Revenir en haut
Aller en bas


 

- Lorsque tu te prends pour Ronaldo ft Alessandro -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Fuorigrotta
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nori Alestra10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Kitty
Faceclaim : Candice Bae Paton
Multi-comptes : Latisha Jones & Lia Solano
Messages : 586 - Points : 512

Âge : 29 ans
Métier : Blogueuse cuisine et lifestyle
Sujet: Lorsque tu te prends pour Ronaldo ft Alessandro ( le Dim 4 Nov 2018 - 23:11 )
Lorsque tu te prends pour Ronaldo
Alessori




Les filles sont de sortie ce soir, chacune de leur côté. Je me rends compte qu’elles ont une vie bien chargée et qu’elles n’ont pas forcément besoin de moi pour avancer. Depuis que je ne suis plus avec Giorgio, j’ai comme mis ma vie personnelle de côté pour me concentrer sur les personnes que j’aimais. Une sorte de bouclier, en me concentrant uniquement sur les autres, je ne peux pas me créer de vie personnelle et ainsi pas d’ennuis, pas de chagrin et pas de peine. Cela devient tout de même un cercle vicieux et presque malsain. Si je ne fais pas attention, je vais vite retrouver mes travers et je ne veux plus vivre cette horreur qu’est la boulimie. Sans même que je m’en rende compte, je suis en tenue de sport avec mon sac à dos et je suis en train d’écrire un petit mot pour les filles afin de leur faire savoir que je suis à la salle de sport, au cas où elle rentreraient avant moi. Bien que j’en doute.

Être sur ces machines me procure un bien fou, je ne pense à rien d’autre qu’à me défouler. C’est étrange comme sensation, je ne saurai même pas l’expliquer, mais une sorte d’adrénaline s’empare de moi et j’ai tout simplement envie à chaque mouvement de me surpasser et de dépasser mes limites. Ca peut paraitre malsain de dire cela, mais lorsque j’étais adolescente et que je me réfugiais dans la nourriture je ressentais la même chose. Je cachais mon mal-être par la nourriture. Aujourd’hui, ce sont mes angoisses, ma solitude que je compense par le sport. Ca sera dans tous les cas plus saint que ce que je faisais il y a une décennie de cela.

Lorsque je regarde ma montre, je me rends compte que ça fait bien plus de deux heures et demie que je suis dans cette salle. Aucun message des filles sur mon portable, juste ce numéro inconnu qui a encore une fois essayé de m’appeler. Au fond de moi, je sais clairement de qui il s’agit, mais je me voile la face en me disant qu’il veut juste me pourrir la vie.

Une fois dehors, la ville est encore en pleine effervescence. Des couples, des groupes d’amis sont en pleins débat dans les rues. Ca me fait sourire,j’ai voyagé aux quatre coins du monde, mais Naples reste unique. Les gens disent que c’est une ville dangereuse, pourtant je me suis plus en sécurité ici que nulle part ailleurs. La preuve en est, je suis une jeune femme en tenue de sport, me baladant dans les rues tard la nuit et pourtant je vais bien. J’en arrive même à me perdre dans les ruelles, jusqu’à ce stade de foot et pourtant personne n’est venu m’aborder. Ou alors est-ce le fait que je ne sois pas attirante ou une proie de goût? [c’est glauque ce que je dis là]

Je reste plantée là pendant de longues minutes. J’observe cette personne qui me dit étrangement quelque chose qui se défoule à sa manière j’imagine. Il est très doué. Je ne sais pas si je serai capable de courir avec un ballon à mes pieds. Pourtant, en le regardant cela à l’air si compliqué que ça. C’est sur cette réflexion que j’en conclue que je n’ai qu’à essayer de lui prendre le ballon. Après tout qu’est-ce que je risque? C’est ainsi que je me retrouve sur le terrain vêtue de ma brassière rose et mon legging noir assorti à courir derrière Alessandro, car oui je l’ai reconnu depuis. C’est tout en courant après lui pour attraper ce fichu ballon que je me rends compte que mon idée était ridicule et que le football n’est pas si évident que ça. “Ouiiii!” Exaltation, je le touche ce fichu ballon j’ai réussi! Enfin, seulement quelques secondes avant de glisser et tout simplement me retrouver dos contre le gazon. Heureusement que le ridicule ne tue pas ou presque, j’explose tout simplement de rire.





(c) MΛ☾ΛЯON







JE POURRAIS ME TUER AVEC DU PAPIER MÂCHÉ POUR PADMA.
Revenir en haut Aller en bas
Alessandro FerraraToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3870-alessandro-infinito http://www.ciao-vecchio.com/t3898-alessandro-ferrara-e-se-parli-piano-ti-sento-forte
ID : TBW/Wookie | Céc'
Faceclaim : Pierfrancesco Favino + ©avatar : Dante Galeona / gifs : me
Je suis absent-e : /
Multi-comptes : /
Messages : 411 - Points : 175

Âge : 47 ans
Métier : Propriétaire et chef cuisinier du Bella Notte
Sujet: Re: Lorsque tu te prends pour Ronaldo ft Alessandro ( le Ven 9 Nov 2018 - 0:58 )
Lorsque tu te prends pour Ronaldo
Alessori




Le service s'était éternisé ce soir, la faute entre un groupe qui a mis tout son temps pour partir et une conversation à l'équipe pour gérer les prochaines semaines et organiser des entrevues avec la cuisine pour élaborer la carte de l'hiver. Nous étions à ce moment charnière où il fallait gérer le restaurant qui ne désemplissait pas - un bon signe, me direz-vous - et penser à de nouveaux plats tout en renouvelant et proposer quelque chose de nouveaux aux clients, aussi bien récents qu'habitués. C'était un exercice qui m'avait pris des heures les premières années - et toujours maintenant en fait, mais j'avais le coup de main désormais - surtout car je voulais que mon père soit fier de moi. C'était bizarre comme d'un coup, j'en avais quelque chose à faire du restaurant et que je courrais après l’approbation constante de mon père. La culpabilité sans doute. J'étais pas le plus calme des rejetons, faut le dire.

Du coup, il était un peu tard pour du foot comme je me l'étais promis mais après tout, il y avait des city ouvert à toute heure ici, et j'aurais le terrain pour moi tout seul. Au moins, c'est parce que je l'aurais choisi, pas parce que les copains m'ont laissé tombé au dernier moment pour le foot à 5. Des faux frères ceux-là quand ils font des plans pareils. J'vous jure, vous imaginez pas à quel point c'est dur de rassembler cinq personnes en même temps ! Et le rhume par-ci et l'excuse bidon par là et le blessé constant. Une véritable épreuve d'organisation et de conviction, vraiment.

Baignée par les larges lumières blafardes du petit stade urbain, j'enfilais mes crampons et noua les lacets un à un, ressentant déjà cette montée d'adrénaline de fouler une pelouse, quelle qu'elle soit, que j'avais toujours ressenti en jouant au football. C'était un de mes petits plaisirs, sentir l'herbe, véritable ou synthétique, sous mes doigts, entre douceur ou irritation. Je retirais ma veste, il faisait encore assez bon pour ne pas avoir trop froid, et révélai mon maillot fétiche de Parme, le 2 et le nom de FERRARA floqué dans le dos, comme mon homonyme qui avait connu plus brillante carrière à la Juve. En y pensant, dans l'équipe poussin du quartier, nous avions été trois avec le même nom de famille, l'arbitre avait envie de s'arracher les cheveux. Le bon temps.

Le terrain était dans un quartier plutôt calme et tranquille, il n'y avait pas grand chose à cet endroit précis alors, quand les souvenirs de regarder Holly e Benji avec mes copains se rappelèrent à moi, je n'eus plus qu'une envie : retomber en enfance et tenter de reproduire toutes les figures et techniques acrobatiques du célèbre dessin animé. Le tir sur la transversale pour se faire une passe à soi-même et tenter le retourné acrobatique par exemple. Un véritable classique. Pas forcément concluant vu la difficulté de l'exercice, et j'étais certains que je découvrirais plusieurs bleus parsemant mon corps demain matin.

Alors que je me détendais un moment, trottinant sur la pelouse et m'amuser à dribbler un adversaire imaginaire, une flèche arriva à pleine vitesse dans mon champ de vision. Je n'eus pas le temps de voir de qui il s'agissait, ni ce qu'il se passa véritablement tant tout était allé si vite mais l'image suivante que j’eus sous mes yeux n'était autre que Nori, la blogueuse culinaire et copine de salle de sport, dos contre la pelouse, éclatant de rire après avoir trébuché sur le ballon. Je tentai de contenir mon rire, ça ne se faisait pas, mais son sourire était vraiment communicatif. Je lui offris une main pour se lever. "Rien de cassé ?" J'essayai de regarder si elle ne s'était pas égratignée, ça m'aurait fait de la peine. A priori, tout semblait aller.

Je ne questionnai pas sa présence à cette heure tardive. Le terrain était sur le chemin de la salle de sport et elle et moi nous étions souvent retrouvé à des heures peu orthodoxes là-bas. "Alors comme ça tu voulais me piquer le ballon ? On ne l'a fait pas au Carro Armato !" Plaisantais-je avec légèreté, mentionnant le surnom que les supporters m'avaient donné à mes débuts, et qui m'avait suivi où que j'aille. C'était de la taquinerie gentille, rien de bien méchant. "Tu veux que je t'apprenne ?" Lui proposai-je avec un grand sourire enthousiaste, en lui présentant le ballon. J'adorais faire découvrir mon sport, j'avais toujours aimé ça quand j'étais petit, et encore plus quand j'étais devenu pro, j'avais toujours fait un maximum pour les équipes jeunes de mes clubs successifs. Qui sait, on tenait peut-être là, une footballeuse de qualité qui s'ignorait !


Revenir en haut Aller en bas
Nori Alestra10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Kitty
Faceclaim : Candice Bae Paton
Multi-comptes : Latisha Jones & Lia Solano
Messages : 586 - Points : 512

Âge : 29 ans
Métier : Blogueuse cuisine et lifestyle
Sujet: Re: Lorsque tu te prends pour Ronaldo ft Alessandro ( le Ven 16 Nov 2018 - 11:39 )
Lorsque tu te prends pour Ronaldo
Alessori





La chute fut plus honteuse que douloureuse, d’ailleurs je ne peux m’empêcher de rire, car je réalise à peine ce que je viens de faire, j’aurai pu me tordre la cheville, mais rien. Qu’est-ce qui m’a pris de partir en courant comme ça après un ballon? C’est comme si un sentiment surhumain s’était emparé de moi et m’avait poussé à faire ça. Par contre, je me demande pourquoi mon corps, ne l’a pas empêché? Pourtant, il est clair que je ne suis pas une joueuse de foot et que je ne l’ai jamais été. Je ris tellement de la situation que des larmes se déversent sur mes joues. Je saisis la main tendue d’Alessandro et me relève lentement. “Merci.” dis-je timidement, vous noterez que ce comportement est totalement paradoxal à celui que viens d’avoir, il y a quelques minutes à peine. Je regarde autour de moi machinalement, comme si je voulais m’assurer qu’il était le seul à avoir assisté à la scène. “Honnêtement? Je ne sais pas ce qu’il m’a pris...pendant deux minutes j’ai cru être une autre personne, comme si j’étais ivre et pouvoir faire...ce que clairement je n’ai pas réussi à faire!” Je hausse les épaules machinalement. Son rire me décontracte un peu plus, lui aussi prend ça à la rigolade et heureusement, je viens tout de même de perturber sa séance de football. J’aurai simplement pu le regarder au loin ou m'asseoir au bord du terrain et le regarder faire, mais une fois n’est pas coutume, j’ai voulu suivre ma pulsion du moment. “Je me suis clairement prise pour celle que je ne suis pas! Tu te rends compte?  J’ai osé croire que je pourrais te défier!” Je souris amusée.  

L’ancien footballeur me propose alors de m’apprendre son sport préféré. Un rictus nerveux se fait entendre. Je ne suis pas certaine de devoir accepter. Ca serait pour moi, une nouvelle opportunité de me ridiculiser un peu plus et ma confiance est telle, que je ne pourrais pas faire comme ces personnes qui disent que le ridicule ne tue pas. Mon regard se porte sur lui comme un chien battu qui viendrait de faire une bêtise.   “Tu es certain d’avoir la patience de faire ça?” Je suis presque certaine qu’en principe je ne suis pas douée pour ce jeu populaire qui est le football. Pourtant, j’ai bien des cordes à mon arc, je suis incollable  en géographie, en cuisine, je me débrouille assez bien en langue. Mais le foot, c’est comme si vous me donniez un outil pour bricoler, que vous me parliez de chimie en me demandant de vous expliquer le fonctionnement des molécules, que vous me demandiez d’utiliser le terme “blades”, ou tout simplement que vous me laissiez dans une galerie de photo avec un réflecteur à la main, pourtant j’aime l’art, mais ce n’est pas pour autant que je sais faire de la photo. Pourtant, tout ça n’a pas l’air de faire peur à l’ancien footballeur. On verra bien ce que ça donnera peut-être qu’avec des conseils et des techniques je tiendrais sur  mes deux jambes.







(c) MΛ☾ΛЯON







JE POURRAIS ME TUER AVEC DU PAPIER MÂCHÉ POUR PADMA.
Revenir en haut Aller en bas
Elfe de NapoliPrêt pour un petit tour ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Djo/Ealy
Faceclaim : Elfe
Messages : 18 - Points : 204
Sujet: Re: Lorsque tu te prends pour Ronaldo ft Alessandro ( le Ven 30 Nov 2018 - 17:05 )
Elfe de NapoliJe suis passé par ici
Bonjour ! Je suis l'Elfe de Napoli. J'interviens dans les RPs se déroulant dans des lieux publics, mais également par MP. Si tu lis ceci, c'est que tu es dans ma ligne de mire. Tu pourras en savoir plus dans ce topic afin d'en apprendre d'avantage sur le dispositif.
Situation / ActionAlessandro - Un chien sort de nulle part tout à coup et te fonce dessus en aboyant et, sans attendre, te mord profondément le mollet. On dirait que la blessure, en plus d’être douloureuse, n’est pas très belle.
Revenir en haut Aller en bas
Alessandro FerraraToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3870-alessandro-infinito http://www.ciao-vecchio.com/t3898-alessandro-ferrara-e-se-parli-piano-ti-sento-forte
ID : TBW/Wookie | Céc'
Faceclaim : Pierfrancesco Favino + ©avatar : Dante Galeona / gifs : me
Je suis absent-e : /
Multi-comptes : /
Messages : 411 - Points : 175

Âge : 47 ans
Métier : Propriétaire et chef cuisinier du Bella Notte
Sujet: Re: Lorsque tu te prends pour Ronaldo ft Alessandro ( le Mer 12 Déc 2018 - 16:09 )
Lorsque tu te prends pour Ronaldo
Alessori




Nori avait l'air de s'en être tiré sans une égratignure, sauf peut-être sa fierté mais son rire laisser supposer qu'elle se gausser bien de ce détail. Pas de prise de tête, toujours simple avec elle. Contrôle, crochet, passe. "Mais c'est bien, tu sais. Ce n'est pas parce que j'ai fait du foot tous les jours pendant presque vingt ans qu'il faut me laissait tout seul dans mon coin. Les potes m'abandonnent la moitié du temps pour le foot à cinq. Donc ta compagnie est la bienvenue." Expliquai-je en me passant le ballon d'une main à l'autre, habitude machinale dès que j'avais un ballon en ma possession.

J'étais vraiment comme le héros d'Olive et Tom, toujours un ballon avec lui, presque glué aux pieds (ou à la main), comme si on parlait d'un ami plutôt que d'un objet sans âme ni conscience. Même depuis ma retraite, il y avait toujours trois ou quatre ballons dans mon jardin et j'allais toujours faire des petits matchs entre amis ou m'entraîner seul ici. Je n'avais jamais vraiment quitté le football, seulement le devant de sa scène. Parfois, l'ambiance d'un stade me manquait. Mais plus que tout, c'était l'ambiance d'un stade quand on est sur le pelouse qui me manquait. Il m'arrivait d'en rêver parfois, des songes où mon père n'avait pas été emporté par cette foutue maladie et où je serais devenu entraîneur comme je l'aurais voulu. Je m'étais tellement imaginé me mettre dans la peau de ceux qui m'avaient tant donné pendant mes années à fouler les prés italiens. La vie, le sort ou que sais-je encore, en avait décidé autrement. "J'ai de la patience à revendre. Et puis, j'ai toujours voulu être entraîneur après ma carrière. Je vais la démarrer avec toi." Glissai-je légèrement, un clin d'oeil et un sourire pour ponctuer le tout.

Je posais le ballon à terre, le calant sous l'un de mes crampons et je démarrais mes explications. Premier point, la conduite de balle et le contrôle. Toute partie du pied peut faire corps avec la balle : intérieur, extérieur, pointe et même le talon. On peut passer le pied dessus pour faire rouler le ballon dans un sens ou dans l'autre. J'expliquais tout ça à Nori qui semblait vouloir bien faire et lui passait le ballon à chaque nouvelle introduction. Je ne voyais pas vraiment le temps passé, j'étais absorbé par mes explications, par l'envie de voir Nori réussir et espérer que je puisse lui transmettre un peu d'appréciation pour mon sport. C'était tout ce qui m'animait. ".... Et donc le contrôle, c'est quand on te fait une passe. Contrôler le ballon c'est stopper sa course, nettement, pour le rapatrier au bercail : tes pieds. Sans contrôle, le ballon part ailleurs, en touche ou est récupéré par l'adversaire. Pour commencer..."

Je n'eus pas le temps de finir ma phrase qu'une deuxième interruption dans le stade, après celle de Nori, se produisit. Cela arriva encore plus vite qu'avec ma nouvelle élève. Une seconde, j'expliquais un des rudiments du football, l'autre je vis un chien débouler à pleine vitesse. J'eus à peine le temps de comprendre ce qu'il se passait qu'une vive douleur me prit au mollet. Je lâchais un cri, essayant de me défaire de la morsure assassine mais cela ne fit qu'empirer. Soudain, le chien déguerpit aussi vite qu'il était arrivé : Nori l'avait fait fuir - et je n'avais pas vu comment, les yeux fermé pour essayer de penser à autre chose que la souffrance lancinant à laquelle mon mollet était en proie. Proférant quelques jurons dans ma barbe pour bonne mesure, je laissa un grand soupir s'échapper de mes lèvres. "Ca fait mal sur le coup, j'imaginais pas. Mais ça devrait aller je pense." Assurai-je à Nori.

Grossière erreur. A peine avais-je essayé de tapoter mon pied par terre pour étendre mon mollet, que je trébuchais, me retenant à l'avant bras de la jeune femme à mes côtés. Ca me lançait tellement. "Ou peut-être pas, en fait." Fis-je dans un grognement sourd, essayant de contenir la douleur. En me retournant pour essayer de voir à quel point le chien m'avait mordu; je découvris ma chaussette presque en lambeau et du sang, pas mal de sang et une image vraiment repoussante. C'était bien ma veine...
Revenir en haut Aller en bas
Nori Alestra10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Kitty
Faceclaim : Candice Bae Paton
Multi-comptes : Latisha Jones & Lia Solano
Messages : 586 - Points : 512

Âge : 29 ans
Métier : Blogueuse cuisine et lifestyle
Sujet: Re: Lorsque tu te prends pour Ronaldo ft Alessandro ( le Ven 14 Déc 2018 - 23:57 )
Lorsque tu te prends pour Ronaldo
Alessori




J'aurais aimé avoir une passion telle que celle d'Alessandro depuis mon enfance, mais je m'évertuais à être la petite soeur parfaite. À mes yeux, Padma avait déjà assez à gérer pour une jeune ado, elle devait me nourrir, m'élever, m'aider à faire mes devoirs et ensuite penser à faire la même chose pour elle et puis finalement subir les colères de notre mère, donc cela me semblait plus que normal d'agir de la sorte. Soyons honnêtes, je n'ai jamais été une grande sportive, certainement une valeur que Padma m'avait inculqué, d'ailleurs. En grandissant, j'ai bien été obligée de trouver un échappatoire autre que la nourriture et les voyages. La nourriture camouflait mes sentiments et les voyages me permettaient de prendre la fuite quand bon me semblait. Je me suis donc forcée à aimer le sport. Aujourd'hui, je me suis imposée une discipline que j'essaie de suivre au mieux. La course à pied, la salle de sport, la natation peut-être le seul sport où je prends réellement du plaisir. Aujourd'hui, j'ai décidé de m'essayer au foot, j'ai envie d'être un peu moin la fille sage que tout le monde connaît et un peu plus une jeune dans l'air du temps. Alors oui, vous me direz qu'il n'y a rien d'extraordinaire dans le fait de jouer au foot, mais je parle d'une généralité. J'ai tout simplement envie d'être plus courageuse dans ce que j'entreprends.

Je suis agréablement surprise par le fait qu'Alessandro accepte bien ma présence et surtout par toute l'attention qu'il me porte à m'expliquer toutes les règles. C'est vrai que j'ai déjà regardé des matchs de foot et que je comprends les règles dans la globalité, mais ma petite action d'il y a quelques minutes, prouve bien que je n'ai aucune maîtrise du ballon. D'ailleurs, je l'écoute attentivement lorsqu'il m'explique comment bien faire, ses conseils m'auraient bien été utile avant que je me lance à corps et âmes sur lui. C'est l'occasion rêver de pouvoir mettre tout cela en pratique, mais ce qu'il se passe dépasse mes pensées. Un cri strident sort de ma bouche et mes yeux sortent pratiquement de leur orbite. Un énorme chien vient de débarquer sur le terrain et je le vois tout simplement foncer sur nous, avant même que je puisse partir en courant, car oui j'ai peur et sur l'instant, je ne me dis pas que le chien va attaquer le grand gaillard, mais plutôt cette jeune femme qui est effrayée par les chiens.Ni une, ni deux, le chien s'agrippe au mollet de l'ancien footballer. Je me saisis du ballon qui était encore il y a peu entre les mains d'Alessandro et le balance littéralement sur sur la bête féroce. Certainement la peur de la bête, la peur de voir l'homme attaqué par ce chien, l'adrénaline, mais ‘c'est de toutes mes forces que je vise le chien et la balle vient atterrir sur son museau. Cet acte, le fait relâcher le mollet du footballeur, mais attire totalement son attention sur moi. Je réalise alors ce que je viens de faire et recule machinalement d'un pas. “OH MON DIEU!” Je regarde Alessandro qui se tord de douleur, pourtant je suis tétanisée et je n'arrive pas à avancer vers lui, pour vérifier s'il va bien. “Ale...j'ai….j'ai…” Je vois l'animal me fixer et s'approcher de moi. En quelques secondes, le petit rapprochement n'est plus, je sens le danger s'approcher et une fraction de seconde je comprends que je suis la nouvelle proie. Je sens cette adrénaline s'emparer de moi et en une fraction de seconde je me retrouve à faire des tours de terrain avec un chien qui me course. Je m'apprêtais à dire au footballeur que j'avais peur des chiens, mais je pense qu'à présent il l'a compris.

Un tour, deux, trois, je vois Alessandro qui semble toujours avoir mal et il est clair que je dois trouver une solution pour me débarrasser de ce chien. Soit ma peur s'empare de moi, soit je fais en sorte qu'elle s'arrête ici ou du moins que la cause de ma peur s'éloigne. Je m'arrête de courir, me rendant pertinemment compte qu'il s'approche dangereusement de moi, enlève ma basket et fait en sorte de la balancer dans les grillages, ainsi la chaussure sera coincée et il perdra du temps à essayer de la dégager.

Heureusement que mon visé est plus précis que mon attaque de tout à l'heure. Dès que la bête à le dos tourné, je me remets à courir pour cette fois-ci venir secourir le blessé. “Ale!!! Je suis désolée...est-ce que ça va?” Bien sûr que ça n'allait pas, quelle question. J'inspecte un peu et vois une morsure plutôt profonde. “Ce qu'il vient de se passer est ce que j'ai toujours redouté.” Le footballeur essaie de s'en sortir sans mon aide, mais très vite son bras vient se reposer sur mon épaule. “On devrait aller aux urgences...on ne sait pas d'où sort ce chien...c'est plus prudent.” Mon coeur bat encore à vive allure, mais j'oublie totalement la présence du chien en voyant la blessure. “Appuis-toi sur moi!” Un rictus nerveux s'échappe de ma bouche. “Quelle soirée...je crois que ce n'était pas notre nuit.” Je place mon bras autour de la taille de l'homme et me colle à lui pour qu'il puisse se reposer sur moi au maximum.



(c) MΛ☾ΛЯON







JE POURRAIS ME TUER AVEC DU PAPIER MÂCHÉ POUR PADMA.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Lorsque tu te prends pour Ronaldo ft Alessandro ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Lorsque tu te prends pour Ronaldo ft Alessandro -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Fuorigrotta
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut