Revenir en haut
Aller en bas


 

- LANA - L'amour est une névrose -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli :: Bodega
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Micaela Flores10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4127-micaela-on-the-outside-you-re- http://www.ciao-vecchio.com/t4226-mica-the-fear-has-gripped-me-but-here-i-go
ID : JANE.SMITH / Léa
Faceclaim : Nathalie Kelley; pivoine boréale
Messages : 809 - Points : 648
Âge : 33 ans
Métier : artiste peintre, même si elle a l'impression de ne pas mériter le titre d'artiste ; elle survit grâce à des commandes, ayant la fâcheuse tendance d'accepter tout type de projets, puisqu'il faut bien payer les factures
Sujet: LANA - L'amour est une névrose ( le Lun 29 Oct 2018 - 0:13 )
Le repas s'est bien passé. Micaela est soulagée. C'est cruel à dire, mais elle redoutait cette soirée, qu'elle avait pourtant provoquée. Entre Lana et elle, c'est devenu compliqué et étrangement tendu, au point que, récemment, chacune de leur conversation s'est terminée en dispute. Mais en fait, il suffit juste d'éviter de parler de leurs amours déçus pour que cela se passe bien. Et elles en ont encore, des choses à se dire - bien que Mica a pris plus de plaisir à écouter son amie d'enfance qu'à lui raconter quoi que ce soit. Il faut dire que Lana rayonne, depuis son retour de Sicile. Elle semble plus apaisée, plus sure d'elle. Si Micaela envie cette nouvelle assurance, elle ne jalouse absolument pas l'Italienne, au contraire : elle ne lui souhaite que de réussir, d'enfin se trouver. Lana le mérite, elle a bien trop morflé pour que Mica puisse lui souhaiter autre chose qu'une éclaircie, enfin. Alors, elles se prennent à rêver un instant. De tout un tas de projets, un peu fous. Elles parlent aussi un moment des parents Giaccomo. Mica est ravie d'apprendre que Delia et Adamo reviennent sur Naples : c'est qu'ils lui ont manqué, perdus sur leur île méditerranéenne. Ils ont tellement fait pour elle, qu'elle a bien du mal à les considérer simplement comme les parents de Lana, et pas comme des amis importants dans sa propre vie. Mais surtout, surtout, les deux femmes évitent de mentionner Fabio ou Felice. Même Erio passe à la trappe ; Mica espère que c'est le signe que tout va bien, entre Lana et lui. Elle ne se risque toutefois pas à demander. Les histoires de mecs, ça risquerait de lui attirer les foudres de la brune. A la place, elle s'entend plutôt proposer : « Y'a une soirée salsa, dans un bar pas loin. Ça te dit d'y aller ? » Le ton a beau être naturel, la Flores appréhende une réponse négative de son amie. Elle attrape son verre et vide le fond du vin qui y reste, l'air de rien, juste pour éviter de rester bêtement suspendue aux lèvres de Lana. Elle accueille sa réponse avec un sourire soulagé et se plait déjà à les imaginer prendre du bon temps sur de la musique cubaine. « Super ! Tu veux un café, ou autre chose, avant d'y aller ? » s'enquiert-elle, tout en cherchant un des serveurs du regard. Sans le réaliser, Mica attrape son téléphone et tapote rapidement un message pour informer son petit-ami qu'elle rentrera un peu plus tard qu'initialement prévu. Une fois ceci fait, elle interpelle un des employés et commande un expresso.

Son café bu et la suite de leur soirée programmée, Micaela et Lana se rendent au comptoir pour régler la note. En chemin, l'artiste ne résiste pas à jeter un énième coup d’œil à son portable. La gorge nouée, elle note une nouvelle fois que Felice a bien lu son message, mais qu'il ne daigne pas y répondre. Elle oublie toutefois ses inquiétudes pour donner le change à Lana. La comédie ne dure pas longtemps puisque, lorsqu'elle ouvre son portefeuille, elle ne peut retenir sa surprise : « Merde. C'est quoi ce délire ? » Elle réalise que son langage est déplacé et s'excuse rapidement auprès du serveur, tout en fouillant minutieusement son sac. Un sourire désolé sur le visage, elle avoue le problème à son amie : « J'avais de l'argent dans mon portefeuille, j'en suis sure. Et... Il est plus là. 'Fin, il doit bien être quelque part... » Embarrassée, elle se décide à vider le contenu de son sac à main sur une table voisine. Mais elle doit rapidement se rendre à l'évidence : il n'y a aucun signe des billets égarés. Pourtant, elle se rappelle très clairement les avoir empochés. Et Micaela manque bien trop d'argent pour s'offrir le luxe d'avoir oublié qu'elle a dépensé 100 euros. Elle n'est pas certaine non plus qu'elle pourra payer quoi que ce soit avec sa carte bancaire. Mais elle essaie tout de même et sent le malaise l'envahir quand elle voit apparaitre le fatidique "Paiement refusé". Elle ne sait pas ce qui la gêne le plus entre le regard désolé du serveur ou le fait de devoir demander à Lana d'avancer sa part du repas. Elles en ont vu d'autres, c'est sûr mais Mica n'aime pas devoir de l'argent à qui que ce soit, même pas à celle qu'elle considère presque comme une sœur. Encore moins quand elles tentent de se rabibocher.
Revenir en haut Aller en bas
Lana Giaccomo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1604-lana-be-my-friend-hold- http://www.ciao-vecchio.com/t1630-lana-broken-inside#33911
ID : Mary
Faceclaim : Rachel Bilson ©Athéna(avatar) .beylin (code signature) , Ealitya & mrs chaplin (gif)
Multi-comptes : Leila Mancini
Messages : 2863 - Points : 3183

Âge : 33 ans (23 mai 1985)
Métier : Organisatrice de mariage. Est une passionnée de la danse mais n'a jamais eu le courage d'en faire son métier
Sujet: Re: LANA - L'amour est une névrose ( le Lun 29 Oct 2018 - 23:10 )
Une soirée entre une filles, une vraie. Sans un mot plus haut que l’autre, sans un regard en coin, sans une remarque mesquine. Ca semble faire une éternité pour Lana entre Mica et elle, autant dire que l’Italienne profite de ce pur moment de répit. Il semble que son départ en Sicile pendant près de trois semaines n’est pas fait que du bien à son couple mais aussi à une de ses plus vieilles amitiés, une de ses plus belles. Les quatre cents coups qu’elles ont faits, Mica et Lana. Toujours là l’une pour l’autre à se serrer les coudes dans les moments les plus difficiles mais, dernièrement, l’organisatrice de mariage a vu leur histoire d’amitié s’étioler, rongée par les mauvaises décisions sentimentales des deux femmes. D’abord, Mica n’a pas supporté que Lana retourne vers son ex, celui à cause de qui Lana a tant pleuré sur son épaule. Puis ça a été au tour de Lana de se méfier de ce nouvel homme entrant dans la vie de Mica, charmant aux premiers abords mais qui, très vite, a attiré les soupçons de la brune par des petits gestes étranges, des attitudes qui pour elle ne trompent pas pour les avoir tant expérimentés avec Fabio. Si aujourd’hui, Lana a depuis quelques temps appris de ses erreurs, tourné la page quant à son addiction vicieuse à son ex, Micaela, elle, s’entête dans sa relation. Est-elle heureuse, au moins ? Lana n’en sait fichtre rien pour la simple et bonne raison qu’elle n’a pas osé demander. Non pas que la réponse n’est pas son importance à ses yeux mais, trop heureuse de retrouver le sourire si lumineux de sa meilleure amie, elle n’a pas voulu prendre le risque d’une nouvelle dispute. Le fait est que la jeune femme est déjà lassée de leur récente guéguerre. « Si moi ça me dit d’aller danser ? Comment oses-tu poser la question ! » Alors bien sûr que Lana est partante pour prolonger cette soirée pour le moment idyllique, elle ne désire que ça, même. Son large sourire qui lui prend presque la moitié de son visage en dit d’ailleurs long sur son envie qui est bien réelle. « Un thé, pour moi. » Commande-t-elle, histoire de se donner un petit coup de boost pour pouvoir tenir autant de temps qu’elle le désire. Et alors qu’elle observe une seconde son amie prendre son portable, la jeune femme ne peut s’empêcher de se pincer les lèvres alors que la question de savoir à qui elle écrit lui brûle la gorge. Il ne faut pas être devin à voir son empressement à taper sur les touches, sa fébrilité dont Mica elle-même ne semble même pas s’apercevoir pour connaître l’identité de la personne mystère : Felice, évidemment. Une seconde, des pensées mauvaises lui viennent à l’esprit, à savoir pourquoi elle se sent obligée de lui faire son rapport pendant leur soirée et pourquoi est-ce impossible pour elle de laisser son homme de côté pendant une soirée complète… avant de se saisir de son propre portable pour écrire à Erio et lui dire de ne pas l’attendre ce soir. Il faut croire, qu’au final, tous les prétextes sont bons pour maudire cet homme même les mauvais.

Hâtive de laisser ses mauvais sentiments là et de noyer ses inquiétudes dans la musique, Lana ne boude pas son plaisir à quitter la table et va d’un pas presque pressé régler l’addition à l’entrée du restaurant. Alors qu’elle cherche dans son sac à main – autrement appelé foutoir personnel – son portefeuille, Lana relève un regard surpris vers Mica qui semble inquiète. « Qu’est-ce qui se passe ? » La réponse a ses interrogations arrivent bien vite finalement alors que Lana s’approche un peu plus de son amie qui s’est éloignée sur le côté, faisant signe au serveur qu’elles reviennent. « Attends, ne panique pas, de l’argent ça ne se perds pas comme ça. » Ou alors, il faut s’appeler Lana Giaccomo mais, fort heureusement, son amie ne se montre pas aussi distraite qu’elle peut l’être parfois. Tout le temps. « Tu l’as mis quand cet argent dans ton portefeuille déjà ? Est-ce que tu as laissé traîner ton sac dans un lieu public ? » Encore une fois, il lui semble que ce ne soit pas tellement son genre à elle. « Ou bien quelqu’un qui a accès à ton portefeuille l’a pris, je vois que ça. » Les voilà qui reviennent. Les mauvaises pensées. Car la première personne à laquelle Lana pense, la plus évidente, n’ajoute qu’une pierre à un édifice de méfiance déjà bien construit. L’idée passe dans son esprit, rien qu’une seconde, mais il lui semble pourtant que Mica capte dans son regard fugace sa pensée. Après tout, elles se connaissent depuis toujours. « Bon, tu sais quoi, on ne va pas se prendre la tête, je paye l’intégralité et puis on s’arrangera plus tard. » Faisant signe à Mica de tout ranger, Lana se dirige alors vers le comptoir, préférant laisser là pour le moment ses questions. Pas question de gâcher ce moment, elle s’en voudrait, bien qu’il soit peut-être déjà trop tard.



Erio & Lana


Je ne squatterais plus les rues de ma peine. Quand je suis perdue, j'veux que tu me ramènes. Je veux qu'on fasse bien, je veux qu'on aille loin et qu'on traîne.
Revenir en haut Aller en bas
Micaela Flores10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4127-micaela-on-the-outside-you-re- http://www.ciao-vecchio.com/t4226-mica-the-fear-has-gripped-me-but-here-i-go
ID : JANE.SMITH / Léa
Faceclaim : Nathalie Kelley; pivoine boréale
Messages : 809 - Points : 648
Âge : 33 ans
Métier : artiste peintre, même si elle a l'impression de ne pas mériter le titre d'artiste ; elle survit grâce à des commandes, ayant la fâcheuse tendance d'accepter tout type de projets, puisqu'il faut bien payer les factures
Sujet: Re: LANA - L'amour est une névrose ( le Mer 31 Oct 2018 - 1:20 )
Mica est ravie, à l'idée d'aller danser en compagnie de Lana. Récemment, la plupart de ses soirées se finissent seule ou par une dispute avec Felice. Alors, en général, elle les passe en planant - c'est mieux, pour relativiser. Cela repousse juste le crash au lendemain matin, quand elle peut prétendre que ses pensées moroses l'inspirent dans son travail. Mais Micaela est persuadée qu'elle n'a besoin d'aucune pilule, ce soir, pour l'apprécier. Elle est en trop bonne compagnie, et puis, elle craint bien trop que son amie ne l'interroge sur sa consommation. La Flores n'est pas encore prête à admettre qu'elle n'a plus rien d'occasionnelle, voire même de récréative. Pas même à Lana, qui connait pourtant presque tout d'elle.

Elle se contentera donc d'un café, ce soir, pour se donner l'énergie suffisante. Ajouté à la complicité entre les deux brunes, Mica a l'impression que rien ne pourrait venir gâcher le moment. Jusqu'à ce qu'elle arrive à la caisse et ne panique lorsqu'elle constate que l'argent qu'elle avait glissé dans son portefeuille a disparu. Cent euros, c'est une somme pour Micaela, qui n'a jamais eu le luxe de ne pas compter ses dépenses, certains mois au centime près. Heureusement que Lana l'aide à y voir un peu plus clair et que sa voix calme un peu ses nerfs. Rapidement, Mica retrace sa journée dans tête. L'argent, elle l'a récupéré le matin, après la vente d'une toile mise en dépôt. Puis elle a fait quelques courses, s'est racheté un peu de matériel. Elle se souvient qu'elle voulait mettre un billet dans l'enveloppe pour son loyer. Est-ce qu'elle aurait pu se tromper, ou oublier l'argent à ce moment-là ? Non. Non, elle a acheté un paquet de cigarettes aussi, avec, juste avant de repasser par l'appartement se préparer. Et il ne lui reste à présent que la monnaie qu'on lui a rendu. Le seul endroit où elle a laissé trainer son sac, depuis, c'est ici, au restaurant. Elle n'ose pas croire qu'on lui ait volé quoi que ce soit ici. Alors, cela ne laisse la place qu'à une seule conclusion... Non. Non, c'est impossible. Felice ne se serait pas servi comme cela. « Oui, d'accord. Merci... » souffle Mica, gênée mais surtout distraite. Tout en rangeant les affaires sorties de son sac en hâte, elle caresse de plus en plus l'idée que son petit-ami ait pris ses derniers billets. Micaela n'en dit rien, toutefois, quand elles sortent du restaurant. Cela ferait trop plaisir à Lana, qu'elle doute ainsi de Felice... « Un peu plus et je me retrouvais à faire la plonge ! » commente-t-elle avec humour, pour détendre l'atmosphère. « J'ai vu un distributeur pas loin, en arrivant. Je vais essayer de retirer, au moins pour te rembourser. » propose-t-elle alors. Mica n'aime pas avoir des dettes, certes, mais son empressement vient surtout du fait qu'elle ne veut pas s'attirer d'autres questions. Des questions qu'elle se pose elle-même mais qui, pour une étrange raison, vont inévitablement la froisser lorsqu'elles sortiront de la bouche de Lana. Micaela ne parvient pas à rester muette bien longtemps, puisque après quelques pas à peine, elle saute sur la première excuse plausible pour appeler Felice : « Tu sais quoi ? Je les ai peut-être simplement laissés à la maison. Je crois qu'on devait payer l'électricité. » Elle se sent mal à l'aise lorsqu'elle réalise qu'elle vient de mentir sans même y réfléchir. A Lana. A son amie depuis vingt ans. Est-ce qu'elle va s'en rendre compte ? La Flores ne compte pas prendre le risque de la laisser la percer à jour. Elle baisse donc aussitôt les yeux et fouille son sac pour attraper son téléphone. Rapidement et en évitant toujours le regard de la Giaccomo, elle trouve le contact de son petit-ami et l'appelle. Après quelques sonneries, elle tombe sur la messagerie. Elle ne s'autorise pas à soupirer lorsqu'elle raccroche et adresse plutôt un sourire rassurant à Lana alors qu'elle rappelle l'Italien. Après tout, elle doit souvent l'appeler trois ou quatre fois avant qu'il ne réponde. Il doit tout simplement être occupé... Reste que l'anxiété de Micaela grandit à chaque sonnerie et elle se mordille nerveusement la lèvre, tandis qu'elle réfléchit à ce qu'elle va bien pouvoir dire. Enfin, il répond. La brune fronce les sourcils en entendant de la musique et des rires, à distance. « Hey chéri ! » dit-elle, étrangement tendue. « J'te dérange ? ... Ok, je fais vite mais, dis-moi je suis avec Lana et... J'avais de l'argent, tout à l'heure, tu l'as vu ? ... Comment ça ? Bah oui, dans mon sac et non, je l'ai pas perdu, Felice. » commence-t-elle à s'impatienter. « C'était 100 balles, un billet de 50, deux de 20 et un de 10. Je l'ai pas inventé, ce fric... » A moins qu'elle ne perde vraiment les pédales ? Mais quand est-ce qu'elle l'aurait dépensé ? En sachant qu'elle retrouvait Lana, en plus ?! « Comment ça, tu l'as pris ? Pu... Felice, j'ai pas pu payer le restau, merde ! T'aurais dû me le dire. » dit-elle plus bas, consciente du regard de son amie sur elle. « Ouais. Ouais c'est ça. Bonne soirée... » lâche-t-elle à contrecœur. Sauf qu'une fois qu'elle a raccroché, Micaela sait bien qu'elle ne peut pas maudire Felice. C'est prendre le risque que tout dérape. Alors, elle trouve une nouvelle excuse : « Il pensait me l'avoir dit. » Foutaises. Il retrouvait des potes et n'avait pas le temps de passer à la banque. Mais ça, Lana ne pourrait pas l'accepter sans faire un scandale en pleine rue. Ouvre les yeux, Micaela. Il vaut pas mieux que Fabio et je sais de quoi je parle. La trentenaire n'imagine que trop bien son amie s'emporter.



   
     
amours désaffectés ☩
À contre jour, nos regards en apesanteur fixent le point de non retour
Revenir en haut Aller en bas
Lana Giaccomo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1604-lana-be-my-friend-hold- http://www.ciao-vecchio.com/t1630-lana-broken-inside#33911
ID : Mary
Faceclaim : Rachel Bilson ©Athéna(avatar) .beylin (code signature) , Ealitya & mrs chaplin (gif)
Multi-comptes : Leila Mancini
Messages : 2863 - Points : 3183

Âge : 33 ans (23 mai 1985)
Métier : Organisatrice de mariage. Est une passionnée de la danse mais n'a jamais eu le courage d'en faire son métier
Sujet: Re: LANA - L'amour est une névrose ( le Mar 6 Nov 2018 - 15:58 )
Un simple oubli d’argent, ce sont des choses qui peuvent arriver et il n’y a pas de quoi en faire un drame. Pour autant, la situation surprend Lana tant elle sait que son amie se montre précautionneuse en matière d’argent. Il faut dire que la vie d’artiste n’est pas toujours une sinécure et que les fins de mois peuvent être compliqués pour son amie, aussi Lana s’efforce-t-elle de dédramatiser la situation en réglant la dette de Mica sans plus de cérémonie. Pourtant, son amie s’empresse de vouloir lui régler son dû, déclenchent un haussement d’épaules à l’organisatrice de mariage. « Ca va Mica, quand je disais qu’on allait s’arranger, c’est pas pressé à la minute non plus. » Autant même dire que Lana n’avait pas vraiment prévu de se faire rembourser cet argent, en fait. Ce restaurant, elle l’offre avec plaisir à sa meilleure amie, même si elle sait bien à quel point Mica peut se montrer têtue en matière d’argent. Mais, pour le moment, son amie semble plutôt préoccupée par autre chose, l’esprit ailleurs. Lana le remarque bien et tente d’aller dans son sens, pour éviter une nouvelle dispute. « Ah ben oui, c’est peut-être ça, en effet. Ca semble être la meilleure explication. » Ou bien il y en a une autre. Celle qu’elle a expliqué tout à l’heure, à savoir qu’une personne qui a accès à son sac peut s’être servie impunément. Et la personne à laquelle elle pense n’est autre que le petit-ami de la demoiselle. Ce Felice, Lana n’a jamais pu le sentir malgré les efforts qu’elle a pu faire au début. Il est pourtant difficile de se mettre l’Italienne à dos, et peut-être n’était-ce qu’un excès d’instinct de protection envers une des personnes qui compte le plus dans sa vie, mais le courant n’est jamais passé. Quelque chose dans son attitude envers Mica, qui a déjà bien trop souffert à son goût, ne passe pas. Alors Lana ne tente rien pour dissuader Micaela de téléphoner à ce dernier, désireuse elle aussi de savoir si ses intuitions sont fondées sur quelque chose ou bien si elle laisse simplement parler ses pires côtés. D’ordinaire, elle aurait plutôt fait le pitre pour tenter de lui changer les idées, pour passer rapidement à autre chose et passer une bonne soirée mais là, Lana n’arrive pas à lâcher prise. Alors elle tend l’oreille l’air de rien quand commence enfin le coup de fil, après plusieurs essais infructueux de son amie qui ont le don de lui déclencher un léger rictus. Mais ce qui suit par la suite est bien pire. Si elle n’arrive pas à comprendre tous les mots échangés entre les deux amoureux, Lana en entend suffisamment assez pour savoir qu’elle avait raison : Felice a bel et bien piqué dans son portefeuille. Malgré la tentative vaine de Micaela pour lui trouver des excuses, ce à quoi l’Italienne commence à être habituée, Lana voit rouge. « Non mais tu t’entends ? » Sa voix est plus sèche qu’elle ne l’aurait voulue, agacée par l’attitude de son amie qui persiste à se mettre des œillères. Dans d’autres circonstances, Lana aurait su faire preuve de plus de diplomatie mais là cette histoire la touche de trop près. D’abord, parce que Mica est une des personnes les plus importantes de sa vie mais aussi, surtout en fait, parce qu’elle se voit derrière le visage gêné de celle qu’il lui fait face. Elle se revoit des années en arrière, avec Fabio, et cette drôle d’emprise qu’il avait réussi à avoir sur elle, au point de parvenir à la faire reflancher dans un moment de faiblesse. Et elle mettrait sa main à couper que Felice est lui aussi ce genre de manipulateur. « Ca ne se fait juste pas de prendre de l’argent à quelqu’un sans lui demander, qu’on pense lui avoir dit ou pas. Non mais sérieusement, pour qui il se prend ? » Micaela ne roule déjà pas sur l’or sans que quelqu’un vienne lui ponctionner honteusement de l’argent. D’autant plus qu’il ne lui semble pas que Felice soit au bord d’un gouffre financier. « Sans compter que tu ne crois même pas à ce que tu viens de me dire. Je te connais, Mica. » Soupir de la jeune femme qui croise les bras sur sa poitrine. Lana a conscience qu’elle va s’attirer les foudres de sa comparse et c’est peut-être cette éventualité qui la pousse à reprendre avec un ton plus apaisé. « J’veux dire, Mica, c’est pas contre toi que je dis ça. C’est parce que je m’inquiète pour toi. Il est loin de te faire du bien ce type. » Alors que tout ce qu’il lui faut, c’est un homme qui l’accepte telle qu’elle est et qui arrive à la hisser vers le haut. Un peu comme ce qu’elle a pu trouver elle-même auprès d’Erio.


Erio & Lana


Je ne squatterais plus les rues de ma peine. Quand je suis perdue, j'veux que tu me ramènes. Je veux qu'on fasse bien, je veux qu'on aille loin et qu'on traîne.
Revenir en haut Aller en bas
Micaela Flores10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4127-micaela-on-the-outside-you-re- http://www.ciao-vecchio.com/t4226-mica-the-fear-has-gripped-me-but-here-i-go
ID : JANE.SMITH / Léa
Faceclaim : Nathalie Kelley; pivoine boréale
Messages : 809 - Points : 648
Âge : 33 ans
Métier : artiste peintre, même si elle a l'impression de ne pas mériter le titre d'artiste ; elle survit grâce à des commandes, ayant la fâcheuse tendance d'accepter tout type de projets, puisqu'il faut bien payer les factures
Sujet: Re: LANA - L'amour est une névrose ( le Dim 11 Nov 2018 - 2:26 )
Si cette histoire d'argent préoccupe autant Micaela, c'est parce qu'elle sent que quelque chose cloche. Elle ne s'est jamais émue que Lana lui offre un restaurant ou un verre dans un bar, d'autant qu'elle lui rend la pareille dès que possible. Mais cette fois-ci, elle se sent obligée de se justifier, de se cacher derrière un mensonge, quand bien même son amie ne lui demande aucun compte. Pourtant, Mica se fait-elle des idées quand elle semble sentir une pointe d'irritation dans les réponses de l'Italienne ? Ou bien, c'est Mica elle-même qui s'agace de ne pas avoir de réponse acceptable à ses questions. Elle décide de ravaler son orgueil pour téléphoner à Felice, donnant sûrement un peu plus de raisons à Lana pour le détester. Il n'arrange pas son cas en l'obligeant à l'appeler plusieurs fois avant d'enfin décrocher. Micaela note bien la grimace de son amie, qui ajoute un peu plus à sa nervosité. Elle se montre hésitante dans ses échanges avec son petit-ami, toujours dans ce besoin permanent d'arrondir les angles quand elle le peut. Ne pas faire de vagues, ne pas créer de disputes inutiles. S'ils avaient été seuls, en face à face, Mica pressent que la conversation aurait été plus houleuse. Mais face à Lana, elle veut montrer qu'elle fait ce qu'elle peut, pour que ça marche et laisser entendre que son petit-ami en fait de même. Micaela a pourtant passé l'âge de mentir comme une gamine prise en faute. Et Lana voit clair dans son jeu. Son ton est sans appel, certainement pour secouer la peintre. Mais comme trop souvent, plus elle la brusque, plus Micaela veut s'entêter dans la direction inverse. Elle l'a pourtant vue, Lana, se muer en quelqu'un d'autre, se plier en quatre pour plaire à Fabio, fondre sous ses reproches infondés. Elle ne la reconnaissait plus. Et si elle ouvrait vraiment les yeux, Mica ne se reconnaitrait plus non plus. « Et quoi ? Je vais vraiment créer une dispute pour 100 € quand il dépense bien plus pour moi, certains mois ? » se défend-t-elle. La brune ne connait pas les règles dans un couple, en matière d'argent. Mais Felice s'est toujours montré plus que généreux à son égard : il gagne bien sa vie, l'a accueillie sous son toit et n'a jamais réclamé qu'elle participe à de quelconques factures. Au mieux, c'est l'orgueil de Micaela qui l'a poussée à participer dans la mesure de ses moyens. Elle ne veut pas être un poids, pour lui, mais elle est aussi bien heureuse de ne plus se préoccuper autant de l'argent depuis qu'ils vivent ensemble. Bien sûr, elle ne roule toujours pas sur l'or mais son petit-ami la soutient financièrement. C'est déjà beaucoup à ses yeux, et c'est la raison pour laquelle elle n'a jamais osé lui reprocher de ne pas s'intéresser à d'autres pans de sa vie. Ces amis, avec qui il ne veut que rarement partager un repas ou une soirée, ses œuvres qui n'attisent pas sa curiosité, ses fêlures qu'il fait mine d'ignorer. C'était bien confortable, pour Mica, de ne pas avoir à se dévoiler - jusqu'à ce que ça commence à devenir pesant. Mais quoi ? Doit-elle baisser les bras pour si peu ? Non. La brune se souvient des débuts timides, de leurs premiers émois, de son cœur qui s'emballait quand elle l'embrassait. Elle veut croire qu'elle ne s'est pas leurrée, quand elle s'est crue capable d'être heureuse avec lui. Ils se sont juste perdus en chemin et, avec un peu d'efforts, ils pourront se retrouver. « Détends-toi, Lana. C'est pas un vol, non plus ! » L'Argentine commence à s'emporter. C'est mauvais signe. Jusqu'à Fabio, leurs disputes étaient aussi rares que la neige à Naples. Elles semblent monnaie courante aujourd'hui. Parfois, Mica voudrait rappeler à Lana toutes les fois où elle a essuyé ses larmes, réparé son égo abimé par son psychopathe d'ex. Elle l'a soutenue, elle. Alors pourquoi la Giaccomo semble-t-elle lui reprocher tout ce qui va de travers entre Felice et elle ? « Qu'est-ce que t'en sais, Lana ? Tu avais à peine posé les yeux sur lui que tu t'étais déjà fait une opinion. Mais la vie, c'est pas tout noir ou tout blanc. Il y a plein de nuances de gris, aussi. Et c'est pas parce qu'on n'est pas un couple de pub, Felice et moi, qu'il est un Fabio bis. » C'est ça le problème de Lana : elle a tellement morflé avec Fabio qu'elle le voit partout. Un faux pas de la part d'un homme et il se retrouve aux oubliettes. C'est un miracle qu'elle s'accroche avec Erio, surtout en sachant qu'il a couché avec Magda... « Et m'oblige pas à te rappeler toutes les fois où tu m'as envoyée paitre quand je m'inquiétais pour toi... » lance Mica, sur un ton acide. Elle se mord la langue, regrettant ses paroles si tôt qu'elle les a prononcées. Elle s'était promis d'enterrer leurs discussions houleuses, de ne pas reprocher à Lana ses erreurs de jugement. Pourtant, les vieilles histoires sont là, dans une fosse jamais recouverte, et elles parasitent toujours plus leur amitié. Dans un espoir vain de les tempérer toutes les deux, Mica soupire : « Excuse-moi, j'aurais pas dû dire ça... On va pas laisser cette histoire gâcher la soirée, hein ?! »



   
     
amours désaffectés ☩
À contre jour, nos regards en apesanteur fixent le point de non retour
Revenir en haut Aller en bas
Lana Giaccomo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1604-lana-be-my-friend-hold- http://www.ciao-vecchio.com/t1630-lana-broken-inside#33911
ID : Mary
Faceclaim : Rachel Bilson ©Athéna(avatar) .beylin (code signature) , Ealitya & mrs chaplin (gif)
Multi-comptes : Leila Mancini
Messages : 2863 - Points : 3183

Âge : 33 ans (23 mai 1985)
Métier : Organisatrice de mariage. Est une passionnée de la danse mais n'a jamais eu le courage d'en faire son métier
Sujet: Re: LANA - L'amour est une névrose ( le Dim 11 Nov 2018 - 22:59 )
Et les voilà reparties toutes les deux dans le tourbillon sans fin de leurs sempiternelles disputes. Ce soir devait pourtant être le soir de la réconciliation, mais il est juste impossible pour Lana de ne pas réagir à la scène qui se déroule devant ses yeux. Ce Francesco, elle le sent dans ses tripes, n’a rien de bon à offrir à son amie. Elle le pense depuis longtemps, a tenté de l’évoquer quelques fois mais ce qu’elle vient d’apprendre ne fait que confirmer ses doutes. C’est proprement hallucinant ! Se fourni dans le sac de sa petite-amie comme ça, sans demander. En soit, s’il lui arrivait la même chose avec Erio, elle n’en ferait pas un drame, c’est vrai. Mais le fait est qu’elle ne voit déjà pas Erio faire ça et que la situation est en plus très différente. Au vu des soucis financiers de Mica, que Lana sait réelle, elle ne peut que trouver l’attitude désinvolte de Felice totalement déplacée. Ce n’est pas en soit qu’il se serve, à la rigueur, mais c’est cette manière de ne pas la prévenir, de se ficher royalement de l’embarras dans laquelle il a pu mettre sa petite-amie. Ce soir, elle est avec Lana qui a pu la dépanner, c’est vrai, mais quand aurait-il été si Mica avait eu besoin de cet argent pour quelque chose d’autre, quelque chose d’important ? Ce n’est pas comme si son amie pouvait se permettre de jeter de l’argent par les fenêtres. « Non mais attend, ça ça n’a rien à voir qu’il dépense plus que toi ou pas certains mois ! Enfin, Mica, ce n’est pas tellement ce qu’il a fait mais la manière dont il a fait. Tu vas donc me dire que tu trouves ça normal qu’il se soit servi dans tes poches, sans te le dire ? Alors que tu as besoin de cet argent, en plus ? » Felice semble, au contraire, avoir un bon niveau de vie ce qui justifie encore moins son comportement. Enfin, vraiment, pourquoi faire un truc pareil ? Simplement pour la mettre en rogne ou parce qu’il s’en fiche royalement ? De son humble avis, Lana penche pour la deuxième option, la pire d’entre toute. Il n’y a rien de pire dans un couple que l’indifférence. Fabio ne l’a que trop utilisé par le passé avec Lana, pour l’amener à chaque fois dans la direction qu’elle désirait. Et elle s’est trouvée là, pendant près de trois ans, a nié les évidences qui s’accumulaient devant ses yeux, à savoir que son petit-ami n’en avait rien à faire d’elle, se complaisait simplement dans le fait d’avoir à disposition une femme qui pouvait tout lui passer. Et le constat amer qu’elle fait ce soir, c’est que son amie est en train de prendre la même pente dangereuse qu’elle. Elle s’éteint, petit à petit, renie en bloc les constatations pourtant évidentes de l’autre Italienne. Ca la tue, vraiment. De voir son amie de toujours se faire du mal comme elle a pu s’en faire à elle-même. « Désolé de te le dire mais quelque part si, Mica. Enfin, ouvre les yeux, ça ne se fait juste pas ce qu’il a fait ! » Elle en rajoute une couche, exagère peut-être le drame qui se joue ici. Si ça avait été quelqu’un d’autre que Mica, et si ça n’avait pas concerné Felice, la jeune femme aurait sans doute fait preuve de plus de laxité, aurait cherché des bonnes excuses à la situation mais là, elle n’en voit aucune. Ou plutôt, elle ne souhaite pas en trouver, qu’importe qu’il puisse y en avoir. Parce que Mica a raison : elle le voit comme un Fabio bis, rien de plus. Quoi que son amie en dise, elle ne parvient pas à s’ôter ce pressentiment de la tête. « On est pas en train de parler de Fabio ou même de moi, là. Et ça n’a rien à voir avec le fait d’être un couple de pub ou pas. » Mais elle ne souhaite pas prendre l’exemple Fabio sur le devant de la scène car Lana craint que cela finisse par desservir son propos. Son amie lui parlerait de ses propres peurs qu’elle projette sur les autres plutôt que de comprendre où elle veut en venir. « Erio et moi on est tout le contraire d’un couple de pub. On est passé par des épreuves difficiles. Mais la manière dont Felice se comporte avec toi… Il y a quelque chose qui cloche Mica. » Ces regards, ces gestes, son comportement, ce n’est pas celui d’un homme amoureux. Erio, en dépit de toutes les mauvaises choses qu’ils ont pu se dire, a toujours eu cette forme d’étincelle quand il la regarde. Lana ne saurait pas poser exactement un mot dessus mais elle est bien là. Mais pas dans les yeux de Felice. Le pire dans tout ça, c’est qu’elle n’est pas vraiment certaine qu’elle soit là dans les yeux de son amie non plus. « Mica… » C’est de bonne guerre. Mica lui renvoie ses mauvais comportements en pleine figure mais c’est justement pour ne pas répéter les mêmes schémas qu’elle tente de lui ouvrir les yeux aujourd’hui. Avant que ça ne prenne plus de proportions, avant qu’il ne soit trop tard. Mais son amie est tout aussi butée qu’elle a pu l’être par le passé. « C’est vrai, tu as raison. » Alors elle lâche un peu de leste, finalement, se rappelant à quel point se faire entendre rabâcher toujours les mêmes choses peut au contraire vous conforter dans vos mauvais choix. Histoire de montrer aux gens qu’ils se trompent, de leur tordre la langue. Histoire de ne pas s’avouer vaincue. « Et je suis très contente que tu ais enfin trouver quelqu’un avec qui ce soit sérieux, je t’assure. Simplement, j’aimerais que ce soit à la hauteur de ce que tu mérites. Je m’inquiète peut-être trop, comme d’habitude. » Lana doute de ses paroles mais ne peut se permettre de braquer Mica. Si elle veut être là pour elle, elle doit mettre de l’eau dans son vin. « Est-ce que tu peux me promettre que si ça ne va pas, tu viendras m’en parler, ok ? Je ne te jugerais pas. » Jamais. Dans la relation qui les lie, ça n’a jamais été au programme.


Erio & Lana


Je ne squatterais plus les rues de ma peine. Quand je suis perdue, j'veux que tu me ramènes. Je veux qu'on fasse bien, je veux qu'on aille loin et qu'on traîne.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: LANA - L'amour est une névrose ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- LANA - L'amour est une névrose -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli :: Bodega
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli :: Bodega