Revenir en haut
Aller en bas


 

- Une claque.. Et, quelle claque ! |DEVRAJ| -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Dafne Schiavone10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4225-mes-livres-sont-vierges-mais-l
ID : Salem, Cinzia
Faceclaim : A. Kane + ©art acide
Multi-comptes : nope
Messages : 193 - Points : 112
Âge : 30 ans
Métier : Escort-girl
Sujet: Une claque.. Et, quelle claque ! |DEVRAJ| ( le Ven 2 Nov - 23:26 )
Une claque. Et, quelle claque !Feat Devraj

Un an – voire un peu plus – que j’envoyai à mon ancien professeur de littérature une copie de mon manuscrit afin de recueillir un avis franc, un critique constructive. J’avais pour ce dernier une admiration tout excessive. Il était brillant, exceptionnellement doué et, comme je nourrissais envers mon talent une maigre confiance, je m’étais préparée à essuyer de cinglantes remarques. Comment aurait-il pu en être autrement ? Le délai de réponse était si long. Il ne pouvait présager qu’une lourde correction qui me serait douloureuse. Qu’à cela ne tienne, j’étais prête. L’hypothèse de l’indifférence, je refusais d’y croire. Pourquoi m’aurait-il ignorée ? A l’époque lointaine de mes études universitaires, je comptais parmi ses plus brillantes élèves. Il le chantait à qui mieux-mieux, alourdissant le poids de mon estime à son égard à chaque fois qu’il me félicitait. Que mon envoi reste lettre morte signifierait que je m’étais trompée sur cet homme et je refusais jusqu’à l’idée d’y penser. Si je me fiais plus à mon instinct, il ne me resterait plus grand-chose de bien. Aussi ne ressentis-je aucune surprise à trouver dans ma boîte aux lettres le feuillet que j’avais mis tant de cœur à écrire. Au contraire, je pensai « Enfin ! » tandis que je déchirais l’enveloppe Kraft sans la moindre cérémonie. J’étais tellement impatiente de découvrir les notes laissées dans la marge, les ratures ou les flèches suggérant de déplacer l’un ou l’autre morceau de texte que je ne pris pas la peine de lire le mot manuscrit qui accompagnait mon ouvrage. Or, j’aurais dû : la chute aurait été moins douloureuse.


Il était immaculé de rouge ou autres couleurs choisies pour mettre en évidence les modifications à apporter. Il ne contenait rien de plus que mes mots alignés les uns aux autres et je me surpris à douter qu’il ait été lu. « Non, c’est impossible » m’exclamais-je en feuilletant page par page, et pour la troisième fois, l’ébauche imparfaite de ma première nouvelle. Quelle stupide réaction. Rien n’apparut par magie. Alors, mon cœur jusqu’ici gorgé d’espoir se dégonfla comme un ballon de baudruche. Mes mains, elles se mirent à trembler au point qu’il m’était compliqué de décacheter le mot qui accompagnait le retour. Peut-être était-ce le signe que le déchiffrer m’achèverait, qu’il était dès lors préférable qu’il reste là où il se trouvait. Sans doute même, car il n’avait rien d’élogieux. En résumé, il prétendait en tournures de phrases alambiquées que le professeur Antonacci ne consacre son temps qu’au courageux, pas aux lâches qui abandonnent. Quelle claque ! Ma condition me sauta au visage. J’étais KO et je m’effondrai, la tête contre le mur, mon manuscrit tombé à mes pieds et l’insulte chiffonnée dans mon poing gauche. Je pleurais à gros bouillon toute mon humiliation, au milieu du hall, et sans me soucier d’être vue, entendue ou prise en pitié par quelque voisin qui me surprendrait




.


Bras tendus, boulets aux pieds, je bascule à cause de lests. Debout, seule, et déboussolée, bercée par une chanson de geste. En tête de proue, en proie au doute, j'enlève la cape de bonne espérance.
Revenir en haut Aller en bas
Devraj MoreaLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4190-devraj-don-t-you-remember http://www.ciao-vecchio.com/t4212-devraj-j-ai-implore-les-etoiles-de-me-la-ramener
ID : Ealitya, Sandrine
Faceclaim : Rohit Khandelwal ©Art Acide
Multi-comptes : Dante, Demetrio, Dorian, Erio & Loris
Messages : 259 - Points : 286

Âge : trente-quatre étoiles.
Métier : écrivain, mais ne se cantonne pas à cette passion. Devraj se laisse aller à de courtes missions, qui ne vont jamais au-delà d'un mois. Egalement, il est architecte.
Sujet: Re: Une claque.. Et, quelle claque ! |DEVRAJ| ( le Lun 10 Déc - 1:10 )
« Tu sais, tu devrais choisir un sapin artificiel à l’avenir. » Devraj tourne la tête vers celle de son ami qui affiche un sourire amusé. C’est bien le seul de son entourage à prendre un vrai sapin, avec de vraies branches, aiguilles. Rien à voir avec ce que lui achète une fois tous les dix ans, qui se range dans le grenier une fois les fêtes passées. Si l’indien a opté pour cette solution, c’est parce qu’il ignorait où il serait dans les années à venir et qu’investir dans un sapin de Noël était sans doute inutile. Ca s’est confirmé cette année avec le manque de son pays natal, de sa famille loin de lui. Il s’était dit qu’à force, il abandonnerait sa vie ici pour retrouver les siens, mais ça… Ca, c’était avant de faire sa rencontre. Cette femme qui le hante chaque minute, alors qu’ils se connaissent à peine. Pourtant, il a l’impression de savoir qui elle est, de comprendre ses maux. En croisant sa route, il a su trouver une raison de rester. « Mais ça me va bien. C’est festif, chaleureux, bien plus que ton arbre sans vie. » lance-t-il, alors que son ami se gare non loin de son immeuble. Ensemble, il tire le sapin, puis une fois celui-ci hors du véhicule, ils échangent quelques mots, conviennent d’une heure pour la soirée du lendemain et se quittent là-dessus.

Devraj porte l’arbre jusqu’à la porte qu’il pousse après l’avoir déverrouillé, monte jusqu’à l’appartement. Sortir des guirlandes lumineuses et autres décorations pour mettre en valeur le sapin est une chose qu’il apprécie de faire. Cela dit, seul, ça n’a rien de drôle, alors, tous les ans, il prend l’initiative de s’en occuper avec sa famille au téléphone. « Tu as pris une bombe à neige ? » Devraj acquiesce d’un signe de tête et leur montre la bombe en question. « Et vous, vous avez décidé de changer la couleur des boules ? » Sa sœur qui en train d’entourer le sapin d’une guirlande, ronchonne. S’il y a bien une chose qu’elle déteste, c’est qu’on la change de ses habitudes. « Moi aussi. Doré et argenté, avec quelques boules rouges. » Ca changera du massacre de l’an dernier. Une bonne heure suffit à rendre les deux arbres magiques. Devraj se penche vers les aiguilles tombées, passent un coup de balai, puis embarque le tout dans une poubelle qu’il descend. Son regard se pose aussitôt sur sa voisine. Un instant, il hésite, puis brise le silence : « Salut Dafne. Il y a un problème ? » Certainement, oui. Elle est en larmes. Doucement, il s’approche et se penche vers le manuscrit qu’il récupère et sans feuilleter l’intérieur, pose une main sur son épaule. « Je t’offre un thé ? Un café ? » propose-t-il, se disant que ce serait mieux de quitter le hall et d’en discuter ailleurs, si elle en ressent le besoin. Toujours est-il que ce qu’il tient entre ses mains l’intrigue.


Here, here in this heart it's cold, cold as stone. Must welcome these memories, as shallow as my eyes have slowly become. Hearts, frail heart left broken. Cold and known for its bitter agony. Times changed forever that night, leaving only empty memories. Empty memories won't heal the pain.
Revenir en haut Aller en bas
 
- Une claque.. Et, quelle claque ! |DEVRAJ| -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut