Revenir en haut
Aller en bas


 

- [Terminé] Watching it come true, it's taking over you ▼ Matteo -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Matteo DragoniLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3769-m-smells-like-a-freakshow http://www.ciao-vecchio.com/t3799-m-smells-like-a-freakshow
ID : Bellätrix (V.)
Faceclaim : E. Peters © ealitya ♡ (avatar) + ANESIDORA (signature)
Multi-comptes : Noah & Giovanni.
Messages : 1180 - Points : 742

Âge : 31 ans (1o.o4.87)
Métier : Agent immobilier.
Sujet: Re: [Terminé] Watching it come true, it's taking over you ▼ Matteo ( le Sam 15 Déc 2018 - 0:19 )
« Moi ? », chuchotais-je à mon tour. « Je ne suis pas comme ça, voyons », finis-je de dire, souriant. Mentant ouvertement. Nos deux corps étaient collés l’un contre l’autre, encore une fois, faute à pas de chance. Ou plutôt aux plombs qui avaient pétés. Oubliant complètement qu’est-ce que j’étais venu faire dans le couloir, laissant même glisser au sol la guirlande de la voisine que j’avais volée il y a quelques secondes en arrière. L’ambiance s’était électrifiée. Le temps s’était figée. Ma respiration s’était accélérée. Mon visage se rapprocha dangereusement à celui de la jeune femme, qui fut plus rapide que moi. Je me tenais au mur à l’aide de mon bras, ma main posée à côté de sa tête, alors qu’avec mon autre main, posée dans son dos, je la plaquais contre moi. Mon souffle se faisant plus raque. Ce fut également à contre-cœur que mes lèvres quittèrent les siennes. Plongeant mon regard dans le sien, enfin, ce que je pensais n’y voyant que dalle, je la tenais contre moi. « Je crois qu’on a déjà dépassé ce stade, tu ne crois pas ? » répondis-je, tristement, sentant la culpabilité revenir au galop. Je reculais de quelques pas, espérant de tout cœur de ne pas me retrouver en haut des marches, histoire de ne pas dégringoler et me péter les cervicales. Je réussis tant bien que mal à m’emparer de sa main. « Viens, rentrons ». Au moins, mon appartement, je le connaissais. Je pourrais m’orienter plus facilement et bon, disons que la cage d’escalier n’était pas vraiment l’endroit idéal. A tâtons, Isadora me suivant de près, j’avançais à l’aveugle, les bras en avant. Je trouvais finalement la porte de mon appartement. J’ouvris la porte, appuyant machinalement sur l’interrupteur. Rien de se passa. « Merde » Le juron s’était échappé tout seul. « Après toi », dis-je, la laissant passer, avant de refermer la porte derrière moi. Avant de la replaquer contre le mur, violemment, mes lèvres retrouvant le contact des siennes. Un besoin vital. Je passais mes mains sur son ventre, relevant son haut. Celui-ci finit assez rapidement au sol, à nos pieds. Lui mordillant la lèvre, je me détachais, posant mes mains de part et d’autre de son visage. « Attends-moi là 2 secondes, j’vais chercher de quoi éclairer »  Et, sans vraiment attendre de réponse, je partis à la chasse aux bougies. Après mettre cogné le petit doigt contre une table et juré comme un charretier, je rejoignis la jeune femme, une bougie à la main, en ayant allumé d’autres dans la pièce principale, le salon. Je lui fis signe de me suivre. Aucun mot n’avait besoin d’être prononcé. Un simple regard suffisait. Je retournais auprès d’elle, la soulevant dans mes bras, plongeant mon visage dans son cou, ses cheveux. Je la posais sur le canapé, écartant légèrement ses jambes, me positionnant entre celles-ci, me penchant vers son visage, non sans avoir enlevé mon t-shirt au préalable. Mes mains parcouraient son corps, sa peau nue. Mes lèvres venant à nouveau emprisonner les siennes. Je savais que je fautais. Toutefois, j’avais déjà franchi la ligne une fois. C’était plus que vital. Je n’y pouvais rien.


In the daylight I’m your sweetheart, You’re goody-thow-shoes prude is a work of art. But you don’t know me, and soon you won’t forget, bad as can be, yeah, you know I’m not so innocent.
Revenir en haut Aller en bas
Isadora Forti10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3076-isadora-but-i-have-seen-this-a http://www.ciao-vecchio.com/t3127-isadora-what-if-we-rewrite-the-stars
ID : Redvelvet
Faceclaim : Anna Speckhart ©Mashed Woods
Multi-comptes : Aurora, Meena, Adalyn, Juliet.
Messages : 1126 - Points : 892

Âge : 31 ans
Métier : Musicienne dans l'âme, elle a toujours tenté de percer dans cet univers, sans succès. Elle s'est récemment faite à l'idée de reprendre l'entreprise familiale, ce qu'elle s'était promis de ne jamais faire. Des mois plus tard, grosse remise en question, envie de faire marche arrière sur sa décision.
Sujet: Re: [Terminé] Watching it come true, it's taking over you ▼ Matteo ( le Sam 15 Déc 2018 - 1:59 )
Matteo & Isadora
“ Watching it come true,
It's taking over you. ”


Oh oui, ils ont dépassé ce stade depuis bien longtemps. D’abord avec toutes ces petites incartades commises au courant des derniers mois, mais surtout avec ce moment passé ensemble dans l’espace de rangement du San Calisto. Les ébats passionnés partagés ce soir là prouvent largement que le point de non retour a été franchi depuis longtemps, mais pire encore, les aveux échangés lors de cette soirée. La situation est injuste, sans doute pour tous les droits, mais encore plus pour Emilia. Bien qu’Isadora ne porte pas la blonde dans son cœur, elle ne peut s’empêcher de ressentir alors un éclat de culpabilité, qui s’estompe rapidement. Car à l’instant même où Matteo attrape sa main, son contact l’électrise toute entière, provoque une bouffée de désir qui envahit la jeune femme. Elle le suit à l’intérieur sans un mot, et un gémissement s’échappe de ses lèvres alors qu’il la plaque contre le mur sans aucune douceur. Rapidement, leurs lèvres se retrouvent, et les mains de Matteo explorent son corps sans timidité, lui retirant son haut. Isadora répond à son baiser avec fougue, ses mains s’affairant déjà à défaire la braguette de Matteo, avant qu’il ne s’écarte d’elle en lui annonçant qu’il va chercher de quoi faire de la lumière. Étouffant un petit gémissement frustré, Isadora le laisse partir, reprenant avec difficulté sa respiration. Lorsqu’il revient, elle se mord la lèvre inférieure en plongeant son regard dans le sien, avant de s’avancer vers lui, sans un mot. Comme un aimant. Impossible pour la jeune femme de rester éloignée. Une fois dans le salon, Matteo la serre contre lui, et Isadora plonge son visage dans le creux de son cou, mordillant la peau, l’embrassant. Puis elle s’allonge sur le canapé, plongeant son regard dans le sien alors que leurs corps se retrouvent enfin, peau contre peau. C’est mal, ce qu’ils font, et ils en ont conscience tous les deux. Mais pourquoi une chose si mauvaise peut-elle être si bonne? Séparant ses lèvres des siennes, Isadora plonge son regard dans celui de Matteo, avant que ses lèvres ne s’étirent en un sourire timide. « Je t’aime. », souffle-t-elle alors avant de poser de nouveau ses lèvres sur les siennes, ses mains glissant le long de son dos, ses ongles griffant doucement la chair.




AVENGEDINCHAINS


I love you.
Cause every night I lie in bed the brightest colors fill my head a million dreams are keeping me awake. I think of what the world could be a vision of the one I see, a million dreams is all it's gonna take. A million dreams for the world we're gonna make. ▬
Revenir en haut Aller en bas
Matteo DragoniLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3769-m-smells-like-a-freakshow http://www.ciao-vecchio.com/t3799-m-smells-like-a-freakshow
ID : Bellätrix (V.)
Faceclaim : E. Peters © ealitya ♡ (avatar) + ANESIDORA (signature)
Multi-comptes : Noah & Giovanni.
Messages : 1180 - Points : 742

Âge : 31 ans (1o.o4.87)
Métier : Agent immobilier.
Sujet: Re: [Terminé] Watching it come true, it's taking over you ▼ Matteo ( le Sam 15 Déc 2018 - 16:53 )
La jeune femme ne resta pas longtemps assise sur le canapé avant de s’allonger. Il ne me fallut pas longtemps non plus pour l’imiter, mon corps reposant sur le sien, me retenant avec mes bras, de part et d’autre des siens, ne voulant pas l’écraser de tout mon poids. Nos lèvres s’étant quittées que brièvement. Finalement, cette coupure de courant ne faisait pas de mal. Enfin, selon la façon de voir les choses de chacun. Et elle avait eu le don de calmer les ardeurs. Là encore, selon les points de vue. Personnellement, ma colère s'était évaporée, alors que j’étais à deux doigts d’aller péter la gueule à la voisine. Cependant, elle avait allumé en moi un brasier. Impossible à éteindre. Et nous voilà, nos deux corps s’apprivoisant l’un l’autre. Apprenant encore à se connaître. Des amants maudits. Je me relevais, en équilibre précaire sur mes genoux, mes mains s’approchant de la taille de la jeune femme. Je m’arrêtais en instant, plongeant mon regard dans le sien. Enregistrant ce moment à tout jamais dans ma tête. Souvenir qui allait en rejoindre tant d’autre. Cette fois-ci, pas de Tequila. Nous étions les deux sobres, en faisant abstraction des joints que j’avais fumé dans la journée. Du moins, aucune goutte d’alcool ne circulait dans notre sang. J’étais donc là, à la contempler, mes doigts déboutonnant son pantalon. Lui faisant ensuite signe de se cambrer légèrement, faisant défiler le pantalon plus facilement le long de ses jambes. Je remis les pieds au sol, me levant, me déshabillant à mon tour. Mon pantalon allant rejoindre le sien. Je repris ma place, mon visage se rapprochant du sien, alors qu’une de mes mains était dans ses cheveux et une autre s’était posé sur sa poitrine, décalant le tissu qui séparait sa peau de mes doigts. Ma bouche vint rejoindre la sienne. Mon corps tout entier brûlait de désir. M’ordonnait d’accélérer le mouvement. Pourtant, je n’en fis rien. Voulant profiter de l’instant, faire les choses bien et non pas à la va-vite. Car elle méritait beaucoup mieux qu’une rapide partie de jambes en l’air dans une arrière-salle de bar. Ou sur un canapé miteux. Comme des clandestins.  Mes lèvres quittèrent les siennes, parlant à l’exploration d’autres parties de son corps. Je m’arrêtais finalement à l’orée de ses sous-vêtements, plongeant mon regard dans le sien quand …  Mes lèvres quittèrent les siennes, parlant à l’exploration d’autres parties de son corps. Je m’arrêtais finalement à l’orée de ses sous-vêtements, plongeant mon regard dans le sien quand … My life will never be the same ‘cause girl, you came and changed the way I walk, the way I talk. I cannot explain the things I feel for you but girl, you know it’s true. Stay with me, fulfill my drams. And I’ll be all you’ll need. Oh oh oh oh oh You rocked my world, you know you did and everything I gonna give the rarest love who’d think I’d find someone like you to call mine […] Tout mon corps se crispa. Les paroles m’allant droit au cœur. Me soulevant les tripes. Tandis que mes oreilles s’étaient remises à saigner. « Ha putain non ! », je me mis à jurer, me relevant. En voyant la situation, Isadora allongée sur le canapé, à moitié nue, moi au-dessus d’elle et l’autre connasse chantant au point de réveiller les morts, je ne pus m’empêcher de partir en fou rire.


In the daylight I’m your sweetheart, You’re goody-thow-shoes prude is a work of art. But you don’t know me, and soon you won’t forget, bad as can be, yeah, you know I’m not so innocent.
Revenir en haut Aller en bas
PNJJe viens de débarquer parmi les fous
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Je suis personne
Faceclaim : Avatar inconnu.
Messages : 41 - Points : 186
Âge : X
Sujet: Re: [Terminé] Watching it come true, it's taking over you ▼ Matteo ( le Sam 15 Déc 2018 - 17:16 )
La soirée trainait en longueur pour la jeune blonde. Assise à table, entourée de ses collègues féminines (et un collègue masculin) elle se demandait ce qu’elle foulait là. Pourquoi avait-elle accepté de sortir, d’ailleurs ? Elle aurait préféré rester à la maison, recoller les morceaux avec Matteo. Elle voyait bien que quelque chose le tracassait malgré le fait qu’il essaie de faire comme si tout se passait bien. Elle le connaissait si bien son Matteo ! Son amour. Sa vie. Son tout. Il ne manquait plus qu’une chose pour que la vie soit parfaite pour lui. Un bébé. Un mélange de leurs gênes. Oh, quel beau bébé, il serait ! Elle s’était réjouie, en début de semaine. Elle avait eu du retard et s’était donc empressée de courir à la pharmacie. Le test de grossesse s’était relevé négatif. À son grand désespoir. Peut-être noyait-elle le chagrin, ce soir ? Adoptant le comportement de son amoureux, elle fit comme si tout allait bien, dans les meilleurs des mondes. Elle avait plaqué un sourire poli sur son visage, rigolait quand il le fallait et participait à la conversation. Pourtant, le cœur n’y était pas. Finalement, ayant décidé qu’elle avait fait sa part et que c’était le bon moment pour partir (ni trop tôt ni trop tard), elle inventa une migraine imaginaire.

Sur le chemin du retour, elle essayât à plusieurs reprises de contacter Matteo, l’avertissant de son retour imminent. Il ne décrocha nullement. Foutu téléphone cassé, pesta-t-elle. Voilà une idée de cadeau de Noël, même si, elle ne supportait pas qu’il reste sans être joignable pendant encore 1-2 mois. Certes, il avait toujours son professionnel mais … Arrivée à destination, elle leva la tête vers la fenêtre de leur petit nid d’amour. Noir complet. Elle fronça les sourcils. Était-il sorti ? Elle n’avait aucun souvenir qu’il lui ait dit quoique ce soit. Et, à vrai dire, il avait l’air plutôt mal en point quand elle était partie. Sa tête bourdonnant de questions, elle pénétra dans le hall d’entrée, s’excitant sur l’interrupteur. Pestant à tout vas. Jurant comme un camionneur. Emilia monta les marches jusqu’à son appartement, à défaut de pouvoir emprunter l’accenteur. Elle fut accueillie par la voix stridente de sa voisine. Il ne manquait plus que ça, tiens ! La migraine n’était pas loin de pointer le bout de son nez. Karma is a bitch. Après tout, n’avait-elle pas dit qu’elle devait rentrer, en raison d’une migraine ? Elle allait vraiment l’avoir à ce rythme. Jetant un regard noir sur la porte de sa voisine, utilisant son téléphone comme lampe de poche, elle entra chez elle. « Matteo ? », appela-t-elle, doucement. Aucune réponse. Ce qui l’énerva encore plus. D’un pas rageux, elle longea le couloir, crachant tout son venin sur la voisine. Se retrouvant dans le salon, éclairée aux bougies, elle s’arrêta nette. Elle resta un moment abasourdie, n’en croyant pas ses yeux. Son cerveau essayant d’analyser la situation. Elle en laissa même tomber son sac et son téléphone. « MATTEO !?!?! » Sans réfléchir, elle se jeta comme une furie sur son compagnon, le repoussant violemment, s’en prenant ensuite ouvertement à la jeune femme. « Espèce de putain. Garce », crachait-elle « Enlève tes sales pattes de mon fiancé! »


Emilia:
 
Revenir en haut Aller en bas
Isadora Forti10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3076-isadora-but-i-have-seen-this-a http://www.ciao-vecchio.com/t3127-isadora-what-if-we-rewrite-the-stars
ID : Redvelvet
Faceclaim : Anna Speckhart ©Mashed Woods
Multi-comptes : Aurora, Meena, Adalyn, Juliet.
Messages : 1126 - Points : 892

Âge : 31 ans
Métier : Musicienne dans l'âme, elle a toujours tenté de percer dans cet univers, sans succès. Elle s'est récemment faite à l'idée de reprendre l'entreprise familiale, ce qu'elle s'était promis de ne jamais faire. Des mois plus tard, grosse remise en question, envie de faire marche arrière sur sa décision.
Sujet: Re: [Terminé] Watching it come true, it's taking over you ▼ Matteo ( le Jeu 20 Déc 2018 - 3:02 )
Matteo & Isadora
“ Watching it come true,
It's taking over you. ”


C’est comme si les derniers jours de silence n’avaient pas eu lieu. Comme si la bombe de la mort de leur amie n’était pas tombée sur eux. Comme si le monde extérieur n’existait plus. Tout ce qui importe, c’est lui, elle. Eux. Leurs corps qui se retrouvent, cette soif de l’autre qu’ils apaisent enfin. Isadora se sent revivre entre ses bras. Elle se cambre sous la caresse de ses mains qui parcourent son corps, qui la dénude. Et ses propres mains descendent vers la braguette de Matteo, reprenant le travail entrepris un peu plus tôt afin de le libérer de son jeans. Rapidement, leurs pantalons se retrouvent sur le sol, et Isadora peut sentir le désir de Matteo contre sa cuisse. Elle meurt d’envie qu’il la possède immédiatement, mais plonge tout de même son regard dans le sien quelques instants, ses lèvres s’étirant en un mince sourire avant que leurs lèvres ne se retrouvent. Il déclenche une telle passion en elle, elle voudrait que le moment s’éternise, qu’elle n’ait jamais à se séparer de lui. Elle sépare ses lèvres des siennes, sa bouche traçant un sillon le long de sa joue, de sa gorge, puis de la ligne de son cou qu’elle s’amuse à mordiller doucement. Il en fait de même, embrassant chacune des parcelles de peau possible, avant qu’un son horrible ne vienne interrompre leur passion. Écarquillant le regard, Isadora tourne la tête vers le mur d’où la voix provient, avant que son regard ne croise celui de Matteo et qu’elle parte dans un grand éclat de rire. Secouée par son hilarité, elle plonge un regard fiévreux dans celui de Matteo avant de poser sa main sur sa nuque pour l’attirer de nouveau à elle, comme emportée dans un nouvel élan encore plus intense.

« Matteo ? » Isadora n’entend qu’à moitié la voix douce qui s’élève, toute son attention focalisée sur lui. Mais elle entend un bruit sourd d’objets qui touchent le sol, et son cœur rate plusieurs battements, avant qu’elle n’ouvre grand les yeux en repoussant le jeune homme. « MATTEO !?!?! » Avant même qu’elle n’ait eut le temps de réellement voir qu’Emilia est bel et bien là, celle-ci s’attaque à Matteo en le repoussant, et Isadora se relève rapidement en position assise, attrapant un coussin pour couvrir sa poitrine, son ventre. « Espèce de putain. Garce! » Elle reste là à encaisser les insultes, à la fois parce qu’elle est en état de choc, mais également parce qu’elle a le sentiment de les mériter. « Emilia… », commence-t-elle, mais la blonde continue sur sa lancée. « Enlève tes sales pattes de mon fiancé! » Fiancé?! Isadora lève un regard plein de confusion vers Matteo, entrouvrant la bouche avant de la refermer aussitôt. Elle fronce les sourcils, et tend la main vers son pantalon qui traîne sur le sol, l’enfilant aussitôt avant de se relever. Mâchoires serrées, elle fonce vers l’entrée de l’appartement, récupérant au passage son haut qu’elle enfile machinalement, dans une confusion absolue. Fiancé. Elle n’a rien à faire ici, il faut qu’elle quitte. Immédiatement.




AVENGEDINCHAINS


I love you.
Cause every night I lie in bed the brightest colors fill my head a million dreams are keeping me awake. I think of what the world could be a vision of the one I see, a million dreams is all it's gonna take. A million dreams for the world we're gonna make. ▬
Revenir en haut Aller en bas
Matteo DragoniLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3769-m-smells-like-a-freakshow http://www.ciao-vecchio.com/t3799-m-smells-like-a-freakshow
ID : Bellätrix (V.)
Faceclaim : E. Peters © ealitya ♡ (avatar) + ANESIDORA (signature)
Multi-comptes : Noah & Giovanni.
Messages : 1180 - Points : 742

Âge : 31 ans (1o.o4.87)
Métier : Agent immobilier.
Sujet: Re: [Terminé] Watching it come true, it's taking over you ▼ Matteo ( le Dim 23 Déc 2018 - 21:47 )
Dès que la voix stridente d’Emilia perça mes tympans, je me raidis. J’étais complètement pétrifié. Mon cerveau encore trop étourdi par l’effet des joints pour réagir. Elle s’en prit ouvertement à Isadora alors que, la pauvre, n’y était pour rien. La faute venait de moi. Elle n’était qu’une victime collatérale. Toutefois, elle ne m’adressa aucune parole ni aucun regard, attaquant toutes griffes dehors sa rivale. Elle ne l’avait jamais aimée. Je le savais. Elle avait fait assez de sous-entendus. Elle s’était toujours méfiée d’elle, et à raison. Alors que je voulais prendre la défense d’Isadora, repousser Emilia. La retenir. Faire quelque chose. Je restais planté là, comme en état de choc. Je voyais ce qu’il se passait, j’entendais les mots prononcés sans, toutefois, vraiment les voir et les entendre. C’était comme si j’étais un simple spectateur, comme si j’étais sorti de mon corps. Je sortis de ma léthargie une fois qu’Isadora réussit à s’échapper des coups d’Emilia, enfilant à la hâte ses habits et s’en allant. « Isa … », réussis-je à prononcer, voulant la retenir. Ou du moins lui dire de m’attendre dehors. Que j’allais arranger la situation. J’avais même réussi à faire un pas dans sa direction, alors que je n’avais même pas encore pris la peine de me rhabiller, étant tout simplement vêtu d’un simple caleçon, quand Emilia rentra en action. « TOI. Ne bouge surtout pas ». Mon corps réagit à son ordre, ne bougeant plus d’un pouce. Mon regard était rivé sur la porte d’entrée, qui venait de claquer. J’avais juste eu le temps de voir les cheveux à Isadora disparaître. Emilia fut à mes côtés en deux enjambées. La gifle claqua avant que je ne puisse la prévoir. Je ne fis rien pour me défendre. C’était totalement mérité. J’aurais dû mettre un terme à toute cette mascarade bien avant. Maintenant, il était trop tard. Je devais faire face aux conséquences, jusqu’au bout. Je m’attendais à recevoir une deuxième gifle, qui n’arriva jamais. Son bras était resté suspendu en l’air. Elle fulminait. Elle partit aussi rapidement qu’elle s’était approchée de moi. Quant à moi, je ne bougeais toujours pas. Je restais planté là, comme un con. Dix minutes passèrent, j’avais juste eu le temps de me rhabiller, avant qu’Emilia ne réapparaisse. Elle tenait deux valises en main. Elle le jeta à mes pieds. « Hors de ma vue ». Malgré le fait qu’elle ne le prononça pas réellement, je compris de suite ce qu’elle voulait dire. Je pris les deux bagages en main, me dirigeant sans un mot à mon tour vers la porte d’entrée. Je sortis de ma poche les clés que je déposais sur une petite commode, dans le couloir. Je me retournais. « Désolé », furent les seuls mots que je réussis à prononcer. Pour toute réponse, elle jeta à mon visage la bague que je lui avais offerte au Noël précédent. Message reçu. Je quittais l’appartement, sachant que plus jamais je n’y remettrais les pieds.


In the daylight I’m your sweetheart, You’re goody-thow-shoes prude is a work of art. But you don’t know me, and soon you won’t forget, bad as can be, yeah, you know I’m not so innocent.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [Terminé] Watching it come true, it's taking over you ▼ Matteo ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [Terminé] Watching it come true, it's taking over you ▼ Matteo -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2