Revenir en haut
Aller en bas


 

- [Loterie] Dafne & Giovanni | Pour la modique somme de... -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Brigitta GhionaVieille fille et blogueuse désespérée
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t82-brigitta-o-la-blogueuse-d http://www.ciao-vecchio.com/t82-brigitta-o-la-blogueuse-desesperee
ID : Djoan (Floriana) fait vivre Brigitta à travers les articles de son blog.
Faceclaim : Alison Brie ©Shiya
Messages : 599 - Points : 1250

Âge : Trente-quatre ans, au bout de sa vie à la moindre ride qui s'accumule sur son visage.
Métier : Professeur en école maternelle et blogueuse dépressive à son temps perdu.
Sujet: [Loterie] Dafne & Giovanni | Pour la modique somme de... ( le Dim 28 Oct 2018 - 18:48 )
SexyAurora & Loris
Voici votre sujet aléatoire avec une situation préparée par nos soins. Si vous avez un souci, une question, n'hésitez pas à nous contacter. Bon jeu !

@Dafne Schiavone, @Giovanni Vanderbilt
Situation Pour le bien d’une association, une vente aux enchères est organisée. Un peu particulière, puisqu’il s’agit de se vendre pour une soirée. Le programme semblait être excitait pour l’amie de Dafne qui a finalement cédé sa place pour cause de maladie. L’organisateur comptant sur elle, elle s’est bien gardée de donner les détails à Dafne qui s’y rend sans savoir où elle met les pieds. Et la voilà poussée sur l’estrade, avec quelques femmes et hommes. C’est à la première enchère remportée que tout prend plus de sens et avant même d’avoir pu prendre les jambes à son coup, c’est à présent à son tour. En voyant un rival essayer de remporter le lot, Giovanni décide de lui couper l’herbe sous le pied et obtient la récompense.
Revenir en haut Aller en bas
Dafne Schiavone10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4225-mes-livres-sont-vierges-mais-l
ID : Salem, Cinzia
Faceclaim : A. Kane + ©art acide
Multi-comptes : nope
Messages : 188 - Points : 111

Âge : 30 ans
Métier : Escort-girl
Sujet: Re: [Loterie] Dafne & Giovanni | Pour la modique somme de... ( le Lun 29 Oct 2018 - 21:36 )
Pour la modique somme de...Loterie

« Bambola, est-ce que je t’ai déjà dit à quel point j’étais heureuse que tu aies réintégré la boîte ? » me lance une Pilar à la voix rocailleuse et diablement facétieuse. La dernière fois qu’elle employa un ton identique à celui-là, elle m’embrigadait sur la piste de l’argent facile. A l’époque, nous partagions la même chambre à l’université et nous arrêtâmes les cours à deux semaines d’intervalle. « Qu’est-ce que tu veux, chérie ? » Je suis du genre lucide, je prends peu de risque : elle est un livre ouvert pour moi bien que plusieurs différences nous distingue. Premièrement, elle ne remit point en doute son entreprise. Deuxièmement, elle m’est entièrement prévisible. Troisièmement, je regrette souvent mon choix, indéfiniment même. Elle, elle l’honore un vendredi sur le mois lorsque, son chèque entre les doigts, elle court les rues piétonnes de notre belle cité touristique où se côtoient des boutiques de fringues de préférence griffée. Autant dire que je sentais le coup fourré arrivé, de loin et qu’elle eut beau jurer les grands dieux que ce remplacement était réglo, je n’en croyais pas un mot. Pilar était une fieffée menteuse à ses heures, mais j’abandonnai la bataille pour accepter, de mauvaise grâce, seulement motivée par un besoin pressant d’argent. Je postulais pour un appartement en plein cœur de Naples, un qui ressemble étrangement à celui que je quittai  quand persuadée d’être amoureuse d’un homme qui possédait tout, j’eus l’idée saugrenue de changer de vie. Foutaises. Je ne suis bonne qu’à ça. J’étais donc persuadée que rien d’insurmontable ne m’attendait durant cette soirée de gala en faveur d’une association au noble dessein. Dieu que je tombai bien bas… poussée sur la scène, quelques projecteurs dirigés vers mes compatriotes de galère et moi, pour je ne sais quelle raison, j’étais à l’aise jusqu’à ce que la compagnie de ma voisine de gauche ne soit offerte aux plus offrants moyennant une somme modeste. « C’est quoi cette blague ? » chuchotais-je alors à celle de droite tandis qu’on me lançait dans l’arène. Au centre d’un halo de lumière, cette dernière m’aveugla, si bien qu’à défaut de voir les mains se lever, je n’entendis que les sommes scandées par des inconnus auxquels je semblais plaire. Je n’étais pour eux qu’un jouet, leur future acquisition. Sourire fut de plus en plus pénible et être remportée comme le lot d’une tombola ne m’aidait pas à retrouver ma bonne humeur.

Était-ce désagréable pour autant ? Non ! Je connais la chanson qui m’oblige à être polie et à me taire sauf que cette fois, je ne serais pas la bénéficiaire de l’argent dépensé. J’ai beau ne pas être vénale, ignorer pour quelle association je viens de me vendre – tout ce que je déteste – ne m’aide pas à me sentir totalement à l’aise en descendant les marches pour rejoindre l’heureux gagnant. « Bonsoir » avançais-je avec une assurance totalement feinte. Je n’en menais pas large, mais je n’avais aucune envie qu’il puisse s’en rendre compte ce bellâtre à la quarantaine bien entamée. «  Il y a un contrat ? Je veux dire… Je suis là pour avoir remplacée une amie. C’était quoi le deal ? Que vous êtes-vous offert exactement ? » Je chuchotais à présent et il ne trainait dans le timbre de ma voix aucune animosité. L’homme, il se prenait au jeu, il n’était coupable de rien. « Dafne. Je m’appelle Dafne et pourriez-vous me dire pour quelle association vous avez dépensé autant d’argent ? »  



Bras tendus, boulets aux pieds, je bascule à cause de lests. Debout, seule, et déboussolée, bercée par une chanson de geste. En tête de proue, en proie au doute, j'enlève la cape de bonne espérance.
Revenir en haut Aller en bas
Giovanni VanderbiltToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4071-the-dream-is-collapsing-g http://www.ciao-vecchio.com/t4138-the-dream-is-collapsing-g
ID : Bellätrix (V).
Faceclaim : L. Dicaprio ©midnight blues (avatar) + endlesslove (signature)
Multi-comptes : Ditlev, Matteo et Lorenzo.
Messages : 56 - Points : 63

Âge : 40 ans (31.1o.78)
Métier : PDG de Vanderbilt Clinic.
Sujet: Re: [Loterie] Dafne & Giovanni | Pour la modique somme de... ( le Mer 7 Nov 2018 - 22:40 )
Honnêtement, je n’avais fichtrement aucune idée du pourquoi j’avais décidé de participer à cette soirée. Puérile qui plus est. Toutefois, pour ma défense, en lisant l’invitation que j’avais reçu à la clinique, je n’avais pas bien fait attention à quel genre de soirée c’était, ni le genre d’enchère. J’avais juste retenu que l’argent serait renversé à une association de son choix, qu’il fallait préalablement citer, avec coordonnées et tout le tintouin en renvoyant le coupon réponse. Me voilà donc. Crevant de chaud. Dans un brouhaha ambiant infernal. Qu’est-ce que ça serait le pied de pouvoir s’éclipser d’ici, ni vu ni connu. Et pourtant, je restais sagement assis à ma place. D’une humeur exécrable. Heureusement, les coupes de champagnes étaient offertes. Il ne manquait plus qu’il fasse les payer ! Et puis quoi encore ? Bref, pour revenir au sujet, la soirée consistait donc à … vendre – en quelque sorte – son corps. Bande d’hypocrites. Ça érigeait des lois, ça embarquait les filles qui faisait le trottoir mais par contre, là, tout à coup, c’était légal ? Sous quel prétexte ? Et., le pire dans tout ça, était certainement le fait que j’y participe. Même si je n’avais aucunement envie d’être là. Au moins, les féministes ne pouvaient pas crier au scandale. Sur scène, il y avait de tout. Des hommes, des femmes, des jeunes, des vieux, des nains, des estropiés, des minces, des gros. Chacun d’entre eux jouait le jeu et, surtout, comme l’avait dit plusieurs fois le présentateur, ils s’étaient portés volontaire. Personne n’avait été forcé à faire quoique ce soit. M’ouais, soit. Plusieurs minutes passèrent tandis que je regardais, d’un air blasé, faisant tourner mon briquet entre mes doigts histoire de m’occuper, défiler ceux qui vendaient leur corps pour la bonne cause quand, soudainement, un mouvement attira mon attention sur ma gauche, quatre sièges plus loin. Je me penchais afin de mieux voir ce qui se passait. Au même moment, d’ailleurs, une jeune femme brune avait été mise sur le devant de la scène. À vrai dire, je n’y portais pas beaucoup d’attention, occupé à observer autre chose. Quatre sièges plus loin, donc, se tenait mon directeur médical. Ce sale petit con. Mon pire ennemi. Je ne pouvais tout simplement pas le voir. Il avait de la chance d’être compétant sinon je l’aurais déjà mis à la porte depuis belle lurette. Il était là, excité comme une puce, misant le plus qu’il pouvait, surenchérissant. Le type qui s’était transformé en commissaire-priseur pour la soirée commençait son décompte. 10, 9, 8. Je me rassis, posant mon dos contre le dossier du siège, croisant les bras, un sourire carnassier sur les lèvres. 7, 6, 5, 4 à l’heure qu’il est, il ne devait certainement plus se sentir pissé, le pauvre. À moins qu’il se fût déjà vidé dans son pantalon. Ça ne m’étonnerait même pas. 3,2 … et c’est à ce moment-là que je levai la main, remportant par-là l’enchère, sachant pertinemment que, malgré son salaire à cinq chiffres, il ne pouvait tout simplement pas rivaliser avec moi. Un sourire satisfait, j’attendis que la jeune femme me rejoigne, sous le regard assassin de ce trou duc.

La jeune femme à ma hauteur, je me levai, me comportant comme un gentleman, ce que je n’étais d’ordinaire pas. « Bonsoir », répondis-je, automatiquement. J’avais beau être un connard avec la gente féminine, je sais quand même me comporter en société et mettre cette facette de moi de côté. Je lui souris, chaleureusement. « Rassurez-vous, il n’y a pas de contrat », essayais-je de la rassurer. Je voyais bien que, malgré tout, elle n’était pas vraiment à l’aise, surtout qu’elle venait justement de préciser qu’elle avait dû remplacer une de ses amies au pied levé. La pauvre. Elle avait eu chaud. J’haussais les épaules, réfléchissant, en trouvant pas de réponse appropriée. « Honnêtement ? Je me pose encore la question. Je n’avais pas bien vu en quoi consistait la soirée et … » m’ouais, un peu bancale comme explication, surtout que je l’avais quand même achetée. Je me levai. « Ne vous en faites pas. Vous êtes libre de faire ce que vous voulez, tant que vous restez avec moi. Donner le change. Faites comme si » Je réduisis la distance qui nous séparait, posant ma main sur son épaule, sans aucune ambiguïté. « Giovanni, enchanté », me présentais-je à mon tour, avant de hocher la tête. « Ça va peut-être vous paraître … contradictoire mais j’ai décidé de venir en aide à une association qui vient en aide aux femmes », aux femmes battues et dans la rue, principalement. Je lâchais son épaule, me rapprochant dangereusement d’elle, venant lui chuchoter à l’oreille. « Soyez discrète, mais vous voyez le type à quatre sièges d’ici ? Celui qui voulait absolument vous avoir comme lot de consolation ? » je m’interrompis, lui laissant le temps d’enregistrer ce que je venais de dire. « C’est surtout de lui que je vous ai sauvé. Je le connais et … », je grimaçais pour moi-même, sachant que je ne valais pas mieux que lui. « Alors souriez, faites comme tout se passe à merveille le temps que nous soyons encore dans cette salle ». Car oui, je n’avais toujours qu’une seule envie, partir d’ici. Je reculais, passant mon bras par-dessous le sien, non sans jeter un dernier regard à Giuseppe. « Venez », dis-je simplement « Allons prendre un peu d’air. On étouffe ici ». Sans vraiment attendre sa réponse, je l’entraînais à ma suite, me comportant comme il le fallait en présence des autres. Quand un serveur passa, je ramassais deux verres, un pour moi et un pour elle. Une fois dans le couloir venant à la sortie de la pièce, je lâchais un peu de lest. « Vraiment, ne vous inquiétez pas » Je m’arrêtais un instant, plantant mon regard dans le sien. « Vous fumez ? », lui demandais-je, alors que je me dirigeais vers une terrasse, lâchant son bras.



You’re waiting for a train. A train that will take you far away. You know where you hope the train will take you, but you can’t know for sure. Yeti t doesn’t matter. Now, tell me why ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [Loterie] Dafne & Giovanni | Pour la modique somme de... ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [Loterie] Dafne & Giovanni | Pour la modique somme de... -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo