Revenir en haut
Aller en bas


 

- [Terminé] Dis-moi oui. // Safiya -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
Tobias Spilsbury
http://www.ciao-vecchio.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://www.ciao-vecchio.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
Faceclaim : Eddie Redmayne ©vulpecula & Padawan my love
Je suis absent-e : En présence réduite jusqu'au 08 Décembre, je m'excuse auprès de mes partenaires... Je vous réponds au plus vite.
Messages : 1109 - Points : 2197
[Terminé] Dis-moi oui. // Safiya - Page 2 Tumblr_p7iahguhmE1qeiryko1_500
Âge : 37 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
[Terminé] Dis-moi oui. // Safiya - Page 2 Empty
Sujet: Re: [Terminé] Dis-moi oui. // Safiya ( le Jeu 13 Déc 2018 - 14:54 )
Il ne gagnerait probablement jamais la palme d’or du petit ami parfait ou bien du fiancé par excellence. Tobias avait foiré beaucoup de choses dans sa vie : ses relations avec les autres en particuliers. Seulement une poignée de personnes semblaient résister contre vents et marrées aux aléas que la vie lui imposait. Inévitablement : il n’arrivait pas à protéger ses proches des problèmes de sa vie. Il en avait envie, mais en était tout simplement incapable. Etait-ce là un désir subconscient de ne pas se retrouver seul dans le malheur ? Un psychiatre pourrait répondre mais Toby avait arrêté depuis longtemps ces séances. Safiya était la seule chose qu’il souhaitait réellement à l’heure actuelle. Bien que son état mental soit pitoyable : il faisait toujours son possible pour dissimuler sa peine. Un échec cuisant la plupart du temps : mais ce n’était pas important. Au moins il essayait et ça il savait que sa belle s’en rendait compte. Comme il aimerait qu’elle ne sache pas lire en lui comme dans un livre ouvert. Mais cela est tout simplement impossible : ils avaient trop vécu pour ne pas être sensible aux problèmes de l’autre. Ils étaient une équipe depuis le premier jour et rien ne semblait être en mesure de les séparer. La vie avait essayé, la malchance aussi : mais rien, ni personne d’ailleurs. Ils étaient un roc solide. Probablement parce qu’ils se complétaient de la meilleure façon qu’il soit. Que cela soit sur le plan mental ou physique bien que ce dernier soit inexistant à l’heure actuelle. Ce n’est pas l’envie qui manque, juste la peur que Safy tombe enceinte.
La belle semblait avoir seulement besoin de lui de toute façon d’après ses dires : comme Tobias aimerait la croire. Le sourire triste qui s’affichait sur son visage trahissait son état d’esprit sur la question. Elle serait probablement plus heureuse sans moi. Pensa-t-il, omettant bien de dire à haute voix cette affirmation de peur de recevoir le courroux de sa belle.

« Pas autant que je le voudrais Safiya Rahotep. Sur beaucoup de points : tu l’es clairement plus que moi. » Il était important de souligner ce point. Elle était la plus calme et douce du couple. Peut-être qu’elle cachait une peine plus sauvage : mais Tobias pensait sincèrement qu’elle était plus stable que lui.

Rapidement, le moment prend le pas sur toute forme de mélancolie alors que la demande approchait rapidement. Le cœur au bord des lèvres, l’envie de fuir pour ne pas affronter la réaction de Safiya : Tobias avait tout simplement envie d’être un lâche en cet instant. La belle n’arrangeait pas la situation avec ses nombreuses taquineries : le faisant rougir plus que de raisons. Il n’était pas le genre d’homme à apprécier à leurs justes valeurs des paroles de ce genre. Prude, chaste : pour ne citer que quelques adjectifs qui le caractérisent. Sa mère pieuse n’avait probablement pas aidé à cela. Tobias cependant était de plus en plus à même de survivre à ce genre de remarques depuis que Safiya partageait plus intimement sa vie. Il faut dire que la belle avait des arguments de choc et un jour : l’Historien arrêterait de rougir. Il en était persuadé. Ou pas, après tout c’était peut-être ce qui faisait son charme. Mais ce n’était pas ce soir que les choses changeraient. Au lieu de répondre, il baissa la tête et se racla la gorge. Il y avait une question en suspends dans sa tête et il voulait une réponse.
Finalement, le contenu de la bouteille se retrouva dans l’écuelle et la réaction de sa belle ne se fit pas attendre. Soulagé, Tobias souriait bêtement non sans lui demander pardon d’avoir mis autant de temps à réaliser qu’elle était celle qui lui fallait. Il hocha la tête quand elle les traita gentiment d’idiots. Pourtant, le blâme : il le prenait volontiers. Ce n’était de toute façon pas le moment de faire le point sur les fautes partagées ou non. Surtout que son Egyptienne fit quelque chose d’encore plus déstabilisant pour lui : le genou à terre le laissa sans voix. Pourquoi faisait-elle cela ? Elle n’avait réellement pas à se mettre en position d’infériorité devant personne et surtout pas devant lui. Cependant, elle ne lui laissa pas l’occasion de la corriger : ses lèvres retrouvèrent les siennes pour échanger un baiser tendre et passionné. Tobias pouvait ressentir tout l’amour de cette femme pour lui : le déstabilisant un peu plus. Il pressa son corps contre le sien : cherchant la chaleur de son corps. Rapidement, ses mains trouvaient le chemin de sa peau matte et ses sens s’enflammaient. Malgré tout, sa retenue légendaire ne mit pas de temps à revenir au grand galop. Il stoppa ses gestes une fois Safiya assise sur le plan de travail. Pour rassasier sa faim, il lui prit un petit peu du plat dans la cuillère et la tendit à sa belle. Il devait avoir son opinion : elle saurait mieux que quiconque si le goût était juste. Il avait utilisé la recette de sa maman : un autre clin d’œil à ce pays qui avait vu naître leur idylle. Tobias avait mis les petits plats dans les grands : rien n’était trop beau pour la satisfaire. Naturellement, il omit complètement le compliment de l’Egyptienne à son égard. Fier, il rigola :

« Bon ça veut dire que quand elle vient, si je cuisine : je ne te ferais pas honte. C’est bon à savoir ! » Il comptait évidemment les invités rapidement à venir en Italie voir où leur fille vivait. « Si la matriarche m’accepte : je suis certain d’avoir ton père dans la poche. » Cela n’avait jamais été un problème pour lui de s’intégrer de toute façon : mais il redoutait tout de même leur réaction à l’idée que Safiya marie un blanc, juif qui plus est.

Il coupa le feu et fronça les sourcils en entendant la suite. De quoi voulait-elle parler ? Il se tourna pour regarder dans le couloir le sac. Pas besoin d’être Sherlock Holmes pour comprendre ce qu’il y avait dedans. Malgré tout, sa maman lui avait appris à ne pas juger sans savoir de quoi il était question alors il essuya ses mains sur le torchon avant de s’approcher du sac désigné par sa belle. Alors qu’il écarta les hanses, il soupira longuement. Tobias retourna dans la cuisine, le visage fermé.

« Le repas est prêt... » Il avala difficilement sa salive et attrapa sans réellement attendre les assiettes pour les préparer. Une fois ces dernières pleines, il les remit à leur place et servit le thé.

Son silence voulait tout dire. Il n’était pas prêt. Il ne pouvait juste pas. Il avait du désir pour Safiya, mais l’idée de la toucher : lui faisait peur. Angèle était tombée enceinte sans qu’il ne s’y attende, malgré qu’ils aient pris des précautions. Il ne voulait surtout pas que la même chose arrive à sa fiancée. Perdre un bébé était une chose, mais Angèle avait également été proche de passer l’arme à gauche. Une fois à la table, il commença à manger.

« Le pain… J’ai oublié le pain… » Bredouilla-t-il avant de se relever pour sortir du four ce qu’il avait cuisiné. Sa main toucha la grille et il la retira en grimaçant avant de soupirer longuement.

Finalement, il dompta la plaque de cuisson et déposa la miche encore fumante sur la table. Il n’osait pas regarder Safiya : se sentant honteux.

« Bon appétit. »
Il attrapa sa main et la serra doucement avant de commencer à manger. Dès la première bouchée, il redressa enfin sa tête pour pouvoir offrir à Safiya un sourire plus joyeux. « Tu as raison, c’est délicieux. »


L'agréable sentiment d'avoir quelque chose à faire, un but à poursuivre.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Safiya Rahotep SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
Safiya Rahotep Spilsbury
http://www.ciao-vecchio.com/t1780-safiya-celle-qui-est-lu http://www.ciao-vecchio.com/t1809-un-seul-jour-peut-equivaloir-a-l-eternite-safiya
Faceclaim : Zoé Saldana © Ingrid (vava) & (crackships)
Messages : 3669 - Points : 5514
[Terminé] Dis-moi oui. // Safiya - Page 2 Gif-passion-plaisir-69
Âge : 40 ans née le 20 octobre 1979 à Louxor en Egypte.
Métier : Archéologue. Travaille avec Tobias depuis son arrivée à Naples.
[Terminé] Dis-moi oui. // Safiya - Page 2 Empty
Sujet: Re: [Terminé] Dis-moi oui. // Safiya ( le Dim 16 Déc 2018 - 16:02 )


Quand on a que l'amour à offrir en partage.
Tobias & Safiya




Les émotions qui se distillent dans les veines de Safiya au moment même ou la bague apparait du sable, sont immenses, déroutantes, brulantes. Elle a la sensation d’être soulevée par une vague immense. D’être soufflée par un vent chaud d’Egypte. De toucher les nuages et même de s’y fondre dedans. De voir enfin la lumière après tous ces mois dans l’ombre. Elle se sent rempli d’un tas de petits frissons plus exaltants les uns que les autres. Des frissons inespérés. Des frissons interdits. Des frissons rêvés. Des frissons d’amour à la fois doux et insolents. Des frissons si intenses qu’ils la balaient comme si elle n’était qu’un brin de paille. Des frissons si puissants qu’ils la caressent avec ferveur. Elle était loin de s’imaginer que cette journée finirait ainsi avec la promesse d’une telle relation avec Tobias. Avec la vision d’un futur possible. Une vie à deux justes faites pour eux. Il semblerait que l’homme de sa vie est enfin choisi de vivre plutôt que de se laisser emporter par sa mélancolie tenace. Mélancolie qui semble sur le coup disparaitre, permettant à son regard de retrouver l’intensité du vert que l’égyptienne connait par coeur. Elle en met même un genou à terre sous le coup des émotions. Elle libre et rebelle. Elle n’y voit aucune image de soumission. Ils ont peut être fini de franchir tous les obstacles et ils vont pouvoir profiter d’une vie sans douleur. C’est tout ce que Safiya souhaite. C’est tout ce donc elle a besoin, et elle sait qu’il n’y a qu’avec Tobias qu’elle pourra avoir ce genre de vie. Complète et comblée. Même si elle est consciente qu’il y aura des difficultés à surmonter. Comme là quand leurs corps se retrouvent quelques minutes pour une étreinte sensuelle. Elle en voudrait plus l’égyptienne car elle est gourmande du corps de Tobias. Gourmande de ses mains sur sa peau. Et de ses lèvres sur sa chair. Mais il lui échappe et s’éloigne. Elle ne dit rien. Elle espère juste.

Avant toute chose, Tobias veut faire gouter son plat à Safiya. Il souhaite son opinion vu qu’il s’agit de la recette de sa mère. La belle ne peut s’empêcher de le titiller. Elle a toujours été taquine même en parlant de sexe. Elle sait habillement allier les mots pour que ses dires ne soient pas trop crus. Ce qui n’empêche pas de faire rougir son homme. Mais elle le trouve encore plus craquant quand ses joues s’empourprent sous les mots indécents. Même si elle effleure juste l’image de ses pensées intimes. Et elle goute, savoure. Retrouvant en bouche un gout de l’enfance. La saveur de son pays liée à l’amour de Tobias. Le plat est même divin, peut être brulant d’une signification nouvelle. « Non tu ne me feras pas honte. Tu ne m’as jamais fais honte. » Safiya sait très bien que Tobias fera le bonheur de ses parents car il fait le bonheur de leur fille. Pour eux c’est primordial même si pas mal de chose vont faire d’eux un couple atypique. Et c’est cette différence qui fait leur force. « Pas de souci tu les auras les deux dans la poche si tu leur fais un plat pareil. De toute façon tu les as séduit dés la première fois alors. » De quoi renforcer Safiya dans son choix même s’ils ont mis au final des années pour l’assumer. Elle a profite pour à nouveau glisser une note plus coquine. Elle voudrait qu’il voit ce qu’elle a acheté pour eux. Car ce genre d’achat est autant plaisant pour celui qui le porte que pour celui qui le regarde et puis l’enlève.

Safiya reste assise sur le plan de travail. Elle guète Tobias. Son cœur s’emballe sans trop savoir sur quel rythme battre. Elle a envie de lui. Envie de sentir son corps contre le sien. Il lui manque. Tout au moins la facette charnelle car depuis la perte du bébé d’Angèle, Tobias ne la touche plus. Enfin pas de la façon qu’elle voudrait. Elle comprend qu’il est besoin de temps. Mais avec ce qui vient de ce passer. Avec cette bague glissée à son doigt. Elle espère. Mais Safiya comprend à son visage que Tobias n’est pas encore prêt pour ce genre d’abandonner. Elle descend du plan de travail et reprend place sur le tabouret. Elle pousse le bol rempli de sable. Elle essaie de ne pas se laisser submerger par la tristesse qui l’envahit à cet instant. Le moment est trop beau pour le baigner d'autres larmes que celles que procure la joie. « Passons à table alors. » Pourtant d’un coup elle a l’impression de ne plus avoir très faim. Elle avale quelques gorgées de thé. Le liquide chaud lui fait du bien. Il est réconfortant comme une caresse, même si c'est d’une autre qu’elle rêve. Le silence vient se joindre à eux avant que Tobias ne se rende compte qu’il a oublié le pain. « Ça vas ? Tu t’es brulé ? » Il revient et pose le pain brulant sur la table. Safiya essaie de capter le regard de son amoureux mais il semble fuir. « Bon appétit. » Elle est presque surprise quand il lui prend sa main. Elle ne lui en veut pas, elle voudrait juste qu’il tourne la page. Elle pensait qu’il l’avait fait. Mais il ne semble pas encore être tout à fait dans cette optique.

Pourquoi cette bague ? Pourquoi cette demande ?

Safiya met un peu de nourriture sur sa fourchette. Mais bizarrement le gout semble plus fade que tout à l’heure. Tobias lève enfin son visage ce qui permet à l’égyptienne de croiser son regard et de voir son sourire. Elle fait oui de la tête. Et puis elle pose sa fourchette. « Est-ce que je peux te poser une question ? » Elle reboit un peu plus de thé avant de plonger son regard un plus profondément dans celui de son homme. «  Qu’est ce qu’il ne va pas ? De quoi as-tu peur ? J’ai vu ton visage tout à l’heure face à mes taquineries et puis face à la lingerie qui se trouve dans le sac. » Elle ne l’avait pas acheté pour ce soir spécialement, c’est juste le fait qu’il lui offre cette bague qu’il lui avait fait pensé que peut être ...

Mais il semblerait que Safiya se soit trompée. « Je comprends parfaitement que tu sois chamboulé. Et c’est logique. Mais pourquoi me donner la sensation que tu avances ? Pour ensuite reculer. Je ne t'en veux pas mais je voudrais comprendre. » Elle essaie de ne pas le blesser car se n’est pas son but. « Tu sais je prends la pilule, alors pas de risque. Et puis si dans le pire des cas je tombais enceinte ou serait le mal. Avoir un enfant avec toi me comblerais d’une joie immense Toby. » Safiya veut juste saisir et surtout agir en conséquence car là elle se sent démunie. Tiraillée entre ce bonheur intense que Tobias vient de lui offrir, et cette frustration qui devient plus grande à cause du manque. « Et tu me manques. » Sa voix marque toute la fébrilité qui l'habite.


AVENGEDINCHAINS




" What if we rewrite the stars ? Say you were made to be mine. Nothing could keep us apart. You'd be the one I was meant to find. It's up to you, and it's up to me. No one can say what we get to be. So why don't we rewrite the stars ? Maybe the world could be ours. Tonight. " Rewrite the Stars. Phillip & Anne.
Revenir en haut Aller en bas
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
Tobias Spilsbury
http://www.ciao-vecchio.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://www.ciao-vecchio.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
Faceclaim : Eddie Redmayne ©vulpecula & Padawan my love
Je suis absent-e : En présence réduite jusqu'au 08 Décembre, je m'excuse auprès de mes partenaires... Je vous réponds au plus vite.
Messages : 1109 - Points : 2197
[Terminé] Dis-moi oui. // Safiya - Page 2 Tumblr_p7iahguhmE1qeiryko1_500
Âge : 37 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
[Terminé] Dis-moi oui. // Safiya - Page 2 Empty
Sujet: Re: [Terminé] Dis-moi oui. // Safiya ( le Ven 21 Déc 2018 - 14:16 )
La certitude d’un futur avec l’égyptienne était des plus plaisants pour ne pas dire réconfortant. Cela était un peu comme la lumière au bout du tunnel. Il voulait s’accrocher à cette idée plutôt que de se laisser happer par le passé bien trop lourd. Tout le monde avait ses propres démons, tout le monde avait souffert à leur façon : mais ce qui avait touché Safiya et lui n’était pas le genre de chose aisément mis au placard. Tout oublier aurait tellement été plus facile, mais quoiqu’il fasse : les fantômes du passé le chassaient. Il se demandait toujours comment la femme devant lui pouvait être aussi forte, tenir bon alors que lui baissait les armes tant de fois ? Pour sûre qu’elle était une guerrière, une femme forte qui voulait continuer à vivre malgré tous les coups que le destin avait joués à son insu. Tobias avait besoin d’elle, plus qu’il ne l’imaginait probablement et il ne se doutait pas qu’un peu plus d'un an après son arrivée à Naples ils seraient fiancés. Il faut dire qu’il y avait des choses qui sont pas allées comme prévus. À commencer par le retour d’Angèle dans sa vie, la perte de son père et puis la mort d’un nouveau-né. La seule chose commune à tous ces événements était le tendre visage de Safiya : sa présence infaillible. Oui. Oui elle était son futur car jamais elle ne l’a laissé comme un vieux chien traumatisé sur la route. Elle avait toujours trouvé la force de le soigner et de le pousser à continuer le chemin sans savoir si ce qui les attendait était meilleur ou non. Une femme aussi extraordinaire ne se trouvait pas si facilement et il avait la chance de l’avoir à ses côtés. C’est parce qu’elle était si particulière pour lui qu’il avait fait des pieds et des mains pour trouver la bague parfaite : n’hésitant pas à mettre dans la confidence des connaissances communes. Tobias devrait d’ailleurs l’appeler ce soir ou demain pour lui annoncer la bonne nouvelle. En attendant, ce moment était à eux. Collant son au sien pour chercher sa chaleur : il n’avait pas été aussi tactile depuis des jours. Cela lui faisait un bien fou : le faisant réalisé avec amertume qu’il était le dernier des idiots de ne pas faire ça plus souvent. La peur l’empêchait d’être aussi tendre avec elle. Elle n’était pas due à la promesse d’une vie à deux : elle était plus sinistre que ça. Un jour, il devrait s’ouvrir : mais pas ce soir il l’espérait. La soirée commençait si bien : pourquoi s’arrêter en si bon chemin ?

« Il ne faut jamais dire jamais. Puisqu’on compte partager notre vie : un jour où tu auras honte de moi. Mais il sera trop tard pour faire demi-tour. »
Il souriait doucement à cette idée. « Ta maman m’aime bien, je le sais. Ton père… C’est différent. Mais je suppose qu’il doit faire son job de chef de famille hein ? »

Le plat goûter, les pupilles et les sens en éveil : Tobias était aux anges, pour ne pas dire combler. Un sentiment d’allégresse gonflait son cœur et le poussait à sourire. Et alors qu’il pensait que rien ne pourrait enlever cette risette de son visage : Safiya le titilla. Il avait l’habitude de ce genre de taquinerie mais en l’occurrence dans cette situation : un regard dans le sac lui fit comprendre ce que sa belle avait tout prévu. Et soudain, ce fut comme une douche froide. Cela faisait des mois qu’il n’avait pas touché intimement celle qui était maintenant sa fiancée. Par peur, par appréhension. Safy fait mine de comprendre, répétant avec des mots différents la proposition bien plus pieuse de Tobias. Il n’est pas aveugle, la tristesse ne lui a pas encore fait perdre la vue. Il comprenait très bien que l’Egyptienne était déçue et cela ne fit que mettre de l’huile sur le feu de sa peine. Il devrait probablement donner des explications, mais il en est incapable. Punis pour avoir blessé une âme aussi pure que Safiya : il se brûla les mains en sortant le pain du four. Cependant, la douce odeur qui s’en échappe en vaut probablement la peine. Quand elle demanda si ça allait, il hocha la tête et une fois réinstaller attrapa sa main pour lui souhaiter un bon appétit.

À nouveau, le silence les enlaça et Tobias ne fit rien pour le briser. Il n’y avait qu’à voir Safiya pour comprendre qu’elle le briserait d’elle-même. C’est qu’il commençait à la connaître maintenant. Hochant la tête, il se préparait à recevoir la franchise légendaire mélangée à la douceur de la belle : aussi piquante qu’agréable. Peut-être parce que ces paroles criaient de vérité ? Il était le méchant, le fautif dans l’histoire et donner une explication était plus difficile qu’il ne l’escomptait. Pourtant, il parlait à sa fiancée non ? Elle comprendrait… Peut-être. Il ne savait pas en réalité. Son regard plongé dans le sien, il fut le premier à baisser ses yeux pour regarder son assiette : reprenant une petite bouchée du plat. La laisser parler était tellement plus facile que de formuler une réponse que l’Historien n’osa pas l’interrompre. Quand elle conclue par un ‘’tu me manques’’ c’est un soupire qui traversa les lèvres de Tobias.

« Tu ne comprends pas… » Avalant difficilement sa salive, il prit une longue inspiration. « Angèle aussi prenait la pilule quand elle est tombée enceinte. » Il serra les dents : « J’ai peur de te perdre. J’ai peur de ne pas pouvoir prendre assez soin de toi pour qu’il ne t’arrive rien si jamais tu tombes enceinte. Je… Il y a plus d’un exemple qui a prouvé que je suis incapable de prendre soin de quelqu’un. » Et cela l’énervait. « J’essaye, je te le promets. » La bague et la demande n’était-ce pas suffisant comme preuve qu’il allait un peu mieux ? Assez pour envisager un futur ? « Je fais mon possible pour ne pas être un poids dans ta vie, pour te donner ce que tu mérites mais… » Il releva sa tête : « J’essuie les échecs hein ? » Un triste sourire illumina son visage. Il était désolé de la situation. « Et j’ai encore une fois tout gâché. Je devrais me reconvertir dans le plombage d’ambiance. » Il avait en effet probablement raté une carrière.

Tobias lâcha la main de Safiya pour couper le pain et déposer une tranche près de l’assiette de la belle. Une fois servi, il picora dans la mie. C’est au bout d’une énième respiration qu’il prit son courage à deux mains. Le conservateur était idiot. Il le savait. N’importe quel homme se damnerait ne serait-ce que pour avoir la chance de toucher ce corps parfait. Il était le dernier des abrutis : une palme d’or qu’il pourrait ajouter à sa grande collection. Il reposa sur la table le pain et se leva pour venir embrasser l’égyptienne. Hors de questions qu’elle se sente en manque de quoique ce soit. Pas alors qu’il venait de lui promettre de la rendre heureuse jusqu’à leur dernier souffle. Il caressa son dos avant d’aller dans l’entrée pour prendre le sac. Revenant dans la cuisine, il s’approcha à nouveau d’elle et l’embrassa avant de tendre la tenue.

« Je… Il est temps que tu me ramènes sur le droit chemin je crois. » Et il termina sa phrase avec un petit sourire en coin.


L'agréable sentiment d'avoir quelque chose à faire, un but à poursuivre.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Safiya Rahotep SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
Safiya Rahotep Spilsbury
http://www.ciao-vecchio.com/t1780-safiya-celle-qui-est-lu http://www.ciao-vecchio.com/t1809-un-seul-jour-peut-equivaloir-a-l-eternite-safiya
Faceclaim : Zoé Saldana © Ingrid (vava) & (crackships)
Messages : 3669 - Points : 5514
[Terminé] Dis-moi oui. // Safiya - Page 2 Gif-passion-plaisir-69
Âge : 40 ans née le 20 octobre 1979 à Louxor en Egypte.
Métier : Archéologue. Travaille avec Tobias depuis son arrivée à Naples.
[Terminé] Dis-moi oui. // Safiya - Page 2 Empty
Sujet: Re: [Terminé] Dis-moi oui. // Safiya ( le Mer 26 Déc 2018 - 11:17 )


Quand on a que l'amour à offrir en partage.
Tobias & Safiya




Leurs différences faisaient leurs forces, leurs blessures aussi. C’est cette vérité que Safiya défendait, défend et défendra jusqu’au bout. Qu’importe ceux qui se sont tenus, se tiennent ou se tiendront face à eux. Tobias et elle avaient dressé des remparts face à leurs démons, même si certains avaient encore bien trop de place dans leur vie. Ils avaient dressé des remparts face aux choses impossibles, soutenu par un lien indestructible. Ils combattraient leurs Dieux et tous ceux qui pourraient dire qu’ils n’étaient pas faits pour être unis. L’égyptienne est prête à tous les sacrifices. Elle ne compte pas lâcher prise. Ni lâcher Tobias et encore moins avec cette promesse à son doigt. Une promesse forte et faite d’un futur qu’ils ont tous les deux amplement mérités. Elle est prête à devenir sauvage. A devenir une diablesse si un jour quelqu’un d’autre ose toucher à la chair de celui qui a rempli son cœur de sa force de vie. Elle si douce, si aimante, pourrait bien en surprendre si on osait abîmer d’avantage son homme. Ils avaient assez payé cher leur droit de vivre et de s’aimer. Ils avaient assez donné par le passé et même aujourd’hui, pour qu’un avenir meilleur puisse enfin s’écrire. Il est là brillant dans leurs regards et résonnant dans leurs cœurs. Même si Tobias garde encore une réserve. Même si Safiya le sent fébrile. Encore accroché à cette douleur récente qui persiste et se glisse sournoisement entre un. « Je n’ai jamais eu envie de faire demi-tour. Et ce n’est pas aujourd’hui ou même demain que j’en aurais envie. Je sais quel homme tu es. De quel essence tu es fais. Je connais tes faiblesses mais aussi tes forces. Qu’importe ce que nous réserve demain. Le meilleur j’espère … et si c’est le pire. Et bien, je serais là à tes côtés, prête à combattre. Parce que tu es et tu resteras ma raison de vivre et d’aimer. Et je sais que tu combattras à mes côtés. » Même si cette certitude n’est pas tout à fait présente dans le regard clair de Tobias. Safiya en est consciente. Il leurs reste encore des démons à combattre. Parce que même à cet instant une certaine bataille semble avoir été gagnée. Une autre demande encore quelques coups d’épée pour être vraiment terminée.

Et tout bascule. Comme si le destin s’acharnait sur leurs âmes déjà bien abimées. Safiya a maintenant une bague à son doigt, promesse d’un avenir. Mais Tobias reste enlisé dans sa douleur, dans le passé. Un réconfort d’un côté. Mais une blessure d’un autre. Alors elle tente jouant de ses mots qui sont la résonance de ses envies. De son  désir. Qui depuis des jours se retrouvent muselé par la peur de Tobias. Peur qu’elle comprend et qu’elle respecte. Mais à quoi bon un pas vers l’avenir s’il faut qu’ensuite il en refasse deux vers le passé. Elle ne cherche pas à effacer son histoire, elle ne se le permettrait pas. Elle veut juste à présent qu’ils écrivent la leur à l’encre de leurs cœurs. Safiya y va doucement, comme on le ferait avec un enfant. Elle le dorlote. Même si le silence vient les caresser. S’il vient torturer leurs êtres fébriles et fragiles. Le plat aux milles saveurs d’orient aurait pu réchauffer leurs cœurs engourdis. Mais il n’en est rien. Il faut savoir parfois taper en plein centre pour détruire totalement la bête agonisante. Elle pourrait reprendre des forces et leur jouer encore des tours. Et c’est ce que la belle fait avec ses propres armes, elle combat la peur de Tobias. L’égyptienne n’a pas cherché durant ces nuits sans caresses, à provoquer son fiancé. Elle lui a laissé le temps pour apaiser son âme de sa douleur vivace. Mais à présent il est temps. Il est temps de voir et de savoir vers quels horizons va voguer leur navire. Vers quelles contrées il va s’aventurer. Tout en sachant qu’il essuiera des tempêtes et des naufrages. Mais la vie ne serait pas la vie si elle était faite que des mers calmes et des ciels sans nuages. Ou serait le piment si tout était gagné d’avance. Si on posait un genou à terre sans vraiment le mériter. Ou serait le plaisir de recevoir un cadeau si avant de l’ouvrir on savait ce qu’il contenait. Safiya n’en veut pas à Tobias. Elle lui fait juste part de combien il lui manque. Elle veut retrouver l’amant, celui qui en Égypte l’a faite vibrer comme aucun homme ne l’avait fait. Parce que l’amour en plus du désir les avait enveloppé.

Safiya l’écoute à son tour. Les mots de Tobias lui font mal. Elle voit sa détresse face à la situation. Elle voit sa peur. La peur de la perdre. Mais elle voit aussi son manque de confiance. Où serait-elle à présent s’il n’avait pas été prés d’elle durant leur emprisonnement ? Surement pas en vie. Elle serait surement morte dans une de ces cellules. Oubliée de Dieux. Oubliée de tous. Des larmes viennent briller dans ses yeux noirs et elle voit la tristesse danser dans le regard vert de Tobias. Elle ne supporte pas qu’il s’inflige pareille souffrance, mais elle comprend. « Tu ne me perdras pas. Jamais. Même si je tombe enceinte. Je suis liée à toi bien au delà de notre existence charnelle. » Pour Safiya attendre un enfant serait la plus belle des récompenses après ce qu’ils ont enduré. « Et tu as pris soin de moi. Tu prends soin de moi chaque jour. » Elle vient plonger son regard dans le sien. « Tobias arrête de te rendre coupable de chose donc tu es innocent. Tu n’es pas un poids dans ma vie. Tu es ma force. Sans toi à mes côtés il y a bien longtemps que j’aurais disparu. Tu m’as permis de vivre et tu donnes à ma vie ses plus belles couleurs. » Un maigre sourire apparait sur les lèvres de Tobias. « Les échecs font partis de la vie. Ils en faut pour savourer les victoires. » Safiya lui sourit pour le réconforter. « Non tu n’as rien gâché. C’est peut être moi qui veut aller trop vite. » Elle le regarde faire alors qu’il coupe du pain avant d’en picorer la mie. Elle reprend une fourchette essayant de déguster le plat à sa juste valeur. Tobias a plus besoin de temps qu’elle pour effacer la douleur de la perte de son enfant. Elle a déjà une bague, l’égyptienne devrait s’en contenter et laisser le temps faire son œuvre pour le reste. Alors elle repique une autre fourchette. Cachant dans le gout des épices cette envie qui la caresse.

Puis Tobias se lève, Safiya ne saisit pas sur le coup. Mais il vient l’embrasser laissant sa main glisser dans son dos. Ce qui la fait frissonner. Comme le toucher de ses doigts sur sa peau lui manque. Cette ivresse de la chair à laquelle ils se sont abandonnés en Égypte comme deux amants indécents et passionnés. Elle le regarde aller récupérer le sac. Puis il revient, lui donnant un autre baiser avant de lui tendre le sac. Elle répond à son sourire. « Je serais toujours là pour te ramener au port mon amour. Qu’importe la tempête qui t’éloignera de moi. » Elle sait que la vie les malmènera, ce ne serait pas vivre sinon. Mais Safiya sera la boussole de Tobias comme il est la sienne. Elle se lève et prend le sac d’une main. L’autre vient se loger tout contre la nuque de son fiancé. Contre ses lèvres elle murmure. « Je t’aime. » Avant de l’embrasser avec douceur puis avec passion, tout en laissant leurs corps se coller. A cet instant elle a juste faim de lui. Elle glisse sa main dans la sienne. « Viens. » Elle l’entraine dans leur chambre. Elle pose le sac sur leur lit. Safiya embrasse à nouveau Tobias. Avant de quitter son haut avec lenteur. Lui laissant le loisir de la regarder. De la déshabiller de ses yeux clairs. Elle fait ensuite glisser son pantalon, se retrouvant en sous vêtements de satin noir. Elle se colle une autre fois contre le corps de son homme, sans pudeur, sans gêne avec douceur. Elle l’embrasse. Elle l’embrase. Puis elle s’éloigne pour attraper la nuisette qu’elle enfile, elle laisse la dentelle s’emparer de ses courbes, les rendant plus sensuelles. La flamme du désir anime son regard noir. Safiya attire Tobias contre elle. Cette fois elle se fait plus féline, plus provocante. Ses mains et ses lèvres se font moins sages. Sans rien brusquer. Mais Tobias ne peut douter du désir qui anime sa belle. Il ne peut douter de l’envie grandissante qui l’habite et que distille avec audace ses douceurs voilées de dentelle rouge. « Aime-moi. » Et elle se laisse tomber sur le lit l’entrainant dans sa chute. Elle veut être à lui. Comme elle a besoin qu'il soit à elle.



AVENGEDINCHAINS




" What if we rewrite the stars ? Say you were made to be mine. Nothing could keep us apart. You'd be the one I was meant to find. It's up to you, and it's up to me. No one can say what we get to be. So why don't we rewrite the stars ? Maybe the world could be ours. Tonight. " Rewrite the Stars. Phillip & Anne.
Revenir en haut Aller en bas
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
Tobias Spilsbury
http://www.ciao-vecchio.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://www.ciao-vecchio.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
Faceclaim : Eddie Redmayne ©vulpecula & Padawan my love
Je suis absent-e : En présence réduite jusqu'au 08 Décembre, je m'excuse auprès de mes partenaires... Je vous réponds au plus vite.
Messages : 1109 - Points : 2197
[Terminé] Dis-moi oui. // Safiya - Page 2 Tumblr_p7iahguhmE1qeiryko1_500
Âge : 37 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
[Terminé] Dis-moi oui. // Safiya - Page 2 Empty
Sujet: Re: [Terminé] Dis-moi oui. // Safiya ( le Dim 30 Déc 2018 - 23:43 )
Etre chanceux et le savoir, Tobias n’était pas un ignare ou un homme aveugle. Il savait que des femmes comme Safiya ne courraient pas les rues et lui avait la chance d’en avoir une à ses côtés. Pour sûr qu’il n’était pas question pour lui de la laisser partir, plus maintenant tout du moins. Dans beaucoup de situation il était trop tard, mais pour eux : il était toujours temps d’être heureux. Probablement parce que tant de fois ils n’en avaient pas eut l’opportunité. Alors, il avait décidé de prendre son courage à deux mains et de ne pas perdre une seule seconde de plus pour la faire sienne. Il lui promettait une vie à deux, une vie heureuse : tout du moins il l’espérait. Il avait encore de la peine dans son cœur, des plaies à vives qui étaient bien trop souvent ravivé par son esprit qui ne connaît pas le mot vacances ou pause. Chaque jour, cependant, il faisait des efforts pour ne rien montrer, pour guérir et tenter de passer à autre chose. Il y arrivait petit à petit : la preuve étant qu’il venait de demander en mariage cette femme si importante pour lui. Et alors que la soirée se profilait comme être bien meilleure que les précédentes : Tobias gâcha tout. Une explication, il en devait une à Safiya mais la contemplation de son assiette était bien plus palpitante. Mettre des mots sur sa douleur, sur ses peurs n’avait jamais été une chose facile pour lui. Ce n’était pas nouveau : les différents docteurs qu’il avait rencontrés avaient dû mal à lui tirer les vers du nez. Malgré tout, ce n’était pas n’importe qui à ses côtés : Safiya comprendrait. Elle le faisait toujours et le prouvait quotidiennement. Elle trouvait toujours le discours qui allait raisonner dans son cœur pour le calmer, le rassurer.
L’Historien s’était enlisé dans une douleur si profonde qu’elle semblait insurmontable. Naturellement qu’il avait envie des courbes de sa belle, mais une part de lui ne pouvait tout simplement pas à se résigner de causer de la douleur autour de lui. Parce qu’Angèle avait souffert, autant que lui probablement : peut-être même plus. L’idée que Safiya souffre à son tour était insupportable pour lui. Alors, l’abstinence n’était pas la clé du remède, mais une façon comme une autre d’éviter le pire. Cette fois-ci, les paroles de sa belle ne mettent pas du baume sur son cœur :

« Cela ne sera pas un réconfort pour moi. » Il préférait être honnête, il l’avait toujours été : « Je ne pourrais pas me dire que tu m’attends quelque part en ne sachant même pas si nos Dieux accepteront que nous partagions la même éternité. Et puis… » Il avala sa salive, son cœur se déchirait rien qu’à cette idée : « Je ne peux pas imaginer une vie sans toi. » C’était la cruelle et âpre vérité.

La belle plante du désert à plus d’un tour dans son sac : Safiya n’hésita pas un seul instant à marteler ses convictions concernant l’appui essentiel de Tobias. Il ne voulait pas la croire, il ne pouvait pas. Il ne prenait pas soin d’elle : il l’entraînait dans une spirale infernale quotidiennement. Elle affirmait qu’il n’avait rien gâché, mais encore une fois il ne l’entendait pas de cette oreille. Il hocha instinctivement la tête quand elle disait aller trop vite.

« C’est moi qui ne suis pas assez rapide. » Il avait pensé comme un idiot que la bague serait suffisante pour satisfaire sa belle, mais il s’était lourdement trompé. Il aurait dû réfléchir à l’après.

Le silence s’installa à nouveau sans qu’il n’ait le désir de le rompre. Il continua de picorer dans l’assiette, sans rien oser ajouter. Et puis, soudainement, il profita d’une lueur de lucidité pour se lever, embrasser Safiya en perdant sa main dans son dos puis se diriger vers le couloir et attraper le sac qui avait commencé l’argumentaire. Avec une seule phrase, il lui demandait gentiment de mener la danse. Tobias savait qu’il ne pouvait pas laisser ses démons prendre le contrôle de sa vie. Il devait au moins passer outre et s’accrocher à l’instant présent qui se promettait des plus agréables à n’en pas douter par le baiser qui suivit. Collant son corps au sien, il déposa sa main dans le creux de reins en y répondant avec autant de passion. Puis, il se laissa guider vers la chambre ou plutôt leur chambre. Restant d’abord à la porte, il la referma soigneusement et la regarder dévoiler avec lenteur sa peau. Son regard s’attarde sur son décolleté généreux et il perd ses yeux sur ces formes à faire pâlir la Venus de Milo.



L'agréable sentiment d'avoir quelque chose à faire, un but à poursuivre.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Safiya Rahotep SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
Safiya Rahotep Spilsbury
http://www.ciao-vecchio.com/t1780-safiya-celle-qui-est-lu http://www.ciao-vecchio.com/t1809-un-seul-jour-peut-equivaloir-a-l-eternite-safiya
Faceclaim : Zoé Saldana © Ingrid (vava) & (crackships)
Messages : 3669 - Points : 5514
[Terminé] Dis-moi oui. // Safiya - Page 2 Gif-passion-plaisir-69
Âge : 40 ans née le 20 octobre 1979 à Louxor en Egypte.
Métier : Archéologue. Travaille avec Tobias depuis son arrivée à Naples.
[Terminé] Dis-moi oui. // Safiya - Page 2 Empty
Sujet: Re: [Terminé] Dis-moi oui. // Safiya ( le Mar 1 Jan 2019 - 12:42 )


Quand on a que l'amour à offrir en partage.
Tobias & Safiya




La voie de la facilité n’a jamais été ouverte pour Safiya et Tobias. Ils l’ont compris rapidement. S’ils avaient osé refuser les difficultés, leurs vies auraient été surement pires. Ils seraient peut être morts. Ils n’ont jamais baissé les bras. Ils ont accepté tous les combats, pour le pire comme le meilleur. Ils ont vite vu la force et la puissance qu’ils pouvaient dégager ensemble. Unis dans la fortune comme dans l’infortune. Toujours à subir une autre tempête avant de trouver un arc en ciel et un coin de paix pour se poser. C’était surement leurs destins de souffrir autant. Et dans cette souffrance ils ont puisé la vie. Leurs vies. Ils ont faits que les douleurs s’estompent pour ne laisser que le meilleur. Ils y ont laissé des plumes. Mais ils sont sortis vainqueurs. Ils ne l’ont pas crié sur les toits, ni réclamé de couronne. Mais ont-ils besoin de cela pour voir dans le regard de l’autre ce qu’ils ont à s’offrir ?

Pourtant ce soir si Safiya porte à son doigt l’anneau qui la lie à Tobias bien au-delà de ses espérances. Il reste une ombre capitale et sournoise qui emprisonne encore leur bonheur. Elle essaie comme toujours de montrer la voie à Tobias. Il en ferait de même pour elle. Il l’a déjà fait. Et elle sait qu’il le fera encore et encore tant qu’un souffle de vie coulera dans ses veines. Et même après que ce souffle se soit éteint. Elle en fera de même. Comment pourrait-il en être autrement ? Alors sa voix et ses mots viennent percer l’angoisse, la peur de son fiancé. Elle efface la brume le guidant dans la lumière. Comme le ferait un phare pour un bateau dans la tourmente. Et puis il y a toujours leurs différences, leurs religions. Auront-ils le droit d’être toujours unis ? Même après la vie. L’un sans l’autre ils ne sont que de simples ombres exposées au bon vouloir du Divin. Mais elle y croit Safiya. Elle croit que leurs Dieux leurs laisseront la chance d’être toujours ensemble. Sinon pourquoi leurs avoir donné l’espoir tant de fois. Même quand ils étaient au plus bas. Le chemin a été rude mais il les a toujours conduit l’un vers l’autre. Même quand tout semblait s’écrouler autour d’eux. La preuve ils sont fiancés, amoureux, passionnés. Seuls leurs doutes d’humain les titillent encore. Au point que les doutes s’installent comme des gouttes sombres dans leur bonheur éclatant. « Nos Dieux accepteront. Sinon pourquoi nous montrer la route du bonheur si c’est pour nous en priver durant l’éternité. Ils ont vu de quelle essence nous étions faits. Ils ont vu que rien, ni personne ne pourraient nous briser. Tu crois qu’ils auront le courage de se mettre en travers après les combats que l’on a gagné. » Safiya sent le désarroi de Tobias, mais elle garde le cap. Elle reste forte. Pour lui. Pour eux. Pour cet amour qui inonde leur cœur. Et pour qu’un jour ses entrailles portent le fruit de cet amour passionné. « Je n’imagine pas non plus une vie sans toi. Et il n’y en aura pas. Crois-moi. Personne ne nous séparera. Ni ici. Ni dans l’au-delà. »

Safiya ne lâche rien. Elle veut juste que Tobias accepte ce bonheur. Ils y ont droit. Peut être plus que quiconque. Il a fait un premier pas en lui offrant cette bague. Il doit continuer à avancer. La lumière est au bout du tunnel. Elle happe déjà la belle, mais sans son homme elle n’est qu’une flamme insignifiante. Qui ne lui brulera que les ailes l’empêchant de réellement s’envoler. Alors elle le pousse, même si elle sent que cela va être compliqué. Elle sait qu’il suffit d’une étincelle pour embraser un feu. Et cette étincelle, Safiya la possède. Dans sa voix. Dans son regard. Dans sa façon de bouger. Dans son désir qu’elle distille à volonté. Son désir de l’aimer et d’être aimé. Alors encore une fois elle joue le guide. Elle l’invite en lui offrant la vue de ses courbes. Elle l’envoute en venant frôler les siennes. Jouant habillement de sa peau. Safiya veut se perdre sur des sentiers que seul Tobias lui a fait découvrir. Elle veut que son corps vibre sous la caresse de ses doigts et de ses lèvres. Et lorsque la porte de leur chambre enfin se ferme. Lorsqu’elle sent s’attarder le regard clair de son homme sur son être. Elle sait qu’elle sera conquise de la plus délicieuse des façons. Celle de l’amour. Et elle est prête en faire rougir les Dieux juste pour être à Tobias. Elle est prête à être insolente et indécente pour prouver à l’homme qu’elle aime que cette victoire charnelle vaut tous les combats.





AVENGEDINCHAINS




" What if we rewrite the stars ? Say you were made to be mine. Nothing could keep us apart. You'd be the one I was meant to find. It's up to you, and it's up to me. No one can say what we get to be. So why don't we rewrite the stars ? Maybe the world could be ours. Tonight. " Rewrite the Stars. Phillip & Anne.
Revenir en haut Aller en bas
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
Tobias Spilsbury
http://www.ciao-vecchio.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://www.ciao-vecchio.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
Faceclaim : Eddie Redmayne ©vulpecula & Padawan my love
Je suis absent-e : En présence réduite jusqu'au 08 Décembre, je m'excuse auprès de mes partenaires... Je vous réponds au plus vite.
Messages : 1109 - Points : 2197
[Terminé] Dis-moi oui. // Safiya - Page 2 Tumblr_p7iahguhmE1qeiryko1_500
Âge : 37 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
[Terminé] Dis-moi oui. // Safiya - Page 2 Empty
Sujet: Re: [Terminé] Dis-moi oui. // Safiya ( le Dim 6 Jan 2019 - 0:41 )
« Je ne sais pas Safiya. On sait tous les deux que nos Dieux ont une bien drôle de façon de nous indiquer le chemin à prendre : ils sont les premiers à tester notre volonté de vouloir vivre et notre force. » Un long soupire traversa ses lèvres : « Ils sont censés nous guidé et non nous laissé souffrir sur cette terre. » C’était ça après tout le principe même de leur religion ?

Et si le meilleur restait encore à venir ? Comme Tobias voulait espérer que les beaux jours arriveront bientôt. Il attendait impatiemment le jour où des éclaircis viendraient percer le brouillard qui s’était installé dans son esprit. Le fait de demander la main de Safiya était un petit pas vers la guérison, vers ce quotidien qu’il se prend parfois à rêver quand ses démons le laisse en paix. Ce n’était pas grand-chose, mais pour lui cela était la preuve qu’il allait un peu mieux. Assez pour penser à un futur, un auprès de la belle Egyptienne. Cela n’est pas suffisant cependant et il se rend vite compte. Ce n’était pas sa faute : il avait juste peur. Cette terreur de perdre Safiya, de penser à un accident qui pouvait survenir après une joute charnelle le paralysait et le rendait impuissant. Pourtant, il comprenait la peine de sa belle. Puisqu’il n’y avait rien d’impossible pour elle : il arrêta de manger pour aller chercher le sac contenant la lingerie qui l’avait fait rougir et arrêté dans son élan de romantisme. La suite n’est pas difficile à deviner : la belle plante qui partageait son quotidien n’avait jamais besoin d’une invitation pour jouer de ses charmes et opérer sa magie sur Tobias qui la suivit en silence.


Essoufflé, il reprit sa respiration et passa sa main sur son visage pour enlever les gouttes de sueurs. Enlevant la nouvelle pantoufle de verre du XIXème siècle, il la remit dans son étui avant de se tourner et de passer ses bras autour de Safiya pour la serrer contre lui. Il embrassa son front :

« Je suis le dernier des idiots d’avoir résisté autant à ce plaisir avec toi. » Il s’éloigna pour pouvoir la regarder, il remit doucement une de ses mèches de cheveux en place : « Merci encore de m’avoir attendu. » Il était sincère. Venant cueillir un baiser, il sourit à nouveau : « Si jamais Dieu m’écoute, je veux qu’il entends cette promesse que je te fais : je compte bien t’aimer comme ça jusqu’à notre dernier souffle. Même quand on sera vieux et desséché : je saurais te faire grimpé au septième ciel. »


L'agréable sentiment d'avoir quelque chose à faire, un but à poursuivre.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Safiya Rahotep SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
Safiya Rahotep Spilsbury
http://www.ciao-vecchio.com/t1780-safiya-celle-qui-est-lu http://www.ciao-vecchio.com/t1809-un-seul-jour-peut-equivaloir-a-l-eternite-safiya
Faceclaim : Zoé Saldana © Ingrid (vava) & (crackships)
Messages : 3669 - Points : 5514
[Terminé] Dis-moi oui. // Safiya - Page 2 Gif-passion-plaisir-69
Âge : 40 ans née le 20 octobre 1979 à Louxor en Egypte.
Métier : Archéologue. Travaille avec Tobias depuis son arrivée à Naples.
[Terminé] Dis-moi oui. // Safiya - Page 2 Empty
Sujet: Re: [Terminé] Dis-moi oui. // Safiya ( le Lun 14 Jan 2019 - 14:48 )


Quand on a que l'amour à offrir en partage.
Tobias & Safiya



Il est vrai que leurs Dieux ne les ont jamais préservé. Ils les ont souvent mis à l’épreuve. Et Safiya sait qu’il y en aura d’autre. Même si à présent ils semblent voir un bout de ciel bleu se glisser dans la noirceur de leurs pensées. La présence de Tobias. Cette bague qu’il vient de glisser à son doigt. La promesse à laquelle cela les lie. Elle sait que ce bonheur pourra faire face à toutes les douleurs. Même si pour son partenaire c’est plus complexe. La dernière épreuve ayant été plus intense, plus bouleversante. Elle a bon espoir. Elle veut y croire l’égyptienne. Et elle veut qu’il y croit aussi. Pas question de baisser les bras maintenant, alors que leur horizon commun semble dégager. De toute façon avec l’amour qu’il y a dans son cœur, elle est armée si ses Dieux osent encore frapper. Elle est même armée pour affronter ceux de Tobias. Elle est prête à tout pour lui. Et encore plus avec cette vision d’une vie à deux. Mais elle sent les réticences de Tobias. Sa peur face au fait de sombrer totalement avec elle. En elle.

Safiya ne rêve que du corps de Tobias. De ses mains sur sa peau. Elle n’éprouve aucune honte à lui dire que ses reins n’attendent que les siens. Que le manque est là, avide d’être rassasié de l’amour qu’ils se portent et du désir qui les enlise. Elle a envie de baisers indécents et de caresses insolentes. Elle a envie d’ivresse charnelle. D’envoutement torride. Alors elle entraine son fiancé dans une douce danse. Qui au fil de l’échange devient sulfureuse. Elle aime quand il se fait gourmand. Quand il la dévore de sa bouche. De ses doigts. Quand il fait tomber les barrières et qu’il devient l’homme amoureux et incendiaire. Qui oublie toute retenue. Tout son corps frissonne pris dans le plaisir qui se distille sous le touché de son amant. Elle se donne et s’abandonne. Se laissant emporter par l’éveil des sens. Tobias est audacieux, sulfureux et l’égyptienne aime, surtout quand sa bouche, sa langue, ses doigts s’attardent au creux de sa féminité. Alors elle se cambre pour lui offrir un terrain de jeu bien plus grand. Et puis quand il la fait chavirer. Quand de sa féminité coule le fruit de son extase. Quand il la récolte avec passion. Elle prend le jeu en main. Safiya donne à son tour tout ce qu’elle a reçu. Elle éparpille sur le corps de Tobias des milliers de frissons. Elle l’entraine sur la même voie. Une voie érotique et torride. Elle abuse de ses atouts. Elle use de ses charmes. Sa bouche. Ses doigts. Tout son corps cherche à donner du plaisir à l’homme qui fait battre son cœur. Elle devient aussi brulante que la braise. Aussi ardente qu’un volcan. Comme un poison ensorcelant elle déverse sa passion au travers de ses baisers et de ses caresses. Jouant habillement sur la chair de la virilité de son fiancé. Elle le pousse aux vices. Mais qu’il est exquis d’y plonger avec lui. Elle se sent libre quand Tobias l’aime. Libre et aimé. Désirée et comblée. Ils se retrouvent pour un je t’aime. Et puis dans un mouvement de bassin ils s’unissent pour ne faire plus qu’un. La danse se fait plus érotique. Leurs corps s’accordent dans le même accord. Une partition parfaite ou se mêle leurs essences vitales, leurs souffles, leurs sourires, leurs doigts. Ils s’enlacent. Ils s’embrassent. Ils s’embrasent. Avant d’échouer poussé par une vague de jouissance sur la même plage. Le cœur résonnant dans leurs poitrines, les yeux embrumés de délice, la peau frissonnante de plaisir. L'âme comblée de délice. Et le corps remplit de saveur exquise.

Safiya garderait bien Tobias encore prisonnier de son étau brulant, mais il s’échappe. Elle se laisse glisser sur le côté. Elle l’observe avec tendresse et amour. Laissant ses yeux glisser sur ses courbes masculines. Puis elle se blottit contre lui encore envoutée par ce moment d’extase charnelle. Elle sourit à ses mots. « Et moi j’ai été la dernière des idiotes de ne pas t’avoir fait succomber plus tôt. » Elle caresse avec douceur sa joue alors qu’il lui arrange une mèche de ses cheveux. « Tu n’as pas à me remercier mon cœur. C’était normal de te laisser du temps. » Ils échangent un baiser. Safiya se met à rire de bon cœur quand Tobias lui fait la promesse devant Dieu de la faire grimper au septième ciel même une fois vieux. « C’est une promesse des plus alléchante. Et je vais tout faire pour que tu ne la brises pas. D’ailleurs je crois que l’on a du temps à rattraper. Et j’ai encore faim d’attention et de tendresse. » Elle passe ses bras autour du coup de son fiancé et s’empare de ses lèvres avec délice. Elle colle son corps contre le sien. Ses doigts se glissent dans les cheveux doux de son homme. « N’oublies pas tu ne dois plus me résister. » Elle lui sourit et dépose des baisers sur ses joues, ses yeux, son nez, son menton, son front, dans son cou. Ils sont plein de douceur. Mais ils sont révélateurs du bonheur qu’elle éprouve jusqu’au plus profond de ses entrailles.



AVENGEDINCHAINS




" What if we rewrite the stars ? Say you were made to be mine. Nothing could keep us apart. You'd be the one I was meant to find. It's up to you, and it's up to me. No one can say what we get to be. So why don't we rewrite the stars ? Maybe the world could be ours. Tonight. " Rewrite the Stars. Phillip & Anne.
Revenir en haut Aller en bas
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
Tobias Spilsbury
http://www.ciao-vecchio.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://www.ciao-vecchio.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
Faceclaim : Eddie Redmayne ©vulpecula & Padawan my love
Je suis absent-e : En présence réduite jusqu'au 08 Décembre, je m'excuse auprès de mes partenaires... Je vous réponds au plus vite.
Messages : 1109 - Points : 2197
[Terminé] Dis-moi oui. // Safiya - Page 2 Tumblr_p7iahguhmE1qeiryko1_500
Âge : 37 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
[Terminé] Dis-moi oui. // Safiya - Page 2 Empty
Sujet: Re: [Terminé] Dis-moi oui. // Safiya ( le Jeu 17 Jan 2019 - 19:25 )
Un parent ne devrait pas à enterrer son enfant, même une âme qui n’avait pas poussé un seul souffle. Tobias avait eu l’espoir d’être papa : d’élever cet enfant contre vents et marées : qu’importe qu’il ait été l’enfant d’Angèle et qu’elle ne souhaitait pas dévoiler la paternité. Mais le destin en avait décidé autrement et le voilà maintenant sans descendance. Dans son malheur, cependant, il avait la chance d’avoir l’Egyptienne à ses côtés et son infinie douceur à son égard. Tobias ne savait pas trop comment il avait réussi à avoir une telle personne à ses côtés. Il ne la méritait pas non, mais ce n’est pas pour ça qu’il était prêt à lui rendre sa liberté. La preuve ? Il lui avait demandé sa main. À défaut de pouvoir lui offrir un présent heureux et prospère : il lui promettait un avenir meilleur et à deux. Une promesse scellée par des baisers, des ‘je t’aime’ et des caresses torrides.
Se laisser aller à la luxure, au plaisir des sens : voilà quelque chose qui n’était pas arrivé depuis bien longtemps. Cela faisait des mois à vrai dire qu’il reniait la chair de Safiya pour se terrer dans une forteresse de solitude. Heureusement pour lui, la patience de sa belle était à l’épreuve de tout : même du pire des deuils. Tobias savoura chaque secondes, chaque minute que lui offrait cet instant. Il se laissait volontiers aller à l’extase qui emplissait chaque cellule de son être. Plus rien ne comptait : seule Safiya avait toute son attention. Adieu mal-être, décadence et spleen : il rangea ces sentiments au placard pour faire de la place à ce qui avait de l’importance au moment même où il fit l’amour à sa belle.

Essoufflé mais heureux, le voilà à commencer sincèrement à croire que le meilleur reste encore à venir. Il n’y avait plus de doute. Safiya saurait trouver les mots et les bons gestes pour qu’il trouve une paix intérieure : la chose qui lui manquait le plus probablement et le rendait instable. Passant ses bras autour d’elle, il la serra tendrement contre lui. Les yeux fermés, il tenta de calquer sa respiration à celle de sa belle. Avouant alors d’avoir été le dernier des idiots, il rigola doucement à sa réponse :

« Deux idiots qui vont se marier… Je me demande si on ne risque pas de détruire le monde qui nous entoure. » Il embrassa sa longue chevelure en continuant de sourire doucement. Une mèche de cheveux remise derrière l’oreille et Tobias eut à nouveau l’occasion de la contempler. « Si, c’est nécessaire d’être reconnaissant pour une chose aussi importante. » Tobias n’démordrait pas.

Il cueillit un baiser, ce n’était que le commencement de quelque chose de grand. Il pouvait le sentir. Safiya avait fait voler une des plus grosses barrières qui restait dans son cœur. La suite devait maintenant couler de source. Il l’espérait. De toute façon, pour le savoir, il allait falloir vivre pleinement les aventures qui les attendaient.

« Je n'ai rarement brisé mes promesses, merci bien. » Il prit un air faussement outré avant de rigoler avant de répondre passionnément au baiser qu’elle lui offrait.

Quand elle colla son corps au sien, il la fit basculer pour être à moitié sur elle : laissant leurs peaux savourer la douceur de l’autre. Il sourit : « Je ne compte plus faire cette erreur. » Il embrassa son nez mais elle le devança et commença à assaillir son visage de tendres baisers.

Tobias rentre alors dans un fou rire, mais ne fait pour rien pour échapper à Safiya.

« Dois-je comprendre que tu n’as pas faim pour ce que j’ai cuisiné ? » Il lui vola un baiser quand il eut la première occasion : appuyant son corps sur le sien. « Allons récupérer des forces. »

C’est alors qu’il réalisa l’heure :

« Haaaaan on va rater le documentaire Nefertiti ! » Comme électrocuté : il se leva immédiatement, enfila à peine son caleçon pour courir et allumer la télévision : « Je l’ai raté la dernière fois et je n’ai pas réussi à l’enregistrer. On peut finir de manger comme ça ! » Le programme mit en route : il alla réchauffer leur assiette. Il voulait prendre soin de Safiya et cela commençait maintenant : par des attentions toutes particulières qu’il ne comptait réserver qu’à elle. « Je te refais une tasse de thé aussi, comme ça on est paré ! » Comme un vrai gamin qui ne voulait pas manquer son dessin animé : il allait à droite et à gauche pour tout préparer.

Les assiettes prêtes, les thés également : il attendit que Safiya s’installe sur le canapé pour mettre l’épaisse couverture sur eux.

« Pile à temps ! » Tobias embrassa une dernière fois sa fiancée avant de regarder la télévision : « Le premier qui voit une erreur de traduction à le droit de demander une faveur ok ? »

Des erreurs, il y en avait peut-être, mais Tobias n'avait des yeux que pour Safiya. Il avait l'impression que le plus beau restait à venir et cela était grâce à la femme de sa vie.

The end.


L'agréable sentiment d'avoir quelque chose à faire, un but à poursuivre.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
[Terminé] Dis-moi oui. // Safiya - Page 2 Empty
Sujet: Re: [Terminé] Dis-moi oui. // Safiya ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [Terminé] Dis-moi oui. // Safiya -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2