Revenir en haut
Aller en bas


 

- Lorsque tu te prends pour Ronaldo ft Alessandro -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Fuorigrotta
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nori Alestra10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Kitty
Faceclaim : Candice Bae Paton
Multi-comptes : Latisha Jones
Messages : 319 - Points : 143

Âge : 29 ans
Métier : Blogueuse cuisine et lifestyle
Sujet: Lorsque tu te prends pour Ronaldo ft Alessandro ( le Dim 4 Nov 2018 - 23:11 )
Lorsque tu te prends pour Ronaldo
Alessori




Les filles sont de sortie ce soir, chacune de leur côté. Je me rends compte qu’elles ont une vie bien chargée et qu’elles n’ont pas forcément besoin de moi pour avancer. Depuis que je ne suis plus avec Giorgio, j’ai comme mis ma vie personnelle de côté pour me concentrer sur les personnes que j’aimais. Une sorte de bouclier, en me concentrant uniquement sur les autres, je ne peux pas me créer de vie personnelle et ainsi pas d’ennuis, pas de chagrin et pas de peine. Cela devient tout de même un cercle vicieux et presque malsain. Si je ne fais pas attention, je vais vite retrouver mes travers et je ne veux plus vivre cette horreur qu’est la boulimie. Sans même que je m’en rende compte, je suis en tenue de sport avec mon sac à dos et je suis en train d’écrire un petit mot pour les filles afin de leur faire savoir que je suis à la salle de sport, au cas où elle rentreraient avant moi. Bien que j’en doute.

Être sur ces machines me procure un bien fou, je ne pense à rien d’autre qu’à me défouler. C’est étrange comme sensation, je ne saurai même pas l’expliquer, mais une sorte d’adrénaline s’empare de moi et j’ai tout simplement envie à chaque mouvement de me surpasser et de dépasser mes limites. Ca peut paraitre malsain de dire cela, mais lorsque j’étais adolescente et que je me réfugiais dans la nourriture je ressentais la même chose. Je cachais mon mal-être par la nourriture. Aujourd’hui, ce sont mes angoisses, ma solitude que je compense par le sport. Ca sera dans tous les cas plus saint que ce que je faisais il y a une décennie de cela.

Lorsque je regarde ma montre, je me rends compte que ça fait bien plus de deux heures et demie que je suis dans cette salle. Aucun message des filles sur mon portable, juste ce numéro inconnu qui a encore une fois essayé de m’appeler. Au fond de moi, je sais clairement de qui il s’agit, mais je me voile la face en me disant qu’il veut juste me pourrir la vie.

Une fois dehors, la ville est encore en pleine effervescence. Des couples, des groupes d’amis sont en pleins débat dans les rues. Ca me fait sourire,j’ai voyagé aux quatre coins du monde, mais Naples reste unique. Les gens disent que c’est une ville dangereuse, pourtant je me suis plus en sécurité ici que nulle part ailleurs. La preuve en est, je suis une jeune femme en tenue de sport, me baladant dans les rues tard la nuit et pourtant je vais bien. J’en arrive même à me perdre dans les ruelles, jusqu’à ce stade de foot et pourtant personne n’est venu m’aborder. Ou alors est-ce le fait que je ne sois pas attirante ou une proie de goût? [c’est glauque ce que je dis là]

Je reste plantée là pendant de longues minutes. J’observe cette personne qui me dit étrangement quelque chose qui se défoule à sa manière j’imagine. Il est très doué. Je ne sais pas si je serai capable de courir avec un ballon à mes pieds. Pourtant, en le regardant cela à l’air si compliqué que ça. C’est sur cette réflexion que j’en conclue que je n’ai qu’à essayer de lui prendre le ballon. Après tout qu’est-ce que je risque? C’est ainsi que je me retrouve sur le terrain vêtue de ma brassière rose et mon legging noir assorti à courir derrière Alessandro, car oui je l’ai reconnu depuis. C’est tout en courant après lui pour attraper ce fichu ballon que je me rends compte que mon idée était ridicule et que le football n’est pas si évident que ça. “Ouiiii!” Exaltation, je le touche ce fichu ballon j’ai réussi! Enfin, seulement quelques secondes avant de glisser et tout simplement me retrouver dos contre le gazon. Heureusement que le ridicule ne tue pas ou presque, j’explose tout simplement de rire.





(c) MΛ☾ΛЯON





Revenir en haut Aller en bas
Alessandro FerraraToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3870-alessandro-infinito http://www.ciao-vecchio.com/t3898-alessandro-ferrara-e-se-parli-piano-ti-sento-forte
ID : TBW/Wookie | Céc'
Faceclaim : Pierfrancesco Favino + ©avatar&gifs : me
Je suis absent-e : /
Multi-comptes : /
Messages : 326 - Points : 132

Âge : 47 ans
Métier : Propriétaire et chef cuisinier du Bella Notte
Sujet: Re: Lorsque tu te prends pour Ronaldo ft Alessandro ( le Ven 9 Nov 2018 - 0:58 )
Lorsque tu te prends pour Ronaldo
Alessori




Le service s'était éternisé ce soir, la faute entre un groupe qui a mis tout son temps pour partir et une conversation à l'équipe pour gérer les prochaines semaines et organiser des entrevues avec la cuisine pour élaborer la carte de l'hiver. Nous étions à ce moment charnière où il fallait gérer le restaurant qui ne désemplissait pas - un bon signe, me direz-vous - et penser à de nouveaux plats tout en renouvelant et proposer quelque chose de nouveaux aux clients, aussi bien récents qu'habitués. C'était un exercice qui m'avait pris des heures les premières années - et toujours maintenant en fait, mais j'avais le coup de main désormais - surtout car je voulais que mon père soit fier de moi. C'était bizarre comme d'un coup, j'en avais quelque chose à faire du restaurant et que je courrais après l’approbation constante de mon père. La culpabilité sans doute. J'étais pas le plus calme des rejetons, faut le dire.

Du coup, il était un peu tard pour du foot comme je me l'étais promis mais après tout, il y avait des city ouvert à toute heure ici, et j'aurais le terrain pour moi tout seul. Au moins, c'est parce que je l'aurais choisi, pas parce que les copains m'ont laissé tombé au dernier moment pour le foot à 5. Des faux frères ceux-là quand ils font des plans pareils. J'vous jure, vous imaginez pas à quel point c'est dur de rassembler cinq personnes en même temps ! Et le rhume par-ci et l'excuse bidon par là et le blessé constant. Une véritable épreuve d'organisation et de conviction, vraiment.

Baignée par les larges lumières blafardes du petit stade urbain, j'enfilais mes crampons et noua les lacets un à un, ressentant déjà cette montée d'adrénaline de fouler une pelouse, quelle qu'elle soit, que j'avais toujours ressenti en jouant au football. C'était un de mes petits plaisirs, sentir l'herbe, véritable ou synthétique, sous mes doigts, entre douceur ou irritation. Je retirais ma veste, il faisait encore assez bon pour ne pas avoir trop froid, et révélai mon maillot fétiche de Parme, le 2 et le nom de FERRARA floqué dans le dos, comme mon homonyme qui avait connu plus brillante carrière à la Juve. En y pensant, dans l'équipe poussin du quartier, nous avions été trois avec le même nom de famille, l'arbitre avait envie de s'arracher les cheveux. Le bon temps.

Le terrain était dans un quartier plutôt calme et tranquille, il n'y avait pas grand chose à cet endroit précis alors, quand les souvenirs de regarder Holly e Benji avec mes copains se rappelèrent à moi, je n'eus plus qu'une envie : retomber en enfance et tenter de reproduire toutes les figures et techniques acrobatiques du célèbre dessin animé. Le tir sur la transversale pour se faire une passe à soi-même et tenter le retourné acrobatique par exemple. Un véritable classique. Pas forcément concluant vu la difficulté de l'exercice, et j'étais certains que je découvrirais plusieurs bleus parsemant mon corps demain matin.

Alors que je me détendais un moment, trottinant sur la pelouse et m'amuser à dribbler un adversaire imaginaire, une flèche arriva à pleine vitesse dans mon champ de vision. Je n'eus pas le temps de voir de qui il s'agissait, ni ce qu'il se passa véritablement tant tout était allé si vite mais l'image suivante que j’eus sous mes yeux n'était autre que Nori, la blogueuse culinaire et copine de salle de sport, dos contre la pelouse, éclatant de rire après avoir trébuché sur le ballon. Je tentai de contenir mon rire, ça ne se faisait pas, mais son sourire était vraiment communicatif. Je lui offris une main pour se lever. "Rien de cassé ?" J'essayai de regarder si elle ne s'était pas égratignée, ça m'aurait fait de la peine. A priori, tout semblait aller.

Je ne questionnai pas sa présence à cette heure tardive. Le terrain était sur le chemin de la salle de sport et elle et moi nous étions souvent retrouvé à des heures peu orthodoxes là-bas. "Alors comme ça tu voulais me piquer le ballon ? On ne l'a fait pas au Carro Armato !" Plaisantais-je avec légèreté, mentionnant le surnom que les supporters m'avaient donné à mes débuts, et qui m'avait suivi où que j'aille. C'était de la taquinerie gentille, rien de bien méchant. "Tu veux que je t'apprenne ?" Lui proposai-je avec un grand sourire enthousiaste, en lui présentant le ballon. J'adorais faire découvrir mon sport, j'avais toujours aimé ça quand j'étais petit, et encore plus quand j'étais devenu pro, j'avais toujours fait un maximum pour les équipes jeunes de mes clubs successifs. Qui sait, on tenait peut-être là, une footballeuse de qualité qui s'ignorait !


Revenir en haut Aller en bas
 
- Lorsque tu te prends pour Ronaldo ft Alessandro -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Fuorigrotta
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Fuorigrotta