Revenir en haut
Aller en bas


 

- Il me faut vraiment une bonne excuse pour venir? [Luna] -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Modernissimo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Alexandre LecomteLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Eagle Horn
Faceclaim : Chris Hemsworth
Multi-comptes : Francesco Spinoza & James Weaver
Messages : 80 - Points : 333
Âge : 35 ans
Métier : Chercheur en Histoire et maître de Conférence à l'Université de Naples
Sujet: Re: Il me faut vraiment une bonne excuse pour venir? [Luna] ( le Jeu 22 Nov 2018 - 10:32 )
Il me faut vraiment une bonne excuse pour venir?
Si Alexandre avait sut que la conversation prendrait une telle tournure... Il se serait sans doute dit que c'était impossible, qu'il rêvait. Mais au lieu des reproches qu'il aurait pu faire, au lieu même de la laisser en plan, il s'attardait. Curieux de comprendre la belle brune, de la découvrir, il se rendait compte que, plus elle lui parlait, plus il avait envie d'en apprendre plus sur elle. Plus elle se dévoilait, et plus il voulait la découvrir de ce fin voile qu'était le mystère qui entourait la jeune femme. Il ne se connaissait que depuis peu, et déjà, elle exerçait sur lui une puissance d'attraction rare, qu'il n'avait vu que chez très peu de femmes. Elle avait du répondant, et malgré son air enfantin, elle avait aussi sa part d'adulte, et entre autres, sa part de souffrance. Elle le lui avait laissé entrevoir, mais il ignorait encore de quoi il s'agissait. La chasser? Il aurait pu. Les déclarations de la brune amenait à la même conclusion: Elle avait tout provoqué. Volontairement. Elle avait voulu que son histoire percute celle d'Alexandre. Elle avait voulu qu'il la découvre. Et elle avait réveillé en lui de vieux sentiments, de vieilles émotions, qu'il croyait perdu, disparu à jamais. Une femme avec autant de pouvoir méritait donc un minimum d'attention. C'est pourquoi, un restaurant semblait être la chose la plus adapté pour pouvoir prolonger - et surtout justifier - un moment de discussion prolongé. Et voilà que, le froid aidant, ils se retrouvaient bientôt dans un sympathique petit restaurant traditionnelle, où l'on ne se prendrait pas la tête sur la gastronomie dont le menu mettait tout le monde d'accord.

Pour lui un verre de Whisky, habituel, traditionnel, mais non moins délicieux. Pour elle, plus légère, plus enfantine, un diabolo fraise, le vin, l'alcool étant réservé pour les grandes occasions. Il ne lui en tient pas rigueur et alors qu'il commence finalement à marcher sur le chemin d'un raisonnement logique, il commence, petit à petit, à assaillir la brune de questions. Il attaque diraient certains. Mais ce n'est nullement pour causer la douleur, ou pour rendre coupable. C'est pour comprendre. Car désormais il en est sûr: Elle ne l'a pas bousculé seulement parce qu'elle le sentait perdu. Non. Il est persuadé au font de lui, qu'il y autre chose, et il ignore en fait si en plus de cette certitude, son cœur n'est pas en train d'espérer qu'il y ait eu autre chose. Mais pourquoi? Peut-être parce que jamais un étranger, une étrangère, n'avait saisi son problème, que personne ne s'était attardé à vouloir lui tendre la main. N'est-ce pas ce qu'elle a fait finalement? Elle l'a aidé à relever la tête, à voir de nouveau, et rien que pour cela, il lui est reconnaissant. mais pour l'heure, il tente de comprendre, il tente de percer à jour le "mystère Luna". D'ailleurs rien que son nom et son prénom sont des mystères. Lune Printemps. Voilà une traduction pour le moins littéral. Et elle admets que le fait qu'il soit perdu n'était pas la seule raison. Il sourit légèrement. Il s'en doutait. Et il sait qu'il vient de toucher de la pointe du doigt, un élément intéressant. Il finit alors par être honnête avec elle. Elle qui a profité de sa solitude pour ne pas rater sa chance, elle qui a profité de l'absence, qui désormais sera continue et éternelle, de Céline, pour le bousculer. Et au fond, elle lui a fait du bien. Elle l'a réveillé, littéralement.

Alors elle finit par s'expliquer. Elle commence cependant par dire qu'elle est désolée, pose sa main sur la sienne et son visage s'orne d'un faible sourire. Elle le réconforte, même si la douleur, quoiqu'il parvienne à la maîtriser pour une fois, est toujours là. Et c'est à son tour, dans un élan d'honnêteté, de se lancer. Elle hésite, elle lève sa main, elle est gênée. Elle a peur. De quoi? Qu'il la repousse. Qu'il s'en aille à nouveau face à ses dires des plus audacieux. Mais au fond, si ce qu'elle dit peut paraître surprenant, il sait qu'elle ne ment pas. D'habitude elle évite les gens, elle évite le contact, mais avec Alexandre non. Il l'a troublé dés qu'elle l'a vu, et elle n'a jamais pu le chasser de sa mémoire visiblement. A tel point que finalement, elle n'a pas manqué un seul instant l'occasion qui se présentait à elle. Mais au fond, Luna n'a pas réfléchi, elle a foncé, tête baissée. Sans même se poser la question des conséquences, sans même se demander ce qui arriverait ensuite, ou comment il réagirait, elle l'a bousculé. Et la voilà désormais assise, comme face à son "bourreau", attendant un verdict pesant. Elle espère qu'il ne lui en voudra pas. Il sourit finalement et vient alors lentement se saisir de la main de la jeune femme. Il la presse légèrement, en regarde les doigts, apprécie le contact de ses doigts sur cette peau douce et relève son regard vers elle. Vers ce regard vert. Si puissant. Si intense.
- Ne soyez pas gêné Luna. Il ne lâche pas sa main, ni son regard. C'est moi qui vous dois des remerciements. Cela peut paraître surprenant, mais c'est bel et bien le cas. Vous m'avez... Réveillé en quelques sortes... Merci. Il relâcha sa main, espérant l'avoir rassuré. Il ne veut pas qu'elle se sente mal en sa présence, il ne veut pas qu'elle soit différente.

L'un des serveurs ne tarde pas à s'amener, les coupant un instant dans leur conversation pour savoir ce qu'ils désirent boire. Il redresse la tête, fier, et finit par prendre les devants.
- Pour Madame, un diabolo fraise, et un whisky pour moi-même. Nous n'avons pas encore choisi nos plats. Un petit instant encore? Demande-t-il alors que le serveur fait signe de sa main qu'il n'y a pas de soucis avant de s’éclipser pour prendre leurs commandes. Alexandre sourit et finit par reporter son attention sur la brune.
- Le mieux serait que nous choisissions nos plats, comme ça nous serons fixés lorsqu'il reviendra. Fait-il dans un sourire, mais aussi - surprise - dans un clin d’œil, avant de prendre la carte qu'il mets devant lui. Mais il la mets juste assez pour que son regard soit encore à découvert, et, un sourire se cachant derrière la carte, il regarde la brune dont il pénètre le regard vert. Dîtes-moi plutôt... Pourquoi "Luna"? Et "Primavera"? Lune printemps. C'est voulu? Vous êtes né un jour de pleine lune au printemps? Demande-t-il dans un sourire. Mais le regard qu'elle lève vers lui semble cette fois-ci plus empreint de souffrance. Et alors qu'il a choisi son plat, il baisse soudainement sa carte qu'il pose, désolé de l'avoir attristé.
- Veuillez... Pardonnez moi. Je ne voulais pas poser une question... Indiscrète. Et les rôles sont désormais échangés. Il comprend alors ce qu'elle a pu ressentir la dernière fois au bar. Et il espère qu'elle n'aura pas la même attitude que lui.    
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Luna PrimaveraToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4153-les-trous-noirs-c-est-comme-un http://www.ciao-vecchio.com/t4158-la-blessure-cicatrisee-on-oublie-la-douleur-luna#131616
ID : sweety / nath
Faceclaim : Irina Shayk © .Cranberry
Multi-comptes : Augusto Rinaldi & Safiya Rahotep & Declan O'Reilly
Messages : 493 - Points : 742

Âge : 34 ans depuis le 1er mai mais rien n'est vraiment sur.
Métier : Assistante administrative au cinéma le Modernissimo
Sujet: Re: Il me faut vraiment une bonne excuse pour venir? [Luna] ( le Lun 26 Nov 2018 - 18:46 )

Alexandre & Luna.

Des fleurs, une palette de couleur qui donne à l'instant un peu plus de magie, de vérité. Un semblant de liberté. Des fleurs, une palette d'odeur qui donne à l'instant des fragrances enivrantes, sucrées et suaves. Un instant d'éternité.




Mettre des mots sur son action volontaire. Cela reste un exercice compliqué pour Luna. Dangereux même. Elle sait que le moindre écart peut tout mettre en péril. Elle l’a déjà expérimenté. Parfois quand elle s’emporte dans ses paroles et que la suite n’est pas aussi logique que le début de son histoire. D’habitude, elle s’en moque un peu. Elle s’en fiche même. Vu qu’elle ne s’attache pas. Et qu’elle ne cherche pas à s’attacher.
Mais là face à Alexandre tout semble avoir un gout différent.
Elle n’a pas envie de lui mentir. Elle n’a pas envie d’être une autre. Mais être l’orpheline est toujours aussi lourd à porter. A avouer. Alors elle ignore Luna dans quoi elle s’engage. Elle a accepté l’invitation. Elle est assise en face de lui. Ils vont commander l’apéritif.
Pas question de reculer.
Et plus la conversation avance et plus le lien se tisse. Infime pour les yeux de la belle. Mais quelque chose dans son cœur le sent. Comment interpréter cette nouvelle saveur ? Comme si la confiance pour une fois venait la caresser. Peut être parce qu’Alexandre a été franc d’entré. Il ne c’est pas dérobé. Et puis il a attiré plusieurs fois son attention. C’est bien le premier homme sur lequel Luna pose un regard teinté d’envie de découverte.
Mais ne va-t-elle pas le regretter ?  
Enfin elle verra bien au cours de la soirée. Luna ne compte pas partir avant la fin de ce repas. Qu’importe si à un moment elle souffre.

Mais Luna n’est pas la première à avoir mal suite à cet échange. C’est Alexandre qui est touché en premier avec l’aveu qu’il fait. Elle se sent d’un coup très bête la belle. Elle n’a pas pensé une seconde que s’il était seul ce jour là c’était à cause de la perte de sa belle. Elle est confuse, elle s’excuse. Elle avait vu la douleur mais pas la profondeur, et encore moins la raison. Elle frôle sa main avant de se raviser.
Puis elle s’explique sans savoir comment il va réagir.
Même si elle a compris que cette fois il ne fuira pas. Mais si c’était Luna qui prenait la poudre d’escampette parce qu’aller plus loin l’engage sur une piste donc elle n’a pas l’habitude. Dire la vérité. Parler d’elle. C’est loin d’être sa tasse de thé à la demoiselle. Et sans qu’elle ne s’y attende c’est Alexandre qui vient se saisir de sa main. Le pressant légèrement. Ce qui fait frissonner l’orpheline.
Pourquoi il l’électrise autant ?
D’où vient ce battement supplémentaire de son cœur qui semble même s’échapper de sa poitrine ? Cela l’effraie mais il l’a rassure par le frôlement de sa peau contre la sienne. Contact doux et chaud qu’elle souhaite prolonger. Et puis leurs regards se retrouvent. Nouveau frisson déroutant. Intriguant. Et les paroles d’Alexandre la surprennent. Elle ne sait que penser de ses mots qui sonnent avec douceur au creux de ses oreilles. Il l’a remercie de l’avoir réveillé. Elle sourit, rougit presque. Timide comme une gamine. « Je ne m’attendais pas à entendre ce genre de chose. En principe c’est le prince qui réveille la princesse et pas l’inverse. » Elle s'empourpre d’avantage. Son imagination la perdra un jour.

Le serveur arrive à point. Luna espère qu’Alexandre ne reviendra pas sur sa remarque. Il commande les apéritifs. Mais ils n’ont pas choisi leurs plats. Trop pris par une tout autre conversation. A vrai dire l’orpheline n’a même pas regardé la carte. L’esprit trop occupé par les mots d’Alexandre. « Oui si vous voulez. » Elle ouvre alors la carte. Elle sent son regard se poser sur elle. Elle doit le reconnaitre, il la perturbe bien plus qu’elle ne le voudrait. Et le clin d’œil qu’il lui fait augmente cette sensation. « Je ne sais pas quoi prendre. Et vous ? »
Elle aimerait qu’il l’aiguille, même si elle n’est pas difficile.
« Peut être des spaghettis au pesto ? » Et quand Luna relève ses yeux encore une fois c’est face aux yeux bleus d’Alexandre qu’elle se trouve. Encore une fois la belle se sent fébrile. Et cette fébrilité se fait plus forte quand il lui parle de son prénom et de son nom.
Luna reste silencieuse. Le regard un instant absent.
Elle n’a pas envie de parler de cette fameuse nuit. Mais rien dire c’est peut être briser ce qui a l’air de ce construire. Un instant ce moment de bonheur semble flirter avec l’enfer. Puis il se reprend.
Aurait-il vu son trouble ? Sa douleur qu’elle n’arrive pas à cacher face à lui ?

C’est Luna qui est perdue sur le coup. Le serveur revient, il pose les boissons et ils passent commande. Luna reste silencieuse laissant Alexandre le faire. Elle essaie de soulager cette blessure infligé involontairement par une respiration lente.
Parler ou se taire. Être honnête ou mentir comme elle sait le faire.
Elle pourrait fuir Luna. Comme il l’a fait quand elle a mis le doigt sur sa douleur. Face à un autre elle l’aurait fait. Mais pas face à Alexandre. Une fois le serveur parti. Le silence revient. Un peu. Lourd. Dérangeant.
Luna alors détourne son regard. Elle ne veut pas qu’Alexandre voit jusqu’où va sa souffrance. « Disons que cette identité est comme une deuxième naissance. » Elle parle doucement. « En effet mon nom et mon prénom sont liés à une nuit de pleine lune au printemps. »  Chaque mot est comme un coup de plus dans sa blessure qui ne cicatrisera jamais. « Simple et efficace. » Souffle t-elle dans un soupir. « C’est le genre de chose que je garde secrète. Et vous n’êtes pas indiscret. C’est juste moi qui est un souci avec mon passé. » Elle soulève ses yeux pour à nouveau les plonger dans ceux d’Alexandre. Comme pour y chercher la force qui lui manque. « Je ne suis pas sure de vous captiver si je vous parle vraiment de mon histoire. C’est pour ça que je mens souvent. Difficile pour moi de n’être qu’une … enfin je ne sais pas exactement qui je suis. »

Après tout Luna ignore si ses parents sont morts. Elle ignore pourquoi elle a été abandonnée. Elle ignore comment elle a été blessée ? Qu’est ce qui c’est passé avant ? Comment elle est arrivée là ? Elle sent toutes ses émotions se faire plus puissantes. Elle se demande comment elle arrive à rester assise sur cette chaise, le regard perdu dans l’océan d’Alexandre. Elle a peur de flancher Luna. Peur de tout envoyer valser. Et de tout perdre. Comme à chaque fois. Mais les autres fois cela étaient souvent volontaire. Alors que là Luna veut laisser une chance à Alexandre.
Alors pourquoi lui dire la vérité est si dur et fait si mal ?
 

 


(fiche) drvgns. / (ava) Lannisters & Fae



 

 
“A l'oubli succède l'indifférence de l'oubli comme un écho muet qui prolonge la durée et augmente l'espace de l'oubli.”

 
(c)Miss Pie

 
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre LecomteLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Eagle Horn
Faceclaim : Chris Hemsworth
Multi-comptes : Francesco Spinoza & James Weaver
Messages : 80 - Points : 333
Âge : 35 ans
Métier : Chercheur en Histoire et maître de Conférence à l'Université de Naples
Sujet: Re: Il me faut vraiment une bonne excuse pour venir? [Luna] ( le Mer 28 Nov 2018 - 15:01 )
Il me faut vraiment une bonne excuse pour venir?
Ils sont là finalement, attablés, prêt à manger. Mais à la vérité, ils sont sans doute autant captivés l'un pas l'autre et ne demandent qu'à se connaître mieux. Alors ils y vont à tâtons, se cherchent, se détournent, se retrouvent. Ils n'osent pas. Et quand ils le font, ils reculent un instant. Ils ne veulent pas blesser l'autre. Ils veulent rester en contact sans pour autant trop savoir comment faire. C'est difficile. Mais Alexandre qui avait cru que l'exercice serait surtout difficile pour lui se rend compte qu'il l'est tout autant pour la brune. Et de plus en plus, l'intime conviction qu'elle porte aussi quelque chose de lourd - une souffrance qu'elle cache - naît en lui. Et il veut comprendre. Mais c'est elle qui lui arrache un nouveau sourire avec son allusion aux comtes de fées, de princesses et de princes, arguant que c'est souvent le prince qui réveille la princesse et pas l'inverse. Il n'a pas le temps de rebondir dessus que le serveur est déjà là pour prendre leur commande, du moins les apéritifs. Mais sitôt qu'il est parti, Alexandre reprend dans un sourire:
- J'ai toujours aimé renversé les comtes de fées. Il faut bien une exception sur terre non? Il ne dit cela que pour la faire sourire, car en réalité, il adore les comtes, comme ceux de Disney, donc autant dire qu'il a baigné dans cette culture avec laquelle il est en accord, mais de temps à autre, une différence ne fait pas de mal, non?

Et alors qu'ils cherchent un menu, elle avoue finalement ne pas savoir quoi prendre. Il hésite également bien que son regard s'attache plus au regard vert de la brune qu'à l'encre noir du menu. Mais pourtant, il va bien falloir procéder à un choix. Le tout étant de savoir lequel finalement. Alors il s'ose à la cuisine, et aux conseils.
- Les pâtes aux pestos me semble un bon choix, si seulement on venait les accompagner d'un bon vin et d'un bon fromage. Français pour le vin, hollandais pour le fromage, je pense que ce sera une bonne idée non? Fait-il légèrement amusé par ce soudain engouement pour la cuisine et les conseils culinaires. A la vérité il se contentera fort bien d'un made in Italie pure et original. Mais autant ne pas gâcher le nom italien du restaurant.

Ce moment de légèreté se retrouve cependant bientôt gâcher par sa remarque quand au nom et au prénom de la jeune femme. Alors il s'excuse, désolé d'avoir peut-être trop demandé, désolé d'être trop curieux en fait. Il y a des choses qui ne le regarde pas, mais c'est plus fort que lui, il a voulu comprendre, il a voulu savoir. Alors il préfère se reprendre, s'excuser. Mais finalement, elle réponds. Et si elle détourne le regard pour ne pas affronter le sien, elle a l'audace de répondre. Alors il a touché juste. Mais plus encore, ces deux choix s'expliquent par un genre de seconde naissance. Il ne comprend pas tout. Est-ce dû à la religion? Non, quand même pas. Mais il préfère la laisser s'exprimer et ne pas la couper dans son élan alors qu'elle déclare qu'en général elle garde ce genre de données secrètes. Mais finalement, il n'est pas indiscret selon elle, c'est juste qu'elle a un problème avec son passé. Elle est plus complexe qu'il ne l'avait imaginé. Luna, c'est une partition. Mais sous de simple notes, se trouve en réalité une mélodie complexe que seul l'étude approfondie et le jeu de la musique peut révéler. Véritable symphonie, il faut être un véritable virtuose pour la décomposer et la déchiffrer. Qu'à cela ne tienne. Il saura faire. Il saura trouver. Elle continue, en arguant que le mensonge l'aide à se rendre plus captivante, pensant que son histoire ne vaut pas grand chose. Elle ne sait pas vraiment qui elle est, elle se cherche. C'est ainsi qu'il le ressent. Elle reste alors silencieuse. Il faut qu'il trouve. Il faut qu'il comprenne. Il en a le désir, l'envie folle. Parce qu'elle le captive en fait. Il se saisit alors du verre de Whisky laissé là par le serveur quelques instants auparavant, et alors qu'il vient en goûter deux gorgées, il ne la lâche pas du regard.
- Le passé n'est jamais notre meilleur moment. Fait-il alors. J'en sais quelque chose. Il se laisse aller à une autre gorgée avant de finalement reprendre. Je dirais que certains ne savent pas qui ils sont. Pourquoi ils sont là. D'autres ont le sentiment d'avoir un grand destin à accomplir. Cependant, ne pas savoir qui on est, c'est un problème Luna. Il la fixe de son grand regard bleu, lui laissant le loisir de se plonger dedans tant qu'elle le désire. Si vous ne savez pas vraiment qui vous êtes, vous n'êtes personne au final. Vous êtes le commun des mortels. vous êtes cette masse de gens qui errent sans buts.

Il la laisse sur cette réfléxion tentant de la cerner, de comprendre tout de l'énigme Luna. Puis il reprend.
- Pardonnez-moi mais je ne pense pas que vous soyez comme le commun des vivants Luna. Vous mentez, pour vous rendre meilleure? Pour vous dire que finalement vous êtes quelqu'un? Ou alors vous mentez parce que c'est pour vous le meilleur moyen de ne pas faire face à votre passé. Assura-t-il comma la meilleure des réponses. Il savait qu'il s'aventurait sur un terrain dangereux. Mais il devait comprendre, et il avait une volonté de faire, il était prêt à supporter l'épreuve. Il planta alors son regard dans le sien. Il ne se détourna pas et finalement lâcha:
- Alors maintenant, dîtes moi Luna... Si je vous demande qui vous êtes? Il laissa la question là, posé comme sur un socle instable auquel elle pouvait ajouter une pierre stable: La vérité. Ou une pierre effritée: Le mensonge. Il est vrai que le destin d'une princesse d'egypte et son aventure en Italie pourrait être fort intéressante. Peut-être que la fille d'un grand homme politique, fuyant la célébrité et les photographes serait tout aussi intéressante. Mais au final, je crains que la clé ne soit dans votre prénom. La Lune et le Printemps. La lune brille dans les ténèbres, le printemps est synonyme de vie, de beauté, de la renaissance. La renaissance, c'est bien ce qu'elle avait dit plus tôt. Que vous est-il arrivé en chemin Luna? Demanda-t-il alors qu'il commençait à percevoir d'où venait le problème. A elle, il lui manquait une partie de son histoire. Il y avait quelque chose qu'elle ne comprenait pas, et dont la réponse ne semblait pas évidente.         
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Luna PrimaveraToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4153-les-trous-noirs-c-est-comme-un http://www.ciao-vecchio.com/t4158-la-blessure-cicatrisee-on-oublie-la-douleur-luna#131616
ID : sweety / nath
Faceclaim : Irina Shayk © .Cranberry
Multi-comptes : Augusto Rinaldi & Safiya Rahotep & Declan O'Reilly
Messages : 493 - Points : 742

Âge : 34 ans depuis le 1er mai mais rien n'est vraiment sur.
Métier : Assistante administrative au cinéma le Modernissimo
Sujet: Re: Il me faut vraiment une bonne excuse pour venir? [Luna] ( le Mer 28 Nov 2018 - 23:22 )

Alexandre & Luna.

Des fleurs, une palette de couleur qui donne à l'instant un peu plus de magie, de vérité. Un semblant de liberté. Des fleurs, une palette d'odeur qui donne à l'instant des fragrances enivrantes, sucrées et suaves. Un instant d'éternité.




Luna essaie de cacher sa douleur. Elle sait qu’elle est vive et que parfois elle se glisse dans son regard, sans même que la belle ne l’invite. Il suffit de pas grand-chose. Un mot. Un geste. Un bruit. Et quand cela lui arrive, Luna joue de ses mensonges pour s’en sortir. C’est comme un paravent, une armure. Et elle le fait à chaque fois. Depuis bien des années.
Depuis qu’elle a perdu confiance dans l’humanité.
Pourtant face à Alexandre tout semble différent. Elle veut faire un effort. Ne pas lui mentir, mais il y a toujours la peur d’être rejeté comme elle l’a déjà été. Alors elle avance à tâtons l’orpheline. Sans savoir où elle va. Sans savoir ce qu’elle souhaite. Mais avec le doute que si là elle se loupe. C’est toute une  relation naissante qui pourrait exploser. Avant même d’avoir pris racines. Elle est tiraillée la belle.
Mais le sourire et le regard bleu d’Alexandre l’apaisent.
Et c’est quelque chose de rare. Ce qui la perturbe d’avantage. Alors elle rebondit de son mieux face aux paroles du beau gosse. Sans trop se dévoiler, jouant de ses atouts sans vraiment qu’ils ne deviennent sa pièce maitresse. Elle sait que les hommes l’apprécient pour son corps, son visage, ses yeux. Rarement pour ce qu’elle dit ou ce qu’elle laisse deviner. De toute façon elle fausse souvent le jeu. Mais là, Luna s’attarde sur des mots glissant peu à peu des indices parsemés de cette pointe d’enfance qui est toujours présente. Elle fait à peine attention au serveur qui revient avec la commande.
Trop prise par ce qui se tisse entre elle et Alexandre.

« Moi aussi j’aime les contes de fées. Parfois je m’amuse à changer la fin. » Luna dit cela dans un large sourire. Elle serait même prête à lui en raconter un, si Alexandre le demandait. Mais avant ils s’attardent sur la carte et le choix du menu qui semble presque problématique. Comme si perdre du temps dans cette lecture ennuyait Luna. Elle a des craintes, mais elle a envie d’aller plus loin.
De faire cet effort pour lui.
Après tout il avait de lui-même fait un premier pas. Pourquoi elle ne le pourrait pas ? « En effet cela semble une bonne idée comme menu. En tout cas cela sonne bien entre vos lèvres. » Luna elle se moque du vin, du fromage, des pâtes. Sur le coup elle entrainerait même Alexandre ailleurs. Dans le parc par exemple, pour regarder les nuages. Ou écouter les goutes de pluie. Ou bien le vent souffler dans les feuilles. Rêveuse qu’elle est.
Puis il y a ce poids qui vient se poser dans sa poitrine quand Alexandre parle de son identité.
D’un coup elle a la sensation de prendre une baffe. Toujours ce mal quand on touche ce sujet. Toujours cette crainte d’être rejeter pour ce qu’elle est. Une orpheline sans passé. Elle essaie de retenir son cœur qui voudrait s’affoler. Son souffle qui voudrait s’échapper. Mais elle ne peut retenir son regard qui fuit le bleu des yeux d’Alexandre. Le temps de poser des mots sur cette demande. Le temps d’éclairer un peu le voile que Luna laisse toujours entre elle et la vraie vie. Elle ne sait jamais comment jongler avec tout ça.
Elle a toujours peur de voir partir les gens tout simplement parce qu’elle n’est pas celle qu’ils avaient imaginé.

Luna écoute Alexandre. Elle se sent fébrile, presque tremblante face à ses mots. Elle s’accroche à son regard, à cette mer calme qui l’attire. Elle pourrait nager à contre courant. Mais là elle se laisse happer. Luna elle n’a pas de grand destin à accomplir. Mais elle ne sait pas d’où elle vient. Elle a perdu dix ans de sa vie et avec ces dix ans sa véritable identité. Être le commun des mortels, c’est surement ce qu’elle est au final.
Si commune que ses propres parents n’ont pas voulu d’elle. Elle n’était pas exceptionnelle ou unique pour eux.
Et cette idée lui donne envie de hurler. Son regard se voile parce qu’elle a mal Luna. Mal de n’être qu’une orpheline. Mal de ne pas avoir été aimée. Encore une fois elle ne sait pas comment elle arrive à rester assise face à Alexandre. Perdue dans son regard comme si toutes les réponses se trouvaient là. Puis il se ravise.
Elle le regarde surprise.
Ne comprenant pas au départ ce qu’Alexandre cherche à faire. Les hommes ne lui parlent jamais de cette façon. Il n’y a que Loris qui la comprenne. Qui cherche à éclaircir ses questions. Mais avec Loris tout est différent, elle n’en a jamais eu peur. Et elle y est attachée.
Alexandre lui c’est l’inconnu. La découverte. Le risque de se bruler. Voir de se griser.

Et à cet instant l’envie de se griser est grande pour Luna. De se griser de mots. Mais surtout d’espérance. Et Alexandre retourne les mots. Il se sert de ce qu’elle lui a dit pour lui faire voir l’autre côté de la pièce. Il donne plusieurs significations à ses mensonges. Luna se raidit un peu, se sentant d’un coup mise à nue. « Je mens juste pour me protéger. » Une excuse. Une barrière. Sa voix est basse.
Elle ne sait pas où Alexandre veut l’embarquer.
Elle se dit que peut être il veut lui embrouiller ses pensées pour la déstabiliser et puis la blesser. Mais elle a du mal à croire qu’il veuille y faire du mal. Il l’aurait déjà fait. Il l’aurait surement fait au moment ou elle lui a dit que leur rencontre n’était pas le fruit du hasard. Son regard vert se fait interrogateur. Elle est complètement perdue l’orpheline. Et comment faire face à son passé quand c’est juste un trou noir aussi grand qu’une planète. Elle prend son verre et en boit quelques gorgées. Elle aurait du prendre quelque chose de fort. De très fort.
Que va-t-il ressortir de cette analyse ?
Et voilà qu’Alexandre lui redemande qui elle est. Si seulement elle le savait tout serait tellement plus facile.

Luna le laisse parler. Imaginer des rôles comme elle le fait quand elle enrobe son histoire de mensonges qui font vrais. Tellement vrai qu’elle se laisse emporter et qu’elle y croit parfois. Alexandre voit clair dans son jeu quand il parle de princesse d’Égypte ou de fille de célébrité. Puis il parle de la signification de la lune et du printemps. Deux mots qui forment son identité depuis vingt cinq ans à présent.
Que lui est-il arrivé en chemin ?
Veut-il vraiment l’entendre. « Je me suis perdue Alexandre. Ou l’on m’a perdu. Et ce que j’ai perdu, jamais je ne le retrouverais. Parce qu’on ne refait pas le passé. » Quelques larmes roulent sur ses joues, elle les laisse faire Luna. Ne sachant pas si c’est la tristesse qui les fait naitre ou un sentiment de joie.
Nouveau.
Elle sait juste que personne avant Alexandre ne lui avait fait voir les choses de cette façon. « Je ne suis pas une princesse, ni la fille de gens célèbres. Enfin je n’en sais rien au final. Tout ce que je sais ..  c’est qu’une nuit de pleine lune le premier mai 1994 une fillette  .. d’une dizaine d’année environ est …  d’une certaine façon.. » Elle marque une pause, la voix tremblante. « Morte. Et en contre partie Luna est née .. avec un vide de dix années .. » Luna soupire. C’est comme si elle venait de s’ouvrir le cœur. Comme si on avait fouillé au fond de ses entrailles. La douleur est là. Vive et vorace. Elle se voit dans son regard humide. Elle s'entend dans sa voix presque éteinte. Elle glisse sur son corps qui tremble. Elle n’est pas sure à arriver à en dire plus. C’est déjà beaucoup pour Luna.
Un pas immense vers Alexandre sans savoir ce qu’il va en déduire. Et si lui aussi l'abandonné là. Luna ne ferait plus jamais confiance.

 

 


(fiche) drvgns. / (ava) Lannisters & Fae



 

 
“A l'oubli succède l'indifférence de l'oubli comme un écho muet qui prolonge la durée et augmente l'espace de l'oubli.”

 
(c)Miss Pie

 
Revenir en haut Aller en bas
Elfe de NapoliPrêt pour un petit tour ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Djo/Ealy
Faceclaim : Elfe
Messages : 15 - Points : 163
Sujet: Re: Il me faut vraiment une bonne excuse pour venir? [Luna] ( le Ven 30 Nov 2018 - 16:53 )
Elfe de NapoliJe suis passé par ici
Bonjour ! Je suis l'Elfe de Napoli. J'interviens dans les RPs se déroulant dans des lieux publics, mais également par MP. Si tu lis ceci, c'est que tu es dans ma ligne de mire.  Tu pourras en savoir plus dans ce topic afin d'en apprendre d'avantage sur le dispositif.
Situation / ActionAlexandre - Alors que ton portable sonne, tu te mets à fouiller dans ton sac/poche de manteau. Mais si tu trouves vite l’objet de ta recherche, tu te rends compte que ton portefeuille, lui, a disparu. Où as-tu donc pu le laisser ?
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre LecomteLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Eagle Horn
Faceclaim : Chris Hemsworth
Multi-comptes : Francesco Spinoza & James Weaver
Messages : 80 - Points : 333
Âge : 35 ans
Métier : Chercheur en Histoire et maître de Conférence à l'Université de Naples
Sujet: Re: Il me faut vraiment une bonne excuse pour venir? [Luna] ( le Lun 3 Déc 2018 - 15:06 )
Il me faut vraiment une bonne excuse pour venir?
Se retrouver là face à la brune avait quelque chose de déroutant autant que d'excitant. Déroutant parce qu'elle l'intriguait, parce qu'elle semblait capable de lire en lui, parce que par son comportement elle ne rentrait pas dans les normes d'une société imposée. Elle était simplement elle, avec son caractère, ses défauts, ses qualités. Mais excitant parce qu'elle représentait un mystère qu'il souhaiter percer. Et au fur et à mesure du temps qui passait, au fur et à mesure de la soirée qui passait, il sentait qu'il touchait du doigt... Quelque chose de plus intriguant, de plus fort. De bien plus important. Il sourit alors qu'elle lui dit qu'elle aime aussi les contes de fées s'amusant à en changer la fin. Il fait pareil de temps à autres, bien qu'il le fasse rarement, et que les contes de fées ne soient plus de son quotidien depuis quelques mois. Pour le menu, elle est d'accord. Pour elle, cela s'accorde bien, et il semble si sûr qu'elle choisit de lui faire confiance. Elle n'en sera pas déçu. Et ils continuent de discuter.

Pour ce qui est du mensonge, elle en arrive à la justification simple qu'elle ment pour se protéger. C'est banal. C'est finalement la réponse d'à peu près tout le commun des mortels. Elle ne ment pas seulement pour se protéger. Elle rêve. Étrangement, il commence à bien la cerner. Elle ne ment pas seulement aux autres. Elle se ment aussi à elle-même, elle s'imagine autre chose, s'invente un autre monde, une autre vie, s'invente une autre Luna. Quelque chose de plus glorieux? Peut-être. De plus intéressant? Sans doute. Il n'arrive pas à comprendre pourquoi, mais la clé, elle est là: Elle ment pour cacher quelque chose. Elle ne veut pas laisser visible une blessure. Il connait bien lui. Il a fait cela pendant quelques mois. Parfois il continue même si son mensonge à lui c'est de faire croire à tout le monde que ça va bien alors que ce n'est pas le cas. Elle l'intrigue. Alors il pousse son raisonnement. Son esprit, acéré, pointu, véritable lame, se décide alors à transpercer l'armure de la brune. Il la met à mal, sans nul doute. Il touche des points sensible, il le voit bien. Mais finalement, elle craque. Elle pose un genou à terre, et elle se décide à parler. Elle déclare qu'elle s'est perdue. Ou plutôt, qu'on l'a perdu. Elle ne sait pas trop. Il analyse chaque mot, chaque phrase. Il tente de comprendre. Elle argue que jamais elle ne retrouvera ce qu'elle a perdu. Qu'on en refait pas le passé. Le problème avec son passé a donc un lien avec une perte. Quelque chose qu'elle a perdu - oublié? - ou abandonné peut-être. Il ne la coupe pas, sentant bien que c'est déjà assez difficile pour elle d'en parler. Bientôt, aux mots de la jeune femme s'ajoutent des larmes. Il est attristé lui même par la situation mais ne réponds rien alors qu'elle finit par reprendre. Ni princesse, ni fille de gens célèbre, elle finit par dire qu'elle l'ignore en fait. Elle ne sait pas d'où elle vient, tout simplement. Et enfin, il met un doigt sur quelque chose de concret. Il s'en félicite malgré tout. Il parvient, petit à petit à comprendre cette femme. Une fillette d'une dizaine d'années était morte, pour donner naissance à... Luna. Le mot qu'elle employait ne relevait pas d'une mort physique, non. C'était une mort mentale. Dix ans. Partis en fumée. Il eut un faible sourire avant de reprendre.
- Donc mentir vous évite de vous souvenir qu'il manque dix ans à tout ce puzzle. Fait-il en ramenant son verre à ses lèvres. Il ne la juge pas. Il l'analyse plutôt. C'est admirable... Lâche-t-il alors. Je veux dire, la capacité, à faire en sorte que les gens croient que vous tenez tous les morceaux du puzzle. Il faut être à la fois... Fou, et complètement génie pour faire ça. Il s'arrête là. Je suis désolé de vous en avoir demandé tant Luna. Il voit bien qu'elle n'est pas très bien. Il va pour continuer mais son téléphone sonne alors. Et merde... Souffle-t-il. Il croyait l'avoir mis en silencieux. Il plonge la main dans ses poches et finit par trouver l'objet responsable de la coupure de ce moment. Mais alors qu'il décroche, c'est son coeur qui rate un battement en se rendant compte qu'il n'a pas son porte-feuille. Il décroche cependant. Au bout du fil, la secrétaire de l'Université. Mais qu'est-ce qu'elle lui veut. Et en plus à cette heure? Elle finit par lui dire que les archives ont appelé et qu'ils ont des documents qui pourraient l'intéresser, mais elle a oublié de joindre Alexandre avant. Le chercheur finit par demander.
- Vous deviez les rappeler?
- A cette heure c'est trop tard. Je leur ai dit de les mettre de côté, ils vous attendent demain matin.
- Bien... Merci pour l'information. Et il finit par raccrocher après quelques politesses d'usages. Il range son téléphone... Pour chercher alors son porte-feuille. Bon sang, où est-il?
- Je suis désolé Luna... J'ai un problème, je sais pas où est on porte-feuille et... Il interpelle un serveur qui passe par là. Excusez-moi!! Vous n'auriez pas trouvé un porte-feuille? Mais le hochement négatif de la tête du serveur lui fait craindre le pire. Pourtant il l'avait pour payer le fleuriste. Il décide alors d'appeler le fleuriste. Bon sang la panique. Mais ce-dernier, lorsqu'il décroche, lui réponds par la négative en s'excusant. Dommage. Alexandre raccroche.... Un peu perdu.
- Bon sang, je suis désolé... Cela vient un peu fausser mes plans... Et c'est que j'en ai besoin, j'ai tous mes papiers dedans.    

Désolé, Alexandre se cale dans sa chaise, réfléchissant où il a bien pu le laisser. Mais il ne voit pas là de suite. Le problème c'est qu'il a horreur d'être dans une telle situation. Et pour l'heure, il ignore où il a bien pu le faire tomber. Peut-être qu'il la fait tomber dans les couloirs du modernissimo. Il l'espère en fait. Ou alors le porte-feuille est tombé dans sa voiture. C'est possible. Il se lève finalement, fouille à nouveau dans ses poches.
- Je suis désolé, répète-t-il, mais moi ça m'embête, je peux pas rester là comme ça... Oh que non il ne peut pas! Mais chercher dans ses poches qui sont décidément vide ne l'avance à rien. Il faut qu'il se pose, qu'il réfléchisse, mais c'est trop tard. Le stress monte en lui, et en plus juste avec elle. Juste devant Luna. Il s'en veut. Réellement. La soirée s'annonçait si bien... Et voilà qu'il risque de tout foutre en l'air! Qu'est-ce qu'il en a marre. Marre de lui. Il aurait dû faire plus attention, voilà tout. Mais non. Il n'a pu se tirer de la situation sans bavure. Il faut qu'il y ait encore un problème. Comme si il n'en avait pas assez. Il plonge alors son regard dans celui de Luna. Mais elle le fait alors sourire.
- Oui bon ça va... ça arrive à tout le monde non? Et bien non mais cela lui permets de se détendre un peu, on se sent toujours mieux quand on est pas le seul. Mais ou avait-il donc la tête pour perdre sans doute l'un des objets les plus précieux... Il n'en revient pas. De sa stupidité, il n'en revient pas!! Il serait même prêt à se frapper la tête contre la table, mais il préfère se laisser aller à deux gorgées de Whisky. C'est meilleur pour la santé.  
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Luna PrimaveraToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4153-les-trous-noirs-c-est-comme-un http://www.ciao-vecchio.com/t4158-la-blessure-cicatrisee-on-oublie-la-douleur-luna#131616
ID : sweety / nath
Faceclaim : Irina Shayk © .Cranberry
Multi-comptes : Augusto Rinaldi & Safiya Rahotep & Declan O'Reilly
Messages : 493 - Points : 742

Âge : 34 ans depuis le 1er mai mais rien n'est vraiment sur.
Métier : Assistante administrative au cinéma le Modernissimo
Sujet: Re: Il me faut vraiment une bonne excuse pour venir? [Luna] ( le Jeu 6 Déc 2018 - 17:07 )

Alexandre & Luna.

Des fleurs, une palette de couleur qui donne à l'instant un peu plus de magie, de vérité. Un semblant de liberté. Des fleurs, une palette d'odeur qui donne à l'instant des fragrances enivrantes, sucrées et suaves. Un instant d'éternité.




Luna est comme un bouton de rose. Face à Alexandre elle s’ouvre gardant toujours sa part de mystère. Mais donnant suffisamment d’indice pour qu’il ait envie d’en savoir plus.
Luna est comme le Petit Poucet elle sème des cailloux en chemin pour aiguiller Alexandre vers elle.
Même si elle est sereine et souriante, elle ne peut s’empêcher d’avoir peur. Elle sait combien il lui est difficile et délicat de vraiment parler d’elle. Enfin surtout de son enfance. Ils n’en sont pas encore là. Mais pour l’orpheline des questions demeurent dans le coin de sa tête.
Quand il lui demandera. Elle fera quoi ?
Elle jouera carte sur table et donnera les vrais éléments. Ou alors restera t-elle comme toujours cette fille qui invente et dissipe un voile devant sa vraie nature ? Elle ne le sait pas encore. Elle y va pas à pas. Profitant de l’instant.
Se disant que tout se passera bien et que peut être il ne lui posera pas de question sur son nom.
Ou sur ses souvenirs d’enfance. Alors après avoir parlé de leur amour pour les contes de fées. D’avoir choisi le menu qui semble des plus appétissants. Luna avoue qu’elle ment. Chose qu’elle ne dit jamais. Ce secret elle ne le partage qu’avec Loris. Même si certaines personnes se rendent compte de ses supercheries. Et c’est souvent là que ses ennuis commencent. Ou ses mensonges coupent court à toute suite dans une relation qui pourrait avoir une chance.

Mentir pour Luna c’est comme respirer. Ou manger. Ou dormir. Enfin elle se lance. A tâtons sans trop savoir si elle va arriver à aller au bout. Chaque mot est plus soufflé que parler. Elle prend des pauses. Laisse des silences. Ils échangent des regards. Toujours ce bleu qui au fond la rassure quand elle y plonge dedans. Et la chamboule aussi.
A part que cela soit le fait de lui parler de son enfance. Ou ces dix années perdues dans le souffle du vent.
Parfois elle se sent comme une petite rivière jetée à la mer. Une mer beaucoup trop grande. Beaucoup trop profonde. Elle essaie de ne pas être trop dramatique. Alexandre a fuit une fois à cause de ses yeux, elle ne veut pas que son histoire le fasse fuir une autre fois. Elle fait de son mieux pour contrôler les battements de son cœur. L’angoisse qui vient lui serrer la gorge et les tripes. Les étoiles qui parfois se glissent dans les yeux parce qu’elle se sent bien, même en parlant de son passé si douloureux.
Elle a réussi au final ce qu’elle pensait irréalisable.
Bon elle a encore surement pas mal de point à éclaircir. Mais c’est un bon début pour elle. Une confiance que Luna donne sans même savoir où cela va la mener. En espérant surtout que ce bout de voile levé ne se retournera pas contre elle, à un moment ou à un autre. Mais elle sent qu’Alexandre ne cherchera pas à lui faire du mal. Elle répond à son sourire qu’elle trouve de plus en plus charmeur. Lui qui semblait au départ si hésitant, perdu aussi d’une certaine façon.
Semble retrouver son chemin.
Et cela lui fait du bien à l’orpheline d’éprouver ce genre de sensations. Reste plus qu’à attendre le verdict du beau gosse. Ca passe ou ça casse.

Alexandre revient sur certains points. Luna ne s’attendait pas du tout à ce qu’il trouve son idée de mensonge admirable. Sa façon de voir les choses lui semble au départ surréaliste mais pas tant que ça au final. Son sourire se fait plus grand. Elle le regarde avec étonnement. Se disant qu’elle a bien fait de lui parler.
Elle va pour lui répondre mais son portable sonne.
Elle attend qu’il finisse de parler tout en sirotant sa boisson. Elle s’amuse même avec sa paille comme le ferait une gamine. Et une fois qu’il raccroche une autre chose vient se mettre en travers de cette soirée qui s’annonçait parfaite.
Trop parfaite peut être.
Cela lui apprendra à trop parler. Même si Luna n’est pour rien dans le fait qu’Alexandre ne trouve plus son porte feuille. A part que cela soit une manière déguisée de lui faire comprendre qu’il souhaite écourter la soirée. Parce qu’au fond elle a merdé. Parce que comme les autres il trouve toute son histoire idiote. Et que comme ses parents il juge qu’elle ne vaut pas grand-chose. Elle ne sait que penser Luna.
Elle réfléchit trop sur le coup.
Elle a presque envie de se lever de payer les boissons et de partir. En lui disant que cela n'a pas d'importance. Elle essaie de garder le sourire alors qu’il demande au serveur. « Ce n’est pas grave je comprends. Votre porte feuille est plus important que cette soirée. » Enfin non c’est grave à croire que tout veut se mettre en travers pour leur pourrir le peu de temps qu’ils passent ensemble. Enfin c’est juste la deuxième fois qu’ils se voient, et la première est bien, on ne peut pas dire qu’elle compte vraiment. « Si vous voulez y aller ce serait logique. Je paierais les boissons. » Elle se sent bête sur le coup. Dans ce silence qu’elle impose.
Alors qu’Alexandre ne l’a pas fait exprès.
Et que rien non plus n’est de sa faute à elle. Elle l’orpheline. Luna le voit paniquer cherchant surement où il l’a laissé. Elle devrait intervenir pour essayer de ne pas tout gâcher. Elle voudrait relativiser mais elle n’y arrive pas. Son regard reflète surement le trouble qui la caresse. Un mélange de tristesse, de déception, et de manque d’assurance par rapport à ce qu’elle est au fond.

Puis leurs regards se retrouvent. Luna ne sait que penser. « Oui surement. J’ai bien perdu mes souvenirs. » Sur le coup ses paroles font acides. Elle baisse ses yeux. « Désolé c’était stupide comme remarque. Mais je ne veux pas vous obliger à rester si vous ne le désirez pas. J’ai l’habitude. » Elle le regarde boire. « Je peux appeler le cinéma si vous voulez vous l’avez peut être perdu dans mon bureau ou dans le hall. » Elle sent Alexandre tellement contrarié dans cette histoire de perte.
Elle sort alors son portable pour faire le numéro.
« Si il se trouve là bas on pourra aller le récupérer et vous pourrez rentrer tranquille. » A croire qu’elle souhaite que cette soirée prenne fin là. A vrai dire elle ne sait plus. Luna a envie qu’elle se prolonge. Mais elle ne veut rien imposer à Alexandre et son porte feuille parait tellement important qu’elle préfère lui faire comprendre qu’elle est prête à passer au second plan.
Qui est-elle pour s’imposer ? Pour obliger les gens à s’intéresser à elle ? Ou à sa vie ?
D’ailleurs il ne l’aurait surement jamais remarqué si elle ne l’avait pas percuté volontairement. C’est un peu de sa faute s’il a perdu son porte feuille. Cela ne lui serait pas arrivé s’il n’était pas allé la retrouver à son bureau pour s’excuser avec un bouquet de fleur qui l’a enchanté.
D’un coup elle ne se sent plus à sa place. De toute façon elle ne l’a jamais vraiment trouvé, sa place Luna.




(fiche) drvgns. / (ava) Lannisters & Fae



 

 
“A l'oubli succède l'indifférence de l'oubli comme un écho muet qui prolonge la durée et augmente l'espace de l'oubli.”

 
(c)Miss Pie

 
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre LecomteLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Eagle Horn
Faceclaim : Chris Hemsworth
Multi-comptes : Francesco Spinoza & James Weaver
Messages : 80 - Points : 333
Âge : 35 ans
Métier : Chercheur en Histoire et maître de Conférence à l'Université de Naples
Sujet: Re: Il me faut vraiment une bonne excuse pour venir? [Luna] ( le Sam 8 Déc 2018 - 15:13 )
Il me faut vraiment une bonne excuse pour venir?
Alors qu'ils s'ouvrent l'un à l'autre, qu'ils se découvrent, se touchent, s'observent, agissant comme des chercheurs face à une découverte nouvelle. On expérimente. On tente d'avancer des hypothèses. Et Alexandre frappe juste. Sans doute la raison pour laquelle elle se retrouve légèrement gênée la brune. Parce que au fond, son âme de chercheur, de "fouineur" dirait certains, semble vouloir tout connaître et surtout, elle semble apte à découvrir tout ce qu'on veut lui cacher. Mais l'objectif de la découverte n'est pas celui d'exposer, de vendre, de montrer son talent, c'est tout simplement celui de comprendre. Et Luna, pour le coup, c'est un véritable mystère. La comprendre, il n'est pas sûr d'y arriver, pas si il lui manque autant d'éléments. Et au fur et à mesure qu'il creuse, au fur et à mesure qu'il s'avance sur un terrain qu'il sait glissant, il sent qu'il touche du doigt un élément important, pour ne pas dire essentiel, mais il ne crie pas victoire trop vite, il réfléchit, analyse, passe aux cribles de ses raisonnements la jeune femme. Non pour la juger, mais bel et bien pour en apprendre un peu plus. Cependant, le plaisir de la découverte et de la recherche en même temps est de courte durée. Le téléphone sonne, arrachant au passage un juron à Alexandre. Mais alors qu'il s'empare de son téléphone, c'est un tout autre problème qui se pose à lui: Son porte-feuille.

Alexandre est parfois tête en l'air, mais de là à laisser son porte feuille... Non quand même, il n'aurait pas pu. Luna balaye d'une parole le problème, arguant que ce n'est pas grave, son porte-feuille étant plus important que cette soirée. Ce n'est pas ça, c'est juste qu'il en a besoin... Et puis surtout, il a horreur de se faire payer quelque chose par les autres, de paraître démuni, un sentiment de faiblesse duquel il a horreur et il se maudit lui-même pour ne pas y avoir fait attention plus tôt. Et en plus elle en rajoute, proposant de payer les boissons. Il se redresse, presque indigné.
- Non! Non, ça va aller, il faut juste que je remette la main dessus... Grommelle-t-il. Le silence se fait entre eux alors que plus les secondes passent, plus la tension monte. Et même si il essai de détendre l'atmosphère, la réponse de la brune est... acide. Cependant, il l'admet, elle a du répondant et en d'autres situations, il en aurait sans doute rit. Il tente de se calmer malgré tout et pour cela, un bon Whisky ne fera pas de mal. Cependant, elle reprend en s'excusant, arguant que c'était stupide. Elle ne le force pas, elle ne veut pas s'imposer. Il la remercie d'un regard alors qu'il ne sait pas vraiment quoi répondre. Elle finit par proposer d'appeler le cinéma pour voir si il ne l'a pas laissé là-bas. Il hausse les épaules.
- Pourquoi pas... C'est gentil merci. Fait-il, gêné de l'embêter pour ça. La situation le dérange au plus haut point. Il ne rajoute rien aux paroles de la brune qui se décide finalement à appeler le modernissimo. Il reste donc attentif. Et la jeune femme sourit avant de raccrocher. Visiblement, le porte-feuille est resté là-bas. Alexandre se laisse soudainement aller au fond se sa chaise en soupirant un grand coup... Bon sang qu'il a eu peur. Finalement, il vide d'un trait le reste de son verre avant de regarder Luna. Il décide alors de s'expliquer un minimum:
- Ce n'est pas contre vous... Mais voyez-vous j'ai horreur de me sentir démuni en fait. Je supporte pas qu'on me paye un coup à boire, surtout quand je connais pas vraiment les gens... Je veux pas donner l'air du gars qui profite de la situation. Vous comprenez? Il se lève finalement, mettant sa veste et appelle le serveur. Excusez-moi. J'ai oublié mon porte-feuille, il est au bout de la rue, au cinéma, cela ne vous dérange pas si mademoiselle et moi-même nous absentons pour aller le récupérer, on revient juste après. Le serveur semble hésiter. Il faut dire qu'il n'est pas le patron. Finalement Alexandre sort les clés de sa voiture et les lui tend. Cela vous convient comme gage que je vais revenir? Le serveur à un mince sourire et balaye l'air d'un revers de main en leur faisant signe que c'est bon. Alexandre le remercie d'un signe de tête avant de se tourner vers Luna en lui tendant la main.
- Me feriez vous l'honneur de m'accompagner dans ma balade nocturne avant le dîner? Demande-t-il en espérant qu'elle acceptera.

Oh, il se doute qu'elle acceptera, mais après tout, elle pourrait se lever, partir, dire qu'elle en a assez vu pour un simple porte-feuille. Oui bon, enfin, quand vous avez tous vos papiers dedans, vos moyens de paiements également, ça vous file les j'tons un truc pareil! Et le chercheur se promet que désormais il fera plus attention, sur cela elle peut compter, et lui aussi. Il n'avait jamais expérimenté la situation, et il doit l'admettre, il a eu peur, ensuite gêné, et désormais... Cela lui donne une bonne raison d'entraîner la brune avec lui pour se sortir pendant quelques instants les idées et aller se dégourdir les jambes. Ce sera parfait après l'apéritif et avant le repas en plus, non? Oui, il faut l'admettre, il y a quelques temps auparavant, il n'aurait jamais pris la situation ainsi, il n'aurait jamais vu de manière positif cette sorte "improvisée", mais comme Luna est là, avec son sourire, contagieux, il reste du coup un peu plus positif, se disant que le pire est passé, et que le meilleur est à venir. La soirée ne fait que commencer après tout, non?    
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Il me faut vraiment une bonne excuse pour venir? [Luna] ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Il me faut vraiment une bonne excuse pour venir? [Luna] -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Modernissimo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2