Revenir en haut
Aller en bas


 

- Beauty and the Beast. Who is the Beast? [Padma] -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Alexandre LecomteLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Eagle Horn
Faceclaim : Chris Hemsworth
Multi-comptes : Francesco Spinoza & James Weaver
Messages : 89 - Points : 369
Âge : 35 ans
Métier : Chercheur en Histoire et maître de Conférence à l'Université de Naples
Sujet: Re: Beauty and the Beast. Who is the Beast? [Padma] ( le Dim 30 Sep - 21:57 )
Beauty and the Beast. Who is the Beast?
Alors que entre eux régnaient toute à l'heure un orage grondant, laissant s’appesantir dans l'atmosphère une tension palpable, l'air frais du soir, la beauté d'une Naples presque endormie, posée au bord d'une mer calme, les lueurs du port se reflétant dans la mer, quoique d'ici ces lumières là n'étaient pas visibles. Non, le pavé brillant du centre ville, les grands lampadaires eux en revanche étaient bien visibles, qui, de leur halo de lumière, éclairaient les rues non sans moins de charme que celles qui éclairaient le bord de l'eau. C'était devant ce paysage somme toute assez normal et habituelle, cependant charmant, que Alexandre et Padma avait laissé les armes au profit d'un terrain plus propice à la paix. Aux négociations tout du moins. Car parler de paix serait un peu prématuré, et il ne faudrait pas croire que soudainement, toute la haine qu'ils éprouvaient l'un pour l'autre était terminée, qu'ils allaient devenir les meilleurs amis du monde. Pourtant, elle avait eu le courage de faire le premier pas dans sa direction. Elle lui présentait des excuses, et venant de Padma, ce n'était pas un miracle. C'était tout simplement incroyable. Cela ne devait arriver qu'une fois dans une vie. Demain, c'était sûr, il neigeait. Cependant, le grand blond ne pouvait faire comme si de rien n'était, aussi dut-il lui donner un dernier avertissement avant de se retirer.

Mais lorsqu'il revint, son attitude avait changé. Elle avait fait un pas en avant. Il allait en faire un également. Vers elle. Il souhaitait lui prouvait qu'il pouvait lui aussi être adulte et qu'il pouvait ne pas être rancunier. Aussi, quel meilleur moyen avait-il que de partager les souvenirs de Céline, les photographies de leurs voyages, de leurs excursions, de leurs journées, de leurs bêtises. Son histoire. Leur histoire en fait. Il était bien placé pour pouvoir parler du sujet. Et il sentit que si la brune fût gênée au départ de la proximité nouvelle qu'il imposait, quoique elle était encore libre de s'éloigner, elle ne tarda guère à être happée par les photos, par les histoires, les anecdotes qui prenaient place derrière les clichés. Elle étouffa difficilement un sanglot quand les photos arrivèrent sur celles où Céline était avec Padma. Les deux jeunes femmes affichaient régulièrement un sourire franc, enchanteur même. Elles respiraient la joie de vivre et on sentait chez elles, sur ces clichés, une envie de vivre telle que l'énergie qu'elles avaient manifesté ce jour là se retransmettait encore aujourd'hui au travers de ces photos qui avait permis d'immortaliser des moments précis. Elle lui donna un léger coup de coude lorsqu'il déclara qu'il aurait dû s'en débarrasser, la taquinant un peu en fait, mais il n'émit aucun commentaire, se contentant de continuer à lui faire découvrir l'album. Finalement, elle déclara, en réponse à ses dires, que le monde aurait dû s'arrêter de tourner. Alexandre l'avait souhaité autant qu'elle, mais il fallait être réaliste... Le monde ne s'arrêtait pas. Il ne s'arrêtait pas pour les grands hommes, ou les femmes qui avaient marqué leur temps, alors un citoyen lambda, même si aux yeux de Alexandre, Céline représentait plus qu'un citoyen lambda, bien plus. Mais c'était ainsi. Il sourit faiblement à Padma, outrée de voir son amie terminer au fond d'un vieil album finalement. Ce genre de sourire triste qui annonce qu'on ne peut rien faire de plus, qu'on ne sait pas quoi faire de plus. Mais il n'eut pas le temps de prolonger ces moments. Il venait de penser que dans la cuisine, un plat avait été, par ses soins, laissé au four, et qu'à l'heure actuelle, il devait être brûlé.

Et effectivement, l'évidente prédiction se réalisa, la dieu four avait littéralement brûlé l'hérétique viande de boeuf. Génial. Et comment faire pour rattraper le coup? Il allait falloir un miracle... Et une bonne dose de savoir-faire. Alexandre se dépêcha de se mettre au travail. Si seul le dessus avait brûlé, il pourrait peut-être espérer récupérer le dessous qui serait légèrement trop cuit. Avec un peu de chance, la viande n'aurait pas trop brûlé. Et elle ne tarda finalement pas à le rejoindre. Bien sûr, elle ne put s'empêcher de faire un commentaire. Padma dans toute sa splendeur. Il ne put retenir un petit sourire et répondit:
- Ne t'en fais pas, on mange dans le même plat, je n'aurais donc pas intérêt à t'empoisonner sinon j'y passerais également. Il se retourna pour la regarder. Oui, autrement dit, il acceptait qu'elle reste manger chez lui. Mais ça il ne le dirait pas directement, ce serait admettre que sa compagnie n'était pas si déplaisante que ce qu'il l'avait laissé entendre au départ. Et puis elle risquerait de prendre la grosse tête. Finalement, elle continua en demandant ce qu'ils mangeaient. Toujours occupé à sauver ce qui pouvait l'être, il ne répondit pas immédiatement, et, s'approchant, elle tira sa propre conclusion. Il admira la comparaison, quoique un peu exagéré non? Bon peut-être pas, mais quand même, elle abusait, aussi reprit-il en se tournant vers elle, retenant un sourire quand à ce qu'elle disait par rapport au fait que les autres chefs de ce pays étaient en admiration devant son talent.
- Tu as fini de critiquer mon plat? Je te ferais remarquer que... Il manqua remettre sur le tapis leur dispute, avant de se rendre compte qu'il n'avait plus envie de se battre avec elle, qu'il ne souhaitait plus de disputes pour l'instant. Peut-être demain. Mais pas ce soir. Il reprit alors rapidement, cachant son léger malaise. Que on fait tous des erreurs! Voilà. Cette fois il lui adressa un sourire ravageur, plus destiné à la perturber pour qu'elle le laisse un peu tranquille sinon il ne parviendrait pas à finir ce qu'il était en train de faire.

La plus grande surprise de la soirée? Padma qui prenait un balais. Non, ça, ça pouvait lui arriver si elle souhaitait taper sur quelqu'un ou chasser le facteur. Oui, il la voyait bien chasser le facteur, aller savoir pourquoi. Elle avait le profil. Un peu comme certains Klébars. Bref, revenons au coeur du sujet. Non, la plus grosse surprise fût de la voir prendre un balais... Pour faire le ménage! Alexandre s'arrêta même pour la regarder un instant, légèrement surpris. Il n'aurait jamais cru ça d'elle. Elle marquait un point la belle indienne, rien à dire. Félicitations. Essayant de cacher sa surprise, il reprit son activité et finalement, elle ne tarda pas à heurter son pied pour lui montrer qu'il gênait, il décida donc de se mettre en retrait pour la laisser continuer, et elle ne tarda pas à lui dire de prendre des notes. Cette fois il eut un léger rire alors qu'il sortait son téléphone pour filmer, avant de répondre:
- Et bien je t'avoue plutôt que je suis en train de te filmer histoire d'avoir un bon dossier sur toi. Mais rassures-toi, je n'hésiterais pas à revoir la vidéo pour avoir un excellent tuto. Par contre... Si tu veux pas que la vidéo soit diffusé... Je crois qu'il va falloir que tu payes cher... Il baissa le téléphone... Très cher. Provocant? Oui un peu quand même. Et c'était étonnant de le voir ainsi... Joueur. Mais à la vérité, leur dispute avait fait tombé quelques barrières, il devait l'admettre, et il en voyait plus Padma de la même manière. Il lui semblait que la mort de Céline, qui les avait affecté tous les deux, leur permettait alors de se rapprocher. Et au fond de lui, la question c'était: En avaient-ils seulement le droit? Et pourtant, plus il y pensait, plus il se disait que c'est ce que Céline aurait voulu. Elle aurait voulu qu'il accueille Padma, qu'ils se voient non pas comme des ennemis, mais bien plus, comme des amis. Finalement, il regarda la brune qui s'était arrêté. Il lui devait des excuses en réalité. Lui aussi avait sa part de responsabilité dans tout ça.

- Je suis désolé. Lâcha-t-il finalement, presque fuyant. Elle le regarda. Elle n'allait pas l'obliger à répéter quand même? Et bien si... Bon, ça va, t'as très bien compris... Je suis désolé Padma. Ce n'est pas que ça lui coûtait, mais plutôt que d'avouer qu'il avait sa part de responsabilités en face d'elle était un peu... Ouais, difficile à admettre. Mais il n'avait pas à se voiler la face, autant être honnête avec lui-même et avec elle. Il crut bon de se justifier et planta son regard dans celui de l'indienne. Je... Hem. Je t'ai pas accueilli de la manière la plus courtoise, je le reconnais et... Bon, mon comportement n'a pas été le bon et je m'excuse Padma. Je suis pas innocent non plus dans cette histoire et je le reconnais. Il ne lâcha pas son regard, mais son attitude envers elle avait changé. Il s'adressait à elle d'une manière plus calme, respectueuse, et avait perdu ce ton légèrement hautain et un peu élevé qui avait caractérisé le début de leur rencontre. Il avait ses torts. Lui aussi. Il ne pouvait le nier. Il ne pouvait les effacer, et il devait les reconnaître. Elle avait elle aussi souffert de la perte de Céline, et il ne remettait pas cette évidence en cause. Elle avait autant souffert que lui en vérité, et dans le niveau de souffrance, il n'était plus sûr de lui quand à admettre qu'il était celui qui avait le plus souffert. Non. Elle avait souffert, différemment, peut-être, mais elle avait souffert. Aussi, il n'avait pas agi de la meilleure des manières en l'accueillant comme un lion en colère devant sa porte toute à l'heure.    
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Padma AlestraLe vin est un puissant lubrifiant social
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4046-would-you-lie-with-me-and-just http://www.ciao-vecchio.com/t4050-lift-every-voice-and-sing-padma#128994
ID : wanderlust.
Faceclaim : .Deepika Padukone ; Ealitya + Signature : bat'phanie + gifs : Ealitya
Multi-comptes : Tina Cambiaso + Dria Renzi
Messages : 1353 - Points : 818

Âge : 32 étoiles
Métier : Avocate le jour, et illustratrice de livres pour enfants sous un pseudonyme la nuit
Sujet: Re: Beauty and the Beast. Who is the Beast? [Padma] ( le Mar 2 Oct - 12:11 )





Alexandre & Padma



She's got a smile it seems to me, reminds me of childhood memories where everything was as fresh as the bright blue sky. Now and then when I see her face, she takes me away to that special place and if I'd stare too long
I'd probably break down and cry.

Comme si un équilibre venait d’être trouvé entre les deux, Alexandre et Padma étaient assis sur un banc en train de feuilleter un album photo. Et non pas en train de prendre chaque cliché que composait l’album pour se l’envoyer en pleine tête, avec l’espoir que l’impact puisse blesser. Un sentiment encore inconnu à ce jour pour l’Indienne qui avait passé chaque seconde de son existence à détester cet homme, sans raison apparente. Bien que le mot détester soit un peu trop fort. C’est juste qu’elle ne voyait pas l’intérêt d’apprendre à le connaître et l’apprécier. Et même si avant ce soir elle aurait pu justifier le choix de lui en vouloir pour tous les maux de la terre, elle posait sur un lui un regard différent. Au point qu’elle regrette même d’avoir perdu tout ce temps à chercher à le contredire plutôt que de saisir chaque occasion qui aurait pu lui permettre de passer plus de temps avec son amie. Aujourd’hui elle devait se contenter de photos et de souvenirs dont elle ne fait même pas partie. La vie de Céline pourtant bien remplie, se résumerait à partir de maintenant à ça. Du papier et de la poussière. Et du reste, elle ne sera plus que cette douleur passée que sa mémoire aura fait taire en effaçant à mesure que le temps passe, les petits détails autour de cette relation.

Lorsqu’elle leva le nez pour regarder le jeune blond à côté d’elle, alors qu’elle fut prise de sanglots en découvrant sa tête à côté de celle de son amie, elle sentit une petite brise se lever, provoquant à la fois un frisson et une bouffée d’amour qui fit soulever son cœur. Elle qui ne croyait pourtant pas à la vie après la mort, s’aventurait pour une fois à penser que son amie était toujours là et qu’elle veillait sur elle. Ou du moins, qu’elle ricanait doucement en voyant ce tableau impossible et improbable, des deux meilleurs ennemis assis l’un à côté de l’autre.

Et comme pour confirmer que le monde ne s’était pas arrêté de tourner pour Céline, les deux finirent par quitter le balcon pour se rendre à la cuisine pour continuer le cours de leur soirée.  Un sourire étirant ses lèvres, elle notait qu’il acceptait qu’elle s’impose à dîner. Ou alors leur dispute l’avait affaiblit. Ou alors, il faisait comme s’il était gentil avec elle, pour se débarrasser d’elle ensuite. Mais non, il n’était pas aussi intelligent pour penser à ce genre de machination. Ou alors une autre pensée qu’elle s’était refusé à envisager jusque là, il n’étai pas aussi mauvais pour envisager de la tuer. Le regard curieux, elle finit tout de même par s’approcher pour regarder par-dessus son épaule et ne pu s’empêcher de pousser un rire moqueur en voyant la tête du repas de ce soir. Lorsqu’il voulu rétorquer, elle maintint son regard pour écouter quelle excuse il allait lui sortir pour justifier son plat presque raté, prête à lui répondre pour reprendre leur jeu favori de joute verbale. Mais lorsqu’il se coupa lui-même dans sa phrase pour réfléchir à la fin de celle-ci, Padma décela dans son regard l’envie de passer à autre chose. Quelque chose qu’elle n’avait encore jamais vu chez lui, lui toujours prêt à rebondir sur le moindre mot ou la moindre phrase qu’elle pouvait prononcer. En gros, il se montrait souvent insupportable et pour une fois, il voulait se montrer un peu moins insupportable. Elle qui se maintenait droite et fière devant lui en pensant qu’il n’allait rien lui répondre cette fois, se retrouva soudainement chamboulée lorsqu’il fit à nouveau cette chose avec sa bouche. Il ne se moquait pas d’elle, mais souriait avec elle. Et cette fois, elle aurait pu jurer que ce sourire là était différent. Presque charmeur. Il se montrait excessivement gentil avec elle pour la déstabiliser et qu’elle lui foute la paix, ce rat.

Pour toute réponse, elle détourna aussitôt le regard pour ne plus croiser le sien, et s’attaqua au balayage du sol qui en avait bien besoin. Sans même lui prêter attention, elle s’attela à la tâche en prenant bien soin de n’oublier aucun recoin. Et vu la tonne de saleté qu’elle récoltait, outre les débris de verres, elle comptait bien demander une compensation pour plusieurs raisons qu’elle inventerait s’il le fallait. Rien que parce qu’elle avait posé les pieds dans cette cuisine au point que sa vie soit en danger – si elle s’était mise à marcher pieds nues, elle aurait pu attraper une maladie et qui sait ? Peut-être mourir donc oui sa vie était en danger. S’arrêtant net, elle se tourna vers le blond qui était effectivement, téléphone en main en train de la filmer. « Tu n’oserais tout de même pas… » Fit la jeune femme sur un ton hésitant, le balais toujours dans ses mains. Elle le toisa du regard pour voir s’il était sérieux ou s’il ne faisait ça que pour l’embêter, mais dans le doute elle préféra prendre cette histoire au sérieux. En soi, elle en train de passer le balai n’était pas non plus une affaire d’état. Mais elle qui passe le balai chez lui ? Hors de question. Ils n’étaient pas encore assez proches pour qu’elle laisse les gens savoir que non seulement, elle le connaissait mais qu’en plus, que toute animosité avait disparu entre eux. « En temps normal, je ne négocie pas avec les terroristes. Mais toi… » Elle pointa la manche du balai dans sa direction pour le désigner, comme s’il ne savait pas qu’elle s’adressait à lui de toute façon. « Quel est ton prix ? Je peux commencer les enchères à 25 centimes parce que c’est la seule somme liquide que j’ai sur moi. » 25 centimes qu’elle comptait garder, quoi qu’il décide. « Ou alors, on peut le mettre en jeu. On fait un pari. Tu choisis le domaine et je m’adapterai. » Difficile à croire qu’elle était sérieuse, et pourtant. Maintenant qu’ils avaient dépassés le stade de se disputer pour un rien, elle voulait voir de quoi il était capable lorsqu’il fallait manier autre chose que les mots. La cuisine était déjà hors compétition, elle avait vu ce soir que ça n’était pas son point fort.

Le ton changea à nouveau lorsqu’il prit la parole pour lui présenter des excuses. Un sourcil levé, elle cru avoir des hallucinations auditive, son regard le forçant presque à répéter ses mots en précisant la raison soudaine de ces excuses. En l’écoutant parler, elle esquissa un mince sourire, non pas pour être condescendante, mais pour signaler qu’elle entendait. « Ouais t’as été un con. » Confirma la jeune avocate, un sourire dans la voix. « Mais je te pardonne. C’est derrière nous tout ça. » Elle avait vraiment envie qu’ils passent à autre chose pour ne pas rester bloqués dans le passé. Et mieux encore, elle n’avait pas envie de gâcher ce qui pourrait être le début d’une belle amitié, avec des rancœurs et de l’amertume qui n’avait absolument pas lieu d’être.

belle âme


You're a sky full of stars
Got a tattoo and the pain's alright. Just wanted a way to keep you inside. All I know, all I know is that I'm lost in your fire below. (...) I see the road begin to climb. I see your stars begin to shine. I see your colors and I'm dying of thirst.  ▬ Feels like there's something broke inside.
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre LecomteLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Eagle Horn
Faceclaim : Chris Hemsworth
Multi-comptes : Francesco Spinoza & James Weaver
Messages : 89 - Points : 369
Âge : 35 ans
Métier : Chercheur en Histoire et maître de Conférence à l'Université de Naples
Sujet: Re: Beauty and the Beast. Who is the Beast? [Padma] ( le Mar 2 Oct - 23:16 )
Beauty and the Beast. Who is the Beast?
Alexandre reconnaissait que Padma avait en fait, cachées au fond d'elle bien sûr, quelques qualités. Quelques unes, pas de trop, mais tout de même, elle en avait. derrière ce coeur de pierre qu'elle s'évertuait à montrer à tous, elle cachait quand même quelques bonnes qualités. Malgré ses critiques, sur son plat notamment, qu'il avait manqué non pas par manque de talent, mais plutôt parce qu'il avait simplement négligé la cuisson... Voilà tout. Cependant, sans un mot, elle avait fini par se saisir d'un balais et déjà, elle s'était mise au travail, telle une petite ménagère sans perdre de temps, elle s'était mise à nettoyer le sol. Surprise des plus grande. Mais finalement, il avait choisi de rire, et n'avait pas tardé à tourner cela en ridicule, s'emparant de son portable pour filmer la scène. En soit, faire le ménage ne devait pas la déranger tant que ça, mais faire le ménage chez un autre, chez lui plus précisément, c'était encore pire que tout pour elle. Il le savait. C'était d'ailleurs la raison pour laquelle il saisissait cette occasion. Et lorsqu'il le lui apprit, elle s'arrêta net, se tournant vers lui, arguant qu'il n'oserait pas. Il eut un petit sourire.
- Je n'oserais pas... Quoique... Pour la tranquillité je serais peut-être prêt à beaucoup. Donc...

Les menaces. Quoiqu'il plaisantait en partie, mais si jamais, il savait que cela pourrait être très utile. Et immédiatement, elle pointa le manche du balai vers lui, déclarant qu'elle ne négociait pas avec les terroristes, mais lui... Elle n'avait pas le choix. Il eut un petit sourire heureux. Il avait un atout dans sa manche pour le moment. Non sans grande surprise pour lui, elle se mit alors à négocier, commençant les enchères à... 25 centimes. Splendide. Il allait faire fortune avec ça, au moins. Il eut un petit mouvement de sourcil prouvant bien ce qu'il pensait des vingt-cinq centimes de l'indienne. Elle proposa finalement de les mettre en jeu. Cette fois, il haussa un sourcil curieux devant la proposition de la brune. Sérieusement? Il fallait y réfléchir, ça valait le coup d'essayer. Juste pour voir la tête qu'elle ferait si elle perdait. Non, à la vérité, le jeu en valait largement la chandelle, il était prêt à tenter l'opération, et même plus. Il voulait essayer, sans hésitations. Les vingt-cinq centimes, c'était une babiole, mais pas pour Padma qui allait visiblement se battre pour le liquide qu'elle possédait, quand bien même cela ne représentait pas grand chose, elle voulait défendre son bien et... il admirait. Il ne savait juste pas encore si c'était parce qu'elle était légèrement trop radine, ou trop fier. Ou un peu des deux alors.

Cependant, avant de continuer plus loin, il devait présenter des excuses. Et c'est ce qu'il ne tarda pas à faire à la brune qui l'écouta attentivement quoiqu'il se répéta. La belle cependant n'avait pas perdu de sa rengaine, et elle ne tarda guère à le qualifier comme avoir agi "comme un con" pour reprendre ses termes. Il sourit alors qu'elle n'avait pas tort, et qu'elle avait dit ça, une pointe d'humour dans la voix. C'était la première fois qu'elle en faisait avec lui de l'humour, et il n'en était pas mécontent. Cependant, elle continua en annonçant qu'elle le pardonnait, abandonnant cela au passé. Il la remercia d'un signe de tête. Elle prouvait qu'elle était capable d'intelligence parfois. Comme quoi, on était parfois surpris qu'une pie fasse preuve d'autant de sagesse qu'un aigle. Il garda pour lui ses commentaires, qui était bien plus de l'ordre de la rengaine que de la sagesse. Cependant, un petit sourire éclaira son visage alors qu'il verrouillait son téléphone et le rangeait dans sa poche. Il repensait à ce qu'elle avait proposé. Délaissant son plat et la cuisine, il alla dans la salle à manger et s'assit à l'une des chaises de la table alors qu'elle l'avait suivi.
- Revenons en à tes vingt-cinq centimes. Pas un de moins, pas un de plus. Tu proposes de les mettre en jeu. Il planta son regard dans le sien. Elle voulait le défier. Il acceptait sans mal. Elle le laissait choisir le domaine. Bien mal pour elle, il n'était pas du genre... "Gentleman" dans ce genre de jeu. Aussi comptait-il bien imposer un bond défi, qu'elle aurait du mal à relever. Je choisis donc le domaine. A ma guise? Il posa la question. c'était tout vu elle s'était déjà prononcée et lui avait laissé le choix, bien mauvaise erreur. Cela l'arrangeait. Laisse-moi réfléchir... Fit-il penseur.

Il s'accouda sur la table, prenant bien appui sur celle-ci et finit par la regarder, un petit sourire aux lèvres. Il retroussa sa manche et posa son bras puissant sur la table.
- Je choisis donc le bras de fer. Si je gagne je garde la vidéo, et les vingt-cinq centimes, si je perds... Il s'arrêta. on verra. Il se mit en position alors qu'elle ne semblait pas du tout prête et que n'émanait d'elle aucune envie. Elle devait se dire qu'elle n'aurait pas dû parler aussi vite. Et bien oui, elle aurait dû se contenter de ne rien dire.
- Et bien Padma, tu m'as pas l'air partante... Il s'arrêta et prit un regard surpris. Oh! Tu veux peut-être déclarer forfait? Il la titiller un peu plus sur son mauvais choix, mais lui, il était clair qu'il ne reviendrait pas sur sa décision. Après tout, elle lui avait laissé le choix, autant qu'il profite de la possibilité pour se "venger" un peu d'elle même si à présent, ce n'était plus la rancœur qui l'animait. Non. Toute trace de méchanceté et de colère envers la jeune avocate l'avait quitté, il se contentait désormais, ou plutôt s'amusait, à jouer avec elle. Et ce jeu, nouveau, lui plaisait. C'était idiot de se dire que si il y a quelques instants ils se détestaient, ou du moins ne s'appréciaient pas, et d'un coup, ils devenaient plus proche que ce qu'ils auraient pu le penser. La présence de la jeune femme n'apportait désormais plus la tension, ou une atmosphère irrespirable. Non, désormais elle apportait... Un peu de joie. Il était lui-même surpris par ce constat, mais elle faisait naître un sourire niais sur ses lèvres, surtout lorsqu'elle proposait des défis de ce type. Cela commençait en fait à lui plaire. Il attendait désormais de voir si elle se plierait au défi... Ou si elle reculerait. Il pariait sur le recul. Ou alors, elle négocierait à nouveau, tentant de changer la donne, car elle avait une belle langue pour marchander. Alors, allait-elle se plier au défi qu'elle s'était, au final, elle-même imposée? Ou préférerait-elle fuir? Il ne savait pas trop, mais pour une fois, il souriait. A la fois moqueur et sûr de lui. Elle allait prendre la parole mais il la coupa.
- Je sais tu aimerais effacer mon sourire de ma sale gueule c'est ça? Il eut un sourire encore plus grand. Tu reconnaîtras que si on en est là, c'est par ta faute! C'est toi qui a proposé après tout. Fit-il en haussant les épaules comme si il était innocent. Mais ne t'inquiètes pas, tu auras le droit de manger à ma bouillie infecte. Fit-il sur le ton de l'humour. Même si tu perds. Ajouta-t-il, comme si elle avait une chance de l'emporter à ce jeu-là... Après tout, peut-être serait-il surpris.    
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Padma AlestraLe vin est un puissant lubrifiant social
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4046-would-you-lie-with-me-and-just http://www.ciao-vecchio.com/t4050-lift-every-voice-and-sing-padma#128994
ID : wanderlust.
Faceclaim : .Deepika Padukone ; Ealitya + Signature : bat'phanie + gifs : Ealitya
Multi-comptes : Tina Cambiaso + Dria Renzi
Messages : 1353 - Points : 818

Âge : 32 étoiles
Métier : Avocate le jour, et illustratrice de livres pour enfants sous un pseudonyme la nuit
Sujet: Re: Beauty and the Beast. Who is the Beast? [Padma] ( le Mer 3 Oct - 0:56 )





Alexandre & Padma



She's got a smile it seems to me, reminds me of childhood memories where everything was as fresh as the bright blue sky. Now and then when I see her face, she takes me away to that special place and if I'd stare too long
I'd probably break down and cry.

Si on lui avait dit un jour qu’elle se tiendrait là, dans cette cuisine à tenter une négociation avec Alexandre concernant une vidéo, Padma ne l’aurait pas cru. Et pourquoi l’aurait-elle fait ? Il n’y avait même pas six mois, ils ne pouvaient pas se trouver dans la même pièce sans qu’une dispute inutile n’éclate. Et d’ailleurs, ce n’était même pas la peine d’aller aussi loin parce que c’était exactement ce qui s’était produit quelques heures auparavant, avant que les esprits ne se calment. Mais si l’Indienne devait être honnête, la perspective d’une toute nouvelle relation qui déboucherait sur quelque chose avec moins d’animosité, lui était plus tentante. Assez de disputes, de cris et de verres cassés et ça, elle l’espérait, pour longtemps.

Le manche à balais toujours pointé dans direction pour le désigner, elle se prit pendant un court instant comme si elle se trouvait dans le bureau du procureur à devoir négocier une peine. Mais là, les choses étaient différentes et elle devait le reconnaître. Déjà parce qu’elle devait conclure un marché avec le jeune blond qu’elle considérait avoir le QI d’une huître (dans le passé du moins, maintenant qu’elle posait un nouveau regard sur lui, elle espérait que cette soirée passée en sa compagnie lui prouve le contraire) et aussi parce qu’elle savait qu’elle n’était pas vraiment en position de force ici. Joueuse ou tout simplement stupide, Padma alla même jusqu’à proposer de mettre en jeu la fameuse vidéo ainsi que son argent, sans même savoir dans quoi elle s’embarquait. « Mes vingt-cinq centimes, exactement. Et qui resteront les miens. » Commenta la jeune femme qui avait abaissé son manche pour le remplacer par son doigt qu’elle pointait dans la direction du jeune homme. Lorsqu’il planta à son tour son regard dans le sien, la jeune brune esquissa un mince sourire qui étira ses lèvres, tandis que ses yeux se plantèrent également dans les siens pour soutenir son regard. Elle le voyait pensif, alors qu’elle était à peu près sûre qu’il savait déjà ce qu’il allait lui proposer comme défi. Ou alors, il avait une idée de base mais cherchait comment la pourrir pour rendre l’expérience atroce pour l’Indienne. Elle ne se faisait pas d’illusions et pour cause. Elle connaissait trop bien le jeune homme, tout du moins ils se rejoignaient sur un point : dés le moment où il fallait rendre l’existence de l’autre misérable, on pouvait compter sur eux. Et quand bien même, parfois l’avocate pouvait détester ça, elle appréciait d’avoir enfin trouvé un adversaire à sa taille. Même si elle était sûre qu’il n’était pas meilleur qu’elle, et ça même s’il se laissait penser qu’il l’était. « Je te l’ai dit, je m’adapterai. Surtout, sois créatif. » Une capacité dont Padma n’était pas sûre qu’il possédait. Pendant qu’il cherchait, elle ne le lâchait pas du regard tandis qu’elle se tenait toujours aussi droite en face de lui.

Un sourcil arqué, elle ne masqua pas sa surprise lorsqu’il s’éloigna pour s’installer autour de la table. Et ce n’était pas tant qu’il soit autour d’une table qui l’interpellait, mais le fait qu’il remonte sa manche pour le poser sur sa table. Non, ça n’était pas possible. Ca ne pouvait pas être ce à quoi elle pensait. Il ne savait juste pas se servir d’une table et ne savait pas comment se comporter autrement qu’en homme des cavernes une fois qu’il en voyait une, voilà. C’était la seule explication possible et plausible que pouvait voir Padma. Mais ses paroles la firent redescendre sur terre violemment, tandis que ses yeux s’aventuraient sur le bras posé devant elle et qui devait faire deux à trois fois la taille du sien. Il était croisé avec Hulk ou passait trop de temps en salle de gym ? Hum, il compensait peut-être pour quelque chose. Les sourcils à présent froncés de la jeune femme, qui aurait souhaité se pencher sur cette question, dû malheureusement couper court à ses pensées pour se concentrer sur le bras qui allait briser le sien. La voix du jeune homme la fit presque sursauter, alors qu’elle n’avait pas décroché un mot depuis bien trop longtemps. La prochaine fois elle fermerait sa bouche ou mieux encore, elle le laisserait dans sa crasse. C’était tout ce qu’il méritait. Un rat. « Déclarer forfait, moi ? » Outrée, elle reprit ses mots verbatim et partit d’un petit rire. Il était hors de question qu’elle déclare forfait et ça, même si ça impliquait devoir passer les semaines qui allaient suivre dans un plâtre. Elle détestait perdre, mais alors face au chercheur ? Il était hors de question qu’elle n’essuie une défaite.

Hésitante encore un court instant, elle regarda le bras qui trônait fièrement sur la table, puis regarda le sien qu’elle avait ramené sur sa poitrine, et poussa un soupir. Donc elle allait vraiment le faire ? Elle allait vraiment prendre le risque de se blesser pour une stupide vidéo ? La réponse était oui. Mais pas parce qu’elle pensait gagner un seul instant, mais pour prouver qu’elle était une femme de parole et qu’elle allait jusqu’au bout des choses. Elle avait laissé carte blanche en disant qu’elle s’adapterait ? Alors soit, qu’elle assume maintenant. Même si à sa décharge, lorsqu’elle lançait un pari elle s’attendait plus à un concours de lancer de fléchettes ou de celui qui arrivait à lancer le plus loin sa chaussure. Bien que pour la seconde option, elle aurait perdu de toute façon parce que son instinct l’aurait poussé à lancer la sienne sur Alexandre, peu importe où il se serait tenu.  Elle ferma les yeux un court instant, prenant une profonde respiration, puis ouvrit la bouche avant d’être à nouveau coupé par la voix agaçante du blond. « La vraie punition serait si j’ai à manger ta bouillie. » Rétorqua l’Indienne qui avait retrouvé sa langue. « Et efface-moi tout de suite ce sourire, tu n’as pas encore gagné que je sache. Un excès de confidence pourrait mener à de mauvaises performances, tu devrais le savoir toi qui l’habitude de tout rater. » Elle faisait référence bien entendu au repas brûlé qu’elle ne cesserait jamais de ramener sur le tapis. Mimant ses gestes, Padma remonta elle aussi sa manche pour laisser son bras à découvert avant de faire remonter le bracelet qu’elle avait au poignet aussi haut qu’elle pouvait pour le caler. « Je relève le défi. » Elle posa enfin son bras sur la table et se saisit de la main du blond qu’elle coinça dans la sienne et déjà, elle sentait qu’elle s’y prenait mal. Mais de toute façon, qu’elle s’y prenne bien ou pas, quelqu’un allait être blessé à la fin de ce défi et il y avait de fortes chances pour que ce soit elle. « Adieu mon bras. » Souffla la jeune femme une dernière fois avant de serrer ses doigts de toutes ses forces au point que ses phalanges ne perdent rapidement toute leur couleur, sans arriver à faire bouger le bras du jeune homme pour autant. Il trichait. Elle ne savait pas comment, mais il trichait.

belle âme


You're a sky full of stars
Got a tattoo and the pain's alright. Just wanted a way to keep you inside. All I know, all I know is that I'm lost in your fire below. (...) I see the road begin to climb. I see your stars begin to shine. I see your colors and I'm dying of thirst.  ▬ Feels like there's something broke inside.
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre LecomteLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Eagle Horn
Faceclaim : Chris Hemsworth
Multi-comptes : Francesco Spinoza & James Weaver
Messages : 89 - Points : 369
Âge : 35 ans
Métier : Chercheur en Histoire et maître de Conférence à l'Université de Naples
Sujet: Re: Beauty and the Beast. Who is the Beast? [Padma] ( le Mer 3 Oct - 18:45 )
Beauty and the Beast. Who is the Beast?
Les vingt-cinq centimes, et il en était sûr désormais, elle allait s'y accrocher, autant qu'elle le pourrait. Pour la forme, sans doute, pour ne pas avoir à perdre contre lui, ça c'était sûr, et parce qu'elle était radine comme jamais. C'était une certitude qu'il avait bien qu'il ne la connaissait pas assez pour en juger. Mais il aurait pu dire pire non? Plus loin que radine on avait? Une incommensurable égoïste qui refusait de partager et qui n'acceptait pas la défaite. C'était une définition qui lui collait à la peau. Devant lui, droite, elle ne lâchait rien, et son regard sûr, son mince sourire malin - vicieux? - prouvait bien qu'elle comptait gagner au défi. Jusque là, encore, on aurait pu se dire qu'elle avait une chance de gagner, mais elle semblait avoir un don pour amenuiser ses chances de réussite, tout simplement. En laissant la main à Alexandre pour le choix du défi, elle venait tout bonnement de signer son arrêt de mort. Parce qu'il n'allait certainement pas se comporter en homme galant et la laisser gagner, quand bien même il admirait les britanniques et leur classe légendaire. Non, hors de question qu'il se comporte en gentleman à un tel point. Alors, lorsqu'elle lança qu'elle s'adapterai, il haussa les épaules.
- D'accord, c'est toi qui voit après tout. Elle avait la confiance d'une montagne et un petit poids dans la cervelle, voilà tout. Lui n'aurait jamais laissé la main à son adversaire pour commencer, surtout si il voulait gagner. Ou alors elle ne savait pas ce qu'était la stratégie. Pourvu que ce soit la deuxième solution, sinon il ne donnait pas chère d'elle dans les tribunaux ou en face des autorités... Quoique... Non. Elle devait en fait très bien s'en sortir face aux autorités. Avec son caractère de merde, et vue comme elle était têtue, nul doute qu'elle s'en tirait bien... De là à voir si elle faisait s'en sortir ses clients, c'était une autre affaire.

Finalement, il lança donc le défi, prenant appui sur la table de la salle à manger. Ah elle voulait un défi. Elle allait l'avoir. Et il vit bien à son regard surpris qu'elle ne s'était pas attendu à cela. C'était visiblement toute la créativité qu'elle lui avait inspiré... Autant dire pas grand chose. Un bon bras de fer, et on en parlait plus. Il récupérait les vingt-cinq centimes pour la faire chier, et il gardait la vidéo. C'était vraiment quelque chose qui lui ferait plaisir à lui et qui déplairait au plus haut point à la brune. Il n'attendait qu'une chose: voir la tête qu'elle tirerait. Cependant, elle resta un instant immobile, et il lui proposa de déclarer forfait, proposition vigoureusement rejeté par cette indienne têtue et décidée même si elle répondit en reprenant ses termes. Et elle ne put se faire un commentaire sur "la bouillie" qu'il avait préparé. Cela dit en passant, elle comptait rester manger avec lui, et il ne lui avait pas fourni d'invitation, donc si elle avait argué qu'il ne la chassait pas et que donc la présence de la brune ne lui était pas si insupportable, elle était restée, preuve que finalement, il ne devait pas être si chiant que ça. Lorsqu'elle lui demanda d'effacer son sourire, il manqua lui en renvoyer un encore plus vicieux. Mais les mots qui suivirent étaient assez acerbes pour le faire changer d'avis. il reprit pour lui son sourire, garda son sérieux alors que finalement, retroussant sa manche, remontant son bracelet, elle acceptait le défi. Certains diront que ce n'est pas loyale, mais Alexandre s'en moquait bien. L'importance n'était pas loyauté. C'était de gagner bordel! Donc il allait faire tout ce qui était en son pouvoir pour l'emporter. Quitte à user d'un défi légèrement déloyal. Elle se mit en position, souffla et finit, après un murmure d'adieu pour son bras qui eut le don de faire sourire Alexandre, par user de sa force. Au moins ne s'était-elle pas voilée la face, elle savait qu'elle partait avec un désavantage. Un léger désavantage.

Et elle avait beau mettre toutes ses convictions, toute son énergie, toute sa force... Rien n'y faisait, elle ne parvenait pas à déplacer le bras d'Alexandre qui maintenait sans mal la pression exerçait par la jeune femme. Elle lui lança un regard. Il sourit.
- Je dois l'admettre, c'est amusant. Il se demandait même si il ne devait pas en profiter d'avoir la main de Padma dans la sienne pour la broyer avant de lui disloquer le bras. C'était une initiative légèrement brute, mais tellement tentante qui aurait le mérite de calmer un peu Padma. Il hésitait. Réellement. Broyer les phalanges de la belle avocate, réduire sa main en miettes et écouter la complainte des os qui craquent... C'était véritablement tentant. D'autant qu'elle s'y prenait comme un pied pour lutter, il serait aisé de lui faire mal. Un mouvement rapide, et hop, au minimum, une entorse, au mieux... Un bras cassé? Oui si il l'entraînait très fort contre la table. Finalement, il choisi une autre solution alors qu'elle n'en démordait pas.
- Mets ton bras correctement pour commencer. Comme si la lutte n'avait pas encore commencé, il lui donnait une chance de se mettre légèrement à niveau. Et elle semblait surprise. De son autre main, il vint replacer le bras de la brune de manière à le mettre bien perpendiculaire à la table. Ton coude doit solidement appuyer la table. Ensuite, il faut pas que tu luttes seulement en essayant de coucher le bras de l'adversaire. Il se retrouvait presque à lui donner une leçon, il n'en revenait pas lui-même et ne la regardait pas, se focalisant sur leurs bras, sur le jeu qu'elle avait instauré. des bras de fer, il en avait fait quelques uns, en France, en Angleterre, notamment dans les bars, avec des amis, et il avait fini par saisir le concept. Il faut que tu l'attires légèrement vers toi. Tu aurais toujours plus de force si tu ramène ton bras près du corps, et donc celui de ton adversaire loin du sien. Compris? Cette fois, il lui adressa un regard. Donc en fait, ton bras ne doit pas partir dans une parallèle à la table, mais dans une direction qui vient légèrement vers toi et qui descend en même temps. Ce qui s'appelait tricher légèrement, sans pour autant tricher. Il lui montra l'exemple en l'appliquant sur elle, lui faisant signe de ne pas forcer pour éviter de lui faire mal. Compris? Alors c'est parti! Elle s'appliqua à nouveau à vouloir le faire tomber.

Cette fois, il dût mettre plus de force pour résister, elle avait saisi le concept rapidement, mais il tint sans trop de mal tout de même.
- Bon après, il y a aussi un problème de musculature dira-t-on. Il se moquait un peu d'elle, et il fallait dire qu'elle l'avait bien cherché. Il pencha alors légèrement son bras, faisant plier celui de l'indienne qui tint bon. Il planta son regard dans celui de la brune et reprit. C'est fou, j'ai une envie folle de t'écrabouiller les phalanges juste pour mon plat que tu ne cesses d'insulter. Cela lui donnait une bonne excuse quoi. C'est vrai que je devrais peut-être en profiter, t'en penses quoi? Il planta à nouveau son regard dans celui de la brune qui, pour le coup, ne semblait pas rassurée, bien qu'elle avait dû s'y préparer. Finalement, d'un geste sec, il plaqua le bras de la brune sur la table, et le maintint pendant quelques secondes comme pour bien marquer la défaite de Padma. Mais j'me contenterais de ça. Termina-t-il finalement avant de relâcher sa main sur laquelle il avait tout de même légèrement appuyé, sans pour autant lui faire trop mal. Dieu seul savait l'envie qu'il avait eu de lui broyer les os les uns après les autres. Et dieu seul savait ce qui l'en avait empêché.

- Je t'épargne la bouilli si tu veux. déclara-t-il alors en se levant sans la lâcher du regard. Puis il alla dans la cuisine chercher des couverts et deux assiettes. Lorsqu'il revint, il posa le tout sur la table. Par contre je veux les vingt-cinq centimes. Fit-il, un fin sourire sur le visage. Elle ne croyait tout de même pas s'en tirer si bien, si? C'était oublier à quel point il tenait à ce qu'elle tienne sa parole et donc, son honneur. Il installa les assiettes, les couverts et finalement, se tint devant elle sans bouger. Elle allait sans doute répliquer qu'il avait triché, qu'il n'était qu'un sale menteur, un voleur peut-être, mais il s'y attendait. Ou alors, elle le surprendrait peut-être. Tiens... Oui, voyons-voir... serait-elle seulement capable de le surprendre? Oh, non pas dans ses répliques, ça... Il y aurait toujours un minimum de surprise dans les noms d'oiseaux qu'elle choisirait pour le qualifier. Non, il voulait de la surprise dans les actes, ou alors une excellente excuse. Qu'allait-elle faire? Admettre sa défaite? Peu probable. Tout tenter pour éviter de régler sa dette? C'était bien elle ça après tout...

     
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Padma AlestraLe vin est un puissant lubrifiant social
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4046-would-you-lie-with-me-and-just http://www.ciao-vecchio.com/t4050-lift-every-voice-and-sing-padma#128994
ID : wanderlust.
Faceclaim : .Deepika Padukone ; Ealitya + Signature : bat'phanie + gifs : Ealitya
Multi-comptes : Tina Cambiaso + Dria Renzi
Messages : 1353 - Points : 818

Âge : 32 étoiles
Métier : Avocate le jour, et illustratrice de livres pour enfants sous un pseudonyme la nuit
Sujet: Re: Beauty and the Beast. Who is the Beast? [Padma] ( le Mer 3 Oct - 22:41 )





Alexandre & Padma



She's got a smile it seems to me, reminds me of childhood memories where everything was as fresh as the bright blue sky. Now and then when I see her face, she takes me away to that special place and if I'd stare too long
I'd probably break down and cry.

Padma avait dépassé le stade du regret depuis longtemps, là elle se sentait juste stupide à s’acharner de la sorte en sachant très bien que cela ne servait à rien. En temps normal, elle se serait lancée dans une longue explication pour prouver que le bras de fer proposé était tout simplement déloyal et que c’était tricher avant même qu’ils ne commencent. Si on la laissait, elle aurait même pris cinq minutes pour faire un powerpoint et rassembler tous les éléments en sa faveur pour qu’elle gagne même par manquement à une règle de base qu’elle aurait fini par inventer. Mais pas ici. Ici ça avait était le sourire agaçant du jeune blond qui l’avait poussé à aller jusqu’au bout des choses, ajouté à ça son air satisfait lorsqu’il pensait qu’elle allait déclarer forfait et l’excès de confiance dont il faisait preuve. C’en était trop pour elle. Elle voulait lui rabattre son caquet et avec un peu de chance – beaucoup, même – gagner pour prouver qu’il l’avait tout simplement sous-estimé.

Mais la réalité était moins glorieuse. La réalité c’était une Padma qui, à bout de souffle, s’efforçait à faire bouger le bras d’Alexandre, qui était comme cimenté à la table à manger. A un moment, elle crut avoir réussit à le faire bouger de quelques millimètres, mais lorsqu’elle leva le nez vers le chercheur et vit son expression, elle comprit que ce n’était en fait pas le cas. Lassée, elle se leva même de sa chaise sans pour autant se mettre debout, avec l’espoir d’envoyer plus de force dans son pauvre bras. Pendant un court instant, la brunette pensa à une option qui la ferait peut-être gagner. Certes ce ne serait pas loyal et un bras cassé serait le cadet de ses soucis, mais c’était une option qu’elle était  prête à explorer. La jeune femme voulait ou bien donner un coup de pied sous la table à Alexandre qui, ne s’attendant pas au coup serait déstabilisé et là, elle pourrait bouger son bras, ou alors… le mordre. Là elle ne gagnerait pas et arriverait encore moins à plaquer son bras au sol, mais ce serait pour elle une façon de perdre tout en tentant le tout pour le tout. Elle n’eut même pas le temps de mettre l’un des deux plans à exécution, que la voix d’Alexandre la tira de ses pensées, juste pour l’embêter. « C’est mal de rire du malheur des autres ! » Arriva à articuler la jeune femme, essoufflée et avec beaucoup moins de conviction qu’elle aurait voulu transmettre. Mais est-ce que ça l’étonnait réellement de voir que son malheur l’amusait ? Non, parce qu’il a la capacité émotionnelle d’une petite cuillère à chaque fois que quelque chose concerne Padma.

A sa grande surprise, il se mit à lui donner des conseils. Un sourcil levé, elle lui lança un regard comme pour lui demandait pourquoi il faisait ça. Mais elle le vit préférer esquiver sa question non prononcée, pour l’aider à placer son bras. Silencieuse, elle ne dit rien lorsqu’il prit l’initiative de placer son bras correctement sur la table. Alors que les yeux du jeune homme était concentré sur le bras de l’Indienne, cette dernière avait du mal à masquer sa surprise mais surtout, sa suspicion. Elle ne comprenait pas en fait pourquoi il n’en finissait pas avec elle. Elle venait de passer les cinq dernières minutes à s’exciter comme une malade sur un bras contre lequel elle n’aurait de toute façon aucune chance, alors pourquoi ne pas plaquer son bras d’un coup sec, quitte à l’envoyer passer la nuit à l’hôpital, qu’ils passent à autre chose ? Elle voyait ce qu’il essayait de faire. Il voulait se montrer fair play et lui laisser une chance de ne pas trop se ridiculiser – bien que ce soit trop tard – et sûrement pour qu’elle tire quelque chose de cet échec. Elle détestait quand il était comme ça. Ca donnait à Padma une raison en moins pour ne pas l’aimer et pouvoir râler à cause d’un comportement qui lui déplairait. Là en l’occurrence, elle détestait le fait qu’il se montre plus mature que ce qu’elle ne l’aurait imaginé – et qu’elle ne l’aurait voulu – mais ne pouvait pas faire de commentaire à ce sujet au point de passer pour une connasse. Plus qu’elle ne l’était à ses yeux, du moins. « Hum. » Se contenta de répondre Padma, les sourcils froncés. Là elle n’était plus suspicieuse, juste enquiquinée et contrariée, et son visage avait du mal à le cacher. « Compris. » Lui répondit finalement Padma lorsqu’il posa la question une deuxième fois. A nouveau, elle essaya de faire bouger son bras mais cette fois, en appliquant ses méthodes. Elle en dirait pas que ses conseils lui étaient utiles et qu’il l’avait aidé, mais elle devait reconnaître qu’elle sentait qu’elle envoyait plus de force en se fatiguant moins cette fois. En le voyant devoir résister un peu plus que la première fois, un sourire se dessina sur ses lèvres tandis qu’un sentiment de fierté lui envoyait toute l’arrogance dont elle avait besoin pour ne pas déclarer forfait de suite.

« Non, tu crois ? » Demanda ironiquement l’Indienne lorsqu’il parla de différence de musculature. Bien sûr qu’il y avait une différence, et une grosse même. Si elle par exemple lui mettait une claque, ce qu’elle rêvait de faire d’ailleurs, il aurait à peine la marque de ses doigts sur la joue. Mais si lui, lui donnait une claque, elle finirait dans un coma profond et n’était pas sûre qu’elle se réveille. Mais il devait compenser l’intellectuel qu’il n’avait pas par le physique. « Arrête de me parler, tu me déconcentres ! » Ouais, on va dire que c’est le fait qu’il lui parle qui faisait qu’elle n’arrive pas à plaquer sa main. Pas le fait qu’elle n’avait pas assez de force et qu’elle avait dépensé toute son énergie trop tôt. Lorsqu’elle sentit les doigts du jeune homme se resserrés autour des siens au point de les lui écraser, elle eut un moment de panique en se disant que le moment était arrivé. Elle allait bientôt perdre l’usage de son bras et elle l’aurait bien cherché. Comme si ça allait atténuer la douleur, pour toute réponse elle ferma les yeux très fort, laissant tomber toute tentative de renverser le bras d’Alexandre. Elle poussa un petit cri à peine audible lorsqu’il plaqua finalement son bras contre la paroi de la table, ouvrant les yeux pour constater les dégâts, trouvant ça étrange de ne pas avoir plus mal. « Attends, quoi ? » Lorsqu’il lui lâcha enfin la main, elle l’examina et fut surprise de pouvoir la lever sans difficultés. Elle la retourna dans tous les sens, en fit de même avec son bras qu’elle examinait sous tous les angles avant de constater qu’il ne l’avait pas fait. Faible, pensa-t-elle. Les rôles auraient été inversés, elle lui aurait arraché carrément le bras pour l’enfoncer dans son gosier pour ne plus l’entendre de sa vie. Mais à croire qu’il n’était pas aussi mauvais qu’elle. Et bien sûr, elle détestait encore plus cette pensée. Parce que des deux, ça faisait d’elle la pire.

Les sourcils toujours froncés, elle le regarda se lever, toujours vexée d’avoir perdue. « Non. » Déclara Padma lorsqu’il réclama son dû. Les bras à présent croisés, elle le regarda d’un air sérieux alors qu’il finissait de mettre la table. « Je ne vais pas dire que tu as triché, bien que ce soit le cas. Ta conscience est avec toi donc tu sais ce que tu as fais ou ne pas fais. Par contre, je demande une revanche. Quitte ou double. » Pour soutenir sa proposition, elle se leva pour se planter devant lui, bloquant son regard dans le sien pour montrer qu’elle était très sérieuse. « Si je gagne, tu effaces la vidéo et tu me donnes 50 centimes. Si tu gagnes, tu gardes la vidéo, je te donne 50 centimes, et… » Elle hésita un moment avant de finir sa phrase, puis se lança. « Je ferai une déclaration écrite que tu seras en droit de filmer où je déclare que tu es plus intelligent que moi. Datée, signée et valable jusqu’à ce qu’on remette ce titre en jeu. Et en prime… » Elle s’éloigna pour récupérer son sac et en sortit une sorte de papier doré. « Une couronne. » Elle déplia le papier qui était en réalité une couronne de galette des rois, mais qui ferait l’affaire le temps qu’elle s’en trouve une vraie.  « Pour te montrer que ce n’est pas un piège, tu auras encore le choix de choisir la discipline, la seule condition est qu’on doit commencer tous les deux à armes égales. Ce qui veut dire pas de bras de fer. Mais ça peut être un concours de vitesse en épluchage de patates, ou une chasse au trésor improvisée dans la ville, que sais-je. » Fini d’expliquer la jeune femme. « Alors, partant ? »

belle âme


You're a sky full of stars
Got a tattoo and the pain's alright. Just wanted a way to keep you inside. All I know, all I know is that I'm lost in your fire below. (...) I see the road begin to climb. I see your stars begin to shine. I see your colors and I'm dying of thirst.  ▬ Feels like there's something broke inside.
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre LecomteLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Eagle Horn
Faceclaim : Chris Hemsworth
Multi-comptes : Francesco Spinoza & James Weaver
Messages : 89 - Points : 369
Âge : 35 ans
Métier : Chercheur en Histoire et maître de Conférence à l'Université de Naples
Sujet: Re: Beauty and the Beast. Who is the Beast? [Padma] ( le Ven 5 Oct - 15:18 )
Beauty and the Beast. Who is the Beast?
Elle avait fini par suivre ses conseils, nons sans une mauvaise volonté bien affichée. Padma n'était visiblement pas le genre de femmes qui aimait recevoir des conseils. Tout du moins, elle ne souhaitait pas les recevoir de lui. Il fallait dire que c'était compréhensible vu que la seule chose qui les avait uni autrefois était une aversion réciproque, l'un considérant l'autre d'un même niveau qu'une chaussette sale qu'il faudrait jeter à la poubelle, et vice-versa. Ils se rendaient, ou plutôt, s'étaient toujours bien rendu ce sentiment de détestation de l'autre. Bon, détester était peut-être un peu abuser, mais il était clair qu'ils ne s'appréciaient pas le moins du monde. D'ailleurs, la plupart du temps, quand Céline recevait Padma ou qu'elles sortaient ensemble, il s'était toujours arrangé d'être ailleurs, soudainement pris par un imprévu. Et toutes les excuses avaient été bonne. "Ce soir Padma vient manger à la maison." Et immédiatement il y avait eu la célèbre excuse. "Phil vient d'appeler chérie, faut que j'aille le voir d'urgence, il a des documents importants qui pourraient faire avancer es recherches et il part demain! Tu m'excuseras auprès de Padma!". Si bien qu'à la fin, Céline avait même cessé d'essayer de convaincre Alexandre de rester. Certes elle avait tenté de les "réconcilier", avouant d'ailleurs ne pas comprendre pourquoi ces deux là ne s'entendaient pas. Alexandre avait répondu qu'il ne la supportait pas tout simplement, que c'était physique, voilà, une sensation bizarre qui ne s'expliquait pas, on le sentait voilà tout... Un peu comme de la nourriture qui avait tourné, vous ne saviez pas pourquoi, ni comment, mais l'odeur vous faisiez bien comprendre que ce n'était plus bon à manger. C'était la même chose entre l'avocate de malheur et le chercheur entêté. Mais maintenant, Alexandre pensait pouvoir comprendre pourquoi ils ne s'étaient jamais trop appréciés: Parce qu'ils avaient ce même foutu caractère de merde. Elle était à son niveau autant qu'il pouvait l'être du sien, et le problème n'était pas qu'ils se complétaient, non, loin de là, ils se concurrençaient tant ils étaient experts dans ce domaine.

Alors autant dire que si la situation du bras de fer fit bien rire Alexandre, elle ne participa pas à la parfaite réconciliation des deux. De plus, au vu du regard qu'elle lui lançait, il comprenait qu'elle assumait, mais qu'en revanche elle le détestait pour ce choix de duel. Forcément qu'elle allait perdre. C'était écrit dés le départ, et même un aveugle l'aurait vu. Même elle l'avait vu. Mais, entêté, elle avait relevé le défi, ce qui faisait que malgré tout, il l'admirait. Il ne le lui dirait pas, trop fier et trop orgueilleux pour cela, mais oui. Elle savait qu'elle allait perdre, mais elle luttait quand même. Finalement, elle avait bien choisi son métier... Si elle défendait les malhonnêtes ou alors les causes perdus. Mais comme certains le disent. Aucune cause n'est perdu si il reste encore quelques fous prêt à se battre pour elle. Et c'est ce qu'elle faisait. Lorsqu'elle lui demanda d'arrêter de parler, argumentant qu'il la déconcentrait, il retint un sourire. Mauvaise joueuse par dessus le marché, c'était un autre point noir qui n'étonnait pas le jeune chercheur, en revanche, elle avait le don de le montrer avec une telle évidence que si cela avait été écrit sur son front "Je suis mauvaise joueuse et je suis prête à trouver des excuses de merde pour justifier ma défaite", il l'aurait cru sans mal. Et finalement, lorsqu'il décida d'en finir, non sans hésiter quand à lui rompre quelques os, et que le bras de la brune fût complètement sur la table, il la relâcha finalement alors qu'elle semblait surprise. Elle bougea son poignet, tenta tous les mouvements possible et imaginable, fit de même avec son bras alors qu'elle semblait surprise. Il la regarda et répliqua immédiatement:
- Tu aurais préféré que je te broies les os peut-être? Et vue le regard qu'elle lui lança, elle préféra éviter de passer par la case hôpital. Bien, on est d'accord alors. Conclut-il pour archiver le sujet une bonne fois pour toutes.  

Finalement, il commença à mettre la table afin de pouvoir manger. Ironie du sort, il mangeait sans doute pour la première fois avec elle alors que Céline avait tout tenté pour qu'ils mangent au moins une fois ensemble. Et bien au moins son vœu se réalisait-il, bien que cela allait être un tête à tête pour les deux personnes. Et pas des plus romantiques, aucun doute là dessus. Lorsque finalement il réclama son dû, la réponse de l'indienne fût claire, net, ferme et sa décision sans appel. C'était Non. Un grand "N", "O", et encore "N". Il croisa les bras, regardant la belle mauvaise perdante qu'il avait devant lui. Ah ça, pour une mauvaise perdante, elle était mauvaise perdante. Les bras croisés, toujours assise, le regard noir, elle n'en démordait pas décidément. Et finalement, elle s'expliqua. Il avait triché selon elle. Ah... L'odeur de la défaite ne lui convenait pas visiblement et le goût amer qu'elle laissait ne lui satisfaisait pas, mais plutôt que de se remettre en question, elle le jugeait de tricheur. N'était-ce pas l'argument des faibles ça? De ceux qui sont toujours inférieurs mais qui ne font rien pour s'améliorer parce que selon eux, c'est aux autres à être à leur niveau... Donc à descendre en terme de performances. Il n'apprécia pas les dires de la jeune femme mais la laissa parler. Une revanche? Quitte ou double? Et puis quoi encore?!! Elle se leva pour se planter devant lui, mais il la fixa de son regard dur et il ne vacilla pas. Pourtant, il ne répondit rien alors qu'elle fixait les nouveaux enjeu. Et elle donnait pas mal de garanties. Bon d'accord elle n'était pas avocate pour rien. Et lorsqu'elle déclara qu'elle ferait une déclaration écrite admettant qu'il était le plus intelligent, ça il s'en moquait mais venant d'elle c'était toujours bon à prendre, il eut un petit sourire. "Ah la chienne..." pensa-t-il. Elle n'admettrait sa défaite pour rien au monde. Elle s'éloigna finalement pour sortir un papier doré de son sac. Il haussa un sourcil curieux avant de voir la couronne de galette des rois qu'elle déplia devant lui. Elle était sérieuse là? Mais bordel, qui se traînait avec une couronne de galette des rois dans son sac?!! Personne... Sauf elle bien sûr.

Il l'écouta finir son argumentation. Elle parlait beaucoup, ça pas de problème. Marchandage. Elle faisait du marchandage, voilà tout. Elle aurait eu un commerce qu'elle s'en serait aussi bien tiré. Dés fois il se demandait si elle n'avait pas fait école de commerce avant d'en arriver là. Sans aucun doute. Cependant, pour l'heure, il écouta la proposition de Padma. Une revanche? Et pourquoi s'y plierait-il? Il eut tôt fait de répondre.
- Tu sais quoi? Bien sûr qu'elle le savait, c'est juste qu'elle ne l'admettait pas. T'es une mauvaise perdante doublée d'une mauvaise joueuse Padma. Elle allait rétorquer mais il fit un peu pas dans sa direction, se retrouvant à un souffle de la brune, dans une proximité des plus déconcertantes alors qu'elle devait désormais lever le regard si elle voulait voir ses yeux. T'acceptes pas de perdre. Si tu avais voulu tout faire pour gagner Padma, tu te serais arrangé de choisir un jeu dans lequel je ne te battrais pas, mais tu m'as laissé le choix du défi, maintenant tu n'assumes pas ta défaite. Elle allait ouvrir sa bouche, bien sûr qu'elle allait le faire, c'est pourquoi il reprit sur un ton plus haut. Et arrête de me parler de tricherie! La seule qui triche ici c'est toi! Si elle avait un peu d'honnêteté, et éventuellement de courage, elle aurait la force de reconnaître qu'il avait raison. Pourquoi j'accepterais tes conditions? Pourquoi j'accepterais de faire une revanche avec toi? Tu vas encore m'accuser de tricher non? Non, là elle argumenterait, ferait tout son possible pour dire que cette fois, elle ne le dirait pas parce que ça ne serait pas le cas, et parce qu'il se retiendrait de tricher. Elle tournerait la situation à son avantage, aucun doute.  

Jouer avec elle, c'était un peu comme jouer au poker, elle faisait croire qu'elle avait un bon jeu, avant de perdre, et de vous balancer la plus basse excuse: La tricherie. Alors que vous aviez simplement très bien jouer et qu'elle avait tenté un coup de bluff qui n'avait pas tenu devant un carré d'as. Jouer avec elle encore une fois? Non... Trop risqué! Alors qu'il se détournait pour aller chercher le repas, il eut soudainement une idée. Et pas une mauvaise. L'un de ses amis français avait laissé à la gare, dans un casier, une enveloppe contenant des documents pour Alexandre. Or, si il lui avait laissé les clés, Pierre, c'était son nom, avait oublié le numéro du casier. Du coup Alexandre avait oublié l'idée d'aller chercher, tant pis pour les documents, il irait chercher quand il en aurait le temps. Mais là... Il se trouvait que la situation pouvait l'avantager, quand bien même il perdrait. De plus, il avait deux clés parce que son ami lui avait passé les clés que lui avait filé la gare, et le double au cas où il les perde. En général, on ne pouvait pas avoir un double, mais si on avait une bonne raison, sous réserve d'une déclaration et de quelques formulaires écrit, l’organisme qui gérait les casiers vous en passait un double. Alexandre se retourna donc et finit par fixer ses conditions.
- T'as pas cinquante centimes sur toi. Donc, on reste sur vingt-cinq centimes. Il n'allait pas non plus jouer un café de machine en jeu! Tu veux que j'te dise? J'suis prêt à t'accorder ta revanche. Il alla dans son bureau où traînait de nombreuses photos, de nombreux souvenirs et finit par trouver les clés qu'il avait rangé dans l'un de ses tiroirs et revint avec. Il jeta le double sur la table pour qu'elle le prenne. Il y a un casier à la gare qui contient un paquet qu'un ami m'a laissé. Malheureusement, soit parce que mon ami est idiot, soit parce qu'il a la mémoire d'un poisson rouge, ou les deux à la fois, il a perdu le numéro du casier, et le papier sur lequel était écrit le numéro. Et il a la flemme d'appeler pour savoir quel numéro c'est, donc, je me suis dit que j'irais lorsque j'en aurais le temps. Voilà une occasion parfaite. Tu as un double des clés du casier. On y va, et le premier qui trouve remporte la manche. Pour le coup, niveau égalité, il ne pourrait faire mieux. Bien sûr, maintenant, tout était une question de temps. Il se saisit de son blouson de cuir, des clés du petit garage dans lequel il laissait sa moto... Oui... Le plus rapide arriverait en premier et donc, augmenterait ses chances de trouver avant l'autre, et comme elle était en voiture, la circulation ne jouerait pas en sa faveur. Il se tourna vers elle. Partante?  
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Padma AlestraLe vin est un puissant lubrifiant social
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4046-would-you-lie-with-me-and-just http://www.ciao-vecchio.com/t4050-lift-every-voice-and-sing-padma#128994
ID : wanderlust.
Faceclaim : .Deepika Padukone ; Ealitya + Signature : bat'phanie + gifs : Ealitya
Multi-comptes : Tina Cambiaso + Dria Renzi
Messages : 1353 - Points : 818

Âge : 32 étoiles
Métier : Avocate le jour, et illustratrice de livres pour enfants sous un pseudonyme la nuit
Sujet: Re: Beauty and the Beast. Who is the Beast? [Padma] ( le Ven 5 Oct - 18:27 )





Alexandre & Padma



She's got a smile it seems to me, reminds me of childhood memories where everything was as fresh as the bright blue sky. Now and then when I see her face, she takes me away to that special place and if I'd stare too long
I'd probably break down and cry.

Padma détestait perdre, quelle que soit la discipline, elle avait toujours eu du mal à accepter la défaite. Et c’était pour cette raison que ses proches ne proposaient jamais de faire des jeux lorsqu’elle était présente, parce que ça pouvait vite dégénérer surtout si elle perdait. La brunette avait gardait encore les traces de la dernière fois où elle avait joué au Uno avec Nori et Aurora, et disons juste que l’Indienne a apprit à ses dépends que le papier cartonné, ça peut couper. Surtout lorsqu’il se trouve entre de mauvaises mains. Mais ce n’était rien comparer à perdre face à Alexandre. Le sourire qu’il affichait l’énervait. Sa façon de se tenir l’énervait. Sa question à savoir si elle aurait préféré qu’il lui broie les os, l’énervait. Son regard répondait à sa question sans qu’elle n’ait besoin d’ouvrir la bouche, mais après mûre réflexion, oui elle aurait voulu qu’il le fasse. Elle aurait voulu qu’il fasse craquer son bras et l’envoie passer la nuit à l’hôpital comme ça, malgré la victoire du jeune homme, elle aurait pu la gâcher en l’accusant de vouloir en finir avec elle. Ce qu’elle pensait toujours d’ailleurs, elle ignorait juste son plan d’attaque et quand est-ce qu’il comptait le mettre à exécution, mais son envie beaucoup trop marqué d’entendre ses os se briser sous ses doigts, confirmait qu’il en avait un. Sa vie était peut-être en danger à l’instant même où elle était assise à cette table. Il avait une bonne tête de psychopathe de toute façon. Et là, elle parlait en connaissance de cause. Elle était avocate et avait croisé le chemin d’assez malfrats dans la rue pour reconnaître un lorsqu’elle en voyait un. Pensive, Padma le toisa un moment de haut en bas pour essayer de deviner quel était son crime, tous les scénarios possibles lui venant en tête. Finalement elle avait trouvé, il n’était pas assez intelligent pour être à la tête d’un cartel, mais pas non plus assez bête pour être un simple larbin. En gros, il devait essayer de se faire un nom dans le monde de la criminalité mais en vain. Le jour où il se fera arrêter, Padma se fera un plaisir d’aller le visiter en prison pour lui demander si tout roulait pour lui de l’autre côté.

Mais l’heure n’était pas à imaginer le futur sombre qui attendait le jeune homme, mais plutôt de penser à un deuxième acte. Il était absolument hors de question pour la brunette qu’elle reste assise sur cet échec,  ce n’était pas son genre. Elle avait déjà prouvé qu’elle n’avait pas peur de relever des défis – quitte à passer pour une idiote alors que c’était simplement son esprit de battante qui la forçait à aller jusqu’au bout des choses malgré qu’elle échoue – là, elle allait simplement montrer qu’elle était mauvaise joueuse, têtue et… chiante ? Peut-être. Avec brio et beaucoup de conviction dans sa voie, elle exposa sa nouvelle proposition en étant même assez fière des nouvelles règles qu’elle fixait. Le regard planté dans celui du jeune blond, le corps bien droit et un sourire qui étirait ses lèvres, il s’agrandit lorsqu’il réagit en lui demandait si elle savait quoi. Ah, il allait accepter ! pensa la brunette. Mais quelle ne fût pas sa déception lorsqu’il la traitait de mauvaise perdante et de mauvaise joueuse. Les sourcils à présent froncés, elle était prête à répliquer en lui disant que s’il n’avait trouvé que ça à dire, autant qu’il se taise. Elle le savait qu’elle n’était pas bonne perdante ni une bonne perdante, c’était bien pour ça qu’ils en étaient là, non ? Elle n’eut cependant pas l’occasion de le lui dire, à peine eut-elle ouvert la bouche qu’il avait déjà fait un pas dans sa direction, lui coupant le souffle au passage dû à la proximité de leurs deux corps. C’était bien la première fois qu’ils étaient aussi proches l’un de l’autre, ce qui n’était pas pour rassurer l’Indienne parce que deux choses pouvaient alors se produire : ou bien de ses gros bras il se mettait à l’encercler jusqu’à ce qu’elle cesse de respirer, comme dans La ligne verte – plus ou moins, elle s’est endormie au milieu du film – ou bien, Padma tentait une attaque sournoise pour le tuer lui. Mais visiblement, ça c’était le cadet des soucis d’Alexandre. Téméraire, une nouvelle qualité que l’Indienne découvrait chez lui. Ou simplement stupide, mais passons.

Les yeux et la tête levée dans sa direction au point qu’elle attrape presque un torticolis, elle essayait de suivre le flot de ses paroles et de réfléchir à un moyen de le faire taire. Mais à chaque fois qu’il sentait qu’elle allait dire quelque chose, il se mettait à parler plus fort ou à l’intimer de se taire d’un seul regard, et le pire c’est que ça marchait. Ce rat savait ce qu’il fallait dire pour la faire réagir tout en l’empêchant de réellement le faire en la faisant taire avant même qu’elle ne prononce un mot. Un rat. « C’est bon ? T’as fini ? Je peux parler maintenant ? » S’enquit l’Indienne comme si elle attendait vraiment son autorisation pour en placer une. Elle se rassit pour ne plus être aussi proche de lui, et attrapa au passage la couronne en papier qu’elle avait posé sur la table, pour la faire tourner entre ses mains. « Je te ferai remarquer que si j’ai vraiment triché comme tu dis, alors je devrais peut-être changer de technique parce que ce n’est pas avec la ruse et la sournoiserie que j’ai gagné quoi que ce soit ici. » Commenta la brunette sans quitter des yeux le morceau de papier doré qu’elle avait déplié pour le placer sur sa tête. « De plus, tu n’as rien à perdre mais tout à y gagner. » Rajouta l’avocate qui regardait le blond tourner les talons. « Et ne me dis pas que ça ne te tente pas de m’humilier et de me remettre à ma place, deux fois en une seule soirée »

En le voyant se retourner, elle crut déceler dans ses yeux un intérêt soudain pour ce qu’elle disait. Bien qu’elle se doutait qu’il ait en réalité juste envie de la faire taire le plus rapidement possible.           Et elle avait raison. « Ca t’en sais rien, j’aurais pu faire demander un étalage pour les 50 centimes, mais continue. » Commenta l’Indienne d’une petite voix qui, effectivement, n’avait pas les 50 centimes sur elle. La vie de radine qu’elle menait exigeait qu’elle n’ait jamais de liquide sur elle pour ne pas mentir quand un SDF lui demande de l’argent dans la rue. « Ah ? » Elle réagit au mot revanche, une pointe d’excitation dans la voix qu’elle avait du mal à cacher. Lorsqu’il quitta la pièce, elle hésita un moment avant de le suivre, mais pour un effet de continuité et de drama, elle préféra attendre dans la pièce qu’il revienne. A son retour, elle suivit son geste des yeux lorsqu’il lança la clef sur la table, avant de se mettre à expliquer le jeu. « Tu as des amis aussi intelligents que toi, c’est bon à savoir. » Ne pu s’empêcher de sortir la brunette. Avant même qu’elle ne donne une réponse claire, il avait déjà attrapé son blouson. Pour quelqu’un qui n’avait pas envie de jouer, elle le trouvait bien rapide pour se mettre en scelle. A son tour elle attrapa sa veste qu’elle enfila, son sac et ainsi que la clef qu’elle lui avait lancé. « Allez, c’est parti. » La mauvaise joueuse qu’elle était la força à envoyer un papier qu’elle attrapa au hasard en direction d’Alexandre, dans le but de ralentir, avant de se diriger vers sa voiture. Il était absolument hors de question qu’elle perde cette seconde manche !

Comme si tout l’univers se liguait contre elle, l’Indienne ne tarda  pas à se trouver dans un embouteillage dont elle ne voyait pas la fin. « Je sais que tu m’entends, Céline. Tu veux vraiment le laisser gagner deux fois de suite ? Envoie-moi un signe, je pensais qu’on était amies ! » Pesta Padma au volant, qui faisait marcher ses méninges pour se sortir de cette situation. « Réfléchis Padma, réfléchis. Tu n’es pas plus bête que lui. » A prouver. Au bout de quelques longues minutes de réflexion, ses yeux se posèrent sur un vélo sur un trottoir, son propriétaire à côté. Est-ce qu’elle allait oser. Une profonde respiration plus tard, elle se garait déjà avant de se mettre au milieu des voitures pour aller aborder le monsieur au vélo. « Bonsoir, je peux vous emprunter votre vélo s’il vous plait ? » Devant sa question, la réaction fut logique. Un sourcil levé et une hésitation qu’elle comprenait tout à fait. « J’ai pas le temps d’expliquer, même si j’ai une très bonne explication ! Prêtez-moi votre vélo et je vous donnerez 0,25 centimes. » Bravo Padma, un génie. Après de longues minutes d’explications qui lui auront fait perdre un temps précieux, l’homme accepta de lui prêter son vélo contre les 0,25 centimes. C’est donc en talons, le soir et avec 0,25 centimes en moins que l’Indienne prit la route pour essayer de rattraper son retard.

belle âme


You're a sky full of stars
Got a tattoo and the pain's alright. Just wanted a way to keep you inside. All I know, all I know is that I'm lost in your fire below. (...) I see the road begin to climb. I see your stars begin to shine. I see your colors and I'm dying of thirst.  ▬ Feels like there's something broke inside.
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre LecomteLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Eagle Horn
Faceclaim : Chris Hemsworth
Multi-comptes : Francesco Spinoza & James Weaver
Messages : 89 - Points : 369
Âge : 35 ans
Métier : Chercheur en Histoire et maître de Conférence à l'Université de Naples
Sujet: Re: Beauty and the Beast. Who is the Beast? [Padma] ( le Sam 6 Oct - 15:32 )
Beauty and the Beast. Who is the Beast?
Il ne lui avait pas laissé en placer une seule, afin d'éviter de l'entre rétorquer à chaque argument une contre-excuse. Aussi, à chaque fois qu'elle avait souhaité en placer une, il avait pris la parole, haussant le ton, faisant de grand geste si cela lui chantait, mais au moins elle la fermait, et pour l'heure, c'était une heureuse situation. Pas la meilleure, mais une heureuse. Cependant, lorsqu'il eut terminé, elle demanda si elle pouvait parler. Cela l'amusait.
- Mais vas-y je t'en prie. Je suis tout ouïe. Oui, bon cela dépendrait des arguments qu'elle lui servirait parce qu'il risquait bien vite de se lasser selon ce qu'elle lui dirait, mais après tout, au point où il en était pourquoi ne pas l'écouter hein? Et bien sûr... Elle se défendit d'avoir triché. En soit, elle avait raison, et il l'admettait. Elle n'avait pas triché, juste trouvé de bonnes excuses pour ne pas admettre sa défaite, et elle l'accusait d'avoir triché lui. Devant les arguments de la brune, il ne mit guère de temps à répondre.
- Non, c'est vrai, t'as pas triché, tu m'as accusé de tricher pour ne pas assumer ta défaite. C'est pire. Conclut-il sur un ton grave, comme si elle avait vraiment fait quelque chose d'incroyablement idiot. Oui. Elle l'avait fait. Accuser Alex de tricher, c'était se foutre de la gueule du monde, et il n'allait certainement pas se laisser faire alors qu'il avait été parfaitement loyal, sauf pour le choix du défi, mais ça, elle ne l'avait pas précisé, donc elle ne s'en prenait qu'à elle. Si elle s'était servie de sa petite cervelle avant de lancer un tel défi sans donner quelques points de précisions, elle n'en serait pas là, mais non, elle avait persisté dans sa bêtise. Et bien continuons...

Pour ce qui était de la revanche, elle arguait qu'il n'avait rien à perdre mais tout à gagner. Elle n'avait pas totalement tort. Mais "pas totalement" ne signifiait pas "entièrement raison". Il avait à perdre. Parce que si elle gagnait, il allait en en entendre parler jusqu'à la fin de ses jours et même après, sans le moindre doute. Non, le jeu en valait la chandelle certes, mais il était risqué. Quand à l'humilier... Oui, c'était tentant, mais plus que cela, la remettre à sa place et faire en sorte de lui fermer son clapet était encore plus tentant. Aussi, oui, la proposition, il l'accepta. Et l'idée qui lui était venue lui rendrait service qui plus est. Même si elle gagnait, il y gagnerait aussi un peu, en quelques sortes. Alors il expliqua rapidement que la somme, modeste on devrait bien l'admettre, des 0.25 centimes restai la même. Elle contre-argumenta, encore et toujours, mais pour cette fois, il passa outre et expliqua rapidement l'objectif. Sans vraiment attendre de réponse, et passant outre son commentaire désagréable, il s'emparait déjà de sa veste. Elle ne fût pas longue, récupéra ses clés de voiture, lui balança un papier qu'il rattrapa par réflexe alors qu'elle filait en coup de vent lui prenant la première place en ce début de manche. Il grommela quelques jurons avant de claquer la porte de son appartement qu'il prit néanmoins le temps de fermer à clés avant de descendre les marches quatre à quatre, manquant se casser la figure trois fois. Il arriva en bas alors que déjà elle démarrait et partait. Il respira l'air frais. Cette concurrence, ce duel le ravivait. Elle ne perdait rien pour attendre. Il courut rapidement vers le garage où il stockait sa moto qui se trouvait à quelques mètres de là. La Kawazaki attendait sagement dans le garage, encore fallait-il ouvrir la porte qui avait la méchante tendance à être difficile à ouvrir. Il inséra la clé et tourna la poignée et... La porte resta bloquée.
- Putain j'le crois pas... Moi et les portes... Je savais que j'aurais dû la changer... J'le savais. Grogna-t-il. Il décida alors de forcer la porte. Après un essai à forcer comme un fou, il parvint à l'ouvrir. Au prix de la serrure vu le bruit métallique que la porte produisit. Et Alexandre put enfin trouver sa moto qu'il n'avait pas prise depuis quelques temps. Il monta en selle, inséra la clé et le contact s'alluma. Il démarra et le puissant bruit du moteur résonna dans le garage.
- En avant chérie...
Et il sortit en trombe du garage ne se souciant que de fermer la porte avant de partir, mais ne pouvant plus la verrouiller.

Bientôt, il ne tarda pas à zigzaguer entre les voitures en centre-ville. Le panneau cinquante oublié depuis longtemps, le compteur tournait plus autour de soixante-dix, quatre vingt kilomètres heures. Il reconnut alors la voiture de Padma... Qui sortait de la file. Qu'est-ce qu'elle foutait bon sang? Et elle prit alors un vélo. La garce!! Il força l'allure. Et passa devant sans mal, non sans lâche un bon coup d'accélérateur pour la faire rager. Qui sait, elle se casserait peut-être la figue de la surprise. Il continua ses esquives rapides, jouant de la machine comme si il s'était agi d'une manette de jeu vidéo. Et il se prenait à retrouver des sensations qu'il avait perdu. L'air qui lui fouettait le visage, parce que monsieur se déplaçait sans casque bien sûr, la sensation de vitesse que la moto apportait. C'était parfait. Il esquiva les bouchons sans mal, grilla un stop, mais après tout il n'y avait personne et bientôt la gare fût en vue. Il accéléra encore, poussant la machine dans les derniers mètres. Tout le temps qu'il gagnait était bénéfique. Il se gara devant la gare, mit la béquille à une vitesse folle, coupa le contact et descendit de son superbe engin de compétition pour grimper les marches menant à la gare. Il courut rapidement, rentra à l'intérieur. Quelques voyageurs le regardèrent passer en courant dans le grand hall de la gare. Les consignes... Elles étaient où? Par chance, en levant les yeux au ciel, il nota que des panneaux lui indiquaient la direction à prendre. Et il finit par trouver les consignes, dans une aile de la gare, plus déserte à cette heure de la soirée.

Il crut bien faire une crise cardiaque. C'est qu'il y en avait plus d'une centaine de ces foutus consignes. Il souffla puis finalement, sortant la clé de sa poche, il commença à essayer les serrures... Et il commença par la numéro une. Il était déjà à la numéro vingt-deux que des bruits de talons se firent entendre, résonnant sur le marbre de la gare et indiquant la venue d'une femme, sans aucun doute, brune, sans le moindre doute là aussi, pressée vue la manière et la cadence avec laquelle claquaient les talons, et avocate vu qu'elle allait le rendre fou. Il continua cependant alors que la silhouette de Padma surgissait. Il lui accorda un regard rapide et manqua rire. Le vélo l'avait visiblement fatigué et elle se traînait difficilement jusqu'aux consignes. Elle courait oui, mais elle soufflait fort, preuve de l'effort qu'elle fournissait.
-Est-ce que cette course de vélo était dure Padma? Fit-il moqueur sans s'arrêter de chercher. Pour le coup, il devait l'admettre, le jeu en avait valu la chandelle juste pour la voir dans cet état, en sueur, n'en pouvant plus.
-N'oublie pas qu'il y a le retour après... lança-t-il alors qu'elle commençait à s'y mettre elle aussi. Or, il avait un léger problème quand même, il n'avait toujours pas trouvé le casier. Bon sang, mais où est-ce qu'il pouvait être? Et à chaque instant qui passait, Alexandre priait très fort pour que ce ne soit pas elle qui trouve, sinon, il allait en entendre parler encore et encore et toujours. Il força l'allure, mais toutes les consignes qu'il essayait ne voulait pas s'ouvrir, la clé s'insérant certes, mais ne permettant pas de déverrouiller. Par chance c'était une clé et pas une code... Sinon il n'aurait jamais pu espérer avoir les documents en main un jour.     
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Padma AlestraLe vin est un puissant lubrifiant social
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4046-would-you-lie-with-me-and-just http://www.ciao-vecchio.com/t4050-lift-every-voice-and-sing-padma#128994
ID : wanderlust.
Faceclaim : .Deepika Padukone ; Ealitya + Signature : bat'phanie + gifs : Ealitya
Multi-comptes : Tina Cambiaso + Dria Renzi
Messages : 1353 - Points : 818

Âge : 32 étoiles
Métier : Avocate le jour, et illustratrice de livres pour enfants sous un pseudonyme la nuit
Sujet: Re: Beauty and the Beast. Who is the Beast? [Padma] ( le Dim 7 Oct - 19:19 )





Alexandre & Padma



She's got a smile it seems to me, reminds me of childhood memories where everything was as fresh as the bright blue sky. Now and then when I see her face, she takes me away to that special place and if I'd stare too long
I'd probably break down and cry.

Usée par ces négociations qu’elle venait de faire pour un simple vélo, elle ne tarda pas à monter en selle. Dans la tête de la jeune femme, ça allait être très simple : elle allait monter sur ce vélo et pédaler à toute allure pour rattraper son retard et voir la tête d’Alexandre se décomposer lorsqu’il verrait qu’elle était arrivée à la gare avant lui. Mais c’était sans oublier les aléas de la vie qui n’étaient presque jamais en sa faveur. Pour commencer, à cause de ses talons hauts, la jeune femme eut bien du mal à trouver comment positionner son pied sur la pédale pour pouvoir prendre la route comme elle l’aurait souhaité. Elle avait bien sûr envisagé la possibilité d’enlever ses chaussures pour les mettre dans son sac le temps de la course, mais elle avait également envisagé la possibilité d’attraper une mycose si jamais elle faisait une telle chose. En d’autres termes, il était hors de question que sa plante de pied touche cette pédale, c’était déjà limite que ses fesses touchaient la selle, alors bon. Ensuite, il y avait son sac qu’elle ne pouvait pas laisser dans sa voiture pour des raisons plus qu’évidentes, qui n’arrêtait pas de glisser le long de son bras à chaque fois qu’elle pensait avoir trouvé la position idéale et optimale pour un trajet sans encombre. Ensuite et pas des moindres, il y avait l’homme à qui appartenait le vélo, qui n’avait pas bougé d’un cheveu, l’argent dans ses mains à regarder l’Indienne galérer. Mais ça, elle ne pouvait pas lui en vouloir, si la situation avait été inverse, elle aussi serait restée rien que pour voir comment se déroulerait la suite. Il dû bien rigoler lorsqu’elle manqua de tomber au sol, surprise par un bruit d’accélérateur de moto. Elle en revanche ne rigolait pas du tout et jurait dans sa barbe, hésitant même à faire un doigt d’honneur à qui elle devinait, s’agissait du blond. Mais son sac qui avait à nouveau glissé le long de son bras, l’en empêcha. Aucun doute, lancer ce pari était la meilleure idée qu’elle avait jamais eut.

Non sans peine, elle arriva après de longues minutes à s’ajuster, à prendre la route. Et même si elle n’allait pas aussi rapidement qu’elle l’aurait voulu, elle allait toujours plus vite que si elle était restée dans sa voiture. Ce qui l’inquiétait cependant, c’était qu’elle ne voyait aucune trace de la grosse tête d’Alexandre sur la route. Est-ce qu’il aurait vraiment décidé de tricher en lui indiquant un endroit alors qu’il s’agissait d’un autre ? Est-ce qu’il parlait en fait d’une autre gare et qu’elle avait supposé que c’était la plus logique ? Ces questions la firent perdre un temps précieux, parce que maintenant elle était plus occupée à essayer de voir s’il s’agissait d’un piège ou pas, plutôt que sur ses jambes en feu qui n’avaient pas cessés de pédaler. Une respiration profonde plus tard et la jeune femme reprit sa course en ne laissant rien la déconcentrer cette fois. Pensant bien faire, l’Indienne décida d’emprunter un raccourcit qu’elle connaissait bien et qui en temps normal, aurait dû lui faire gagner quelques minutes dans sa course sans pour autant rattraper son retard. En temps normal. Ici, comme tout l’univers avait décidé qu’elle ne gagnerait pas ce soir, au moment où elle pensait pouvoir souffler en voyant enfin le bout du tunnel, une voiture passa à côté d’elle et l’éclaboussa au passage. Et le pire ? C’était que dans un moment de confiance un peu trop élevé, elle avait même ouvert la bouge pour rigoler à gorge déployé, se trouvant très intelligente d’avoir emprunté ce raccourcit. A ce moment-là, il était inutile d’être un géni – comme Padma pensait l’être, soupire – pour comprendre ce qui s’était passé. L’eau sale de la route ne s’était pas contentée de lui exploser au visage, créant ainsi un moment de choc extrême. Non, non. Elle était également entrée dans sa gorge parce qu’elle avait décidé que rire était l’attitude à avoir à ce moment là. Sous l’effet du choc et de la surprise, elle freina brusquement, manquant même de s’écraser au sol. La bouche toujours ouverte, elle n’osait plus déglutir et fut prise d’une quinte de toux violente tandis qu’elle voyait s’éloigner au loin le véhicule qui venait de lui causer tant de soucis. Elle aurait voulu crier, l’insulter et l’obliger à s’arrêter pour qu’il constate les dégâts, mais les yeux emplis de larmes à force de tousser, elle ne réussit pas vraiment à exprimer son mécontentement. Et là, elle eut la confirmation que ce stupide pari n’en valait vraiment, mais alors vraiment pas la peine.

Obligée de prendre quelques minutes pour reprendre son souffle et arrêter de mourir, elle reprit sa course à une allure folle toujours dans l’espoir de gagner. Oui, Padma était une idiote. Mais au moins elle était une idiote qui allait jusqu’au bout des choses. Lorsqu’elle vit la gare se dessiner au loin, elle donna un dernier coup de pédale et accéléra du mieux qu’elle pu. Une fois à terre, elle ne prit pas le temps de souffler et se remis à courir toujours avec ses chaussures aux pieds qu’elle n’avait toujours pas envie d’enlever. A bout de souffle, le cœur en tachycardie et la mort lui tendant de plus en plus les bras, l’Indienne se traîna tant bien que mal jusqu’aux consignes pour elle aussi s’activer. « Dure ? Je ne vois pas pourquoi tu dis ça. » Essoufflée, elle prit tout de même la peine de lui répondre alors qu’il n’en valait même pas la peine, reportant son regard sur les consignes qui s’étendaient à perte de vue. C’était officiel, elle détestait Alexandre et tout son entourage aussi bête les uns que les autres. « Ta gueule. Vraiment, ta gueule. » Lâcha finalement l’avocate qui s’octroya quelques secondes pour souffler en déposant son sac dans un coin. Elle procéda par logique et commença par la fin, laissant Alexandre continuer dans son ordre croissant. « Allez, allez… » Souffla-t-elle à elle-même pour s’insuffler du courage mais aussi pour que les astres, les planètes ou même les étoiles finissent par s’aligner pour la faire gagner cette manche. Après avoir fait entrer sa clef dans la quinzième consigne qu’elle essayait, elle eut l’agréable surprise de voir que la clef tournait. Retenant son souffle – alors qu’elle n’en avait déjà presque plus – elle posa une main sur sa bouche et l’ouvrit délicatement de peur de ne se faire encore une fausse joie. « Oh mon dieu. » Pour quelqu’un qui ne croyait pas en dieu, c’était plutôt comique. « OH MON DIEU. » Répéta Padma, encore incapable de concevoir qu’elle venait de trouver les documents. Avec la même délicatesse, elle les sortit de la consigne et se tourna vers le blond le regard surpris. Alors qu’elle avait voulu les brandir en signe de victoire dans sa direction pour le narguer, elle lâcha un rire qui fit écho dans toute la pièce avant de finalement se laisser tomber au sol et de s’allonger sur le dos, complètement épuisée. Tant pis pour les microbes, si elle venait à mourir à cause de ça au moins ce serait en gagnante. « J’ai gagné. » Souffla-t-elle les yeux fermés. « Je bouge plus, on verra plus tard pour la récompense. »

belle âme


You're a sky full of stars
Got a tattoo and the pain's alright. Just wanted a way to keep you inside. All I know, all I know is that I'm lost in your fire below. (...) I see the road begin to climb. I see your stars begin to shine. I see your colors and I'm dying of thirst.  ▬ Feels like there's something broke inside.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Beauty and the Beast. Who is the Beast? [Padma] ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Beauty and the Beast. Who is the Beast? [Padma] -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant