Revenir en haut
Aller en bas


 

- Le langage des corps. feat Ugo -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Luna PrimaveraToujours frais après un litre de café
Luna Primavera
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4153-les-trous-noirs-c-est-comme-un http://www.ciao-vecchio.com/t4158-la-blessure-cicatrisee-on-oublie-la-douleur-luna#131616
Faceclaim : Irina Shayk © .MORPHINE. (vava) Miss Pie (sign)
Je suis absent-e : .
Messages : 1117 - Points : 1503

Âge : 34 ans qu'elle fête le 1er mai. Trouvée en 1994 dans les rues de Naples. On lui a donné 10 ans. A partir de là sa date de naissance a été définie. (1/05/1984)
Métier : Assistante administrative au cinéma le Modernissimo
Sujet: Le langage des corps. feat Ugo ( le Jeu 13 Déc 2018 - 13:19 )

Ugo & Luna.

Quand les corps dansent. Le cœur et l'âme s'enlacent. Un moment de grâce et de bonheur, où les danseurs semblent être ailleurs. Et les pas s'enchainent donnant plus d'aise aux corps. Leur offrant une liberté nouvelle parfois charnelle.





Luna elle a le sourire aux lèvres. Pieds nus elle danse dans son appartement. Elle vit au rez de chaussée, ce qui l’arrange. Personne ne peut se plaindre de l’entendre sauter ou gesticuler. La musique résonne entre les murs pour rebondir au creux de son cœur. Emplissant son âme de douceur. Elle se sent bien. Elle se sent libre. Elle tourbillonne sous les notes qui l’enroulent comme une caresse.
Puis elle s’arrête et elle regarde l’heure.
Il est temps qu’elle prépare  pour ce soir. Ugo doit venir la rejoindre. Une soirée qui comme toutes celles qu’ils ont partagé s’annonce savoureuse. Ils vont parler. Partager un repas en toute simplicité. Et puis ils danseront et se laisseront emporter sans se poser de question. Juste bercer par l’envie que leurs corps distillera habillement dans leurs veines et leurs entrailles. Luna frissonne en pensant aux frôlements de leurs corps qui réveilleront l’ivresse dans laquelle ils tomberont sans aucune modération.

Du coup Luna se dirige vers sa cuisine et toujours au son de la musique elle s’attelle. Elle sort ce qu’elle a acheté et s’occupe de l’entré. Des mélanges de crudités variées. Puis elle passe au plat, des darnes de saumon avec un riz pilaf. Pour le dessert elle a prévu une mousse au chocolat et des framboises. Une fois tout terminé, elle file sous la douche. Toujours en laissant son corps jouer avec la musique.
Luna se laisse gagner par le bonheur.
Parce qu’elle sait qu’avec Ugo tout est facile. Tout est simple. Une fois douchée, elle s’habille. Elle choisit une jolie lingerie, une robe fluide bleue qui se pliera avec facilité aux mouvements qu’ils exécuteront quand ils danseront. Elle attache ses cheveux et met une touche de gloss sur ses lèvres. Un gloss à la fraise. Comme elle aime. Une touche de parfum senteur fleurie. Il ne lui reste plus qu’à attendre Ugo qui ne devrait plus tarder.
Et en effet la sonnerie de sa porte retentit peu après.

Une musique latine comble l’espace. Luna va ouvrir. Elle a le regard brillant et son sourire est des plus charmeurs. Ugo est là devant la porte. Et ce qu’il dégage fait naitre des papillons dans le ventre de l’orpheline. Leurs regards se retrouvent. « Bonsoir beau gosse. Tu vas bien ? » Elle passe ses bras autour de son cou et s’empare de ses lèvres avec douceur. Glissant ses doigts dans ses cheveux. Elle l’entraine dans son appartement pour profiter un peu plus du baiser et pour se coller d’avantage.
Ugo c’est le premier partenaire avec lequel elle danse vraiment.
Luna est plus habituée à danser seule, loin des regards. Quelques personnes ont le plaisir de la voir, comme Lana, Loris, Robyn. Et puis Ugo. Mais avec lui c’est encore différent, même si Luna danse parfois en compagnie de Lana. Avec Ugo, Luna partage de vrai corps à corps. Une fusion qui les enchaine et les entraine.
Au point qu’elle fait naitre le désir. Désir qu’ils assouvissent jusqu’au petit matin. Ce qui donne aussi à leur danse une saveur nouvelle. Une saveur plus sensuelle. Érotique et même torride quand ils vont au bout de leur complicité. « Alors quoi de beau pour toi ? Toujours à mettre le feu sur la scène ? » Ugo est stripteaseur et il avait donné chaud à Luna la première fois qu’elle l’avait vu à l’œuvre. Il lui donne toujours aussi chaud d’ailleurs quand il vient la titiller de son déhanché.




(fiche) drvgns. / (ava) wcstedrose & MORPHINE.



 
“Forgetting the past, transforms the present into a complicated path.”

 
Revenir en haut Aller en bas
Ugo Difazio10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Ugo Difazio
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4473-ugo-difazio-bella-ciao http://www.ciao-vecchio.com/t4493-ugo-difazio-mens-sana-in-corpore-sano
Faceclaim : Francisco Lachowski by Dark Dreams (Avatar)
Messages : 59 - Points : 135

Âge : 29 ans.
Métier : Danseur, il vit de son art en s'exhibant dans un club de strip-tease, son corps mouvant sensuellement, centre des convoitises, objet de désir. Il rêve pourtant de vraie reconnaissance, de ballets, de troupes. Mannequin chez Vogue.
Sujet: Re: Le langage des corps. feat Ugo ( le Dim 16 Déc 2018 - 16:11 )
Body language...
Luna & Ugo

 
« Quand les corps dansent. Le cœur et l'âme s'enlacent. Un moment de grâce et de bonheur, où les danseurs semblent être ailleurs. Et les pas s'enchainent donnant plus d'aise aux corps. Leur offrant une liberté nouvelle parfois charnelle.  »
L'eau coule sur sa peau, lentement, glissant le long de son corps, de ses muscles, de ses bras. Il ferme les yeux et un sourire se dessine sur ses lèvres. L'eau chaude ruisselle le long de sa nuque, détendant ses muscles endoloris. Il pense à la merveilleuse soirée qui l'attend. Ce soir, il ne travaille pas. Ce soir, il n'appartient qu'à une femme, Luna. Son corps en mouvement, dansant au rythme d'une musique entraînante traverse son esprit. Luna, c'est cette jeune femme qui est venu combler un grand vide en lui. Avec elle, il se sent vivant, et quand il danse avec elle, plus rien ne compte que leurs corps qui qui s'effleurent, la passion qui les unit, qui coule dans leurs veines. Plus qu'une partenaire, une amante. Voilà environ deux ans que le binôme se connaît. Et Luna représente une part de lui. Il est la seule autre personne avec laquelle il danse. Avant elle, il y avait une autre femme, qui fut sa professeure de danse, mais aussi sa première amante, son premier amour. Les années passaient, et il pensait encore à elle, se demandant ce qu'elle devenait. On oubliait jamais son premier amour. C'était un amour secret, entre un élève et sa professeure, entre une jeune homme et une femme d'une quinzaine d'année son aînée. Entre temps, le jeune homme ne s'était pas remis en couple et il ne batifolait pas non plus. Il aimait sa relation avec Luna et il voulait la conserver. Il ne ressentait pas le besoin d'avoir une amante tous les soirs dans sa couette. Non, cela ne l'intéressait pas. Ce qui l'intéressait, c'était la profondeur et Luna lui apportait tout ce dont il avait besoin. Elle était son oxygène, un rayon de soleil. Par son sourire omniprésent, et dès qu'il dansait avec elle, il oubliait tout, son corps et ses pensées tournés vers la jeune femme. Cette soirée serait aussi belle que toutes les autres, leurs corps emportés par la passion, dansant jusqu'au bout de la nuit, enivrés, exaltés par le désir qui les consumeraient, jusqu'à la danse finale, plus charnelle.

L'eau continue de couler sur sa peau, avant que le jeune sicilien ne l'arrête et prenne une serviette pour s'essuyer. Il a toujours été ponctuel et avec Luna, ça ne risque pas de changer. Il s'essuie son corps et ses cheveux, avant d'enrouler la serviette autour de sa taille, les dernières gouttes d'eau glissant sur ses muscles. Il se prépare, mettant une tenue qui lui permettra de mouvoir à sa guise, sans encombre. Il faut simplement qu'il soit à l'aise. Et une fois prêt, il rejoint la jeune femme, regardant sa montre.

Il sonne à sa porte. Elle habite au rez-de-chaussée, ce qui doit bien l'arranger. La porte s'ouvre, laissant apparaître la jeune femme. Sourire aux lèvres, le regard pétillant, comment ne pas sourire en la voyant. Si belle. Rien que pour lui. Il plonge son regard dans ses prunelles.

- Toujours aussi belle ! A merveille. Et toi ?

Il pose ses mains sur ses hanches et répond à son baiser, son sourire sur ses lèvres. Il se délecte du goût sucré de ses lippes, leur baiser se prolongeant, se laissant entraîner contre le corps de sa partenaire. Il devait résister, la jeune danseuse attisant le désir et la tentation en lui. Leur corps fusionnent quand ils dansent, quand ils succombent à la sensualité, quand la musique rythme un autre corps à corps. Et ce désir une fois attisé, ne s'éteint qu'au petit matin, quand leurs corps courbaturés se laissent aller.

- Toujours. Mais ce soir, c'est avec toi que je met le feu. Et la scène est à nous..., murmure t'il contre ses lippes, avec sensualité.

 
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Luna PrimaveraToujours frais après un litre de café
Luna Primavera
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4153-les-trous-noirs-c-est-comme-un http://www.ciao-vecchio.com/t4158-la-blessure-cicatrisee-on-oublie-la-douleur-luna#131616
Faceclaim : Irina Shayk © .MORPHINE. (vava) Miss Pie (sign)
Je suis absent-e : .
Messages : 1117 - Points : 1503

Âge : 34 ans qu'elle fête le 1er mai. Trouvée en 1994 dans les rues de Naples. On lui a donné 10 ans. A partir de là sa date de naissance a été définie. (1/05/1984)
Métier : Assistante administrative au cinéma le Modernissimo
Sujet: Re: Le langage des corps. feat Ugo ( le Mer 19 Déc 2018 - 10:35 )

Ugo & Luna.

Quand les corps dansent. Le cœur et l'âme s'enlacent. Un moment de grâce et de bonheur, où les danseurs semblent être ailleurs. Et les pas s'enchainent donnant plus d'aise aux corps. Leur offrant une liberté nouvelle parfois charnelle.





Luna ouvre la porte de son appartement. Ugo est là, toujours aussi craquant. Et elle lui fait remarquer en ce mordant la lèvre inférieure. Il l’a complimente en retour. « Merci. » Son sourire se fait plus grand. Un brin charmeur. Elle laisse son regard glisser sur les courbes de son partenaire sans aucune gêne. Comme elle, il a revêtu une tenue dans laquelle il sera des plus à son aise, quand la musique emportera leurs corps dans un échange doux et sensuel. « A merveille maintenant que tu es là. » Elle est heureuse de la voir. Et elle lui montre l’orpheline en venant chercher ses lèvres pour un premier baiser. Et il y en aura d’autres. Cela mettra d’avantage le feu à leur peau, éveillant des frissons divers qu’ils titilleront d’abord de leurs pas, avant de les incendier de façon plus intense et plus intime. Ugo pose ses mains sur les hanches de Luna et elle profite de l’instant tout en l’entrainant dans son appartement. Elle se moque des voisins mais elle a juste envie d’avoir le beau gosse que pour elle. Égoïste parfois. Dans ce genre de situation à fond.

Luna le taquine pour savoir s’il est prêt à mettre le feu au dancefloor. Comme lorsque Ugo fait son numéro. Elle aime le voir danser Luna. Voir ses hanches bouger, mais quand il bosse il se livre aux regards des autres femmes et même des hommes. Qui bavent en s’imaginant bien des choses. Alors qu’elle a la chance de pouvoir vivre, ce que son déhanché fait naitre comme idées érotiques au creux de ses reins. « Tu as tout à fait raison.. » Elle laisse sa main glisser dans le dos de son partenaire profitant pour se perdre sur ses fesses en toute innocence bien sur. Du moins pour le moment. « Et j’aime quand on met le feu. » Luna appuie ses mots d’un clin légèrement provocant. La soirée est à peine commencée que l’orpheline donne la note sur laquelle elle va se passer. « Tu veux boire quelque chose ? Ou bien grignoter un petit truc ? A part que tu ne veuilles connaitre le menu. » Elle entraine Ugo vers  le salon. « Est-ce que tu veux me manger en entré, en plat de résistance ou bien en dessert ? » Sa voix est rieuse, elle aime la relation qu’ils partagent. Sans prise de tête, le plaisir pour le plaisir. Plaisir que la danse a fait naitre et qu’ils se régalent de consommer avec la même ferveur à chaque fois qu’ils sont ensemble. « A part que tu veuilles commencer par une danse. » Elle roule des hanches au son de la musique latine qui résonne entre les murs. Une salsa quoi de mieux pour leurs donner chaud. Même si la leur sera des plus particulières vu qu’ils y mettent leurs propres pas. Ils ne tombent pas dans le conventionnel. Ils laissent juste leurs corps se guider. Surtout qu’Ugo par rapport à Luna a pris des cours. Alors elle lui fait confiance. Et ajoute sa touche de rêverie et d’insouciance. Ce qui rend leur corps à corps unique et toujours enivrant.



(fiche) drvgns. / (ava) wcstedrose & MORPHINE.



 
“Forgetting the past, transforms the present into a complicated path.”

 
Revenir en haut Aller en bas
Ugo Difazio10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Ugo Difazio
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4473-ugo-difazio-bella-ciao http://www.ciao-vecchio.com/t4493-ugo-difazio-mens-sana-in-corpore-sano
Faceclaim : Francisco Lachowski by Dark Dreams (Avatar)
Messages : 59 - Points : 135

Âge : 29 ans.
Métier : Danseur, il vit de son art en s'exhibant dans un club de strip-tease, son corps mouvant sensuellement, centre des convoitises, objet de désir. Il rêve pourtant de vraie reconnaissance, de ballets, de troupes. Mannequin chez Vogue.
Sujet: Re: Le langage des corps. feat Ugo ( le Sam 29 Déc 2018 - 19:46 )
Body language...
Luna & Ugo

 
« Quand les corps dansent. Le cœur et l'âme s'enlacent. Un moment de grâce et de bonheur, où les danseurs semblent être ailleurs. Et les pas s'enchainent donnant plus d'aise aux corps. Leur offrant une liberté nouvelle parfois charnelle.  »
Luna est là pour lui ouvrir la porte, n'attendant que quelques secondes, après avoir sonné. Il est à l'heure, s'assurant toujours d'être ponctuel et voir la jeune femme fait apparaître son sourire sur ses lèvres. Elle est toujours aussi magnifique, comme si la déesse Vénus en personne avait pris une enveloppe charnelle. Il cerne son mordillement de lèvre, un signe discret et pourtant qui porte une trace de sensualité. Il complimente la jeune femme, soulignant sa beauté, en parfait gentleman, aimant jouer de son charme. Et malgré son apparence, son physique et sa confiance, Ugo n'est pas un coureur de jupons. Il n'a connu que peu de femmes. Peu de femmes après Allegra. Et le jeune sicilien préférait se faire aborder, plutôt que de faire la cour dans des bars ou dans des boîtes de nuits. Il pense déjà à leur danse, la musique n'attendant plus qu'eux. Ce à quoi il a pensé toute la journée. Mais c'était bien elle qui trônait au centre de son esprit.

- Je suis ravi de te rendre heureuse.

Murmure le jeune homme, en réponse à ses mots. Ses mots glissant jusqu'aux lèvres de la jeune danseuse qui initia le baiser, posant ses délicates lippes contre les lèvres de son amant. Il se délecte de sa douceur, languissant déjà de se délecter du reste de son corps, de son cou, de la moindre parcelle de sa peau qu'il fera frissonner, jusqu'à ce que le désir ne les emportent, enivrant leur sens, leur corps, pour qu'ils fusionnent. Ses mains sur ses hanches, il se laisse entraîner par la jeune femme. Ce soir, il est tout à elle, il lui appartiendra. Personne d'autre ne pourra clamer ce privilège de passer la soirée en compagnie du danseur. C'est un moment qui n'est rien qu'à eux.

Avec Luna, il y a plus encore que ce qu'il offre aux gens qui viennent le voir, qui le regardent se déhancher, faisant naître des désirs et éveiller les sens. Avec Luna, c'est concret. Physique. Leurs corps se transcendent l'un contre l'autre. Il réalise les désirs de la belle, assouvissant leurs envies, jusqu'à ce que leurs corps s'épuisent. Il la regarde avec un petit sourire en coin en la sentant glisser sa main du bas de son dos jusqu'à ses fesses. La sensation est agréable et sensuellement le brun mordille sa lèvre inférieure, innocemment, mais avec une certaine sensualité.

- De même, ma belle. C'est si grisant...

D'être avec elle, en communion, en harmonie, sur la même longueur d'onde, se comprenant sans avoir à dire un mot, réagissant aux mouvances de leurs corps. Le corps était un langage et la danse devenait leur moyen d'expression. Sa liberté. Une liberté qui avait le même parfum que celui de son amante. Il aime ce côté provocant chez elle, sulfureux. En un rien de temps elle le ferait craquer. Et elle le sait, elle en joue et tous deux connaissent le corps de l'autre, l'apprivoisant, le domestiquant.

- Avec plaisir, surprend moi...

Dit-il avec un sourire malicieux naissant au bord de ses lippes. Elle connaissait ses goûts, elle savait ce que le garçon aimait boire. L'eau ne serait pas de trop, quand ils commenceraient à danser. Il avait hâte de connaître le menu, fin gourmet qu'il était. Il aimait la cuisine et se débrouillait, mais il n'était pas si fin gastronome que l'était la jeune femme. Il se laisse guider vers le salon, offrant toute son attention à la jeune femme.


- Au dessert. Le meilleur pour la fin... Même si j'ai très envie de pouvoir y goûter avec un peu d'avance.

Murmure t'il avec sensualité. Il glisse ses doigts sur sa joue. Il fond à son ton rieur, à son teint. Ô il aime cette relation, soudée par le plaisir de la danse, et le plaisir plus charnel qui suit, celui de leurs corps qui s'emballent, quand le corps à corps sensuel devient charnel et qu'aucune barrière ne les entravent.

- Ce serait un honneur. Me l'accorderas-tu ?

Demande t'il, un brin innocent, un brin de galanterie, offrant son bras à la jeune danseuse. Le roulement de ses hanches est une invitation, qu'il ne pourrait décliner, mettant les formes. Rien de mieux qu'une salsa, rythmée par une musique latine, pour se mettre en appétit, abandonnant tout contrôle, guidés par leurs instincts, par leurs corps, sans aucune limite, jusqu'à s'enivrer du corps de l'autre, le brun aimant voir le langage corporel de sa partenaire, entre sensualité, insouciance, et rêverie, ce qui définissait la femme qu'elle était...

 
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Luna PrimaveraToujours frais après un litre de café
Luna Primavera
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4153-les-trous-noirs-c-est-comme-un http://www.ciao-vecchio.com/t4158-la-blessure-cicatrisee-on-oublie-la-douleur-luna#131616
Faceclaim : Irina Shayk © .MORPHINE. (vava) Miss Pie (sign)
Je suis absent-e : .
Messages : 1117 - Points : 1503

Âge : 34 ans qu'elle fête le 1er mai. Trouvée en 1994 dans les rues de Naples. On lui a donné 10 ans. A partir de là sa date de naissance a été définie. (1/05/1984)
Métier : Assistante administrative au cinéma le Modernissimo
Sujet: Re: Le langage des corps. feat Ugo ( le Mar 8 Jan 2019 - 6:06 )

Ugo & Luna.

Quand les corps dansent. Le cœur et l'âme s'enlacent. Un moment de grâce et de bonheur, où les danseurs semblent être ailleurs. Et les pas s'enchainent donnant plus d'aise aux corps. Leur offrant une liberté nouvelle parfois charnelle.




Un jeu de séduction se met en place entre Luna et Ugo. Elle sait très bien que les mots et les regards ne sont que le début. Un avant gout de ce qui les attend et qui les enveloppera avec douceur au cours de la soirée. Les deux amants passeront par plusieurs phases avant de ce laisser gagner par le désir de s’appartenir. Elle se dévoilera peu à peu dans la danse et Ugo la suivra avec délice. Donnant à leurs pas une saveur intime.
Mais chaque chose en son temps.
Même si l’idée du dessert chavire l’orpheline. Parce que frôler Ugo avant de succomber est à chaque fois plus divin. Ils se saluent. Se complimentent. Ils attisent le feu. Ils éveillent la braise pour la rendre ardente.
Entre eux il n’y a pas d’interdit.
Juste de la musique et un langage corporel qui pourrait en faire pâlir plus d’un. Parce que l’échange s’allonge et s’étire prenant une forme toute en osmose. Avec Ugo à ses côtés la danse pour Luna devient un lien fort et sans barrière. Dans ces moments là ils n’ont pas besoin de mot et même les silences deviennent beaux.

L’ivresse est là. Taquine mais jamais orpheline. Ils savent ne faire qu’un quand ils arrivent au sommet de leurs gestes. Mais avant d’en arriver au dessert, il y a des étapes. Ou les mains effleurent la peau de l’autre et ou les lèvres avides goutent et regoutent jusqu’à l’hallali.
Titiller le désir.
Le voir se dessiner dans le regard d’Ugo, elle aime cette sensation Luna. Elle accroche des étoiles dans son regard qui seront le guider avec plus d’aisance vers le but que fera palpiter leurs cœurs en émois. « Te surprendre !! Pourrait devenir mon met favori. » Mais d’abord elle lui propose de boire, de trinquer à cette soirée avant de l’émoustiller avec le menu. « Alors faisons que cette soirée ne se pare que de dessert plus enivrant les uns que les autres. » Elle appuie ses mots d’un regard charmeur.
La lumière joue sur le ton de vert de ses yeux.
L’invitation est lancée, Ugo peut gouter en avance s’il le désire. Luna n’en sera que plus conquise. Ses doigts glissent comme une caresse sur la joue de la belle. Une caresse légère et douce comme un nuage de candeur qui lui enflamme quand même la peau. Et la musique résonne emportant leurs pieds dans chacune de ses notes. Ils n’ont pas besoin de plus pour se sentir heureux.

Car Luna est une autre dans ces moments de danse intense ou la sensualité frôle l’érotisme. Ou l’indécence parfois touche de sa caresse l’innocence. Ou la fraicheur d’un geste se distille dans la chaleur d’un autre. Et leurs bassins s’accrochent dans une salsa qui roule et les enroule.
Ils sont seuls au monde.
Leurs gestes sont fluides chacun accompagne l’autre dans la recherche de la ligne parfaite, de la beauté immortelle. Leur cœur et leur souffle s’harmonisent avec la mélodie. Le soleil brille et ils se grisent des senteurs que les notes latines veillent éveiller dans leur imagination. La main de Luna s’égare parfois sur les courbes d’Ugo qui sous l’impulsion de la danse dégage un érotisme qui envoute la belle.
Elle vient chercher le contact sans rompre la danse.
Ses lèvres contre sa peau se font parfois rebelles. Comme ses yeux quand ils plongent dans ceux du jeune homme. « Tu es terriblement sexy et tu me donnes envie de devenir moins sage. » Alors ses hanches roulent d’avantage. Ses lèvres s’emparent des lèvres de son partenaire.
Avant de les abandonner.
Jouant sur ses pulsions. Aiguisant l’envie au-delà de l’envie. Enivrante séductrice qui use et abuse de ses atouts. Elle tourne faisant soulever les pans de sa robe dévoilant une vue exquise sur sa lingerie. Comme si elle lui demandait d’oser.
D’oser frôler cette part d’elle qui brule déjà.




(fiche) drvgns. / (ava) wcstedrose & MORPHINE.



 
“Forgetting the past, transforms the present into a complicated path.”

 
Revenir en haut Aller en bas
Ugo Difazio10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Ugo Difazio
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4473-ugo-difazio-bella-ciao http://www.ciao-vecchio.com/t4493-ugo-difazio-mens-sana-in-corpore-sano
Faceclaim : Francisco Lachowski by Dark Dreams (Avatar)
Messages : 59 - Points : 135

Âge : 29 ans.
Métier : Danseur, il vit de son art en s'exhibant dans un club de strip-tease, son corps mouvant sensuellement, centre des convoitises, objet de désir. Il rêve pourtant de vraie reconnaissance, de ballets, de troupes. Mannequin chez Vogue.
Sujet: Re: Le langage des corps. feat Ugo ( le Dim 20 Jan 2019 - 15:48 )
Body language...
Luna & Ugo

 
« Quand les corps dansent. Le cœur et l'âme s'enlacent. Un moment de grâce et de bonheur, où les danseurs semblent être ailleurs. Et les pas s'enchainent donnant plus d'aise aux corps. Leur offrant une liberté nouvelle parfois charnelle.  »
Le brun n'est pas un Dom Juan, ni un séducteur. Il aime charmer et plaire, mais ne court pas les jupons pour autant. Il apprécie davantage se faire aborder, le faisant en de rares occasions. Comme à l'occasion où il a rencontré Luna et découvert la personnalité pétillante de la jeune demoiselle. C'est la danse qui les a rapprochés, et qui rapprochent leurs corps. De plus en plus près, s'effleurant, faisant griser leurs sens. Un langage s'installe, un jeu commence. Et sans qu'ils aient nécessairement besoin de parler, les deux amants se comprennent, sur une même longueur. Ce n'est que le début de la soirée, et pourtant ils basculent lentement à l'appel du désir, qui se fait l'écho de la passion. Il perd toute notion. Il perd la notion du temps et ne pense plus qu'à cet instant. Instant tant attendu. Instant où il se sent réellement vivant. La tentation de goûter au dessert si sucré est forte, d'y poser ses lèvres et de s'en délecter. Trop forte, et y succomber serait légitime, dès que son corps effleure celui de la jeune femme, entrant en fusion, tel un volcan, explosant quand serait venu le moment de l'apothéose. Un feu brûle en lui, irradie tout son être. Luna a allumer l'étincelle, et dès cet instant, ils savent, ils savant que nul retour en arrière est possible. Et il se laisse consumer par ce feu dévorant, qui n'attend que de prendre tout le contrôle, de s'imposer. Un feu qui est celui de la passion.

Ugo n'a jamais vraiment dansé avec une partenaire, si ce n'est son ancienne professeure de danse, Allegra. Tout est portant si simple avec elle, laissant libre court à son corps, à ses mouvements, s'exprimant comme il l'avait toujours fait. Avec Luna, il n'y avait plus de soucis. Il n'y avait pas de trac, pas de pression. L'ivresse les emportent. Ses doigts glissent sur le corps de la jeune femme, sans trop s'aventurer, l'effleurant, comme il l'effleurait de ses lèvres, goûtant ses lippes avant de se retirer, profitant de cette saveur sucrée, la conservant jusqu'à pouvoir en profiter infiniment. Son regard brille de désir, brillant dans les prunelles de la belle. Il esquisse un sourire en coin à ses mots.

- Ce serait réciproque...

Murmure t'il doucement contre sa peau, ses lèvres si proches qu'elle pourrait sentir le contact de son souffle brûlant.

- Et qu'elle soit inoubliable...

Ajoute t'il. Comme toutes les autres qu'il a eu l'honneur de passer en compagnie de la jeune femme. Il n'en a oublier aucune. Elles ont toutes une saveur particulière à ses yeux. Il ne peut que succomber à cette promesse, qu'accentue son air charmeur. Elle l'a entre ses filets, son regard brillant dans le sien. Rapprochant son visage du sien, il glisse ses lippes sur les siennes, entamant le contact entre leurs lèvres scellés, son avant-goût du dessert, qui attise son appétit. Tandis que ses doigts effleurent sa peau, glissent sur sa joue, appréciant le contact de sa peau sous ses doigts. Elle est un délice. Sensuelle et candide, charmeuse et innocente. Il frôle son bassin du sien, comme quand ils dansent, aiguisant leurs sens, les rapprochant. Ils rentrent en contact, s'effleurent, s'éloignent, pour mieux se ressouder et décupler les sens éveillés. Il se délecte de sentir les lèvres de la jeune femme se faisant rebelles, cherchant ce contact.

- Tu es ma Vénus, ma muse...Et j'ai très envie de voir cette part de toi...

Murmure t'il le plus sensuellement au monde, un brin suave dans la voix. Il mordille sa lèvre inférieure, attisé par ses mots, accroissant l'envie et la curiosité. Elle aiguise son envie, le fait languir, le torture.

Il se laisse entraîner, la suivant, la laissant mener cette danse, à la fois voluptueuse et entraînante. Il glisse ses doigts le long de ses hanches, jusqu'à ses fesses, y déposant une sensuelle caresse, son bassin mouvant contre le sien...

 
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Luna PrimaveraToujours frais après un litre de café
Luna Primavera
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4153-les-trous-noirs-c-est-comme-un http://www.ciao-vecchio.com/t4158-la-blessure-cicatrisee-on-oublie-la-douleur-luna#131616
Faceclaim : Irina Shayk © .MORPHINE. (vava) Miss Pie (sign)
Je suis absent-e : .
Messages : 1117 - Points : 1503

Âge : 34 ans qu'elle fête le 1er mai. Trouvée en 1994 dans les rues de Naples. On lui a donné 10 ans. A partir de là sa date de naissance a été définie. (1/05/1984)
Métier : Assistante administrative au cinéma le Modernissimo
Sujet: Re: Le langage des corps. feat Ugo ( le Mer 30 Jan 2019 - 4:08 )

Ugo & Luna.

Quand les corps dansent. Le cœur et l'âme s'enlacent. Un moment de grâce et de bonheur, où les danseurs semblent être ailleurs. Et les pas s'enchainent donnant plus d'aise aux corps. Leur offrant une liberté nouvelle parfois charnelle.




L’air se charge de sensualité, à peine les deux amants retrouvés. Leurs êtres se parent d’attraits, sachant que chacun à leur tour ils vont  succomber. Mais d’abord il y a la mise en bouche. Les mots qu’ils distillent sont plein de promesses futures. Comme leurs regards troublés et troublants. Comme leurs lèvres affamées et avides. Leurs gestes ne cachent pas leur désir. D’abord vêtus de couleurs pâle et douce avant de s’abandonner à des couleurs plus vives. Ils se frôlent, s’affolent. Réduisant la limite qui s’effrite sous leur envie de luxure.
C’est beau. Légèrement érotique. Terriblement enivrant.
Luna sait comment séduite Ugo. Et ce savoir est réciproque. Ils en usent et en abusent, dés qu’ils peuvent passer un moment ensemble.Tout le jeu s’enroule autour de la danse. Ils titillent leur désir pour le rendre plus passionné.
C’est un jeu d’équilibre.
Qui perdra pied le premier ? Qui se laissera tomber dans ce gouffre qu’ils ouvrent tour à tour ? Qui entrainera l’autre vers un horizon en feu ? Cela n’a pas d’importance. Que ce soit l’un ou l’autre. Elle ou lui en premier. Quand le pas sera franchi les deux s’embraseront et ils seront engloutis par une jouissance qui les comblera tout en les faisant toucher un coin de paradis.

Mais avant il y a la mise en bouche. Et la musique éveille leurs courbes. Tout n’est que délicatesse infinie. Une brulure dans laquelle ils plongent avec insouciance. Abandonnant toute résistance. Tout sera partagé et inoubliable. Marqué dans leur chair comme une trace indélébile. Lié dans leurs entrailles comme un cadeau du ciel. Alors leurs lèvres s’électrisent. Et leurs corps se cherchent d’avantage. Leurs doigts s’emparent de leur chair. La provocation se fait plus présente même si elle reste chaste. Ils savent qu’elle se fera moins sage dans quelques instants.
D’ailleurs Luna vient de jeter la première pierre dans leurs eaux trop calmes.
« Et si j’avais envie de t’en priver pour mieux de faire ensuite succomber. » Sa voix est presque impatiente. Comme son corps qui s’embrase sous les doigts d’Ugo. Elle se penche en arrière alors qu’il a sa main au creux de son bassin. Elle lui offre une vue vertigineuse sur son décolleté. Sur la naissance de ses seins. Puis elle remonte laissant ses cheveux amplifier le mouvement langoureux. Elle revient se saisir de ses lèvres. Alors qu’elle sent naitre le désir en lui. En elle. Désir qui explose quand son bassin vient se coller d’avantage à celui de son amant.

Luna recule un peu. Frustrant leurs corps affamés. Elle glisse ses mains sur son torse et descend doucement. Faisant frissonner la peau d’Ugo au travers du tissu. Puis elles s’égarent en dessous avant d’ôter l’obstacle pour entre directement en contact avec son épiderme. Elle joue de ses doigts sur son ventre, son bas ventre. Il vont même frôler en dessous de la ceinture. S’aventurant un peu plus bas quelques secondes avant de remonter sur ses côtes.
Ses hanches suivent toujours la musique.
Puis ses mains passent sur ses pectoraux, ses épaules et ses bras s’enroulent autour  de son cou. « Toujours aussi appétissant. » Elle plonge ses yeux dans les siens. Elle l’embrasse avec fougue. Luna se retourne plaquant son dos contre le torse dénudé d'Ugo. Elle bouge lentement mais tous ses mouvements sont calculés. Comme quand elle se penche en avant et que ses fesses se font plus tentantes contre la virilité de son amant. Puis elle remonte et laisse sa tête se poser sur son épaule venant chercher un baiser.
« Tu es terriblement tentant. »
Elle attrape les mains du jeune homme et les pose sur son ventre. Elle recouvre les mains de son amant des siennes et elle les fait descendre sur son bas ventre. Gémissant doucement sous le feu de la caresse. Elle continue la descente jusqu’à sa féminité. Seul rempart à la caresse intime, le tissu de sa robe et celui de son sous vêtement. Mais cela rend le jeu encore plus excitant et exquis. Et le désir plus intense.
Mais va t-elle résister longtemps à l'envie de le sentir en elle ?
Mais va t-il résister longtemps à l'envie de la faire sienne ?




(fiche) drvgns. / (ava) wcstedrose & MORPHINE.



 
“Forgetting the past, transforms the present into a complicated path.”

 
Revenir en haut Aller en bas
Ugo Difazio10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Ugo Difazio
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4473-ugo-difazio-bella-ciao http://www.ciao-vecchio.com/t4493-ugo-difazio-mens-sana-in-corpore-sano
Faceclaim : Francisco Lachowski by Dark Dreams (Avatar)
Messages : 59 - Points : 135

Âge : 29 ans.
Métier : Danseur, il vit de son art en s'exhibant dans un club de strip-tease, son corps mouvant sensuellement, centre des convoitises, objet de désir. Il rêve pourtant de vraie reconnaissance, de ballets, de troupes. Mannequin chez Vogue.
Sujet: Re: Le langage des corps. feat Ugo ( le Mar 26 Fév 2019 - 18:08 )
Body language...
Luna & Ugo

 
« Quand les corps dansent. Le cœur et l'âme s'enlacent. Un moment de grâce et de bonheur, où les danseurs semblent être ailleurs. Et les pas s'enchainent donnant plus d'aise aux corps. Leur offrant une liberté nouvelle parfois charnelle.  »
Il y avait de la tension dans l'air, une tension qui grandissait, s'épaississait à mesure que le corps des deux amants se rapprochait l'un de l'autre, s'effleurant dans ce corps à corps tout en sensualité. Il n'avait fallu guère de temps pour qu'ils se retrouvent collés l'un à l'autre, une habitude plus que plaisante, se sentant vivant au contact de la jolie brune. Le désir ne tarde pas à se mêler à l'équation, grandissant, attisé par les gestes des deux danseurs, sans savoir qui y succomberait en premier, qui succomberait à ce jeu en premier. Peut-être qu'il n'y avait jamais vraiment de perdant à ce jeu. Un statut quo. L'ex æquo, encore et toujours. Comme à chaque fois. L'apéritif est fort appétissant, à son goût. La brune est magnifique, désirable. Ils savent tous les deux comment la soirée finira, ils se le murmurent, sans se le dire. Tel un euphémisme. Et quand ce ne sont pas les mots qui parlent, ce sont leurs corps qui par ce langage transporte les mêmes mots, d'une manière toute différente. Son regard brillant, pétillant d'une lueur reste plongé dans le regard palpitant de la brune, comme s'il ne pouvait s'en détacher. Ses lèvres affamés viennent goûter aux lippes savoureuses de la brune, se délectant de la saveur sucré, laissant son parfum l'enivrer, ayant envie de déposer ses lèvres sur son cou, ses épaules. Le désir transparaît, dans chacun de leur geste,  brillant dans leurs prunelles. Luna peut le sentir sous les caresses sensuelles du brun, ses baisers brûlant, brûlant d'envie. Leurs corps se frôlent, se touchent, se découvrent, encore et encore. L'envie grandit, s'insinue dans leurs veines telle une drogue qui les consument, jusqu'à ce qu'ils cèdent et se laissent aller, s'abandonnent à ce désir profond. Corps à corps sensuel, bercé par l'érotisme. Il n'y qu'avec Luna qu'il partage de tels moment. Il n'y qu'à elle qu'il confère de tels instants. Il se sent privilégié, appréciant chaque minute qu'il passe avec la belle jeune femme. Elle sait comment le séduire, le retenir entre les mailles de son filet. Et lui apprécie que la jeune femme le séduise, le fasse succomber, lui donne toutes les raisons de craquer. C'est un jeu, qui se mêle à leur danse, qui s'y mêle dans une parfaite symbiose. Jusqu'à ce que le désir atteigne le stade de l'apogée, ne puisse plus être contenu. Le but est finalement de savoir qui sera embrasé en premier par les feux du désir. Un jeu où aucun ne gagne ni ne perd. Un jeu qui pimente simplement cette danse déjà des plus érotiques, des plus sensuelles. Tous deux finiront consumés par la passion, le désir qui aura su les emporter, les repousser dans leurs retranchements.

L'apéritif éveille les sens, réveille les désirs enfouis, bercés par la musique qui les entraîne, qui les aspirent dans un cercle. Tout n'est que délicatesse, douceur, avant que leurs corps se rapprochent et que le contact devienne brûlant, attisant ce désir qui les aspire. Le désir fait toujours céder les barrières, parvient toujours à consumer les deux amants qui s'abandonnent, laissent parler leurs corps, sans retenue. Plus leurs corps se frôlent, et plus l'envie brûlante de l'effleurer est grande, submergeant leur être. Il frissonne au contact de son corps, au contact électrique de ses lèvres, un appel à y déposer ses lippes, à venir y goûter encore et encore, à se délecter de la saveur si sucrée qui les parfume. De la douceur, il n'y avait qu'un pas qui les rapprochait de la luxure, qui rendait leur corps à corps moins chaste, plus intime. Luna est la première à ouvrir les provocations, voulant faire languir son amant. Que pouvait-il répondre à cette provocation, quand il savait que la brune avait raison. Il devait résister, repousser ses limites, pour ne pas céder sur le pas.

- Me frustrer...J'espère que je ne succomberais pas trop vite.

Répond t-il avec un sourire malicieux au bord de ses lippes. Ô il était tout à elle. Des mots qu'il finirait par lui dire, quand il s'abandonnerait, au moment où il céderait face à la vague de son désir. Elle en joue avec ce spectacle qu'elle lui offre, lui offrant des pensées si peu chastes, ses doigts toujours sur son bassin. Il la contemple avec désir, avant de retrouver le goût de ses lèvres, de s'en délecter, jusqu'à en être à nouveau séparer. Désir qu'il ré-freine vainement alors qu'elle joue avec lui, son bassin venant effleurer le sien, venant mesurer son envie, tester son désir.

Et sur ce même ton joueur, elle se sépare, pour mieux le frustrer, mieux le faire languir, sur le point de céder, de ne plus pouvoir résister à cette envie qui le submerge. Il frissonne au contact de ses doigts sur sa peau, sur son torse, descendant le long de ses abdos, se mordant la lèvre inférieure. Malgré son haut, un rempart qu'elle ne dépasse pas. Avant qu'elle ne franchisse l'obstacle, fasse frémir son corps à ce contact, alors que ses mains s'égarent et le frôlent sous sa ceinture pour mieux attiser son désir, avant de remonter le long de son corps. Il esquisse un sourire à ses mots.  

- Et que devrais-je dire pour toi ? Tu es délicieuse.

Murmure t'il sensuellement. Ses bras enroulés autour de ses hanches, il la rapproche pour mieux profiter de son étreinte, de son baiser plein de passion. Elle se retourne, dos contre son torse musclé. Il se mordille fiévreusement la lèvre inférieure à ces gestes, sur le point de perdre le contrôle, sachant qu'elle sent le désir affluer en lui, grandir et devenir de plus en plus intense. Ses fesses contre son bas-ventre, il se sent craquer, sent qu'il s'abandonne, mais si elle ne peut pas le voir, elle peut le sentir, dans ses veines qui palpitent. Il pose un baiser brûlant sur son cou, puis un autre, descendant ses lèvres sur son épaule, pour remonter sur son coup, laisser son empreinte, sa marque, la mordillant, ne résistant pas à l'envie de la faire sienne, comme il voulait être à elle.

- Tu l'es davantage, belle succube.

Murmure t'il au creux de son oreille, avec une sensualité qui s'échappe de ses lèvres qui s'entrouvrent. Il se laisse guider, caressant son ventre, laissant ses mains glisser sur son corps, descendant sur son bas-ventre, lentement, avec sensualité, pour mieux la faire succomber, se délectant du gémissement que provoque ses caresses, la mordillant sensuellement une nouvelle fois, ses lèvres embrassant la légère marque rougeâtre. Il glisse ses doigts sur sa féminité, par-dessus les tissus de sa robe et de son sous-vêtement, ne l'empêchant pas de la caresser, de faire frictionner ses doigts contre cette zone si sensible, attisant son désir, du bout des doigts, la faisant languir à son tour, en ne passant pas le barrage des tissus.

 
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Luna PrimaveraToujours frais après un litre de café
Luna Primavera
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4153-les-trous-noirs-c-est-comme-un http://www.ciao-vecchio.com/t4158-la-blessure-cicatrisee-on-oublie-la-douleur-luna#131616
Faceclaim : Irina Shayk © .MORPHINE. (vava) Miss Pie (sign)
Je suis absent-e : .
Messages : 1117 - Points : 1503

Âge : 34 ans qu'elle fête le 1er mai. Trouvée en 1994 dans les rues de Naples. On lui a donné 10 ans. A partir de là sa date de naissance a été définie. (1/05/1984)
Métier : Assistante administrative au cinéma le Modernissimo
Sujet: Re: Le langage des corps. feat Ugo ( le Ven 8 Mar 2019 - 10:44 )

Ugo & Luna.

Quand les corps dansent. Le cœur et l'âme s'enlacent. Un moment de grâce et de bonheur, où les danseurs semblent être ailleurs. Et les pas s'enchainent donnant plus d'aise aux corps. Leur offrant une liberté nouvelle parfois charnelle.




La danse charnelle se mêle à leur danse sensuelle. Un corps à corps fusionnel se met en place, augmentant la chaleur dans le creux de leurs entrailles. Dans le creux de leurs reins. Luna joue. Ugo riposte. Luna enivre. Ugo envoûte. Elle éveille les sens. Il  les sublime. Ils attisent le désir en frôlant l'indécence. Elle provoque. Il frustre. Elle frustre. Il provoque. Elle lui offre ses lèvres. Il lui donne sa peau frissonnante. Et leur cœur comme leur souffle s'harmonisent au rythme de la musique. Leurs pas suivent aveuglément ce tempo qu'eux seuls maitrisent.
Une partition parfaite qu'ils écrivent de leur sourire et de leur battement de cils.
Union parfaite de l'art de la séduction additionné à l'envie fulgurante, savamment distribuée au travers de leurs veines palpitantes. Ils savent l'un comme l'autre que cette danse finira dans une joute suave et torride. Mais avant ils s'affolent de la plus douce des manières. Osant provoquer. Osant donner pour mieux embraser.
C'est leur jeu préféré.
Celui qu'ils jouent avec sagesse avant de le jouer avec passion et déraison. Leurs regards se fondent l'un dans l'autre, alors que leurs mains s'invitent d'avantage. Les courbes de Luna épousent celles d'Ugo. S'engourdissant du plaisir que le contact met à nu malgré le tissus. Elle le désire. Il la désire. Mais se faire languir semble les épanouir et dévorer d'avantage leur chair du feu ardant qui les consume intérieurement comme extérieurement.
Qui lâchera prise en premier ? Qui dévorera l'autre ne pouvant plus résister ?

Luna provoque d'avantage en venant coller son dos contre le torse d'Ugo. Elle sent son désir frôler sa chair. Elle a envie que ses mains se fassent plus indécentes. Elle a envie qu'il passe la barrière du tissu de sa robe, de ses dessous. Elle veut qu'il l'affole d'avantage pour que l'étreinte soit plus forte, plus intense. Elle brûle de sentir ses lèvres contre sa nuque. De sentir sa chair dans sa chair. Sa morsure aussi qu'il rend plus intense en parant sa peau de baiser.
Elle soupire d'aise. Elle gémit.
Luna est bien et elle laisse son corps s'offrir aux caresses qui se font plus intimes. « Et si on passait aux choses sérieuses beau gosse. Tu me rends folle avec tes caresses. J'en veux plus. » Le repas sera pour plus tard, là elle veut juste prendre une avance sur le dessert. Un abus de gourmandise indécente pour calmer l'ardeur de son corps en manque. Alors Luna se retourne et laisse son regard plonger dans celui d'Ugo. Ses mains viennent défaire les boutons et la fermeture éclair de son pantalon, libérant la virilité de son amant. Avant de venir s'en emparer de ses doigts.
Elle emprisonne ses lèvres et le tire vers le canapé où elle se laisse tomber. Entrainant Ugo dans sa chute lente. « J'ai envie que notre danse se fasse plus intime. Est ce que cela te tente ? » Vu son état d'excitation la belle sait qu'il ne dira pas non. De toute façon leurs corps s'attirent comme des aimants, et il leurs est difficile de résister. De plus ils en n'ont pas envie.
Pourquoi se priver d'un tel délice ? Lors qu'il s'offre à leurs pieds. Et Ugo est un partenaire exquis.

Luna pousse Ugo pour qu'il se retrouve sur le dos. Elle lui ôte son pantalon le faisant glisser lentement, laissant ses doigts effleurer ses aines, son sexe tendu. Mais tous ses gestes sont doux, même si elle brûle de rendre le jeu encore plus torride. Une fois que son amant se retrouve en boxer elle le regarde avec gourmandise. Elle se mord la lèvre fébrile de l'envie que cette vision intensifie. « Comment te résister ? »
Elle a encore sa robe.
Mais les mains d'Ugo font leur effet en venant glisser sur ses courbes en demandent. Puis Luna rend le contact plus intime, tout en frustrant leurs chairs, vu qu'il reste encore la barrière du tissu. Elle laisse son bassin bouger contre celui de son amant. Elle crée l'étincelle qui enflamme le feu. Leur feu. Cette fois c'est leur propre musique qu'ils jouent. Et rien ni personne ne va l'arrêter.
Ils risquent fort de se goûter avant de s'abandonner vraiment.
Ils risquent fort de divaguer avant de couler vraiment.
Mais ils savent tous les deux à cet instant que l'alchimie est à son apogée et qu'elle ne retombera qu'une fois le désir consumé et consommé.




(fiche) drvgns. / (ava) wcstedrose & MORPHINE.



 
“Forgetting the past, transforms the present into a complicated path.”

 
Revenir en haut Aller en bas
Ugo Difazio10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Ugo Difazio
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4473-ugo-difazio-bella-ciao http://www.ciao-vecchio.com/t4493-ugo-difazio-mens-sana-in-corpore-sano
Faceclaim : Francisco Lachowski by Dark Dreams (Avatar)
Messages : 59 - Points : 135

Âge : 29 ans.
Métier : Danseur, il vit de son art en s'exhibant dans un club de strip-tease, son corps mouvant sensuellement, centre des convoitises, objet de désir. Il rêve pourtant de vraie reconnaissance, de ballets, de troupes. Mannequin chez Vogue.
Sujet: Re: Le langage des corps. feat Ugo ( le Sam 16 Mar 2019 - 19:09 )
Body language...
Luna & Ugo

 
« Quand les corps dansent. Le cœur et l'âme s'enlacent. Un moment de grâce et de bonheur, où les danseurs semblent être ailleurs. Et les pas s'enchainent donnant plus d'aise aux corps. Leur offrant une liberté nouvelle parfois charnelle.  »
Les deux amants étaient pris dans l'étreinte de la danse, leurs corps se mêlant dans une danse lascive et sensuelle, de plus en plus torride et charnelle. Le corps à corps est de plus intense entre les deux danseurs. La tension qui les anime est à son apogée. Chaque friction de leurs corps accentue la brûlure qui se répand dans leurs veines. Ils se connaissent, au point où leurs corps ne font plus qu'un, dans une danse aussi sensuelle qu'harmonieuse. Un feu brûle leurs corps, se propageant à travers leurs veines, comme de la lave en fusion. Un jeu s'était mis en place, un jeu où il n'y avait pas de perdant. Luna jouait de son charme, jouait de son corps contre le sien, aiguisant son désir, éveillant ses sens. La luxure se mêle à l'érotisme de la danse qui rapprochait le deux amants. Elle le provoque, le frustre, le fait languir, et le jeune danseur répond à ses agissements, jouant le jeu de sa muse. Il capture ses lèvres, se délecte de ce délicieux contact, en même temps qu'il lui offre sa peau, son corps. Une parfaite harmonie unit les danseurs, qui s'effleurent et se croisent sous le rythme de la musique. Le désir et l'envie grandissent, plus fortes à chaque seconde qui passe. Une envie irrésistible qui les conduirait jusqu'à assouvir ce désir si profond et ancré au fond de leur être, à se plonger dans un océan de luxure. Leurs corps s'embrasent, languissant chacun à leur tour, dans un jeu sensuel et suave. Les courbes de la jeune femme glissent contre le corps du danseur, laissant ses doigts courir sur sa peau et découvrir chaque parcelle de son corps, pour avoir la chance d'apercevoir un frisson sur la peau de son amante. Il la désire. Elle le sait, et elle continue à en jouer, à le faire languir, effleurant son bassin de ses courbes, alors qu'ils craqueraient tous deux bien vite. Un désir qui le consume, qui l'irradie tel un venin qui coule dans ses veines.

Son dos contre le torse du jeune homme, le danseur succombe. Le jeune sicilien craque. Son désir irradie, le brûlant de toute part, à son comble. Ses caresses se font sensuelles, attisant à son tour un peu plus le désir de la danseuse, ses mains se faisant indécentes, alors que ses doigts couraient sur ses cuisses. Le jeune homme passe la barrière du tissu de la robe de la danseuse, ses doigts se rapprochant de la partie sensible de sa partenaire, de son amante. Ses lèvres glissent sur sa peau, embrassant son cou, y laissant quelques traces, embrassant sa nuque, y déposant des baisers brûlants. Il se délecte du soupir qui échappe des lippes de la danseuse. Ses caresses se font plus intimes, alors que ses doigts glissent sur le dernier bout de tissu, caressant sa féminité du bout des doigts, la faisant languir à son tour, la privant d'un contact à même sa peau. Il esquisse un sourire à ses mots. Elle avait craquée. Mais lui aussi avait craqué. Lui aussi voulait la même chose que sa belle amante.  

- On passe directement au dessert. Ô, l'appétit vint en mangeant...

Murmure t'il d'une voix suave au creux de son oreille, avant qu'elle ne se retourne vers lui, ses prunelles dans les siennes, alors que ses doigts commencent à déshabiller le danseur, se laissant faire, se laissant guider, appréciant cet instant. Il répond à son baiser avec passion, se laissant entraîné sur le canapé avec la jeune femme.

- Oui. J'ai la même envie, ma belle.

Murmure le brun, son visage à nouveau proche du sien, contemplant ses traits. La jeune danseuse le pousse, le brun se retrouvant sur le dos. Il lève son bassin pour l'aider à retirer son pantalon, n'ayant bientôt plus que son boxer. Il frissonne à ses gestes, incapable de détacher son regard du sien.

- Ne résiste pas. Le meilleur moyen est de céder.

Ajoute t'il contre ses lèvres. Ses mains glissent sur ses courbes. Il ressent l'envie de toucher sa peau, de laisser courir ses doigts sur chaque centimètre de son corps. Il défait la robe de la jeune femme, aider par son amante. Ses doigts descendent sur ses fesses, touchent, s'aventurent, en même temps qu'un râle s'échappe de ses lèvres, alors que la jeune femme commence à le torturer, mouvant son bassin contre celui du brun, prisonnier du dernier tissu. Il se mord la lèvre, sentant son feu le brûler, sentant son corps en demander encore plus...
 
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Le langage des corps. feat Ugo ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Le langage des corps. feat Ugo -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut