Revenir en haut
Aller en bas


 

- Tomber de Charybde en Scylla. // Latisha -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Voyager dans le passé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
Vera Venezzio
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
Faceclaim : Gal Gadot ©handsinthetea
Messages : 409 - Points : 1489

Âge : 34 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
Sujet: Tomber de Charybde en Scylla. // Latisha ( le Sam 3 Nov 2018 - 18:37 )
La soirée s’était annoncée comme un véritable fiasco. Une fois Winston mis au lit, une fois son devoir de mère accomplie ; elle pouvait enfin avoir un peu de temps pour elle : Vera s’est retrouvée comme une bonne assise sur son canapé : à ne pas savoir quoi faire de ses dix doigts. Elle aurait pu aller sonner chez Megara et tenter de voir si son amie était libre ce soir : mais elle n’avait pas envie d’être ce genre de personnes qui harcèlent les gens pour passer du temps avec eux. Alors, elle s’ouvrit une bonne bouteille de vin rouge et décida d’envoyer à un message à un inconnu ou bien une inconnue. Elle ne savait pas ce qui pouvait arriver si elle changeait quelques chiffres de son propre numéro pour l’utiliser comme destinataire. La réponse ne se fit pas attendre et après quelques messages avec une certaine Latisha : le vieux de rendez-vous fut donné. Sans réellement attendre, elle informa la nourrice de Winston qu’elle sortait ce soir pour ne pas être une mauvaise mère puis alla se préparer. Peut-être que cela était une erreur, mais n’avait jamais vécu dangereusement alors il était temps pour elle de tenter quelque chose de nouveau. Dans le pire des cas, elle avait donné rendez-vous à cette personne dans un bar fréquenté : elle pourrait donc très bien s’en sortir. Sa robe rouge et ses escarpins enfilés : elle enroula le foulard de satin noir autour de son cou puis répandit quelques gouttes de parfum derrière ses oreilles. Se regardant une dernière fois dans le miroir, elle ajusta quelque peu son maquillage avant de sortir pour monter dans le taxi au préalable commander. Elle avait déjà bu et ne comptait pas être victime d’un accident ou bien en créer un.
Arrivée au Dolce Vita, elle paya le conducteur et descendit gracieusement de la voiture. Elle salua les portiers et pénétra dans le bar. Veronica, ne sortant pas souvent, ne reconnut personnes, mais comprit que certains clients la reconnaissaient en remarquant leur sourire et leur petit hochement de tête. Au moins, ils avaient la décence de ne pas venir lui demander des autographes. En voyant assise sur une banquette au fond du bar une femme avec une robe jaune, Vera sourit et s’approcha vivement en s’installant en face d’elle.

« Je suis désolée, j’espère que je ne t’ai pas trop fait attendre : je voulais me faire présentable pour toi. »
Hélas, au regard confus de la jeune femme : la cantatrice comprit rapidement son erreur. « Excusez-moi mais, je ne vous connais pas. » Confuse, Veronica se mit à rougir : « Nous avons échangé quelques messages, je vous ai donné rendez-vous ici… Je suis Vera. - Vous faites erreur sur la personne. » Malaise.

Son cœur s’arrêta, ses gestes également : tout comme sa respiration. Comme si quelqu’un avait appuyé sur le bouton stop. Son cerveau eut un court-circuit. Après avoir présenté mille et une excuse, elle se leva rapidement pour s’éloigner. Cela lui apprendra à ne pas vouloir rester chez elle et être sage ! Elle allait finir comme une vieille fille : condamnée à aller tous les dimanches sur le marché pour acheter du miel dans le seul but d’avoir un contact humain. Tout en s’imaginait déjà flétrir dramatiquement comme une fleur, elle arriva au bar et commanda deux cocktails. Oui. Elle avait besoin d’oublier cette gêne et c’est pour cela qu’elle avait utilisé le pluriel. Ses deux Bloody Mary devant elle, un long soupire traversa ses lèvres. En portant le breuvage à ses lèvres, elle remarqua que même la tête de cerf accroché derrière le bar semblait se foutre de sa gueule. Vera ne savait pas si elle devait abandonner l’idée et le plan pour rentrer chez elle. Alors, elle se tourna et regarda les clients en tentant de trouver une autre personne avec une robe jaune moutarde. Quand elle croisa enfin le regard de celle qui devait être à la destinataire de ses sms : elle sourit. Son statut de veuve l'a acquitté de beaucoup de devoir : mais a également obligé la chanteuse à réaliser qu'elle n'avait aucune expérience quand il était question de donner un rendez-vous à quelqu'un.


love at first sight
« I can resist everything except temptation. »
Oscar Wilde by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Latisha JonesLe vin est un puissant lubrifiant social
Latisha Jones
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3948-personne-n-est-jeune-apres-qua http://www.ciao-vecchio.com/t3961-tish-petite-citation-a-venir
Faceclaim : Gabrielle Union
Messages : 486 - Points : 601

Âge : 40 ans
Métier : Il paraîtrait que je suis plutôt douée pour gérer l'argent...oseras-tu mettre le tien entre mes mains ?
Sujet: Re: Tomber de Charybde en Scylla. // Latisha ( le Jeu 8 Nov 2018 - 19:54 )
Tomber de Charybde en Scylla.
Vera




Hier soir, j’ai eu la bonne idée de sortir et la soirée a été bien arrosée. Conclusion, une cheville foulée, car j’ai eu la bonne idée de prendre les escaliers au lieu de l’ascenseur. Résultat, je me suis foulée la cheville. Ensuite, j’ai voulu m’introduire dans l’appartement de l’un de mes voisins. La situation était très cocasse, car j’étais persuadée que j’étais chez moi, hors je n’étais pas au bon étage et c’était bien moi qui essayais d’entrer par effraction chez lui. Pompette comme je l’étais, j’ai réussi à le menacer avec mes clés et surtout lui dire que le nom qui apparaissait sur la sonnette était bien Jones et non pas Andrei. Comme on dit, le ridicule ne tue pas et heureusement pour moi je n’en ai pas peur. Autant dire que c’était une soirée haute en couleur dont mes voisins et particulièrement celui que j’ai dérangé en plein milieu de la nuit s’en rappelleront.

C’est donc pour toutes ces raisons que j’ai décidé de rester  bien tranquillement  chez moi , ce soir. De plus, j’ai encore une petite douleur à la cheville et je pense qu’il vaut mieux faire soft pour la soirée. J’ai décidé tout simplement de regarder de vieux films tout en dégustant du bon vin.

C’est en plein milieu de mon film que je sens une vibration contre ma cuisse. Je regarde mon portable et me rends compte qu’il s’agit d’un sms. Un numéro inconnu, je pense d’abord à une blague et de fil en aiguille une petite discussion s’installe et la personne en question se désigne comme étant une femme, je ne saurais pas vous dire son âge, mais elle n’a pas l’air d’être une minette. Elle a usé des termes me faisant penser qu’elle pourrait être en mauvais terme avec son mari. Qu’est-ce que je suis contente de ne pas m’être mariée.  La seule relation réellement sérieuse que j’ai pu avoir, a été avec Lorenzo et au final on s’est séparé, car nous étions tous les deux beaucoup trop axée sur notre boulot. Je me dis que si nous nous étions rencontrés à un autre moment ça aurait peut-être pu marcher, mais je le garde tout de même dans mon cercle privé, donc vaut mieux terminer ainsi plutôt qu’avec des cris et des larmes.

Finalement, nous décidons de nous rencontrer dans un bar. Je ne sais pas si c’est une bonne idée ou pas,
Car au final je ne la connais pas, mais je ne sais pas pourquoi, j’ai comme ce sentiment qu’il s’agit d’une personne de confiance. Je passe par la case douche, puis me rends dans ma chambre pour m’habiller, selon ce qui était convenu avec la jeune, moyenne ou que sais-je femme. La fenêtre que j’ai ouverte plus tôt dans la journée est encore ouverte. Je décide tout simplement d’aller la fermer pour ne pas prendre en froid en m’habillant. C’est un carnage! Il n’y a pas d’autres mots.
Des pigeons ont fait leur nid dans la pièce, juste à côté de mon lit  et ont tout dégueulassé. Il y a des plumes, de l’excrément, tout pour me ravir. Je n’arrête pas de dire que le sort s’acharne contre moi et on ne veut pas me croire et pourtant. Je dois passer par la case nettoyage et j’aurai pu faire ça proprement, mais non! Et Splaf! La main en plein dans les excréments. “Dé-gueu-lasse…” On dit que marcher dans de la m**de ça porte chance, est-ce qu’y mettre la main en plein dedans ça signifie le bonheur? Si j’avais encore des rapports avec ma mère, je pourrai vous le dire, mais ce n’est plus le cas.

Après avoir nettoyé ce carnage et m'être lavée les mains, je finis par m’habiller d’une robe jaune moutarde et je cherche mon manteau bleu roi. C’est ainsi que j’ai dit que j’irai habillée pour qu’elle puisse me reconnaître, peut-être aurais-je dû spécifier que je suis afro-américaine. Enfin bon, ne devrait pas y avoir vingt mille personnes habillées comme nous dans ce bar.

“Merci, vous pouvez garder la monnaie!” dis-je alors au chauffeur du taxi. J’envoie un message à @”Lorenzo Lupini”, en lui indiquant que je vais rencontrer une inconnue qui m’a contacté par sms et que je suis au Dolce Vita.  On ne sait jamais, j’ai l’impression de n’avoir rien à craindre et que ce n’est pas une personne avec de mauvaises intentions, mais avec ma chance en ce moment mieux vaut prévenir que guérir.

Je ne perds pas de temps pour retrouver ma mystérieuse inconnue et je ne peux pas m’empêcher de rire.  Je la vois au loin se tromper de personne et je ne peux qu’imaginer son désarroi. Moi qui pensais que personne ne pourrais être habillée comme moi, enfin avec ces deux couleurs, je me suis apparemment trompée. Je me dirige simplement vers elle et je suis plus que convaincue de mon côté que je me dirige bien vers la bonne personne, car elle me sourit tout simplement. Le genre de sourire qui doit certainement signifié "ouf, elle est venue, je ne suis pas venue ici pour rien."“J’ai adorée la scène...j’aurai pû en être capable.” un petit rictus sort de ma bouche. “ J’imagine que tu es Vera?” Je plonge mon regard amusé dans le sien et je sens déjà qu’on va passer une soirée mémorable.






The only journey is the one within.
Nymphadora Tonks ☽


Dernière édition par Latisha Jones le Mar 12 Fév 2019 - 16:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
Vera Venezzio
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
Faceclaim : Gal Gadot ©handsinthetea
Messages : 409 - Points : 1489

Âge : 34 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
Sujet: Re: Tomber de Charybde en Scylla. // Latisha ( le Dim 2 Déc 2018 - 20:29 )
Boire quelques verres n’était pas un crime n’est-ce pas ? Elle avait son lot de stress pour le mois : disons ça comme ça. Plus tôt dans la journée, elle avait découvert dans la chambre de son fils des objets on ne pouvait plus perturbants. Depuis quand un enfant de douze ans avaient des jouets pour adulte dans son tiroir à chaussettes ? Vera ne savait pas si elle devait le confronter ou bien passer sous silence cette découverte. Même si elle le voulait : elle ne pouvait pas vraiment fermer les yeux sur cette trouvaille : où Winston avait trouvé de l’argent ? Comment avait-il pu mettre la main sur ce genre de choses ? Tant de questions et aucune réponse pour apaiser son esprit : tout du moins pas encore. Elle lui parlerait demain. Son enfant grandissait bien trop vite à son goût. Le problème de tous les parents probablement. En attendant, elle préférait clairement faire l’impasse sur le sujet pour pouvoir tenter de se décontracter en savourant un bon cru. C’est probablement parce qu’elle avait besoin de se changer un peu plus les idées qu’elle eut l’idée folle et saugrenue d’envoyer un message à un inconnu. Veronica n’était pas le genre de femme à croire au miracle et se doutait que ce genre de technique était quitte ou double : mais elle avait l’impression de ne rien avoir à perdre. Il était temps de faire quelque chose d’inattendu.
Cela apprendra Vera à vouloir faire ami ami avec quelqu’un qu’elle ne connaissait ni d’Eve, ni d’Adam. Elle avait pourtant mis tous les atouts de son côté en s’habillant bien : en faisait l’effort de ressembler à quelques choses alors que quelques heures plus tôt elle était encore en pyjama avec un verre de vin à la main. Qui aurait cru que les vêtements décrits par la dame avec qui elle avait conversé étaient autant à la mode ? Elle ne pensait pas que le jaune et le bleu étaient encore des couleurs en vogue mais elle n’était pas une experte en la matière. Qu’importe, après s’être pris une vent monumental, sentant le regard des autres personnes autour sur elle : c’est vers le bar qu’elle se dirigea. L’alcool ferait passer la pilule et le cuisant échec de trouver la personne à qui elle avait donné rendez-vous. Une part d’elle s’attendait de toute façon à ce que cela soit un mec enrobé aux cheveux gras qui se pointe.
Pourtant, son regard finit par croisé celui d’une jeune femme : habillée d’une robe jaune moutarde et d’une veste bleu roi. Enfin. D’une on ne lui avait pas posé un lapin et de deux son élégance tranchait avec les autres clients. Heureusement que Vera avait mis des vêtements élégants. Elle se poussa pour faire une place au comptoir :

« Je vois … Tu as donc assisté à mon échec cuisant de deviner qui tu es.  Un coup de main aurait été le bienvenue. » Souffla-t-elle. « Décidément, ce n’est vraiment pas mon jour : ni ma semaine. Le destin s’acharne contre moi. » Elle vida presque le contenu de son verre : « Et je suppose que tu es Latisha ? » Elle tendit sa main : « Enchantée de te rencontrer… Pour de vrai ! » Elle fit signe au barman : « Je reprendrais la même chose et… » Elle se tourna vers Tish : « Je t’invite, quel est ton poison préféré ? » Sur ces mots, elle termina son verre et le poussa pour faire la place au nouveau : « Alors, quel est ton plan pour en faire voir aux hommes hein ? Je suis toute ouïe et novice en la matière. »


love at first sight
« I can resist everything except temptation. »
Oscar Wilde by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Latisha JonesLe vin est un puissant lubrifiant social
Latisha Jones
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3948-personne-n-est-jeune-apres-qua http://www.ciao-vecchio.com/t3961-tish-petite-citation-a-venir
Faceclaim : Gabrielle Union
Messages : 486 - Points : 601

Âge : 40 ans
Métier : Il paraîtrait que je suis plutôt douée pour gérer l'argent...oseras-tu mettre le tien entre mes mains ?
Sujet: Re: Tomber de Charybde en Scylla. // Latisha ( le Mer 19 Déc 2018 - 19:40 )
Tomber de Charybde en Scylla.
Vera




Je n'étais clairement pas préparée à sortir ce soir. Je m'étais déjà installée confortablement sur mon canapé un verre dans la main. Il faut dire que depuis que mon fils a déménager, je ne me suis pas arrêtée. Entre le boulot, les sorties avec les amis, j'ai essayé de meubler mes soirées. Non pas qu'avant cela, il était tout le temps à l'appartement, loin de là, mais au moins je savais qu'il rentrerait le soir. Aujourd'hui, je suis une mère célibataire, mais je suis surtout célibataire, car mon rôle de mère, je n'y ai le droit que lorsqu'il vient me voir ou alors lorsqu'il m'appelle. Autant dire que lorsque j'ai reçu ces sms, je me suis tout d'abord posée des questions, j'ai pensé à une mauvaise blague, puis une blague tout court, pourtant la façon de parler de cette personne ne me semblait pas familière, donc j'en ai déduit qu'il pouvait réellement s'agir d'une Vera. À mes risques et périls, je me suis lancée dans cette aventure dans l'objectif de rencontrer cette femme. Nous avions même mis au point un dress code, c'était digne d'un film d'action.

Ce qui était encore plus comique c'est de voir cette inconnue foncer droit sur quelqu'un qui n'était pas moi. J'aurai pu venir à sa rescousse, je le conçois, mais c'était vraiment amusant. De plus, j'étais arrivée vraiment au dernier moment, donc on m'aurait plus prise pour une folle qu'autre chose. Je suis en partie soulagée de voir que la personne qui m'avait donné rendez-vous n'est pas un vieil homme rondouillard aux cheveux grisonnant. Au contraire, c'est une belle femme dotée du charme à l'italienne, un sourire contagieux et des yeux pétillants. Elle était d'une élégance, bien plus distinguée que moi. “En effet, j'ai tout vu ou presque.” Je souris amusée en me remémorant la scène. “Mais je suis arrivée trop tard pour pouvoir intervenir alors bon, je me suis régalée, il ne me manquait plus que les pop-corn.” Je finis par m'installer à ses côtés sur l'une de ces chaises.
“Ne m'en parle pas! Je suis maudite aussi!” On pouvait clairement voir sur mon visage que j'étais excédée par toutes ses tuiles qui m'arrivaient. “Moi aussi..je suis agréablement surprise” Je fis de même avec un large sourire sur le visage. Je ne pouvais pas l'expliquer, mais je me sentais en confiance et en sécurité avec cette femme qui pourtant je connaissais à peine. “Oh..bonne question, j'aime tout , alors je vais prendre la même chose que toi.” Je pouvais boire du rhum, comme du cognac ou encore un bon vieux whisky, je n'étais pas difficile en ce qui concerne les boissons. [NDLR: Je sais, certains vont détourner ça et insinuer que Tish est une alcoolique…] “Honnêtement, rien de spéciale...enfin je n'ai pas vraiment de plan en réalité..” C'était certainement ma spontanéité qui plaisait aux hommes, ou alors ma couleur ébène, je ne sais pas trop, en même temps je n'étais pas la mieux placée pour dire ce que les hommes trouvaient en moi, après tout je n'avais jamais été mariée, j'avais élevée seule mon fils et il était bien le seul homme à ne m'avoir jamais tourné le dos. “Tu sais , je ne me prends pas vraiment la tête...j'ai mal débuté avec les hommes, alors maintenant je me laisse vivre sans trop réfléchir.” Le serveur nous servit deux verres en adressant un petit sourire, puis repartit. “Et toi alors, qu'est-ce qui se passe avec les hommes...tu as l'air dégoûté et prête à tourner la page sur une histoire?”
Je regarde la femme comme si c'était une amie et que je la connaissais depuis des années.





The only journey is the one within.
Nymphadora Tonks ☽
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
Vera Venezzio
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
Faceclaim : Gal Gadot ©handsinthetea
Messages : 409 - Points : 1489

Âge : 34 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
Sujet: Re: Tomber de Charybde en Scylla. // Latisha ( le Dim 6 Jan 2019 - 0:40 )
Le cuisant échec de se tromper de personne raisonnait dans son esprit et si elle avait été seule : elle aurait probablement frappé sa tête contre le mur pour se punir de cette stupidité. Elle commençait à regretter la décision d’être venue quand elle croisa le regard de celle qu’elle devait rencontrer. Tout du moins, Vera espérait : hors de questions qu’elle subisse un nouvel échec. Il en était hors de question ! C’est qu’elle avait sa fierté après tout !

« Je vois … » Elle soupira longuement : « Je suppose que tu n’es pas la seule à avoir aimé le spectacle ? » La cantatrice avait vu du coin de l’œil quelques sourires amusés.

Elle n’était pas une personne violente mais elle n’appréciait pas pour autant se couvrir de ridicule. Personne n’appréciait cela probablement, mais elle peut-être plus. Dans son métier : elle se devait d’être parfaite en tout point alors cette habitude avait tendance à entacher également son quotidien. Elle regarda Latisha s’installer :

« Je vois que le destin ne fait pas les choses à moitié donc ? Qui sait : on peut se donner des conseils pour survivre et tenter d’arrêter la spirale infernale de la malchance ? »


Répondant à son sourire, Vera recommanda un verre en précisant qu’elle payait également la première tournée à cette inconnue.

« Deux Bloody Mary alors. » Fit-elle au barman qui s’exécuta.

Attaquant dans le vif du sujet : la jeune trentenaire était une novice quand il était question des hommes et de comment leur faire payer leur attitude bien souvent déplacée envers les femmes. Vera n’avait pas d’expérience en la matière : son mariage ayant été une catastrophe du début jusqu’à la fin.

« Et moi donc… » Cela fut la seule chose qu’elle put dire pour souligner les paroles de sa compagne de boisson. « Je suis surprise de ne pas être dégoûté d’eux. » Elle ne comprenait pas pourquoi elle n’arrivait pas à résister à leur charme. Elle aimerait, mais il faut croire que l’Homme n’est pas fait pour apprendre ses leçons.

La commande devant elle, Vera attrapa son verre et le leva. Cela retardait l’échéance, celle où elle devrait répondre à la question de Latisha.

« Buvons d’abord. » Elle réfléchit quelques secondes : « A cette soirée et au destin qui fait toujours bien les choses hm ? » Un sourire espiègle, puis elle trinqua avec son amie d'un soir et prit une gorgée du cocktail à la robe rouge.

La chanteuse laissa les différents arômes du Bloody Mary envahir sa bouche avant de reposer son verre. S’en suivit une longue inspiration avant qu’elle ait le courage de se ‘’confier’’. La personne ne devait pas savoir qui elle était : Vera pouvait donc parler librement non ? De toute façon, les morts ont toujours tort ; surtout Guido.

« On va dire qu’un mariage forcé à seize ans a coupé l’herbe à toutes mes idées de prince charmant. Ajoute à ça qu’il était assez vieux pour être mon père et bien plus que ça… Tu devrais avoir un beau tableau. » Automatiquement, elle reprit sa boisson dans sa main et prit plusieurs gorgées cette fois-ci. « La page est tournée, mais je crains de ne pas être douée dans l’art de la séduction. Je n’en ai jamais eut l’occasion, même si cela fait quelques années maintenant que je suis veuve. »

Vera posa son poing contre sa tempe pour prendre appuie et regarder son invité.

« Je suppose que ton histoire avec le sexe opposé ne doit pas être plus gaie pour que tu tiennes autant de gruge envers les hommes ? » Cela était malheureux à dire, mais c’était le ressentiment qu’elle avait. « Tu crois qu’ils comprendront un jour qu’on n'a pas besoin d’eux ? »


love at first sight
« I can resist everything except temptation. »
Oscar Wilde by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Latisha JonesLe vin est un puissant lubrifiant social
Latisha Jones
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3948-personne-n-est-jeune-apres-qua http://www.ciao-vecchio.com/t3961-tish-petite-citation-a-venir
Faceclaim : Gabrielle Union
Messages : 486 - Points : 601

Âge : 40 ans
Métier : Il paraîtrait que je suis plutôt douée pour gérer l'argent...oseras-tu mettre le tien entre mes mains ?
Sujet: Re: Tomber de Charybde en Scylla. // Latisha ( le Ven 18 Jan 2019 - 19:34 )
Tomber de Charybde en Scylla.
Vera




Je restais silencieuse pendant quelques minutes. J'imaginais ce qu'avait pu ressentir la brune au moment où elle s'était trompée de personne. Certainement, un petit moment de solitude. À sa place j'aurai bien ri, mais ça c'est certainement parce que je suis la reine des gaffes et des tuiles. Elle semblait désemparée jusqu'au moment où je m'étais adressée à elle, jusqu'à ce que je me présente. Elle était adorable et une beauté indéniable et elle avait ce petit quelque chose qui donnait envie de la chouchouter et surtout de prendre soin d'elle. Peut-être une simple impression, je le saurai uniquement après cette soirée. "Je ne pourrais pas te dire que j'ai aimé...mais oui c'était amusant à voir...mais dans tous les cas je ne pouvais pas te laisser dans cette situation."

Je prenais place à côté de la brune avec un sourire en coin. “Apparemment pas...je me dis que nous étions faites pour nous rencontrer!” En effet, il y avait ce quelque chose dans l'air qui me disait que nous allions bien nous entendre et surtout que cette soirée serait mémorable. “Franchement, je ne sais pas si mes conseils sont à prendre ou à laisser.” Des conseils j'en donnais pleins, mais en y réfléchissant, ils n'étaient pas toujours bon à prendre. Ma vie n'était pas vraiment un exemple. Enfin, je me considérais comme chanceuse et surtout comme quelqu'un qui s'en était bien sorti. Mais ce n'est pas donné à tout le monde d'avoir un enfant à 17 ans d'enchaîner les petits jobs, les études jusqu'à avoir son diplôme. Les conseils c'est toujours bien, mais avec parcimonie. “Excellent choix!”

Une fois bien installée, je retirais ma veste histoire de me sentir plus à l'aise, après tout je venais d'arriver et nous ne comptions pas partir d'ici d'aussitôt. Etrange comme je me sentais à l'aise et en confiance face à cette femme que je ne connaissais même pas il y a quelques heures en arrière. C'est fou comme certaines personnes dégagent une bienveillance qui vous met tout de suite à l'aise. Nous étions tellement en confiance, que nous discutions d'homme et comment leur en faire baver. En ce qui me concerne, je n'ai jamais été douée pour ça, très certainement parce que ma première expérience a été un fiasco. Cela m'a également apporté la plus belle chose dans ma vie soit dit-en passant. “Le problème avec les hommes, c'est qu'on les détestent, mais qu'on ne peut pas se passer d'eux….un peu comme l'alcool.” Je saisis mon verre que le serveur venait de poser sur le comptoir et je trinquais avec ma nouvelle rencontre. “C'est bon au début….et une fois digéré on regrette, car ça nous donne un mal d'estomac!” Au début d'une relation, nous sommes aveuglées par ce que l'homme veut bien nous montrer de lui ou ce qu'il a envie de nous faire croire. Au moment où tout devient critique, c'est toutes chamboulées que nous déglutissons nos tripes et une fois l'histoire terminée, on est tout simplement vidée. L'exemple même d'une cuite, mais se passant sur des mois, voir des années, donc la période “gueule de bois” se traîne également sur des mois. “Il y a un petit côté sadomasochiste là-dedans, on sait qu'on va avoir mal, mais on fonce tête baissée.” Parfois on remarque les défauts et ces petits détails qui pourront nous déplaire dans le futur, pourtant nous sommes persuadées que nous ferons de cet homme un autre...Alors que ce n'est tout bonnement pas possible. “Tu sais, parfois je me dis que je devrais peut-être tenter ma chance avec une femme et que je me suis tout simplement trompé de bord...mais l'habitude fait que je ne franchis jamais le cap, d'ailleurs je ne me vois pas du tout faire ça, mais tout ça pour dire que je suis certaine que j'aurai été moins blessée en amour avec une femme plutôt qu'avec un homme!” Je disais cela sur le ton de l'humour et devint tout de suite plus sérieuse lorsque vint le moment de l'écouter.

Je restais silencieuse en l'écoutant, presque incrédule que ce genre de choses soient encore possibles de nos jours. Pourtant, mes parents avaient aussi essayé de m'imposer à leur manière leur façon de vivre...ce qui ne fonctionna pas. De son côté, je ne savais pas qui avait imposé toutes ces choses, mais ce genre de situation est toujours inconfortable. “Mais qui est-ce qui t'a imposé cela? Tes parents?” Très souvent les parents pensent qu'ils ont tout le savoir et toute la connaissance du monde, que ce qu'ils disent est pris pour argent comptant. Ils ne laissent aucun avis à leur enfant, chose que j'ai toujours déploré de mon côté et j'ai comme l'impression que c'était également son cas. “Le prince charmant n'a pas d'âge, peut-être ne l'as-tu pas rencontré à seize ans, mais qu'il t'attend là quelque part...tout sagement.” Je ne croyais pas au prince charmant non plus, mais je me disais que sur terre il y avait un être caché pour chacun. “Et..qu'est-ce qui t'en a empêché?” Je n'allais pas par quatre chemins au moment de poser mes questions, c'était tout simplement ma façon d'être, franche et honnête, cela pouvait être déconcertant, mais après tout, je ne connaissais pas cette femme et elle ne me connaissait pas, donc elle pouvait se confier sans avoir peur d'un jugement.

J'avais fait le deuil de mon histoire avec le père de mon fils, cela avait été très difficile, j'avais eu beaucoup de relations destructrice, jusqu'au jour où j'ai compris que je pouvais tout simplement utiliser les hommes comme il m'utilisait. Je pouvais prendre du bon temps avec eux sans rien attendre en retour, juste profiter de l'instant présent. “Et comment!” Je me tournais face à ma confidente du jour pour enfin reprendre la parole. “ J'ai grandi dans une famille religieuse.” Je soupirais en faisant la moue, puis repris. “Un père pasteur...alors autant te dire que déjà niveau éducation c'était très difficile pour moi, car à mes yeux les femmes sont toutes aussi importantes que les hommes...Toute ma vie j'ai été confrontée à ma famille et leur préjugés sur ce qu'une femme doit et ne doit pas faire...alors le jour où je suis revenue à la maison et que je leur ai dit que j'étais enceinte alors que j'étais encore mineure...je te laisse imaginer la suite des choses.” Mes parents avaient été très rude avec moi et mon père était décédé sans que je lui adresse à nouveau la parole, c'était parfois lourd à supporter, mais la vie était ainsi faite. “Pour couronner le tout, le père de mon bébé a pris la poudre d'escampette et je me suis retrouvée à la rue à me battre pour élever mon fils et devenir quelqu'un de bien.” Lorsque je me mettais à discuter avec des femmes j'avais sans cesse l'impression que nos vies étaient un combat perpétuelle, contre la société, contre nos aînées, contre les hommes. Il fallait sans cesse se justifier, car nous étions des femmes et non pas des hommes. “Je ne sais pas s'ils comprendront en tout cas ce qui est certain c'est que le vent à tourner et que de plus en plus de femmes refusent de se faire maltraiter par les hommes et surtout de se soumettre à eux.”





The only journey is the one within.
Nymphadora Tonks ☽
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
Vera Venezzio
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
Faceclaim : Gal Gadot ©handsinthetea
Messages : 409 - Points : 1489

Âge : 34 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
Sujet: Re: Tomber de Charybde en Scylla. // Latisha ( le Ven 25 Jan 2019 - 19:19 )
Vera souriait en entendant Latisha affirmer qu’elle ne pouvait décemment pas la laisser dans cette situation. Elle ne pouvait, à vrai dire, rien faire d’autres. La femme dégageait quelque chose d’agréable, de doux : elle était prête à se confier ; pourquoi pas à parler de blessures encore intactes malgré les années passé. Pourquoi pas après tout ? Cette personne ne semblait ni la reconnaître, ni la connaître tout court alors qu’est-ce qu’elle avait à perdre ? Rien. Absolument rien. Maintenant installé à ses côtés : il ne restait plus qu’à la cantatrice la force de chercher dans son fort intérieur pour trouver le courage qui manquait cruellement généralement chez elle. Ce n’était pas de la lâcheté : juste un manque de confiance en soit qui était née à force de subir le joue d’hommes qui n’ont jamais eut de respect pour les femmes.

« Je prends les signes du destin comme ça tous les jours. » Ajouta-t-elle en rigolant doucement. Ses conseils, Vera ne pouvait pas les ignorer car Dieu savait qu’elle n’avait aucune expérience. « Un conseil est un conseil, en bien ou en mal : c’est toujours bon à prendre. » Encore une fois : elle n’avait rien à perdre dans cette histoire. Elle avait tout à gagner et c’est probablement pour cela qu’elle était aussi contente en cet instant.

Avant même que la chanteuse le réalisa : elles parlaient des expériences terribles le sexe opposé. Lorsque Latisha compara les hommes à l’alcool, elle hocha la tête et leva son verre pour pouvoir trinquer à ces paroles des plus sages :

« Vrai. Même si dans mon cas je suis ravie de m’en passer maintenant. » Elle savourait son était civil : elle n’avait plus de comptes à rendre à personnes. Elle était libre de ses mouvements et elle ne sacrifierait plus jamais cela. « Tu crois que c’est parce qu’on est sadomasochiste ou bien qu’on sait tout simplement que sans nous ils ne peuvent pas survivre alors on ressent de la pitié pour eux ? » Ses mots étaient peut-être durs, mais elle les pensait. En parlant d’expérience avec des femmes : Vera se contenta de prendre une gorgée de son cocktail avant de reposer avec élégance son verre. « Une femme à l’avantage de connaître les points sensibles de l’autre. Elle est plus à l’écoute… Je n’ai eu qu’une seule aventure mais cela a suffit pour comprendre qu’une part de moi regrettait de ne pas avoir dégusté ce plaisir plus tôt. »

Il faut dire, de toute façon, qu’elle n’en avait jamais eu l’occasion. À l’âge où on se cherche encore : on l’avait trouvé et collé dans les bras d’un homme bien plus vieux qu’elle. C’est cette histoire qu’elle décida de partager avec cette parfaite inconnue qu’elle ne connaissait ni d’Eve, ni d’Adam. Veronica se jeta à l’eau, parla sans retenu : sans mâcher ses mots. Seule une femme pouvait la comprendre n’est-ce pas ? Alessio savait et avait toujours montré une grande compassion et tendresse à son écart mais jamais elle n’oserait en parler à un autre homme. Quand son invitée lui demanda qui lui avait imposé ça, un long soupire traversa ses lèvres et elle prit une nouvelle gorgée d’alcool pour avoir le courage.

« Mes parents. Mon père à tout arranger et ma mère à hocher la tête comme un bon toutou. Ce n’est jamais été qu’un investissement depuis mon premier cri. Ma seule erreur étant de naître femme et non homme. Mon mariage à permis à mon géniteur d’avoir plus d’argents et une position encore plus stable. »

Le prince charmant… Elle ne l’attendait plus et pourtant elle le voyait tous les jours. Plus les jours passaient, plus elle comprenait qu’Alessio était celui qui lui fallait. Ses sentiments envers lui étaient sincères, ils étaient forts et indéfectibles.

« Seul le temps me le dira n’est-ce pas ? La meilleure chose à faire est attendre et je suis devenue excellente à ce petit jeu. » Il le fallait non ? Sans quoi elle aurait trouvé son crâne bien avant la naissance de Winston. Latisha posa une question très pertinente : qu’est-ce qui l’en avait empêché ? « La pudeur … La peur de recevoir le courroux de Dieu si je commençais à mettre de côté mon devoir de mère pour pouvoir profiter d’une vie qu’au fond… Je sais que je mérite. » Mais elle avait des réticences à écouter ses désirs.

Son verre à nouveau en main : c’était au tour de son amie d’un soir de se confier. Plus elle parlait, plus elle se retrouvait dans cette histoire. Elle comprenait chaque mot, chaque explication pour avoir vécu la même chose. Perturbée, elle devait probablement ressembler à un poisson sorti de l’eau avec sa bouche légèrement ouverte. La vie et ses caprices, les dogmes étouffants d’une société mondiale vieillissant… L’ordre des choses ne changera-t-il jamais ? Au moins, elle semblait regretter de ne pas avoir parlé une dernière fois à son père : Vera se portait bien mieux loin de ses parents et ne pleurerait pas le jour de leur mort car ils ne lui ont jamais rien apporté de bon.

« On a une histoire similaire à ce que je vois… » Souffla-t-elle avant de vider son verre. « J’espérais que ce n’était pas courant ce genre de choses… Mais il semblerait que ça l’est. » Et cela la désolait. « Il y a encore un long chemin à faire hein ? » Pour le droit des femmes, pour le droit des êtres humains en général. Elle n’était pas féministe, elle était humaniste. « Dans tout ça, je me dis qu’a on au moins la chance d’avoir un enfant hein ? » Elle sourit en coin : « C’est ce qui m’a tenu en vie toutes ces années. » Il fallait appeler un chat, un chat.

Vera fit signe au barman pour qu’ils remettent la même commande sur le zinc.

« Il y a un long chemin à faire encore… Beaucoup de femmes sont prêtes à riposter oui, mais d’autres n’ont pas la force. Je ne l’avais pas. J’ai dû attendre qu’il meure d’une crise cardiaque dans les bras d’une prostituée pour être libérée de ses coups et de ces… » Elle avala sa salive : « De sa manie de devoir absolument respecter le devoir conjugal. » Qu’elle le veuille ou non, mais ça : Latisha le comprendrait. Une femme comprendrait, comprenait. « Mais j’ai envie de croire que les droits des hommes ne peut qu’aller de l’avant. »


love at first sight
« I can resist everything except temptation. »
Oscar Wilde by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Latisha JonesLe vin est un puissant lubrifiant social
Latisha Jones
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3948-personne-n-est-jeune-apres-qua http://www.ciao-vecchio.com/t3961-tish-petite-citation-a-venir
Faceclaim : Gabrielle Union
Messages : 486 - Points : 601

Âge : 40 ans
Métier : Il paraîtrait que je suis plutôt douée pour gérer l'argent...oseras-tu mettre le tien entre mes mains ?
Sujet: Re: Tomber de Charybde en Scylla. // Latisha ( le Mer 6 Fév 2019 - 21:11 )
Tomber de Charybde en Scylla.
Vera




Sans vraiment s'en rendre compte, nous nous confions l'une à l'autre. Une discussion, sans langue de bois, sans tabou, juste la réalité sans se voiler la face. La vie est parsemée d'embuche, il faut savoir se relever après chaque défaite et remettre le pied à l'étrier pour réussir à avancer. Vera n'avait pas été épargnée par la vie, tout comme moi, des choix lui ont été imposés et elle a dû faire avec. Elle a dû apprendre à vivre avec une personne qu'elle n'aurait pas forcément choisi d'elle-même. Elle a joué un rôle toute sa vie et aujourd'hui c'était comme une délivrance. C'est très certainement pour cela que je n'ai jamais réussi à me poser sur une longue durée avec un homme, car au final je ne sais pas jouer de rôle. Je sais être moi, la femme rebelle et qui ne se cantonne pas à ce que les gens espèrent de nous. Je suis bien trop imprévisible, mais au moins j'ai été heureuse ainsi. “Honnêtement?” Je regarde la brune avant d'ajouter "pour ma part je pense être un peu sadomasochiste, mais parfois un peu de brutalité peut faire du bien."

Bien entendu cela n'est qu'imagé et je ne fais pas référence à ma vie sexuelle. “Après il y a de tout, mais je pense qu'en général on ne peut pas se passer d'amour ou de ce qui pourrait s'apparenter à de l'amour que ce soit avec un homme ou une femme, selon nos préférences sexuelles.” Je ne me suis jamais posé la question sur les femmes, je sais reconnaître une belle femme, mais je n'ai jamais ressenti d'attirance pour le sexe opposé. Néanmoins, j'ai toujours été curieuse de ce que pouvait ressentir une femme touchée par une autre femme. Il est connu que les hommes sont parfois très égoïstes au lit, pensant à leur propre désir avant de celle de leur partenaire et je suis persuadée qu'avec une femme c'est différent. Peut-être que certaines femmes pensent d'abord à leur désir, mais pour l'assouvir, il faudra dans tous les cas, faire également plaisir à l'autre, donc c'est totalement différent. D'ailleurs lorsque la brune me parle de son expérience, je ne peux m'empêcher d'écarquiller les yeux. Ma curiosité vient d'être piquée. “Tu as une relation avec une femme?” Je bois une gorgée avant de continuer “quel type de relation? C'était plutôt sexuel ou une vraie histoire d'amour?” J'ai envie d'en savoir plus, savoir ce qu'elle a ressentit, si elle envisage un jour de retenter la chose, si elle pense tirer un trait sur les hommes et à présent tenter sa chance avec les femmes, enfin beaucoup de questions me trottent dans la tête.

“Je ne sais pas si c'est une épidémie, mais une fois parents, les gens oublient que l'amour ça ne se commande pas, que ça ne sert à rien d'imposer ses choix à ses enfants, car un jour ils deviennent eux aussi des adultes et des parents.” Je soupire après cette phrase en pensant à mon fils. Je me suis évertuée à ne pas être ce genre de mère avec Devon. Aujourd'hui, il me le rend bien, je n'aurai pû imaginer meilleure relation avec mon fils, nous pouvons avoir des discussions poussées et d'autres plus désinvoltes, mais j'ai toujours fait en sorte qu'il n'ait honte de rien et qu'il puisse me parler de ce qu'il a sur le coeur. Certaines personnes diront que les parents rigides n'existent plus aujourd'hui et que des femmes comme Vera et moi avons vécu cela, car nous avons un certain âge, mais ce n'est pas la réalité. Encore aujourd'hui, beaucoup trop de gens oublient qu'un enfant n'est pas une propriété, juste un autre être vivant à qui on a donné la vie et à qui nous devons inculquer les bonnes notions pour pouvoir évoluer de façon positive dans la vie. “En tant que femme, on oublie parfois un peu trop de penser à soi, on met des priorités sur tout, sauf sur notre propre personne, c'est bien triste!” J'ai également vécu pour mon fils, j'ai tout fait pour lui donner une situation stable, pour cela j'ai enchaîné les petits jobs, j'ai étudié alors que j'étais en âge d'avoir un travail stable, mais la vie me le rend bien. Toutefois, ma vie aurait pu être tout autre si je n'avais pas eu Devon, j'aurai pu être une vagabonde ou alors un pasteur comme mes parents le souhaitaient.

"Oui très similaire et je peux te dire qu'il y en a des femmes qui ont galéré et malheureusement, je crois qu'il y en aura toujours." Bien entendu, je souhaite que tout cela cesse, mais dans la société dans laquelle nous vivons, je suis persuadée qu'il y aura toujours des injustices par rapport aux femmes. J'ai beau crier sur tous les toits que les femmes sont égales aux hommes, mais il suffit de voir les têtes dirigeantes, que des hommes! “Oui heureusement qu'ils sont là, mon fils ma plus grande fierté, mon plus beau succès dans la vie.” J'en aurai presque les larmes aux yeux. Il sait me rendre fière et ça se voit rien qu'à mon expression. “Et moi donc, mon plus grand amour comme je le dis, l'homme de ma vie!”

Je fais signe au serveur de me remplir un nouveau verre. “Aujourd'hui tu es libre! Tu es une belle femme intelligente et forte, bien plus forte qu'il ne l'a jamais été!” Je lève mon verre. “ Ca ira de l'avant grâce à des personnes comme toi qui partagent leur vécu.” Je pose ma main sur la sienne, un signe de considération, un signe de respect envers cette femme qui a déjà tant vécu.




The only journey is the one within.
Nymphadora Tonks ☽
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
Vera Venezzio
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
Faceclaim : Gal Gadot ©handsinthetea
Messages : 409 - Points : 1489

Âge : 34 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
Sujet: Re: Tomber de Charybde en Scylla. // Latisha ( le Lun 18 Fév 2019 - 20:57 )
“Je pense qu’il a plusieurs types de brutalités. Celle dans un cadre voulue et souhaitée et une autre forme imposée. Je ne me mêle pas des affaires des autres, mais je ne sais pas si je serais réellement confortable à l’idée d’avoir une relation volontairement violente.”

Probablement parce qu’elle s’estimait comme une artiste au corps fragile qu’elle gardait musclée pour la forme.

“Je ne sais pas… J’ai passé tellement d’années sans amour que je me dis que c’est malheureusement possible. Je pense que nous avons eut la chance d’avoir créé quelque chose de précieux.”
Car la femme en face d’elle était également une mère.

Évoquant le peu d’aventures charnelles, elle sourit en voyant la réaction de Latisha quant à la révélation sur ses amours lesbiennes. Reprenant une gorgée pour rassembler ses pensées, elle répondit avec plaisir à cette inconnue, l’alcool déliait de plus en plus sa langue.

“Charnelle d’abord et puis… Il y a eut des sentiments avant qu’elle ne parte.” Mona. Elle se souviendrait toujours de cette femme aux cheveux roux étincelants qui avait fait vibrer son coeur et fait frissonner sa peau. Vera se redressa : “Si j’ai l’occasion… Je ne dirais pas non pour me reperdre dans les bras d’une femme ou bien de faire découvrir ces plaisirs à quelqu’un…” Un sourire malicieux en coin, un regard avisé : elle chassa tout ça en reprenant une gorgée de son cocktail.

Le sujet reprit une tournure bien moins agréable. Vera pensait toujours pouvoir échapper à son passé avant de constater que ce dernier n’était jamais loin. Jamais.
C’était le problème. On ne pouvait pas fuir ou changer le chemin emprunté pour arriver à l’instant présent. Latisha avait raison : beaucoup de femmes ne pensaient pas assez à elles. Elles étaient épouses, mères, avant d’être elles-mêmes. Vera était soulagée de savoir qu’elle n’était pas un cas à part mais d’un autre côté : cela la désolait toujours de voir qu’il y avait d’autres femmes qui souffraient. Elle relativisait souvent bien vite car elle savait pertinemment qu’elle n’avait pas le pouvoir d’aider toutes les femmes dans le monde. Cependant, elle pouvait aider la femme qui lui faisait face. Même si cela voulait dire boire avec elle jusqu’à ne plus savoir son prénom.

“Comme je te comprends, Winston est la même chose pour moi. Je ne pourrais plus me passer de lui.” Vera souriait toujours en parlant de son fils, elle en était fière et elle l’aimait par-dessus tout même si elle blaguait des fois avec Alessio sur lui. “Ils nous apportent tellement que l’avoir dans ma vie me suffit.” Elle préférait l'avoir plutôt que d’avoir un nouveau compagnon ou une nouvelle compagne.

Terminant son verre, elle fit également signe au barman de la resservir pour pouvoir lever son verre et trinquer. C’est que Latisha n’était pas décidée à se morfondre et Veronica non plus. Elle trinqua.

“Et même si ça ne va pas, je suis à l’épreuve du feu comme on dit ! Nous sommes des survivantes. Et le meilleur reste à venir. Buvons à ça !” Elle porta son verre à ses lèvres et fut surprise par le contact qu’elle posa sur sa main. Instinctivement, elle attrapa la main de la femme et la serra avant de faire des aller et retours avec son pouce et caresser cette main. “Moi qui crois rarement au destin… Je me dis sur cette fois-ci il n’a pas fait les choses à moitié.” Heureuse, elle l’était et ce n’était pas l’alcool qu’il parlait. Elle était sincère. “Et comme tu dis : peut-être qu’un jour le monde tournera un peu plus rond pour les femmes grâce à des personnes comme nous qui ont survécu.”

Elle croisa ses jambes gracieusement, effleurant celle de l’inconnue tout en gardant sa main dans la sienne : son regard ne quittait pas celui de Latisha.

“Tu as une heure pour rentrer ?” Demandra-t-elle finalement : “Ou je peux dire sans mentir que la soirée ne fait que commencer ?”


love at first sight
« I can resist everything except temptation. »
Oscar Wilde by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Latisha JonesLe vin est un puissant lubrifiant social
Latisha Jones
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3948-personne-n-est-jeune-apres-qua http://www.ciao-vecchio.com/t3961-tish-petite-citation-a-venir
Faceclaim : Gabrielle Union
Messages : 486 - Points : 601

Âge : 40 ans
Métier : Il paraîtrait que je suis plutôt douée pour gérer l'argent...oseras-tu mettre le tien entre mes mains ?
Sujet: Re: Tomber de Charybde en Scylla. // Latisha ( le Lun 4 Mar 2019 - 22:58 )
Tomber de Charybde en Scylla.
Vera




“Tout dépend ce que tu entends par violent, mais c'est clair que certaines personnes vont beaucoup trop loin. Je parlais surtout d'une claque sur les fesses ou de quelques petits mots salaces qui peuvent parfois pimenter la vie sexuelle.” Les histoires d'amours n'étant pas mon fort, j'ai plus vécu des histoires passionnelles et charnelles plutôt que des histoires romantiques. Donc, il y a forcément eu un peu de brutalité dû à l'euphorie du moment, mais une fois le coup de folie passé, on se rend vite compte que ce n'était que physique .

Puis, nous venons à entamer la discussion des relations entre deux personnes du même sexe. Je suis intriguée, car cela ne m'est jamais arrivé et il faut dire que je me suis toujours demandée ce que cela pouvait provoquer d'embrasser une autre femme. Un sujet qui pourrait être totalement tabou, ne l'est pas, tout simplement parce que nous ne nous connaissons pas et que nous éprouvons moins cette gêne que nous pourrions ressentir avec des connaissances.

Je l'écoute attentivement, les yeux pétillants, cette histoire semble l'avoir touché, je le vois dans ses yeux, à travers ses lèvres et sur ses bras, elle semble presque envoûtée lorsqu'elle prononce ce prénom. “J'ai l'impression que tu me parles d'une déesse.” Je me perds dans mes pensées, imaginant ce qu'un baiser d'une femme pourrait me procurer, ce qu'une caresse ou bien encore un souffle sur le creux de mes reins pourrait provoquer en moi, je me mordille non intentionnellement la lèvre inférieure alors que la brune m'avoue qu'elle se laisserait bien aller à nouveau avec une femme. Je ne réponds rien, bien que cela reste dans un coin de mon cerveau.

Alors que nos nouveaux verres arrivent, je décide de tirer un trait sur cette discussion morose et de plutôt faire en sorte que l'on s'amuse, car, avant de se retrouver ici, nous étions les deux seules chez nous à se morfondre, alors autant tirer profit de cette soirée, pour s'amuser et mettre nos rôles de mères de côtés. “Buvons à ça et à nous! Arrêtons de parler de ces mauvaises choses et profitons de la soirée, les discussions coquines et les confidences légères sont bien plus amusantes que nos responsabilités.!” Je regarde la jeune femme avant de venir introduire la paille de mon cocktail entre mes lèvres.

Je regarde sa main posée sur la mienne et ne bronche pas, un petit sourire malicieux se dessinant petit à petit sur mon visage. “Non pas du tout….tu sais je n'ai jamais d'heure pour rentrer…” Mon sourire se fait plus large, alors que je sens ses jambes effleurer les miennes. Ma tête hoche de haut en bas avant que je ne réponde à la brune. “C'est bien ça on a toute la soirée...pour faire ce que tu souhaites!” Un petit jeu s'installe entre nous et pour l'instant ça m'a l'air anodin. Je me laisse simplement porter et on verra où est-ce que cela nous mènera, un peu de désinvolture ne nous fera pas de mal.




The only journey is the one within.
Nymphadora Tonks ☽
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Tomber de Charybde en Scylla. // Latisha ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Tomber de Charybde en Scylla. // Latisha -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Voyager dans le passé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant