Revenir en haut
Aller en bas


 

- Beauty and the Beast. Who is the Beast? [Padma] -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Alexandre LecomteLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Eagle Horn
Faceclaim : Chris Hemsworth
Multi-comptes : Francesco Spinoza & James Weaver
Messages : 94 - Points : 371
Âge : 35 ans
Métier : Chercheur en Histoire et maître de Conférence à l'Université de Naples
Sujet: Re: Beauty and the Beast. Who is the Beast? [Padma] ( le Lun 8 Oct 2018 - 14:12 )
Beauty and the Beast. Who is the Beast?
Le blondinet avait sut prendre une avance non négligeable, ce qui l'arrangeait au plus haut point. Mais malgré cela, le nombre de consignes et l'éventualité que ses documents puissent être dans l'une des dernières n'enlevait pas finalement cet aspect d'urgence qui animait ses gestes alors qu'il tentait toutes les serrures. Aussi, lorsqu'il entendit les pas de l'avocate dans le hall, inutile de dire qu'il accéléra un peu plus la cadence. Il ne manquerait plus qu'elle gagne. Il se tourna cependant pour voir la brune arrivait, légèrement couverte d'éclaboussure de boue. Qu'est-ce qu'elle avait encore fait? Elle avait fait un triathlon ou quoi? En tout cas elle avait l'air vu la crasse et l'essoufflement qui émanait d'elle. Il ne put d'ailleurs pas se retenir de la narguer un peu. Les aléas des transports que voulez-vous? Cependant, il tirait son chapeau à la brune qui avait sut venir ici, pédaler jusqu'ici... Avec des talons. Elle avait du talent. C'était indéniable. Et finalement, elle ne tarda pas à répondre avec sa petite rengaine habituelle, niant l'effort, prenant sur elle juste pour lui faire croire qu'elle venait de vivre une balade de santé. Une balade de santé oui, agrémenté de quelques péripéties des moins agréables sans doute. Il ne prolongea pas sur le sujet, arguant simplement qu'il valait mieux qu'elle n'oublie pas qu'elle avait encore le retour. Là par contre, elle ne put retenir ses mots lui intimant de se taire d'une manière franche, directe et on ne peut plus claire. Et pour une fois, il ne répondit pas. Elle ne tarda pas à laisser son sac et à se mettre au travail, commençant par le fond.

Le temps passait, et Alexandre avait beau s'acharner sur les consignes, rien ne venait. A l'autre bout du hall, Padma s'était déjà mis au boulot, de manière plus appliquée, moins rapide bien qu'elle se donnait dans cette tâche. Lui, il en avait tout bonnement marre. Ras le cul en vérité. Il s'appuya alors sur les consignes et manqua prendre un cigare dans la poche de sa veste avant de finalement se raviser. Non, ce serait abuser que d'en prendre encore un. Si il fumait, il essayait de ne pas être dans l’excès non plus aussi se ravisa-t-il et préféra-t-il regarder la brune qui s'acharnait à son tour sur les casiers. Il sourit en notant les grimaces de son visage, alors qu'elle devait sans doute pester à demi-voix. C'était en réalité, la première fois qu'il avait l'occasion de la détailler ainsi. Et il devait admettre que l'indienne avait du charme. Un caractère de merde, mais du charme. Le genre de femmes qui finalement avait des atouts malgré tout ce qu'il avait pu en dire il y avait quelques temps de cela. Il se demandait d'ailleurs pourquoi elle n'avait toujours pas d'époux, ou du moins, une fréquentation. Quoique, elle en avait sans doute une, mais lui n'était pas au courant. Après tout, pourquoi le serait-il? Il ne s'était jamais intéressé à cette brune chiante au possible et têtue comme une mule. Alors... Oui, sans doute avait-elle quelqu'un. Cela dit, pour passer autant de temps avec lui ce soir, c'est que le quelqu'un devait être soit peu digne d’intérêt pour l'avocate, soit la relation se faisait à peine. Un homme passa dans le hall où ils étaient et regarda Padma d'un regard appuyé en passant derrière elle. Lorsqu'il arriva à hauteur d'Alexandre, celui-ci le regarda d'un air mauvais et se racla la gorge. Le petit homme s'empressa de passer, les mains dans les poches de sa longue veste noire et la tête enfoncée dans les épaules pour paraître encore plus petit. Alors que Alexandre reportait à nouveau son attention sur la brune, il entendit très distinctement le bruit de la clé qui tourne dans la serrure. Il se redressa, cessant de s'appuyer sur les consignes et écouta, le cœur battant, qu'il ne s'était pas trompé. Lorsqu'il la vit ouvrir la consigne, son cour rata un battement. Elle avait trouvé. Elle avait gagné.

Des deux résultats, qu'elle ait gagné ne l'embêtait pas, ou plutôt, cela ne l'embêtait plus. Mais qu'elle ait put trouver les documents, ou plutôt la consigne qui les contenait, cela l'arrangeait grandement et éveillait son intérêt soudain. Elle lâcha un bon "Nom de Dieu!", comme si elle ne croyait pas en sa trouvaille alors qu'elle avait pris avec délicatesse les documents. Et soudain elle éclata de rire. Il ne bougea pas d'un pouce et la regarda rire, souriant à cette vision qu'il n'aurait jamais cru possible. Padma riait! Imaginez enfin! Il ne l'avait jamais vu rire en sa présence si ce n'était son petit ricanement moqueur qui n'avait rien d'un rire. Bon sang, il n'aurait pas cru que cela lui fasse autant plaisir. Elle s'allongea alors sur le sol, clamant qu'elle verrait après pour la récompense. Il décida alors de se rapprocher de la brune qui, encore un peu essoufflée, tant par le stress et la recherche de la bonne consigne que par l'effort physique qu'elle avait produit, avait cessé de vouloir rester debout et reprenait de grandes gorgées d'air. Il ne tarda guère à arriver au dessus d'elle. Il sortit son téléphone, le déverrouilla et finalement le lui tendit.
- Tiens, tu peux effacer la vidéo. Fit-il, admettant sans mal sa défaite. Cela le chagrinait un peu de perdre la vidéo qui était en soit plutôt marrante, et qu'il ne se serait pas permise de mettre sur les réseaux sociaux de toute manière. C'était un souvenir qu'ils garderaient seulement pour eux deux. Puis, finalement, il tendit la main vers les documents. T'as gagner Padma, je n'ai rien à redire à cela. Je peux regarder? Et finalement, il put enfin prendre les documents qu'il commença à regarder. Des papiers en tout genre, un carnet de notes que son ami avait pris soi d'emballer dans un sachet plastifié. Alexandre déchiffrait déjà quelques lignes d'anglais. Il tourna, vira, alors que la lecture des lignes lui donnait envie d'en apprendre toujours plus. Visiblement, c'était un officier américain, envoyé là pour en apprendre plus sur un éventuel terrain de débarquement non loin de Naples. Il n'en revenait pas. L'émotion était telle qu'il ne put s'empêcher de s'asseoir par terre, le dos contre les consignes. Il continua de feuilleter les notes. Divers noms étaient mentionnés, il y avait un petit brouillon de carte, sans doute la côte italienne, et quelques feuillets rendus illisibles par ce qui semblait être du café. Qu'à cela ne tienne, il en ferait son affaire pour les décrypter. Il n'avait pas vraiment perdu au final. C'était le souffle qui lui manquait pour redonner à sa carrière un nouvel élan, ici, à Naples.

Il se redressa finalement et retourna près de la brune qui se redressait elle aussi. Elle lui lança un regard, et il crut bien que ce n'était pas un des regards les plus amical, mais peut-être se faisait-il des idées. Toujours était-il qu'elle lui avait rendu un fier service. Il s'accroupit près d'elle et déclara finalement en rangeant les documents dans l'une de ses grandes poches à l'intérieur de sa veste.
- Merci Padma. Tu viens de me rendre un fier service. Et connaissant la brune, il ajouta rapidement. Je mentionnerais ton nom comme l'une de mes principales collaboratrice dans mon prochain livre. Fit-il joueur. Il lui tendit sa main. Ce n'était plus une main d'un homme qui allait lui faire une crasse dés qu'elle s'en saisirait, c'était une main amicale. Ce petit jeu leur avait permis, en quelques sortes, d'enterrer la hache de guerre. Elle avait gagné, et il ne s'en plaindrait pas, ni même ne tenterait de trouver une excuse. Il tenait à oublier leurs mauvais moments, et recommencer sur de bonnes bases. Elle accepta finalement sa main tendue, et il l'aida à se relever. Elle fût finalement mise à nouveau sur ses talons. Il la regarda, s'assurant qu'elle tiendrait après toute l'excitation du moment, puis, il nota qu'elle avait encore un peu de boue sur le visage. Il approcha alors sa main du visage de Padma. Il eut un moment d'hésitation. Un mince moment. Trois secondes peut-être moins. Mais finalement, il vint essuyer du bout de son doigt la boue sèche sur sa joue. Elle le laissa faire. Sans doute pour mieux lui en coller une derrière. Il retira les quelques autres tâches de son visage et finit par déclarer.
- Je sais pas quel chemin tu as pris... Mais c'était pas une route, si? Fit-il amusé. Il retira sa main alors, surpris lui-même par son geste. D'habitude ils se tiraient des baffes dans la gueule, et voilà que maintenant... Il n'osa pas terminer sa pensée. Il ne savait pas trop. Ou plutôt si il savait. Il avait peur. Tout simplement. Peur de la suite. Peur de mal faire. Peur de repartir à nouveau. Céline absente, il lui semblait que désormais, il était condamné à errer dans ce monde, vivant d'un côté puis de l'autre, sans jamais pouvoir redevenir à nouveau ce qu'il avait été, ou alors, de devenir une nouvelle personne. Se reconstruire. Repartir. Se relancer. C'était toutes ses choses qui pouvait faire peur. La voix de la gare s'éleva alors pour annoncer l'entrée d'un train en gare. Il en sursauta avant de finalement accorder son attention à Padma en plongeant son regard dans le sien.
- Merci de... D'être passée. Fit-il alors. Il était reconnaissant de ce qu'elle avait fait. Elle avait été la seule. Tout simplement. Si l'on exceptait le cas de quelques rares amis.        
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Padma AlestraLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4046-would-you-lie-with-me-and-just http://www.ciao-vecchio.com/t4050-lift-every-voice-and-sing-padma#128994
ID : wanderlust.
Faceclaim : .Deepika Padukone ; Ealitya + Signature : bat'phanie + gifs : Ealitya
Multi-comptes : Tina Cambiaso + Dria Renzi
Messages : 1407 - Points : 878

Âge : 32 étoiles
Métier : Avocate le jour, et illustratrice de livres pour enfants sous un pseudonyme la nuit
Sujet: Re: Beauty and the Beast. Who is the Beast? [Padma] ( le Mar 9 Oct 2018 - 1:23 )





Alexandre & Padma



She's got a smile it seems to me, reminds me of childhood memories where everything was as fresh as the bright blue sky. Now and then when I see her face, she takes me away to that special place and if I'd stare too long
I'd probably break down and cry.

Déjà bien épuisée par sa course, Padma prit le temps de réfléchir sûrement pour la première fois de la soirée. Elle avait procédé par logique ; commencer par le début était inutile et reprendre là où s’était arrêté Alexandre ne ferait que les retarder tous les deux. Et même si une part de la jeune femme aurait pris un malin plaisir à trainer dans les pattes du jeune blond pour le ralentir et l’embêter au passage, elle était arrivée à un stade où elle avait juste envie d’en finir avec ce pari stupide. Elle voulait gagner oui, bien sûr. Mais si elle avait pu, elle aurait fait une avance rapide jusqu’au moment où elle serait bien au chaud dans son lit. Toute propre. Et surtout, sans la présence désagréable du chercheur. Même si étrangement, elle ne savait pas si c’était dû à la fatigue ou le fait que toutes ses dernières forces soient concentrés pour ne pas prêter attention à lui, mais elle ne pouvait pas affirmer qu’il était insignifiant. Ou du moins, beaucoup moins que d’habitude.

Prenant son temps pour ne pas faire de bêtise qui lui coûterait une élimination bête comme par exemple coincer la clef dans une des consignes, Padma faisait des gestes délicats avec autant de précision et de rapidité que possible. Par moments, elle se permettait de jeter un rapide coup d’œil dans la direction pour voir où lui en était de son côté. Malgré les soupirs de soulagement qu’elle poussait à chaque fois de voir qu’elle avait encore une chance de gagner, elle n’était pas en reste lorsqu’il s’agissait de pousser des jurons tout bas, lorsque la clef ne tournait pas. Après plusieurs minutes à bouger dans tous les sens tandis qu’elle accélérait le rythme, elle fut surprise de découvrir un Alexandre à l’arrêt qui ne faisait… rien ? Les sourcils froncés tandis qu’elle faisait tourner sa clef bloquée, encore et encore, elle se demandait à quoi est-ce qu’il pouvait bien jouer. Est-ce qu’il avait trouvé les documents mais la laissait finir avec ses consignes pour avoir le plaisir de lui annoncer qu’elle avait perdu son temps ? Peut-être bien. Mais pas totalement plausible. Une soirée en sa compagnie avait suffit pour que l’Indienne arrive à cerner le chercheur un minimum. Il ne se serait en aucun cas privé de venir brandir les documents en plein dans son visage s’il les avait trouvés. Elle savait qu’il n’éprouvait aucune pitié envers elle, et il en éprouvait encore moins, car c’était elle qui l’avait limite forcé à sortir de chez lui pour relever ce défi qui, elle le réalisait à présent, demandait beaucoup trop d’efforts pour ce que c’était. Elle coupa court au fil de ses pensées en passant à la consigne suivante, préférant ne pas perdre sa concentration déjà bien faible en se laissant distraire par une technique du jeune homme ou pas. Le seul moment où elle s’arrêta fut lorsqu’elle entendit des pas se rapprocher d’eux, sans pour autant quitter sa consigne des yeux. Elle se stoppa uniquement pour lancer un regard vers Alexandre, qui n’avait pas bougé, pour voir si c’était ses bruits de pas à lui. Bien qu’elle en doutait. Le pas qu’elle entendait était beaucoup plus lourd et traînant que celui du chercheur, mais passons. Elle dégagea une mèche de sur son visage qui lui barrait presque la vue, et se remis à martyriser sa pauvre clef.

Et comme si ses efforts finissaient enfin par payer, elle gagna. Elle avait trouvé la bonne consigne et avait trouvé les documents, elle avait battu Alexandre. En soi, c’était juste un pari stupide qu’elle venait de remporter, mais son sentiment de satisfaction et de fierté dépassait tout ce qu’elle avait pu vivre auparavant. Elle n’avait pas ressentit autant de fierté le jour où elle a enfin pu prendre son indépendance en quittant la maison de sa mère, qui n’avait plus rien de la sienne. Même lorsqu’elle avait décroché son diplôme pour exercer au barreau, elle n’avait pas ressentit une telle joie. Mais ces morceaux de papiers dans sa main, on aurait dit le Graal. Elle pouvait souffler à présent. Et l’information qui était bien remontée jusque son cerveau, provoqua un rire qu’elle n’arrivait pas à contrôler tandis qu’elle sentait redescendre la pression, au même titre que son corps qui s’allongea au sol. Les genoux relevés et les bras étendus, elle ferma les yeux quelques secondes en essayant de reprendre son souffle. Elle ne s’arrêta de respirer comme si elle découvrait l’air pour la première fois, que lorsqu’elle vit la main tendue d’Alexandre qui lui donnait son téléphone pour qu’elle se charge d’effacer la vidéo. Pendant un court instant, elle avait envie de lui demander s’il ne voyait pas qu’elle était dans un état second proche de la mort, et que même tendre le bras lui était impossible, mais elle prit sur elle et sans dire un mot, tendit le bras pour récupérer le téléphone et fit le nécessaire. Dans un dernier effort, elle lui rendit le téléphone avant de laisser retomber son bras mollement. « Tant mieux. » Souffla l’Indienne toujours essoufflée, qui lança un regard implorant au blond lorsqu’il demanda les documents. Ou bien il n’avait vraiment aucune pitié pour elle. Ou bien il était aveugle, ce qui n’était pas une option à négliger étant donné son âge avancé. Elle s’étonnait d’ailleurs qu’il ne porte pas encore de lunettes et qu’il puisse voir aussi bien une fois la nuit tombée. « Tiens. » Fit l’avocate qui ne tendit pas le bras pour autant malgré toute la bonne volonté qu’elle y mettait. « Surtout dis pas merci. » Lâcha-t-elle épuisée, une fois qu’elle sentit sa main vide. Son cœur qu’elle entendait tambouriner dans ses tympans alors qu’elle sentait à présent la fatigue de l’effort physique, elle ne saurait dire comment les documents ont fait pour quitter sa main pour atterrir dans celle d’Alexandre. Elle suppose qu’il s'est penché pour les récupérer lui-même parce qu’elle n’avait aucun souvenir d’avoir effectivement tendu le bras pour lui donner quelque chose. Mais tant mieux s’ils étaient à présent en lieux sûrs entre ses doigts.

Les minutes qui suivirent furent silencieuses et reposantes pour la jeune femme. Mis à part les bruits que leur offrait le paysage Napolitain la nuit, la gare vide occupée par les deux, vivait au rythme du bruit des pages que feuilletait le jeune homme. Un bruit un peu trop éloigné au goût de Padma qui décida de finalement s’asseoir. Elle le vit au loin, les papiers dans les mains assis par terre, plongé dans sa lecture. Elle ne saurait dire pourquoi, mais elle avait l’impression de découvrir une autre facette d’Alexandre qu’elle ne connaissait. Enfin si, elle savait pourquoi. Elle avait passé tellement de temps à amplifier les moindres défauts qu’elle pouvait repérer chez lui, pour s’en servir comme prétexte ne pas l’aimer, que l’idée qu’il puisse avoir des qualités lui avait été improbable pendant longtemps. Pourtant ce soir, il avait fait preuve de patience envers elle, et dieu sait à quel point on en a besoin lorsque Padma est dans les parages. Mais en plus de ça, il a aussi montré un côté sensible dont elle ignorait totalement l’existence. Certes elle l’avait vu le jour de l’enterrement de Céline et bien qu’il ait essayé de garder la face, elle avait pu lire de la tristesse sur son visage, mais pour l’avocate, ses traits étaient marqués par la même tristesse que tous ceux qui avaient eu la chance de croiser le chemin de Céline. Mais ce soir,  les larmes qu’elle avait vu couler le long de ses joues et la rage qu’elle avait aperçu dans ses yeux, avait bien prouvé à Padma qu’elle avait porté un jugement trop hâtif à son sujet. Et pour quelqu’un qui détestait avoir tort, elle dû quand même reconnaître que c’était une des rares fois où elle était ravie de voir qu’elle s’était trompée. Un sourire étira doucement les lèvres de la jeune femme qui n’avait pas détourné les yeux du blond, toujours concentré dans sa lecture, elle en venait même à se dire que pour une soirée passée aux côtés d’Alexandre, ce n’était pas si mal. Elle avait mal débuté pour bien se terminer. Du moins dans un sens, ses jambes, ses cheveux et son cœur qui avait fini par se calmer, ne pensaient pas forcément comme elle. Une pensée traversa l’esprit de l’Indienne, qui se demanda combien de temps encore est-ce qu’ils allaient souffrir du départ de Céline. Combien de temps est-ce que cela allait prendre pour qu’ils puissent reprendre le cours de leur vie sans que leurs actes ne soient indirectement influencés par la perte d’une personne. Et combien de temps est-ce que le cœur du jeune homme prendrait pour cicatriser. Padma le savait, le sien se porterait bien au bout de quelques temps parce que même si elle était prête à en découdre avec quiconque dirait le contraire, elle savait que le lien qu’elle partageait n’était pas aussi fort que celui que partageait Alexandre et Céline. Elle qui n’avait jamais perdu quelqu’un d’aussi important dans sa vie, se demandait combien de temps est-ce que le corps humain mettait pour passer outre la douleur et permettre à nouveau son cœur de battre pour une personne. L’avis de Padma au sujet du jeune homme était à présent teinté d’une sympathie qu’elle n’aurait jamais crue possible, et le regard qu’elle posait sur lui aujourd’hui désirait plus que tout qu’il puisse trouver le bonheur et la paix dont il méritait. Elle voulait qu’il puisse être heureux et quelque part, qu’il laisse au passé ce qui appartient au passé et en d’autres termes… qu’il  ne laisse pas l’amour qu’il portait et porte encore pour Céline, influer sur son avenir et les chances de connaître à nouveau une histoire aussi belle, peut-être même plus belle que ce qu’il a vécu avec son amie à présent partie. Après tout, il avait tout à offrir à une femme et elle était sûre que si la jeune femme avait pu voir en lui, quelqu’un avec qui elle était prête à passer le reste de sa vie, c’était qu’il en valait sûrement la peine.

Alors qu’elle s’était à moitié affalée pendant sa rêverie, elle se redressa en voyant le chercheur revenir vers elle tandis que son sourire se fana. Ah donc il se souvenait enfin de son existence ? Il avait fini par se dire que de laisser seule une femme, seule, au milieu d’une gare était une bien piètre idée ? Bien. Elle avait d’ailleurs envie de lui dire que comme il avait préféré s’isoler et s’éloigner d’elle, qu’il aurait pu tout aussi bien rester dans son coin de la gare, mais préféra ne rien faire. Au lieu de ça, elle préféra le regarder ranger les documents sans émettre un seul son, trop épuisée par le cours de la soirée. « J’espère bien. J’ai pas fait tout ça pour rien. » Rétorqua Padma d’une voix à la fois rieuse et fatiguée. En voyant sa main tendue dans sa direction, elle la saisit sans hausser un sourcil ou sans même se dire qu’il allait l’enlever pour la laisser tomber au dernier moment. Un climat de paix s’était installé – plus ou moins – entre eux, faisant qu’elle avait plus confiance à présent. Non sans mal, il l’aida à se hisser sur ses talons tandis qu’elle tendait légèrement les bras pour trouver son équilibre. « C’est bon, merci. » Rigola doucement l’Indienne qui arrivait plus ou moins à se tenir droite sur ses deux jambes. Peut-être était la fatigue ou la surprise, mais elle ne bougea même pas lorsqu’elle vit la main du blond s’approcher doucement de son visage. Sagement, elle se laissa faire tandis qu’il passait doucement le bout de son doigt sur sa joue qui s’échauffait doucement au contact contre sa peau. Comme pour cacher sa gêne qui n’avait pourtant pas lieu d’être, elle mêla son rire au sien en poussant un soupir lorsqu’il enleva finalement sa main. « Disons que la prochaine fois je réfléchirai à deux fois avant de prendre un raccourcit. » Répondit tout simplement l’Indienne qui laissa s’échapper à nouveau un petit rire alors qu’elle était très sérieuse, elle retenait sa leçon. L’espace de quelques secondes, comme une bulle dans laquelle ils s’englobaient au milieu  de cette gare pourtant déserte, Padma avait l’impression qu’il n’y avait plus qu’eux deux dans la ville, dans le pays ou même sur cette terre. Leurs  yeux restèrent bloqués plusieurs secondes entre eux sans qu’un mot ne soit échangé ; mais ce n’était pas la peine. Tout ce qui devait être dit, était dit à travers de ce regard qu’ils partageaient. Leur peine commune, le souffle frais et l’insouciance qu’ils avaient  échangés ce soir… même la peur d’un avenir incertain où aucun des deux ne savait ce qu’ils allaient devenir l’un pour l’autre. Simples amis ou parfaits étrangers ? Cette pensée eut le don d’effrayer Padma qui n’avait plus envie de connaître une vie sans Alexandre dans la sienne. Et peut-être était-ce parce qu’elle avait découvert en lui un ami avec qui elle pouvait s’amuser, ou qu’il lui rappelait l’existence rassurante de son amie, mais c’était comme ça.

Prise d’un petit sursaut au même titre que le blond lorsqu’ils entendirent l’entrée en gare d’un train, l’avocate esquissa un petit sourire à l’égard du jeune homme qui avait pris la parole. « Je pensais ce que j’ai dit plus tôt, tu sais. Tu n’es pas seul. Du moins tu ne l’es plus. » Les yeux toujours plongés dans les siens, elle prit une des mains du jeune homme qu’elle serra tendrement dans la sienne. « Et tant que tu accepteras que je fasse partie de ta vie, tu ne le seras plus jamais. » Elle pressa un peu plus la paume de sa main contre celle du jeune homme, un sourire sincère et bienveillant lui étirant le visage. « On quitte cette gare ? Il y a des gens étranges et étonnamment, ce n’est pas toi le plus inquiétant ce soir. » Plaisanta l’Indienne qui reprit sa main et se mis à la recherche de son sac qu’elle repéra au loin. D’un pas pressé, elle alla le récupérer et rejoignit aussi vite le blond en passant devant lui pour se mettre à marcher en direction de la sortie. « Attends. » Fit-elle alors qu’elle venait d’avoir une illumination. « Est-ce que cette victoire fait de moi une personne plus intelligente que toi ? Parce que j’ai gagné, non ? Et si je perdais je devais signer un papier qui te déclare toi étant plus intelligent que moi jusqu’à ce que le titre soit remis en jeu. Mais comme ici, j’ai gagné. » Et elle comptait bien le souligner tant qu’elle le pourrait. « Est-ce qu’on doit aller chez un notaire pour établir un document ? Tu crois que si je réveil mon ami notaire il m’en voudra ? Parce que pour moi c’est une décision importante mais je suppose que ça ne l’est pas pour lui. » Le moment était terminé, elle redevenait la personne insignifiante qu’elle avait toujours été. « Tu sais quoi ? Dés demain je vais faire une plaque et on organisera une cérémonie où tu me la remettras, ainsi que ma couronne de galette des rois ! » Déclara la jeune femme qui avait soudainement retrouvé toute son énergie. « En parlant de couronne tu devrais me la rendre, elle est chez toi mais comme j’ai gagné… » Jouissif. « Elle me revient de droit. » Et elle comptait bien la récupérer. « Tu me dois un diner d’ailleurs, t’as voulu qu’on fasse cette course avant même d’avoir mangé. Franchement tu devrais avoir honte, me faire faire autant d’efforts sans rien dans l’estomac. C’est comme ça que tu traites tes amies ? Tes amies qui gagnent en plus ? » S’enquit la brune, faussement insurgée.

belle âme


You're a sky full of stars
Got a tattoo and the pain's alright. Just wanted a way to keep you inside. All I know, all I know is that I'm lost in your fire below. (...) I see the road begin to climb. I see your stars begin to shine. I see your colors and I'm dying of thirst.  ▬ Feels like there's something broke inside.
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre LecomteLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Eagle Horn
Faceclaim : Chris Hemsworth
Multi-comptes : Francesco Spinoza & James Weaver
Messages : 94 - Points : 371
Âge : 35 ans
Métier : Chercheur en Histoire et maître de Conférence à l'Université de Naples
Sujet: Re: Beauty and the Beast. Who is the Beast? [Padma] ( le Sam 13 Oct 2018 - 16:31 )
Beauty and the Beast. Who is the Beast?
Il avait les documents, elle avait gagné. Finalement, la soirée ne se terminait pas trop mal. Les yeux rivés sur les documents, il s'était plus enquis de voir ce que c'était plutôt que l'état de la brune qui était restée allongé, tendant à peine le bras pour s'emparer du téléphone duquel elle supprima la vidéo. Elle lui rendit son téléphone, mais déjà son esprit était à déchiffrer dans la faible lueur du hall, les inscriptions sur le papier. Il était passionné, absorbé. Mais finalement, il reporta son attention sur la brune. Toujours allongée. Et dans un sourire, il alla vers elle. Ils n'avaient plus de raison de se prendre la tête, et Padma restait à vrai dire une personne agréable malgré tout. Lorsqu'il la remercia pour le service, arguant quand même qu'il mentionnerait son nom, elle répondit qu'elle espérait bien, et qu'elle n'avait pas fait tout cela pour rien. Toujours à tout remettre sur l'appât du gain, elle avait en fait bien plus de coeur que ce qu'elle ne voulait bien l'admettre, voilà tout. Il fallait admettre qu'elle avait un cœur qui n'était pas seulement de pierre, et oui! Il ne répondit rien et l'aida à se relever. Elle le remercia, faisant signe que ça allait, et qu'elle tenait sur ses jambes. Au départ, il n'en eut pas l'impression, mais finalement elle parvint à se stabiliser. Et ils restèrent là, à se regarder, comme deux enfants qui se découvrent soudainement des qualités.

Finalement, la main d'Alexandre alla essuyer quelques traces de boues sur la joue de la brune. Elle se laissa faire avant de finalement répondre à sa question quand à la raison de son état. Un raccourci. Elle avait tenté de prendre un raccourci et bien mal lui en avait pris. Il ne put s'empêcher de rire avec elle. Décidément, le trajet n'avait effectivement pas été de tout repos avec elle. Et elle avait quand même gagné. Elle pouvait tout de même s'estimer chanceuse. Ou douée. Non la première solution était la meilleure. Ils restèrent là, accroché au regard l'un de l'autre, sans autres mots que ceux que se lançaient leurs yeux. Il se rendait soudainement compte qu'il avait fini par apprécier la jeune femme au caractère de merde mais qui cachait, bien au fond d'elle, des qualités surprenantes. Padma n'était pas si mauvaise qu'il l'avait imaginé. Elle n'était pas cette femme méchante et profiteuse dont il s'était toujours forgé l'image. Elle était plus que cela. Meilleure en réalité. Mais il se rendait compte qu'elle cachait une grande partie de sa bonté derrière une carapace de mauvaise volonté, de répondant et de piques bien vives, comme si elle cherchait à se protéger. Mais il n'osa pas lui en faire la remarque. La seule question étant désormais celle de leur relation future. Resteraient-ils dans une relation conflictuelle qui avait été la leur pendant des années? Ou se décideraient-ils à emprunter un chemin plus pacifique? plus amicale? Alexandre l'espérait. Après un bref sursaut dû ) la voix de la gare, il la remercia. Elle prit alors sa main qu'elle serra et reprit en annonçant qu'elle pensait ce qu'elle avait dit et que désormais elle serait là. Qu'il n'était plus seul. Comme on rassure un gosse qui a fait un cauchemar, elle rassurait Alexandre. Il sourit et lui répondit:
- Merci Padma... Je ne l'oublierai pas.

Finalement, elle demanda à quitter la gare, arguant qu'il y avait des gens étrange. Il ne put s'empêcher de rire à la plaisanterie de la jeune femme qui affirmait que bizarrement ce n'était pas lui le plus étrange ce soir. Il sourit, se calmant avant de répondre/
- Étonnant tiens... Je l'aurais pourtant juré. Quoique tu as raison. Il s'arrêta un instant. je ne suis pas le plus étrange, puisque tu es là pour me dépasser. Il la chambrait, la taquinait. Et il s'amusait désormais de cette relation nouvelle qui lui faisait du bien, il devait l'admettre. Elle fila chercher son sac avant de le rejoindre et ils se dirigèrent vers la sortie. Soudain, elle sembla avoir une illumination et s'arrêta. Il la regarda, curieux. Qu'est-ce qu'elle avait encore. Et la Padma habituelle revenait à la charge. Comme on dit :" Chassez le naturel, et il revient au galop". Mais ça n'avait pas manqué dans cette situation. Il sourit alors qu'elle réalisait pleinement tout l'enjeu et toute l'implication de sa victoire, avec un don parfait pour faire passer cela comme un événement extraordinaire digne de Austerlitz. L'idée de réveiller le notaire en pleine nuit, c'est approximativement tout, sauf une bonne idée.
- je pense qu'il n'appréciera pas non. Et pour lui, j'en ai peur, ce sera de très très faible importance. Fit-il alors qu'il esquissait un sourire. Elle reprenait. Comme si elle réalisait soudain toute sa victoire, toute la teneur que cela avait, elle parlait. La couronne, une plaque commémorative, une cérémonie. Elle avait une imagination débordante. Plus que débordante en réalité. Mais où trouvait-elle tout cela? Où trouvait-elle toutes ces idées, et ces mots? Elle parlait, ne s'arrêtait pas, et après qu'une idée lui soit venu, 99 autres suivaient. Elle était pleine de ressources, ça oui. Bon sang. Prenant un air faussement indigné, elle déclara qu'il lui devait un dîner, lui reprochant ce qu'il faisait faire à ses amis le ventre vide. Bon sang, mais un peu plus et il passait pour le père fouettard là. Il sourit alors qu'ils avaient repris la direction de la sortie.
- Pour la plaque on va attendre, je ne juge pas cela nécessaire. Pour la couronne, Ma foi, c'est la tienne. Il ne pouvait s'opposer à cela. Pour le dîner en revanche c'est à voir. C'est toi qui a tenu à ce que l'on règle le problème dans une deuxième manche, non? Donc là... Je ne suis pas sûr d'être entièrement responsable. Ils sortirent de la gare alors qu'il reprenait. Donc techniquement, c'est toi qui a voulu partir sans manger. tu aurais pu manger et me rejoindre après. Fit-il amusé avant de soudainement s'arrêter devant le vélo qu'elle avait légèrement "emprunté".
- Bon, ben t'as plus qu'à reprendre ton moyen de locomotion et moi le mien. On se rejoint chez moi, je t'attends pour le dîner... Que je suis bien sympa de t'offrir. Il ferma sa veste en cuir et grimpa en selle sur sa moto, prêt à partir avant d'adresser un grand sourire à Padma. Le prix de la victoire sans doute. Il la regarda, démarra, puis finalement éclata de rire. La situation était hilarante. Tout simplement. Et il fallait voir la tête qu'elle tirait bon sang!!

Il se calma finalement, éteignit sa moto et finit par arrêter de rire.
- Bon réfléchissons un peu... si tu monte derrière moi et que tu t'arranges de tenir le vélo à deux mains, on peut essayer de le transporter comme ça. J'espère juste que son proprio nous aura... Il n'eut pas le temps d'en dire plus qu'une voiture de police arriva soudainement à leur hauteur. Lui qui roulait sans casque et elle... Elle il n'y avait rien à dire. Deux flics sortirent de la voiture alors que Alexandre nota qu'ils ne se dirigeaient pas vraiment vers lui, mais que leur regard était porté sur le vélo.
- Ce vélo vous appartient? demanda alors l'un d'eux. Au bordel mais dans quelle situation les avait-elle mis? Elle était douée. Très douée. trop peut-être. Bien sûr que non le vélo ne lui appartenait pas, et il allait bien falloir qu'elle s'explique. L'un des flics se tourna vers lui.
- Vous êtes avec elle?
Il hésita. Finalement c'était pour elle qu'ils étaient là, et non pour lui. L'abandonner à ses problèmes? C'était tentant mais... Il ne pouvait pas. Il hocha la tête pour leur faire comprendre que oui. Vous saviez qu'elle avait volé ce vélo?
- Je l'ignorais, on devait se rejoindre là avant que je ne rentre. Il déformait un peu la vérité, mais rien de bien grave. Il lança un regard à Padma avant de dire à l'agent de police. Elle a beaucoup de défauts, mais croyez-moi monsieur, si elle l'a pris ce n'était pas pour le voler... D'ailleurs, il n'y a qu'à voir sa tenue. Chaussures à talons. Pantalon. Petit tailleur. Le nécessaire pour faire tout, sauf du vélo. Le flic les regardait, gêné, ne sachant pas finalement dans quelle situation il débarquait. Un rendez-vous entre amis ou un rancard? Une fille et un gars, à peu près le même âge, ils auraient pu y croire. Ils se tournèrent vers Padma en attendant des explications. Si elle leur disait que c'était pour un stupide défi, ils étaient cuits. Et le repas devrait être décalé de quelques heures avant qu'on ne les relâche si jamais on les embarquait. C'était le moment de prouver qu'elle était très bonne avocate, et donc excellente dissimulatrice, parfaite manipulatrice.        
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Padma AlestraLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4046-would-you-lie-with-me-and-just http://www.ciao-vecchio.com/t4050-lift-every-voice-and-sing-padma#128994
ID : wanderlust.
Faceclaim : .Deepika Padukone ; Ealitya + Signature : bat'phanie + gifs : Ealitya
Multi-comptes : Tina Cambiaso + Dria Renzi
Messages : 1407 - Points : 878

Âge : 32 étoiles
Métier : Avocate le jour, et illustratrice de livres pour enfants sous un pseudonyme la nuit
Sujet: Re: Beauty and the Beast. Who is the Beast? [Padma] ( le Dim 14 Oct 2018 - 21:36 )





Alexandre & Padma



She's got a smile it seems to me, reminds me of childhood memories where everything was as fresh as the bright blue sky. Now and then when I see her face, she takes me away to that special place and if I'd stare too long
I'd probably break down and cry.

Pendant de longues secondes, leurs regards restèrent accrochés sans qu’ils ne disent quoi que ce soit, jusqu’à ce que l’un des deux ne se décide à briser le silence. Il n’était pourtant pas désagréable et avait ce côté rassurant que Padma avait tant recherché après la perte de son amie. Elle ne savait pas si c’était parce qu’elle s’était enfin rendue compte que le blond n’avait pas que des mauvais côtés, ou si le fait de partager une douleur commune qu’elle acceptait enfin de voir, rentrait en ligne de compte. Mais ce soir elle avait gagné un ami et espérait le garder dans sa vie pendant très longtemps.

La dynamique changea à nouveau lorsque l’Indienne décida qu’il était temps de partir. Elle alla récupérer ses affaires après s’être mise debout tant bien que mal, et elle était prête à gagner son lit après cette longue soirée qui n’en finissait pas. « Et pourtant tu es encore là. Je confirme que tes fréquentations sont à la hauteur de ton image. » Un sourire fendant ses lèvres, elle rétorqua sur le même ton qu’Alexandre. Quelque chose avait changé entre eux, et ça s’entendait même dans leur façon de se parler. Avant elle se serait contentée de lui faire un croche-pied pendant qu’il marchait rien que pour avoir insinué qu’elle était étrange tout court. A présent, elle prenait ça avec du recul et du second degré, en se disant que si elle était bizarre, alors il devait l’être autant que lui pour arriver à la supporter.

Et comme on ne pouvait pas espérer qu’elle se contienne plus longtemps après cette victoire, Padma commença à débiter tout un flot de paroles concernant son exploit de ce soit. Elle-même avait du mal à se dire qu’elle avait gagné, c’était pour cette raison que n’en déplaise au jeune homme, elle comptait bien le faire savoir à tout le monde. Mais sans le faire directement, et rien de mieux qu’une plaque commémorative qu’elle comptait mettre en vitrine, pour le dire à sa place. « Il n’a pas le sens des priorités alors. » Ce qu’elle pouvait comprendre. Son ami notaire ne connaissait pas l’existence d’Alexandre et tant mieux pour lui. Non. Pause. Maintenant qu’ils arrivaient à se parler sans s’insulter à chaque phrase, elle pouvait commencer le travail sur elle-même pour arrêter de penser du mal du blond. Mais ça ne changeait rien au fait que sa victoire soit quelque chose d’énorme et qu’il faut connaître la relation qu’ils ont entretenus jusque là pour savoir pourquoi Padma tient tant à marquer le coup. « J’aurais pu, en effet. On a bien vu que même avec ta longueur d’avance, ça ne t’a servit à rien. » Une fausse moue compatissante sur le visage, elle tapota doucement le bras du jeune blond comme un pat-pat. Et techniquement, il était responsable du fait qu’elle n’ait pas eut le temps de manger avant de s’embarquer dans cette course, malgré ce qu’il pouvait dire, mais elle n’avait plus l’énergie de s’embarquer dans un énième débat avec le chercheur. Elle lui ferait savoir qu’elle avait toujours raison une autre fois.

Sans s’en rendre compte, ils avaient déjà atteint la sortie de la gare et Padma retrouva son vélo. Elle vu l’expression de son visage, elle semblait ravie. Dire qu’elle allait devoir pédaler à nouveau lui faisait mal aux jambes par avance, et très honnêtement, ça ne valait pas le prix de ce dîner froid qu’il promettait de lui offrir à la fin de sa course. « Le prix de ma victoire c’est des courbatures et une intoxication alimentaire, chouette. » La mine boudeuse, elle donna un coup de pied dans son vélo déjà à terre, peu convaincue que tout cet effort en vaille la peine. Et Alexandre était peut-être moins désagréable mais il n’en restait pas moins agaçant et le rire qu’il lâcha donnait presque envie à Padma de lui faire manger son guidon. Mais encore fallait-il qu’elle ait le courage de se pencher en avant pour soulever le vélo et récupérer ledit guidon. Les bras croisés sur la poitrine et les sourcils froncés, elle le regardait rire l’air de lui demander s’il comptait s’arrêter bientôt pour lui proposer une autre solution que celle de pédaler. « Alexandre ! » Pesta l’Indienne à l’intention du chercheur pour l’obliger à s’arrêter de rire. Mais même lorsqu’elle eut gain de cause et qu’il proposa une solution, elle ne fut pas satisfaite. L’espace d’un instant elle s’imaginait à l’arrière de la moto avec le vélo qu’elle tenait des deux mains et… c’était tout simplement ridicule. Elle avait déjà du mal à se tenir sur ses deux jambes et faisait un effort pour rester debout au moment où ils discutaient, et lui voulait carrément qu’elle joue les acrobates ? Il la surestimait. Elle appréciait, mais il la surestimait quand même.

La phrase du blond fut cependant interrompue par une voiture de police qui s’arrêta à leur hauteur pour venir leur parler. « Qu’est-ce que t’as fait, encore ? » Soupira Padma qui s’attendait à ce qu’ils aillent voir le jeune homme à l’allure de délinquant. Enfin, il n’avait pas cette allure, mais elle voulait se trouver une bonne excuse pour avoir toujours pensé ça. Quelle ne fut pas sa surprise lorsque le policier s’adressa à elle et pas à Alexandre, la faisant bégayer au passage. « Euh, pardon ? » Articula difficilement l’Indienne, surprise. Elle bégaya encore plus lorsqu’on l’accusa d’avoir volé le vélo. Mais sa vraie surprise fut de voir qu’Alexandre ne l’accusa pas, du moins pas totalement. Ses paroles étaient juste une façon détournée de dire qu’il n’avait aucune idée de si elle l’avait volé ou pas. « C’est sa faute il ne m’a pas laissé le choix. » Elle pointa Alexandre du doigt pour le désigner au cas où les policiers n’étaient pas certains de savoir de qui elle parlait. « J’ai emprunté le vélo, avec force je l’admets, mais après qu’il ait encaissé mes 0,25€ il a voulu obtenir autre chose de moi et je n’avais pas le temps de lui réciter tous les articles du code pénal. » Elle haussa les épaules comme si sa défense se tenait vraiment. « Mais j’allais lui rapporter son vélo hein. Dis lui toi ! » Elle donna une tape au jeune homme sur le bras, sans se rendre compte qu’elle devait passer pour une folle et que ces aveux allaient lui faire passer une nuit au poste. Bon le bon côté, c’était que eux avaient une voiture au moins.  

belle âme


You're a sky full of stars
Got a tattoo and the pain's alright. Just wanted a way to keep you inside. All I know, all I know is that I'm lost in your fire below. (...) I see the road begin to climb. I see your stars begin to shine. I see your colors and I'm dying of thirst.  ▬ Feels like there's something broke inside.
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre LecomteLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Eagle Horn
Faceclaim : Chris Hemsworth
Multi-comptes : Francesco Spinoza & James Weaver
Messages : 94 - Points : 371
Âge : 35 ans
Métier : Chercheur en Histoire et maître de Conférence à l'Université de Naples
Sujet: Re: Beauty and the Beast. Who is the Beast? [Padma] ( le Lun 22 Oct 2018 - 11:44 )
Beauty and the Beast. Who is the Beast?
La vie avait, après cet événement des moins banal, repris son cours. Padma était redevenu elle-même, en quelques sortes, et cherchait déjà à faire valoir sa victoire, n'hésitant pas à évoquer le fait d'aller voir un notaire. Beaucoup auraient dit qu'elle plaisantait, bien sûr, seulement, avec Padma, on ne pouvait pas vraiment en être sûr à 100%. Si cela se trouvait, elle comptait bien voir son ami notaire, qui selon elle n'avait d'ailleurs pas le sens des priorités. Alexandre eut un sourire à la déclaration de la brune. Oui, enfin, il fallait ajouter que les priorités de Padma n'était pas celle de tout le monde aussi, il fallait bien l'admettre. Bien sûr elle voulait marquer le coup, mais tout de même, il y avait des limites, non? Pas pour Padma assurément qui était prête à tout pour marquer ce jour d'un coup magnifique. Il aurait pu gagner, mais comme elle le disait si bien, malgré son longueur d'avance, elle avait tout de même remporté la manche. la chance surtout, avait été de son côté, et lui avait commencé par le début des consignes, elle par la fin. En soit, si il avait été à sa place, il aurait peut-être fait de même, mais finalement, ils en étaient là, la voix de la brune toute excitée et toute heureuse résonnant dans la gare, trop fière d'avoir gagné cette lutte. Cependant, elle n'était pas arrivée à la fin de ses peines.

Il restait encore ce maudit vélo à rendre à son propriétaire. Si Alexandre ne put s'empêcher de rire devant la mine déconfite de son adversaire, elle fût plus prompte à le faire arrêter de rire. Elle avait un tel optimisme en soit. Une intoxication alimentaire? Elle abusait. Certes le plat d'Alexandre était trop cuit, mais pas au point d'être immangeable, premièrement, et ensuite, en ce qui concernait les courbatures, elle avait choisi son moyen de locomotion, autant qu'elle l'assume. Mais il est vrai que du plus loin que les souvenirs d'Alexandre remontent en ce qui concernait l'indienne, elle n'était pas la plus grande sportive de tous les temps, fainéante au possible et profiteuse au maximum, elle faisait tout pour éviter l'effort, qu'il soit physique... Ou financier. Cependant, Alexandre ne tenait pas à gâcher leur relation renouvelée, et aussi proposa-t-il des solutions... Toutes aussi folles les unes que les autres, mais bon, c'était déjà ça. Il fallait essayer non? Qui ne tentait rien n'avait rien non? Bon, et bien, en avant, non? Mais... Non, elle n'était pas emballée le moins du monde par l'idée. Elle ne le voulait pas, ne se voyait sans doute pas à jouer les acrobates, et après mûre réflexion, elle aller sans doute rayer la splendide moto d'Alexandre. le mieux était donc d'éviter la catastrophe. Une rayure sur son bolide et il risquait de ne pas s'en remettre.
- Bon ça va, j'essai de trouver des solutions... Fit-il un peu joueur. Mais plus l'heure tournait, et plus une solution semblait s'imposer: Elle allait devoir pédaler la brune. Ils n'eurent pas le temps d'aller plus loin dans leurs raisonnements qu'une voiture de police les interrompit dans leur réfléxion.

Au départ, Padma accusa immédiatement Alexandre d'avoir fait une bêtise. Il avouait lui-même que pour le non port du casque et des protections réglementaires en moto, les flics s'arrêtaient. Mais c'est bien vers elle qu'ils se tournèrent. Surprise!! Enfin... Mauvaise surprise si il en est, elle se décomposa sur place. Elle eut même du mal à répondre. Tiens, un homme qui réussissait à la mettre en difficulté. C'était rare. Bon, il faut dire que celui-ci avait un uniforme et qu'il impressionnait peut-être avec sa voix sévère à la Rambo. Alexandre quand à lui se dégagea de toute responsabilité, histoire d'éviter les problèmes plus que ce qu'ils en avaient déjà. Or, Padma, la reine des avocates, et des conneries en tout genres quand on y réfléchissait bien, eut tôt fait d'avoir une argumentation des plus folles. Mais où trouvait-elle toute cette maudite inspiration. Elle allait les faire tuer. Bon, d'accord pas à ce point là, mais le poste semblait les attendre. Et si il y avait bien une chose que le blondinet ne souhaitait pas voir, c'était le poste de police. Tout cela à cause d'un malheureux vélo. L'explication de la brune eut le don de perturber les deux flics qui se regardèrent un instant, ne sachant si ils avaient à faire à une folle ou à une demeurée. les deux en même temps les gars... Cependant, elle prit bientôt le chercheur à parti. Il n'avait plus le choix. Elle l'avait placé dans son camp, et désormais, elle liait son sort au sien. Il pouvait toujours s'en tirer en l'abandonnant sur place, mais ça serait faire preuve de lâcheté et elle risquait de lui en vouloir à mort. Les deux flics reportèrent donc leur attention sur le jeune homme.
- Hem. C'est qu'il ne savait pas quoi dire. Finalement, il tenta de sauver ce qui pouvait encore l'être. Elle a raison. Je lui avais donné rendez-vous là... Et je lui ai dit de se dépêcher, or, avec les bouchons qu'il y a un ville... Elle a dû légèrement emprunté le vélo pour arriver à temps. C'était d'un bidon monstre, mais c'était toujours ça. le mieux était en fait d'éviter la justification et d'aller droit à la solution. Ecoutez, fit-il alors, passons cet incident, elle ne l'a pas volé, et ce n'était pas dans ses intentions, sinon on ne serait pas resté là à bavarder. Pour le coup, la logique n'était pas mauvaise, et le flic semble y porter un peu d'attention. On s'excuse pour le dérangement et... Ce que je propose c'est que vous rameniez le vélo à son propriétaire... Et on oublie ça? Un petit sourire hésitant mais présent, témoin de la bonne volonté du blond alors que Padma ne disait rien... Pour une fois. Les flics laissèrent passer un moment avant que Alexandre ne reprenne. Et puis, sans vouloir vous offenser messieurs mais... Vous allez nous ramener au poste, remplir tout un tas de papiers, et puis finalement, demain, après avoir vu que l'on est innocent et qu'on avait vraiment aucune intention de voler le vélo, on sera relâché. Vous aurez perdu votre temps... Et nous également. je pense que cette histoire pourrait quand même mieux se terminer, non? Logique, de plus en plus, et surtout doué. Visiblement, les deux flics n'avaient guère envie de perdre leur temps. Et il ne leur fallut pas longtemps pour qu'ils se résignent. cela irait pour cette fois, dirent-ils, et ils prirent le vélo qu'ils chargèrent dans la voiture et ne tardèrent guère à s’éclipser, non sans une remarque pour le port du casque à l'attention d'Alexandre qui fit signe qu'il avait bien entendu.

Une fois la voiture hors de vue, Alexandre se tourna vers la brune, stupéfait d'avoir échappé à une perte de temps monstre et à une petite visite du poste de police de nuit. Elle allait prendre la parole.
- Top! Il la coupa. Tu ne dis rien... Tu montes derrière moi, et je te ramène à ta voiture. Ton vélo à failli nous coûter la soirée. Lui fit-il noter avant de démarrer à nouveau sa moto. Allez, monte. On va pas y passer la nuit. Encore fallait-il qu'elle accepte de monter derrière lui, sans casque, elle ferait de toute manière une remarque, et peut-être qu'ils pourraient rentrer. De toute manière, elle n'avait plus que ce moyen de locomotion si elle ne souhaitait pas se retrouver à marcher jusqu'à sa voiture sur ses talons. Et elle risquait d'apprécier de ne pas faire d'effort pour retrouver le siège de son auto et son habitacle. La soirée s'achevait plus que bien en réalité, ils avaient évité le pire, alors autant dire que le mieux... C'était encore d'aller manger sans se plaindre, en riant du bon temps en en oubliant les moments plus douloureux.           
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Padma AlestraLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4046-would-you-lie-with-me-and-just http://www.ciao-vecchio.com/t4050-lift-every-voice-and-sing-padma#128994
ID : wanderlust.
Faceclaim : .Deepika Padukone ; Ealitya + Signature : bat'phanie + gifs : Ealitya
Multi-comptes : Tina Cambiaso + Dria Renzi
Messages : 1407 - Points : 878

Âge : 32 étoiles
Métier : Avocate le jour, et illustratrice de livres pour enfants sous un pseudonyme la nuit
Sujet: Re: Beauty and the Beast. Who is the Beast? [Padma] ( le Lun 12 Nov 2018 - 23:38 )





Alexandre & Padma



She's got a smile it seems to me, reminds me of childhood memories where everything was as fresh as the bright blue sky. Now and then when I see her face, she takes me away to that special place and if I'd stare too long
I'd probably break down and cry.

Si elle devait passer la nuit au poste, elle était prête à affronter son destin. Enfin, non pas vraiment. Mais avant même de poser les pieds dans cette voiture de police, Padma essayait de se convaincre qu’elle était prête à affronter cette épreuve. De toute façon elle ne savait pas ce qui pourrait lui arriver de pire, elle faisait confiance au système et pour avoir déjà posé les pieds plusieurs fois dans un commissariat voire même dans une sale de garde à vue, elle savait que… qu’elle n’allait pas du tout survivre la nuit et qu’elle risquait de faire un malaise, dés le moment où on demanderait à ce qu’on la fouille pour s’assurer qu’elle ne garde pas d’armes sur elle. Ah, maintenant elle commençait à paniquer. Elle se tourna aussitôt en direction du blond tandis que ses yeux lui criaient de trouver une solution. De toute façon s’ils en étaient là c’était sa faute. Certes il ne lui avait pas dit de voler ce vélo directement, mais s’il ne s’était pas mis à la défier tout court, elle n’en serait absolument pas là. Et de toute façon si elle devait tomber, elle l’embarquait avec lui parce qu’il n’y avait pas de raisons pour que ça ne soit pas le cas.  

Lorsqu’il prit la parole, elle se contenta de se taire et par moment hochait la tête à chaque fois que le regard des policiers se posait sur elle comme pour confirmer la version des faits. « Légèrement, c’est ça. » Elle n’avait rien emprunté légèrement mais bon, allons-y pour cette version. Lui qui critiquait beaucoup le métier qu’exerçait Padma, elle se demandait s’il se rendait compte qu’il parlait aussi bien qu’un avocat. Enfin, elle n’avait jamais douté de ses talents de locution, à chaque fois qu’ils étaient dans la même pièce il se lançait dans de longs monologues sans que Padma ne lui demande quoi que ce soit, rien que pour lui prouver qu’elle avait tort quoi qu’elle disait. Elle pouvait littéralement dire « le monde est rond » qu’il prendrait un malin plaisir à lui dire que d’affirmer de telles choses n’était pas tout à fait vrai. Au fil des années, l’Indienne avait comprit qu’à chaque fois qu’ils s’adressaient la parole, c’était surtout pour le plaisir de se contredire et de se contrarier. Et elle n’en était pas en reste. Même si parfois elle était d’accord avec ce qu’il disait, elle faisait exprès pour trouver un commentaire à faire. Ce qui faisait souvent rouler les yeux de Céline qui ne comprenait pas pourquoi est-ce qu’elle ne disait pas simplement qu’il avait raison pour passer à autre chose. C’était sûrement pour la même raison qui les avait fait atterrir dans cette situation ; le goût du risque et le plaisir de rendre l’autre fou.

Un sourire fendit le visage de Padma en voyant qu’ils étaient finalement hors de tout danger, et elle voulait le faire savoir qu’elle était soulagée. Mais lorsqu’elle entreprit d’ouvrir la bouche pour le lui faire part, elle fut arrêtée avant même de pouvoir émettre un son. Intimée à se taire, elle la ferma. « Mon vélo ? » S’offusqua l’avocate prête à en démordre. Il avait raison, mais elle voulait juste soulignée que puisque le vélo était considéré comme volé, ce n’était techniquement pas le sien. Et voulait même lui demander, puisqu’il était devenu expert en vélos volés visiblement, est-ce que récupérer ledit vélo au lieu de la confier à la police n’aggravait pas son cas ? Mais elle abandonna toute optique de débattre sur ce point, et monta à l’arrière de la moto, trop effrayée à l’idée qu’il ne l’abandonne. Le seul côté positif qu’elle voyait à cette fin de soirée mis à part cette victoire, c’était que si elle devait manger sa nourriture cramée, la boue qu’elle avait reçue dans la bouche pendant sa course folle l’aiderait à neutraliser le goût. Et ça, c’était une petite victoire en plus à célébrer.

Et tandis que le vent lui fouettait doucement le visage, assise à l’arrière de la moto, Padma se plaisait à croire qu’elle avait trouvé ce soir un ami en Alexandre. Un sourire étira les lèvres de l’Indienne qui sentit comme la présence de Céline à leur côté, qui lui souriait en retour à cause cette amitié qui venait de naitre.  



You're a sky full of stars
Got a tattoo and the pain's alright. Just wanted a way to keep you inside. All I know, all I know is that I'm lost in your fire below. (...) I see the road begin to climb. I see your stars begin to shine. I see your colors and I'm dying of thirst.  ▬ Feels like there's something broke inside.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Beauty and the Beast. Who is the Beast? [Padma] ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Beauty and the Beast. Who is the Beast? [Padma] -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3