Revenir en haut
Aller en bas


 

- Oriana | Like a virgin, touch for the very first time -

CIAO VECCHIO :: Gestion des Personnages :: Présentations :: Terminées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Oriana Ricci10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Mary
Faceclaim : Shelley Hennig : avatar (wcstedore), signature (tumblr)
Multi-comptes : Lana Giaccomo, Leila Mancini
Messages : 56 - Points : 76

Âge : 30 ans (03/08/1988)
Métier : Infirmière aux urgences de l'hôpital Pelligrini
Sujet: Oriana | Like a virgin, touch for the very first time ( le Dim 18 Nov 2018 - 21:38 )
Aide le ciel et le ciel t'aidera.
ORIANA RICCI
rôle inventé
Identité :Oriana, c’est le prénom que lui ont donné ses parents à sa naissance, bien qu’ils aient rapidement pris l’habitude de l’appeler « Nana » durant sa petite enfance. Une habitude qui s’est poursuivie après leur mort puisque sa grande sœur, Clelia, et sa grand-mère, Maria, l’appelle encore comme ça aujourd’hui. Ricci, le nom de famille de son père qu’elle porte fièrement, souhaitant honorer sa mémoire autant que faire se peut.

Naissance :Elle est née le 3 août 1988 à l’hôpital de Naples, par une chaude journée d’été. Elle vient donc de passer depuis peu le cap de la trentaine mais, contrairement à la majorité des femmes, elle vit plutôt bien le fait de vieillir. Elle n’a aucun narcissisme de ce côté-là, trouve même qu’il y a une certaine beauté dans le fait qu’un visage trahisse l’expérience d’une vie par quelques rides.

Origines :Toute sa famille paternelle, malheureusement décédée, est d’origine italienne mais sa grand-mère maternelle qui l’a quasiment élevée, Maria, est quant à elle portugaise. Elle a rencontré son mari, Marco, lors des vacances d’été de ce dernier et l’a suivi sur un coup de tête en Italie. Un vrai coup de foudre...

Statut :Oriana est fiancée depuis un peu plus d’un an et demi avec Alberto. C'est le petit-fils d'un des habitués de l'église, leur rencontre ayant été arrangé par Maria et ce dernier. Le mariage est prévu pour l’été 2019.

Métier :Oriana est infirmière aux urgences de l’hôpital de Pellegrini. Elle est entrée à l'hôpital dès la fin de ses études, soit il y a près de huit ans, en commençant par le service de cardiologie. Plus qu’un boulot, son métier est une vraie vocation. S’occuper des autres, les soigner, les rassurer, elle est née pour ça.

Argent :Oriana n’est pas riche mais elle n’est pas pauvre non plus. A vrai dire, gagner beaucoup d’argent et s’acheter une belle voiture ne sont absolument pas ses priorités dans la vie. Tout ce qu’elle souhaite, c’est gagner assez pour pouvoir permettre à sa grand-mère de continuer à vivre dans la maison familiale, quand elle en sera partie après son mariage.

A Naples depuis :Oriana est à Naples depuis toujours et ne l’a jamais quitté, même pour ses études. Elle aime cette ville, ne la quitterait pour rien au monde mais elle ne dirait pas non non plus à prendre un peu l’air. Mais elle n’ose pas, écraser sur le poids de sa responsabilité et ne voulant pas laisser sa grand-mère seule, même pour un week-end.

La première chose qu’on pourrait dire en voyant Oriana c’est que c’est la douceur incarnée. Gentille, prévoyante et à l’écoute, Oriana sait être une vraie épaule pour ses proches, un phare dans la tempête. Pouvant toujours compter sur elle, elle se montre dévouée à toute épreuve, prête à tout pour faire plaisir aux autres. Vrai rayon de soleil, Oriana possède une vraie joie de vivre et sait se montrer communicative. Il n’empêche qu’empêtrée dans ses convictions religieuses et son envie de bien faire, Oriana est terriblement coincée. Elle n’ose pas se lâcher, faire preuve de laisser aller au point qu’elle manque totalement d’improvisation. Protectrice, parfois beaucoup, elle peut être amenée à montrer les dents quand on les touche, quitte à trahir parfois son code de bonne conduite.

poids :
57 kg
alcool :
0 verre
cigarettes :
0 par jour


la chanson la plus écoutée en boucle :
What if god was one of us Joan Osborne


Conclusion de ta vie Si Oriana devait revenir en arrière sur un événement de sa vie, elle ne mettrait pas deux secondes pour trouver une réponse : la mort de ses parents. Elle se demande parfois le soir ce qu’aurait été sa vie s’ils n’étaient pas décédés. Elle aurait sans doute grandi comme toute adolescente normale, aurait fait des bêtises, fait des expériences au lieu de quoi elle s’est enfermée dans une vie pieuse qui luI convient mais qui lui créé des manques aussi parfois. Mais on ne peut pas faire revenir les gens d’entre les morts, malheureusement.

(un) Jusqu’en 1995, la famille Ricci a tout de la famille parfaite. Il y a d’abord Amara, la mère de famille, dévouée à ses enfants. Puis Danilo, le père de famille, ou l’armoire à glace protectrice. Et enfin les deux enfants, Clelia de deux ans l’aînée d’Oriana. Enfin, du moins, la petite famille est parfaite en apparence. Ce que les filles ne savent pas et ce qu’elles ne seront jamais, c’est que Danilo et Amara sont en instance de divorce. Il semble que Monsieur Ricci n’est pas respecté tous les préceptes du mariage, à savoir celui de la fidélité. (deux) La raison pour laquelle les filles ne seront jamais au courant de toute cette histoire, c’est parce que les parents Ricci décèdent tragiquement dans un accident de voiture cette année-là. Partis récupérer Clelia à une soirée pyjama, alors qu’elle les avait appelés à l’aide apeurée, avec leur petite Oriana alors âgée de sept ans à l'arrière, ils sont percutés à toute vitesse par un chauffeur de camion ivre. Oriana est sauvée lorsqu’elle se retrouve éjectée de la voiture alors que le chauffard finit en prison. (quatre) Orian ne garde aucun souvenir de l'accident mais possède depuis une cicatrice que peu de personne ont pu voir. Elle est située à l’intérieur de sa cuisse, vilaine balafre issue d’un éclat de verre qu’elle a reçu lors de l’accident de voiture. Cette cicatrice se trouve à quelques millimètres de son artère fémorale, en faisant une véritable miraculée. Aujourd'hui encore, elle demeure très sensible au toucher.(cinq) La grand-mère maternelle des filles, Maria, quitte alors son Portugal natal où elle avait décidé de passer sa retraite pour retourner en Italie y élever Clelia et Oriana. Elle ne trouvera jamais la force de leur dire la vérité, histoire de ne pas les faire souffrir, et les élève plutôt dans le culte de ce couple parfait, sans ratures.(six) Sous les conseils de sa grand-mère très pieuse, la petite Oriana se réfugie dans les prières pour oublier son chagrin. Elle pense ainsi pouvoir communiquer avec ses parents décédés. Sa sœur Clelia, elle, décide plutôt de se réfugier dans les bêtises, n’osant pas exprimer au grand jour la culpabilité qu’elle ressent à cause de la mort de ses parents. C’est le début du fossé qui se créé entre les deux sœurs. (sept) Au fur et à mesure qu’Oriana grandit, elle se transforme en fille parfaite. Bonne élève, studieuse, calme et allant à l’église tous les dimanches. Clelia préfère au contraire draguer les mecs, faire des petits vols à l’étalage. Malgré les efforts d’Oriana, les deux sœurs autrefois proches ne se comprennent plus, s’engueulent régulièrement. Oriana ne supporte pas que Clelia en fasse voir de toutes les couleurs à leur grand-mère, dont la santé est déjà fragile.(huit) L’adolescence d’Oriana n’a rien de conventionnel. Elle ne fume pas, ne boit pas une seule goutte d’alcool et ne fréquente aucun garçon. Il faut dire que si sa sœur enchaîne des histoires qui ne sont pas sérieuses, Oriana, elle, a décidé de faire vœu de chasteté jusqu’au mariage. Pour faire plaisir à sa grand-mère mais aussi pour être en accord avec sa foi qui a grandit petit à petit en elle. Elle veut se préserver pour la bonne personne plutôt que se donner à n’importe qui. (neuf)Après le lycée, Oriana débute ses études d’infirmières, décidée à dédier sa vie à soigner les gens. En parallèle, elle s’investit dans plusieurs associations caritatives, ne se laissant que peu de temps d’un point de vue personnel. Et encore le peu de temps qu’elle a pour elle, elle le passe auprès de sa grand-mère. (dix) Mais bien vite, une autre personne entre dans sa vie. Début 2015, sa grand-mère et un autre homme notable de l’église arrangent un rendez-vous entre elle et le petit-fils de ce dernier, Alberto. Le dîner se passe bien et si l’étincelle n’est pas vraiment là, Oriana apprécie la présence du jeune homme, la poussant à accepter un autre rendez-vous puis encore un autre. S’il est au départ difficile pour Alberto d’accepter le vœu de chasteté d’Oriana, le jeune homme finit par s’y faire, croyant lui aussi. (onze) Fin 2016 est une période difficile pour la jeune Ricci qui voit sa grand-mère tomber malade, diagnostiquée d'un cancer du poumon alors même qu'elle n'a jamais fumé de toute sa vie. Dans ce contexte difficile, Alberto décide de faire sa demande en mariage début 2017. Oriana accepte, persuadée que cela ferait plaisir à sa grand-mère et y voyant aussi un signe de la part de Dieu que la vie est peut-être trop courte pour se poser des questions. (douze) Sa grand-mère entre en rémission peu de temps après ça mais pas question pour autant de flancher. Oriana reste donc vivre avec sa grand-mère et sa sœur qui peine à trouver un travail fixe pour se payer son propre loyer. Alberto lui rend visite souvent, très apprécié par Maria mais rabroué régulièrement par Clelia. L’atmosphère de cette colocation un peu étrange est pour le moins explosive. (treize) Elle a pourtant demandé à sa sœur d’être sa demoiselle d’honneur, ne pouvant imaginer de se marier sans elle à ses côtés. Cela aurait pu apaiser les tensions entre elles si Clelia ne lui répétait pas régulièrement qu’elle fait une bêtise de se marier avec Alberto, qu’elle juge « ennuyeux à mourir ». Malgré tout, Oriana a maintenu sa proposition. (quatorze) Malgré ses atouts physiques certains, Oriana refuse de se montrer féminine. Elle ne porte jamais de robe, ni de talons et se cache toujours sous des pulls plus difformes les uns que les autres. Sa sœur a bien essayé de la relooker, une fois, mais ça s’est terminé comme d’habitude en pugilat. (quinze) Autre petite caractéristique notable sur Oriana, c’est qu’elle ne sait absolument pas danser. Elle a essayé, pourtant, a même pris quelques cours pendant son enfance mais malgré ces efforts, elle n’a pas le moindre sens du rythme. Quand elle danse, elle est toujours à côté, a des mouvements spasmodiques un peu étranges… Alors elle se contente de le faire chez elle, seule, quand personne ne peut regarder. (seize) Elle a en revanche un joli petit brin de voix. Elle pousse la chansonnette de temps en temps, sous la douche, mais c’est un talent que peu de personnes lui connaissent. Elle est trop timide pour ça. (dix-sept) Elle aime aussi faire la cuisine, en vrai petite "mama italienne" qui se respecte. Plats salés, pâtisseries, rien ne lui résiste. Ce goût lui vient de sa grand-mère avec qui il peut lui arriver de cuisiner pendant des heures.(dix-huit) En revanche, ce qu'elle n'apprécie pas, c'est le noir. Elle n'est pas à l'aise avec la tombée de la nuit, évite de se déplacer dans des ruelles mal éclairées... Inconsciemment, ça lui rappelle l'accident avec ses parents qui a eu lieu très tard dans la soirée. (dix-neuf)>Bien qu'elle soit fiancée, Oriana ne porte pas de bague de fiançailles à son annulaire mais bel et bien sa bague de virginité qu'elle a depuis l'adolescence. C'est une manière pour elle de se rappeler qu'elle doit tenir jusqu'au bout du chemin, bien que la tentation soit présente. Cette bague et le médaillon qu'elle porte à son cou avec à l'intérieur une photo de ses parents décédés sont les deux seuls bijoux qui ne la quitte jamais, pas même pour dormir.
ton groupe :TIRAMISU ton avatar :Shelley Hennig


pseudo, prénom :Marycombien de bougies ?26 ans.d'où viens-tu ?Francecomment t'as atterri ici ?Une psychopathe du nom de Sandrine m'a traîné dans le coin (a).




Dernière édition par Oriana Ricci le Jeu 29 Nov 2018 - 21:49, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oriana Ricci10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Mary
Faceclaim : Shelley Hennig : avatar (wcstedore), signature (tumblr)
Multi-comptes : Lana Giaccomo, Leila Mancini
Messages : 56 - Points : 76

Âge : 30 ans (03/08/1988)
Métier : Infirmière aux urgences de l'hôpital Pelligrini
Sujet: Re: Oriana | Like a virgin, touch for the very first time ( le Dim 18 Nov 2018 - 21:38 )
Et Dieu créa la femme.Si vous parlez à dieu, vous êtes croyant. S'il vous répond c'est que vous êtes schyzo.
Anecdote 1 : 17 novembre 1995, Naples.

Deux mois. Deux mois déjà que ses parents sont décédés et la petite Oriana, du haut de ses septs ans, n’en peut plus. Elle ne compte plus les nuits sans dormir, à revivre la scène, à sentir le trou noir l’a happé alors que sa jambe lui fait mal. Depuis la tragédie, sa grand-mère a même été obligé de lui installer une veilleuse dans le bas de son lit car le noir l’angoisse profondément. Alors que cette dernière passe la tête dans le coin de la porte, les yeux de la petite fille s’embrument presque instantanément. « J’suis fatiguée, Mamita. » Un sourire tendre s’installe sur le visage de la dame âgée alors qu’elle s’avance et prend place sur le lit, non loin de sa petite fille. « Et bien justement Nana. Il faut dormir maintenant. » Mais alors qu’elle s’apprête à déposer un baiser sur sa tempe, Maria est arrêtée par les larmes de la petite fille qu’elle ne retient plus. « J’y arrive pas. » A chaque fois qu’elle ferme les yeux, c’est pour revoir ce qui s’est passé. Et c’est insupportable. « J’veux parler avec Papa et Maman. » Que sa mère la prenne dans ses bras, la rassure. Que son père lui dise que tout ira bien, à présent. Voilà ce qu’elle veut, Oriana. Voilà ce dont elle a besoin. « Ca tu sais bien que c’est impossible ma chérie. » Les larmes de l’enfant redouble de plus belle alors que Maria fronce les sourcils, le cœur brisé par tant de détresse. « Ecoutes, tu sais ce qu’on peut faire ? Parler à Dieu. Parce que tes parents sont là-haut, auprès de lui et tu sais, si tu te concentres très fort, je suis sûre qu’il fera en sorte de lui transmettre tes pensées. » Oriana se redresse soudainement sur son lit, curieuse. Bien que les larmes continuent à couler, l’enfant se raccroche à cet espoir que sa grand-mère lui donne, celui de pouvoir passer un message à ses parents disparus. Forcément, ça l’intéresse. « Et comment on fait ça, Mamita ? » La procédure est simple, vite expliquée. Sans rechigner, la petite descend de son lit, se met à genoux avant de joindre ses mains et de fermer les yeux. Et là, elle essaye. Elle essaye de penser fort à Dieu, qu’elle imagine comme un homme sage barbu et âgé, et elle lui demande de dire à ses parents qu’elle a besoin qu’ils veillent sur elle. Qu’ils lui envoient des tas de bisous venus du ciel pour aller mieux. Oriana, elle prie, longtemps pendant plusieurs dizaines de minutes, s’étalent sur son malheur avant de finalement rouvrir les yeux, apaisée. Un faible sourire s’inscrit même sur son visage quand elle fait un dernier baiser à sa grand-mère avant de la voir éteindre la lumière et s’éloigner.

Cette nuit-là a été la première complète depuis l’accident. Dans la prière, puis par la suite dans la religion de manière plus poussée, Oriana a finalement trouvé un réconfort, une manière de surpasser son drame. Ce dont elle n’a pas conscience, en revanche, c’est que cette réussite l’éloigne finalement petit à petit de sa grande sœur, Clelia, qui elle continue à vivre dans la tristesse et la culpabilité. Trop jeune pour comprendre que sa grande sœur se sent responsable de ce drame, la petite Oriana la voit se transformer petit à petit, la repoussant et la dénigrant chaque seconde un peu plus. Un fossé qui l’attriste mais qui finit par devenir son quotidien.

Anecdote 2 : 20 mars 2001, Naples.

« C’est plus possible, Clelia. Il faut vraiment que tu arrêtes tes bêtises maintenant. » Le regard d’Oriana est noir alors que ses bras qui se croisent sur sa poitrine sont le signe d’un mécontentement des plus extrêmes. Se mettre en colère, s’agacer, ce n’est pas vraiment dans ses habitudes. On ne pourrait pas croire comme ça, vu de l’extérieur, mais la jeune femme est en voie d’atteindre son maximum. Et ce n’est pas bon signe. « Oriana, sacrée petite Oriana. Toujours là pour faire la morale aux autres. » Sa sœur ne semble pourtant pas s’en formaliser, lève les yeux au ciel pour bien le prouver. « Tu t’es fait arrêter cette fois-ci Clelia ! C’est sérieux ! Tu as de la chance d’être mineure, sinon ça aurait pu être plus grave ! Mamita ne mérite pas ça. » Et Clelia ne mérite pas non plus ce qu’elle s’inflige à elle-même mais ça, Oriana évite de le lui dire. Pour toute réponse de sa sœur, elle n’aurait que des insultes. « Mamita mérité pas ça ! Mamita mérite pas ça ! » Sa sœur l’imite, prend une voix plus aigüe qu’à la normale et agrémente le tout d’une grimace. « Le fait est que ce qui te fait chier, surtout, c’est de t’avoir fait louper ta messe à la con ! » Soupir de la jeune adolescente. Bien entendu que cela ne lui a pas fait plaisir. Si Clelia a pris l’habitude de ne pas les accompagner, Oriana se rend elle avec plaisir tous les dimanches à l’église avec sa grand-mère. C’est son moment d’apaisement, où elle se sent en communion avec Dieu mais avec ses parents aussi. « C’est important pour elle. Pour moi. Ce ne sont pas des trucs à la con comme tu dis. » Ca lui arracherait presque la langue de blasphémer ainsi, même si ce n’est que pour reporter les propos de sa grande sœur. « Mais non ça n’a rien à voir, si tu veux tout savoir. Je m’inquiète pour toi et pour Mamita. Mais ça, tu es trop bête pour le comprendre. » Un instant, Oriana marque un arrêt, s’en voulant immédiatement de se montrer méchante gratuitement envers sa sœur. Elle entrouvre la bouche, hésite avant de finalement pincer les lèvres et faire demi-tour. Tant pis. Elle ne peut pas être parfaite tout le temps non plus.

L’adolescence fût autant un passage compliqué pour Clelia qu'il fût calme pour Oriana. Les premières expériences, la première cigarette, le premier verre d’alcool, autant de choses qu’elle s’est interdite de vivre, en accord avec ses principes. Mais vient un jour l’expérience inéluctable, celui du premier baiser d’un garçon. Antonio. Un charmant jeune homme, brillant élève lui aussi, et presque aussi timide qu’elle vis-à-vis des autres. Ils semblaient destinés l’un pour l’autre et c’est une Oriana toute chamboulée qui revint au domicile familiale, ce jour d’été.


Anecdote 3 : 27 juin 2005, Naples.

« J’ai embrassé un garçon. » La nouvelle tombe, balancée sans fioriture alors qu’Oriana s’assoit à la table familiale. Clelia manque de recracher son café alors que Maria, elle, fixe sa petite-fille d’un regard qu’elle ne parvient pas à décoder. « Ah ben pas trop tôt ! La petite sœur se décoince, enfin ! » Oriana soupire, lance un regard à sa sœur qui veut tout dire. Elle aurait peut-être dû se taire, c’est vrai, mais malgré leurs désaccords, la famille Ricci partage tout. C’est comme ça. « Quoi ? Pas la peine de me regarder comme ça ? Moi ce que j’en dis, c’est que c’est presque un exploit qu’un mec ait bien voulu t’embrasser vu comment tu ressembles à un sac à patate. » C’est vrai que son pull, comme toujours, est délibérément trop grand pour elle, cache ses formes. Non pas qu’elle ait honte de son corps, Oriana, mais elle préfère se faire discrète, ne pas attirer l’attention. Ca lui va très bien comme ça. « Clelia. Ca suffit. » La voix grave de Maria résonne dans la pièce, forçant Clelia à marquer un temps d’arrêt. Elle a beau être dans la provocation en permanence, elle sait quand elle ne doit pas aller plus loin. « Va dans ta chambre s’il te plaît. J’ai besoin de parler avec ta sœur. » Alors elle s’exécute, sans demander son reste, laissant là une Oriana qui se met à entortiller ses doigts les uns avec les autres. « J’ai fait quelque chose de mal, Mamita ? » Son regard est soudain fuyant, craignant une réponse positive. S’il y a bien quelque chose qu’elle craint, c’est de la décevoir elle. « Quoi ? Non, ma chérie, bien sûr que non. » Un sourire tendre s’installe sur le visage de la vieille femme alors qu’elle se lève pour prendre place à côté d’Oriana. « L’amour est le plus beau don que le Seigneur ait pu nous donner. » Maria prend alors la main de sa fille dans la sienne. « Mais ce don est précieux, ma chérie, il ne doit pas être donner à n’importe qui et n’importe quand. Réfléchis seulement à propos de ça, d’accord ? » Oriana hoche la tête avant de recevoir un baiser sur la tempe de sa grand-mère qui finit par s’éclipser.

Cette phrase resta des jours et des jours dans la tête d’Oriana avant qu’elle vienne à en prendre une décision radicale : si l’amour ne doit pas se donner à n’importe qui, alors le corps encore moins. Elle fait donc vœu de chasteté, décidant de rester vierge jusqu’au mariage. Cela lui a valu quelques relations ratées mais, qu’importe, elle était sûre de son choix.

Anecdote 4 : 15 avril 2015, Naples.

« En tout cas j’ai passé une excellente soirée, vraiment. » Alberto passe sa main sur le dos d’Oriana alors qu’il la raccompagne jusqu’au porche de sa maison. Oriana, elle, se concentre, tente de ne pas trébucher avec les talons qu’elle porte. Même s’ils ne sont que de trois ou quatre petits centimètres, c’est une véritable torture pour elle qui n’a pas l’habitude d’en porter. Ca peut paraître anodin mais elle a fait un effort ce soir pour sa grand-mère qui semblait si enthousiaste à l’idée de lui présenter un homme qu’elle qualifie d’idéal. Honnêtement, elle a trouvé ça touchant de voir ses yeux briller comme une gamine. « Moi aussi. Beaucoup. » Objectivement, la soirée n’était pas mauvaise, c’est vrai. De là à dire qu’elle avait été excellente, peut-être qu’Oriana n’irait pas jusque-là mais Alberto a été plus qu’irréprochable. Gentleman, attentif. Si l’idée lui passe un instant par la tête de récompenser un baiser alors qu’il se penche vers elle, Oriana préfère finalement opter pour un bisou sur la joue. Elle n’embrasse jamais le premier soir, c’est comme ça. Ca fait aussi partie de ses règles. « On se revoit très vite hein ? Je t’appelle ? » Pourquoi dire non ? Alberto est un homme agréable à côtoyer, bien plus que certains rustres qui ont pu croisés son chemin. Et elle sait qu’elle ferait plaisir à sa grand-mère en acceptant, grand-mère qui l’attend d’ailleurs certainement dans le canapé du salon. « Bien sûr. J’attends ton appel. » Alors elle dit oui parce qu’elle est comme ça, Oriana, elle aime faire plaisir aux gens. A Mamita. Au gentil Alberto. Quitte à s’oublier parfois elle-même.

Les deux jeunes Italiens se revoient une fois, deux fois, trois… Et au fur et à mesure, Oriana se prend d’affection pour l’homme bien sous tout rapport qu’est Alberto. L’amour. Du moins, une version qu’elle expérimente. Elle sait que ce n’est pas parfait, que ce n’est peut-être pas ce qu’elle avait rêvé enfant mais qu’importe. Alberto la respecte, accepte son choix même si par moment sa faiblesse l’amène à quelques tentatives infructueuses. Et puis il est là, surtout, dans le pire moment de sa vie : la déclaration de cancer du poumon de sa grand-mère. Un coup dur pour celle qui la considère comme un modèle.

Anecdote 5 : 5 février 2017, Naples.

Un dîner aux chandelles, de la musique en arrière-fond, quelques pétales de rose en guise de chemin de table… Tous les ingrédients pour passer une soirée parfaite mais le cœur d’Oriana n’y est pas. Non, son cœur il est à la maison, auprès de sa grand-mère qui dort très certainement à présent. Elle est fatiguée, ne veille plus tard. « Oriana. J’ai quelque chose de très important à te demander. » Alberto semble anxieux, tout à coup, la forçant à porter son attention sur lui. Bien malgré elle, elle n’a été qu’une sorte de fantôme ce soir. « Tu sais avec ce qui se passe pour ta grand-mère, j’ai réfléchi. La vie peut-être cruelle parfois, nous surprendre en mal et s’arrêter à tout moment… » Oriana déglutit, baisse les yeux. Elle n’aime pas quand il parle dans ses termes. Dans sa bouche, elle a l’impression que sa grand-mère est déjà morte. « Ce que je veux te dire par là et peut-être très maladroitement c’est que je t’aime et que la vie est trop courte pour attendre. Epouses-moi. » En une fraction de seconde, le voilà à genou devant elle, ouvrant un magnifique coffret. Un instant, la jeune femme reste interdite, repensant à tout ce qu’il vient de lui dire. La vie est courte. Il l’aime. Et c’est vrai qu’il est le plus parfait des petits-amis. Elle n’a strictement rien à lui reprocher. « C’est d’accord. » Et alors qu’Alberto lui vole un baiser, l’image de Maria lui saute en plein visage. Sa grand-mère… Elle va être tellement contente de l’apprendre.

A croire que cette bonne nouvelle fût le déclenchement de quelque chose : six mois après, Maria fût annoncée en phase de rémission. Plus rien ne semblait pouvoir assombrir l’avenir des jeunes amoureux en dehors de Clelia, la grande sœur, éternelle opposante à leur histoire d’amour. Mais qu’importe. Le mariage serait parfait, à leur image : sobre, religieux. Pour cela, il leur faut faire bien sûr quelques économies, amenant la date prévue à août 2019. Et au fur et à mesure que cette date approche, c’est une Oriana de plus en plus stressée qui attend.

TO BE CONTINUED.



Iago & Oriana


I want to reconcile the violence in your heart.  I want to exorcise the demons from your past. I want to satisfy the undisclosed desires in your heart.


Dernière édition par Oriana Ricci le Lun 19 Nov 2018 - 23:14, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Noah GalindoLe vin est un puissant lubrifiant social
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4318-noah-heart-of-novocaine http://www.ciao-vecchio.com/t4362-noah-heart-of-novocaine
ID : Bellätrix (V.)
Faceclaim : T. Hardy © Valtersen (avatar) + ASTRA (signature)
Multi-comptes : Matteo & Giovanni.
Messages : 8842 - Points : 2540

Âge : 38 ans (o3.o1.198o)
Métier : Surveillant pénitentiaire.
Sujet: Re: Oriana | Like a virgin, touch for the very first time ( le Dim 18 Nov 2018 - 21:43 )
Rebienvenue avec cette mademoiselle
Bonne continuation pour le reste de ta fiche

Et hâte de vous voir à l'oeuvre


— What a wicked game to play to make me feel this way. What a wicked thing to do to let me dream of you. No, I don’t want ton fall in love. With you.
Revenir en haut Aller en bas
Micaela Flores10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4127-micaela-on-the-outside-you-re- http://www.ciao-vecchio.com/t4226-mica-the-fear-has-gripped-me-but-here-i-go
ID : JANE.SMITH / Léa
Faceclaim : Nathalie Kelley; pivoine boréale
Messages : 1161 - Points : 959
Âge : 33 ans
Métier : artiste peintre, même si elle a l'impression de ne pas mériter le titre d'artiste ; elle survit grâce à des commandes, ayant la fâcheuse tendance d'accepter tout type de projets, puisqu'il faut bien payer les factures
Sujet: Re: Oriana | Like a virgin, touch for the very first time ( le Dim 18 Nov 2018 - 21:47 )
Rebienvenue J'adore ton choix d'avatar Et Oriana a l'air super intéressante, de ce que j'ai lu



   
     
amours désaffectés ☩
À contre jour, nos regards en apesanteur fixent le point de non retour
Revenir en haut Aller en bas
Padma AlestraLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4046-would-you-lie-with-me-and-just http://www.ciao-vecchio.com/t4050-lift-every-voice-and-sing-padma#128994
ID : wanderlust.
Faceclaim : .Deepika Padukone ; Ealitya + Signature : bat'phanie + gifs : Ealitya
Multi-comptes : Tina Cambiaso + Dria Renzi
Messages : 1291 - Points : 783

Âge : 32 étoiles
Métier : Avocate le jour, et illustratrice de livres pour enfants sous un pseudonyme la nuit
Sujet: Re: Oriana | Like a virgin, touch for the very first time ( le Dim 18 Nov 2018 - 21:48 )
Je suis tellement perturbée

Citation :
Oriana, c’est le prénom que lui ont donné ses parents à sa naissance, bien qu’ils aient rapidement pris l’habitude de l’appeler « Nana » durant sa petite enfance.

Oriana c'est mon prénom sans le D en première lettre et mes parents/ma famille même mes amies, ont aussi l'habitude de m'appeler Nana Mais bienvenue avec ce nouveau perso, j'ai hâte de voir ce que tu vas nous en faire


You're a sky full of stars
Got a tattoo and the pain's alright. Just wanted a way to keep you inside. All I know, all I know is that I'm lost in your fire below. (...) I see the road begin to climb. I see your stars begin to shine. I see your colors and I'm dying of thirst.  ▬ Feels like there's something broke inside.
Revenir en haut Aller en bas
Iago Baez10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4330-baez-sorrow-is-my-kingdom
ID : Bone_echo
Faceclaim : Diego Barrueco + Dandelion
Multi-comptes : Rowtag ; Magda ; Cisco
Messages : 560 - Points : 579

Âge : 31 ans
Métier : Ouvrier charpentier depuis Octobre 2018 pour Demetrio Clarizio mais trempe parfois dans quelque magouilles pour se faire un peu plus de blé. Si vous cherchez quelque chose, Baez peut vous le trouver, peut vous l'obtenir en allongeant le fric. Ne vous posez juste pas de questions d'où et comment il l'obtient.
Sujet: Re: Oriana | Like a virgin, touch for the very first time ( le Dim 18 Nov 2018 - 21:50 )
MA VIERGE QUI SAIT PAS DANSER !!!



Madonna peut aller s'rhabilleeeeer !

Mon slip et moi, on vient t'souhaiter la bienvenueeeeee



Spice d'fetichiste du slip va !

RE - Bienvenuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuue future chieuse de moi (a)

Tiens, ton offrande de smiley :

Erebor de smiley:
 

Maintenant, mets tes initiales ici et ici, signe ici aussi.



U'RE MINE FOR ETERNITY !!!!!
Façon t'as pas l'choix.

Façon, j'menfous si tu veux pas.

Façon, j'te demande pas ton avis



trapped in my mind

gonna make it all wrong. I'll be the ghost in your bed, something you'd like to forget. So you want to run away ? You'll never get far, I'll be the ghost in your bed. Lose it everyday. Take it all away and save me from the dark to come © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Oriana Ricci10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Mary
Faceclaim : Shelley Hennig : avatar (wcstedore), signature (tumblr)
Multi-comptes : Lana Giaccomo, Leila Mancini
Messages : 56 - Points : 76

Âge : 30 ans (03/08/1988)
Métier : Infirmière aux urgences de l'hôpital Pelligrini
Sujet: Re: Oriana | Like a virgin, touch for the very first time ( le Dim 18 Nov 2018 - 21:52 )
@Noah Galindo Merciiii.

@Micaela Flores Ah ben figures-toi que cet avatar, je l'ai fait moi-même et il n'est que le fruit d'un pari. Il va disparaître très bientôt.
Merci c'est gentil à toi. What a Face

@Padma Alestra Ah ben ça, j'aurais pas pu le deviner pour le surnom.
Je vais essayer de te rendre hommage.

@Iago Baez MON SLIIIIIIIIIIP (C'est drôle, parce que personne ne comprendra cette conversation quand tu auras retiré l'avatar. )

J'ai du level à avoir pour te souhaiter la bienvenue Tu vas souffriiiiiiiiiiiiir.
Revenir en haut Aller en bas
Iago Baez10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4330-baez-sorrow-is-my-kingdom
ID : Bone_echo
Faceclaim : Diego Barrueco + Dandelion
Multi-comptes : Rowtag ; Magda ; Cisco
Messages : 560 - Points : 579

Âge : 31 ans
Métier : Ouvrier charpentier depuis Octobre 2018 pour Demetrio Clarizio mais trempe parfois dans quelque magouilles pour se faire un peu plus de blé. Si vous cherchez quelque chose, Baez peut vous le trouver, peut vous l'obtenir en allongeant le fric. Ne vous posez juste pas de questions d'où et comment il l'obtient.
Sujet: Re: Oriana | Like a virgin, touch for the very first time ( le Dim 18 Nov 2018 - 21:54 )
Fais moi donc souffrir !

*fais péter l'élastique de son slip*

J'ai hâte de voir çaaaaa



trapped in my mind

gonna make it all wrong. I'll be the ghost in your bed, something you'd like to forget. So you want to run away ? You'll never get far, I'll be the ghost in your bed. Lose it everyday. Take it all away and save me from the dark to come © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Dante GaleoneLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2242-dante-o-this-smoking-mi http://www.ciao-vecchio.com/t2254-dante-o-never-open-up-so-afraid-to-trust
ID : Ealitya, Sandrine (ou Alice)
Faceclaim : Jamie Dornan ©Ealitya
Multi-comptes : Caitlin, Demetrio, Devraj, Erio, Loris
Messages : 10324 - Points : 7829
Âge : trente-six ans.
Métier : commandant de bord pour la compagnie aérienne Alitalia.
Sujet: Re: Oriana | Like a virgin, touch for the very first time ( le Dim 18 Nov 2018 - 21:54 )
Vous êtes bien beaux avec vos avatars débiles.


Je sens quelque chose qui ne se dit pas, dont j’ignore la cause. C’est dans tes sourires, un je-ne-sais-quoi qui s’arrête au bord du désir. Quelle est cette voix, qui nous entraîne à renoncer sans regarder l’un vers l’autre ? Si c’est un choix, il faut qu’on s’aime, sans se lasser pour se garder l’un et l’autre. L’un près de l’autre.
Revenir en haut Aller en bas
Oriana Ricci10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Mary
Faceclaim : Shelley Hennig : avatar (wcstedore), signature (tumblr)
Multi-comptes : Lana Giaccomo, Leila Mancini
Messages : 56 - Points : 76

Âge : 30 ans (03/08/1988)
Métier : Infirmière aux urgences de l'hôpital Pelligrini
Sujet: Re: Oriana | Like a virgin, touch for the very first time ( le Dim 18 Nov 2018 - 21:59 )
@Iago Baez C'est bon, ça va, t'as le droit de reprendre une apparence plus normale. T'façon, j'ai une preuve maintenant :
https://www.zupimages.net/viewer.php?id=18/46/fnpx.bmp



@Dante Galeone Et sinon, même pas tu me dis bienvenue toi. Espèce de malpoli.
J'espère que vous en avait bien profité parce que je me remets en mode Oriana aka la fille invisible MUHAHAHA.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Oriana | Like a virgin, touch for the very first time ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Oriana | Like a virgin, touch for the very first time -
CIAO VECCHIO :: Gestion des Personnages :: Présentations :: Terminées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant