Revenir en haut
Aller en bas


 

- { monsieur Loris } › Entre étonnement et ravissement. -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Dolce Vita
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Anabela LaranjeiraLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2937-le-coeur-dune-femme-est-un-oce http://www.ciao-vecchio.com/t3885-anabela-nobody-said-it-was-easy-no-one-ever-said-it-would-be-so-hard#125671
ID : Je suis connue sous le pseudo de pitoquinha sur les forums, sinon je me prénomme Louise.
Faceclaim : J'ai la chance de jouer la superbe, sublime, magnifique, parfaite Amber Heard. + ©- texte signature de monsieur Spinoza + avatar signé Schizophrenic
Multi-comptes : Je joue aussi Majbritt Bergman, ayant pour célébrité miss Dakota Johnson, puis je joue également Mila Clarizio, ayant comme célébrité Jessica De Gouw.
Messages : 1700 - Points : 3304

Âge : Née à Lisbonne le 29.11.1986, j'ai à présent trente-deux ans.
Métier : Ancien mannequin ainsi qu'ancienne actrice, je réfléchis à une reconversion. Cela se fera très certainement dans le monde impitoyable de la mode.
Sujet: { monsieur Loris } › Entre étonnement et ravissement. ( le Lun 3 Sep 2018 - 4:15 )
Entre étonnement
et ravissement.
Insomnie. Je n'ai pas réussi à fermer l'œil de la nuit, à cause de toutes ses pensées qui se bousculent dans ma tête depuis quelque temps déjà. Mon divorce a été plus difficile que je ne l'ai laissé paraître puisque nous avons fait croire que tout s'était bien déroulé mon ex époux et moi, alors que cela n'a pas été le cas. Il y a également mon problème de stérilité, puisque sans traitement, il m'est impossible d'avoir des enfants, puis je ne sais même pas si avec un ou plusieurs traitements, cela serait possible un jour. Bien sûr, personne n'est au courant, hormis ma meilleure amie Leah, parce que le poids de mon secret était beaucoup trop lourd à porter. Enfin, la fusillade. J'y ai perdu une amie, chère à mon cœur, même si nous nous étions perdues de vue. Je tenais énormément à Cécilia et son décès sous mes yeux a été la goûte qui a fait déborder le vase.

Cinq heures trente. Je me lève, sachant pertinemment que je n'arriverais pas à m'endormir à cette heure, et de ce fait, je me faufile dans mon dressing. J'y cherche des vêtements afin de courir, il faut que je respire, que je m'évade et si mes souvenirs sont exacts, faire du jogging m'a aidé durant un temps. C'est donc déterminée que je cherche et finalement, après quelques minutes seulement, je trouve ce qu'il me faut. J'enfile le tout, ajustant mes baskets et faisant mes lacets avant de me lancer. Mon iPhone en poche, mes oreillettes en place, je lance ma playlist, jetant un coup d'œil rapide à la villa voisine, celle où vit un homme qui fait bien plus que me troubler. Il est absent pour quelques jours, ce qui me peine dans le fond, mais je ne le révélerais pas. Après un dernier coup d'œil, je commence quelques petites foulées, un peu d'échauffement et finalement, après un bon gros quart d'heure, je me décide à courir sur la plage. Je ne choisis pas de rejoindre un parc, désireuse de ne pas m'aventurer trop loin, sait-on jamais, comme j'ai arrêté le sport durant un temps, bien que je prenne des cours de boxe avec Stefan. C'est un homme renfermé, un homme qui semble à mon sens, aussi perdu que moi. Le fait est que je l'apprécie, puis, c'est un excellent professeur. Songer à Stefan me fait sourire, puis finalement, je me concentre sur ma respiration, gardant toutefois mes écouteurs dans mes oreilles.

Après ma course, je m'occupe, mes lunettes de vue sur le bout de mon nez, faisant des croquis de vêtements, ce que je fais depuis que j'arrive à tenir un crayon à papier entre les doigts. Personne ne sait que j'ai énormément de cahiers rempli jusqu'à la dernière page de créations que j'ai moi-même imaginé. C'est sans aucun doute idiot de ne les garder que pour moi, seulement, j'ai peur d'avis négatifs puisque j'en fais depuis toujours. Puis, il est clair que je n'ai pas confiance en moi de toute façon, alors il est exclu que je les montre à qui que ce soit. Le temps s'écoule, il défile, alors que je suis perdue. Je sais que je dois arrêter de boire et reprendre ma vie en main, seulement, je ne sais pas comment m'y prendre. Mordillant mon crayon, je me dis qu'étant seule, je dois faire face à mes problèmes. Je dois dépasser cette addiction à l'alcool, même si je dois en souffrir. La raison ? Celui-ci anesthésie cette douleur que je ressens depuis la fusillade. Cet atroce et terrible mal être qui me paralyse, qui me met KO avant même que je ne monte sur le ring. Malgré tout, je vais devoir essayer de m'en relever comme je peux. Il faut que j'y parvienne, non seulement pour moi, mais également pour toutes ses personnes qui tiennent à moi et qui s'inquiètent pour moi. C'est sans aucun doute pour cette raison que je me relève, me rendant une nouvelle fois dans mon dressing afin de me vêtir et de sortir.

D'habitude, je me rends dans les rues du centre de la ville pour rejoindre de nombreux bars, mais cette fois, je préfère me rendre à un endroit que je fréquente très peu. Je ne pense pas être venue plus de cinq fois à cet endroit, ce qui est idéal, compte tenu de ce que je désire faire. Je dois être en terrain neutre, afin de ne pas rechuter. Évidemment, je me sens fébrile quand le taxi qui m'a amené jusqu'au Dolce Vita s'arrête et que je règle le chauffeur. Les jambes en coton, j'avance avec lenteur, ayant mis des mocassins, au cas où… Le fait est que j'entre rapidement, sans doute parce qu'il est encore tôt et puis, je vais en direction de la terrasse. Je sais que je vais avoir besoin d'air, puis, si mes souvenirs sont bons, la vue depuis celle-ci est absolument magnifique. Lorsque je pousse la porte, très peu de personnes s'y trouve. Je décide donc de me mettre en retrait alors qu'un serveur me rejoint. « Bonjour madame. Que désirez-vous boire ? » Je me pince les lèvres, avant de répondre : « Bonjour. Je voudrais un Mojito. Sans alcool, s'il vous plaît. » Alors qu'il s'éclipse, me promettant de revenir rapidement avec mon cocktail, la terrasse commence à se remplir. Je ne fais pas attention aux personnes qui m'entourent, attendant toujours ma boisson quand finalement je croise le regard d'un homme que je connais depuis plusieurs années. « Loris ! » Je l'interpelle, alors que nous nous rejoignons. « Comment vas-tu ? » Je lui demande, quand le serveur nous rejoint, mon cocktail sans alcool en main. « Merci. » Je lui souffle, alors qu'il nous laisse tous deux. Je suis surprise de le croiser ici, mais je suis également ravi, ainsi, je ne serais pas seule pour affronter ce souci que j'ai avec les boissons alcoolisées, bien que je me souvienne qu'il sait être un véritable « diable » quand il s'y met.
Pando


Il commençait déjà à lui donner des petits qualificatifs typiquement tirés du vocabulaire d'un adolescent amoureux. M'enfin, c'était ça ou ma petite crevette en sucre. ♡ ♡ ♡


Dernière édition par Anabela Laranjeira le Mar 16 Oct 2018 - 16:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Loris VeraciToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3859-loris-break-me-down-and-build- http://www.ciao-vecchio.com/t3869-loris-i-wanna-be-the-slip-word-upon-your-lip
ID : Ealitya, Sandrine
Faceclaim : Thom Morell ©Ealitya (avatar), Djoan (gifs)
Multi-comptes : Caitlin, Dante, Demetrio, Devraj, Erio
Messages : 416 - Points : 458

Âge : trente-quatre pétales.
Métier : anciennement artiste peintre qui tient depuis 2005, ses vingt-trois ans, une galerie d'art et photographie contemporain. Il organise des expositions et assure la promotion des artistes qu'il met en avant, les accompagnant jusqu'à ce qu'ils prennent des chemins différents. Egalement, il est photographe à ses heures perdues et propose des séances shooting pour ceux qui manquent de confiance en soi.
Sujet: Re: { monsieur Loris } › Entre étonnement et ravissement. ( le Dim 14 Oct 2018 - 15:22 )
Alors qu’il s’apprête à retirer un tableau de son véhicule, une voix l’interpellant attire son attention. A quelques mètres de là se trouve Anabela, cette jeune femme croisée il y a un peu plus de dix ans, avec qui il a partagé quelques moments fous, à l’époque où il était encore célibataire, où il n’avait pas son alliance pour alourdir son annulaire et qui, finalement, ne l’empêche pas de papillonner lorsqu’un corps appelle le sien. Des instants de faiblesse, avec lesquels il vit parfois bien, parfois en se sentant coupable, repensant à Elsa qui espère chaque jour un peu plus qu’il se rende compte du mal qu’il lui fait pour ne plus jamais recommencer. Une façon utopique de croire encore à leur couple, leur mariage et toutes les promesses faites lors de la cérémonie. Après avoir retiré son tableau du coffre, Loris verrouille son véhicule et s’approche de la table avec un petit sourire en coin. « Ca va ça va et toi ? Seule ? » Le serveur apporte sa commande, tandis qu’il cherche du regard une personne l’accompagnant. Mais personne et l’unique consommation en témoigne. « Le Dolce n’est pas vraiment ma tasse de thé, mais j’apporte un tableau au gérant. » Et il ne pensait pas prendre un deuxième verre ici. C’est un bar sympa, chic, mais il préfère plutôt les bars à ambiance comme Las Cuevas où il se donne souvent rendez-vous avec sa bande d’amis. Un incontournable pour lui. « Je reviens. Attends-moi là. » Sans lui laisser le temps de parole, il porte de nouveau l’œuvre d’art et entre à l’intérieur, aidant Alberto à le placer non loin de la table du fond. Un emplacement bien choisi, avec un éclairage qui met en avant la peinture d’un artiste dont il a fait la publicité récemment. Un jeune qui débute et qui a un bon coup de pinceau. Loris admire son travail, apprécie son acharnement et son besoin de rendre les imperfections de ses œuvres, parfaites. Lorsqu’il s’est présenté à lui avec quelques toiles, elles avaient réussi à attiser sa curiosité. Il est évidemment ravi de l’aider de ses propres ailes, comme l’a fait un homme pour lui. La toile mise en place, Loris tend un crayon au gérant pour signature du colis remis et le range aussitôt dans la poche de son jean, avant de revenir vers la terrasse. « Alors, toujours seule ? » lui demande-t-il, la main posée sur le dossier du siège, prêt à lui tenir compagnie. « Qu'est-ce que c'est ? » Ce verre qu'elle a dans les mains.


Loris & Mica
J'veux des problèmes, j'veux qu'tes galères deviennent les miennes. J'veux qu'tu m'balances au visage tes orages, tes peines pour des nuits diluviennes. J'veux qu'on s'apprenne, j'veux partager tes joies, tes migraines. Ton corps me donne le vertige et tes mains me mènent où rien ne nous gêne.
Revenir en haut Aller en bas
Anabela LaranjeiraLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2937-le-coeur-dune-femme-est-un-oce http://www.ciao-vecchio.com/t3885-anabela-nobody-said-it-was-easy-no-one-ever-said-it-would-be-so-hard#125671
ID : Je suis connue sous le pseudo de pitoquinha sur les forums, sinon je me prénomme Louise.
Faceclaim : J'ai la chance de jouer la superbe, sublime, magnifique, parfaite Amber Heard. + ©- texte signature de monsieur Spinoza + avatar signé Schizophrenic
Multi-comptes : Je joue aussi Majbritt Bergman, ayant pour célébrité miss Dakota Johnson, puis je joue également Mila Clarizio, ayant comme célébrité Jessica De Gouw.
Messages : 1700 - Points : 3304

Âge : Née à Lisbonne le 29.11.1986, j'ai à présent trente-deux ans.
Métier : Ancien mannequin ainsi qu'ancienne actrice, je réfléchis à une reconversion. Cela se fera très certainement dans le monde impitoyable de la mode.
Sujet: Re: { monsieur Loris } › Entre étonnement et ravissement. ( le Mar 16 Oct 2018 - 22:26 )
Entre étonnement
et ravissement.
Cela fait un bon bout de temps que je ne suis pas tombée sur Loris, d'où ma surprise lorsque je l'ai aperçu, l'interpellant rapidement, sans penser qu'il pouvait être accompagné ou qu'il venait déposer quelque chose. À vrai dire, j'ai la sensation que je l'ai rencontré dans une autre vie, étant donné que je suis bien différente de la jeune femme que j'étais lorsque nous nous sommes vus pour la première fois. Loris et moi, ce n'était pas une histoire sérieuse, ni même une histoire d'amour, on se fréquentait, passant quelques nuits ensemble, mais cette époque et belle et bien derrière nous. Alors qu'il me rejoint et que j'attends ma commande, je le fixe, lui offrant un sourire, avant de répondre à sa question. « Ça va. » Je prétends, bien que cela ne soit pas véritablement le cas, bien qu'il y ait du mieux tout de même, ce à quoi je me raccroche. Lorsqu'il me demande si je suis seule, je ne suis pas certaine de comprendre ce qu'il entend par là. N'ayant pas le temps de lui répondre, puisque le serveur ayant pris ma commande vient finalement me l'apporter, alors que je le remercie, Loris reprend. Il m'avoue n'être pas forcément fan de l'endroit, ce que je peux comprendre, étant donné que je viens également très rarement ici, c'est par ailleurs en partie pour cette raison que j'ai décidé de venir, parce que je n'y connais personne. Je désirais être seule dans mon coin, avant que je ne l'interpelle, surprise de le voir, tout simplement. « Ce n'est pas non plus un endroit où je viens souvent. » Je réponds, réalisant qu'il va forcément me demander la raison de ma présence ici, du coup, j'enchaîne rapidement. « Je suis venue pour la vue, puis ça faisait un moment que je n'étais pas passée alors je me suis dit pourquoi pas. » C'est un mensonge, même s'il faut le reconnaître, la vue depuis la terrasse est magnifique. « OK, je t'attends. » Je prononce, alors qu'il est déjà parti, pour déposer le tableau qu'il a amené sans nul doute. Durant ce temps, je porte mon cocktail sans alcool à mes lèvres pour le goûter. Il est frais, assez sucré, bien qu'il manque inévitablement l'essentiel. Lorsque Loris revient, je hausse les épaules alors qu'il me demande encore si je suis seule, je pense que la réponse est évidente, toutefois, je lui réponds : « Oui. Je suis venue seule ce soir. » Je porte une seconde fois mon verre à mes lèvres, avalant quelques gorgées quand il me demande ce qu'il contient. « C'est un Mojito. » Je réponds précipitamment, lui offrant un sourire gêné, sans préciser qu'il ne contient pas d'alcool. « Tu passes en coup de vent du coup ? » J'enchaîne une fois encore, étant tout de même assez curieuse, étant donné qu'il amenait un tableau. Peut-être a-t-il encore des livraisons à faire, allez savoir.
Pando


Il commençait déjà à lui donner des petits qualificatifs typiquement tirés du vocabulaire d'un adolescent amoureux. M'enfin, c'était ça ou ma petite crevette en sucre. ♡ ♡ ♡
Revenir en haut Aller en bas
Loris VeraciToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3859-loris-break-me-down-and-build- http://www.ciao-vecchio.com/t3869-loris-i-wanna-be-the-slip-word-upon-your-lip
ID : Ealitya, Sandrine
Faceclaim : Thom Morell ©Ealitya (avatar), Djoan (gifs)
Multi-comptes : Caitlin, Dante, Demetrio, Devraj, Erio
Messages : 416 - Points : 458

Âge : trente-quatre pétales.
Métier : anciennement artiste peintre qui tient depuis 2005, ses vingt-trois ans, une galerie d'art et photographie contemporain. Il organise des expositions et assure la promotion des artistes qu'il met en avant, les accompagnant jusqu'à ce qu'ils prennent des chemins différents. Egalement, il est photographe à ses heures perdues et propose des séances shooting pour ceux qui manquent de confiance en soi.
Sujet: Re: { monsieur Loris } › Entre étonnement et ravissement. ( le Dim 28 Oct 2018 - 18:05 )
« T’en as besoin ? » Gêne-t-il ? Etant donné que c’est elle qui l’a interpellé, la réponse lui semble évidente. Si elle n’avait pas eu l’envie d’avoir de la compagnie à ses côtés, sans nul doute qu’elle se serait faite toute petite, se cachant derrière la carte disposée sur la table voisine, afin que Loris ne la considère pas. Et il le comprend. Il y a de ces moments où lui aussi, favorise la solitude à la foule. Auparavant, ça lui était nécessaire pour se retrouver face à son art. Maintenant, moins, parce que depuis qu’il ne peint plus, il ne passe plus des semaines enfermés chez lui à chercher l’inspiration, mais il a tout de même besoin de s’isoler. La photographie n’est pas un sport collectif. Pas pour lui. Son travail lui est personnel. Cela dit, boire un verre dans un bar, sans personne pour l’accompagner, il trouve ça… triste. « A la base, ouais, je passais juste pour le dépôt. Je comptais pas rester, même pas pour la vue. » Aussi magnifique soit-elle. Elle donne sur la baie de Naples, les îles que l’on peut apercevoir au loin. C’est un incontournable pour les touristes qui en disent généralement du bien. « Mais puisque t’es là, ça change un peu la donne. » Anabela est agréable. Dans le passé, il se souvient avoir passé de très bons moments avec elle, même si ça n’aurait pas dû aller aussi loin, comme avec toutes les femmes qui finissent dans ses bras, alors qu’une alliance emprisonne son annulaire, quand il ne la retire pas. « Ca fait un moment. Les nouvelles ? Tout se passe bien pour toi ? » Même s’ils ont repris contact à son retour, ils n’ont pas vraiment pris le temps de se parler, se tenir au courant de tout ce qui se passait. Souvent parce qu’il manquait de disponibilité, ou encore parce qu’il annulait au dernier moment, pour rejoindre Luna qui le sollicitait. Et bien qu’il apprécie beaucoup Ana, dans un instant pareil, son choix est vite fait.


Loris & Mica
J'veux des problèmes, j'veux qu'tes galères deviennent les miennes. J'veux qu'tu m'balances au visage tes orages, tes peines pour des nuits diluviennes. J'veux qu'on s'apprenne, j'veux partager tes joies, tes migraines. Ton corps me donne le vertige et tes mains me mènent où rien ne nous gêne.
Revenir en haut Aller en bas
Anabela LaranjeiraLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2937-le-coeur-dune-femme-est-un-oce http://www.ciao-vecchio.com/t3885-anabela-nobody-said-it-was-easy-no-one-ever-said-it-would-be-so-hard#125671
ID : Je suis connue sous le pseudo de pitoquinha sur les forums, sinon je me prénomme Louise.
Faceclaim : J'ai la chance de jouer la superbe, sublime, magnifique, parfaite Amber Heard. + ©- texte signature de monsieur Spinoza + avatar signé Schizophrenic
Multi-comptes : Je joue aussi Majbritt Bergman, ayant pour célébrité miss Dakota Johnson, puis je joue également Mila Clarizio, ayant comme célébrité Jessica De Gouw.
Messages : 1700 - Points : 3304

Âge : Née à Lisbonne le 29.11.1986, j'ai à présent trente-deux ans.
Métier : Ancien mannequin ainsi qu'ancienne actrice, je réfléchis à une reconversion. Cela se fera très certainement dans le monde impitoyable de la mode.
Sujet: Re: { monsieur Loris } › Entre étonnement et ravissement. ( le Mar 6 Nov 2018 - 18:35 )
Entre étonnement et ravissement.

 Loris Veraci ⊹ Anabela Laranjeira  

J'ai bien du mal à réaliser que je suis avec Loris ce soir, ou plutôt, qu'il se trouve devant moi, étant donné qu'il passait pour déposer une toile et que l'ayant aperçu, je me suis mise à l'interpeller sans même y réfléchir. C'était sous le coup de la surprise et heureusement pour moi, il m'a rejoint, plutôt que m'ignorer, ce qui aurait été humiliant à tout point de vue. Tenant mon cocktail sans alcool entre mes mains, j'en bois à la paille alors que je l'écoute, à l'image d'une petite fille bien sage, ce que je n'ai jamais vraiment été un jour, où alors lorsque j'étais très jeune et qu'à présent, je n'en garde aucun souvenir. Ai-je besoin de compagnie ? Je n'en suis pas certaine. Cependant, maintenant que Loris est face à moi, je ne vais pas lui dire de s'en aller, puis c'est triste de passer une soirée seule. « Et bien très cher Loris, je veux bien que tu me tiennes compagnie. » Je lui offre un magnifique clin d'œil, buvant de nouveau à l'aide de ma paille. Quand il me dit qu'effectivement, il n'est venu que pour le transport de la toile, je ne suis pas surprise, même si je lui ai tout de même poser la question pour en être certaine. Quand il ajoute que cela change « un peu » la donne que je sois présente, je fais la moue. « Un peu ? » Je demande, les yeux ronds, le fixant en me retenant de rire. Il faut croire que ce soir la grande gamine qui est en moi désire s'amuser, ou peut-être est-ce la présence de Loris qui l'a fait émerger d'un long sommeil. « OK. Comme c'est pas plus que ça, tu me payeras mes consommations ! » Je lui offre un nouveau clin d'œil, mais ce coup-ci complice, quand il me demande des nouvelles. « HUM… » Je fais mine de réfléchir, bien que j'ai vécu pas mal d'aventures durant ses derniers mois, tragiques certes, mais je commence à sortir la tête de l'eau. « Toujours divorcée. Toujours sans emploi. Toujours à la villa familiale. » Je hausse les épaules et je reprends : « Mais décidée à tourner la page et à en commencer une nouvelle en trouvant un job et d'autres choses encore… Je garde le suspens. Si t'es gentil, tu en sauras davantage plus tard dans la soirée. » J'esquisse un sourire amusé et je reprends encore : « Et toi alors ? Fidèle maintenant ? » Je demande, ayant remarqué une alliance à son doigt. « Toi rangé, je n'y crois pas trop. Ne le prends pas mal, mais… » Je m'arrête, faisant signe à un serveur de nous rejoindre. « Un second cocktail pour moi, comme vous savez et... » Je fixe Loris, et je le questionne : « Tu veux boire quoi ? » Le serveur nous rejoint, alors que je lui tends mon verre de Mojito sans alcool vide pour qu'il m'en apporte un autre. « Décide-toi, on en a des choses à se raconter ! » Je prononce, taquine, mais surtout curieuse. Depuis quand monsieur Loris est marié ? Pourquoi ? Avec qui ? Trop de questions qui se bousculent dans ma tête, mais cela pour peu de temps, puisque je compte bien les lui poser.
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.



Il commençait déjà à lui donner des petits qualificatifs typiquement tirés du vocabulaire d'un adolescent amoureux. M'enfin, c'était ça ou ma petite crevette en sucre. ♡ ♡ ♡
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: { monsieur Loris } › Entre étonnement et ravissement. ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- { monsieur Loris } › Entre étonnement et ravissement. -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Dolce Vita
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Dolce Vita