu'ils prennent des chemins différents. Egalement, il est photographe à ses heures perdues et propose des séances shooting pour ceux qui manquent de confiance en soi.
[Terminé] Fesses contre sol - Loris Empty
Sujet: Re: [Terminé] Fesses contre sol - Loris ( le Dim 14 Oct 2018 - 15:22 )
« Et sinon… » Loris fourre les mains dans ses poches, écoutant son ami lui parler de ses déboires. Suite à l’un de ces nombreux retards, il a été viré par son employeur qui a, semble-t-il, accepté ses travers très longtemps, jusqu’à la dernière faute. L’ouverture du bar a été faite une heure après et pas par lui, mais par son patron qui a eu vent que les portes étaient fermées. Lui qui était en jour de congés s’est vite agacé, jusqu’à licencier l’italien. Loris l’écoute, ne peut que lui accorder un soutient, mais il est fort possible qu’il aurait réagi de la même manière et c’est bien pour ça qu’il est ravi de l’avoir dans son cercle amical uniquement. Professionnellement, autant être honnête, c’est une plaie. « Tu n’aurais pas un bon plan pour moi ? » C’est juste la deuxième fois qu’il lui demande cette faveur et si la première fois, il s’en est sorti indemne, avec la diplomatie dont il peut faire preuve de temps en temps, il se demande s’il y arrivera aujourd’hui. « Tu ne peux pas me dépanner quelques jours, une semaine ? Juste le temps de retomber sur mes pannes, de trouver une mission en intérim. » Loris s’arrête dans la rue, son ami en fait de même et se tourne vers lui avec un regard de chien battu. « J’aimerais, mais non. » Autant c’est un pote loyal, qui est là pour tendre la main à son cercle, autant il tient tout de même à sa galerie. « Tu n’y connais rien en art et je te rappelle que la dernière fois que l’un d’entre nous t’a aidé, t’as littéralement rien foutu. » Parce qu’il n’est tout simplement pas fait pour supporter l’autorité d’autrui, surtout de ceux qu’il apprécie. Il a tendance à trop en profiter. « Sérieux, Loris, juste une semaine. » Son cœur balance, mais sa tête se refuse à accepter sa requête. « J’ai pas de place supplémentaire pour deux mains en plus. » Avec tout le respect qu’il a pour lui, il ne peut juste pas lui faire confiance. « Ecoute, je- » Des billets de banque s’envolent et un tombe sur le visage de son ami qui l’arrête avec un signe de la main. « Au moins, je peux compter sur le ciel pour m’aider. » dit-il, alors qu’il s’éloigne le visage fermé. Pas le ciel, non. La jeune femme qui vient de tomber. Loris traverse le trottoir, part à sa rencontre et lui tend une main. « A moi de vous dire merci. Vous avez sauvé un ami d’une soirée pâtes. » Son frigo n’est jamais rempli. Son argent, il le dépense dans les fiestas et Loris le sait très bien, puisqu’il sait par son entourage qu’il squatte de temps en temps chez les autres, pour manger, se servir. Un sans-gêne, mais quelqu’un qu’ils apprécient malgré tout. « La chance vous échappe à ce point ? » L’aidant à se relever, Loris lui propose de s’appuyer sur lui, puis l’entoure de son bras. « Ma voiture est à quelques rues. On y va, ça va le faire ou bien il faut que je me tue le dos ? » demande-t-il, avec un sourire taquin, pour apaiser l’ambiance. « Un détour par l’hôpital pour voir ça de plus près ? » Lui ne s’y connait pas en matière de cheville foulée, ou cassée. Tout ce qu’il voit, c’est qu’elle galère et qu’il serait bon de passer une radio.


Loris Veraci
Toi, avec des yeux tristes, ne te décourage pas. Oh je réalise, c'est dur de prendre confiance dans un monde plein de gens. Tu peux tout perdre de vue et la noirceur en toi peut te faire te sentir si insignifiant. Montre-moi un sourire puis ne sois pas malheureuse. Si ce monde te rend fou et que tu as pris tout ce que tu pouvais porter. Appelle-moi simplement, parce que tu sais que je serai là. Et je verrai tes vraies couleurs briller.


Dernière édition par Loris Veraci le Dim 28 Oct 2018 - 16:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Latisha JonesLe vin est un puissant lubrifiant social
Latisha Jones
http://www.ciao-vecchio.com/t3948-personne-n-est-jeune-apres-qua http://www.ciao-vecchio.com/t3961-tish-petite-citation-a-venir
Faceclaim : Gabrielle Union
Messages : 595 - Points : 1018
Son coeur est meurtri par l'état de son fils.
Âge : 40 ans
Métier : Courtière
[Terminé] Fesses contre sol - Loris Empty
Sujet: Re: [Terminé] Fesses contre sol - Loris ( le Dim 21 Oct 2018 - 1:34 )

Fesses contre sol
Loris & Latisha
J’ai toujours été maladroite, mais là ce sont les ténèbres qui s’acharnent sur moi. Je passe d’une varicelle à une piqûre d’insecte qui me défigure complètement. Une cheville tordue et maintenant ça! Je ne suis pas du genre à me plaindre, mais là, j’en aurai presque les larmes aux yeux. S’il y en a bien une qui sera contente de mon désespoir c’est bien Dria. _ Soupire.

Je ne peux que sourire à la remarque du jeune homme alors qu’il m’aide à me relever. “ J’espère qu’il se fera un bon plat. Au moins ma malchance n’a pas causé de tort à quelqu’un d’autre c’est déjà ça!” J’hausse les épaules, comme résignée quant à ma situation. “Vous lui direz que Latish a été très heureuse de faire son bonheur!” Je ris, car généralement j’aime donner de mon temps pour des oeuvres caritatives et là il a seulement fallu que je tombe contre le sol pour aider quelqu’un. “Ce n’est même pas qu’elle m'échappe...elle défile carrément!” Je pense réellement à aller voir un Chaman pour enlever toute la négativité que j’ai en moi, tous les mauvais oeils et tout ce qu’il faudra pour que je ne sois plus aussi mal-chanceuse.

Une fois relevée j’ai envie de faire comme si tout allait bien, mais ce n’est clairement pas le cas. Lorsque je pose le pied par terre, je reçois comme des décharges électriques dans tout le corps. Je ne peux m’empêcher de grimacer. La douleur est tellement vive que je ne me rends même pas compte qu’un énorme chewing-gum domine ma chevelure. Je ne me fais alors pas prier pour poser mon bras sur l’épaule de ce charmant jeune homme, que je n’ai même pas réellement pris le temps de regarder. “Vous insinuez que je suis grosse?” Et là! Je le dévisage sérieusement avant de rire. Malgré les événements, j’essaie de garder tout de même le sourire et mon humour habituel. “Je pense qu’on devrait s’en sortir, bien que je sois certaine qu’avec votre gabarit vous auriez été largement en mesure de me porter.” Je commence à avancer tranquillement mais sûrement. J’ai tout de même donné naissance à un enfant et ce sans péridurale, donc ce n’est pas cette blessure qui en finira avec moi. “Oui je pense qu’on n’a pas trop le choix...j’espère que vous n’étiez pas pressé et surtout que votre voiture est confortable!” Cette fois-ci c’est à mon tour d’arborer un sourire taquin. “Merci c’est très gentil en tout cas!” Un peu de reconnaissance c’est la moindre des choses. Nous finissons par arriver devant sa belle voiture noire et m’y installe avec son aide. “ Belle voiture en effet...très confortable également!” Je lui fais un clin d’oeil alors qu’il monte dans son véhicule.



Emi Burton


astra; bb

— The higher you build walls around your heart, the harder you fall when someone tears them down. ;; @unknow
Revenir en haut Aller en bas
Loris VeraciToujours frais après un litre de café
Loris Veraci
http://www.ciao-vecchio.com/t3859-loris-break-me-down-and-build- http://www.ciao-vecchio.com/t3869-loris-i-wanna-be-the-slip-word-upon-your-lip
Faceclaim : Thom Morell ©Feu Ardent (avatar), Djoan & Ealitya (gifs)
Messages : 821 - Points : 2486
[Terminé] Fesses contre sol - Loris Giphy-downsized
Âge : trente-cinq pétales.
Métier : anciennement artiste peintre qui tient depuis 2005, ses vingt-trois ans, une galerie d'art et photographie contemporain. Il organise des expositions et assure la promotion des artistes qu'il met en avant, les accompagnant jusqu'à ce qu'ils prennent des chemins différents. Egalement, il est photographe à ses heures perdues et propose des séances shooting pour ceux qui manquent de confiance en soi.
[Terminé] Fesses contre sol - Loris Empty
Sujet: Re: [Terminé] Fesses contre sol - Loris ( le Dim 28 Oct 2018 - 17:19 )
Loris le lui dirait bien… S’il lui adressait encore la parole ! Pas sûr qu’après un tel refus de sa part, il se fasse un plaisir d’échanger plus de quelques mots avec lui. C’est certain, il va lui faire la gueule durant quelques semaines, histoire de bien enfoncer le clou et lui montrer que son comportement lui a déplu. Est-ce normal ? Ne dit-on pas après tout que les vrais amis sont ceux sur qui l’on peut compter à n’importe quel moment ? Si encore le service rendu servait à quelque chose, mais il n’en est rien. Jamais. « Ah, tout de suite, cette interprétation. » Oh ! C’est ce que sa phrase veut dire ? Les femmes voient des messages subliminaux là où il n’y en a pas. Bien qu’il faille répondre du tac au tac, Loris s’attarde sur sa silhouette, ses formes. Non, elle n’est pas grosse, loin de là. Elle a des formes là où il faut. Son rire le rappelle à l’ordre et aussitôt, il comprend que tout ça n’était qu’une vaste blague. Affichant un large sourire, il répond : « Ca mérite pas franchement de réponse de toute façon. Les hommes doivent bien vous dire que vous êtes pas mal, non ? » Ils doivent même se retourner pour la regarder sous toutes les coutures et probablement l’aurait-il fait également, dans d’autres circonstances. Elle est bien fichue, est charmante. Le nier serait mentir. Tout comme dire que sa carrure est bien trop frêle pour la porter. Ce serait hypocrite. « Et j’en suis certain aussi. » dit-il, en l’aidant à se déplacer jusqu’à sa voiture, ralentissant sa cadence pour ne pas aggraver sa blessure. « Pressé non. Et pour ce qui est de ma voiture… Les femmes qui sont montées dedans ne m’ont jamais dit le contraire. Vu le temps qu’elles y ont passé, je suppose qu’elle est confortable. » Réponse d’un homme à une âme joueuse, qui le cherche, avec un sourire en coin. « Je t’en prie. On peut se tutoyer peut-être ? » Une fois près de sa voiture, Loris ouvre la portière côté passager et l’aide à s’y installer, avant de faire le tour. « Tu vois. Je te l’avais dit, qu’elle était bien. » Là, il démarre, prend la direction de l’hôpital, espérant ne pas tomber dans les embouteillages du centre. « Et sinon, la poisse ? Tu as brisé un miroir ? Renversé un chat noir ? Ou tu as juste un gros nuage noir sur ta tête ? » Il n’est pas superstitieux pour un sou. Il pense même que ce sont les superstitieux qui attirent la malchance à force de croire en elle.


Loris Veraci
Toi, avec des yeux tristes, ne te décourage pas. Oh je réalise, c'est dur de prendre confiance dans un monde plein de gens. Tu peux tout perdre de vue et la noirceur en toi peut te faire te sentir si insignifiant. Montre-moi un sourire puis ne sois pas malheureuse. Si ce monde te rend fou et que tu as pris tout ce que tu pouvais porter. Appelle-moi simplement, parce que tu sais que je serai là. Et je verrai tes vraies couleurs briller.
Revenir en haut Aller en bas
Latisha JonesLe vin est un puissant lubrifiant social
Latisha Jones
http://www.ciao-vecchio.com/t3948-personne-n-est-jeune-apres-qua http://www.ciao-vecchio.com/t3961-tish-petite-citation-a-venir
Faceclaim : Gabrielle Union
Messages : 595 - Points : 1018
Son coeur est meurtri par l'état de son fils.
Âge : 40 ans
Métier : Courtière
[Terminé] Fesses contre sol - Loris Empty
Sujet: Re: [Terminé] Fesses contre sol - Loris ( le Mer 31 Oct 2018 - 11:11 )

Fesses contre sol
Loris & Latisha
Franchement, je suis en phase totale avec mon corps et mon esprit aussi d’ailleurs. Je fais beaucoup de sport, j’entretiens ma silhouette et je trouve que pour une maman de 40 ans que j’ai beaucoup d’atout en ma possession. Loin de moi de vouloir me lancer des fleurs, mais je sais pertinemment qu’à mon âge ce n’est pas toutes les femmes qui ont mon corps. Ca ne m’empêche pas d’embêter un peu cet inconnu et d’insinuer qu’il ne serait pas capable de me porter. Bien qu’il a l’air d’être quelqu’un de plutôt sportif lui également.  Il semble offusquée quelques instants, jusqu’à ce qu’il comprenne que je plaisante.

“Ca m’arrive...parfois...mais ce n’est pas pour autant que je crois tout ce que la gente masculine me dit.” On le sait tous, les hommes sont de beaux parleurs, ils savent comment parler aux femmes et ils savent comment leur plaire. Parfois certains sont très doués leur façon de vous aborder peut même vous intimider, mais au final lorsqu’on cherche à comprendre les intentions de la personne, on se rend vite compte que ce n’est qu’une histoire de physique.

Grâce au jeune homme, j’arrive à me rendre jusqu’à sa voiture qui a fière allure. “En tout cas, j’ai bien eu de la chance de tomber sur vous.” Je le regarde amusé, car je suis réellement tombée, ça aurait pu être sur lui à quelques mètres près. “Je ne sais pas si une autre personne m’aurait aidé et surtout si elle aurait pris le temps de m'emmener à l’hôpital.” Je m’installe bien confortablement et souris après ce qu’il me dit, je comprends bien ses allusions et j’aime son humour. “Ah ça! Il est clair que j’aurai préféré la tester dans d’autres circonstances, mais c’est vrai que je suis bien installée!” Je ne suis pas le genre de femme à draguer les hommes plus jeune que moi, mais je ne sais pas pourquoi, celui-ci a du répondant et de la réparti, alors je trouve cela amusant et j’aime en jouer. Je vois très bien que ce n’est pas le genre de personne à tout prendre au premier degré et surtout qu’il ne sera pas du genre à s’offusquer par mes propos. “Oui je préfère...car j’ai vraiment l’impression d’être une vieille femme à tes côtés en te parlant comme ça!” Je ris, on dirait presque une mère par moment. Bien que j’en sois une, pas besoin de traiter cet inconnu comme mon enfant. “Tu peux m'appeler Tish!” Au point où on en était, il pouvait m'appeler par le diminutif de mon nom, après tout il était bien venu à ma rescousse. “La poisse? Ne m’en parle même pas! Il ne me semble avoir rien brisé, ni avoir renversé de chat noir, mais j’aimerai bien pouvoir conjurer mon sort..si tu connais une astuce je suis prenante!” Je ne suis pas du genre superstitieuse non plus, mais à force, je vais finir par croire à toutes ces bêtises.


Après un moment d’attente dans la salle d’urgence, nous sommes enfin reçu par un docteur qui nous mène à la salle de consultation. Loris se dévoue gentiment pour m’aider à me rendre jusqu’à la salle et encore une fois je lui en suis très reconnaissante. N’allant pas le jeter de la salle une fois qu’il m’a aidé, je lui fais tout naturellement signe de s'asseoir à mes côtés,s’il le veut bien. “Bien nous allons devoir faire une radio, mais pour celà il faudra enlever votre bas pour que tout soit claire.” Je regarde le jeune homme que j’ai rencontré il y a , à peine quelques heures et sourit amusée par la situation. “Monsieur pouvez vous aider votre femme à se déshabiller?” Un fou-rire s’empare de moi, la situation est plus que gênante, mais en même temps il aurait fallu que je précise que ce jeune homme qui m'accompagne est un gentil inconnu qui m’a aidé suite $ ma chute. “Ce...on est pas …” Je regarde Loris non pas gênée, mais amusée par la situation. “Laissez tomber!” Je me relève et hausse les épaules, comme pour dire tant pis. Après tout, je ne suis pas la première femme en sous-vêtements qu’il voit. Par contre, je suis bien heureuse d’être une adepte de la lingerie et d’avoir opté pour de la belle dentelle aujourd’hui.





Emi Burton


astra; bb

— The higher you build walls around your heart, the harder you fall when someone tears them down. ;; @unknow
Revenir en haut Aller en bas
Loris VeraciToujours frais après un litre de café
Loris Veraci
http://www.ciao-vecchio.com/t3859-loris-break-me-down-and-build- http://www.ciao-vecchio.com/t3869-loris-i-wanna-be-the-slip-word-upon-your-lip
Faceclaim : Thom Morell ©Feu Ardent (avatar), Djoan & Ealitya (gifs)
Messages : 821 - Points : 2486
[Terminé] Fesses contre sol - Loris Giphy-downsized
Âge : trente-cinq pétales.
Métier : anciennement artiste peintre qui tient depuis 2005, ses vingt-trois ans, une galerie d'art et photographie contemporain. Il organise des expositions et assure la promotion des artistes qu'il met en avant, les accompagnant jusqu'à ce qu'ils prennent des chemins différents. Egalement, il est photographe à ses heures perdues et propose des séances shooting pour ceux qui manquent de confiance en soi.
[Terminé] Fesses contre sol - Loris Empty
Sujet: Re: [Terminé] Fesses contre sol - Loris ( le Dim 4 Nov 2018 - 21:26 )
« Tant mieux. Si jamais je dis un truc charmant, il faut savoir que c’est juste par intérêt. » lance-t-il, un brin d’humour dans le ton de sa voix, bien qu’il soit proche de la vérité. Rares sont les fois où il complimente une femme sans avoir une idée derrière la tête. Ses amies y ont droit et ce qu’il raconte aux proches de ses potes est sincère, mais dès qu’il croise une femme qui lui plaît et qui se trouve être hors de toutes les limites qu’il se fixe ; artistes dont il assure le suivi, petites amies de ses potes, la famille de ces derniers… Il s’autorise bien des choses. Ca fait bien longtemps que son alliance a cessé d’être un obstacle, bien qu’elle le rappelle parfois à l’ordre, lorsqu’il la porte. Comme maintenant, alors qu’il pose ses mains sur le volant pour prendre la direction de l’hôpital. Si elle se trouvait dans la voiture, Elsa le fusillerait sur place et ferait de sa passagère temporaire, de la chair à pâté. Lui paie cher ses erreurs, mais celles avec qui il partage un moment charnel, si elle pouvait les assassiner sans passer par la case prison, elle le ferait sans doute. Amusé par sa remarque, il tourne quelques secondes la tête vers elle, en la dévisageant de haut en bas. « Plutôt pas mal, la vieille femme. Si elles pouvaient toutes être comme ça. » Sans les cannes, les dentiers… Ca ferait bien longtemps qu’en plus des demoiselles de son âge, il se tournerait vers les sexagénaires. « Ca marche. Et ça vient d’où ? » Toujours curieux dès qu’il s’agit des origines. Il a ce faible pour les femmes typées. « Loris. » Quant à ce sort à conjurer… La seule chance qu’elle ait aujourd’hui, c’est d’être tombée sur lui qui l’accompagne jusqu’à l’hôpital, attendant avec elle qu’un docteur passe pour l’examiner.

Il pourrait très bien s’en aller, la laisser entre de bonnes mains, mais cet événement dramatique tombe bien. Si c’est la poisse pour Tish, c’est un coup de bol pour lui qui sort son téléphone portable, tout en écoutant d’une oreille distraite ce que dit le docteur. A peine a-t-il commencé à rédiger un message à Elsa, pour lui signaler qu’il ne pourra être présent et qu’elle ferait mieux de se rendre à l’exposition sans lui, Loris relève soudainement les yeux vers sa nouvelle connaissance. Un instant, il pense à quitter la pièce pour les laisser, mais est rattrapé par la demande du professionnel. « Euh. » C’est qu’une épouse, il en a déjà une et c’est largement suffisant. Et par-dessus tout, ce n’est pas elle. Loris pose doucement son téléphone sur le meuble et s’avance vers Latisha. « Il paraît que je dois te déshabiller. » Mais cette situation l’amuse. Un large sourire au coin des lèvres, Loris, sans la quitter des yeux, pose ses mains sur sa taille, défait le bouton et se baisse en glissant le vêtement le long de ses jambes. « Lève le pied. » A son tour de rire, en secouant la tête, alors qu’il lui retire complètement le bas. Lorsqu’il se relève, il ne peut s’empêcher de murmurer au creux de son oreille : « Retombe quand tu veux. » Ce serait mentir que de nier qu’elle n’est pas attirante, que ce spectacle lui déplaît. Sa place, il ne la laisserait pour rien au monde.


Loris Veraci
Toi, avec des yeux tristes, ne te décourage pas. Oh je réalise, c'est dur de prendre confiance dans un monde plein de gens. Tu peux tout perdre de vue et la noirceur en toi peut te faire te sentir si insignifiant. Montre-moi un sourire puis ne sois pas malheureuse. Si ce monde te rend fou et que tu as pris tout ce que tu pouvais porter. Appelle-moi simplement, parce que tu sais que je serai là. Et je verrai tes vraies couleurs briller.
Revenir en haut Aller en bas
Latisha JonesLe vin est un puissant lubrifiant social
Latisha Jones
http://www.ciao-vecchio.com/t3948-personne-n-est-jeune-apres-qua http://www.ciao-vecchio.com/t3961-tish-petite-citation-a-venir
Faceclaim : Gabrielle Union
Messages : 595 - Points : 1018
Son coeur est meurtri par l'état de son fils.
Âge : 40 ans
Métier : Courtière
[Terminé] Fesses contre sol - Loris Empty
Sujet: Re: [Terminé] Fesses contre sol - Loris ( le Lun 19 Nov 2018 - 15:34 )

Fesses contre sol
Loris & Latisha

“Hum..Je commence à cerner le personnage alors!” Il est évident que le jeune homme est sûr de lui, je ne saurai trop dire si c’est une confiance légitime ou s’il fait partie de ces hommes avec une confiance démesurée, mais je vais très vite finir par le comprendre. Dans tous les cas, cela semble bon enfant et nous prenons tout cela avec légèreté. Je ne peux m’empêcher de rire à sa remarque, nous restons sur le même ton d’humour, mais c’est exactement ce dont j’ai besoin actuellement. Cette désinvolture me permet tout simplement d’oublier la douleur et le temps jusqu’à l’hôpital semble moin long. “Tu as dû rencontrer les mauvaises “vieilles femmes” , car un bon nombre de mes amies sont comme moi...mais tu te doutes que je suis celle qui se maintient le plus en forme!” Je continue sur ma lancée, il est clairement le genre de personne avec qui je peux, tout simplement, me lancer des fleurs sans pour autant qu’il prenne tout ça au sérieux. “Mon prénom?” Je fais une petite pause non pas parce que je ne sais pas d’où il vient, mais plutôt parce que sa question me fait repenser à  ma famille. Une famille avec qui je n’ai plus aucun lien. Des parents qui sont décédés ou presque...des frères et soeurs avec qui je n’ai plus aucun lien...enfin une famille de discorde et pourtant mon prénom me rappelle toujours mes origines. “ Je suis afro-américaine et c’est un prénom typique de chez nous… D’après ce que j’ai compris Latisha était la tante pieuse de mon père...dommage pour lui, sa fille du même nom a été tout autre!” Je fais une petite grimace amusée, le pauvre m’avait certainement donné ce prénom dans l’espoir que je devienne pasteur comme lui et le cours des choses on fait que je sois une tout autre une personne. “Je ne saurai pas t’en dire plus sur mes origines malheureusement...ça laisse sa part de mystère.” Petit clin d’oeil. “Loris, c’est joli comme prénom ça, j’aime bien et ça te va bien!” Je ris en imaginant le fait qu’il porte un tout autre nom comme Eugène ou Anthony, il porte définitivement bien son prénom. “Et toi alors? Tu n’as que du sang italien ou d’autres origines?” Il pourrait également avoir des origines tout autres que italiennes, mais je trouve qu’il a ce côté charmeur des italiens, il peut également être espagnole, il paraît qu’ils ont se pouvoir également.

Ca fait bien longtemps que je ne suis pas venue à l’hôpital pour moi. J’avais l’habitude, il y a fort longtemps d’y venir avec mon fils, mais je suis du genre à ne pas vouloir venir ici pour moi, du genre à me concocter des remèdes maison pour aller mieux. C’est peut-être pour cela que je ne m’attendais pas à ce que le docteur me demande de me déshabiller. J’imaginais qu’il m'amènerait dans une autre salle pour faire des radios et conclure sur quelque chose ou pas. “Une rencontre comme celle-ci je ne l’oublierai jamais!” Généralement, avant de se déshabiller, on apprend à connaître la personne ou tout au moins, on connait un peu plus que son prénom. Il est clair qu’aujourd’hui, tout est fait à l’envers. Je pourrai m’offusquer de la situation, mais tout comme Loris ça m’amuse plus qu’autre chose, peut-être parce que c’est lui et qu’il à l’air aussi taquin que moi.  Ce n’est qu’au moment où le jeune homme m’aide à enlever mon bas que j'aperçois sa bague sur son annulaire. Comment ne l’ai-je pas remarqué plus tôt? Mon radar est-il périmé? C’est le genre de choses que je ne loupe jamais...Maintenant je comprends l'amalgame. Charmeur, c’est bien ce que je disais! En attendant, si je n’étais pas littéralement tombé sur lui, je serai encore à me morfondre sur mon bout de trottoir. La situation oblige, cet inconnu, ou presque, a ses mains posé sur mon corps, ma taille,  mes hanches, puis, mes cuisses. Je le regarde faire, presque impuissante et me rends compte que cette posture pourrait s’apparenter à tout autre chose. Je mordille mes lèvres plus que amusée, mes mains viennent se déposer délicatement sur ses épaules, afin de ne pas perdre l’équilibre encore une fois aujourd’hui. Je m’exécute sans broncher et lève le pied petit à petit pour ne pas me causer encore plus de douleur. Son rire est contagieux et je me mets à trembloter de rire. La seule chose que je peux faire est l’aider à se relever en lui tendant ma main. Heureusement, il n’avait que le bas de mes vêtements à m’enlever. Je suis d’autant plus fière, car ma passion pour la lingerie m’a sauvé la mise. J’aurai pu être cette femme de 40 ans avec une culotte de mémé en coton et de grosses chaussettes, alors qu’au final je suis cette radieuse femme de 40 ans avec une lingerie à en faire craquer plus d’un. De la lingerie, dévoilant tout de même certaines cicatrices, preuve d’une grossesse à une époque de ma vie, mais qui sublime certainement ma personne. Alors qu’il vient murmurer à mon oreille, je ne peux m’empêcher de plonger mon regard dans le sien. “Crois-moi j’aurais préféré tout ça dans bien d’autres circonstances!” Serait-ce de la drague? À vrai dire, je n’en sais rien, je ne suis pas du genre à draguer plus jeune que moi et pourtant si je ne fais pas attention à mes actes ou mes paroles on pourrait s’y méprendre.

Le docteur me fait signe de m’installer sur la table se trouvant face à moi et une petite idée me vient en tête. Autant jouer le jeu jusqu’au bout. “Chéri...j’ai besoin de toi pour avancer.” Je regarde Loris l’oeil lumineux et le défiant de continuer sur sa lancé. Lorsqu’il arrive à ma hauteur, je passe mes mains sur son torse, puis ses abdos avant de placer mon bras derrière son dos pour m’appuyer et avancer jusqu’à l’emplacement indiqué. “Merci.”





Emi Burton


astra; bb

— The higher you build walls around your heart, the harder you fall when someone tears them down. ;; @unknow
Revenir en haut Aller en bas
Loris VeraciToujours frais après un litre de café
Loris Veraci
http://www.ciao-vecchio.com/t3859-loris-break-me-down-and-build- http://www.ciao-vecchio.com/t3869-loris-i-wanna-be-the-slip-word-upon-your-lip
Faceclaim : Thom Morell ©Feu Ardent (avatar), Djoan & Ealitya (gifs)
Messages : 821 - Points : 2486
[Terminé] Fesses contre sol - Loris Giphy-downsized
Âge : trente-cinq pétales.
Métier : anciennement artiste peintre qui tient depuis 2005, ses vingt-trois ans, une galerie d'art et photographie contemporain. Il organise des expositions et assure la promotion des artistes qu'il met en avant, les accompagnant jusqu'à ce qu'ils prennent des chemins différents. Egalement, il est photographe à ses heures perdues et propose des séances shooting pour ceux qui manquent de confiance en soi.
[Terminé] Fesses contre sol - Loris Empty
Sujet: Re: [Terminé] Fesses contre sol - Loris ( le Lun 10 Déc 2018 - 1:30 )
En effet, pour avancer que Latisha est pieuse, il fallait vraiment être aveugle, se mettre des œillères, parce que ce dont il est témoin à l’hôpital, ce petit jeu entre eux, est bien loin de ce qu’on attend d’une femme sage, innocente, qui n’a aucune idée derrière la tête. Elle s’amuse et lui se prête à l’expérience sans hésiter, bien qu’il ne le devrait pas. Par respect pour Elsa, il aurait dû trouver une autre solution, suggérer au docteur de demander de l’aide auprès d’une infirmière, afin qu’elle prenne le relais, mais tout ça lui passe au-dessus. Tout ce qu’il constate, c’est qu’elle a besoin de lui. Alors il s’exécute, non sans lui souffler quelques mots au creux de l’oreille qui le font passer pour un type qui n’a pas froid aux yeux, qui n’en a que faire de son mariage. Et c’est faux. Il y tient, à ce foutu mariage, mais pour des raisons qui ne concernent pas l’amour qu’il devrait éprouver pour Elsa, mais ça… Ca, il préfère ne pas y songer. « Dans d’autres circonstances, on ne se serait peut-être pas adressé la parole. » Il doute qu’elle aurait accosté un petit gars dans son genre, plus jeune qu’elle, ou qu’elle aurait répondu favorablement à ses avances, bien qu’à présent qu’il commence à la connaître, il doute. L’âge ne semble pas être un frein. « Ca a quelque chose d’amusant, tu conviendras. » Depuis que le Docteur s’est méprit, ils sont passés du stade de connaissance à époux. Heureusement, ce n’est qu’un jeu de rôle ; Loris est un bien piètre mari. « Qu’est-ce que tu ne ferais pas sans moi. » lance-t-il, taquin, alors qu’il s’avance, puis s’arrête aussitôt face à elle, figé sur ses gestes. Ses mains sur son torse qu’elle prend soin de caresser. C’est un appel qui ne le laisse pas indifférent. « Tu as aimé ce que tu avais sous les doigts ? » murmure-t-il, les yeux dans les siens, tandis qu’il l’accompagne jusqu’à la table où elle s’allonge. Il tire sur la chaise pour venir s’installer tout près d’elle, tandis que le Doc’ s’occupe de sa jambe, lui faisant faire des exercices tout en lui demandant à quelle échelle se situe la douleur. Profitant de son silence, il saisit le menton de Latisha, le tourne vers le sien. « Tu as le temps pour un verre après ou faut-il que je te raccompagne ? » Il comprendrait, avec le ciel qui lui est tombé sur la tête, qu’elle préfère se reposer, plutôt qu’aller vadrouiller, mais appréciant sa compagnie et son humour, Loris tente. « Ca me donnera l’occasion de te répondre quant à mes origines. Et j’en ai plein ! » s’exclame-t-il, en se désignant. « Ca se voit. » ironise-t-il, dans un sourire. Il est italien, point. S’il est orphelin, il a connu ses parents. Deux italiens de souche.


Loris Veraci
Toi, avec des yeux tristes, ne te décourage pas. Oh je réalise, c'est dur de prendre confiance dans un monde plein de gens. Tu peux tout perdre de vue et la noirceur en toi peut te faire te sentir si insignifiant. Montre-moi un sourire puis ne sois pas malheureuse. Si ce monde te rend fou et que tu as pris tout ce que tu pouvais porter. Appelle-moi simplement, parce que tu sais que je serai là. Et je verrai tes vraies couleurs briller.
Revenir en haut Aller en bas
Latisha JonesLe vin est un puissant lubrifiant social
Latisha Jones
http://www.ciao-vecchio.com/t3948-personne-n-est-jeune-apres-qua http://www.ciao-vecchio.com/t3961-tish-petite-citation-a-venir
Faceclaim : Gabrielle Union
Messages : 595 - Points : 1018
Son coeur est meurtri par l'état de son fils.
Âge : 40 ans
Métier : Courtière
[Terminé] Fesses contre sol - Loris Empty
Sujet: Re: [Terminé] Fesses contre sol - Loris ( le Mer 19 Déc 2018 - 8:40 )

Fesses contre sol
Loris & Latisha
“Eh bien...comment dire…” Je le regarde, je pourrais presque en être offusquée, mais en même temps personne ne m'avait demandé de caresser son torse. “ Ce n'est pas tous les jours que je me permet ce genre de plaisir.” Généralement, je flirte avec des hommes de mon âge ou plus âgés que moi, donc dans le plus souvent des cas, la personne n'est pas en aussi bonne forme physique que Loris. Pourtant, je devrais attirer des personnes comme moi, mais être en forme, ne veut pas forcément dire arborer des plaques de chocolats. Mon comportement peut faire penser que je suis une femme couguar, alors que ce n'est vraiment pas le cas. Dans tous cas je ne suis pas ce genre de femme à se pavaner avec des jeunes garçons de l'âge de mon fils.

Une fois installée, le docteur s'évertue à examiner ma jambe. J'essaie de rester la plus immobile possible, car à chaque fois que j'essaie de faire un mouvement, une décharge électrique déferle mon corps. Je reste donc concentrée sur le jeune homme qui m'était venue en aide plus tôt dans la journée. En effet, si les circonstances n'avaient pas été celles d'aujourd'hui, je n'aurai jamais adressé la parole à Loris. Non pas qu'il ne soit pas bel homme, mais je n'ai pas l'habitude de draguer plus jeune que moi. Je me sentirai embarrassée, bien que dans la situation actuelle, je montre une toute autre facette de ma personnalité. Toutefois, la situation est bien différente de celle d'une rencontre lambda. Je me retrouve en petite tenue devant cet inconnu et on le prend pour mon mari, alors que je n'ai rien demandé. Il en va s'en dire que je suis flattée qu'on puisse penser qu'un jeune homme comme lui puisse s'intéresser à moi.

Très rapidement le pronostic tombe, entorse à la cheville et plâtre pour maintenir la cheville et béquille pour tout déplacement. Le médecin me prescrit des antidouleurs et je peux enfin me rhabiller. J'en profite pour répondre à mon sauveur du jour. “Au vu de mon pronostic, j'ai toute la journée devant moi! Allons boire ce verre ça me fera du bien, j'en ai besoin.” Je souris amusée toute en finissant de me vêtir. “Tu m'intrigues là, j'ai hâte de découvrir tout ça!” Je prends les béquilles et fait mine de marcher avec elle pour pouvoir sortir de la salle de consultation et de l'hôpital. Je ne compte pas me déplacer avec l'aide de ces béquilles qui m'handicapent plus qu'autre chose. Une fois à l'extérieur, je peux enfin me déplacer, en boitant certes, mais bien plus rapidement qu'avec l'aide des béquilles. “Une suggestion pour aller boire ce verre?” Je ne sais pas dans quoi je m'embarque, mais après tout, il m'a aidé, il m'a accompagné aux urgences et il m'a même aidé à me changer, donc je lui dois bien à verre. “Par contre, c'est moi qui invite pour te remercier, chéri!”


Emi Burton


astra; bb

— The higher you build walls around your heart, the harder you fall when someone tears them down. ;; @unknow
Revenir en haut Aller en bas
Loris VeraciToujours frais après un litre de café
Loris Veraci
http://www.ciao-vecchio.com/t3859-loris-break-me-down-and-build- http://www.ciao-vecchio.com/t3869-loris-i-wanna-be-the-slip-word-upon-your-lip
Faceclaim : Thom Morell ©Feu Ardent (avatar), Djoan & Ealitya (gifs)
Messages : 821 - Points : 2486
[Terminé] Fesses contre sol - Loris Giphy-downsized
Âge : trente-cinq pétales.
Métier : anciennement artiste peintre qui tient depuis 2005, ses vingt-trois ans, une galerie d'art et photographie contemporain. Il organise des expositions et assure la promotion des artistes qu'il met en avant, les accompagnant jusqu'à ce qu'ils prennent des chemins différents. Egalement, il est photographe à ses heures perdues et propose des séances shooting pour ceux qui manquent de confiance en soi.
[Terminé] Fesses contre sol - Loris Empty
Sujet: Re: [Terminé] Fesses contre sol - Loris ( le Sam 12 Jan 2019 - 10:31 )
Un air satisfait plaqué sur le visage, Loris l’aide à atteindre le couloir, ralentissant le pas afin que ça lui soit moins pénible. Il s’arrête en plein milieu de l’allée et désigne sa cheville d’un geste de la tête, s’interrogeant sur sa douleur. Il n’a pas la moindre envie qu’elle puise dans son énergie pour boire un verre. « T’es sûre que ça va le faire ? » La sortie improvisée peut se prévoir un autre jour. Il penche la tête sur le côté, essaie de la sonder, de voir si elle hésite ou non, puis finalement, reprend son bras et l’incite à marcher. « Il y a des pubs sympas en ville. Ca dépend quelle ambiance tu préfères… Légère, calme, bruyante, avec de la musique qui oblige à parler fort. » Il a son endroit préféré, évidemment, mais rares sont les fois où il le partage. « Si tu veux tout savoir… » Là, il passe le pas de la porte automatique et s’avance vers son véhicule. « J’ai aucune origine. Je suis italien, pure souche. » Du moins, il le pense. Ses deux parents étaient italiens et ils ont été séparés trop tôt pour qu’il s’intéresse à son arbre généalogique. Parfois, il s’interroge, se demande qui il est réellement, avant de se rappeler de la vie qu’il mène, de ce qu’il est devenu avec le temps. Et il n’en est pas toujours fier. Même sa carrière en tant qu’artiste peintre ne le satisfait plus ; aujourd’hui, il ne touche plus un seul pinceau, alors comment pourrait-il en sourire ? Des états d’âme qu’il se garde bien de confier. Ca ferait de lui quelqu’un de perdu. Ce qu’il est certainement. « Et en tant que pur italien, je te laisserai pas sortir un rond. Quel mec fait payer la nana avec qui il flirte ouvertement ? » Et quand bien même il ne flirterait pas, il refuserait catégoriquement. Par fierté. Loris ouvre la portière et la referme derrière elle, alors qu’ils prennent la direction de ce fameux bar.

[HJ : le sujet datant, je me dis qu’on pourrait partir sur un nouveau ?]


Loris Veraci
Toi, avec des yeux tristes, ne te décourage pas. Oh je réalise, c'est dur de prendre confiance dans un monde plein de gens. Tu peux tout perdre de vue et la noirceur en toi peut te faire te sentir si insignifiant. Montre-moi un sourire puis ne sois pas malheureuse. Si ce monde te rend fou et que tu as pris tout ce que tu pouvais porter. Appelle-moi simplement, parce que tu sais que je serai là. Et je verrai tes vraies couleurs briller.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
[Terminé] Fesses contre sol - Loris Empty
Sujet: Re: [Terminé] Fesses contre sol - Loris ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [Terminé] Fesses contre sol - Loris -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli :: Rues du quartier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant