Revenir en haut
Aller en bas


 

- Charlie » Je suis tombé par dessus terre et je me sens pas bien -

CIAO VECCHIO :: Gestion des Personnages :: Présentations :: Terminées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Charlie Morellano10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4364-charlie-je-suis-tombe-par-dess http://www.ciao-vecchio.com/t4552-charlie-la-vie-sur-un-fil
ID : .plùm
Faceclaim : Matt Smith (av : croco ; sign : .plùm)
Messages : 40 - Points : 36

Âge : Trente-trois ans
Métier : Bibliothécaire
Sujet: Charlie » Je suis tombé par dessus terre et je me sens pas bien ( le Dim 25 Nov - 16:34 )
Letting it get to you. You know what that’s called? Being alive. Best thing there is. Being alive right now is all that counts.
Charlie Morellano
rôle inventé
Identité :Charlie, ce n'est pour une fois pas un surnom. Morellano. Son nom complet témoigne de la dualité de ses orignes.

Naissance :Il a trente-trois ans depuis le 14 mai, et est né à Bristol, bien loin de l'Italie paternelle, en l'année 1985.

Origines :Sa mère a toujours été Anglaise "pure souche", et son père purement italien, un beau mélange qui lui a donné naissance. Il a donc légalement la double nationalité.

Statut :Il n'a jamais eu de doute quant à son hétérosexualité. Il est veuf, à son grand désarroi, et père d'un petit garçon de trois ans, Alfonso, un bon petit désarroi aussi.

Métier :Bibliothécaire. C'est un métier qu'il a choisi. Il a toujours aimé être entouré de livres, et le calme le réconforte toujours.

Argent :Il a du mal à tout gérer avec son seul salaire, mais il arrive tout de même à s'en sortir.

A Naples depuis :C'est l'amour qui l'a ramené ici, il y a dix ans. Il n'a plus bougé depuis.

Charlie est plutôt d'une nature calme, même s'il paraît un peu déglingo' parfois, il se dira simplement excentrique, parce qu'il n'aime pas l'idée de mettre des gens dans des cases bien rangées. A l'école, il a toujours été assez studieux, premier de sa classe dans pas mal de matières, c'est vers la littérature qu'il s'est tourné, totalement passionné par le sujet, autant que par la vie. Amoureux, il ne peut qu'être fidèle à sa bien-aimée, même s'il se montre plutôt jaloux voire collant avec celle-ci. Il n'est pas très doué pour exprimé ses sentiments, en général bien réservé, et a souvent eu des difficultés à s'intégrer socialement, somme toute assez marginal et trop idéaliste pour correspondre à la majorité des gens, en plus d'être maladroit dans ses mots. Avec son enfant, il se montre compréhensif, peut-être même un peu trop, sans doute pour combler l'absence de sa femme. D'ailleurs, depuis, il s'est un peu plus renfermé, et ne laisse pas grand monde franchir les barrières de son coeur.

poids :
75 kg
alcool :
2 verres
cigarettes :
5 par jour


la chanson la plus écoutée en boucle :
My love Erland


Conclusion de ta vie Un an auparavant, il aurait dit que sa vie était parfaite, qu'il avait tout pour être heureux : une femme merveilleuse, un enfant en bas âge, un métier qui lui plaisait, de bons amis... Aujourd'hui, il lui manque un élément essentiel à son bonheur : sa femme. Depuis sa mort, il fait de son mieux pour maintenir l'équilibre, mais sa peine rend la chose difficile. Il fait de son mieux, c'est tout ce qu'il peut dire, il éduque au mieux possible son enfant en portant les deux casquettes de parents. Il s'est mis à fumer, sans jamais le faire devant son fils, et e réserve souvent une bière ou deux le soir après l'avoir couché. Il n'est plus exactement le même qu'autrefois, c'est certain.

(un) La lecture a toujours été une passion pour lui, un moyen de s'évader, de voyager sans bouger, de s'isoler pour ne pas affronter les difficultés quotidiennes... Il a choisi d'en faire un métier, et en est très satisfait, il a pour objectif de lire tous les livres de la bibliothèque, objectif plutôt surréaliste, mais il n'abandonne pas. (deux) Son fils, Alfonso, c'est la prunelle de ses yeux. Il veut le préserver de tout, l'élever avec tout l'amour dont il est capable, et le voir grandir de la meilleure façon possible. Il a terriblement peur de le perdre et de ne pas être à la hauteur, étant seul pour l'élever aujourd'hui, mais il fait de son mieux. Il le gâte peut-être un peu trop, mais c'est pour lui une façon de combler l'absence de sa mère. Il craint également que son fils lui dise un jour qu'il aurait préféré que ce soit lui qui meure. (trois) Sa femme, c'était l'amour de sa vie, la seule qui le comprenait, et l'aimait pour tout ce qu'il était. Il est convaincu qu'il ne se remettra jamais de sa mort, et n'a d'ailleurs aucune envie de trouver quelqu'un d'autre. ils ont eu la chance de vivre une histoire merveilleuse, malheureusement bien trop courte. Lui qui s'imaginait vieillir avec elle et voir ensemble leurs enfants et petits-enfants grandir, la solitude est aujourd'hui écrasante, même s'il fait tout pour ne pas montrer sa peine. (quatre) Il rêve secrètement d'écrire un livre depuis des années, et a déjà écrit quelques pages, mais il n'en a jamais parlé à personne, encore moins montré ses quelques écrits. Il n'a pas assez confiance en sa capacité à écrire un livre qui lui plairait, dont il serait fier. Il a déjà écrit quelques nouvelles, et a participé au journal du lycée de l'époque en ayant de très bon retour, mais depuis la mort de sa femme, il lui manque cette alliée qui lui donnait l'assurance et le courage nécessaires. D'ailleurs, depuis, il n'a plus écrit grand-chose. (cinq) Son côté british le rattrape lorsqu'il s'agit du thé. C'st un addict de cette boisson, et il ne manque que très rarement la fameuse "pause thé" de cinq heures. Il en a de toutes sortes chez lui et ne se lasse jamais d'en goûter, en général accompagné de biscuits, comme le veut la tradition, et comme le faisait sa mère. Il espère d'ailleurs retransmettre un peu de ses origines anglaises à son fils. (six) Même s'il a toujours parlé italien grâce à son père, ayant grandi en Angleterre, il le parle avec un accent british plutôt prononcé, dont certains, dont sa femme, se sont parfois moqué. Il n'empêche qu'il n'a aucun mal à se faire comprendre, parlant couramment les deux langues de ses parents. Il inculque évidemment déjà des notions d'anglais à son fils, pour lui transmettre cet héritage, important à ses yeux. (sept) C'est un cuisinier plutôt maladroit et audacieux, il adore tester des mélanges plus saugrenus les uns que les autres, et en général, personne n'aime ça, hormis lui. Lorsqu'il est en cuisine, celle-ci se transforme généralement en champ de bataille, tant il part dans tous les sens sans faire attention au bazar qu'il peut mettre. Chose assez difficile à accepter, sa femme s'amusait pourtant de ses frasques culinaires, même si elle se retrouvait souvent à réparer ses erreurs en préparant des plats plus conventionnels (pour le plaisir de leurs invités). (huit) Il porte toujours son alliance au doigt, et refuse de l'enlever. Il n'est pas encore prêt à mettre cette partie de sa vie derrière lui. Il porte également l'alliance de sa femme au bout d'une chaîne, autour de son cou, et dit souvent, à moitié en plaisantant, que c'est ce qui lui permet de revenir veiller sur lui et leur fils. Il ne sait pas trop s'il y croit vraiment, mais il aime cette idée. (neuf) Il se déplace majoritairement à vélo. Il a le permis, et une voiture, mais il préfère largement utiliser le vélo pour aller travailler, n'étant pas très loin de la bibliothèque, il n'a pas besoin de dépenser de l'essence pour s'y rendre. Il n'utilise donc son véhicule que lorsqu'il doit aller hors de la ville, ou qu'il en a vraiment besoin. Il apprécie vraiment le fait d'observer le paysage en pédalant. (dix) Il joue de la batterie depuis tout petit, sa mère voulait lui trouver un moyen de dépenser l'énergie qu'il pouvait avoir en trop, et ça a bien fonctionné. Au lycée, il faisait partie d'un petit groupe de musique qui a participé à quelques concerts, mais rien de plus. Il adore en jouer encore aujourd'hui dès qu'il en a l'occasion, mais il n'a pas de kit de batterie chez lui. Il a perdu un peu de niveau depuis qu'il ne joue plus régulièrement, mais se défend encore pas mal.
ton groupe :TIRAMISU ton avatar :Matt Smith


pseudo, prénom : .plùm/Carolinecombien de bougies ?23 ansd'où viens-tu ?De Bordeaux, Aquitaine, France comment t'as atterri ici ?En cherchant sur bazzart des petit forums où poser mes valises




Dernière édition par Charlie Morellano le Dim 2 Déc - 4:45, édité 22 fois
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Morellano10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4364-charlie-je-suis-tombe-par-dess http://www.ciao-vecchio.com/t4552-charlie-la-vie-sur-un-fil
ID : .plùm
Faceclaim : Matt Smith (av : croco ; sign : .plùm)
Messages : 40 - Points : 36

Âge : Trente-trois ans
Métier : Bibliothécaire
Sujet: Re: Charlie » Je suis tombé par dessus terre et je me sens pas bien ( le Dim 25 Nov - 16:34 )
The Most important leaf in Human HistoryFull of stories that never got lived, what should have been but never were.
(this is the first day of my life)
Vingt-deux avril 2007 ; Il avait longtemps hésité avant de choisir d’étudier la littérature, plutôt que l’histoire, à l’université de Londres, quittant ses parents et sa ville natale, Bristol, pour rejoindre la capitale anglaise. Il envisageait de devenir professeur, et si l’histoire était l’un de ses sujets préférés, la littérature était devenue sa passion au fil des années. Son rêve était de lire tous les livres existants, bien qu’il était parfaitement conscient de ne pouvoir le réaliser, tant la bibliothèque humaine était incommensurable. Il ne se décourageait malgré tout pas et continuait de lire un livre différent chaque semaine, parfois plus, parfois moins, ne se limitant à aucun sujet tant qu’il le comprenait. Ce jour-là, il avait décidé de se rendre au café tout près de l’université pour lire son livre en s’armant d’un bon thé préparé sur place. Son livre en main, le monde extérieur n’existait plus, et il fallait vraiment le bousculer pour le faire sortir de son imaginaire. Ce fut ce que fit Olivia, jeune étudiante elle aussi, qui travaillait là pour payer ses études. Elle toussota une première fois, la tasse de thé à la main, mais en vain. Elle finit par poser la tasse devant Charlie et, n’obtenant toujours aucune réaction de sa part, posa sa main au-dessus du livre qu’il fixait depuis le début, le baissant jusqu’à ce que leurs yeux se croisent. Elle sourit alors et s’excusa de l’interrompre dans sa lecture, lui expliquant que sa boisson était servie. « Je sais que ce livre est passionnant, mais il y a aussi tout un monde à l’extérieur. » Elle avait parlé avec un accent italien assez prononcé, en continuant de sourire, et s’il aurait pu être irrité par son intervention, il n’en fut rien, et il se contenta d’acquiescer gentiment, n’ayant plus vraiment de mots pour lui répondre, directement tombé sous le charme de sa beauté italienne. La semaine suivante, il retourna dans ce café et l’invita au cinéma, point de départ de leur relation.

Douze juillet 2008 ; Olivia était pour lui l’amour de sa vie, l’évidence-même. Il avait beau ne jamais trop s’être posé la question de l’existence de “l’âme-soeur”, il sentait au fond de son coeur qu’il n’y aurait plus qu’elle et personne d’autre. Aussi, lorsqu’elle lui annonça qu’elle rentrait dans son pays natal, en Italie, à la fin de ses études, il n’avait pas hésité bien longtemps avant de décider de la suivre, presque aveuglément, persuadant ses parents, et surtout son père, que ce serait un moyen de se rapprocher de ses racines paternelles, toutes implantées en Italie. Après quelques recherches et visites en Italie, ils posèrent leurs valises à Naples en plein milieu du mois de juillet, dans un appartement assez confortable, bien que petit, qui devint leur cocon pour les cinq ans qui suivirent. Il ne regretta pas son déménagement, emportant dans ses sacs toutes les traditions britanniques qui lui étaient chères, et rajoutant à celles-ci celles de sa petite-amie. Il trouva assez rapidement un poste de professeur au collège du coin, ayant obtenu son diplôme avant brio dans ce but précis, et fut bien vite confronté aux difficultés d’enseigner un sujet qui le passionnait à des élèves pas le moins du monde intéressés. Il garda ce poste pendant trois ans, avant de craquer et d’abandonner, soutenu fermement par sa femme, qui le retrouvait chaque soir un peu plus dépité que la veille. « Ca ne sert à rien de t’acharner si c’est pour te dégoûter de ce que tu aimes tant. » Il suivit son conseil et après quelques mois de flottement pendant lesquels il remit tous ses choix en question, hormis celui de suivre Olivia, il trouva un poste de documentaliste dans un musée, essayant de se rapprocher de sa seconde passion : l’histoire.

(for this love that's more than love)
Treize décembre 2012 ; Cela faisait déjà cinq ans qu’elle partageait sa vie, et il ne comptait pas s’arrêter en si bon chemin. Il n’avait jamais regretté sa décision de quitter l’Angleterre pour être avec elle, en Italie, où elle enseignait l’anglais dans un collège de la ville. Les années passaient et il pensait de plus en plus à la demander en mariage, cherchant le meilleur moment pour le faire. Ils avaient déjà parlé d’avenir, de ce que leur vie serait dix ans plus tard, imaginant chacun, sans trop le dire, une longue vie ensemble, des enfants, des petits-enfants, et alors qu’une vie entière se dessinait devant eux, ils n’avaient encore jamais franchi le pas, jusqu’à ce jour. Il n’avait pourtant rien prévu, rien préparé, pas de grands gestes romantiques, de dîner aux chandelles, rien de tout cela. Il avait reçu un appel le soir du treize décembre qui lui avait glacé le sang, et avait foncé à l’hôpital, où se trouvait Olivia, qui venait juste de s’être faite renverser à vélo. Arrivé à l’accueil, il dut attendre plus d’une heure avant de la voir, et d’avoir des nouvelles de ce qui lui était arrivé. Au moment où un médecin posa la main sur son épaule pour lui parler, il tremblait de tout son corps, effrayé d’avoir perdu la femme de sa vie avant même de l’avoir épousé. « Elle va bien, elle est réveillée, vous pouvez la voir. » Soulagé, il remercia le médecin et entra dans la chambre, accueilli par le sourire de sa petite-amie. Il se précipita pour la prendre dans ses bras et resta un long moment avec elle. Il la regarda un long moment et comprit qu’il ne voyait pas sa vie sans elle. Alors, il lâcha la question qu’il avait longtemps retenue. « Est-ce que tu veux m’épouser ? Je n’ai pas de bague, même pas de fleurs, mais je suis sérieux. J’ai eu trop peur de te perdre aujourd’hui pour attendre plus longtemps. » Pour Olivia, la réponse lui paraissait tellement évidente qu’elle en avait ri, de quoi angoisser un peu plus le jeune homme, avant d’entendre le oui salvateur qui annonçait un avenir long et brillant devant eux.

Vingt-deux avril 2013 ; Ils avaient décidé de se dire oui le jour de l’anniversaire de leur rencontre, pour marquer l’évènement. Tous leurs proches étaient réunis pour fêter leur union, qui ne laissait plus aucun doute. Il avait eu quelques difficultés à convaincre les parents de la jeune femme qu’ils étaient faits pour être ensemble, mais ils avaient fini par se faire à l’idée. Alors qu’il attendait l’arrivée de sa future épouse, toute leur histoire se mit à défiler dans sa tête, et il ne pouvait être plus heureux qu’en ce jour précis. Le mariage avait eu lieu en Italie, et toute sa famille s’était déplacée d’Angleterre pour voir ça, de tout coeur avec lui comme c’était souvent le cas chez lui. Sa soeur était demoiselle d’honneur et ne cessait de lui lancer des petits sourires emplis de fierté qui ne faisait que le conforter dans sa décision. L’attente fut un supplice et lorsque la porte s’ouvrit enfin pour découvrir Olivia, la seconde pendant laquelle il la vit sembla durer une éternité. Elle était magnifique, plus encore qu’il ne l’aurait imaginé. La voir en robe de mariée provoquait une émotion toute particulière, et il eut bien du mal à contenir les quelques larmes qui lui venait. Il continua de la regarder alors qu’elle s’avançait vers lui, un sourire jusqu’aux oreilles, plus heureuse qu’elle ne l’avait jamais été. Ils ne purent s’empêcher, alors qu’on leur récitait les paroles habituelles, de se jeter des petits regards en coin, comme des enfants. Et alors qu’on leur posa chacun la question fatidique, l’un comme l’autre n’eut aucune hésitation à répondre je le veux avec une détermination sans faille. En une journée, tout comme cela avait été le cas six ans auparavant, leur vie avait changé. Ils étaient désormais mari et femme, pour le meilleur comme pour le pire, dans la richesse comme dans la pauvreté, dans la santé comme dans la maladie.

(I and love and You)
Quinze janvier 2015 ; Peu de temps après leur mariage, Olivia et lui décidèrent de laisser derrière eux l’appartement dans lequel il avait vécu pendant cinq ans, au profit d’une jolie maison de ville, assez grande pour accueillir leur famille en devenir. Charlie, quant à lui, avait fini par abandonner son emploi de documentaliste pour devenir bibliothécaire, une profession qui l’attirait de plus en plus. Une fois bien installés, il ne leur fallut pas beaucoup de temps pour se poser la question d’avoir un enfant, et quelques mois après, Olivia lui annonça la plus belle nouvelle de sa vie : elle attendait leur premier enfant. S’il était terrifié à l’idée de devenir père, et surtout de ne pas être un bon père, l’idée le remplissait de joie. Il savait qu’il voulait vivre cette aventure avec sa femme, et qu’il n’y avait rien de plus important au monde. De longs mois s’écoulèrent, pendant lesquels ils préparèrent ensemble la venue de leur bébé, un petit garçon, tachant de rester aussi loin que possible des clichés que représentait le sexe de l’enfant, et finalement, le quinze janvier 2015, Charlie reçut un appel de sa femme le sommant de venir immédiatement à l’hôpital : elle allait accoucher. Il rassembla donc ses affaires, tellement pressé qu’il en oublia la moitié, et prévint en hâte ses collègues qu’il allait être papa, fou de joie, anxieux comme jamais. De longues heures plus tard, son fils était né, le plus beau bébé du monde, celui qu’il chérirait pour le restant de ses jours. Ils l’appelèrent Alfonso, en honneur à leurs racines italiennes, et il ne fut pas long à le surnommer Alfie, petit hommage anglophone, selon lui.

Sept Novembre 2017 ; Leur bonheur dura deux ans. Cette journée n’avait rien de particulier, pas d’avertissement, aucune dispute tragique ni élan d’amour spécifique, une journée totalement ordinaire. Charlie travaillait, Olivia aussi, et Alfonso était à la garderie du coin, comme tous les jours où ils ne pouvaient être avec lui. Jamais aucun d’eux n’aurait pu prévoir ce qui allait arriver. Sur le chemin du retour du travail, Olivia avait pris le volant, tout simplement. Seulement, à un carrefour à quelques rues de chez eux, il se passa la même chose que pour son premier accident : un malaise soudain, qui lui fit presque perdre connaissance, juste assez de temps pour manquer le feu tournant au rouge, et laisser passer le camion de livraison sur la rue perpendiculaire, qui n’eut pas le temps de freiner avant le choc. La voiture fut emportée sur plusieurs mètres, Olivia avec elle, désormais totalement inconsciente. Elle fut transportée à l’hôpital en état critique et lorsque Charlie arriva en hâte sur place, on lui annonça la mort de sa femme, le choc de sa vie. Il n’avait rien senti, rien perçu, aucun mauvais pressentiment, ces choses qu’on est censé voir arriver, il n’avait rien vu. On lui raconta que sa femme avait une maladie qui lui causait quelques malaises, que sa femme lui avait caché, et qu’il n’avait jamais remarqué. Il se sentirait toujours coupable de n’avoir rien vu, persuadé, au final, d’avoir été un pitoyable époux, sachant qu’il avait perdu la femme de sa vie, une mort totalement évitable mais pas évitée. Il était désormais veuf, parent unique d’un enfant en bas âge qui ne se souviendrait jamais de sa mère.


Dernière édition par Charlie Morellano le Ven 14 Déc - 5:55, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Robyn GeminiToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4329-robyn-perfect-paradise-tearing http://www.ciao-vecchio.com/t4352-robyn-touch-my-tears-with-your-lips
ID : la marmotte — drvgns. aka laurie.
Faceclaim : phoebe bae tonkin ©dublin (ava) tumblr (gifs)
Messages : 494 - Points : 1585

Âge : vingt-neuf années à imploser, à exploser. à vivre dans le corps d'une autre. vingt-neuf années à se demander pourquoi. vingt-neuf années que son coeur bat dans la survie. (24/05)
Métier : elle joue de ses doigts sur les platines. à composer ses créations la journée avant d'enflammer le dancefloor à la nuit tombée. dj incommensurable au caruso club.
Sujet: Re: Charlie » Je suis tombé par dessus terre et je me sens pas bien ( le Dim 25 Nov - 16:37 )
MATT SMITH Quel excellent choix ohlalala Puis le pseudo
Hâte d'en savoir plus sur ce perso parce que là c'est beaucoup trop vide
Bienvenue parmi nous Bon courage pour ta fiche


tell me how's it feel sitting up there. feeling so high but too far away to hold me. you know i'm the one who put you up there. name in the sky. does it ever get lonely ? thinking you could live without me. baby, i'm the one who put you up there. i don't know why.


sandrine c'est la meilleure :
 
Revenir en haut Aller en bas
Noah GalindoLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4318-noah-heart-of-novocaine http://www.ciao-vecchio.com/t4362-noah-heart-of-novocaine
ID : Bellätrix (V.)
Faceclaim : T. Hardy © Valtersen (avatar) + ASTRA (signature)
Multi-comptes : Matteo, Giovanni & Gabriele.
Messages : 8893 - Points : 2686

Âge : 39 ans (o3.o1.198o)
Métier : Surveillant pénitentiaire.
Sujet: Re: Charlie » Je suis tombé par dessus terre et je me sens pas bien ( le Dim 25 Nov - 16:43 )
Bienvenue parmi nous
Bonne continuation pour ta fiche

Et je rejoins MVDD, fiche trop vide


— What a wicked game to play to make me feel this way. What a wicked thing to do to let me dream of you. No, I don’t want ton fall in love. With you.
Revenir en haut Aller en bas
Rafael Adamo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t553-rafael-adamo http://www.ciao-vecchio.com/t557-rafael-adamo-liens
ID : Ran94, marjorie
Faceclaim : Arthur Darvill + Tag(avatar), wiise(sign), tumblr(gifs)
Messages : 750 - Points : 1934

Âge : Trente quatre ans (12/05/1984)
Métier : Libraire
Sujet: Re: Charlie » Je suis tombé par dessus terre et je me sens pas bien ( le Dim 25 Nov - 16:46 )
Ah Matt ça fait longtemps que je ne l'ai pas vu sur un forum bienvenue.

Petit bonus :


Rafael & Camilla.
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Meena Jatania10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4224-how-to-save-a-life-meena http://www.ciao-vecchio.com/t4246-everyone-s-heart-doesn-t-beat-the-same-meena
ID : Redvelvet
Faceclaim : Tina Desai + ©Ealitya
Multi-comptes : Isadora, Aurora, Adalyn.
Messages : 771 - Points : 662

Âge : 30 ans.
Sujet: Re: Charlie » Je suis tombé par dessus terre et je me sens pas bien ( le Dim 25 Nov - 16:47 )
Ouais, c'est le mal les fiches vides Bienvenue sur CV, et bonne rédaction


+IT'S BEATING OUT OF TIME+
It says home is where your heart is but what a shame cause everyone's heart doesn't beat the same.

Noot Noot:
 
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Morellano10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4364-charlie-je-suis-tombe-par-dess http://www.ciao-vecchio.com/t4552-charlie-la-vie-sur-un-fil
ID : .plùm
Faceclaim : Matt Smith (av : croco ; sign : .plùm)
Messages : 40 - Points : 36

Âge : Trente-trois ans
Métier : Bibliothécaire
Sujet: Re: Charlie » Je suis tombé par dessus terre et je me sens pas bien ( le Dim 25 Nov - 16:49 )
Merci à vous !
La fiche se remplie déjà petit à petit J'espère que mon personnage vous plaira du coup !

Et Rafael, c'est sûr qu'on le voit plus tellement ces derniers temps ! (Et serait-ce l'opportunité d'un lien tout ça ? )
Revenir en haut Aller en bas
Flora CasaroliLa jeunesse dorée et éclatante
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : « Maurane ( Moo' ). »
Faceclaim : « Alycia Debnam Carey. L'avatar est de Made by Tearsflight et les gifs sont de Tumblr et Ealitya. »
Multi-comptes : « Non. »
Messages : 3438 - Points : 2411

Âge : « Elle est venue au monde le 17 mai 1997 à Naples. » + « Elle a 21 ans. »
Métier : « Elle se prostitue a nouveau pour ses parents ( - septembre 2018 ) après environ 10 mois d'arrêt. »
Sujet: Re: Charlie » Je suis tombé par dessus terre et je me sens pas bien ( le Dim 25 Nov - 16:51 )
Bienvenue & bon courage pour ta fiche.


u.c
Revenir en haut Aller en bas
Adelina Alma10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2209-il-faut-avancer-ne-jama http://www.ciao-vecchio.com/t2210-adelina-alma
ID : Ran94, Marjorie
Faceclaim : Louise Brealey + Ran94(avatar), .plùm(sign), tumblr + sherlollyresources(gifs)
Multi-comptes : Rafael
Messages : 6667 - Points : 2802

Âge : 36 ans (18/07/1982)
Métier : Directrice/Animatrice en centre de loisirs
Sujet: Re: Charlie » Je suis tombé par dessus terre et je me sens pas bien ( le Dim 25 Nov - 16:58 )
@Charlie Morellano Bien sûr pour un lien -je suis passé en mode Adelina.-


Adelian
« uc. »
Revenir en haut Aller en bas
Angelo GhiottiLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4259-angelo-le-soucis-d-une-vie-en- http://www.ciao-vecchio.com/t4272-angelo-dissimulation-de-realite#136139
ID : djoan
Faceclaim : Sam Claflin - ava : eternal lust - gif : giphy - sign : astra.
Multi-comptes : Floriana Mennini
Messages : 278 - Points : 117

Âge : 29 ans.
Métier : Producteur ; Infuenceur & Vlogueur
Sujet: Re: Charlie » Je suis tombé par dessus terre et je me sens pas bien ( le Dim 25 Nov - 17:04 )
Bienvenue à toi Avec ce très bon choix d'avatar. C'est vrai qu'il se fait rare.
Je te souhaite une bonne rédaction pour ta fiche.
Matt t'est réservé pour 5 jours.

Si tu as besoin, n'hésite pas à nous contacter.


Beautiful Life
You can't quit until you try. You can't live until you die. You can't learn to tell the truth until you learn to lie. - Sixx:A.M.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Charlie » Je suis tombé par dessus terre et je me sens pas bien ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Charlie » Je suis tombé par dessus terre et je me sens pas bien -
CIAO VECCHIO :: Gestion des Personnages :: Présentations :: Terminées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant