Revenir en haut
Aller en bas


 

- [Terminé] Padma | Un kidnapping -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Devraj MoreaLe vin est un puissant lubrifiant social
Devraj Morea
http://www.ciao-vecchio.com/t4190-devraj-don-t-you-remember http://www.ciao-vecchio.com/t4212-devraj-j-ai-implore-les-etoiles-de-me-la-ramener
Faceclaim : Rohit Khandelwal ©Art Acide
Messages : 386 - Points : 891
[Terminé] Padma | Un kidnapping V5r1Y0y
Âge : trente-quatre étoiles.
Métier : écrivain, mais ne se cantonne pas à cette passion. Devraj se laisse aller à de courtes missions, qui ne vont jamais au-delà d'un mois. Egalement, il est architecte.
[Terminé] Padma | Un kidnapping Empty
Sujet: [Terminé] Padma | Un kidnapping ( le Mer 26 Déc 2018 - 2:50 )
Vingt-deux heures. C’est tardif pour lui envoyer un message, mais en recevant une réponse, l’indien n’a pas su s’arrêter. Il ressentait le besoin d’avoir de ses nouvelles, d’échanger ne serait-ce que quelques minutes, mais l’écrit n’est pas suffisant. Lui qui, habituellement, y est très sensible, a besoin de quelque chose de plus fort, d’un contact. La sentir contre lui, respirer le même air. Le manque est là, l’oppresse, si bien qu’il a imposé un rendez-vous nocturne, sur un gros coup de tête. Depuis qu’il la connait, il a l’impression de perdre la raison, de ne plus réfléchir correctement et il ignore si c’est une bonne ou mauvaise chose, mais ça lui plaît. Ce qu’elle lui provoque, ses émotions auxquelles il n’a jamais été confronté. En peu de temps, Padma lui apporte beaucoup et il aimerait lui rendre la pareille. C’est avec cet objectif qu’il se lève du canapé, le bras tendu vers le dossier de celui-ci pour récupérer sa veste en cuir marron ainsi qu’une écharpe qu’il enfile autour du cou. En rejoignant sa moto, il envoie un rapide message à un ami afin de lui demander quelques précisions afin que son programme improvisé ne termine pas en catastrophe, puis se met en route. Première étape : Chiaia. Il a à peine le temps de poser un pied à terre que la porte de l’immeuble s’ouvre sur cette femme qui fait automatiquement battre son cœur. Toujours plus vite, plus fort. Elle a un pouvoir sur lui qu’il n’imaginait pas. Elle lui fait perdre la tête, lui donne des ailes. Son regard s’attarde sur sa silhouette, la scrute de haut en bas, puis se perd dans le sien. Son sourire s’élargit alors qu’il s’avance vers elle, tendant le bras pour capturer sa main et la ramener contre lui. « Salut. » murmure-t-il, en effleurant son nez avec le bout du sien. Celui-ci glisse sur sa joue, tandis que sa main se pose sur son cou, l’autre sur sa taille. Elle la longe, glisse sur son bras, s’arrête sur son épaule. Un contact qu’il connait, mais qu’il redécouvre. « C’était long. » avoue-t-il, prenant le risque de se faire passer pour le type complètement dépendant. Ce qu’il devient. Ses lèvres trouvent enfin les siennes avec un plaisir non dissimulé, une envie qui ne le quitte plus depuis qu’il les a goûtés pour la première fois. Ca aussi, ça lui a manqué. « J’espère que tu as passé un bon Noël. » C’est notamment parce qu’il s’agit d’une fête familiale qu’il ne s’est pas permis de la déranger avant. Il sait que c’est un jour particulier, mais après réflexion, il ne pouvait se contenter d’un petit message. Et puis, c’est un bon moyen de clôturer la journée en beauté. « Il va falloir avoir confiance en moi. Comme la première fois. » Et à moins qu’elle affirme le contraire, il ne pense pas l’avoir déçue ce soir-là. Devraj saisit sa main, la tire vers sa bécane et sort de son petit coffre un bandeau noir. « Ca, c’est pour que le kidnapping se déroule bien. » dit-il, en lui montrant le tissu. Il n’avait vraiment pas prévu de faire ça, avant de blaguer sur son enlèvement. « Le trajet va durer une heure. Habituellement, c’est plus long, mais à cette heure-là, ça roule bien. » Bien qu’il se doute qu’en la coupant d’un sens, le temps risque d’être décuplé. « Il faut absolument que tu voies quelque chose. » Doucement, il place le bandeau sur ses yeux, tout en murmurant au creux de son oreille : « Crois-moi, ça vaut le détour. » Il embrasse sa tempe, sa pommette droite, puis dépose un baiser sur son cou avant de la guider sur sa bécane. « Comme la première fois, tu t’accrocheras bien à moi. » Peut-être même plus. Il n’a pas envie qu’il lui arrive à la moindre bricole. « Est-ce que tu as des questions auxquelles je peux répondre, avant de partir ? » Tout sauf la destination. Devraj récupère son deuxième casque, prêt à le lui mettre. Il attend juste son feu vert et pendant cette attente, ne peut se retenir de la dévisager, d’afficher un sourire amusé en constatant qu’elle est totalement à sa merci, là.


Here, here in this heart it's cold, cold as stone. Must welcome these memories, as shallow as my eyes have slowly become. Hearts, frail heart left broken. Cold and known for its bitter agony. Times changed forever that night, leaving only empty memories. Empty memories won't heal the pain.


Dernière édition par Devraj Morea le Lun 18 Mar 2019 - 21:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Padma AlestraLe vin est un puissant lubrifiant social
Padma Alestra
http://www.ciao-vecchio.com/t4046-would-you-lie-with-me-and-just http://www.ciao-vecchio.com/t6036-padma-why-don-t-we-rewrite-the-stars#191154
Faceclaim : .Deepika Padukone ; rogers + Signature : astra + gifs : Ealitya
Messages : 2128 - Points : 1822
[Terminé] Padma | Un kidnapping Tumblr_lyzg2skVaX1qfjjglo1_250
Âge : 33 étoiles
Métier : Avocate le jour, et illustratrice de livres pour enfants sous un pseudonyme la nuit
[Terminé] Padma | Un kidnapping Empty
Sujet: Re: [Terminé] Padma | Un kidnapping ( le Jeu 27 Déc 2018 - 0:51 )
Le sourire que Padma avait plaqué sur son visage en voyant son téléphone s’allumer, en disait long sur la personne avec qui l’Indienne conversait. Et c’était comme ça depuis quelques temps, dès qu’elle voyait son nom apparaître sur son écran ; son cœur se mettait à bondir dans sa poitrine et ses doigts à trembler à l’idée de lui répondre. Même un simple « bonjour » suffisait à mettre l’avocate en tachycardie qui se retrouvait souvent bloquée à chaque réponse en cherchant le bon mot, la bonne tournure de phrase… et tout ça en calculant ses temps de réponse pour ne pas paraître trop pressée. La vie qu’elle menait ces derniers temps s’était compliquée depuis que Devraj était entré dans sa vie, mais en bien. Sans perdre plus de temps, elle coupa court à ses pensées en essayant d’effacer ce sourire béat qui lui étirait les lèvres et s’empressa d’enfiler ses chaussures ainsi qu’une veste et une écharpe. Une fois prête, Padma ne perdit pas plus de temps et sortit de chez elle en toute discrétion avant de traîner dans l’entrée de l’immeuble en y faisant les cent pas. Toutes les vingt secondes, elle regardait sa montre en tapant sur le cadran comme si ce simple geste ferait avancer le temps plus vite. A l’affût du moindre bruit, elle collait presque son visage à la porte de l’immeuble à chaque fois qu’elle entendait un moteur au loin, et après les huit déceptions qu’elle avait comptées, elle le vit enfin. Il était là. Et il n’en fut pas plus pour qu’elle pousse la porte pour aller le rejoindre, tout en exigeant à ses pas de ne pas se mettre à courir dans ses bras, bien que les enjambées qu’elle faisait étaient plus allongées que d’habitude. Pour éviter de se manger le sol, l’avocate alternait des coups d’yeux entre l’Indien et ses pieds qui pour le moment n’avaient pas décidés de la trahir. Si la main qu’il tendait dans sa direction fit battre le cœur de Padma à toute vitesse dans sa poitrine, elle ne tarda pas à la saisir pour se retrouver plus vite à ses côtés. « Salut. » Souffla l’Indienne, incapable de faire autre chose que de mimer. Très vite, leurs mains se mirent à glisser timidement sur le corps de l’autre, comme pour palier ce vide et ce manque qu’ils avaient ressenti pendant ces quelques jours où ils ne s’étaient pas vus. « Trop long. » Un bras passé autour de la taille de l’Indien, l’autre bloquant la main qui était allé trouver sa place au creux de son cou, un sentiment d’apaisement l’envahi une fois que ses lèvres retrouvèrent les siennes. Dans son estomac, un millier de papillons venaient de s’envoler tandis que dans ses veines s’était mis à couler cette passion qui ne faisait qu’embraser son cœur à chaque fois que leurs deux lèvres se rencontraient. Une douleur dont elle se délectait. En demande, même après qu’ils mettent fin au baiser échangé, ses lèvres en voulaient encore. Pour ne pas rompre le contact, elle se blottit contre Devraj et enfouit sa tête dans cou pour y humer son odeur, une main jouant avec l’écharpe de l’Indien. « Oui ça a été, quelque chose m’a manqué mais… ça a été. Et toi ? » Elle avait accompagné ses paroles d’un haussement d’épaules avant de lui retourner la question. Bien évidemment, Padma parlait de lui lorsqu’elle parlait de manque, mais elle ne voulait pas le dire à voix haute pour ne pas qu’il pense était déjà accroc. Même si elle l’était. « Hum, ok… » D’un air suspect, elle se laissa guider jusque sa moto sans lâcher Devraj du regard, suivant ses moindres gestes. Ses yeux s’écarquillèrent en remarquant le bandeau dans ses mains. Il allait la bâillonner ? Elle savait qu’elle pouvait être pénible à trop parler parfois, mais quand même… Les sourcils à présent froncés et les bras croisés sur sa poitrine, elle n’était plus certaine de vouloir aller où que ce soit. « Tu sembles prendre cette histoire de kidnapping trop au pied de la lettre… » Commenta Padma d’une voix pas du tout rassurée. Les yeux fixés sur le morceau de tissus entre ses mains, l’information de la durée du trajet lui passa complètement au-dessus de la tête. Et lorsqu’elle la vit s’avancer vers elle, elle resta complètement tétanisée au point qu’au lieu de fuir, elle le laissa placer le bandeau qui alla finalement sur ses yeux. Alors qu’elle était sur le point de protester, un frisson remonta le long de son dos lui coupant le souffle en sentant les lèvres de l’Indien dans son cou. Ce qui la fit sourire. Sa main dans la sienne, elle se laissa guider sans dire un mot à cause du stress qui commençait peu à peu à l’envahir en se rendant compte qu’elle ne voyait vraiment rien. « Oui j’ai une question… Si je te dis que j’ai peur du noir, on fait comment ? » Elle mentait, mais ça il n’était pas obligé de le savoir.


Deewani ho gayi
"On a day where fate and time stood witness.
Two star crossed lovers breathed their last.
They say witnessing a falling star fulfills any wish.
But these two stars fell to earth wishing only to belong to each other.
They stand testament to eternal love.



JE SUIS AMOUREUSE, NE ME POSEZ PLUS DE QUESTIONS.
Revenir en haut Aller en bas
Devraj MoreaLe vin est un puissant lubrifiant social
Devraj Morea
http://www.ciao-vecchio.com/t4190-devraj-don-t-you-remember http://www.ciao-vecchio.com/t4212-devraj-j-ai-implore-les-etoiles-de-me-la-ramener
Faceclaim : Rohit Khandelwal ©Art Acide
Messages : 386 - Points : 891
[Terminé] Padma | Un kidnapping V5r1Y0y
Âge : trente-quatre étoiles.
Métier : écrivain, mais ne se cantonne pas à cette passion. Devraj se laisse aller à de courtes missions, qui ne vont jamais au-delà d'un mois. Egalement, il est architecte.
[Terminé] Padma | Un kidnapping Empty
Sujet: Re: [Terminé] Padma | Un kidnapping ( le Ven 1 Fév 2019 - 1:49 )
Quelque chose ? Ou quelqu’un ? Ce manque ressenti, c’est ce à quoi il est confronté chaque jour depuis que ses yeux ont rencontré les siens. Impossible à gérer, à savoir exactement comment se comporter sans craindre de l’effrayer. En plus de bouleverser son quotidien, l’indienne a changé son monde dans sa totalité. S’il se fixait des objectifs et était loin d’être malheureux, manquant de peu de choses pour être véritablement à l’aise dans ses baskets, il se rend finalement compte qu’il n’avait pas encore tout vécu. A ce jour, il se sent incapable de faire marche arrière. Ce qu’elle lui procure… C’est grisant, tellement fou. « Si tu savais à quel point. » Son ton sérieux cache son amusement. Sa réaction, ses mimiques… Le tout manque de le faire sourire. N’importe qui à sa place serait hésitant. Lui le premier. Il se méfierait, ne se laisserait pas entraîner sans quelques protestations. Alors, à sa manière, Devraj trouve le moyen de la mettre en confiance, tente quelques baisers pour l’apaiser, l’aider à se détendre et la guide enfin jusqu’à sa moto. Sa question l’interpelle cependant. Lorsque le plan a fait son bout de chemin dans sa tête, il a pensé à de nombreuses possibilités, mais était loin d’imaginer que l’obscurité pouvait être un véritable problème. Un frein auquel elle finirait par se faire, oui, mais un obstacle les clouant au sol... Tendrement, il caresse sa joue, puis sa lèvre supérieure et glisse son doigt jusqu’à son menton. « On fait comme prévu. » Il repose le casque en équilibre sur le cuir et place sa main sur sa taille, la rapprochant de lui, de sorte à ce que son corps soit collé contre le sien. « Je me doute que ça puisse être déroutant pour toi de ne pas savoir ce qui se passe autour de toi, mais c’est le but. Que tu puisses te concentrer sur tes autres sens, être à l’affût des odeurs, des sons. » Il dépose un baiser sur sa tempe et l’encercle de ses bras, longeant sa colonne vertébrale du bout des doigts. « L’idée même que tu ailles au-delà de ce que tu es capable de faire me plaît. » Parce qu’il aime la pousser à faire des choses qu’elle ne ferait pas en temps normal, ou qu’elle ne se sentirait pas capable de faire. Il aime être cette personne qui la guide. « Fais-moi confiance. » Tout va bien se passer, qu’il aimerait ajouter, pour la rassurer. Au lieu de quoi, il murmure au creux de son oreille : « Concentre-toi sur le reste. Sur ça. » Son souffle caresse sa peau. « Et ça. » Il saisit ses mains qu’il place sur sa taille, puis les remonte sur son torse. A ce simple toucher, les battements de son cœur s’accélèrent, sa respiration suit de près. Padma lui a manqué. Partager une telle proximité également. « Ou encore ça. » Ses dents saisissent sa lèvre inférieure et la tire vers lui. Il espère la déstabiliser autant qu’elle. « Et dis-toi que temporairement, c’est moi qui suis tes yeux. » Pas indéfiniment, juste le temps du trajet, de leur début d’expédition, pour qu’elle ne prenne pas tout de suite connaissance de l’endroit où ils vont. Si elle n’a pas quitté Naples, alors il est certain qu’elle n’aura jamais mis les pieds là-bas. « Tu sais… » Leader dans l’âme, avec un franc-parler, il n’est pas mal à l’aise pour s’exprimer, bien que ce soit parfois compliqué de dire ce qu’il a sur le cœur, mais c’est si profond qu’il cherche ses mots. Sans doute aidé par ses yeux bandés, il se lance : « Je n’ai pas envie de faire n’importe quoi avec toi. » confie-t-il, en plongeant ses doigts dans sa chevelure. Pour une raison qu’il ignore, Padma lui a tapé dans l’œil. Il ne cherche plus à comprendre. Il s’est passé un truc entre eux, quelque chose de fort, sur lesquels il est impossible de poser des mots. Si au début, il a essayé d’y voir plus clair, il a compris que ça ne servait à rien de se triturer les méninges. Tout contre ses lèvres, il murmure : « J’aimerais qu’à chaque fois qu’on se voie, ce soir toujours plus fort. Jusqu’à ne plus pouvoir te passer de moi. » Et s’il ne le dit pas, c’est exactement ce qu’il ressent pour elle.


Here, here in this heart it's cold, cold as stone. Must welcome these memories, as shallow as my eyes have slowly become. Hearts, frail heart left broken. Cold and known for its bitter agony. Times changed forever that night, leaving only empty memories. Empty memories won't heal the pain.
Revenir en haut Aller en bas
Padma AlestraLe vin est un puissant lubrifiant social
Padma Alestra
http://www.ciao-vecchio.com/t4046-would-you-lie-with-me-and-just http://www.ciao-vecchio.com/t6036-padma-why-don-t-we-rewrite-the-stars#191154
Faceclaim : .Deepika Padukone ; rogers + Signature : astra + gifs : Ealitya
Messages : 2128 - Points : 1822
[Terminé] Padma | Un kidnapping Tumblr_lyzg2skVaX1qfjjglo1_250
Âge : 33 étoiles
Métier : Avocate le jour, et illustratrice de livres pour enfants sous un pseudonyme la nuit
[Terminé] Padma | Un kidnapping Empty
Sujet: Re: [Terminé] Padma | Un kidnapping ( le Mar 5 Fév 2019 - 1:53 )
Ce n’était pas tant l’obscurité qui effrayait Padma. Au contraire, plus on la connaissait et plus on se rendait compte qu’elle avait une réelle connexion avec la lune, les étoiles, et qu’elle était bien plus productive une fois la nuit tombée. Ce qui la dérangeait en revanche, c’était la suppression de l’un de ses sens qui l’obligeait à perdre le contrôle sur ce qui se passait autour d’elle. Elle n’aimait pas les surprises et aimait encore moins déléguer les choses. Pourtant ici, Devraj lui fit comprendre qu’elle n’avait pas le choix. Une moue peu convaincue, elle croisa les bras comme pour marquer son hésitation, cherchant un autre argument qui pourrait faire pencher la balance en sa faveur. Elle n’avait pas prévu de négocier ce soir, mais s’il le fallait, elle n’hésiterait pas à le faire. Un soupir traversa ses lèvres tandis qu’elle sentait son corps être tiré vers celui de l’Indien. Elle savait très bien ce qu’il essayait de faire. Il voulait la convaincre de faire quelque chose qu’elle n’avait pas envie, en l’amadouant avec ses baisers et ses mots qu’il savait si bien manier. Et malgré toute la résistance de l’avocate, ça fonctionnait. Au creux de ses bras, elle se détendit un peu plus en sentant la chaleur qui irradiait du corps de Devraj, venir la réchauffer à son tour pour l’envelopper de sa présence rassurante.  Peut-être était-ce juste dans sa tête, mais malgré les couches de vêtements qu’elle avait sur le dos, elle aurait juré qu’au moment où il caressait son dos du bout de ses doigts, elle arrivait à les sentir sur sa peau. Il la déstabilisait. Il savait comment faire perdre les moyens à Padma, et elle savait très bien qu’il en jouait pour arriver à ses fins. « Capable de faire à cause de toi. » Rectifia l’avocate qui voulait qu’il comprenne que l’idée de se bander les yeux pour aller en excursion au milieu de la nuit, ne lui aurait jamais effleuré l’esprit si ça n’avait pas été lui. Les mots qu’il employa figea l’Indienne qui s’arrêta presque de respirer pendant de longues secondes. La confiance. Elle avait pleinement confiance en lui. Du moins, c’était ce qu’elle croyait. Est-ce que refuser cette excursion les yeux bandés était le signe qu’elle ne lui faisait pas confiance. « Je te fais confiance. Mais… » Elle s’arrêta dans sa phrase, incertaine de la fin de celle-ci. Si elle lui faisait vraiment confiance, elle n’aurait pas eu besoin de rajouter un « mais ». Pourtant elle l’avait fait malgré elle.

Lui laissant une ultime chance de la convaincre, elle s’abandonna entièrement. Derrière le tissu qui l’empêchait déjà de voir, l’Indienne ferma les yeux pour se concentrer sur ses autres sens sans grande conviction. Si la voix de Devraj lui parvint de façon plus clair que d’habitude, elle mettait ça sur le compte de la proximité tant qu’il lui murmurait au creux de l’oreille. Son souffle sur sa peau provoqua une vague de frisson qu’elle essaya de réprimer, échouant lamentablement en sentant son rythme cardiaque s’accélérer. Ne faisant aucune preuve de résistance, elle laissa ses mains être guidées par celles de Devraj le long de son corps comme si elle le découvrait pour la première fois. Comme lorsqu’elle s’était mise à tracer du bout des doigts le visage du jeune homme lors de leur première rencontre, ses mains en guise de pinceaux, traçaient chaque trait bien définis de l’Indien avec précision. Elle se montrait calme, curieuse, prenait son temps et profitait surtout de ce qu’elle avait sous les doigts, pour découvrir l’écrivain encore et encore. Elle étouffa un cri de surprise en sentant des dents se saisir de sa lèvre, remplaçant bien vite l’étonnement par un petit rire qu’elle laissa échapper. Son cœur avait raté un battement alors que ses lèvres étaient déjà à la recherche de celles de l’Indien, mais le sourire qu’elle affichait à présent ne trompait pas. Elle était convaincue. Déstabilisée. Frustrée parce qu’il ne l’avait pas embrassé. Mais convaincue. « Très bien, je te donne l’autorisation d’être mes yeux. » Pour la vie, avait-elle envie de rajouter, mais préféra ne rien dire. Au lieu de ça, elle ponctua sa phrase d’un petit rire. « N’importe quoi ? » A la fois amusée et touchée par la confession de l’Indien, elle répéta ses mots à lui, un sourcil levé. Son sourire se fana doucement aux dernières paroles de l’écrivain contre ses lèvres, tandis que son cœur se mettait à cogner violemment dans sa poitrine, prête à exploser à tout moment. Elle ne savait pas ce qu’il entendait par ‘toujours plus fort’, mais elle n’était pas sûre que son cœur tiendrait le choc si chacune de leur rencontre se passait de cette manière. « Je crains que ce ne soit pas possible… » Souffla-t-elle tandis que ses lèvres effleuraient doucement celles de Devraj sans les embrasser. « Tout comme je crains que mon cœur t’appartienne déjà complètement. » Avoua Padma d’une petite voix presque timide, avant d’embrasser le jeune homme pour éviter qu’il ne rajoute quoi que ce soit qui la ferait rougir encore plus. « Bon, kidnappe-moi. Je suis prête. » Lâcha l’avocate lorsqu’elle mit fin au baiser.  


Deewani ho gayi
"On a day where fate and time stood witness.
Two star crossed lovers breathed their last.
They say witnessing a falling star fulfills any wish.
But these two stars fell to earth wishing only to belong to each other.
They stand testament to eternal love.



JE SUIS AMOUREUSE, NE ME POSEZ PLUS DE QUESTIONS.
Revenir en haut Aller en bas
Devraj MoreaLe vin est un puissant lubrifiant social
Devraj Morea
http://www.ciao-vecchio.com/t4190-devraj-don-t-you-remember http://www.ciao-vecchio.com/t4212-devraj-j-ai-implore-les-etoiles-de-me-la-ramener
Faceclaim : Rohit Khandelwal ©Art Acide
Messages : 386 - Points : 891
[Terminé] Padma | Un kidnapping V5r1Y0y
Âge : trente-quatre étoiles.
Métier : écrivain, mais ne se cantonne pas à cette passion. Devraj se laisse aller à de courtes missions, qui ne vont jamais au-delà d'un mois. Egalement, il est architecte.
[Terminé] Padma | Un kidnapping Empty
Sujet: Re: [Terminé] Padma | Un kidnapping ( le Mar 26 Fév 2019 - 1:20 )
Satisfait, son sourire s’agrandit ; ce soir, il aimerait lui montrer un endroit qui lui tient à cœur d’une manière différente. Pas avec les yeux, mais plutôt avec ses autres sens. L’ouïe pour être à l’affût du moindre bruit qui lui rappellerait des souvenirs enfouis, des moments heureux et perdus dans un coin de sa tête. L’odorat pour deviner les épices qui l’entourent. Le goût pour les savourer. Il est sûr de son coup, mais il tient à garder la surprise jusqu’au bout, alors lorsqu’elle s’abandonne, lui donne une autorisation pour mener à bien sa mission, l’indien ne peut s’empêcher d’être fier. Comme si elle le voyait, il acquiesce d’un signe de tête et conscient que cette phrase ne veut absolument rien dire, il ajoute : « Toi et moi. Je veux que ça marche. » Même s’il est convaincu que ça tient la cadence, qu’il n’y a aucun doute à avoir sur les émotions qu’ils éprouvent et qu’ils ont en commun. Il sait également que dans la vie, rien n’est jamais acquis. C’est un défi perpétuel. Au bras de ses anciennes relations, il avait pourtant tendance à se reposer un peu sur ses lauriers, parce qu’il se complaisait comme ça, que ça lui convenait, mais cette simplicité, il a envie de la partager avec elle. Il a aussi besoin de voir un sourire se dessiner sur son visage, de lire dans ses yeux étincelants qu’elle est ravie d’être là. « Les mauvais pas, j’en ferai certainement. Ce ne serait pas humain de viser toujours juste. » Ou ce serait se mentir que d’assurer qu’il ne fera aucun pas de travers. Il s’y attend, parce que s’il est adroit avec les mots, s’il est plein de surprises, qu’il a une imagination débordante, il n’en reste pas moins quelqu’un de différent. On ne peut pas être en accord parfait, bien que, lorsqu’il se trouve à ses côtés, c’est pourtant l’impression que ça lui donne. Une alchimie sans aucun accroc. « Mais… » Il se fige, déstabilisé face à ses lèvres effleurant les siennes, puis par cette déclaration. Il a tellement peur de la perdre que cette promesse lui fait chaud au cœur. Alors qu’il s’apprête à répondre, elle le coupe dans sa lancée. Ses doigts s’agrippent à ses bras et c’est avec un rythme cardiaque accéléré qu’il profite de ce baiser qui ne dure pas assez longtemps à son goût. Il la dévisage quelques secondes, puis met le casque sur sa tête, fait de même et monte enfin sur sa bécane. Ses mains agrippent les siennes, les place sur ses hanches, de sorte à ce qu’elle s’accroche bien à lui. « Serre-moi bien. » Le moteur vrombit d’un coup, et après l’avoir prévenu qu’ils partaient enfin, Devraj démarre, prend la direction d’une ville voisine. Positano. S’il y a quelques voitures sur le trajet, il arrive aisément à se frayer un chemin entre elles. Parfois, il ralentit lors des virages un peu plus serrés, mais tient une bonne vitesse, accélère parfois, décélère lorsqu’il a la sensation qu’elle se tend derrière lui. Il passe de Pompéi, à Sorrente, et termine sa route une heure après le départ.

Le quartier souhaité se dessine devant lui. La musique se fait déjà entendre, ainsi que la foule qui l’oblige à freiner doucement. Il s’arrête devant une place de stationnement pour moto et pose sa main sur la cuisse de Padma pour la rassurer. « On est arrivé. » dit-il, en se redressant. Il saisit sa main, l’aide à se relever à son tour, retire son casque, puis le sien et embrasse ses lèvres avec tendresse, avant de ranger le tout. « Je la sécurise, j’en ai pour une minute. » Après avoir sorti son antivol et avoir cadenassée sa moto, Devraj pose ses mains sur sa taille et la ramène tout contre lui, de sorte à ce que son dos heurte son torse. « Tu entends ? » Les sons, ils ne sont ni italien, ni anglais, ils leur ressemblent. A eux, leur langue natale. Doucement, il la pousse vers ce quartier qu’il a appris à connaître en deux ans. Chaque année, il accueille un festival. Des danses traditionnelles y sont interprétées par des amateurs, ou des danseurs indiens réputés. Principalement le Bharata Natyam. Des tambours les accompagnent, des cymbales, flûtes, violons. Des petits stands sont disposés un peu partout et de là où ils sont, il sent l’odeur des plats indiens. Et quand l’événement se termine, il y a toujours quelques fêtes, tout au long de l’année, pour lui rappeler ses origines. Alors certes, ça n’a rien à voir avec son Inde qu’il aime tant, mais c’est tout aussi chaleureux. « Tu sens l’odeur ? » Les épices, les plats que certains mangent tout près d’eux. Les vêtements qu’ils portent sont à la hauteur de ce qu’il retrouvait à Chennai. Il l’oblige à s’arrêter face à un stand et sort de la monnaie pour acheter un gâteau de semoule. Lui faisant face, Devraj émiette un petit morceau sur ses lèvres, afin qu’elle utilise son dernier sens.


Here, here in this heart it's cold, cold as stone. Must welcome these memories, as shallow as my eyes have slowly become. Hearts, frail heart left broken. Cold and known for its bitter agony. Times changed forever that night, leaving only empty memories. Empty memories won't heal the pain.
Revenir en haut Aller en bas
Padma AlestraLe vin est un puissant lubrifiant social
Padma Alestra
http://www.ciao-vecchio.com/t4046-would-you-lie-with-me-and-just http://www.ciao-vecchio.com/t6036-padma-why-don-t-we-rewrite-the-stars#191154
Faceclaim : .Deepika Padukone ; rogers + Signature : astra + gifs : Ealitya
Messages : 2128 - Points : 1822
[Terminé] Padma | Un kidnapping Tumblr_lyzg2skVaX1qfjjglo1_250
Âge : 33 étoiles
Métier : Avocate le jour, et illustratrice de livres pour enfants sous un pseudonyme la nuit
[Terminé] Padma | Un kidnapping Empty
Sujet: Re: [Terminé] Padma | Un kidnapping ( le Ven 1 Mar 2019 - 4:20 )
En sentant le casque sur tête, Padma grimaça doucement, toujours pas convaincue que c’était une bonne idée. Et lorsqu’elle s’installa sur la moto, les bras serrés autour de la taille de l’Indien, elle l’était encore moins. Devant ses yeux défilait toutes les possibles chutes qu’elle allait faire si jamais ses bras décidaient de la lâcher, remettant en question son sens de l’équilibre. Mais au lieu de protester encore une fois, elle décida de faire confiance à Devraj. Et puis si jamais elle se blessait, ça ferait une bonne raison pour elle de râler, et elle pourra lui dire qu’elle l’avait prévenu. Les yeux pourtant déjà bandés, elle ferma les yeux et nicha sa tête du mieux qu’elle put dans la nuque du jeune homme pour apprécier le parfum qu’il dégageait. Pendant tout le trajet elle ne décrocha pas un mot et essayait de se concentrer sur les chemins qu’ils empruntaient. Dans sa tête, l’Indienne se mit à dessiner une carte qui lui permettrait peut-être de deviner où ils allaient. Mais au bout du second virage, elle abandonna toute tentative de résoudre ce mystère et préféra à la place, profiter de son corps collé contre celui de Devraj. La tête complètement vidée, elle s’accrochait à lui en ne pensant à rien d’autre qu’à la présence de l’écrivain dans ses bras, comme de peur qu’il ne s’envole au moment où elle recouvrirait la vue. Les pensées négatives n’étant jamais bien loin, elle commença à envisager une vie où  la vue lui serait enlevée. Si l’angoisse de perdre le contrôle remonta au point de frôler la panique totale, elle se rendit vite compte que sa plus grande peur était surtout de ne plus être capable de voir les gens qu’elle aimait. Une vie sans jamais plus revoir le visage de sa sœur, ou celui de Devraj… Elle ne savait pas si elle valait la peine d’être vécue. Cette pensée qu’elle étouffa aussitôt, se retranscrit dans son étreinte qu’elle serra encore un peu plus tandis qu’elle sentait que leur allure commençait à ralentir. Bien, elle allait bientôt retrouver l’usage de ses yeux.

Relâchant un peu la pression autour des hanches de l’Indien, l’attention de Padma fut attirée par de la musique qu’elle arrivait à entendre sans pour autant en comprendre ni le rythme, ni les paroles. La tête tournée dans ce qu’elle pensait être la direction du son, elle ne se rendit même pas compte qu’ils s’étaient arrêtés. C’est la voix de Devraj qui la tira de ses réflexions. « Oh. » Fut sa seule réaction, pressée de descendre de cet engin. Une fois les pieds au sol, elle prit son mal en patience, toujours en se concentrant sur des choses qui lui semblaient si évidentes mais qu’elle avait du mal à identifier parce qu’elle se concentrait uniquement sur le seul sens qu’elle n’avait pas. Même le baiser que Devraj déposa sur ses lèvres ne suffit pas à détourner son attention. Elle n’osa faire qu’un pas vers le bruit qu’elle entendait, avant de s’arrêter de peur de trop s’éloigner. Mais il y avait quelque chose dans l’ambiance générale qui régnait, qui faisait battre le cœur de Padma à une vitesse folle dans sa poitrine au point qu’elle pense qu’elle était en train de faire une crise cardiaque. En sentant les mains de l’Indien qui la ramenait vers son torse, elle les bloqua dans les siennes pour l’obliger à la serrer fort contre elle. « Est-ce que c’est… » Prêtant plus attentivement l’oreille, elle devina les sonorités indiennes qui l’entourait. Incapable de finir sa phrase, elle sentit son cœur se serrer à la fois tiraillée par la peur, l’appréhension et quelque part, de l’excitation. Avalant difficilement sa salive, elle se laissa entraîner en gardant toujours la main Devraj dans la sienne. Toujours dans l’incapacité de sortir un mot ou même un son, elle hocha doucement la tête en reniflant l’air autour d’elle pour sentir les épices qui se mélangeaient dans les airs. Même si elle n’arriverait jamais à identifier les différentes senteurs, dans sa tête elle parvenait à associer chaque odeur à un souvenir qu’elle pensait oubliés depuis des années. Et… ça suffisait à l’émouvoir au point que des larmes fassent briller ses yeux, derrière le morceau de tissus qui finissait par lui être utile après tout. Et une fois arrêtée, elle arrive même à distinguer certaines odeurs qui fit naître un sourire au coin de ses lèvres. Mais son sourire se fana aussitôt lorsqu’elle sentit que cette fois, c’était le goût qui était suscité. Passant une langue sur sa lèvre inférieure pour mieux goûter à ce qu’elle devinait être une pâtisserie, son sourire réapparut. Elle n’était pas sûre de ce que c’était, pourtant elle avait l’impression que ça ne lui était pas aussi étranger qu’elle pourrait le penser. « Donc tu m’as littéralement ramené à la maison ? J’ignorais que j’étais juste à une heure de trajet. » Plaisanta l’avocate dont la main était allée chercher celle qui tenait la pâtisserie pour la récupérer. A tâtons, elle finit par la trouver, et lâcha son autre main pour la remonter doucement jusqu’au visage de Devraj. Du bout des doigts elle chercha ses lèvres avant de porter sa main jusque celles-ci pour qu’il goûte à son tour. « J’ai bien visé ta bouche, pas vrai ? »


Deewani ho gayi
"On a day where fate and time stood witness.
Two star crossed lovers breathed their last.
They say witnessing a falling star fulfills any wish.
But these two stars fell to earth wishing only to belong to each other.
They stand testament to eternal love.



JE SUIS AMOUREUSE, NE ME POSEZ PLUS DE QUESTIONS.
Revenir en haut Aller en bas
Devraj MoreaLe vin est un puissant lubrifiant social
Devraj Morea
http://www.ciao-vecchio.com/t4190-devraj-don-t-you-remember http://www.ciao-vecchio.com/t4212-devraj-j-ai-implore-les-etoiles-de-me-la-ramener
Faceclaim : Rohit Khandelwal ©Art Acide
Messages : 386 - Points : 891
[Terminé] Padma | Un kidnapping V5r1Y0y
Âge : trente-quatre étoiles.
Métier : écrivain, mais ne se cantonne pas à cette passion. Devraj se laisse aller à de courtes missions, qui ne vont jamais au-delà d'un mois. Egalement, il est architecte.
[Terminé] Padma | Un kidnapping Empty
Sujet: Re: [Terminé] Padma | Un kidnapping ( le Dim 3 Mar 2019 - 15:08 )
A chaque nouveauté, sa réaction. Devraj l’observe, scrute ses lèvres pour y apercevoir un sourire qui lui confirme que ce petit jeu en valait la peine. Le contraire l’aurait étonné. Les festivaliers et costumiers se donnent les moyens pour ramener l’ambiance indienne en Italie et ça se ressent, aussi bien dans l’air avec toutes les odeurs qui se mélangent entre elles, que dans les rues qui se sont transformés en véritable paradis pour des personnes comme eux, qui peuvent parfois avoir le mal du pays. Il se sent à sa place à Naples, ville dont il est tombé amoureux, mais il est tout de même ravi de retrouver ses origines quelque part. « Tu avais besoin de me rencontrer pour le savoir. » répond-il, avec cette même légèreté. « Il y a encore plein de choses que tu ignores. Aux alentours, il y a bien plus de merveilles que tu l’imagines. » Et c’en est une. Devraj a soif d’apprendre, de découvertes et c’est ce qui le pousse à aller toujours plus loin. En tant qu’écrivain, il a besoin de son calme pour poser des mots sur des feuilles de papier, ou sur écran lorsqu’il remet tout au propre, mais il a surtout besoin d’inspiration qu’il vient chercher partout et nulle part. C’est à travers ce qu’il voit, les différentes cultures, les paysages aux mille et un mystères qu’il arrive à vendre du rêve. Aujourd’hui, il a trouvé quelqu’un avec qui le partager. Elle qui se laisse guider. Elle qui rend le goût d’une pâtisserie, un peu plus sucrée, plus délicieuse. Au contact de ses doigts sur ses lèvres, Devraj ferme les yeux et passe sa langue sur sa lèvre inférieure, avant de balayer le dessous de son nez pour en retirer quelques miettes. « Oui. Mais mon nez te remercie également. » plaisante-t-il, en glissant ses mains de ses bras à ses épaules. « Tu as deviné ce que c’était ? » Il aurait pu douter ; Padma a été éloigné de ses terres et elle aurait très bien pu se noyer dans une nouvelle culture, mais après sa rencontre avec Nori qui s’efforce de se rapprocher de sa sœur par divers moyens, notamment en préparant des mets indiens, nul doute que ce dessert ne lui est pas inconnu. Il pose ses doigts sur le tissu et doucement, le fait glisser vers le haut. « Je te le retire. Il faut que tu voies ça. » En déposant un baiser sur son nez, il la libère enfin de ses chaînes, lui laisse le temps nécessaire pour recouvrer sa vue et lui désigne ensuite les danseurs derrière elle. Ils sont emportés par la musique, déverse toute la joie à travers l’énergie qu’ils dégagent, embarquent parfois des passants qui observent, pour se joindre à eux et si les premiers mouvements sont maladroits, ils jouent le jeu, suivent le rythme. Certains sont un peu en retard, d’autres sont bien calés sur le rythme. Et pendant que les visiteurs n’ont d’yeux que pour le spectacle, lui ne peut s’empêcher de garder un œil sur elle. Il pose une main dans le bas de son dos et la guide vers la rue bondée, se fraye un chemin entre les gens. « Tu ne savais pas que ça existait ? Ca a lieu une fois tous les ans, depuis des années. C’est pas si local que ça. Des danseurs, amateurs ou non, se déplacent pour participer. » Et le résultat est là. Ca fait fureur et ça fait fonctionner le commerce de la ville. En douceur, ses doigts jouent avec les siens, les effleurent, puis son index capture le sien. Son cœur rate un battement alors qu’il sent une impression de déjà-vu le consumer de l’intérieur. Il tambourine, bien plus fort encore lorsqu’il la dévisage. Padma dégage quelque chose qui, dès le premier regard, ne l’a pas laissé indifférent et s’il est incapable de remettre de l’ordre dans ses idées, une question persiste. « Tu es native de Chennai ? » Il a écrit sur des histoires non rationnelles, manquant de logiques et croire que tomber sous le charme d’une femme qu’il ne connait ni d’Eve ni d’Adam ne devrait pas être si compliqué. S’il n’était pas convaincu qu’il y avait anguille sous roche, Devraj se laisserait bien porter.


Here, here in this heart it's cold, cold as stone. Must welcome these memories, as shallow as my eyes have slowly become. Hearts, frail heart left broken. Cold and known for its bitter agony. Times changed forever that night, leaving only empty memories. Empty memories won't heal the pain.
Revenir en haut Aller en bas
Padma AlestraLe vin est un puissant lubrifiant social
Padma Alestra
http://www.ciao-vecchio.com/t4046-would-you-lie-with-me-and-just http://www.ciao-vecchio.com/t6036-padma-why-don-t-we-rewrite-the-stars#191154
Faceclaim : .Deepika Padukone ; rogers + Signature : astra + gifs : Ealitya
Messages : 2128 - Points : 1822
[Terminé] Padma | Un kidnapping Tumblr_lyzg2skVaX1qfjjglo1_250
Âge : 33 étoiles
Métier : Avocate le jour, et illustratrice de livres pour enfants sous un pseudonyme la nuit
[Terminé] Padma | Un kidnapping Empty
Sujet: Re: [Terminé] Padma | Un kidnapping ( le Dim 3 Mar 2019 - 21:43 )
Padma ne doutait pas qu’elle avait encore beaucoup de choses à découvrir, mais sa peur de l’inconnu l’avait toujours freiné au point qu’elle n’ose pas sortir de sa zone de confort. Perdre le contrôle arrivait en tête sur sa liste de choses qui l’effrayait le plus dans la vie, juste après la peur de perdre les personnes à qui elle tenait le plus. Et tout comme il avait su apparaître dans la liste des personnes à qui tenait l’Indienne, Devraj avait également réussit à bousculer sa peur de la spontanéité. Mais ça ne la dérangeait pas plus que ça, tant qu’il était là pour lui tenir la main.

Dans un élan joueur à son tour, l’avocate se saisit de la pâtisserie que tenait Devraj pour la lui faire goûter à son tour, avec beaucoup de maladresse. Pouffant doucement de rire face à la réponse du jeune homme, elle glissa sa main sous son menton et rapprocha le visage de l’Indien contre le sien pour l’embrasser. « Désolée. » Lâcha-t-elle toujours en rigolant avant de se plonger dans la réflexion. Elle n’était pas certaine de pouvoir nommer ce qu’elle venait de goûter. « Je crois, oui… » Les sourcils légèrement froncés, elle revoyait la petite fille qu’elle était dans cet orphelinat, en compagnie d’un garçon dont elle ne se souvenait pas les traits. Malgré la peine que ça lui causait de penser à cet ami qu’elle avait perdu, le souvenir était aussi doux et agréable que ce qu’elle venait de goûter. Il était léger et renvoyait à une Padma insouciante et souriante, qui assise par terre, se fichait bien du monde qui l’entourait parce qu’elle préférait manger. « Je sais que j’en ai déjà mangé avant aujourd’hui, et pas parce que ma sœur m’en a fait. » Elle s’en serait souvenue sinon. Coupant court à ses pensées en sentant ses mains lui ôter le bandeau, Padma dû prendre quelques secondes pour que ses yeux s’adaptent à nouveau à la lumière. Battant des cils rapidement comme pour régler sa vue, elle regarda aussitôt autour d’elle pour découvrir ce qui l’entourait. Avec la vue à nouveau retrouvée, elle pouvait mettre des images sur des senteurs, ainsi que sur les bruits qu’elle entendait, au point qu’un sentiment de nostalgie la submergea. Comment est-ce que quelque chose de si familier pouvait lui sembler si éloigné ? Même si elle ne s’est jamais complètement immergée dans la culture Indienne à cause du manque de ressources, elle n’a jamais renié ce qu’elle était. Même si elle menait une bataille interne au sujet de cette identité qu’elle avait encore du mal à qualifier, elle était fière de son héritage Indien. Et lorsque ses yeux ses posèrent sur le groupe de danseurs qui embarquaient avec eux des inconnus, elle n’eut d’autre choix que de sourire en retenant une petite larme. Ce qu’elle voyait réchauffait son cœur d’une manière qu’elle ne saurait expliquer. C’était chez eux. Leurs musiques, leurs danses, leur culture. A court de mots, elle ne pouvait que sourire. Et lorsqu’elle vit des enfants habillés de tenues traditionnelles se joindre au groupe pour danser avec eux, son cœur explosa dans sa poitrine tellement le spectacle était beau. Les bras croisés sur sa poitrine, elle avait eu envie de poser sa tête sur l’épaule de Devraj, sentant que tout ce bonheur lui donnait le tournis, mais en sentant une main dans son dos pour l’inciter à avancer, elle détourna le regard et passa un bras autour de la taille de l’Indien. « Non je l’ignorais, mais c’est une agréable découverte. » Agréable n’était pas le mot approprié, mais elle ne voulait pas passer pour une folle. Son regard interpellé par tout ce qui se trouvait autour d’elle, elle finit par se détacher pour récupérer un flyer que distribuait un passant au milieu de la foule, ses doigts jamais bien loin de ceux de Devraj. « Regarde il y a… » Ses mots se suspendirent dans les airs en voyant l’expression de l’écrivain qui l’interpella. Se postant face à lui, elle glissa une main le long de sa joue pour lui caresser doucement le visage et le sortir de ses pensées. « Est-ce que ça va ? » S’enquit Padma à voix basse. Les sourcils haussés, elle fut surprise par la réponse du jeune homme qui lui posa une question à la place. « Hum… Il me semble, oui. Du moins c’est ce qui est écrit sur mon acte de naissance. » Et elle n’a jamais osé poser plus de questions à ce sujet. « Devraj est-ce que ça va ? Viens avec moi. » Sans même attendre une réponse de sa part, elle tira sa main pour qu’elle la suive à une table et le força à s’asseoir avant de partir vers le petit stand installé en face pour y acheter deux thés. « Tiens, bois ça. On dirait que tu as vu un fantôme. » Rapprochant la chaise à côté de la sienne, elle s’assit à son tour et récupéra la main de l’Indien, sur laquelle elle déposa un baiser avant de la garder au creux de son cou.  


Deewani ho gayi
"On a day where fate and time stood witness.
Two star crossed lovers breathed their last.
They say witnessing a falling star fulfills any wish.
But these two stars fell to earth wishing only to belong to each other.
They stand testament to eternal love.



JE SUIS AMOUREUSE, NE ME POSEZ PLUS DE QUESTIONS.
Revenir en haut Aller en bas
Devraj MoreaLe vin est un puissant lubrifiant social
Devraj Morea
http://www.ciao-vecchio.com/t4190-devraj-don-t-you-remember http://www.ciao-vecchio.com/t4212-devraj-j-ai-implore-les-etoiles-de-me-la-ramener
Faceclaim : Rohit Khandelwal ©Art Acide
Messages : 386 - Points : 891
[Terminé] Padma | Un kidnapping V5r1Y0y
Âge : trente-quatre étoiles.
Métier : écrivain, mais ne se cantonne pas à cette passion. Devraj se laisse aller à de courtes missions, qui ne vont jamais au-delà d'un mois. Egalement, il est architecte.
[Terminé] Padma | Un kidnapping Empty
Sujet: Re: [Terminé] Padma | Un kidnapping ( le Lun 4 Mar 2019 - 13:22 )
Déstabilisé par la réponse positive, Devraj sent son corps se crisper, ses épaules se tendre, si bien qu’il masse douloureusement la droite pour évacuer une forme d’angoisse. Ce qui l’agace le plus, c’est de supposer, sans aucune certitude et ne rien comprendre. Il aurait aimé que ce soit plus facile, qu’au lieu d’avoir de simples images se bousculant dans son esprit, que tous ses souvenirs lui reviennent. Intacts. Mais ils ne le sont pas. Il essaie, pourtant. Les yeux perdus sur le béton, où deux graviers se battent en duel, l’indien cherche des réponses et peu à peu, il se convainc lui-même que leurs points communs ne sont pas hasardeux. Les étoiles, l’orphelinat, la ville natale, sans oublier l’attraction entre eux. En se perdant dans ses pensées, Devraj ne s’était même pas rendu compte qu’il avait cessé de respirer. C’est seulement lorsque Padma l’interpelle qu’il se reprend. Il la suit, se sentant désolé de se mettre dans un état pareil, alors qu’il n’a toujours aucune explication à ce malaise. Assis, il tente de faire abstraction à ce qui le tiraille pour se focaliser sur le festival dansant. Néanmoins, il lui en est reconnaissant d’avoir pris l’initiative de lui apporter cette boisson chaude qu’il enroule autour d’une main. L’autre est prisonnière de la sienne et ce simple geste suffit à lui donner du baume au cœur. Un sourire apparaît, sincère, chaleureux. Padma est bienveillante. Il la trouve incroyable, fraîche, vraie. Elle ne cache pas ses émotions. Du moins, même si elle essayait de les dissimuler, il n’a aucun mal à la comprendre. « Merci. » dit-il, enfin, brisant le silence qu’il s’était imposé bien malgré lui, en buvant une gorgée de ce thé qui lui réchauffe la gorge. Son pouce caresse avec tendresse ses doigts et son regard se fige sur les danseurs qui rient aux éclats, alors que lui… Lui, est dans l’incapacité de chasser sa conclusion. « Je crois qu’on se connaissait. » Et il la lui partage, parce qu’elle est en droit de savoir ce qui se passe dans sa tête et aussi parce que ça fait bien trop longtemps qu’il garde ça pour lui. Si au début, il cherchait absolument à éclaircir rationnellement les événements, là, il désire juste poser des mots sur ses ressentis, sur ses impressions de déjà-vu et qui sortent de nulle part. L’an dernier, la fête était similaire. Les festivaliers différents, la musique également, mais l’ambiance rappelle son Inde natale et s’il a été pris d’un sentiment de nostalgie, cette boule au ventre qui s’installe au creux de son estomac n’a rien à voir avec la joie de retrouver ses origines. C’est plus profond. Ses prunelles cherchent les siennes, alors qu’il se risque à une explication un peu brouillonne : « Je ne sais pas ce que je représentais dans ta vie, ni ce que tu étais dans la mienne. Et si tout ce dont je me souviens, ce sont des images qui ne veulent pas dire grand-chose… Qui ont peut-être leur importance, mais qui ne me suffisent pas. » C’est trop peu. Ca ne s’emboîte pas. Et à part lui donner mal au crâne, il ignore comment les gérer. « Je suis au moins quasi-certain que ce n’est pas la première fois qu’on se parle. On se côtoyait, enfants. » C’est malheureusement cette période qui lui manque. C’est le grand vide, un trou noir qu’il n’arrive pas à remplir. Longtemps, il en a souffert et aujourd’hui encore, lors de son anniversaire fictif, avec une date de naissance qui n’est pas la sienne et qui lui rappelle qu’il n’a aucune identité. C’est la première fois qu’il touche du bout des doigts un passé lointain. Avec tendresse, l’indien se libère de sa main pour caresser son cou, son visage, ses mèches de cheveux qu’il enroule autour de son index. « Ce n’est pas la première fois que je fais ça. » Sa chevelure, il a déjà joué avec et ce n’est pas son imagination qui lui joue des tours, c’est réel. Il le sait. L’enfant qui sommeille en lui en est même soulagé. Dans le passé, il a adoré ça. Padma détient la clé d’une porte fermée depuis des années, qui s’entrouvre parfois, pour mieux se refermer.


Here, here in this heart it's cold, cold as stone. Must welcome these memories, as shallow as my eyes have slowly become. Hearts, frail heart left broken. Cold and known for its bitter agony. Times changed forever that night, leaving only empty memories. Empty memories won't heal the pain.
Revenir en haut Aller en bas
Padma AlestraLe vin est un puissant lubrifiant social
Padma Alestra
http://www.ciao-vecchio.com/t4046-would-you-lie-with-me-and-just http://www.ciao-vecchio.com/t6036-padma-why-don-t-we-rewrite-the-stars#191154
Faceclaim : .Deepika Padukone ; rogers + Signature : astra + gifs : Ealitya
Messages : 2128 - Points : 1822
[Terminé] Padma | Un kidnapping Tumblr_lyzg2skVaX1qfjjglo1_250
Âge : 33 étoiles
Métier : Avocate le jour, et illustratrice de livres pour enfants sous un pseudonyme la nuit
[Terminé] Padma | Un kidnapping Empty
Sujet: Re: [Terminé] Padma | Un kidnapping ( le Mer 6 Mar 2019 - 2:41 )
Inquiète, Padma ne le lâcha pas une seule seconde du regard. Même lorsqu’elle s’éloigna pour aller récupérer les thés, la jeune femme alternait les coups d’yeux entre Devraj, et la personne qui préparait les boissons au risque d’attraper un torticolis. Mais ça en valait la peine. Une fois les verres récupérés, elle s’empressa de retourner à ses côtés et de glisser sa main dans la sienne. A son merci, elle ne répondit qu’un sourire avant d’embrasser à nouveau sa main qu’elle garda près d’elle. « Ça te fera du bien. » Souffla Padma d’une voix douce pour essayer de le rassurer. Comme une ampoule qui éclairait soudainement dans son cerveau, l’Indienne pensa peut-être à une baisse de tension ou à un manque de sucre. Au vu des couleurs qu’il avait perdu et à son silence soudain, elle décida de partir plutôt sur le manque de sucre, et quitta son visage du regard pour rechercher un autre stand autour d’eux, certaine de pouvoir trouver des confiseries assez sucrées pour l’aider à se sentir mieux. C’est uniquement en entendant son commentaire qu’elle reporta son attention sur l’écrivain et cessa ses recherches. « Quoi ? » Un sourire au coin des lèvres pour essayer de comprendre ses paroles, la jeune femme serra un peu plus sa main dans la sienne pour l’inviter à en dire plus. « C’est ça qui te préoccupe, le fait qu’on se connaisse d’avant ? Tu sais, je suis certaine que si nos routes s’étaient déjà croisées, que je m’en souviendrais. » Et pas parce qu’elle n’avait pas l’habitude d’oublier des visages, mais parce qu’il s’agissait du sien. A chaque fois qu’ils se trouvaient à côté, sans même se toucher, naissait dans les airs cette électricité palpable qui les liait au point de créer des étincelles dès le moment où ils se touchaient. Le cœur de Padma avait été mis à l’épreuve à la seconde où ses yeux s’étaient posés sur l’écrivain pour cette raison exacte. Parce que leur âme et leur cœur avait parlé à leur place, se montrant bien plus puissants que n’importe quels mots qu’ils auraient pu employer. C’était effrayant, certes, mais c’était une aventure dans laquelle l’avocate prenait plaisir à embarquer parce qu’elle savait qu’elle avait trouvé la bonne personne pour l’accompagner dans ce nouveau chapitre de sa vie. S’ils n’avaient jamais posé vraiment d’étiquette sur leur relation, l’Indienne avait su dès le premier baiser qu’il allait faire partie de sa vie pendant des années. C’était simple ; leurs deux cœurs battaient ensemble, et cesseraient de battre ensemble. Comme pour donner vie à ses pensées, elle fit glisser la main de Devraj, toujours dans la sienne, au niveau de son cœur sans aucune raison particulière.

Son regard planté dans le sien suffi à faire faner le sourire que Padma lui adressait, sentant tout le sérieux que dégageait un simple regard. Et à son tour, l’inquiétude la gagna. Sa tentative de s’expliquer ne faisait aucun sens pour l’avocate qui essayait tant bien que mal de suivre le fil de ses pensées. « Des images ? Tu veux dire des souvenirs de ton enfance ? » Est-ce qu’il venait de se souvenir de quelque chose ? Si tel était le cas, pourquoi prendre cet air si sérieux, c’était supposé être une bonne nouvelle, non ? Et qu’est-ce qu’elle avait à voir là-dedans ? « Qu-… Quoi ? » Buttant sur sa simple question, cette fois c’était à son tour de prendre un air grave. « Devraj, c’est impossible… » Souffla-t-elle en essayant à son tour de se souvenir de son enfance. Les enfants avec lesquels elle jouait pouvaient se compter sur les doigts d’une main, du moins ceux qu’elle avait vraiment côtoyé. Mais outre ce détail, elle était persuadée qu’elle se serait souvenue de lui. Il n’y avait pas beaucoup d’Indiens à Naples, donc un prénom comme le sien, elle s’en serait obligatoirement rappelée. A moins que… « Non… » Laissa échapper l’avocate d’une voix à peine audible, regardant plus en détail les traits de l’écrivain. Sans prêter attention à sa main qui avait lâché la sienne, elle sentit juste celle du jeune homme remonter le long de son cou pour aller jouer avec une mèche de ses cheveux. Et dans un réflexe qui la ramena aussitôt en Inde, elle dégagea la main de Devraj en lui agrippant le poignet pour qu’il arrête de jouer avec ses cheveux, et lâcha : « Arrête tu vas déranger ma coiffure » dans leur langue natale, une expression triste sur le visage. Les larmes qui ne tardèrent pas à monter finirent par rouler le long de ses joues tandis que dans son cerveau se rejouait les moments où petite déjà, elle rouspétait dès que le garçon qui a occupé ses pensées toutes ses années, jouait avec ses cheveux. « C’est toi. » Lâcha l’Indienne en libérant son poignet. « C’est vraiment toi. »  


Deewani ho gayi
"On a day where fate and time stood witness.
Two star crossed lovers breathed their last.
They say witnessing a falling star fulfills any wish.
But these two stars fell to earth wishing only to belong to each other.
They stand testament to eternal love.



JE SUIS AMOUREUSE, NE ME POSEZ PLUS DE QUESTIONS.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
[Terminé] Padma | Un kidnapping Empty
Sujet: Re: [Terminé] Padma | Un kidnapping ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [Terminé] Padma | Un kidnapping -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant