Revenir en haut
Aller en bas


 

- Karaoke fever - PV Tinale -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Santa Lucia :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Latisha JonesLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3948-personne-n-est-jeune-apres-qua http://www.ciao-vecchio.com/t3961-tish-petite-citation-a-venir
ID : Kitty
Faceclaim : Gabrielle Union
Messages : 381 - Points : 373

Âge : 40 ans
Métier : Il paraîtrait que je suis plutôt douée pour gérer l'argent...oseras-tu mettre le tien entre mes mains ?
Sujet: Karaoke fever - PV Tinale ( le Mar 11 Sep 2018 - 20:12 )
C’est comme si on martelait mon crâne sans interruption. Je reste un bon moment calme, immobile,  sans bouger, mais ça ne passe pas. J’entendrais presque le rire sadique de mon propre démon qui s’amuse de la situation et qui me nargue en me disant “tu n’avais qu’à y penser hier soir!” Après une bonne dizaine de minutes, je finis par me redresser et jette un regard sur ma chambre. Mes vêtements sont éparpillés sur le sol et je souris en réalisant la soirée que je viens de passer. Je tire les volets pour observer la vue et la première chose que j'aperçois est un car de pèlerin et je hausse les sourcils.  Il y aurai un événement sacré à la fin de la semaine et un tas de pèlerin se rendent à Naples, pour mon plus grand désespoir. Puis, je tourne le regard et vois un de ces friqués qui est presque en larme, car il a rayé la jante de sa belle Porsche et je ne peux m’empêcher d’avoir un rictus. Pourquoi avoir une Porsche à Naples? C’est totalement ridicule...enfin bon tant pis pour lui.

Je ressaisis enfin mes esprits et commence par ramasser ce qui se trouve sur mon plancher, puis je m’habille d’une robe de chambre pour me rendre dans le séjour. J'aperçois des chaussures masculines, ainsi qu’une chemise et je me rappelle qu’Ale a dormi ici. Il doit certainement être dans l’autre chambre, on était donc ivre mort, mais pas au point de s’endormir dans le même lit, c’est déjà pas mal! Mon imagination divague à nouveau, lorsque mon regard se pose sur ce cadeau de mon fils. Une oeuvre d’un nouveau peintre en vogue. Je dois vous avouer que je ne comprend pas son art...mais c’est mon fils qui me l’a offert et s’il dit que c’est quelque chose en vogue, je le crois et j’accepte.

Après m’être débarbouillée, je me rends dans l’autre chambre pour y découvrir un Alessandro encore endormi. Son grand pectoral se soulève puis redescend dans un rythme constant et plutôt serein. Je me décide enfin à aller le réveiller car il est plus de 17h00 et bien que nous nous soyons comporter comme des gamins la veille, nous n'allons pas dormir toute la journée. “Ale...je vais nous faire des omelettes et un petit déj qui nous remettra d’attaque!” Je lui dépose un baiser sur le front, car c’est tout simplement ma façon d’agir avec mes amis. “J’ai dit à Tina de nous rejoindre dès qu’elle aura fini” Je me rends à la cuisine et commence à nous concocter de quoi manger. J’ai une envie de pancake également. Un peu étrange pour l’heure actuel, mais au fond pour nous c’est comme s’il était neuf heure du matin. En fin de compte, lorsque je termine de préparer notre repas, je vois Ale débarquer en pantalon, torse -nu et presque au même moment et la porte sonne. “Serre -toi, je vais ouvrir ça doit etre Tina!” Une fois au pas de ma porte, je vois une note de la boîte où nous avions passé la soirée avec une somme astronomique et je comprends mieux notre état. Je regarde par le judas de la porte bien que je sache qu’il s’agit de mon amie et j’ouvre finalement la porte en essayant de paraître la plus fraîche possible! “Te voilà enfin !!! Ale est déjà là…” Je souris et lui fait une bise avant de la tirer vers la cuisine sans pour autant lui dire que Alessandro était déjà là, car il avait passé la nuit ici. “On s’appretait à manger! Tu te joins à nous?” Je regarde la belle indienne et m’installe pour manger tout en regardant ces amis chers à mon coeur. Sachant pertinemment qu'avec ces deux là réunis, la soirée risque d'être aussi mouvementée que celle de la veille.
Revenir en haut Aller en bas
Tina CambiasoToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3136-i-never-want-to-hear-you-say-i http://www.ciao-vecchio.com/t3155-this-could-be-the-start-of-something-new
ID : wanderlust.
Faceclaim : aishwarya rai, tearsflight // signature : Anaëlle
Messages : 554 - Points : 651

Âge : 42 ans, mais elle ment sur son âge, des fois elle dit plus, très souvent elle dit moins
Métier : gérante d'une boutique de vêtements
Sujet: Re: Karaoke fever - PV Tinale ( le Mar 11 Sep 2018 - 23:42 )

Karaoke fever
La journée avait été longue mais productive, au lieu d’être allée travailler à sa boutique, la jeune femme avait décidé de rester chez elle pour travailler un peu. Et par travailler, elle entendait simplement se mettre à sa table à dessin et à dessiner voire re-dessiner des modèles de vêtements pour une collection qui ne sortira sûrement jamais. Même si sa fille trouvait que c’était du talent gâché de ne pas vendre les vêtements qu’elle créait, et parfois de ne même pas créer les vêtements qu’elle dessinait, elle trouvait au contraire que c’était un bon moyen pour elle de se détendre. Et au moins, elle était sûre que ce qu’elle portait, personne d’autre ne l’avait.

Lorsque l’horloge de son atelier afficha 16h30, l’Indienne poussa un petit soupire en réalisant qu’elle avait passé presque huit heures à dessiner non stop, au point qu’elle en oublie de déjeuner. Par chance, elle devait se rendre chez Tish pour la soirée, elle se nourrirait là-bas, elle était sûre que cette dernière aurait à manger chez elle. Elle étendit le bras pour vérifier les messages sur son téléphone, avant de se lever pour se dégourdir un peu les jambes. Elle prit ensuite la direction de la cuisine pour y récupérer son sac et ses clefs, et s’apprêta à s’en aller avant de finalement faire demi-tour. La jeune brune fonça à toute vitesse dans son atelier et une fois à hauteur de sa table de dessin, chercha quelque chose du regard. Un sac dans lequel contenait une robe de soirée qu’elle avait créé et dont elle voulait faire cadeau à son amie. Cela arrivait souvent à Tina d’offrir des vêtements qu’elle prenait la peine de créer à ses amis, mais avec la jeune métisse c’était encore différent. Au-delà de l’amitié profonde qui les liait, elle ne perdait pas espoir d’unir un jour les deux familles. Elle espérait donc que par ce cadeau, le fils de son amie demande d’où il provient pour qu’elle puisse y insérer le nom de Tina. Comme ça la discussion mènerait à l’amitié qui liait son fils et la fille de l’Indienne. C’était peut-être tiré par les cheveux, mais c’était un plan d’action à long terme qui avait été mis en place par les deux mamans. Certes, elles changeaient de technique tous les quatre matins, mais elles ne perdaient pas espoir de voir s’unir leurs enfants.

Le sac en main, elle se dirigea vers sa voiture et une fois assurée qu’elle n’avait rien oublié, démarra pour prendre la direction de chez son amie. Le trajet ne fut pas très long, bien que quelques embouteillages – toujours moins que ce qu’elle aurait pensé – et elle trouva une place facilement pour se garer. L’Indienne traversa les quelques mètres qui la séparait de la porte de la métisse, et sonna avec beaucoup d’entrain une fois sur son pallier. Le sourire de la jeune femme s’agrandit lorsqu’elle entendit des bruits de pas qui se rapprochaient de la porte, déjà heureuse de voir son amie avant même qu’elle ne la voit. Lorsque la porte s’ouvrit sur la métisse, le sourire de Tina ne pu que s’agrandir encore un peu plus. Pas parce qu’elle était encore plus contente de la voir – bien que – mais parce que la tête de cette dernière indiquait, sans même qu’elle ne pose la question, qu’elle avait passé une nuit agitée. Le regard curieux de Tina essaya de traverser son amie pour voir par-dessus son épaule ; peut-être avait-elle ramené de la compagnie. Elle claqua la bise à Tish avant de se laisser tirer vers la cuisine, son regard se posant sur Alessandro qui était effectivement déjà là. « Tu sais, je suis quand même un peu déçue. En voyant les cernes sous tes yeux et ton air mal éveillé, j’ai pensé un moment que tu as passé une soirée bien plus intéressante qu’avec lui. » Elle fit un signe de la tête pour parler de l’Italien comme s’il n’était pas là. Elle le taquinait bien sûr. « Donc vous avez décidé de faire la fête ? Et sans moi ? Quelle trahison ultime ! » S’exclama Tina faussement outrée. « Mais j’accepte la nourriture en gage de paix. Ah d’ailleurs, cadeau. » Elle tendit le sac à son amie avant de faire comme chez elle et de se servir un verre de jus d’orange qu’elle récupéra dans le frigo. « Allez, racontez moi votre soirée que je vois si je vous pardonne ne pas m’y avoir conviée. »  
AVENGEDINCHAINS


[...] une terre aride que n'atteignaient ni les regrets ni les lamentations. Une terre éloignée de tout rêve et de toute déception aussi. Là l'avenir importait peu et le passé ne renfermait qu'une leçon de sagesse: l'amour était une erreur dangereuse et son complice, l'espoir, une illusion perfide. Chaque fois que ces deux fleurs empoisonnées germaient en elle , [elle] les arrachait et les jetait avant qu'elles ne s'enracinent.


#TEAM ALESSORI
Revenir en haut Aller en bas
Alessandro FerraraToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3870-alessandro-infinito http://www.ciao-vecchio.com/t3898-alessandro-ferrara-e-se-parli-piano-ti-sento-forte
ID : TBW/Wookie | Céc'
Faceclaim : Pierfrancesco Favino + ©avatar&gifs : me
Je suis absent-e : /
Multi-comptes : /
Messages : 326 - Points : 132

Âge : 47 ans
Métier : Propriétaire et chef cuisinier du Bella Notte
Sujet: Re: Karaoke fever - PV Tinale ( le Mer 12 Sep 2018 - 23:46 )
Y a-t-il plus grande douleur que le mal de crâne qu'amène inéluctablement la gueule de bois ? Oui forcément - évidemment, vous parlez à un type qui s'est fait déchiré la jambe par un milieu mexicain de l'Inter quand j'ai fait ma seule saison (écourtée vous l'aurez compris) au Genoa. C'était pas beau à voir, c'est moi qui vous le dis. Déjà que depuis tout petit je ne souhaite qu'une chose, voir ce putain de club à l'échelon inférieur... Mais vous voyez l'idée ; se réveiller avec cette migraine atroce, ça ne fait plaisir à personne. Il faudrait que je me lève, le vouloir est une autre histoire : je suis si confortable sur ce lit. Mais d'ailleurs... Ce n'est pas le mien ? Attends, attends... Que je me remette la soirée de la veille en mémoire : le restaurant, la fermeture, 'Tish... 'Tish ! C'est ça. On est allé en discothèque - une nouvelle boîte branchée d'un de ses clients si je me souviens bien - et on s'est endiablé comme jamais sur les pistes, faisant pâlir les plus jeunes. Une bonne soirée. Très bonne soirée. Nous n'avons pas arrêter de la nuit, prenant une pause simplement pour boire. Trop vu mon état de ce matin, mais ça valait le coup, la mémoire me revenant petit à petit tandis que j'émerge. Un petit sourire s'affiche sur mon visage encore endormi alors que je me rappelle que pendant que certains s'étaient accouplés dans des toilettes à l'hygiène douteuse, 'Tish et moi avions été les véritables stars de la soirée, entraînant de nombreuses personnes dans des danses énergiques : franchement, les patrons auraient pu nous faire cadeau de la soirée tant nous y avions mis l'ambiance. J'avais même croisé la route d'un supporter du Parma en vacances qui m'avait abordé avec bonne humeur, enthousiasme et gentillesse, me rappelant au bon souvenir de certains matchs mémorables que j'avais disputé sous le maillot jaune et bleu. Ca faisait plaisir, même je m'étais fait une raison depuis toutes ces années que le foot, c'était plus ou moins fini - les matchs de bienfaisance en moins - ça me donnait cette impression que ma carrière n'était pas devenu invisible. D'accord, avec un outing et être l'un, si ce n'est le, premier joueur pro ouvertement bisexuel de la ligue, difficile pour certains de m'oublier. Mais c'était le tapage médiatique qu'ils retenaient, pas le jeu en lui-même, vous voyez ? Bref... Toujours un bon moment à passer de discuter du club qui m'avait tant donné et dont j'étais tombé amoureux avec les années.

Je sentis une paire de lèvres effleurer mon front avant de me promettre un petit déjeuner - mais vu l'heure tardive que je suspectais, on aurait bien pu manger une soupe. Latisha était d'une douceur extrême avec ses amis et entre nous, cette idée de grand frère et petite sœur s'était installé avec le temps. Je n'avais pas souffert exactement d'être fils unique, avoir un frère ou une sœur à qui parler, à qui apprendre, ça m'aurait plu. Alors, certes mon amie avait quelques décennies de retard mais ça m'importait peu. On était plutôt similaire tous les deux, et avoir quelqu'un d'aussi doux qu'elle, ça faisait du bien pour être honnête. Pour toute réponse, elle n'eut qu'un gémissement plaintif de ma part, préférant profiter des dernières secondes sur le lit. Un soupir, alors que j'entendais Latisha s'affairer en cuisine.

Je m'étirai de tout mon long, faisant craquer mon dos et mes épaules tandis que je réprimais à moitié un grognement. Il fut ensuite temps de me lever. Je fis un petit détour par la salle de bain pour me laver le visage, c'était une nécessité. Je remarquai avec amusement un verre en plastique orné d'un petit dinosaure : sûrement un vestige de l'enfance du fils de 'Tish. Je la rejoignis enfin, appâté par l'odeur qui s'échappait de ses casseroles. Hhmm... Ca promettait d'être bon. Pour une fois que je n'étais pas derrière les fourneaux ! Je traînai des pieds et m'affala sur la première chaise sur mon chemin, pas encore tout à fait réveillé, torse nu encore d'avoir délaissé ma chemise je ne sais où dans la demeure de mon amie. Elle a à peine le temps de finir son omelette qu'on sonne à la porte. Tina, sans surprise ; nous l'attendions. Je me sers, comme me l'a intimé Latisha avant d'entendre une remarque taquine de la part de notre nouvelle arrivée : « Tu sais, je suis quand même un peu déçue. En voyant les cernes sous tes yeux et ton air mal éveillé, j’ai pensé un moment que tu as passé une soirée bien plus intéressante qu’avec lui. » « Merci pour moi. Dois-je en conclure que je ne suis pas assez intéressant pour 'Tish ? » Je lui réponds avec un air faussement indigné avant de sourire et de prendre une première fourchette de l'omelette, affamé. Puis je la pointai vers Tina, finissant d'avaler juste avant. « Rectification. On y est allé sans toi parce qu'apparemment tu étais occupée. Pas de faux procès de bon matin. » Il était peut-être dix-sept heures pour le commun des mortels mais pas pour nous. Heureusement que j'avais deux jours de repos, les avantages d'être le patron et d'avoir une équipe en qui je pouvais compter. Un regard complice à 'Tish, quand l'indienne avait demandé le déroulement de la soirée et je me lançai « Honnêtement ? On a mis le feu. Aucune concurrence face à nous. Tous des petits joueurs. » Je continuai de manger, peut-être un peu trop vite mais qu'importe, j'avais faim. « La prochaine fois, on t'y emmène, on aura peut-être enfin ces consommations gratuites en déchaînant les foules encore plus. » Terminais-je avec un clin d'oeil tandis que je me servis un verre de jus d'orange que je bus déjà à moitié.
Revenir en haut Aller en bas
Latisha JonesLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3948-personne-n-est-jeune-apres-qua http://www.ciao-vecchio.com/t3961-tish-petite-citation-a-venir
ID : Kitty
Faceclaim : Gabrielle Union
Messages : 381 - Points : 373

Âge : 40 ans
Métier : Il paraîtrait que je suis plutôt douée pour gérer l'argent...oseras-tu mettre le tien entre mes mains ?
Sujet: Re: Karaoke fever - PV Tinale ( le Mer 19 Sep 2018 - 22:11 )
Petit à petit mes souvenirs de la soirée d’hier me reviennent en mémoire. Je me rappelle que dès notre arrivé à la boîte de nuit, une personne a sauté sur moi. Autant vous dire que j’étais un peu étonnée, mais je n’ai pas été farouche. Il s’agissait d’un homme avec des rouflaquettes à la Wolverine, un peu déconcertant. Il est venu vers moi au galop et en faisant des gestes du bras comme un cow-boy avec un lascau sauf que ce qu’il tenait à la main était le faisceau laser qu’on voit dans toutes les publicités en ce moment. Dès ce moment là, j’aurai du prendre mes jambes à mon coup, mais je pense que la vodka que j’avais bu dans l’établissement d’Alessandro avait déjà fait effet, alors j’étais simplement restée plantée là et l’écoutant. L’alcool devait certainement bien faire effet, car il prenait une joie folle à m’expliquer qu’il avait très mal aux côtes car il avait comme les bronches obstruées ce qui le poussait à tousser à répétition. Je l'écoutait sans vraiment l’écouter, je fixait différents points en espérant qu’il me laisse tranquil. Jusqu’à ce que la musique s’arrête à cause d’un mauvais réglage. Puis, il se mit à délirer à nouveau en me disant qu’il faisait partie de la ONG Libéra qui est anti-mafia et qu’il me soupçonnait d’en faire partie. Rien qu’en y repensant je ne peux m'empêcher de rire. Heureusement, c’était l’unique épisode étrange de la soirée. Ensuite tout repris son cours, lorsque Ale décida de se rapprocher de moi pour faire fuire cet homme plus qu’étrange. D’ailleurs, je ne pourrais jamais assez le remercier, parfois on fait des rencontres étranges et l’étrange n’est pas toujours bon à fréquenter. Le reste de la soirée a simplement été super, Alessandro et moi avons endiablée la piste de danse et le bar est devenue notre deuxième maison. Certains jeunes de 20 ans n’arrivait même pas à nous suivre. Comme quoi avoir la quarantaine ne veut rien dire. On a plus d’expérience sur la matière et donc on tient mieux à l’alcool. Enfin, peut-être la nuit, car le lendemain pour récupérer c’est une autre histoire.

Il suffit de voir le temps que prend Alessandro pour sortir du lit et tout le cinéma que j’ai fait pour sortir du miens. Heureusement pour moi, mes esprits reviennent à moi lorsque je me mets à cuisiner. C’est tout de même moi qui ait entraîné Alessandro dans cette soirée endiablée alors je lui dois bien un petit déjeuner digne de ce nom. D’ailleurs, il pointe le bout de son nez juste avant l’arrivée de Tina et rien qu’à la vision de sa tête j’en déduis que nous sommes dans le même état. Bien entendu, il fallait que Tina me le fasse remarquer. Lorsqu’elle fait allusion au fait que j’aurai pu passer la nuit avec quelqu'un d’autre qu’Alessandro, je ne peux m’empêcher d’aller m'asseoir sur les jambes d’Ale, comme le ferait une femme avec  son conjoint et j’enlace mes mains autour de son cou. “Dommage...et nous qui allions t’avouer que nous étions ensemble.” Je souris amusée et dépose un baiser sur le front d’Alessandro avant d’aller m’assoir à ma place tout en me servant une tasse de café. “Juste tu t’es auto-trahie en ne venant pas ma belle...on a mis le feu à la piste!!!” Je ris en repensant à nos pas de danse et à comment on devait être ridicule à certains moments. “Oui, car il faut croire que Alessandro et moi n’étions pas à leur goûts, enfin on était cool pour danser et boire, mais pas attrayant pour avoir des verres gratuit.” Je roule des yeux en croquant dans un morceau de bacon. “Et toi alors qu’est-ce que tu avais de plus important à faire plutôt que de venir avec nous?” Je jette un regard à la belle indienne, le regard qui veut dire “tu as intérêts à avoir une bonne excuse.”
Revenir en haut Aller en bas
Tina CambiasoToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3136-i-never-want-to-hear-you-say-i http://www.ciao-vecchio.com/t3155-this-could-be-the-start-of-something-new
ID : wanderlust.
Faceclaim : aishwarya rai, tearsflight // signature : Anaëlle
Messages : 554 - Points : 651

Âge : 42 ans, mais elle ment sur son âge, des fois elle dit plus, très souvent elle dit moins
Métier : gérante d'une boutique de vêtements
Sujet: Re: Karaoke fever - PV Tinale ( le Mer 17 Oct 2018 - 0:42 )

Karaoke fever
« Exactement. J’apprécie que ton cerveau puisse le comprendre aussi vite d’ailleurs, ça m’évitera de devoir te l’expliquer pendant des heures. » Répondit Tina sur le ton de la plaisanterie. Elle pouffa doucement de dire en voyant Tish se caler sur les genoux d’Alessandra, levant doucement les yeux au ciel avant d’aller se servir à son tour après avoir donné son cadeau à son amie. Elle ne le dirait pas parce que la situation était assez drôle sans qu’elle n’ait besoin de le rajouter, mais elle était rassurée de voir qu’ils étaient entrés à deux. Tina était déjà sortie avec Tish à seulement deux, et l’Indienne avait bien vu le regard que la gente masculine posait sur la jeune femme, et comme elle partait du principe que tous les hommes étaient trash et mal intentionnés, ça la rassurait de savoir qu’elle était en sécurité avec Alessandro.

Un nouveau soupir s’échappa des lèvres de Tina lorsqu’ils la corrigèrent sur les raisons de son absence, ce à quoi elle répondit par un coup de main dans la fourchette que pointait le brun vers elle, dans un premier temps. « Pointe dans une autre direction, toi. » Elle lâcha un petit rire en imaginant ses deux amis sur la piste de danse, croyant sur parole qu’ils n’avaient rien à envier aux autres. « Evidemment, vous vous attendiez à quoi ? A deux vous êtes bien, vous montrez que vous êtes encore jeunes, et pour certaines personnes que les articulations n’ont pas encore lâchées… » Elle s’arrêta dans sa phrase pour tourner la tête vers le quarantenaire, avant de le dévisager sans gêne. Elle parlait de lui et elle voulait qu’elle le sache, parce qu’elle aimait le taquiner et qu’elle mettrait ça sur le compte de son absence lors de leur dernière soirée. Puis elle reprit. « Mais vous n’avez pas l’atout pour avoir des consommations gratuites. » Duh. « La Sainte Trinité, qu’on appelle ça. » Elle haussa les épaules comme si c’était une évidence avant de reporter son attention sur son verre de jus d’orange. Après une longue gorgée, elle s’arrêta de boire et reposa son verre sur le comptoir, son regard plongé dans celui de la métisse qui lui demandait une justification pour son absence. « Rien, je vous évitais juste. » Plaisanta l’Indienne qui partit d’un petit rire en voyant le regard de son amie. « J’ai passé la soirée au téléphone avec Priya qui avait besoin de moi. Peine de cœur. » Un soupir traversa les lèvres de l’Indienne en repensant à la soirée passer à écouter les histoires de sa fille au sujet d’un homme dont elle se fichait. Tina, pas Priya. Elle estimait que de toute façon aucun homme ne serait jamais assez bien pour sa fille, et elle le lui avait répété dés le moment où sa fille fut un âge de comprendre ce qu’était l’estime de soi. Elle voulait lui faire comprendre qu’elle pouvait être indépendante sans avoir besoin de la validation d’un homme. Et c’était peut-être ce qui avait poussé l’Indienne à laisser sa fille à aller si loin d’elle, elle voulait qu’elle amasse le maximum d’expérience avant qu’elle ne se décide à rentrer à Naples définitivement. Oui elle lui manquait terriblement, mais ce n’était pas une raison suffisante pour l’empêcher de vivre des expériences par elle-même. Du moment qu’elle sait où est sa maison, Tina ne s’en faisait pas vraiment. « Ca ne vaut pas mes fameux câlins, mais ces quelques heures au téléphone lui ont fait du bien. » Conclut la brune en buvant à nouveau du jus d’orange.

« Quel est le programme de la soirée ? On sort ou vous avez besoin de repos ? » S’enquit Tina en piquant un morceau d’omelette dans l’assiette d’Alessandro. « Tes vieux os réclament du calme ? » Demanda la brunette en s’adressant à son ami 
AVENGEDINCHAINS


[...] une terre aride que n'atteignaient ni les regrets ni les lamentations. Une terre éloignée de tout rêve et de toute déception aussi. Là l'avenir importait peu et le passé ne renfermait qu'une leçon de sagesse: l'amour était une erreur dangereuse et son complice, l'espoir, une illusion perfide. Chaque fois que ces deux fleurs empoisonnées germaient en elle , [elle] les arrachait et les jetait avant qu'elles ne s'enracinent.


#TEAM ALESSORI
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Karaoke fever - PV Tinale ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Karaoke fever - PV Tinale -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Santa Lucia :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Santa Lucia :: Résidences