Revenir en haut
Aller en bas


 

- Ban-Ryu - Un entretien (école maternelle) -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Pia Del Sellaio10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Pia Del Sellaio
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4294-pia-deluca-arrete-de-trop-pens http://www.ciao-vecchio.com/t4300-pia-veutuntitrequitue#137270
Faceclaim : Annabelle Wallis @praimfreya
Messages : 100 - Points : 225
Âge : 29 ans
Métier : Institutrice en école maternelle
Ban-Ryu - Un entretien (école maternelle)  Empty
Sujet: Ban-Ryu - Un entretien (école maternelle) ( le Ven 23 Nov 2018 - 11:52 )

Ban-Ryu & Pia

Un entretien (école maternelle)


Il faisait froid maintenant sur Naples, les rues se couvraient peu à peu de décorations de Noël, de guirlandes lumineuses, de petits papas Noël perchés sur les lampadaires ou des balcons, des sapins de Noël joliment décorés un peu partout. C’était la fête la plus festive mais pas forcément celle que Pia adorait. Elle préférait Halloween mais c’était déjà passé. Cela faisait quelques semaines qu’elle avait remarqué un comportement assez inquiétant provenant d’une enfant qu’elle avait en classe. Mei présentait des excès de colère et de violence qui survenaient à n’importe quel moment de la journée et cela pouvait durer longtemps. Il était parfois impossible de rassurer ou de calmer l’enfant qui était presque incontrôlable, un véritable petit démon pour ses camarades qui subissaient ses crises et ses coups. Après en avoir discuté avec la directrice de la maternelle, elles avaient décidé qu’il était temps de convoquer ses parents afin de connaître la nature de ce changement de comportement soudain. Puisqu’en dehors de tout ça, la petite fille était très intuitive et observatrice, les exercices n’avaient pas de grands secrets pour elle. Pia avait donné laisser un mot dans le petit sac de la petite à l’intention du papa :
Mr Kim, j’aimerai que l’on convienne d’un rendez-vous afin de nous rencontrer très prochainement. Nous discuterons ensemble de Mei. Je vous propose deux possibilités et si aucunes ne vous conviennent, n’hésitez pas à m’en proposer d’autres. Miss Del Sellaio.
Fort heureusement, il n’y avait eu d’autre négociation, le rendez-vous avait été rapidement validé et Pia se sentait quelques peu nerveuse. En trois ans, elle n’avait jamais vraiment eu de parent, seul à seul et il était encore probable qu’elle produise des erreurs. La directrice l’avait encouragé après avoir découvert ses craintes : “Il faut commencer par là, en faisant des erreurs, vous apprendrez. Mais je n’ai aucune crainte pour vous.” lui avait-elle dit durant la pause déjeuner. Lorsque le soir approchait, ce Lundi 26 Novembre, elle vérifiait tout dans le moindre détail. Elle répétait dans sa tête, vérifiait sa coiffure. En y regardant de plus prêt, elle remarquait des tâches de peinture qui étaient inévitable quand on travaillait avec des enfants. Un soir, elle était rentrée chez elle avec des traces de gouache vertes sur le visage puisqu’avant ça, elle ne se regardait jamais dans le miroir avant de partir de sa classe. Un message, son téléphone vibrait et en lisant le petit texto, elle souriait. Luciano lui souhaitait une bonne soirée, il était au courant pour son rendez-vous et il y avait pensé. Inspirant fortement pour se donner du courage, elle faillit s’étouffer quand elle entendit toquer. Mei jouait avec des poupées au fond de la classe mais en entendant la voix de son père, elle lui courru jusqu’à lui pour lui faire un câlin. Cette vision l’avait attendrie et c’était même laissée imaginé Luciano prendre la place de Mr. Kim et Mei, celui de leur enfant. En le voyant approché - sa fille dans les bras - elle secoua légèrement la tête en venant également à sa rencontre. Ensuite, elle lui tendit la main, un grand sourire aux lèvres : “Bonsoir, Mr Kim. Merci d’avoir accepté ce rendez-vous aussi vite.” Elle lui indiqua une chaise taille adulte et regarda Mei : “Et si tu allais t’amuser encore un petit peu, je vais discuter avec ton papa.” proposa l’institutrice alors qu’elle se dirigeait vers son bureau.
AVENGEDINCHAINS


Bleeding in love
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Ban-Ryu KimLe vin est un puissant lubrifiant social
Ban-Ryu Kim
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3877-la-violence-est-une-forme-de-f http://www.ciao-vecchio.com/t4002-zero-de-conduite-ban-ryu#127292
Faceclaim : Kim Woo Bin ©RQ
Messages : 172 - Points : 528
Ban-Ryu - Un entretien (école maternelle)  -Uncontrollably-Fond-kim-woo-bin-39771285-540-270
Âge : 33 ans
Métier : Fils d'un des actionnaires majoritaires de Samsung, il a prit sa place autour de la table à sa mort il y a 5 ans de cela et représente aujourd'hui la compagnie en Europe même si le business n'est pas sa tasse de thé.
Ban-Ryu - Un entretien (école maternelle)  Empty
Sujet: Re: Ban-Ryu - Un entretien (école maternelle) ( le Sam 1 Déc 2018 - 22:05 )
« Mei, pourquoi ton professeur t’a donné cette lettre ? » La petite fille baissa la tête. « Regarde-moi dans les yeux quand je te parle s'il te plaît. » Mei releva son visage pour regarder son père. Ban-Ryu n’était pas en colère, il voulait juste apprendre à sa fille à garder la tête haute qu’importe qu’elle soit en tort ou bien innocente. « Il y a deux garçons de ma classe qui ont rit parce que je n’avais pas de maman. Et après ils n’ont pas arrêté d’être méchant avec moi alors… Alors à un moment bah j’ai fait ce que tu m’as appris. » Elle avala sa salive et baissa à nouveau la tête. Ban-Ryu se mit à genoux et la prit dans ses bras. Sa plus grande peur arrivait petit à petit dans leur quotidien : sa fille semblait avoir hérité de sa rage et de sa colère. Ce n’était vraiment pas une bénédiction. Comme il aurait aimé que Hwa-Young soit là… Elle aurait su quoi dire et quoi faire. Après tout : elle avait dompté le coréen. Mais voilà, il était seul avec son enfant et assumait pleinement cette responsabilité. « J’irais parler avec ton professeur hm ? Mais en attendant, Mei je veux que tu me promettre que tu ne répondras pas si on te provoque ? – Mais appa, ils rigolaient de moi et… Ils disaient du mal de eomma. Oh et puis ils disaient aussi du mal de Charlie et c’est mon ami. » Ryu souffla longuement et la serra un peu plus contre lui : « Je sais mais tu es plus intelligente qu’eux. – Et plus forte ! » Ajouta-t-elle. Il rigola : « Oui, tu es plus forte qu’eux aussi : je n’ai aucun problème à te croire. Alors ne leur réponds pas, ignore-les. S’ils ne se lassent pas : c’est eux qui vont s’énerver et donc qui vont être puni. N’oublie pas, le karma rattrape tout le monde. » Mei hocha la tête avant de s’éloigner, elle embrassa son papa sur la joue et s’éloigna pour retourner jouer.

« Je sais déjà ce que tu vas dire. » Il se leva et tourna la tête. Dans l’encadrement de la porte, il vit sa grand-mère qui souffla longuement. « Tu vas devoir faire quelques choses Ryu. Tu ne peux pas la laisser sombrer comme toi. » Il hocha lentement la tête et fourra ses mains dans ses poches : « Je pensais qu’elle avait hérité de la bonté, gentillesse et du calme légendaire d’Hwa-Young. » Ses épaules s’affaissèrent : Mee Yung s’approcha et posa sa main dans le dos de son petit-fils. « Tu trouveras les mots pour la calmer et si jamais elle souffre du même mal que toi : alors tu devras la guider. » Cela le tuait d’entendre ces paroles, mais il n’avait pas mille et une solution qui s’offraient à lui.

Le rendez-vous posé, Ban-Ryu organisa son emploi du temps pour être libre dans l’après-midi et rencontrer Pia Del Sellaio. Habillé en costard et emmitouflé dans un long manteau : il frappa à la porte de la classe en déboutonnant ce dernier. La porte ouverte, Mei ne mit pas de temps à se jeter dans ses bras. Il la rattrapa et la serra doucement contre lui. Elle se mit à lui parler rapidement dans sa langue natale ce qui fit rire Ban-Ryu. Il la garda dans ses bras et s’approcha du professeur.

« Bonsoir Signorina Del Sellaio, c’est moi qui vous remercie : Mei ne me dit que du bien de vous. » Il lui sourit : il n’avait pas de raison d’être désagréable alors qu’elle semblait aider sa fille à se faire une place ici.

Il reposa sa fille au sol et la laissa s’échapper dans la cours de récréation. Prenant place devant l’institutrice, il croisa ses jambes. Ban-Ryu laissa le silence s’installer avant de le couper :

« Mei m’a raconté ce qui s’est passé, pourquoi elle avait réagi comme ça. » Il regarda Pia : « Je sais que son comportement n’est pas excusable, je ne lui cherche pas des excuses mais il y a certains sujets qui sont sensibles : probablement pour toujours. Tout du moins… Jusqu’à temps qu’elle soit en mesure de contrôler ses sentiments. » Il ne passait jamais par quatre-chemins : « Mei a perdu sa maman très jeune, elle avait à deux ans et demi quand elle a été percutée par une voiture. » Il fit tourner instinctivement son alliance et la regarda pendant quelques secondes : « J’ai tenté d’être présent pour elle, de la soutenir : mais beaucoup de fois je n’étais pas à la hauteur et j’ai probablement montré le mauvais exemple. » Combien de fois était-il revenu chez eux avec une chemise ensanglantée et les mains abîmées. « Ma grand-mère l’aide beaucoup à canaliser cette colère contre tout et n’importe quoi mais ce n’est pas suffisant visiblement. » Il releva finalement son regard : « Je suppose que si vous m’avez convoqué c’est que ces accidents arrivent de plus en plus souvent n’est-ce pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Pia Del Sellaio10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Pia Del Sellaio
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4294-pia-deluca-arrete-de-trop-pens http://www.ciao-vecchio.com/t4300-pia-veutuntitrequitue#137270
Faceclaim : Annabelle Wallis @praimfreya
Messages : 100 - Points : 225
Âge : 29 ans
Métier : Institutrice en école maternelle
Ban-Ryu - Un entretien (école maternelle)  Empty
Sujet: Re: Ban-Ryu - Un entretien (école maternelle) ( le Lun 3 Déc 2018 - 15:23 )

Ban-Ryu & Pia

Un entretien (école maternelle)


C’était la première fois qu’elle allait se confronter à un parent d’élève et cela la rendait terriblement nerveuse. Elle regarda l’homme d’une élégance sans pareil faire son entrée dans sa classe où elle gardait Mei en attendant. Le même sourire aux lèvres qu’elle arborait chaque jour, elle accueillit l’homme chaleureusement : “Bonsoir Signorina Del Sellaio, c’est moi qui vous remercie : Mei ne me dit que du bien de vous.” Elle regarda la petite fille par la fenêtre, son père lui ayant demandé d’aller prendre un peu l’air pour aller s’amuser. A l’extérieur, des enfants jouaient également et étaient surveillées par des animateurs donc elle ne s’inquiéta pas pour autant. Rougissante, elle baissa les yeux, prise au dépourvu. Elle était toujours gênée lorsqu’elle recevait des compliments et ce n’était pas du tout son genre de s’en gargariser : “Oh. C’est très gentil, Monsieur Kim.” Elle jeta un oeil sur la petite et revint à son rendez-vous sauf que Ban-Ryu lui coupa l’herbe sous le pied : “Mei m’a raconté ce qui s’est passé, pourquoi elle avait réagi comme ça.” Pia se lova dans ses bras, en cache-coeur, lorsqu’il entra vite dans le vif du sujet. Après tout, c’était bien à cause de ça qu’elle l’avait convoqué : “Oui, nous avons eu quelques petits soucis à canaliser la colère de Mei.” Il n’était pas question de partir directement en conflit mais puisqu’il fallait quand même en parler, Pia resta franche : “Je sais que son comportement n’est pas excusable, je ne lui cherche pas des excuses mais il y a certains sujets qui sont sensibles : probablement pour toujours. Tout du moins… Jusqu’à temps qu’elle soit en mesure de contrôler ses sentiments.” Elle acquiesça, il y avait toujours des sujets sensibles. “Mei a perdu sa maman très jeune, elle avait à deux ans et demi quand elle a été percutée par une voiture.” Cela n’avait pas été ajouté à son dossier lors de son inscription et même si elle pouvait comprendre ce que la petite Mei pouvait vivre, il allait falloir agir assez vite. La violence que la petite Mei avait ces derniers temps ne jouait et ne jouerai pas en sa faveur plus tard : “J’ai tenté d’être présent pour elle, de le soutenir : mais beaucoup de fois je n’étais pas à la hauteur et j’ai probablement montré le mauvais exemple.” Elle le regarda tourner son alliance entre ses doigts, elle ressentait une profonde empathie pour l’homme mais également pour la petite. “Ma grand-mère l’aide beaucoup à canaliser cette colère contre tout et n’importe quoi mais ce n’est pas suffisant visiblement.” “Mr Kim, personne ne peut dire être prêt à affronter ce genre d’épreuve. Si vous avez fait des erreurs, dites vous qu’elles ne pèsent pas lourd face à votre présence aujourd’hui.” Elle suivit son regard, le soutenant avec le plus de sympathie sans pousser à la pitié : “Je suppose que si vous m’avez convoqué c’est que ces accidents arrivent de plus en plus souvent n’est-ce pas ?” Elle détendit ses bras en acquiesçant, machinalement. Elle n’avait pas imaginé ce genre de confrontation. C’était presque comme si elle se sentait elle-même minable d’avoir osé convoquer un papa perdu : “Oui, malheureusement. Mei a des réactions très violente, imposant à ses camarades sa colère et de toute évidence, sa souffrance.” Elle inspira profondément : “Je ne peux pas m’avancer en disant que je comprends ce que vous vivez et ce serait vraiment bête de ma part.” commença t-elle. “Toutefois, j’ai vécu quelque chose d’assez similaire en vivant sans mon père. Peut-être que je pourrai essayer de lui parler ?” Elel réfléchissait à toute vitesse, la situation de la petite avait réussi à l’émouvoir et elle voulait essayer de l’aider, et pourquoi pas, d’aider son père : “Votre situation m'émeut beaucoup plus particulièrement par le manque que j’ai eu dans ma jeunesse. J’aimerais beaucoup vous aider.” confia t-elle, sincèrement.
AVENGEDINCHAINS


Bleeding in love
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Ban-Ryu KimLe vin est un puissant lubrifiant social
Ban-Ryu Kim
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3877-la-violence-est-une-forme-de-f http://www.ciao-vecchio.com/t4002-zero-de-conduite-ban-ryu#127292
Faceclaim : Kim Woo Bin ©RQ
Messages : 172 - Points : 528
Ban-Ryu - Un entretien (école maternelle)  -Uncontrollably-Fond-kim-woo-bin-39771285-540-270
Âge : 33 ans
Métier : Fils d'un des actionnaires majoritaires de Samsung, il a prit sa place autour de la table à sa mort il y a 5 ans de cela et représente aujourd'hui la compagnie en Europe même si le business n'est pas sa tasse de thé.
Ban-Ryu - Un entretien (école maternelle)  Empty
Sujet: Re: Ban-Ryu - Un entretien (école maternelle) ( le Jeu 13 Déc 2018 - 14:50 )
Ban-Ryu n’avait jamais été convoqué de la sorte. Si sa fille avait des problèmes : elle avait toujours été assez intelligente et forte pour les cacher. Apparaître aux yeux de tous comme la petite fille parfaite et confier le soir même à son père ses problèmes. Voilà les habitudes qu’ils avaient pris tous les deux depuis la mort de Hwa-Young. De toute évidence, cependant, il était évident que cela ne marchait plus. Est-ce que cela voulait dire qu’il allait réellement devoir confronter sa fille à la noirceur qui semblait sommeiller et grandir en elle ? Probablement. Il aurait aimé que ce ne soit pas le cas, malgré tout : il ne la laisserait pas tomber. Il acceptait la lourde responsabilité d’être son guide dans ce monde. Il l’avait endossé à l’instant où il l’a prise dans ses bras pour la première fois. Sa fille. Son tout. En rentrant dans la salle de classe, les deux adultes de la pièce savaient pourquoi ils se retrouvaient l’un en face de l’autre aujourd’hui. Alors, il n’y avait pas à tergiverser. Ban-Ryu ne ferait pas partit de ces parents qui nient les agissements de leurs enfants. Il en était hors de questions. Faire l’autruche n’arrangeait pas les soucis, bien au contraire. C’est pourquoi il était d’une nature franche et une personne qui mettait les choses à plat tout de suite plutôt que de laisser la situation s’envenimer. Quand il complimenta Pia, il le pensait. Mei avait également hérité de son honnêteté légendaire : même si cela ne plaisait pas à tout le monde. Un rapide coup de tête termina la conversation sur le compliment.
S’installant sur la chaise, il coupa dans le vif du sujet. Pia avait certainement autre chose à faire que de parler à un parent d’élève. Attentif à la réaction de la personne en face de lui, son langage corporel n’était pas des plus confiants. Ryu décida donc d’adoucir sa voix : il n’essayait pas de négocier un contrat avec un autre requin. Il était ici pour parler de sa fille. L’institutrice confirma rapidement les dires du père inquiet. Jouer la carte de la patte blanche semblait être la meilleure chose alors il parla sans retenir ses mots. Peu de personnes savaient le deuil qui avait frappé le jeune couple. Il ne s’éternisait jamais dessus : mais pour les beaux yeux de Pia sincèrement inquiète pour le bien-être de son enfant, l’asiatique n’avait aucune raison de se cacher. Plus maintenant tout du moins. Autant que le professeur est toutes les cartes en main. Naturellement, il évita soigneusement d’avouer qu’il avait tué l’homme qui avait prit sa femme. Un triste sourire se dessina sur son visage alors que Pia tentait de le rassurer.

« Elles ne pèsent pas lourd maintenant, mais tout finit par se payer n’est-ce pas ? Il ne manque pas grand-chose pour que leurs poids augmentent et rendent la vie de Mei difficile. » Il l’avait appris par la force. « Son avenir se joue maintenant, je le sais. Plus tôt elle arrive à se contrôler, plus son avenir sera meilleur. »

En voyant le professeur décroiser ses bras, Ban-Ryu espérait que cela était un bon signe. Il ne voulait pas qu’elle se sente oppresser d’une quelconque façon, ni qu’elle ressente de la pitié pour lui. Il n’avait pas parlé pour avoir de la compassion, juste pour que Pia puisse aider sa fille : prouvant que pour elle rien n’était impossible. La maîtresse expliqua la situation, donna plus d’information au papa sincèrement inquiet du bien-être de sa fille. Son idée de lui parler était quelque chose de pas idiot. Elle n’avait que très peu de modèles féminins autour d’elle. Peut-être que Pia saurait trouver les mots pour l’aider ? Il y avait beaucoup de choses qu’un papa n’était pas en mesure de comprendre. Ban-Ryu en était conscient et cela le faisait souffrir. Lui qui aimerait pouvoir soutenir sa fille le plus possible.

« Je pense que c’est un plan excellent. Je vous fais confiance pour trouver les mots : malgré toute ma bonne volonté, il y a probablement beaucoup de choses que je ne suis pas en mesure d’assimiler. Ma grand-mère fait son possible, mais à 90 ans : elle n’est plus aussi active qu’avant bien sa sagesse ne fait que grandir de jour en jour. » Il laissa le silence s’installer. Tentant de trouver autre chose à dire pour exprimer son enthousiasme. Il n’était pas le genre d’homme assez expressif pour savoir si oui ou non il était réellement sincère. Alors, il étira un sourire : « Je vous serais éternellement reconnaissant si vous pouvez lui apporter ce soutient maternel qui semble lui manquer. Elle est fière, elle ne l’avouera peut-être pas et elle vous donnera du fil à retordre, mais… Je vous prie de ne pas l’abandonner. » Sa demande sincère, il la faisait sans quitter le regard de Pia. « Si vous avez besoin de quoique ce soit… » Il sortit une carte de sa poche : « N’hésitez surtout pas à m’appeler. De jour comme de nuit. C’est le moins que je puisse faire. »
Revenir en haut Aller en bas
Pia Del Sellaio10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Pia Del Sellaio
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4294-pia-deluca-arrete-de-trop-pens http://www.ciao-vecchio.com/t4300-pia-veutuntitrequitue#137270
Faceclaim : Annabelle Wallis @praimfreya
Messages : 100 - Points : 225
Âge : 29 ans
Métier : Institutrice en école maternelle
Ban-Ryu - Un entretien (école maternelle)  Empty
Sujet: Re: Ban-Ryu - Un entretien (école maternelle) ( le Dim 16 Déc 2018 - 17:03 )

Ban-Ryu & Pia

Un entretien (école maternelle)


Pia se concentrait sur son entretien. Alors qu’elle n’arrivait pas à comprendre le comportement de sa fille vis à vis de ses camarades, elle avait ressenti le besoin de convoquer son père afin d’y voir plus clair. En retournant le problème dans tous les sens avec une enfant renfermée sur elle-même, il était compliqué de gérer ce genre de situation et évidemment, elle n’avait pas eu le fin mot de l’histoire. De l’autre côté, elle avait les parents de l’autre enfant qui demandait des comptes concernant les coups et les griffures que leur enfant avait à la fin de la journée. Forcément, il y avait beaucoup de chose à prendre en compte et Pia, touchée par l’histoire de ce monsieur, ne comprit qu’à moitié. “Mr Kim, personne ne peut dire être prêt à affronter ce genre d’épreuve. Si vous avez fait des erreurs, dites vous qu’elles ne pèsent pas lourd face à votre présence aujourd’hui.” -- “Son avenir se joue maintenant, je le sais. Plus tôt elle arrive à se contrôler, plus son avenir sera meilleur.” La jeune femme acquiesça, décroisa les bras en répondant : “C’est une épreuve que vous surmonterez ensemble, je ne fais pas de soucis, surtout avec la relation que vous avez.” Gentille et complètement naïve, elle pouvant tout de même comprendre que certaines épreuves pouvaient être difficile à gérer de l’intérieur. Mei devrait avoir confiance en l’adulte, autre que son propre père, et c’était après le récit de Ban-Ryu qu’elle se proposa. Il n’était pas question de confronter Mei à un professionnel, comme un psychologue par exemple, mais plutôt à une adulte qui aurait vécu la même expérience. Elle aussi avait été moqué de ne pas avoir de père qui venait la chercher à l’école, qui l’emmenait pêcher, ou à la chasse.. Pia avait vécu toute sa vie avec sa mère, avec de brèves altercations avec des “époux” potentielles que Pia avait rejeté automatiquement. La réaction du papa surprit agréablement l’institutrice : “ Je pense que c’est un plan excellent. Je vous fais confiance pour trouver les mots : malgré toute ma bonne volonté, il y a probablement beaucoup de choses que je ne suis pas en mesure d’assimiler. Ma grand-mère fait son possible, mais à 90 ans : elle n’est plus aussi active qu’avant bien sa sagesse ne fait que grandir de jour en jour.” Pia acquiesça avec respect cette remarque : “Je ne me prétendrais pas prendre la place de votre grand-mère oui, c’est sûr.” rétorqua t-elle en souriant nerveusement. “Je vous serais éternellement reconnaissant si vous pouvez lui apporter ce soutien maternel qui semble lui manquer. Elle est fière, elle ne l’avouera peut-être pas et elle vous donnera du fil à retordre, mais… Je vous prie de ne pas l’abandonner.” -- “Ne me remerciais pas, Mr Kim. Votre petite fille est vraiment très intelligente pour son âge, elle comprend énormément de chose et malgré sa colère profonde, elle est vraiment très ingénieuse et très bien élevée.” complimenta t-elle à nouveau en voyant à quel point la petite fille avait de la chance d’avoir un père présent et à l’écoute, comme elle aimerait le promettre à sa propre progéniture. Puis elle revenait aux choses sérieuses en soutenant le regard de Ban-Ryu, prenant conscience de chaque mot qui pouvait sortir de sa bouche : “Je ne l’abandonnerai pas, je vous le promets !” -- “Si vous avez besoin de quoique ce soit…” Pia le vit sortir une carte de sa poche : “N’hésitez surtout pas à m’appeler. De jour comme de nuit. C’est le moins que je puisse faire.” Sur le coup, elle ne comprit pas de suite, elle obtempéra par politesse en lisant ce qu’il y avait d’inscrit. Son nom et prénom, suivi de son statut et de son numéro de téléphone. Calée entre deux son index et le pouce, elle releva les yeux vers le père de son élève. Devait-elle accepter un rapport aussi rapprochée entre un parent d’un élève et l’instituteur ? Avait-elle bien joué et géré aussi bien la situation qu’elle ne le pensait vraiment ? “Je vous remercie Mr. Kim.” Au fond, elle ne pouvait pas s’empêcher de penser au fait qu’elle le trouvait très séduisant, sa part sombre s’exacerbait lorsqu’il parlait de la disparition soudaine de sa femme et Pia était toujours aussi attirée par les hommes honnête. Et Ban-Ryu semblait être quelqu’un comme elle appréciait. “Que diriez-vous que l’on se revoit, vous et Mei et moi-même dans un endroit neutre, afin d’installer un climat de confiance avec Mei ?" Elle regardait la carte comme si les réponses s'y écrivait comme par magie puis redressa son regard sur lui : "Je me disais qu’en nous voyant ensemble, Mei verrait que vous m’accordez votre confiance, peut-être qu’elle me l’accordera à son tour ?” proposa t-elle, tout en s’imaginant mal de s’occuper que d’une seule élève alors qu’elle en avait une bonne vingtaine dans sa classe sept heures par jour.  
AVENGEDINCHAINS


Bleeding in love
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Ban-Ryu KimLe vin est un puissant lubrifiant social
Ban-Ryu Kim
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3877-la-violence-est-une-forme-de-f http://www.ciao-vecchio.com/t4002-zero-de-conduite-ban-ryu#127292
Faceclaim : Kim Woo Bin ©RQ
Messages : 172 - Points : 528
Ban-Ryu - Un entretien (école maternelle)  -Uncontrollably-Fond-kim-woo-bin-39771285-540-270
Âge : 33 ans
Métier : Fils d'un des actionnaires majoritaires de Samsung, il a prit sa place autour de la table à sa mort il y a 5 ans de cela et représente aujourd'hui la compagnie en Europe même si le business n'est pas sa tasse de thé.
Ban-Ryu - Un entretien (école maternelle)  Empty
Sujet: Re: Ban-Ryu - Un entretien (école maternelle) ( le Dim 23 Déc 2018 - 21:08 )
Parler de sa fille était toujours délicat et pourtant un sujet au cœur de ses préoccupations. Il savait que sur beaucoup de plan il y avait des lacunes : des problèmes. Comme par exemple : la violence qui sommeillait dans le cœur de Mei. Un poison qu’elle avait hérité de son père et pour lequel Ban-Ryu se maudissait. Tout aurait été plus simple si elle avait pris les bons côtés de sa maman, mais non. Elle était la digne fille de son père. Assis devant le professeur de son enfant, il était enclin à entendre tout suggestion concernant l’éducation de Mei. Après tout, il n’y avait pas de mal à demander de l’aide ? Cela était bien le seul sujet pour lequel il était prêt à solliciter quelqu’un. C’est qu’il était dépassé parfois et n’avait pas l’impression d’être à la hauteur. Cela était probablement la hantise de tous les parents. Les mots de Pia devraient probablement apaiser son cœur inquiet, mais il ne l’entendait pas de cette oreille. Un bref haussement d’épaule, il ne répondit pas mais son regard était explicite. Il espérait qu’il arrive à cet exploit. Ce n’était vraiment pas une bonne chose de ne pas être en mesure de contrôler ses humeurs. Il ne s’attendait pas à la proposition de Pia : elle proposait de l’aider en parlant de sa propre expérience à Mei. Ban-Ryu était plus que favorable à cette idée : il se souvenait encore des histoires racontées par sa grand-mère quand il était enfant. Qu’elles soient vraies ou non : beaucoup de fois il avait trouvé la sagesse des mots et en avait tiré une leçon. Il était temps que sa fille entend d’autres sortes d’histoire. Peut-être qu’elles feraient écho dans son cœur.

« Je crains que vous n’en ayez pas l’âge requis. » Ban-Ryu fit une petite blague avec un sourire au coin. Evidemment que Pia était encore trop jeune pour être grand-mère à moi qu’elle ait été précoce dans la conception d’un enfant et son enfant également… Mais il en doutait.

Les compliments sur son enfant le faisaient sourire. Vrai qu’elle semblait avoir la solution à tout même si parfois cela était farfelu. La discussion reprit une tournure sérieuse cependant : ils ne devaient pas s’éloigner du vrai fond du problème. Après tout, il n’était pas ici pour parler des qualités de sa fille : mais bien d’un défaut qui pouvait entacher le bon côté de l’enfant.

« Merci beaucoup. » Sa promesse de ne jamais abandonner Mei : voilà quelque chose qui le rassurait. Ses épaules s’affaissèrent légèrement : montrant qu’il se détendait. Non pas que la femme en face de lui l’impressionnait : mais il avait toujours peur qu’un jour elle ne s’intègre pas auprès de ses camarades.

Pour être certain que Pia ne manque de rien dans cette mission, il sortit de sa poche sa carte de business pour qu’elle puisse le contacter. Il avait le bras long, tout du moins assez pour satisfaire beaucoup de choses. L’argent n’achetait pas tout, mais il pouvait contribuer à beaucoup de choses. Il ne se rendait pas compte que cela n’était pas très professionnelle, qu’il n’aurait peut-être jamais dû.

« C’est moi qui vous remercie. Je m’excuse si vous vous sentez gêné : je ne veux surtout pas vous mettre mal à l’aise en vous donnant ainsi mon numéro de téléphone. »

Ce n’était peut-être pas très latin d’être aussi direct, mais les faits étaient là : il préférait enlever tout mal entendu maintenant avant que les choses s’enveniment. Quitte à passer pour le dernier des imbéciles si jamais il n’avait pas vu juste. Tant pis. Il était au moins en paix avec lui-même.

À la proposition de Pia, il fut surpris, mais agréablement. Il hocha la tête :

« Cela est une excellente idée. » Il réfléchit, la regardant poser ses yeux sur la carte de visite comme à la recherche d’une réponse : « Accepteriez-vous de venir déjeuner avec nous ce samedi ? Vous choisissez le lieu et j’invite. » Ban-Ryu sourit légèrement : « Encore une fois si je ne trépasse pas des lignes ici. Je ne voudrais pas faire quelque chose qui vous incommode ou qui peut vous attirer des ennuis. Loin de moi cette idée. »
Revenir en haut Aller en bas
Pia Del Sellaio10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Pia Del Sellaio
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4294-pia-deluca-arrete-de-trop-pens http://www.ciao-vecchio.com/t4300-pia-veutuntitrequitue#137270
Faceclaim : Annabelle Wallis @praimfreya
Messages : 100 - Points : 225
Âge : 29 ans
Métier : Institutrice en école maternelle
Ban-Ryu - Un entretien (école maternelle)  Empty
Sujet: Re: Ban-Ryu - Un entretien (école maternelle) ( le Ven 28 Déc 2018 - 22:34 )

Ban-Ryu & Pia

Un entretien (école maternelle)


« Je crains que vous n’en ayez pas l’âge requis. » La jeune femme se surprit à rougir, l’air taquin de son interlocuteur l’avait surpris. Etonnée mais ravie de voir que son entretien s’annonçait de mieux en mieux aux profits de la petite Mei, elle ne pouvait que s’en sortir que mieux. Elle enchaînait sur la petite justement, elle aimait beaucoup cette enfant et il n’était pas forcément question que de parler de ses défauts, puisqu’elle équilibrait sa colère irrationnelle avec beaucoup de qualité. « Merci beaucoup. » « Je vous en prie, je ne me sens pas capable d’ignorer ce qui fait Mei d’une petite pleine de promesse pour le futur et avec votre soutien, elle ira très loin. » La promesse était faite, elle n’était pas question de revenir sur sa parole.

Ban-Ryu était le parfait gentleman. Poli, propre sur lui et soucieux de l’intérêt de sa fille. Son avenir lui importait beaucoup et c’était surement ce que Pia chérissait beaucoup. Un père, présent et qui faisait le meilleur de lui même pour le bonheur de son enfant. Il n’existait pas un seul instant où, solitaire, elle aimait s’imaginait en sécurité dans les bras de son père alors pas plus haute que la petite fille jouant dehors.

Et puis, il y avait cette carte que lui avait tendu l’homme en face d’elle. Il avait besoin d’une assurance, quelque chose qui pouvait lui donner l’opportunité d’être sûr que tout se passait bien. Elle ne savait pas quoi dire, un peu perturbée par la tournure de la situation. Elle voulait rester sereine mais cette étrange proximité l’avait mis mal à l’aise. Assez pour cela puisse être perçu par ce dernier : « C’est moi qui vous remercie. Je m’excuse si vous vous sentez gêné : Je ne veux surtout pas vous mettre mal à l’aise en vous donnant ainsi mon numéro de téléphone. » Un petit sourire confus s’afficha sur le visage rosé de Pia : « Non, c’est juste l’éthique. Je souhaite vraiment aider votre fille et si je me rends compte que mes compétences sont faibles et n’aident pas votre fille, je vous le ferais savoir ! » Elle brandit la carte pour montrer qu’elle s’en servirait dans l’unique but du bien-être de la petite fille.

A l’occasion, Pia ne voyait pas d’autre solution que de proposer un rendez-vous - tout aussi professionnel que celui-ci - afin d’instaurer une confiance extérieur à l’école. Mei se doutait de tout le monde, se renfermer face aux règles, et déjà à son âge, il était important d’apprendre les choses. « Cela est une excellente idée. » Elle scrutait toujours cette carte tout en comprenant soudainement l’importance de cette chose : « Accepteriez-vous de venir déjeuner avec nous ce samedi ? Vous choisissez le lieu et j’invite. » A ce moment-là, Pia redressa la tête juste au moment où il souriait. Elle lui retourna son sourire : « Samedi ? » répéta t-elle, doucement rangeant la petite carte dans la poche arrière de son pantalon.

Il devait être gêné, il ne s’attendait surement pas autant qu’elle à se retrouver dans ce genre de situation. Ils trépassaient une limite rarement franchi mais pour le moment n’était pas aux questions, mais plutôt, à chercher des solutions : « Encore une fois si je ne trépasse pas des lignes ici.» Elle souriait à son tour mais secoua la tête de droite à gauche : « Je ne voudrais pas faire quelque chose qui vous incommode ou qui peut vous attirer des ennuis. Loin de moi cette idée. » « Ecoutez, je souhaite vraiment d’aider votre fille. Certes, ça va au delà de mon rôle dans cette école. Voilà pourquoi je souhaiterais vous aider en tant qu’amie et non pas en tant qu’instituteur. »

Pia regarda en direction de la cours de récréation, la petite restait à vu, obéissante et peut-être même soucieuse de ce qui pouvait se dire à l’intérieur : « Je ne prétends pas avoir les réponses, à l’heure actuelle, j’en ai même pas pour moi, mais je souhaite vraiment essayé et encore une fois, je vous promets d’être là pour elle. »

Beaucoup de question s’imposait en Pia : « Samedi midi est parfait pour moi. J’ai hâte d’y être. » avait-elle dit, un grand sourire aux lèvres.
 
AVENGEDINCHAINS


Bleeding in love
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Ban-Ryu KimLe vin est un puissant lubrifiant social
Ban-Ryu Kim
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3877-la-violence-est-une-forme-de-f http://www.ciao-vecchio.com/t4002-zero-de-conduite-ban-ryu#127292
Faceclaim : Kim Woo Bin ©RQ
Messages : 172 - Points : 528
Ban-Ryu - Un entretien (école maternelle)  -Uncontrollably-Fond-kim-woo-bin-39771285-540-270
Âge : 33 ans
Métier : Fils d'un des actionnaires majoritaires de Samsung, il a prit sa place autour de la table à sa mort il y a 5 ans de cela et représente aujourd'hui la compagnie en Europe même si le business n'est pas sa tasse de thé.
Ban-Ryu - Un entretien (école maternelle)  Empty
Sujet: Re: Ban-Ryu - Un entretien (école maternelle) ( le Dim 30 Déc 2018 - 23:50 )
Être convoqué par un professeur était une première pour Ban-Ryu, cependant, il se doutait que tôt ou tard cela allait arriver. Les mises en garde de sa grand-mère sur le comportement de Mei lui avaient mis la puce à l’oreille. Combien de nuits avait-il passé en se maudissant de ne pas avoir été capable de montrer un meilleur exemple pour sa fille ? Il ne lui avait pas rendu service. Absolument pas. Pourtant, il avait l'espoir qu’avec l’aide de cette maîtresse bienveillante : ils trouveraient une façon de l’aider.

« Je l’espère oui, je pense que c’est le rêve de tout parent de voir leur enfant réussir. Mei a réussi à s’habituer à l’Italie qui est bien différente de la Corée du Sud. » Probablement parce qu’elle était arrivée jeune dans le pays.

Quelque chose lui disait que la femme qui lui faisait face tiendrait sa parole et aiderait du mieux qu’elle pouvait sa princesse. Et de cela il en était reconnaissant. Pour sûre que dorénavant il n’y aurait rien de trop beau pour Pia. S’il était un homme de parole, il était également généreux avec ceux qui l’aidaient d’une façon ou d’une autre. D’autant plus que Mei était réellement la prunelle de ses yeux et pour qu’elle : il serait prêt à beaucoup de choses. Du meilleur, comme du pire. Pour qu’ils puissent aider ensemble l’enfant, l’homme d’affaires chercha dans sa poche pour lui donner sa carte de visite : ainsi elle avait toutes les informations nécessaires pour le contacter. À aucun moment il s’était inquiété de savoir si cela n’était pas éthique. Ryu n’était pas un expert dans ce domaine, en Corée : ses amis faisaient régulièrement cela. Il faut dire que le système scolaire était bien différent de celui d’Europe. Brute de décoffrage, il n’hésita pas un seul instant à couper dans le vif pour savoir si cela la mettait réellement mal à l’aise. Il ressentit alors le besoin de préciser que cela n’était nullement son attention de rendre la conversation inconfortable et un sourire franc et sincère se dessina sur son visage quand elle brandit la carte pour toute réponse.

« C’est entendu. Je serais à votre disposition. »

Ban-Ryu n’était pas le genre d’homme à dire des paroles en l’air, il était sincère. Il ne sentit pas le besoin d’ajouter qu’elle pouvait le contacter si elle avait besoin de quoique ce soit. Une personne comme elle, quelqu’un qui peut aider sa fille – il le savait – méritait toute son attention et son aide. En tout bien, tout honneur. Il n’était pas attiré par les femmes : Hwa-Young garderait jusqu’à son dernier souffle cette place. Les choses mises à plat, il ne restait plus qu’à convenir d’une date pour le repas en dehors de l’école : histoire d’instaurer cette confiance qui pourrait mener à de grandes choses sans aucun doute. Pourtant, il ne faisait pas de forcing : allant à l’encontre de son comportement habituel. Loin de lui l’idée de mettre mal à l’aise Pia comme il l’avait évoqué auparavant. Il ressentit le besoin de rassurer la jeune professeur : l’effrayer n’était pas son but. Rapidement, la concernée le rassura et quand elle parla d’être ami : Ryu fut surpris.

« Je… » Il se racla la gorge, cette fois-ci il fut celui qui était gêné. « Je vous préviens… Je ne suis pas fort pour me faire des amis. » Cela était une cruelle vérité, mais elle était indéniable. « Mais je ferais mon possible pour être le meilleur possible. » Il sourit pour la rassurer, histoire qu’elle ne panique pas et ne regrette pas d’avoir mis sa confiance en lui.

Ban-Ryu abaissa sa tête : montrant sa reconnaissance à sa façon. Il resta ainsi quelques secondes : assez pour qu’elle remarque le geste.

« Je vous en suis reconnaissant. Même essayer est une promesse de lendemains meilleurs pour Mei. » Il se redressa : son sourire toujours accroché à ses lèvres. « Parfait, vous n’aurez qu’à m’envoyer un message avec l’adresse de l’endroit où vous voulez manger et votre heure : je serais là avec Mei. »

Il regarda par la fenêtre, la petite fille avec son front sur la vitre et regardait à l’intérieur. Ban-Ryu lui sourit et cela suffit pour faire rire l’enfant.

« Avez-vous un autre sujet à aborder ? Je ne voudrais pas vous retenir : vous devez probablement avoir une vie bien chargée en dehors de l’école. » Soucieux quand il est arrivé dans la salle de classe, son cœur était maintenant léger : « Vous devez vouloir vous reposer après avoir passé une journée auprès des enfants. »
Revenir en haut Aller en bas
Pia Del Sellaio10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Pia Del Sellaio
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4294-pia-deluca-arrete-de-trop-pens http://www.ciao-vecchio.com/t4300-pia-veutuntitrequitue#137270
Faceclaim : Annabelle Wallis @praimfreya
Messages : 100 - Points : 225
Âge : 29 ans
Métier : Institutrice en école maternelle
Ban-Ryu - Un entretien (école maternelle)  Empty
Sujet: Re: Ban-Ryu - Un entretien (école maternelle) ( le Jeu 10 Jan 2019 - 15:18 )

Ban-Ryu & Pia

Un entretien (école maternelle)


« Je l’espère oui, je pense que c’est le rêve de tout parent de voir leur enfant réussir. Mei a réussi à s’habituer à l’Italie qui est bien différente de la Corée de Sud. » Pia acquiesça poliment : « Le changement est radicale, oui mais les enfants ont une faculté incroyable pour s’adapter à n’importe quelle situation. Elle s’en sort très bien, rassurez-vous ! Elle participe et est très volontaire. Sur ce sujet, vous pouvez être tranquille ! » Il était important de parler des points positifs que des points négatifs. Pour Pia, Mei était loin de faire partie des cas particuliers qu’elle pouvait rencontrer au cours de l’année. Même si la petite se méfiait beaucoup des adultes, elle était respectueuse et agissait comme on le lui demandait excepté, évidemment, lorsqu’elle était se laissée à aller dans sa colère. Pour Pia, c’était un challenge, elle n’était pas forcément sûr d’être à la hauteur mais l’histoire de la petite Mei l’avait émue et même si son géniteur courait les rues de Naples en ce moment même, elle comprenait la souffrance de la petite. Elle l’avait vécu. Et elle pouvait comprendre que seul un parent ne pouvait pas remplacer l’autre partie. Pia sortait vraiment de son rôle en tant qu’institutrice mais elle voulait l’aider et tiendrait sa parole.

Il fallait qu’elle garde son calme, elle n’était pas habituée. Sortie de ce qu’elle connaissait déjà la rendait un peu nerveuse et lui faisait dire à peu près tout ce qu’elle avait sur le coeur. Heureusement, il n’y avait rien qui ne lui portait préjudice à en croire ce que lui répondait Ban-Ryu. « Ecoutez, je souhaite vraiment aider votre fille. Certes, ça va au delà de mon rôle dans cette école.» C’était rien de le dire. « Voilà pourquoi je souhaiterais vous aider en tant qu’amie et non pas en tant qu’instituteur. » Elle s’avançait peut-être un peu trop vite à ce niveau-là, il fallait bien commencer quelque part et cette proposition n’était pas définitive, surtout en voyant l’air surprit du père de famille lorsqu’elle prononça le mot “ami”. «Je...» La gêne dans sa voix fit hausser les sourcils de l’instit : « Je vous préviens…. Je ne suis pas fort pour me faire des amis. » Tout d’un coup, le sourire de Pia surmonta la surprise de son visage, cela ne l’étonnait pas du tout, étrangement. « Mais je ferais de mon possible pour être le meilleur possible. » Elle acquiesça: « Cela tombe bien, j’excelle dans ce domaine ! » s'exclama t-elle, sur un ton un peu humoristique qui lui donnait un air mutin : « Et nous avons tous notre temps pour apprendre à se connaître avec Mei. » souffla t-elle, en remarquant que la petite les surveillait de près. Avec un petit sourire, elle rassura la petite fille mais cette dernière était focalisée sur les réactions de son père.

Quand elle tourna tête, elle remarqua qu’il avait incliné la tête. Leur regard se croise et il la redressa en disant : « Je vous en suis reconnaissant. Même essayer est une promesse de lendemains meilleurs pour Mei. » « Je n'en doute pas un seul instant !» Elle acquiesça quand il précisa comment procéder. Elle devinait que son emploi du temps allait être surchargé, son travail demandant surement beaucoup plus de sacrifice pour lui qu’elle, pour son travail. « Je serais la pour Mei. » avait-il conclu alors qu’il rencontra enfin le regard de sa fille au travers de la vitre, son front collé contre. La réaction avait été immédiate suivant le sourire de son père, la petite s’était détendue aussitôt. La confiance que Mei vouait à son père était inébranlable et cela avait eu le don d’amadouer la jeune femme. « Avez vous un autre sujet à aborder ? Je ne voudrais pas vous retenir : vous devez probablement avoir une bien chargée en dehors de l’école. Vous devez vouloir vous reposer après avoir passé une journée auprès des enfants. » C’était le même cas qui revenait à chaque fois. Pour la plupart, c’était un fardeau d’être dans une pièce de 25m² avec une quinzaine d’enfant qui braillait un peu partout mais pour la jeune femme, c’était loin d’en être: « Vous savez, ma vie est ici. Ce métier est ma passion, j'ai la chance de pouvoir le vivre au quotidien... » affirma la Del Selliao. « Si vous n’avez rien à ajouter, je pense que l’on peut s’arrêter là. Je manquerais pas de vous appeler pour convenir d’un rendez-vous comme convenu. » Il était charmant, il ne se montrait pas oppressant, ni pressé, il semblait vraiment sincère dans ces paroles : « Et bien.. » Elle tendit la main vers lui : « Au plaisir Mr Kim. » Puis elle lui serra la main, ce qui conclua leur réunion. « Je vous raccompagne ? »

 
AVENGEDINCHAINS


Bleeding in love
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Ban-Ryu KimLe vin est un puissant lubrifiant social
Ban-Ryu Kim
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3877-la-violence-est-une-forme-de-f http://www.ciao-vecchio.com/t4002-zero-de-conduite-ban-ryu#127292
Faceclaim : Kim Woo Bin ©RQ
Messages : 172 - Points : 528
Ban-Ryu - Un entretien (école maternelle)  -Uncontrollably-Fond-kim-woo-bin-39771285-540-270
Âge : 33 ans
Métier : Fils d'un des actionnaires majoritaires de Samsung, il a prit sa place autour de la table à sa mort il y a 5 ans de cela et représente aujourd'hui la compagnie en Europe même si le business n'est pas sa tasse de thé.
Ban-Ryu - Un entretien (école maternelle)  Empty
Sujet: Re: Ban-Ryu - Un entretien (école maternelle) ( le Dim 13 Jan 2019 - 22:59 )
Ban-Ryu hocha la tête : heureusement qu’il avait déménagé à Naples alors que Mei était une enfant pour faciliter l’adaptation de sa fille dans cette belle ville d’Italie. Il avait toujours tout fait pour ses grands yeux marron dans lesquels il lit souvent l’admiration et l’amour sans faille qu’elle porte à son père. Elle était son roc, son phare dans la tempête. Sans elle : il ne serait que rage et colère. Tant qu’elle allait bien, qu’elle était heureuse : il était dans le même état. Évidemment, en entendant les prouesses de sa fille et sa bonne volonté à vouloir faire partie de la classe : l’homme d’affaires sourit et poussa même un soupire de soulagement. Il était rassuré en effet d’entendre que Mei soit aussi assidue à l’école. Il se doutait que Pia devait y être pour quelque chose : elle qui n’avait que très peu de repère féminin avait du trouver chez la jeune femme quelque chose auquel se rattacher. Ban-Ryu comprit rapidement ce qui lui plaisait chez la maîtresse : elle semblait volontaire et prête à tout pour aider ses élèves. Une qualité à ses yeux. Quand elle affirmait vouloir être son amie : il ne pouvait que la mettre en garde qu’il n’était pas le meilleur dans cette catégorie. Hésitant, bredouillant : il ne se sentait pas à son aise. Il avait l’impression de devoir se confier, c’était un peu le cas. Il avait des partenaires de business, des connaissances, mais des amis ? Il avait le don de les perdre ou de les décevoir. La solitude lui allait bien et puis il avait son frère, sa grand-mère ainsi que sa fille alors il ne s’estimait pas comme le plus malheureux des hommes. Malgré sa mise en garde, il vit Pia sourire alors il fit de même. Si elle acceptait ces termes : que pouvait-il faire de plus ? Il l’avait prévenu. Cela était le début d’une collaboration étrange mais à laquelle Ryu s’accrocherait. Pour le bien-être de sa fille, pour ne pas qu’elle soit comme lui.

« Alors à nous deux, nous devrions trouver un terrain d’entente. » Une promesse pour des lendemains plus joyeux où ils trouveraient ensemble une solution. « Elle est moins difficile à dompter heureusement. »

Il ne restait plus qu’à convenir d’une première date pour qu’ils se rencontrent en dehors de l’école. Il fallait que Mei les voit parler mais dans un autre cadre : cela faciliterait le travail de Pia si l’enfant voyait que son père parlait avec sa maîtresse. L’enfant derrière la fenêtre avait l’air soucieuse alors, Ryu souriait pour la rassurer. La date choisie, il ne restait plus maintenant qu’à conclure cet entretien. Par précaution, il demanda à la jeune femme en face de lui si elle avait d’autres points à aborder avec lui avant qu’il ne parte. Autant mettre les choses à plats pour pouvoir partir sur le bon pied. Le commentaire de Pia le fit sourire :

« Vous avez la chance de faire quelque chose qui vous plaît. C’est important. » Ryu n’aimait pas vraiment ce qu’il faisait mais il ne pouvait pas se détourner du chemin que son père lui avait fait emprunté.

« J’attendrai votre appel alors. » L’homme d’affaires se leva et serra fermement la main de l’institutrice. « C’était un plaisir de vous rencontrer Mademoiselle. » Il s’inclina respectueusement devant elle avant de faire signe à Mei de venir. L’enfant ne se fit pas prier pour rentrer en trombe dans la salle de classe et se jeter dans les bras de Ryu. « Au revoir maîtresse. » Dit Mei en rigolant.

Ban-Ryu salua une dernière fois Pia avant de sortir de l’école en serrant dans ses bras la petite fille qui lui racontait déjà avec de grands gestes les jeux auxquels elle avait participé aujourd'hui avec Charlie.

The End
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Ban-Ryu - Un entretien (école maternelle)  Empty
Sujet: Re: Ban-Ryu - Un entretien (école maternelle) ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Ban-Ryu - Un entretien (école maternelle) -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut