Revenir en haut
Aller en bas


 

- Entrez dans la danse. feat Lana -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Modernissimo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Luna PrimaveraToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4153-les-trous-noirs-c-est-comme-un http://www.ciao-vecchio.com/t4158-la-blessure-cicatrisee-on-oublie-la-douleur-luna#131616
ID : sweety / nath
Faceclaim : Irina Shayk © .sanae. (vava)
Multi-comptes : Augusto Rinaldi & Safiya Rahotep & Declan O'Reilly
Messages : 730 - Points : 1090

Âge : 34 ans depuis le 1er mai mais rien n'est vraiment sur.
Métier : Assistante administrative au cinéma le Modernissimo
Sujet: Entrez dans la danse. feat Lana ( le Lun 29 Oct 2018 - 19:19 )

Lana & Luna.

Un entre chat. Une arabesque. Un pas de bourré. Une pirouette. Des pas posés sur des notes de musique même invisibles. Et voilà qu'un arc en ciel se dessine pour immortaliser l'instant devenu bien plus présent que les douleurs du passé.




Le générique du film s’étire doucement sur l’écran blanc. Les spectateurs commencent à se lever, peut être pressés de partir avant le mot "The End ". Luna est là dans un coin, attendant que la salle de vide. Elle a au moins vu ce film dix fois mais elle s’en fiche. Il lui remue toujours les tripes. Bientôt elle va se retrouver seule avec Gorge, l’homme de la sécurité.
Elle est de fermeture, même si cela ne fait pas spécialement parti de ses attributions professionnelles. L’ambiance qui règne après la dernière séance la grise. Le silence après le brouhaha. Les lumières qui baissent. Et les odeurs de popcorn qui trainent. Elle dit au revoir au dernier couple de spectateurs qui sort main dans la main.
Cela la fait sourire Luna.
Elle entend la voix de Gorge qui la cherche. « Je suis là. Je vais terminer. L’argent est au coffre. Les grilles sont fermées. Je m’occuperais de la porte de service. Vous pouviez y aller Gorge. » Il hésite, elle sait qu’il n’aime pas la savoir seule alors que dehors il n’y a personne. « Je suis une grande fille et je ferais très attention. Et puis ma voiture n’est pas loin et j’ai ma bombe au poivre. » Elle lui sourit, d’un sourire enfantin et charmeur. Elle a surtout envie de profiter de la scène qui se trouve devant l’écran. Un endroit où dés qu’elle en a l’occasion, elle se laisse aller en faisant quelques pas de danse. Loin des regards de tous. Dans un monde qu’elle crée et où elle s’invente une autre enfance.
Un monde doux digne de la Fée Dragée ou du Lac des Cygnes.

Une fois Gorge parti, Luna quitte ses talons et file sur la scène. Elle allume son portable et laisse défiler sa play liste. Elle se laisse emporter. Ses yeux pétillent et son cœur tambourine dans sa poitrine. Elle s’arrête de tourbillonner quand elle entend son téléphone vibrer entre deux notes de musique. C’est Lana qui lui envoie un sms pour lui demander ce qu’elle fait.
Luna lui répond qu’elle est encore au cinéma. Qu’elle traine comme une ombre dans la salle déserte.
Et puis il lui vient une idée.
Lana la première fois qu’elle l’a vu danser, c’était dans la rue. Elle n’écoutait même pas de musique Luna. Elle virevolter juste dans les bruits de la ville, prise par l’euphorie que fait naitre la danse chez elle. Une vibration qui l’enveloppe et l’emporte loin du monde dans lequel elle vit. Elle se souvient de son sourire ce jour là face aux mots de celle qui avec le temps est devenue une amie. Elles sont animées par le même amour pour cet art. Du coup Luna lui propose de venir la rejoindre, elles pourraient se regarder danser en toute tranquillité.
Luna a l’habitude de danser seule, pas de cours, pas de partage avec un partenaire. Sauf en boite de nuit. Mais là elle veut partager ce moment avec Lana. Elle lui précise par où elle peut passer et s’empresse de se diriger vers la porte de derrière. Là où passe le personnel.

Luna elle n’attend pas longtemps. Un frappement résonne contre la porte et elle l’ouvre sourire aux lèvres se trouvant face à Lana. « Lana. » Elle vient l’enlacer et poser une bise sur ses joues. « Contente que tu es dis oui. Tu vas voir le cinéma le soir quand il n’y a plus personne c’est un endroit magique. » Sa voix est enjouée, ivre de cette dose de folie qui la caractérise. Elle ne la montre pas toujours, ayant parfois la tête dans les nuages. Ou alors dans son passé.
Mais quand elle se montre, sa joie est communicative.
Luna entraine Lana vers la grande salle juste éclairée par les panneaux "issus de secours". Mais c’est largement suffisant pour rejoindre le bas de la salle. « Attends-moi deux minutes. » Luna disparait par la porte sortie. Et en un rien de temps la salle s’allume. « Et voilà. » Elle montre la scène qui se trouve devant un grand rideau en velours rouge. « Derrière il y a l’écran. Mais on a de la place pour que notre imagination s’envole dans des pas de danse. »
Elle monte par les escaliers qui se trouvent sur le côté.
Elle remet la musique Luna. Quelque chose de gaie et enjoué. Et elle se met à tourbillonner. A sauter. Elle entremêle des pas de danse classique, à des pas de danse moderne. Elle n’a jamais appris l’orpheline. Mais un sentiment, au fond d’elle, ancré avec force, la guide. Et quand elle danse Luna, elle n’est plus sur la terre. Elle part à mille lieux, dans des endroits secrets.
Endroits qu’elle dévoile avec pudeur et grâce devant Lana.  



(fiche) drvgns. / (ava) consequences & amor fati



 

 
“A l'oubli succède l'indifférence de l'oubli comme un écho muet qui prolonge la durée et augmente l'espace de l'oubli.”

 
(c)Miss Pie

 


Dernière édition par Luna Primavera le Sam 17 Nov 2018 - 18:17, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lana Giaccomo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1604-lana-be-my-friend-hold- http://www.ciao-vecchio.com/t1630-lana-broken-inside#33911
ID : Mary
Faceclaim : Rachel Bilson ©Hedgekey(avatar) .beylin (code signature) , Ealitya & mrs chaplin (gif)
Je suis absent-e : Du 15/01 au 27/01
Multi-comptes : Leila Mancini
Messages : 3239 - Points : 3564

Âge : 33 ans (23 mai 1985)
Métier : Organisatrice de mariage. Est une passionnée de la danse mais n'a jamais eu le courage d'en faire son métier
Sujet: Re: Entrez dans la danse. feat Lana ( le Mar 30 Oct 2018 - 22:58 )

Ses pieds effleurent le parquet tout en décrivant une boucle parfaite, alors que son bras gauche semble s’étirer à l’infini, prolongeant sa silhouette. Puis ses hanches se mettent tout à coup à onduler alors que Lana décrit quelques mouvements basiques du hip-hop, suivant le mash-up qui passe à travers les hauts parleurs, masquant la résonnance de ses pas qui se font plus martelés. Voilà une demi-heure que Lana se trouve là, dans cette salle qu’une amie prof lui laisse parfois en dehors de ses cours, pour se lâcher en toute tranquillité quand le moment lui vient. Et elle en a ressenti le besoin, ce soir, alors que son retour à Naples ne date que depuis quelques jours et qu’elle ressent un besoin indéniable de se recentrer. Cette pause en Sicile, avec ses parents, a tout remis en question, bousculant ses certitudes quant à son avenir professionnel, à cette nouvelle voie qu’elle désire sans savoir vraiment de laquelle il s’agit encore. L’envie est là, celle de prendre un nouveau départ et de laisser derrière elle ce poids devenu trop grand quant à l’organisation de mariage, pour lesquels elle ne prenait plus aucun plaisir depuis bien trop longtemps déjà. Mais avec l’envie vient l’angoisse, qui s’estompe pourtant à la minute même où elle s’est mise à évoluer dans cette pièce, comme poussée par l’étrange sensation de se sentir chez elle. Il lui reste encore une bonne heure de disponibilité de la salle quand lui vient l’idée, au détour d’un pas, de contacter Luna. Depuis qu’elle a rencontré cette fille mystère mais terriblement attachante, Lana s’est donné pour mission de lui faire partager son monde de la danse, sa vision à elle, en la traînant dans tous les coins spécialisés dans lequel elle aime traîner. Mais le fait est qu’il ne lui était pas venue encore à l’idée de lui montrer cet endroit, celui qui l’a aidé dans les bons comme dans les mauvais moments de sa vie. Lana éteint donc la musique, se saisit de son téléphone et est surprise de la réponse qui lui vient quelques minutes plus tard : Luna la devance, comme si elles étaient sur la même longueur d’onde, et lui propose de la rejoindre au cinéma pour un moment dont elles ont le secret. La proposition est farfelue, autant dire qu’elle plaît à l’Italienne, et c’est avec un petit sourire amusé qu’elle répond par la positive à son invitation avant de quitter et fermer la pièce, déposant la clé à l’endroit dont elle a l’habitude.

Plusieurs minutes plus tard, aussi vite qu’elle le peut, la voilà qui arrive au lieu de rendez-vous, accueilli très chaleureusement par son amie qu’elle enlace à son tour. « Ne crois pas que je sors fringuée tout le temps comme ça, hein. Figure-toi que j’étais justement en train de danser quand je t’ai envoyé ce texto. » Sa tenue qui se cache sous son manteau, un long pantalon noire ample et un top large qui descend le long de ses épaules, les laissant dénudées, trahit de toute façon son occupation. « Et bien, écoutes, je n’en doute pas. Je n’ai jamais fait ça avant et je dois bien dire que c’est plutôt excitant. » Découvrir un nouveau lieu, à son tour, bien moins conventionnel que ceux dans lesquels elle a traîné Luna. En même temps, il ne fallait pas en attendre moins de la jeune femme qui sort de l’ordinaire de bien des manières mais c’est ce que Lana aime chez elle. Auprès d’elle, elle ne se sent plus la seule à être légèrement excentrique. « Ca donne matière à l’imagination. » Lana se stoppe un instant devant la scène qui possède un aura particulier elle doit bien l’avouer. Elle en a fait pourtant, des scènes de petit théâtre quand elle étai plus jeune avec son école de danse, mais ce qu’elle a devant ses yeux a un petit truc en plus. « C’est largement assez pour nous deux, effectivement. » Appuie-t-elle, avant de se mettre à suivre la musique proposée par Luna, prenant d’abord ses marques avec le rythme avant de véritablement se lâcher, laissant s’envoler toutes ses angoisses une nouvelle fois. Lana profite, se laisse aller, mais ne peut s’empêcher au bout d’un moment d’observer son amie, ralentissant peu à peu la cadence pour finalement s’arrêter, subjuguée. « C’est fou. T’as vraiment un truc. » Et elle ne saurait pas dire quoi, ni poser des mots exactes sur ce qu’elle ressent. Mais Luna la touche au plus profond d’elle quand elle danse.


Erio & Lana


Je ne squatterais plus les rues de ma peine. Quand je suis perdue, j'veux que tu me ramènes. Je veux qu'on fasse bien, je veux qu'on aille loin et qu'on traîne.
Revenir en haut Aller en bas
Luna PrimaveraToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4153-les-trous-noirs-c-est-comme-un http://www.ciao-vecchio.com/t4158-la-blessure-cicatrisee-on-oublie-la-douleur-luna#131616
ID : sweety / nath
Faceclaim : Irina Shayk © .sanae. (vava)
Multi-comptes : Augusto Rinaldi & Safiya Rahotep & Declan O'Reilly
Messages : 730 - Points : 1090

Âge : 34 ans depuis le 1er mai mais rien n'est vraiment sur.
Métier : Assistante administrative au cinéma le Modernissimo
Sujet: Re: Entrez dans la danse. feat Lana ( le Dim 4 Nov 2018 - 12:19 )

Lana & Luna.

Un entre chat. Une arabesque. Un pas de bourré. Une pirouette. Des pas posés sur des notes de musique même invisibles. Et voilà qu'un arc en ciel se dessine pour immortaliser l'instant devenu bien plus présent que les douleurs du passé.




Une fois le cinéma vide, Luna se laisse aller à sa passion. Les notes la guident et son imagination fait le reste. Elle improvise des pas qu’elle entremêle avec aisance, comme si l’essence de la danse coulait dans ses veines. Tel un fleuve en perpétuel mouvement. Elle ferme ses yeux parfois l’orpheline pour que les émotions soient encore plus enivrantes. Pour ressentir jusqu’au fond de ses tripes cette ivresse qui la submerge, l'enveloppe.
Délicieuses sensations.
La scène est toute à elle, et elle en abuse. Imaginant même des spectateurs l’applaudissant debout comme une diva sous le regard attendri de ses parents. Belle utopie qui un instant la rend triste. Pourquoi doit-elle toujours mélanger ce passé irrésolu à son présent à peine construit. Elle l’ignore, elle a toujours joué avec cet imbroglio de souvenir inventé.
Enfin.
Luna se pose, elle pourrait partir et finir sa nuit pleine de nostalgie. Avec le risque de la passer avec un homme qui se moquera d’elle après. Quand elle lui dira ou qu’elle n’osera pas. Luna n’a pas envie de se sentir blessée, un peu plus détruite ce soir. Alors elle envoie un message à Lana. Elle aussi aime la danse. Et elle lui propose de la rejoindre, sans savoir si elle dira oui. Juste pour combler le vide contre lequel à cet instant elle ne veut pas se battre.
Pas ce soir. Pas encore.

Et Luna elle saute de joie quand Lana lui dit oui. Elle trépigne d’impatience en attendant son arrivée. Comme si son sourire allait l’aider à lutter contre son passé perdu. Au moins pendant qu’elles danseront, elle n’y pensera pas Luna. Elle oubliera les spectateurs imaginaires. Elle oubliera que ses parents auraient pu être fiers d’elle. Elle se focalisera sur l’instant présent. Et c’est le plus important.
Le seul qui la raccroche à la vie.
Et c’est avec un grand sourire accroché à ses lèvres qu’elle ouvre la porte de derrière. L’entrée des artistes pour ce soir. Elle enlace Lana comme pour finir d’effacer ses rêves abimés. Ses espoirs brisés. Elle la regarde surprise par sa tenue, mais l’explication vient rapidement. « Et cela ne vas pas te déranger d’en remanger une dose. » Parce qu’elle compte bien aller jusqu’à l’épuisement Luna. Comme ça en rentrant chez elle, elle ira directement au dodo. « Oui c’est excitant et tu vas voir que cette adrénaline donnée par la notion d’interdit rend le tout encore plus fou. » C’est souvent dans cet endroit là alors que le silence berce le cinéma que Luna se livre à fond à la danse.
Dans la rue elle effleure.
Mais là elle vibre. Elle respire la danse. Luna l’entraine dans son sillon et elles sont rapidement dans la salle où se trouve la scène. Et après alors allumé la lumière qui va bercer leurs pas d’ombres étranges et rebelles, elles se lancent. Monopolisant l’espace de leurs bras qui forment des arabesques. De leurs jambes qui jouent aux entre chat.

Et l’angoisse qui habitait Luna quelques minutes plutôt, s’envole. Comme par magie. Elle oublie tout et s’implique dans les mouvements qu’elle crée au fil de ses pas. Lana en fait surement de même, autant grisée que Luna par le lieu. Par cet instant hors du temps ou elles sont seules au monde. Seules avec les notes qui dansent et percutent les murs avec douceur. L’orpheline ne fait même pas attention quand Lana s’arrête.
Trop prise dans le tourbillon magique qui l’enchaine.
Quand elle le remarque, Luna s’arrête. Elle sourit aux mots de son amie. « Un grain de folie surement. C’est ce que l’on me dit parfois. » Et cette folie, elle l’a met au profit de la danse. « Cela fait du bien tu ne trouves pas de se laisser aller. D’avoir la sensation d’avoir des ailes et de pouvoir s’échapper du sol. C’est ce que je ressens. Même si le retour est toujours compliqué. » Mais il faut bien vivre dans la réalité aussi noire soit-elle.
Et encore elle n’a pas trop à se plaindre Luna.
Malgré ses dix années perdues, elle a eu de la chance. Elle aurait pu mourir cette nuit là. C’était surement ce qui était prévu au programme de ceux qui l’on laissait dans cette rue. Comme si elle n’était qu’un vulgaire sac de patates. « Et tu as du talent toi aussi. On voit que tes pas sont plus travaillés que les miens, surement les cours que tu as pris. Moi je retransmets juste ce que je ressens au fond de mes tripes. Sans savoir d’où ça vient et où cela va m’emmener. Quand je danse je ne réfléchis plus. C’est comme si j’étais ailleurs. » Dans une bulle au dessus de la terre. Dans un paradis où les lois terrestres ne sont que des bribes de vie futiles.
 


(fiche) drvgns. / (ava) consequences & amor fati



 

 
“A l'oubli succède l'indifférence de l'oubli comme un écho muet qui prolonge la durée et augmente l'espace de l'oubli.”

 
(c)Miss Pie

 


Dernière édition par Luna Primavera le Sam 17 Nov 2018 - 18:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lana Giaccomo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1604-lana-be-my-friend-hold- http://www.ciao-vecchio.com/t1630-lana-broken-inside#33911
ID : Mary
Faceclaim : Rachel Bilson ©Hedgekey(avatar) .beylin (code signature) , Ealitya & mrs chaplin (gif)
Je suis absent-e : Du 15/01 au 27/01
Multi-comptes : Leila Mancini
Messages : 3239 - Points : 3564

Âge : 33 ans (23 mai 1985)
Métier : Organisatrice de mariage. Est une passionnée de la danse mais n'a jamais eu le courage d'en faire son métier
Sujet: Re: Entrez dans la danse. feat Lana ( le Mar 6 Nov 2018 - 21:39 )
Un instant dans le vide, une échappatoire. Ce soir, les pas de danse de Lana se perdent sur une scène inconnue et l’Italienne doit bien avouer que Luna avait raison : la notion d’interdit rend le tout encore plus fou, grisant. Alors Lana lâche prise totalement, laissant s’éloigner ses doutes et ses angoisses quant à un avenir rempli de point d’interrogations, pour se concentrer uniquement sur la musique et cette sensation de « remplissage » qu’elle lui apporte. Comme à chaque fois qu’elle danse, Lana sent que tous les morceaux du puzzle se complète pour n’en former qu’un seul et unique. Pour autant, l’Italienne se laisse petit à petit déconcentrer de ses propres sensations quand son regard s’accroche soudainement sur le corps de son amie pour ne pas parvenir à s’en défaire. Aucune attirance physique incongrue dans l’observation de l’organisatrice de mariage mais bel et bien une fascination pour ce petit bout de femme qui danse à s’en arracher les tripes. Lana ne sait que trop que pour donner autant c’est qu’il faut avoir vécu des drames personnels, différents en fonction de chacun mais qui ont tous pour points communs d’avoir marqué profondément la personne qui a été touché. On ne peut pas être aussi bon danseur autrement. C’est d’ailleurs là une des plus jolies magies de sa passion, à son humble avis. « Non c’est pas seulement ça. C’est important bien sûr, le grain de folie, mais ce n’est pas seulement ça. Tu as vraiment… quelque chose. » Répète-t-elle une nouvelle fois, pour faire prendre conscience à Luna de son propre talent qu’elle semble ignorer. C’est avec un pincement au cœur rempli de nostalgie qu’elle écoute Luna lui décrire ce qu’elle ressent quand elle danse, comprenant exactement ce qu’elle peut ressentir. Enfin, à une exception près. « Retour compliqué, hmmm ? » Ca c’est quelque chose que Lana n’a jamais véritablement expérimenté, la danse ayant toujours été un échappatoire bénéfique, sans rechute douloureuse. A chaque fois, à la fin de tous ses entraînements sans exception, Lana a cette sensation de légèreté extrême, comme si un poids s’était allégé sur sa poitrine. Alors, forcément, ça l’interroge. « Compliqué comment ? Pourquoi ? » Lana sait ses questions indiscrètes mais ne peut s’empêcher quand même de les poser. C’est plus fort qu’elle, elle a toujours été d’une curiosité maladive et Luna est le genre de personnes qui lui donne envie de la connaître. « Tu n’es pas obligé de répondre, si tu ne veux pas. » Ajoute-t-elle, pour ne pas la brusquer, alors qu’elle s’assoit en tailleur sur le sol, insistant la jeune femme d’un coup de tête à faire une pause elle aussi, pour mieux revenir plus tard à leur pratique. Elles n’en n’ont pas fini encore avec cette scène. « C’est gentil à toi de dire ça. Mais on s’en fiche bien de la technique au fond. » Alors oui, peut-être que les pas de Lana sont plus poussés en ce qui concerne le détail, qu’elle a d’autres notions quant à la tenue de ses bras et de ses pieds. Mais ce que transmet Luna en dansant est tout aussi puissant, voir même plus magique du fait de ce côté innocent et débutant qu’elle dégage. « Tu sais raconter une histoire, dégager quelque chose. T’as un vrai talent d’interprétation. » Et ça c’est rare, c’est ce qui fait encore une fois la différence entre danseur et un bon danseur. Beaucoup savent réaliser des pas à la perfection mais il faut avoir un minimum de vécu derrière si on veut pouvoir transmettre par la simple force de son corps. Luna a ce talent. C’est indéniable. « T’as commencé à danser quand, d’ailleurs, exactement ? » Ce n’est que seulement ce soir qu’elle se rend compte qu’elle ne lui a jamais posé la question. Pour Lana, quant à elle, elle a l’impression qu’elle est née en dansant. Sans savoir exactement pourquoi, elle a toujours eu ça dans le sang.


Erio & Lana


Je ne squatterais plus les rues de ma peine. Quand je suis perdue, j'veux que tu me ramènes. Je veux qu'on fasse bien, je veux qu'on aille loin et qu'on traîne.
Revenir en haut Aller en bas
Luna PrimaveraToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4153-les-trous-noirs-c-est-comme-un http://www.ciao-vecchio.com/t4158-la-blessure-cicatrisee-on-oublie-la-douleur-luna#131616
ID : sweety / nath
Faceclaim : Irina Shayk © .sanae. (vava)
Multi-comptes : Augusto Rinaldi & Safiya Rahotep & Declan O'Reilly
Messages : 730 - Points : 1090

Âge : 34 ans depuis le 1er mai mais rien n'est vraiment sur.
Métier : Assistante administrative au cinéma le Modernissimo
Sujet: Re: Entrez dans la danse. feat Lana ( le Sam 10 Nov 2018 - 11:44 )

Lana & Luna.

Un entre chat. Une arabesque. Un pas de bourré. Une pirouette. Des pas posés sur des notes de musique même invisibles. Et voilà qu'un arc en ciel se dessine pour immortaliser l'instant devenu bien plus présent que les douleurs du passé.





Luna se laisse porter. Transportée, étrangement habitée par les sensations qui se distillent dans ses veines. Des émotions qu’elle garde la plus part du temps secrètes et qui viennent la caresser quand elle danse et qu'elle sabandonne. Dans ces moments là, elle ne retient rien. Ni son âme en peine. Ni son cœur qui saigne. Elle se déleste de ses douleurs, de ses questions sans réponses, de ses dix années oubliées à jamais. Et même si son grain de folie se joint à sa danse, il y a plus que ça.
De la magie peut être ?
En tout cas une grande plainte et Lana le voit. Elle saisit au travers des pas de l’orpheline qu’il y a derrière sa danse une histoire fait de souffrances intenses et de blessures secrètes. « Merci cela me touche ce que tu me dis. » Elle sait ce qui se cache derrière ses danses Luna, elle essaie l’expliquer par des moyens détournés. Il est vrai que lorsqu’elle se livre à la musique de cette façon, le retour est toujours difficile. Elle revient à cette réalité qu’elle a, durant quelques notes, effacé, oublié. Et bien entendu le fait d’avoir parlé de retour compliqué éveille la curiosité de son amie.
Luna la regarde pensive se demandant comment elle pourrait lui dire. Sans vraiment tout dévoiler. Pas qu’elle est honte d’être une orpheline. Mais parce que c’est une souffrance journalière de ce dire qu’on n’a pas voulu d’elle. Qu'on ne la peut être pas aimée.

Luna attrape sa bouteille et avale quelques gorgées. Lana ne l’oblige pas à répondre. « Disons que mon enfance n’a pas été aussi rose que celle que je raconte. » Elle baisse les yeux Luna, pour que son amie ne voit pas la brume de larme qui se pose dans son regard. Son enfance est un poids qu’elle porte la plus part du temps comme un fardeau. Même si Loris et les enfants de l’orphelinat le soulage par leur présence et leur soutient.
Puis elle réoriente la conversation sur Lana.
Elle a aussi beaucoup de talent et surtout une technique que Luna ne maitrise pas. C’est là que l’on remarque qu’elle n’a jamais pris de cours de danse, que tout lui vient à l’instinct comme si c’était programmé dans son cerveau. « Oui c’est nécessaire la technique. Enfin je suppose que tu l’acquières plus facilement en cours. Que l’on oblige à une certaine rigueur, qui fait que tu as moins de lâcher prise que ce qu’on a quand on danse libre de toutes règles. » Luna elle n’aime pas porter des chaines et c’est souvent dans la danse qu’elle brise celles que parfois on lui met. Parce que dans la vie on n’a pas toujours le choix et que l’on ne peut pas vivre sans arrêt la tête dans les nuages. « A vrai dire quand je danse je suis vraiment moi. Je ne suis pas Luna. Je suis juste cet enfant perdu et un peu .. beaucoup abimé par la vie. » Sa voix est pleine d’émotions diverses.
De regrets. De doutes. D'interrogations.
Et il y a aussi cette part d’elle qui a veut à ses parents de l’avoir lâchement laissée. « Je danse depuis que j’ai dix ans enfin peut être avant .. je ne sais pas. » Peut être qu’elle a commencé à deux ou trois ans. Ou alors elle a juste commencé après son amnésie. Luna ne sait pas. Elle ne saura jamais et au fond d’elle cela le tue. Cela grignote parfois son envie de vivre. « Et toi tu danses depuis quand ? » Encore une fois l’orpheline retourne la conversation vers Lana. Difficile pour elle de rentrer plus dans le sujet de son enfance.
Alors elle se dérobe.
Et puis la conversation sera plus joyeuse si elles parlent d’autre chose. « En tout cas c’est chouette de partager des moments pareils aussi intenses et connectés. » Parce que même si elles n’ont pas les mêmes bases, elles ont cette même passion qui brille dans leur regard. Et inonde leurs êtres. Passion qui les anime avec violence quand la musique s’empare de leurs corps enveloppant leurs cœurs et leurs âmes d’une douce chaleur apaisante.

 


(fiche) drvgns. / (ava) consequences & amor fati



 

 
“A l'oubli succède l'indifférence de l'oubli comme un écho muet qui prolonge la durée et augmente l'espace de l'oubli.”

 
(c)Miss Pie

 
Revenir en haut Aller en bas
Lana Giaccomo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1604-lana-be-my-friend-hold- http://www.ciao-vecchio.com/t1630-lana-broken-inside#33911
ID : Mary
Faceclaim : Rachel Bilson ©Hedgekey(avatar) .beylin (code signature) , Ealitya & mrs chaplin (gif)
Je suis absent-e : Du 15/01 au 27/01
Multi-comptes : Leila Mancini
Messages : 3239 - Points : 3564

Âge : 33 ans (23 mai 1985)
Métier : Organisatrice de mariage. Est une passionnée de la danse mais n'a jamais eu le courage d'en faire son métier
Sujet: Re: Entrez dans la danse. feat Lana ( le Dim 11 Nov 2018 - 23:00 )
Luna se dévoile légèrement, sans en dire trop. Alors que Lana l’entend évoquer une rencontre difficile, l’Italienne se rend compte que la danseuse n’est finalement qu’une gigantesque énigme à ses yeux. Si elles ont commencé à créer un lien, ce dernier reste encore fragile, nouveau. Jamais encore elles ne se sont épanchées sur leur histoire personnelle, préférant parler simplement de leur passion commune pour la danse, vivre l’instant présent au son de la musique. Pourtant, les prunelles qui quittent soudainement son regard donne envie à Lana de plus la connaître, d’apprendre réellement qui elle est. Elle le voit bien, qu’elle a souffert, quand elle la regarde esquisser quelques pas de danse, lorsqu’il n’y a aucun public si ce n’est elles, toutes les deux, comme ce soir dans cette salle de cinéma. Pour autant, Lana reste muette un instant, n’osant pas lui poser les questions qui lui taraude à présent le cœur. Elle a peur de dépasser les limites, de se permettre de s’immiscer dans un coin que Luna préfèrerait garder secret, que leur amitié nouvelle ne lui permettrait pas de découvrir. Et pourtant, après un soupir, elle ne peut pas s'empêcher de se lancer. C'est juste plus fort qu'elle. « Tu veux en parler ? » Elle voit bien qu'elle n'est pas bien, que sa manière de baisser la tête trahit une forme de souffrance. Elle ne sait pas dans quelle mesure, elle ne sait pas ce que ça cache mais elle a envie d'être là pour l'aider. Être là pour les autres, c'est dans ses gènes. « Tu n'es pas obligée. Mais je suis bien placée pour te dire que parfois, ça fait du bien de parler. » De poser des mots sur sa souffrance, plutôt que de nier la vérité. Pour qu'elle se sente en confiance, Lana s'approche un peu de son amie, sans pour autant envahir son espace vital. Ce qu'elle souhaite c'est lui laisser l'option de prendre la main qu'elle lui tend sans qu'elle se sente forcée. Elle n'a pas envie que Luna se sente comme une biche prise sous les phares d'une voiture. « C'est peut-être nécessaire, quand on veut en faire son métier mais quand on est une simple passionnée, on s'en fiche complètement, je t'assure. Ce qui compte c'est que tu transmets à travers tes mouvements, l'implication que tu peux y mettre dedans. Toi, on voit bien que tu es à 100 pour-cent, que tu ne triches pas. » Lana non plus. Quand elle danse seule, en dehors des cours, Lana ne calcule pas, laisse aller son corps suivant ce que lui inspire la musique et son état du moment. Plusieurs fois, elle a vu sa mère pleurer quand elle l'observait discrètement danser dans sa chambre, quand elle était adolescente. Elle a toujours trouvé ça dérangeant à l'époque, fermant sa porte en rougissant, mais elle s'émerveillait aussi quelque part de déclencher de telles émotions chez quelqu'un d'autre. Alors bien sûr, c'est sa mère, et par définition elle n'est pas objective, d'autant plus que Delia peut se mettre à pleurer très facilement, mais tout de même. Elle a fini par comprendre bien plus tard ce que sa mère pouvait ressentir en observant les autres danser. Ce qu'elle ressent aujourd'hui, en posant son regard sur Luna. Une Luna qui lâche un nouvel indice qui resserre le cœur de Lana au passage. À ses yeux, un enfant, ça ne devrait jamais souffrir. Commencer le fil de sa vie sur de mauvaises bases, partir presque perdante, c'est terrible. « Et ça te fait du bien ? D'extérioriser... cette enfant que tu étais ? Ca te fait du bien ? » Certainement. De son humble avis, une profonde souffrance ne doit pas rester enfouie trop longtemps, sous peine d'imploser. Si Luna a trouvé une échappatoire, via la danse, alors tant mieux. C'est important. « Tu ne sais pas ? » La réponse de la jeune femme a le don de l'intriguer un peu plus. Comment peut-il être possible de ne pas savoir quand elle a commencé à danser ? Qu'elle n'est pas l'âge exact, elle peut comprendre mais là la date de ses dix ans semble être butoir. Elle le sent, elle le sait, il y a quelque chose qui cloche. « Oula moi, je crois que je danse depuis que je sais marcher. J'ai toujours eu ça en moi. J'ai des tas de vidéos de mes parents de moi en train de me trémousser à l'âge de deux ans. Imagine l'horreur. » Un sourire lui éclaire le visage en y repensant. Il faut dire qu'à cet âge-là, difficile de faire preuve d'autant de grâce qu'elle peut avoir aujourd'hui. Elle reste mignonne, comme tout bébé de cet âge-là mais le spectacle est loin d'être une merveille. « Oui tu as raison. C'est chouette. D'avoir quelqu'un qui partage cette sensation. » Car elle lui permet de retrouver l'ancienne Lana, Luna. Comme si la seule petite lettre qui les partage les destinait déjà à se connaître. La voir lui fait en tout cas beaucoup de bien.


Erio & Lana


Je ne squatterais plus les rues de ma peine. Quand je suis perdue, j'veux que tu me ramènes. Je veux qu'on fasse bien, je veux qu'on aille loin et qu'on traîne.
Revenir en haut Aller en bas
Luna PrimaveraToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4153-les-trous-noirs-c-est-comme-un http://www.ciao-vecchio.com/t4158-la-blessure-cicatrisee-on-oublie-la-douleur-luna#131616
ID : sweety / nath
Faceclaim : Irina Shayk © .sanae. (vava)
Multi-comptes : Augusto Rinaldi & Safiya Rahotep & Declan O'Reilly
Messages : 730 - Points : 1090

Âge : 34 ans depuis le 1er mai mais rien n'est vraiment sur.
Métier : Assistante administrative au cinéma le Modernissimo
Sujet: Re: Entrez dans la danse. feat Lana ( le Jeu 15 Nov 2018 - 10:56 )

Lana & Luna.

Un entre chat. Une arabesque. Un pas de bourré. Une pirouette. Des pas posés sur des notes de musique même invisibles. Et voilà qu'un arc en ciel se dessine pour immortaliser l'instant devenu bien plus présent que les douleurs du passé.






Luna avec les mots, elle effleure sa vie. Elle l’enveloppe de rêve infini et de douceur extrême. Elle cache la vérité derrière une fenêtre qu’elle voile de consonnes et de voyelles. Mais quand elle danse. Quand la musique la caresse avec volupté et abandon, c’est un peu une renaissance. Un hymne à sa vraie vie, même si elle n’en connait pas le début. Et si dix années restent dans l’ombre. Elle a la sensation que dans ces moments là, elle arrache au silence, les cris de son enfance. Et une fois que la danse se finit, tout s’efface ne laissant à ses pieds que la petite fille fragile, abimée et blessée.
Dure réalité qui vient la frapper en plein visage et que Lana découvre.
« Je sais que cela fait du bien de parler de ce genre de chose. C’est ce que me dis Loris. Mais c’est toujours extrêmement difficile pour moi. C’est douloureux. » C’est plus facile pour Luna d’écrire. De parait cette souffrance muette de mot. Qu’elle relit plus tard. Cela fracture sa blessure au lieu de la laisser entière et béante comme un trou sans fond. L’orpheline se doute que Lana veut bien faire. Elle sait qu’elle ne craint rien avec elle. Elle l’a vu la première fois ou la jeune femme a posé ses yeux sur elle, alors qu’elle dansait à en perdre haleine dans un endroit discret de la ville. Elle a vu la bonté en Lana, se besoin de tendre la main. Elle qui fait rarement confiance ne s’est pas enfui.
Mais c’est encore trop tôt pour dévoiler sa face cachée.
Même si elle la lui laisse voir au travers de sa danse.

Alors elle part sur un autre sujet Luna, même si elle reste concentrée sur la danse. Passion qui les a réuni et qui leur permet de partager des moments intenses et sublimes. La technique elle est loin de l’avoir l’orpheline. Elle se laisse juste guider par un instinct qui semble venir du fond de ses tripes. Quelque chose qui a toujours été là. Comme implanté en elle. Un trace de son passé oublié, elle ne sait pas. Même en se donnant à fond dans cet art, certaines questions restent sans réponses.
A voir si elles le resteront à jamais ?
En effet Luna quand elle danse, elle ne triche pas. Elle se livre entière et sans barrière. Alors que dans la vie c’est une toute autre histoire. « C’est surement le seul moment ou je ne triche pas. Je n’y arriverais pas de toute façon. Sans comprendre pourquoi. Alors que dans ma vie tricher est presque inné. » Un don qui lui a été donné lors de sa seconde naissance. Car c’est un peu comme ça qu’elle voit cette nuit du premier mai où on la trouvée. Parfois son regard vert vient se perdre dans celui de Lana. Parfois il s’égare sur les murs du cinéma comme si Luna se sentait honteuse. Ou si le poids du jugement, que pourrait porter son amie sur elle, était trop lourd à accepter. Luna elle sent cette différence au fond d’elle. Elle sent qu’elle a deux facettes. Donc une incomplète. Il y a celle qui est né le premier mai, et qui a remis en question toute sa vie sans qu’elle n’ait les éléments pour se mettre en phase avec qui elle avait été. A croire qu’il n’y a que son corps quand il danse qui lui apporte des solutions qu’elle n’a pas réussi à décrypter.
La preuve elle ne sait toujours qui elle est vraiment.
« Parfois danser me fait du bien. Parfois cela me fait souffrir. C’est un combat permanent et pour le moment cela fait plus de vingt que je le perds. Je reviens toujours sur le même point, je n’arrive jamais à aller plus loin. » Le vide reste sur ses dix années. Se faisant plus grand à chaque nouveau printemps.

Luna fait non de la tête. Non elle ne sait pas quand elle a commencé à danser. Contrairement à Lana qui en a des souvenirs bien précis. Souvenirs gravés à jamais dans des films. Qu’elle peut regarder, montrer et qui un jour seront vu par ses enfants. Cette joie là, cette fierté de la part de ses parents, Luna elle ne la connait pas. Et ne la connaitra surement jamais. Ses dix premières années sont enfermés dans une boite noire et quelque a jeté la clé. « J’imagine surtout le bonheur que cela doit être de revoir ces moments là. De ce dire qu’ils sont précieux et que tes parents ont pris soin de les immortalisés. Je t’envie Lana d’avoir cette chance. »
Sa voix n’est plus qu’un souffle et ses yeux retiennent les larmes qu’elle ne veut pas faire couler.
Elles s’apprécient et partager des instants pareils c’est vital pour l’orpheline. Elle s’approche d’avantage et Luna prend Lana dans ses bras, elle la serre contre elle comme si elle avait peur que ce ne soit qu’une illusion. « Un jour il faudra qu’on se film entrain de danser. Comme ça on ne pourra pas oublier ces moments ensemble. Ou on est juste nous. On les montrera à nos enfants plus tard. » Cette idée fait sourire l’orpheline. Elle qui n’a pas eu de mère saura t-elle en être une ? On dit que c’est instinctif. Et puis des films relateront mieux leur passion que des écrits sur du papier ou Luna parlent juste de sensation. Puis elle desserre l’étreinte. Son regard n’est plus humide, il a à nouveau son éclat émeraude.
Elle pose un baiser sur la joue de Lana.
« Merci d’être mon amie. » Et elle sourit. Heureuse de cette confiance qu’elles partagent et qui peu à peu grandi au sein du nid que la danse forme entre elles.  


 


(fiche) drvgns. / (ava) consequences & amor fati



 

 
“A l'oubli succède l'indifférence de l'oubli comme un écho muet qui prolonge la durée et augmente l'espace de l'oubli.”

 
(c)Miss Pie

 
Revenir en haut Aller en bas
Lana Giaccomo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1604-lana-be-my-friend-hold- http://www.ciao-vecchio.com/t1630-lana-broken-inside#33911
ID : Mary
Faceclaim : Rachel Bilson ©Hedgekey(avatar) .beylin (code signature) , Ealitya & mrs chaplin (gif)
Je suis absent-e : Du 15/01 au 27/01
Multi-comptes : Leila Mancini
Messages : 3239 - Points : 3564

Âge : 33 ans (23 mai 1985)
Métier : Organisatrice de mariage. Est une passionnée de la danse mais n'a jamais eu le courage d'en faire son métier
Sujet: Re: Entrez dans la danse. feat Lana ( le Jeu 22 Nov 2018 - 23:12 )
Bien entendu que parler de ce genre de choses, parfois, peut-être douloureux. Quand elle repense à ses premières séances avec sa psy, au moment où elle était dans une des situations les plus terribles de sa vie, Lana se souvient d’à quel point elle pouvait se sentir fragile, mal à l’aise et vulnérable. Pourtant, maintenant que de l’eau a coulé sous les ponts, qu’elle s’est libérée de souvenirs et de ressentiments douloureux, c’est avant tout le soulagement qui prime. Elle est désormais plus sereine, plus apaisée avec ce qui lui est arrivé, capable de gérer ses démons et de les tenir à bonne distance. Si c’était à refaire, elle le referait sans hésiter. C’est d’ailleurs pour ça qu’elle continue encore le travail qu’elle a commencé sur elle et qui est loin d’être terminé. « J’comprends. Tu sais, j’ai traversé une phase difficile, un peu avant qu’on se connaisse. J’ai dû aller voir un psy, parler avec un professionnel. C’était pas facile mais au final ça m’a fait beaucoup de bien. » Alors Lana se sent tenu de partager son expérience avec Luna, de se dévoiler elle aussi un petit peu, pour lui montrer qu’elle n’est pas la seule à passer par une phase difficile et que des solutions sont possibles. Peut-être pas celle-là car chaque personne est différente mais confier ses ressentis à quelqu’un peut aider à voir les choses d’un autre angle. « Tout ça pour te dire que ton Loris a raison. Mais je crois aussi que ça doit venir de toi et que ça viendra quand ce sera le bon moment. Je veux juste que tu saches que quand ce sera le cas, tu peux venir frapper à ma porte à tout moment. Ou à celle de quelqu’un en qui tu as confiance, peu importe. » Bien entendu que Lana aimerait que Luna se sente suffisamment en confiance pour qu’elle se retourne vers elle mais le principal reste que Luna ne demeure pas seule avec sa souffrance, quelque soit la personne à qui elle la confie. L’envie de découvrir un peu plus qui elle est lui brûle pourtant la gorge mais là, Lana sent bien que le mal-être de la jeune femme est profond, à prendre au sérieux. Ce n’est pas qu’une simple histoire de potins dont Lana raffole, bien malgré elle. Pour cela, elle est l’exemple type d’une femme, à n’en pas douter. « Ah oui vraiment ? » Elle en apprend une bonne, là, Lana. De son point de vue et du peu qu’elle la connaisse, Luna lui a toujours paru foncièrement sincère en toutes circonstances. Peut-être justement parce que c’est par l’intermédiaire de la danse qu’elles se sont connus, danse qui justement semble lui faire tomber toutes les barrières qu’elle s’impose. Et elle comprend, quelque part, Lana. Ce n’est pas toujours évident d’être soi-même. « Tu veux que je te dise ? Je pense que tu es un peu dure avec toi-même. Tricher n’est pas dans tes veines, simplement tu essayes peut-être de te cacher derrière tout ça. Mais quand tu danses, tu ne peux juste pas te dissimuler plus longtemps. » Parce qu’elle en a besoin, certainement, même si ça la fait parfois souffrir comme elle le lui confie par la suite. Lana, quant à elle, n’a jamais eu ce rapport particulier avec son art. Pour elle, la danse a toujours été quelque chose de foncièrement positif, un phare permanent à chaque tempête. « Je vois. » Tente-t-elle de dire, mais le fait est que non, Lana ne voit rien. Luna lui lance des bribes d’informations, sans vouloir en dire plus, et le fait est que l’Italienne se perd dans cet imbroglio. « Enfin, non, je ne vois pas. Je n’ai jamais expérimenté une telle dualité vis-à-vis de la danse. Toujours est-il que ton combat, quel qu’il soit, j’espère que tu finiras par le gagner. » Voilà tout ce qu’elle peut lui souhaiter, qu’elle se sorte enfin de ce qu’elle exprime dans sa danse et que, peut-être, elle apprenne à sortir autre chose de ses mouvements. Toujours est-il que ce qu’il lui arrive reste un profond mystère qui s’épaissit au fur et à mesure, comme quand Luna lui confirme ne pas savoir quand elle a commencé à danser. La manière de le dire est louche mais devant le « non » silencieux de la tête de cette dernière, elle décide de ne pas insister plus. Encore une fois, son amie se confira quand elle en ressentira le besoin. « Oui c’est vrai. C’est toujours drôle de revoir tout ça. » Et embarrassant aussi, quand il prenait l’envie à sa mère de les montrer à ses amis, du temps où elle vivait encore chez eux. « Tes parents n’ont jamais filmé tes exploits, toi ? » Encore une fois, Lana se mêle peut-être de ce qui ne la regarde pas, c’est vrai. Mais l’élan de nostalgie avec laquelle Luna lui a répondu, plus cette manière de lui lâcher quelques indices à chaque fois lui fait dire qu’elle n’est peut-être pas si loin que ça de lui confier la vérité. « Pas question de les oublier ces moments mais oui, si tu veux. Même si j’imagine bien ma future adolescente me dire : « mais Mon Dieu, Maman, je m’en fiche bien de tes vidéos débiles. » Instant de sourire partagée entre les deux jeunes femmes. Un instant, l’imagination de Lana se faufile vers cette fille imaginaire qu’elle imagine avec le même regard qu’Erio et la même répartie. C’est stupide, car ils sont loin d’en être encore là, mais l’idée d’un enfant avec son colocataire lui réchauffe bizarrement le cœur. Elle n’a néanmoins pas le temps de plus s’attarder sur de futurs rêves que la tendresse de Luna la ramène sur Terre. « Mais c’est un plaisir. » Lance-t-elle, la mine amusée. « Lana et Luna. On était faites pour s’entendre de toute façon. » Ajoute-t-elle, exprimant à voix haute cette pensée qu’elle a déjà eu quant à leurs prénoms similaires. C’était écrit.


Erio & Lana


Je ne squatterais plus les rues de ma peine. Quand je suis perdue, j'veux que tu me ramènes. Je veux qu'on fasse bien, je veux qu'on aille loin et qu'on traîne.
Revenir en haut Aller en bas
Luna PrimaveraToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4153-les-trous-noirs-c-est-comme-un http://www.ciao-vecchio.com/t4158-la-blessure-cicatrisee-on-oublie-la-douleur-luna#131616
ID : sweety / nath
Faceclaim : Irina Shayk © .sanae. (vava)
Multi-comptes : Augusto Rinaldi & Safiya Rahotep & Declan O'Reilly
Messages : 730 - Points : 1090

Âge : 34 ans depuis le 1er mai mais rien n'est vraiment sur.
Métier : Assistante administrative au cinéma le Modernissimo
Sujet: Re: Entrez dans la danse. feat Lana ( le Mer 28 Nov 2018 - 11:51 )

Lana & Luna.

Un entre chat. Une arabesque. Un pas de bourré. Une pirouette. Des pas posés sur des notes de musique même invisibles. Et voilà qu'un arc en ciel se dessine pour immortaliser l'instant devenu bien plus présent que les douleurs du passé.





La danse c’est un peu comme une thérapie pour Luna. Elle n’arrive jamais à tricher quand elle danse. Bien entendu le message qui passe dans ses pas, elle seule peut le décoder. En plus elle se prête à ce genre de jeu souvent quand elle est seule. A l’abri des regards qui pourraient capter ce que son âme recèle.
Il n’y a que fasse à Lana qu’elle se dévoile de la sorte.
Que sa souffrance crie dans ses arabesques ou ses jetés. Elle est consciente que cela ne donne pas trop de piste. Que tout reste flou. Mais les mots sont compliqués quand il s’agit de parler de son enfance, de son passé. Il n’y a vraiment qu’avec Loris qu’elle partage toutes les vérités. Et encore ses dix premières années ne sont que des échafaudages d’idées plus ou moins saugrenues.
Mais Loris ne lui reproche jamais son imagination trop productive.
Après tout qui pourrait la blâmer de vouloir être une princesse d’orient ou la fille d’un couple d’acteur célèbre dans le monde entier. A part qu’elle ne soit la fille d’un simple boulanger et d’une danseuse sans ambition. Enfin elle se sent souvent comme un personnage bidon qui a besoin de mentir pour exister aux yeux des autres. Face à Lana cela l’ennuie surtout qu’elles se font confiances. Et puis elle sait trouver les mots pour rassurer l’orpheline.
Mais dire la vérité reste encore une tâche ardue pour Luna.

Luna baisse les yeux quand Lana parle de psy. « Moi aussi j’en ai vu mais bon elles se sont vite lassées. Me disant que je n’étais pas assez franche. Elles se perdaient dans mes récits. Je n’y mettais pas non plus de la bonne volonté. Je préfère parler à mes cahiers. » Oui avec eux Luna est honnête. Elle parle de ses peurs. De ses attentes. De ses regrets.
Elle n’est jamais fausse dans ses écrits.
Luna sourit quand son amie parle de "son Loris". Elle aime cette possessivité qu’elle associe à son prénom. Une part de l’orpheline a toujours considéré l’orphelin à elle, même si elle a du apprendre à le partager. Avec Robyn à l’orphelinat et maintenant avec sa femme. Ce qui la rend rageuse parfois. Tout serait tellement plus simple s’il n’y avait qu’eux. « Merci et je ne l’oublierais pas. » De toute façon Luna a déjà fait pas mal de progrès dans sa relation avec Lana. Il y a des instants qu’elle lui offre et qu’elle n’offre à personne.
Elle sait que pour avancer il faut qu’elle apprenne à plus donner et surtout à plus faire confiance.
Mais la peur d’être trahi et abandonné comme une vieille chaussette est tenace dans le cœur de Luna. En tout cas elle s’engage peu à peu dans la voie qui la conduit vers cette reconstruction. Elle doit apprendre à vivre avec ce vide immense dans sa tête. Avec cette part de sa vie qui sera surement plongé à tout jamais dans les ténèbres de l’oublie. Mais elle ne doit pas se laisser dévorer par ces ténèbres sinon elle pourrait fort basculer du mauvais côté Luna. « Je suis dure avec moi-même parce que cela m’aide à survivre. Enfin c’était ma seule façon de m’en sortir au départ. Pas toujours facile d’avoir envie de vivre quand tu te sens perdue et abandonnée et que tu n’es qu’une gamine qui voudrait juste vivre comme tous les enfants. Mais ce destin n’était pas pour moi. » Encore quelques indices distillés dans ses mots. C’est comme un puzzle faut juste trouver où mettre la bonne pièce.
Travail long et délicat.

Et il est vrai qu’au final Luna a toujours vu sa vie comme un combat. Le bien contre le mal. La vérité contre le mensonge. La souffrance contre l’apaisement. Et encore aujourd’hui elle vit chaque jour qui passe comme une petite guerre contre elle-même. Parce que parfois elle veut en dire plus Luna, mais au fond d’elle une petite voix lui de rester muette. C’est compliqué et fatiguant.
Mais elle survit l’orpheline. Elle survit.
Elle se tend quand en retour Lana lui demande si ses parents ne l’ont jamais filmé. Pourquoi elles ont parlé de ça ? Elle fait non de la tête. Se mordant la lèvre. Voulant crier. Je n’ai jamais eu de parents. Enfin si mais ils m’ont abandonné comme une pestiférée. Comme des lâches. Comme des gens sans cœur.
Oui sur le coup elle a envie de crier sa rage contre ses géniteurs.
Mais si elle ne s’était pas cognée la tête. Elle n’aurait pas oublié. Alors pourquoi leur en vouloir ? Alors qu’elle est la seule coupable. « Je suppose que ce n’était pas important pour eux. » Tant bien ils ont des films qu’ils se passent en boucle en souvenir du temps ou Luna était leur fille. Mais leur moment à elles, pas question de l’oublier et cela serait même amusant de l’immortaliser. Luna se met à rire quand Lana parle de ses enfants, enfin de l’adolescente qui n’aura rien à faire de ce genre de film. « Tu lui monteras avant. Quand elle ne sera qu’une petite fille innocente. » L’a-t-elle été innocente ? Prête à sourire devant les souvenirs de ses parents quand ils étaient enfants.

En tout cas une chose est sure, Luna se sent bien avec Lana. Elle se dit que peut être un jour elle dissipera tous les voiles et qu’elle lui dira simplement qu’elle est orpheline. Qu’elle a oublié ses dix première années. Qu’elle ne connait pas la chaleur d’un vrai foyer. Même si l’orphelinat reste sa maison et qu’elle aime y retourner surtout quand tout va mal dans sa vie. « Oui on était faite pour se rencontrer. On a surement plus de points communs que ne le croit. Tu sais on pourrait faire un truc. Noter sur une feuille ce que l’on aime et ce que l’on n’aime pas. Et voir. Et je te promets que tout ce que j’écrirais sera vrai. Je ne sais pas mentir quand j’écris. »
Luna regarde Lana avec ses grands yeux verts pour lui montrer que à cet instant elle est sincère.
Et qu’elle est prête en tout cas un peu plus à se dévoiler. « Tu en penses quoi ? » Luna veut faire un pas de plus dans leur amitié, dans leur complicité. Même si pour certains cela semblera minime, pour l’orpheline c’est un pas de géant.
 



(fiche) drvgns. / (ava) consequences & amor fati



 

 
“A l'oubli succède l'indifférence de l'oubli comme un écho muet qui prolonge la durée et augmente l'espace de l'oubli.”

 
(c)Miss Pie

 
Revenir en haut Aller en bas
Lana Giaccomo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1604-lana-be-my-friend-hold- http://www.ciao-vecchio.com/t1630-lana-broken-inside#33911
ID : Mary
Faceclaim : Rachel Bilson ©Hedgekey(avatar) .beylin (code signature) , Ealitya & mrs chaplin (gif)
Je suis absent-e : Du 15/01 au 27/01
Multi-comptes : Leila Mancini
Messages : 3239 - Points : 3564

Âge : 33 ans (23 mai 1985)
Métier : Organisatrice de mariage. Est une passionnée de la danse mais n'a jamais eu le courage d'en faire son métier
Sujet: Re: Entrez dans la danse. feat Lana ( le Dim 2 Déc 2018 - 19:34 )
Ainsi, Lana n’est pas la seule à être aller voir une psy, Luna aussi. Lana accueille sa confession avec bienveillance, lui adressant un sourire qui se veut plus que chaleureux. Au début, Lana avait gardé ses visites à cette psychologue secrète, ayant un peu honte, voulant éviter le regard des gens avant de se rendre compte qu’il n’y a aucune honte à demander l’aide d’une professionnelle quand on en ressent le besoin. C’est ce qu’elle a tenté d’insinuer à Luna, à travers sa propre expérience, mais il semble que Luna ait fait les frais de personnes du milieu manquant finalement de patience. Sa psychologue à elle, Valencia, a été irréprochable de ce point de vue-là, bien que leurs rapports aient été tendus au début. « Tu n’es peut-être pas tombé sur les bonnes personnes, si tu veux mon avis. Chaque personne a son thérapeute idéal et il faut parfois en chercher plusieurs avant de trouver. M’enfin, peut-être aussi que c’est quelque chose qui ne te convient pas. » Luna semble plus désignée à passer par le domaine de l’écriture. Le fait de se retrouver face à une page blanche plutôt qu’un être de cher doit certainement lui enlever de la pression, la peur d’être jugée, là où Lana ressent le besoin vital d’avoir un retour sur ce qu’elle avance. Chaque personne a ses propres méthodes expiatoires. « Si écrire te fait du bien. Et danser. Alors continues. » Et peut-être ressentira-t-elle un jour le besoin de montrer ses cahiers à quelqu’un, de s’ouvrir un peu plus. Peut-être d’ailleurs que c’est déjà fait, de ce que Lana en sait. Tout ce qui lui importe, c’est que Luna trouve le soutien qui lui est nécessaire au moment qu’elle jugera opportun. Car même si leur lien est encore fragile, même si leur rencontre est encore récente, l’Italienne doit bien avouer qu’elle éprouve une affection déjà profonde pour la danseuse. Elle est comme ça, Lana, elle s’attache à la vitesse de l’éclair. Ca a pu lui porter préjudice par le passé, se raccrochant à des personnes qui ne lui voulaient pas toujours que du bien mais là, avec Luna, elle sent qu’elle prend la bonne décision. La jeune femme en face d’elle est touchante, blessée aussi, faisant redoubler en elle son instinct protecteur. Elle n’est pourtant pas certaine d’être bien plus armée face à la vie, aux détours horrifiques qu’elle peut prendre parfois mais l’envie d’envelopper ses bras autour de Luna et de la protéger du monde se fait de plus en plus présente au fur et à mesure qu’elle décroche des bribes d’histoires. Sans forcément arriver à les mettre bout à bout et à construire quelque chose de concret avec. Alors Lana, elle tente de se dépêtrer avec les informations qu’elle a, qui ne sont pas joyeuses, mais dont elle peine à déterminer les contours. En tout cas, elle est certaine d’une chose : l’importance de l’impact que cela a eu sur la vie de Luna. Sans aucun doute, la jeune femme en est ressortie traumatisée et l’est encore aujourd’hui. « Je ne sais pas ce qui t’es arrivé exactement mais ce que je te dirais, aujourd’hui, avec les informations que j’ai, c’est que tu n’as peut-être plus besoin d’être aussi dure envers toi-même maintenant que tu as grandi, que tu es une adulte. Tu es entourée, je n’en doute pas, par des amis sincères. Tu peux te permettre de lâcher un peu de leste. » Ce qu’elle n’a pas pu faire plus jeune, visiblement. Et au fur et à mesure que la discussion avance, Lana croit enfin comprendre que cela a un rapport avec sa famille. Ses parents. Le ton qu’elle emploie suite à sa question n’amène aucune équivoque. La danseuse est triste, peut-être même un peu en colère. Et soudainement, Lana s’en veut terriblement de lui avoir exposé son bonheur familial devant les yeux. « J’suis désolée. J’aurais pas dû te poser cette question, ça ne me regarde pas. » Lana ne sait que de trop à quel point les histoires familiales difficiles peuvent être dures à évoquer. Elle l’a expérimenté avec Erio, son colocataire, et continue encore aujourd’hui de marcher sur des œufs vis-à-vis de ce sujet. Sa curiosité, plus que de la mettre en confiance, est en train petit à petit de franchir la ligne, de déterrer des démons qui ne lui appartient peut-être pas de remettre à l’ordre du jour. « Oui. D’accord. Et je suis sûr qu’elle trouvera la jeune femme à côté de moi extrêmement douée. » Parce qu’elle l’est Luna et c’est important pour Lana d’appuyer ce fait. Elle l’est même peut-être plus qu’elle-même, au regard de ce qu’elle exprime de ses tripes à travers ses pas. Ce à quoi elle a assisté tout à l’heure et ce dont elle ne se remet toujours pas. Mais la jeune femme la pousse à rester dans l’instant présent plutôt que de se repasser le film en se demandant ce que tout cela peut bien vouloir dire, cette souffrance qu’elle exprime. Non, au lieu de ça, elle doit s’efforcer de lui tendre la perche que sa nouvelle amie lui tend. « Si tu veux. Ca te ferait plaisir ? » Elle sent bien là qu’il s’agit d’un effort surhumain de la part de Luna, de se dévoiler. Lana veut s’assurer que ses questions ne lui ont pas forcé la main. « J’ai jamais fait ça mais ça peut être amusant, oui. Moi je marche. » Après tout, leur relation n’a rien de conventionnel depuis le départ.


Erio & Lana


Je ne squatterais plus les rues de ma peine. Quand je suis perdue, j'veux que tu me ramènes. Je veux qu'on fasse bien, je veux qu'on aille loin et qu'on traîne.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Entrez dans la danse. feat Lana ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Entrez dans la danse. feat Lana -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Modernissimo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant