Revenir en haut
Aller en bas


 

- That feeling, you can only say what it is in french. // Ishbel -

CIAO VECCHIO :: Gestion des Personnages :: Présentations :: Terminées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Ishbel Tejeiro10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Sharky // Ingrid
Faceclaim : Natalie Portman ©Candy Apple
Multi-comptes : Tobias, Vera, Vittoria & Ban=Ryu
Messages : 6 - Points : 4

Âge : 36 ans
Métier : Femme au foyer, sans enfant
Sujet: That feeling, you can only say what it is in french. // Ishbel ( le Mar 4 Déc 2018 - 23:50 )
Quand ce sera mon tour de mourir, je voudrais m'évaporer. Je ne veux pas que quelqu'un que j'aime ait à choisir où m'enterrer et dans quelle boîte.
ISHBEL TEJERO
scénario de Cisco Tejeiro
Identité :Tejeiro : le nom de son père. On dit que le premier amour d'une petite fille c'est son papa, c'est vrai pour elle. Ishbel : un prénom écossais donné par sa marraine une étudiante Erasmus qui est devenue la meilleure amie d’Esme très tôt durant leur scolarité. Un prénom fait pour elle.

Naissance : 36 ans et toutes ses dents, elle est née un 25 Novembre à l'hôpital de Naples : entourée de sa famille et des amis de ses parents.

Origines : Italienne et Chilienne, bien qu'elle n'est que la nationalité de sa mère : Ishbel reste fière de ses origines et cherche toujours à en savoir plus sur ces dernières.

Statut : Mariée à un homme qui ne la désire plus, à quelqu'un qui sent le parfum d'une autre et dont les chemises reviennent tâcher avec des traces de rouges à lèvres sur le col.

Métier : Femme au foyer, femme sans enfant qui passe son temps à chercher une occupation. Quand ce n'est pas les chiens et les chats du refuge qu'elle s'occupe : ce sont les personnes âgées. Cela fait également 5 ans qu'elle correspond avec un prisonnier.

Argent : Avec un mari qui est avocat et qui possède depuis la mort de son père une société d'export/import qui fait affaire dans toute l’Europe, sa situation est plus qu'aisé. À défaut d'avoir la main mise sur son époux : elle gère les finances du couple et raye consciencieusement toutes traces des infidélités de Sergio.

A Naples depuis : Ishbel est à Naples depuis son premier cri, si elle a beaucoup voyagé pour tenter de combler le vide laissée par la chambre d'enfant sans vie : elle est toujours revenue à Naples ; auprès de sa famille.

Ishbel possède la fierté Italienne et le sang chaud des Chiliens. Un mélange explosif qui ne laisse que très peu de place à la négociation bien qu'elle soit toujours prête à tendre l'oreille pour écouter les arguments des uns et des autres. Elle suit toujours son instinct, même si cela veut dire nager à contre-courant et bomber le torse face à l'adversité. Ishbel n'a pas peur de se faire des ennemis, elle n'a pas peur de blesser les gens : non ce dont elle a peur c'est de revoir des yeux sans vie. Trop de fois la vie a mis des cadavres sur son chemin sans qu'elle n'ait été en mesure de faire quoique ce soit. Pour ne pas penser à la grande faucheuse, elle se plonge dans les œuvres caritatives et multiples les bonnes actions et quand le soir arrive, quand ses peurs reviennent : c'est avec son ami Whisky ou Tequila qu'elle termine ses journées. La familia : c'est le nerf de la guerre comme elle dit si bien ; sans eux Ishbel ne serait rien. Avec eux, elle baisse la garde de temps en temps : elle brise cette image de femme parfaite car quand elle n'aide pas son prochain : elle fait son possible pour entretenir l'image du foyer parfait. Sergio, son mari, n'hésite d'ailleurs pas à l'emmener dans les soirées avec les officiels car il a tout intérêt à garder une image impeccable et puis : elle sait charmer son entourage par des remarques piquantes, franches. D'un autre côté, Ishbel sait quand se taire ou bien donner de bons conseils. Si elle ne se lie pas facilement, une fois qu'elle a donné son amitié, c'est pour la vie : on peut toujours compter sur elle et sur son sens des responsabilités. Sa sensibilité est très forte et pourtant elle se dissimule parfaitement derrière un très grand contrôle d'elle-même. Toutefois, par suite d'une intense émotivité, il lui arrive de passer par des emballements et de la colère.

poids :
55 kg
alcool :
2/4 verres
cigarettes :
0 par jour


la chanson la plus écoutée en boucle :
Ohne Dich Rammstein


Conclusion de ta vie Sa vie, ce n’est pas comme ça qu’elle l’avait imaginé. Tout du moins, certains aspects. Elle la voyait avec Helmut, son premier et seul amour. Elle imaginait faire sa vie à ses côtés, comme Carl et Ellie dans Là-Haut. Mais la mort a frappé à nouveau dans sa vie : emportant dans un accident de voiture celui à qui elle a donné son coeur. Et puis dans cette vie idyllique : il y avait deux enfants. Un petit garçon brun comme son père et une petite fille aux cheveux plus clairs. Tous les deux aux yeux bleus : comme Helmut. Alors, la chanson Ohne Dich de Rammstein lui rappelle toutes les personnes qui ont quitté sa vie.

(un) Ishbel ne prend jamais la voiture, elle ne sait d’ailleurs pas conduire. Les transports en commun sont une contrainte pour elle : une véritable torture. Elle préfère largement utiliser son vélo plutôt que des engins à deux-roues. (deux) Elle parle couramment l'italien, l'allemand et l'espagnol. Sergio et elle ne se disputent qu'en allemand, comme cela ils sont certains que peu de personnes peuvent les comprendre. Ishbel est également en mesure de signer : ayant pendant un moment sérieusement penser a ne plus jamais parler. (trois) La jeune trentenaire aime son mari, mais probablement pas comme un compagnon de vie quotidienne : plutôt comme un ami. Cependant, il n'est pas question de divorcer. (quatre) Ishbel rêve d'être mère mais la distance avec son époux n'aide pas à la procréation. Ils ont essayé pendant des années sans succès : si certains voient ça comme un signe qu'ils doivent se quitter, Ish elle n'est pas de cet avis et ignore ces commentaires. (cinq) Elle garde toujours sur elle une photo d'Helmut ainsi que sa gourmette. Elle porte également le même collier depuis ses 18 ans : une perle de culture montée dans une main, le premier cadeau de l’amour de sa vie. (six) Une fois par semaine elle va au cimetière voir sa famille et Helmut. Elle prend soin de leur tombe en les nettoyant minutieusement. (sept) Ishbel passe beaucoup de temps avec les animaux du refuge : elle a adopté deux chats et un chien. Coleracosmic, une minette noire ; Sigfried, un chat roux et Arès, un boxer. (huit) Il ne se passe pas un jour sans qu'elle prenne des nouvelles de sa belle-mère et de sa famille. Même Cisco, même quand ils s'envoient des immondices à la figure. (neuf) Ishbel a peut-être des problèmes d'élocution mais c'est une jeune femme cultivée qui sait comment plaire au beau monde. Écoutant volontiers quiconque souhaitant l’approcher : il arrive de temps en temps qu'elle montre les crocs ou les griffes si elle se sent attaquée ou bien s'il y a une trop forte divergence dans son opinion et celle de la personne en face d'elle. Ish elle n'hésitera jamais à parler comme bon lui semble. (dix) Ishbel est une femme active qui s'efforce de faire du sport tous les jours. Si elle n'est pas avocate aujourd'hui, il lui arrive d'aider Sergio sur des affaires et elle suit les news judiciaires avec intérêt.
ton groupe :TIRAMISUton avatar : Natalie Portman


pseudo, prénom :Sharky // Ingridcombien de bougies ? 26 ans.d'où viens-tu ?Du pays d’une Reine.comment t'as atterri ici ?Heureux hasard.




Dernière édition par Ishbel Tejeiro le Jeu 6 Déc 2018 - 8:57, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ishbel Tejeiro10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Sharky // Ingrid
Faceclaim : Natalie Portman ©Candy Apple
Multi-comptes : Tobias, Vera, Vittoria & Ban=Ryu
Messages : 6 - Points : 4

Âge : 36 ans
Métier : Femme au foyer, sans enfant
Sujet: Re: That feeling, you can only say what it is in french. // Ishbel ( le Mar 4 Déc 2018 - 23:52 )
titre de l'histoireLa triste histoire de l'enfant qui bégayait
1985 - 3 ans “Bébé ! Bébé !” Ishbel voulait voir sa petite soeur. Julian porta sa fille pour qu’elle puisse voir le nouveau-né dans le berceau : “Zolie ! Zolie comme poupée !” Elle tendit son doudou qu’Esme attrapa : “Tu veux la donner à ta petite soeur ?” Ishbel hocha férocement sa tête : “MON bébé.” Insista-t-elle. Julian et Esme ne s’attendaient pas à ce que leur aîné soit aussi attaché à cet enfant. Par la suite, Ishbel n’était jamais loin de sa petite soeur : la protégeant de tout et la guidant du mieux que possible. Une complicité qui encore aujourd’hui est aussi fort qu’au premier jour.

1989 - 7 ans “Bel, devine à qui je pense ok ?” Esme se retourna pour regarder sa fille. “Est-ce que c’est une femme ? - Non. - Est-ce que c’est un homme ? - Oui.” Ishbel croisa ses bras sous le regard amusé de sa maman qui se ré installa pour regarder la route. “Est-ce que je le connais ? - Oui. - Est-ce qu’il est dans un de mes livres ? - Oui.” La petite fille pinça ses lèvres et regarda dehors. Elle tentait de se souvenir de tous les personnages masculins dans les livres de contes. “Mais y’en a beaucoup maman c’est pas juste ! Je ne peux pas trouver.” Julian et Esme se mirent à rire. “Arrêtez de rire, c’est pas drôle. - Il suffit de poser des questions Ishbel.” La concernée soupira et posa son menton dans sa main, son coude contre la porte de la voiture. “Est-ce que…” Elle n’a pas le temps de finir sa phrase que sa tête percuta violemment l’appuie-tête du siège. La voiture fit un tour avant de se faire percuter par une autre voiture qui venait de l’autre sens. Ballotée, la carcasse du véhicule s'arrêta de bouger. Elle finit par rouvrir ses yeux pour voir à quelques mètres d'elle en dehors du véhicule : le corps de sa maman. Malgré sa vision brouillée : elle pouvait tout de même voir la couleur rouge tout autour de celle qui lui a donné la vie. “Maman…?” Mais Esme ne pouvait pas répondre, allongée sur le dos : le sang dans sa gorge l'empêchait de parler. Lentement, elle tourna sa tête : sa bouche s'ouvrit et elle étira son bras comme pour toucher sa fille en larmes : en vain. Elle poussa son dernier soupire et ses grands yeux noisette perdirent petit à petit toute trace de vie : “MAMAAAAAN !!” Hurla-t-elle. Julian balbutia le prénom de sa fille, mais impossible pour elle d’entendre quoique ce soit. Elle tenta de bouger mais une douleur vive fit redoubler ses larmes. “Papa… PAPA ! J’ai mal… Et … Et Maman…” Julian était à peine conscient, pas assez pour répondre. Le reste n'est qu'un immense flou et ce dernier n'a rien d'artistique. Elle ne se souvient pas du reste, juste de cet instant qui la hante encore aujourd'hui : 29 ans après le drame.

24 Décembre 1991 - 9 ans “Bel… Parle-moi.” Mais aucun mot ne sortait de la bouche de sa fille qui regardait dehors les flocons tombés. Son mutisme ne faisait que grandir un peu plus chaque jour et rien ne pouvait la sortir de ce silence qui pesait sur tout le monde. La famille était autour de la table, ses cousins et ses cousines s’amusaient notamment en compagnie de Beatriz : mais pas elle. À l’âge où les enfants rêvaient et jouaient : elle préférait être seule dans sa chambre. La plupart du temps elle dessinait, elle ne parlait pas mais ses dessins étaient équivoques : elle revivait constamment l’incident. Il semblerait dans l’accident le lobe temporal médian ait été touché : causant un traumatisme sur l’Hippocampe. Contrairement à d’autres personnes, le souvenir de l’incident sera pour toujours quelques choses de vifs. Les psychiatres sont impuissants face à Ishbel qui s’était belle et bien enterrée dans son chagrin et le deuil. Heureusement, elle avait sa sœur à ses côtés : sa Bea mais également un père patient et aimant qui ne savait réellement pas quoi faire pour faire ne serait-ce sourire un peu son aîné.

1994 - 12 ans Alors qu’elle commençait à s’ouvrir à nouveau en parlant à son père et à ses grands-parents : sa vie fut à nouveau chamboulée lorsqu’ils emménagent avec la nouvelle compagne de Julian. Immédiatement, la chaleur maternelle de Luana bloqua Ishbel : cependant, elle faisait l’effort d’accepter cette femme dans sa vie quand Beatriz lui a demandé. Malgré tout, Ishbel restait distante envers Luana dont elle avait l’impression qu’elle souhaitait prendre la place de sa mère. Ce n’est pas la seule chose qui rend sa vie encore plus difficile : Cisco était un poids non-négligeable dans l’équation. Il faut dire que ce dernier s’était mis en tête de la torturer, de la faire parler, et ce, quoiqu’il en coûte. Alors, toutes les occasions étaient bonnes pour lui en faire voir des vertes et des pas mûres juste pour la sortir de son mutisme. Bel parlait, mais pas avec n’importe qui et jamais des phrases complètes. Mais avec Cisco, elle n’a pas d’autres choix que de lui adresser la parole aussi : notamment lorsqu’il s’attaquait à des objets qui sont comme des reliques pour elle puisqu’ils ont été offerts par sa mère. C’est le cas de la Barbie Cavalière qui a été à deux doigts de se faire brûler les cheveux si elle ne parlait pas.

1995 - 13 ans Un soir comme un autre, Cisco était incontrôlable. Ishbel observait de loin la scène, faisant semblant de lire mais ne perdant pas une seule seconde de la situation. Pour la première fois depuis qu’ils ont tous emménagés ensemble : elle vit la lueur dans le regard de son frère. Quelque chose qu’elle voyait quotidiennement dans son propre regard alors, sans crier gare : elle se leva et attrapa par la main Cisco pour l’emmener dans la chambre. “Ca n-e ser-t à r-ien de t’én-erver.” Son regard dans le sien, elle était ferme. Quelque chose d’inédit pour elle : “Je sais ce q-ue tu ressens. Je le vis t-out les j-ours ok ?” Et puis, chose nouvelle, elle le prit dans ses bras pour le serrer contre elle : “Mais je t-e laisser-ais p-as. J-amais tu m’ent-ends ?” Une promesse, une qu’elle comptait honorer jusqu’à son dernier souffle.

1997 - 15 ans L’école n’était pas un confort pour elle, c’est une obligation qu’elle fait pour les beaux yeux de son père qui refusait catégoriquement de lui faire l’école à la maison. Il sait que si jamais il cède : Ishbel s’enterrera pour toujours dans le silence et le traumatisme de l’accident. Julian souffrait de voir sa fille comme ça mais n’a jamais baissé les bras pour la soutenir. Cisco gardait un œil sur elle dans la cours de l’école et pour le papa poule c’était quelque chose d’important. Il faut dire que les enfants ne sont pas tendres en règle général : mais encore moins avec ceux qui sont différents. Persécutée parfois par ses camarades, quand elle rentra un jour avec un œil au beurre noir : ce fut la goutte de trop. Elle se souviendrait toujours du regard de Cisco quand il a découvert la blessure à l’œil. Sa colère, sa rage. Des noms, il voulait des noms mais Ishbel n’était pas une balance. De toute façon, il n’y avait pas besoin d’être Sherlock Holmes pour savoir qui avait fait ça. Dès le lendemain, quand un groupe d’élèves l'a appelé “CD rayé” en rigolant comme des hyènes : Cisco à compris et leur a remis les idées en place. Malgré la protection de son frère : les brimades ont continué mais Bel s’était petit à petit construite une carapace. Ses notes plutôt bonnes n’ont jamais souffert de son mal-être et de son bégaiement. Ses résultats auraient pu être excellents, mais ne pouvant pas prendre la parole aisément : elle n’a jamais été première de la classe.

1998 - 16 ans Quand Luana tomba enceinte, son cœur se serra. Les choses furent encore plus difficile pour elle quand elle apprit que c’était une petite fille qu’elle attendait. Une autre. La peur de perdre sa mère ne faisait que s’agrandir au fil des mois quand bien même Julian faisait son possible pour la rassurer. Ishbel avait déjà perdu sa mère : la dernière chose qu’elle souhaitait c’était de perdre son père. Pourtant, quand Luana a donné naissance à la nouvelle addition de la famille : son cœur s’est attendri pour la jeune enfant. Tout comme pour Beatriz : Bel a décidé de prendre soin d’elle. La famille, c’est ce qui reste à la fin de toute chose comme disait Esme.

1999 - 17 ans Cela faisait maintenant 10 ans qu’elle souffrait de problème d’élocution : ses bégaiements ne s’arrangeaient pas et elle refusait tout traitement. Si elle réussissait à communiquer un peu avec les membres de sa famille, il n’y avait rien d’extraordinaire. La raison pour laquelle elle refusait toute aide était parce qu’elle connaissait les origines de ce mal qui la rongeait de l’intérieur. Il ne se passait pas une nuit sans qu’elle ne revive pas la scène. Le plus triste dans cette histoire ? C’est que maintenant elle ne se réveillait même plus en hurlant. La vie devait suivre son cours… Ishbel l’avait compris. Elle avait fait jurer à son père il y a des années de ne jamais rien dire à personne, mais l’adolescente a rapidement compris que Luana savait ce qu’elle avait vécu. Pouvait-elle seulement comprendre ? Peut-être oui, tout comme pour Cisco : elle pouvait lire en elle une peine qui semblait insoignable. En parlant de son frère, encore une fois : il a décidé de se mêler de quelque chose qui ne le regardait pas. La menaçant de placarder les pages de son journal intime sur les murs de l’école : elle n’eut d’autres choix que d’abdiquer et de suivre des séances d'orthophonies, pour les rendez-vous chez le psychiatre : cela est une autre histoire. Certes, elle y est allée, n’a jamais été en retard : mais elle n’a jamais dit un mot non plus. Une fois soignée, elle a décidé de tout arrêter. Ishbel se souvient encore de ce moment ; celui où elle a pointé du doigt son frère en rentrant avant de lui grogner dessus : “Plus jamais tu m'appelleras CD rayé tu m’entends ?! Je ne suis pas ta soeur alors arrête d’agir comme si c’était le cas ! - Je ne suis pas ton frère non plus.” Fin de la discussion. Mais pas de ce ridicule pseudonyme.

2000 - 18 ans Esme ayant été une brillante avocate durant son temps, Ishbel à naturellement décider de suivre ses traces. Il faut dire également que des entretiens hebdomadaires avec sa marraine ont pousser la jeune femme à porter un intérêt plus poussé pour la justice. Elle rencontra par hasard un jeune Allemand du nom d’Helmut durant un voyage à Hambourg. Le coup de foudre est réel : son cœur ne battait rapidement que pour lui. Jeune adolescente éperdue d’amour : elle en oubliait ses cauchemars, elle parlait normalement et la vie était soudainement tellement plus belle pour elle…

2002 - 20 ans Elle rentra à l’Université avec Helmut à ses côtés. Après deux ans de relation, aucun nuage n’a su courroucer leur couple qui chaque jour était un peu plus fort. Esme avait raison quand elle disait à sa fille de croire au coup de foudre ; elle l’avait eu pour Julian et le couple était un duo plus fort que tout. Sauf contre la mort. Le demi-frère d’Helmut : Sergio, n'était jamais loin. Un enfant né hors mariage d’une maîtresse Italienne mais avec qui Ishbel s’entendait merveilleusement bien. Le trio avançait tous ensemble main dans la main : Cisco n'était jamais bien loin mais son petit ami se faisait une joie de faire comprendre à quiconque que Bel n'était pas une idiote. Ses problèmes de bégaiements : il les avait acceptés dès le premier jour. Chose inédite, elle s'était même confiée à lui parce qu’il était l’amour de sa vie. Elle le savait. Ses années à l’université à ses côtés ont probablement été les meilleures de sa vie.

2006 - 24 ans Le bonheur est de courte durée. Après une soirée bien arrosée pour le nouvel an : Helmut mourut dans un accident de voiture. Alors qu’il rentrait chez lui : un étudiant ivre le percuta avec sa voiture. Son agonie durera un mois avant que son coeur s'arrête. Ishbel plongea à nouveau dans un chagrin sans fond. Rien, ni personne n’arrivait à la sortir de cette cage douloureuse dans laquelle elle s'était enfermée à double tour en jetant la clé aux oubliettes. Ses études en pâtissaient, mais la compassion de ses professeurs à son égard lui permettait de rester tout de même sur les bancs de l’Université. Le confort, elle le trouva dans les bras de Sergio. Ils guérissaient tous les deux comme ils pouvaient : jusqu’à échanger un baiser le jour de Noël. Quelque chose d’interdit, qui a ouvert un nouveau chapitre sur leur vie.

2007 - 25 ans Après deux ans à se côtoyer, ils se sont mariés. Leur complicité était indéniable et ils étaient heureux ensemble… Mais il n'était pas Helmut et ne le sera jamais. Ishbel le sait, mais il y avait tellement de point commun avec son frère qu’elle décida de se mentir à elle-même et se répétait qu’elle pourrait être heureuse à ses côtés. Il la faisait rire, il prenait soin d’elle : il l’aimait à sa manière et l’inverse était vraie. Cisco déteste encore aujourd'hui Sergio, tout du moins ne le porte pas assez dans son coeur pour approuver ce mariage mais Ishbel n’a pas besoin de son accord. Julian de son côté voit le mensonge dans lequel sa fille s’est enterrée mais n’a pas la force d’aller contre elle: sa fragilité psychologique était encore visible. Hors de question qu’il soit à nouveau le témoin de sa déchéance.

2008 - 27 ans Cette année ne fut qu’une suite de stress et de tensions pour elle. Cisco était tombé dans la drogue. Il faudra l’appui de Julian et d’Igor pour qu’il accepte de se faire aider. Alors, Ishbel se porta volontaire : pour nettoyer le vomi, pour calmer ses crises, pour sécher ses larmes bref pour qu’il reste en vie. La promiscuité de la chambre d’hôtel au papier décrépit ne fait que souder le frère et la soeur. Elle tente de le comprendre, de le soutenir comme elle peut. Elle combat les démons de Cisco. Son mari, las de ses absences à répétitions commença dès la fin de l’année à s’éloigner de sa femme qu’il aime pourtant comme au premier jour. Et elle, elle se contenta de ne rien faire, de prendre soin de sa famille qui a besoin d’elle. Ishbel répondra toujours présent, même quand Cisco a arrêté sa carrière. Elle connaissait celui qui était devenu un frère par la force des choses et bien plus encore : quelque chose n’était pas clair dans cette histoire ; mais elle ne le força pas à parler.

2015 - 33 ans “Bel… Tu devrais venir à l’hôpital.” Sept mots, neuf syllabes. Voilà ce qui a suffit pour qu’elle se jette sur son vélo : pédalant le plus rapidement possible vers ce lieu qu’elle détestait tant. Cisco, je te préviens si c’est toi qui me forces à passer les portes de l’hosto : je te ferais regretter d’être venu au monde ! Jura-t-elle pour elle-même en redoublant ses efforts pour arriver le plus rapidement possible à l’hôpital. Courant à toute vitesse dans les couloirs à la recherche de son père et de Luana : elle les trouva assis pour ne pas dire effondré. La mère de Cisco et se leva pour prendre dans ses bras celle qui est sans hésitation aujourd’hui sa fille. Ishbel la serra contre elle : regardant son père par-dessus son épaule. Il n’y avait pas besoin de parler : elle avait compris. “Il est en vie.” Mais dans quel état ? Elle se retient de demander plus d’explication. Elle rentra fébrilement dans la chambre et manqua de s’effondrer en voyant l’état de son frère. Elle passa outre ses jambes de plus en plus faibles et s’approcha du lit. Attrapant sa main, elle caressa son visage : “T’es qu’un connard de nous blesser comme ça alors qu’on a toujours tout fait pour te protéger.” Grogna-t-elle. Il n'étaient pas conscient : tant pis. Elle lui cracherait ces mots plus tard à la gueule.

« J’VEUX VOIR CAITLYN ! » Ishbel n’hésita pas une seule seconde à mettre tout son poids sur lui pour qu’il arrête de bouger. Cela faisait huit fois aujourd’hui que les infirmières devaient venir changer ses pansements : hors de question que l’aîné les appelle encore. Beatriz utilise le surnom affectueux : « Tu peux pas, Coco. Tu dois rester alité ! » Mais quand Ishbel le voit se déchaîner sur eux : quelque chose en elle explose et Cisco en est la cible directe. « Caitlyn n’est plus là. Elle a quitté Naples ! Tu ne la verras pas alors calme-toi » « Ishbel ! La ferme ! » Alors comme ça son frère voulait jouer au gros dur, soit. Elle allait jouer, mais il allait perdre ! « T’mens. Lâchez-moi ! J’veux la voir ! J’veux la voir ! » « Arrête Cisco ! Arrête de faire le con une minute, putain ! Paco est mort, Cisco ! MORT ! Et c’est toi qui conduisais, tu crois que c’est sérieusement le moment d’aller lui courir après ? » « Ishbel … Arrête ! » « Non, j’en ai marre qu’on le cajole comme un bébé et qu’on le laisse tout faire comme il veut. Y’en a que pour Caitlyn, Caitlyn. Mais nous, t’as pensé à nous, hein ? HEIN ? Espèce de petit con ! T’as vu la gueule de la voiture ? On aurait pu te perdre, toi aussi. On a tous eu si peur et toi, toi, sale égoïste ! Tu ne penses qu’à Caitlyn. Tellement que t’en as rien à foutre de nous, de ce qu’on a pu ressentir ! » Son coeur battait à tout rompre dans sa poitrine, les larmes dévalaient ses joues sans qu’elle soit en mesure de les contrôler. Elle ne voulait pas d’ailleurs. Qu’il voit le mal qu’il avait causé. Elle en avait assez d’être forte pour sa famille. Son regard perdu dans le sien, elle n’arrivait pas à le lâcher. Parce qu’elle lui avait promis : elle lui avait juré d’être toujours là pour lui. Quand bien même cela lui avait coûté son mariage, sa santé mentale : qu’importe qu’elle est sacrifiée tant de fois ses nuits. « Pas la peine d’stresser comme ça. J’suis pas ton frère après tout » « Je ne suis pas ta sœur non plus » Une réponse du tac au tac, un mensonge exécrable qu’ils se balançaient à la gueule en espérant toujours atteindre un point de non-retour. Mais ils ne mangeaient pas de ce pain-là. Jamais.

Dès le lendemain, ses bégaiements reprenaient et Sergio qui d’ordinaire était patient et doux : lui tourna le dos. Ishbel seule : elle décida donc de se plonger à corps perdu dans les nombreuses associations dont elle fait partie et suivit le conseil d’une amie en commençant à écrire à un prisonnier.

2017 - 35 ans Il n’y a pas d’âge pour devenir orphelin. Ishbel le comprit par la force des choses. Un cancer prit son père en quelques mois seulement. A l’heure où elle souhaitait encore être dans le déni, elle prit son rôle d’aîné de la fratrie et prouve à tous qu’elle était un roc dans l’adversité en aidant sa belle-mère à faire des papiers qu’elle commençait à connaître. Elle les avait vus sur la table de chevet de son père à la mort d’Esme, elle les avait vus dans les mains de Sergio à la mort d’Helmut, elle les avait remplis pour son beau-père. C’était maintenant une comptine glauque pour elle, un rituel macabre. Ce n’était pas seulement des papiers qu’elle remplissait, c’était la fin de quelque chose. Son père allait mourir, qu’elle le veuille ou non. Venant le voir tous les jours, elle eut le droit comme les autres à quelques mots de sagesse avant le dernier départ. “Bel… Je sais que tous les jours : ta mère te manque.” Aucune réponse de la part de la concerner. “Je sais que… Tu revis à nouveau ces cauchemars, je t’entends la nuit.” Parce qu’Ishbel s’était installée dans son ancienne chambre pour être proche de Julian, ce n’est pas comme si son mari allait remarquer son absence de toute manière. “Je sais que tu prendras soin de notre famille après mon départ. Cisco est le chef de la famille selon Luana, mais… Nous savons que tu es la colle qui tient tout le monde… Tu es l’aînée et tu as toujours tenté de montrer l’exemple…” Il soupira longuement, prit une longue inspiration. “Et tu as réussi… Cisco est maintenant un Tejeiro.” Bel sourit en coin et serra la main de son père qu’elle embrassa tendrement. “Je veux que tu sois là pour eux… Comme tu l’as été pour moi. Même si c’est une évidence : tu as toujours été celle qui comprends tout avant tout le monde hein…?” La trentenaire hocha la tête : incapable de parler tant sa gorge était nouée.

Quelques jours plus tard, elle dut enfiler sa robe noire si symbolique et accompagna le cortège vers la dernière demeure de Julian. Luana avait accepté qu’il soit enterré près d’Esme : elle avait graissé la patte de quelques politiques pour faire agrandir le caveau. Ainsi, tous les Tejeiro pourront être ensemble dans la mort. Parce qu’Ishbel était consciente du fait que ce n’était qu’une question de temps avant qu’ils ne reviennent ici. Elle resta seule avec Cisco devant la tombe : “Par-aît que t-u es un T-ej-eiro maintenant ?” Elle tourna sa tête : “Ne cr-ois p-as que ça change q-uelque chose : t-u n’es p-as mon fr-ère.” Ishbel l’attrapa pour le serrer contre elle : “T-’es bien p-lus q-ue ça. Q-uoiq-ue t-u p-enses, q-u’imp-orte q-ue tu me cr-ois p-as : je t-’aime. Va p-as cr-oire que p-arce q-ue tu es le chef de fa-mille, t-u p-eux me d-onner des or-dres. Je suis l'ainée et t-u ne p-ourras p-as changer ça.” Puis elle s’éloigna immédiatement et le plus rapidement possible pour ne pas lui laisser une chance de répondre.

Sa descente aux enfers continua lentement mais sûrement, elle va encore aujourd’hui ses séances chez l’orthophoniste : il y a une légère amélioration mais rien de bien concluant Elle assista impuissante aux retrouvailles entre son frère et celle qui semble avoir capturé son coeur depuis le premier jour. Qu’il aille se brûler les ailes, qu’il aille se briser à nouveau : elle serait là dans tous les cas pour le rafistoler. Après tout, c’est ce qu’elle savait faire de mieux Ishbel à défaut de savoir comment guérir ses propres blessures. Mais elle risque de ne pas rester passive cette fois-ci, notamment concernant Caitlyn. S'il le faut, elle coupera l'herbe sous le pieds de la malice : il n'y a rien d'impossible pour protéger son frère.


Dernière édition par Ishbel Tejeiro le Jeu 6 Déc 2018 - 8:53, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anabela LaranjeiraLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2937-anabela-laranjeira-le-coeur-du http://www.ciao-vecchio.com/t3885-anabela-laranjeira-miss-atomic-bomb#125671
ID : Je suis connue sous le pseudo de pitoquinha sur les forums, sinon je me prénomme Louise.
Faceclaim : J'ai la chance de jouer la superbe, sublime, magnifique, parfaite Amber Heard. + © - avatar signé inconnu - invité sur bazzart + code signature signé astra + texte signature de "Runnin' Home to You", par Grant Gustin.
Multi-comptes : Je joue aussi Majbritt Bergman, ayant pour célébrité miss Dianna Agron, puis je joue également Mila Clarizio, ayant comme célébrité Jessica De Gouw.
Messages : 1913 - Points : 3613

Âge : Née à Lisbonne le 29.11.1986, j'ai à présent trente-deux ans.
Métier : Ancien mannequin ainsi qu'ancienne actrice, je réfléchis à une reconversion. Cela se fera très certainement dans le monde impitoyable de la mode.
Sujet: Re: That feeling, you can only say what it is in french. // Ishbel ( le Mer 5 Déc 2018 - 0:15 )
@Ishbel Tejeiro RE-bienvenue sur CV ! Bon courage pour ce nouveau personnage.


FRANCIANA — Can't say how the days will unfol, can't change what the future may hold, but i want you in it, every hour, every minute
You gave me no other choice but to love you
Revenir en haut Aller en bas
Etiam Galliano10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4367-lost-soul http://www.ciao-vecchio.com/t4370-face-off
ID : Hook
Faceclaim : Matthew Daddario, exotic
Messages : 247 - Points : 157
Âge : 29 ans
Métier : Massothérapute / Pseudo escorte
Sujet: Re: That feeling, you can only say what it is in french. // Ishbel ( le Mer 5 Déc 2018 - 0:29 )
Rebienvenue chez toi.
Quel super choix d’avatar, tu as fais
Revenir en haut Aller en bas
Meena Jatania10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4224-how-to-save-a-life-meena http://www.ciao-vecchio.com/t4246-everyone-s-heart-doesn-t-beat-the-same-meena
ID : Redvelvet
Faceclaim : Tina Desai + ©Ealitya
Multi-comptes : Isadora, Aurora, Adalyn.
Messages : 670 - Points : 593

Âge : 30 ans.
Sujet: Re: That feeling, you can only say what it is in french. // Ishbel ( le Mer 5 Déc 2018 - 1:10 )
Rebienvenue chez toi Quel merveilleux choix de personnage, et d'avatar Bonne rédaction!


+IT'S BEATING OUT OF TIME+
It says home is where your heart is but what a shame cause everyone's heart doesn't beat the same.
Revenir en haut Aller en bas
Dante GaleoneLe vin est un puissant lubrifiant social
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2242-dante-o-this-smoking-mi http://www.ciao-vecchio.com/t2254-dante-o-never-open-up-so-afraid-to-trust
ID : Ealitya, Sandrine (ou Alice)
Faceclaim : Jamie Dornan ©Ealitya
Multi-comptes : Caitlin, Demetrio, Devraj, Erio, Loris
Messages : 10325 - Points : 7829
Âge : trente-six ans.
Métier : commandant de bord pour la compagnie aérienne Alitalia.
Sujet: Re: That feeling, you can only say what it is in french. // Ishbel ( le Mer 5 Déc 2018 - 1:39 )
@Ishbel Tejeiro Bienvenue chez toi ma puce.


Je sens quelque chose qui ne se dit pas, dont j’ignore la cause. C’est dans tes sourires, un je-ne-sais-quoi qui s’arrête au bord du désir. Quelle est cette voix, qui nous entraîne à renoncer sans regarder l’un vers l’autre ? Si c’est un choix, il faut qu’on s’aime, sans se lasser pour se garder l’un et l’autre. L’un près de l’autre.
Revenir en haut Aller en bas
Cisco TejeiroToujours frais après un litre de café
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3701-je-suis-le-plus-con-des-dragon http://www.ciao-vecchio.com/t3756-coco-i-need-you-to-need-me#122953
ID : Bone_echo
Faceclaim : Garrett Hedlund - ©bone_echo
Multi-comptes : Rowtag ; Magda ; Enoch
Messages : 363 - Points : 464

Âge : 32 y.o
Métier : agent de propreté urbaine ou en résumé, celui qui peut vous faire chier à ne pas ramasser vos poubelles. Conducteur de semi-remorque de nuit à mi-temps.
Sujet: Re: That feeling, you can only say what it is in french. // Ishbel ( le Mer 5 Déc 2018 - 7:24 )
QUE VOIS-JE  ?



UN CD RAYEEEE !!  



j'suis trop happy happy happy qu'tu sois là et que t'aie pris ma Ishbel **      



J'adore l'avatar choisiiii et mon avis sur ta fiche ... Eh bah tu l'sais.

Nostalgiiiiie. Un duo à la Lou/Calhoun dans un tout autre staaaaaaaile ** INCH forever in the HEART BABY



Re-bienvenue au bercail ma douce ! J'lève mon verre à toi, à nous    



Until we bleed

Where do I turn to when there's no choice to make? And how do I presume when there's so much at stake? I was so sure of it all. But what if I need you in my darkest hour? And what if it turns out there is no other? Forgiveness speaks for itself but how can I forget when there's a stain on it all
Revenir en haut Aller en bas
Robyn GeminiToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4329-robyn-perfect-paradise-tearing http://www.ciao-vecchio.com/t4352-robyn-touch-my-tears-with-your-lips
ID : la marmotte — drvgns. aka laurie.
Faceclaim : phoebe bae tonkin ©neon cathedral. (ava) tumblr (gifs) queen (lyrics sign)
Messages : 156 - Points : 516

Âge : vingt-neuf années à imploser, à exploser. à vivre dans le corps d'une autre. vingt-neuf années à se demander pourquoi. vingt-neuf années que son coeur bat dans la survie. (24/05)
Métier : elle joue de ses doigts sur les platines. à composer ses créations la journée avant d'enflammer le dancefloor à la nuit tombée. dj incommensurable au caruso club.
Sujet: Re: That feeling, you can only say what it is in french. // Ishbel ( le Mer 5 Déc 2018 - 7:36 )
Ohlalala qu'est-ce que t'es belle ce prénom + Natalie
Rebienvenue chez toi bon courage pour ta fiche



{ who wants to live forever ? }
Revenir en haut Aller en bas
Elio Benucci10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Marie
Faceclaim : Bob Morley @sweet poison
Messages : 81 - Points : 241

Âge : 32 ans
Métier : Concierge dans le building de l'entreprise Clarizio. Il ne pensait pas un jour devenir concierge,mais il faut dire que le travail lui plaît
Sujet: Re: That feeling, you can only say what it is in french. // Ishbel ( le Mer 5 Déc 2018 - 7:42 )
Rebienvenue avec ce perso ma belle !!
Revenir en haut Aller en bas
Luna PrimaveraToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4153-les-trous-noirs-c-est-comme-un http://www.ciao-vecchio.com/t4158-la-blessure-cicatrisee-on-oublie-la-douleur-luna#131616
ID : sweety / nath
Faceclaim : Irina Shayk © .Cranberry
Multi-comptes : Augusto Rinaldi & Safiya Rahotep & Declan O'Reilly
Messages : 493 - Points : 742

Âge : 34 ans depuis le 1er mai mais rien n'est vraiment sur.
Métier : Assistante administrative au cinéma le Modernissimo
Sujet: Re: That feeling, you can only say what it is in french. // Ishbel ( le Mer 5 Déc 2018 - 9:17 )
Re bienvenue chez toi petit cœur. Tu fais un superbe choix et cela promet entre le frère et la sœur.

Bon courage pour cette nouvelle page d'écriture.



 

 
“A l'oubli succède l'indifférence de l'oubli comme un écho muet qui prolonge la durée et augmente l'espace de l'oubli.”

 
(c)Miss Pie

 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: That feeling, you can only say what it is in french. // Ishbel ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- That feeling, you can only say what it is in french. // Ishbel -
CIAO VECCHIO :: Gestion des Personnages :: Présentations :: Terminées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant