Revenir en haut
Aller en bas


 

- Laisser parler son coeur. feat Azkadelio -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Augusto Rinaldi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1700-comment-vivre-quand-une http://www.ciao-vecchio.com/t1709-tous-ces-moments-se-perdront-dans-loubli-comme-des-larmes-dans-la-pluie-gus
ID : sweety / nath
Faceclaim : Jon Kortajarena © azka d'amour. (vava) © frimelda (sign)
Multi-comptes : Safiya Rahotep & Luna Primavera & Declan O'Reilly
Messages : 3103 - Points : 6638

Âge : 31 ans né le 17/09/1987
Métier : Restaurateur. Il a repris l'affaire familliale.
Sujet: Laisser parler son coeur. feat Azkadelio ( le Dim 30 Déc 2018 - 15:42 )
Et si notre histoire prenait enfin son envol.feat Azkadelio
Le réveillon de Noël c’est passé en famille. Le restaurant étant fermé, les Rinaldi ont bien profité. Mais les pensées de Gus se sont souvent dirigées vers Azka, qui fêtait Noël de son côté. Il aurait aimé l’avoir à ses côtés.
A vrai dire il aimerait l’avoir à  ses côtés tous les jours.
Les deux amis ont échangé quelques sms, une façon de combler l’absence. Ils ont prévu de se retrouver le weekend entre cette fête familiale et celle qui annonce la venue de la nouvelle année. La trattoria étant ouverte pour le réveillon du jour de l’An. D’ailleurs toutes les places sont déjà réservées. Alors de passer la soirée du 30 décembre avec son ami, et il espère la nuit enchante Gus. Depuis le braquage, il a pas mal réfléchi à sa relation avec Azka. Il est conscient qu’il lui apporte un apaisement profond.
Avec Azka, Gus peut être lui-même.
Il n’a pas besoin de tricher ou de cacher ses souffrances et ses peurs. De plus l’aveu de son ami, même si Gus se doutait de ses sentiments, résonne encore dans sa tête et dans son cœur. L’amour a toujours angoissé Gus, mais il sait que ce qu’il éprouve pour Azka n’a plus rien à voir avec une simple amitié. Et ce qu’il ressent avec lui quand ils font l’amour, lui montre qu’ils ne se retrouvent pas juste pour le sexe.
Entre eux c’est bien plus puissant.
Et cette idée devient une évidence à présent pour Gus. Il ne peut plus fermer les yeux.
Ni nier les sentiments que son cœur met d’avantage à jour.

Alors Gus met une touche particulière à cette soirée qu’il prépare. Son loft est encore décoré par la magie de Noël. Il a juste prévu des roses rouges, un bouquet trône sur la table, qui est également éclairée avec des bougies. Il a tamisé la lumière.
Il flotte comme un air de St Valentin deux mois à l’avance.
Ce qui fait sourire Gus. Il n’a jamais marqué le coup pour cette fête et voilà qu’il pare son loft d’une ambiance des plus romantiques. Tout ce qui touche au repas est prés. Il va se préparer. Prendre une bonne douche. Sa barbe date de deux, trois jours et il compte la garder. Cela lui donne un air plus sexy. Comme tenue il a prévu un pantalon noir et une chemise blanche avec une cravate. Il aurait pu laisser les derniers boutons ouvert, mais il sait qu’Azka se fera un plaisir de le faire.
Puis Gus regarde l’écrin qui contient le cadeau pour son ami.
Il l’a acheté lors de son après midi shopping avec Isabella. Il espère que l’attention lui plaira.
Une attention toute particulière.
Il s’agit de la moitié d’un cœur gravé à son prénom monté sur une chaine en or blanc. Gus porte l’autre moitié du cœur ou le prénom d’Azka est gravé. Au dos il a fait graver " for ever."
C’est surement pour cette raison qu’il a fermé sa chemise. Il ne voulait pas que la surprise soit dévoilé trop tôt. Il a hésité avec une chevalière mais a trouvé l’idée du cœur bien plus significative. Le restaurateur sort de sa chambre avec l’écrin à la main.

Gus cherche un endroit pour le mettre. Il aurait bien mis la boite dans la poche de son pantalon, mais elle se voit. Et il ne veut pas éveiller la curiosité d’Azka. Il compte offrir son cadeau en début de soirée. Au moment du champagne qu’ils prendront sur le canapé accompagné de petits amuses bouches.
Du coup il décide de glisser l’écrin sous un des coussins du canapé.
Azka n’aura pas l’idée mettre ses mains dessous, en plus il s'installe de l'autre côté. Il a à peine le temps de cacher la boite que la sonnette retentit. Gus ne perd pas de temps pour aller ouvrir.
« Bonsoir beau gosse. » Son regard glisse sur la silhouette de son ami. Il pourrait même dire sexy. Son cœur se met même à accélérer alors qu’un tas d’idée lui passe en tête. Et pas que des idées charnelles. Il pense à bien d’autre chose.
Comme à son sourire. A son regard. Au son de sa voix. Aux moments passés ensemble. A ces petites choses qui comblent son cœur de tendresse.
Et encore une fois cela le fait sourire. « Vas-y entre. » Leurs lèvres se retrouvent avec douceur. Et Gus n’a pas envie de s’en séparer. Il aime sa bouche, la douceur de ses baisers et leur passion aussi. Qu’est ce qu’il a été idiot de ne pas se laisser aller plus tôt à ce bonheur ?
« Installes toi je vais chercher le champagne. » Quand Gus revient, il voit Azka assis contre le coussin ou l’écrin est caché. « Euh tu as changé de place. » Son ami le regarde bizarrement. « Non laisses tomber. » Il lui sourit, cela peut être amusant qu’il sente la boite. « Alors ces fêtes de Noël elles se sont bien passées ? » Il s’installe à côtés d’Azka légèrement fébrile.
Si seulement son cœur pouvait un peu se calmer.
 


Azkadelio

L'écho de son cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Azkadelio MelchiorreLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Sadja, Tim
Faceclaim : Ricardo Baldin + ©Sadja
Messages : 429 - Points : 474

Âge : 32 ans
Métier : Horloger-bijoutier
Sujet: Re: Laisser parler son coeur. feat Azkadelio ( le Jeu 3 Jan 2019 - 2:31 )
Trouver un cadeau digne de ce nom pour Augusto n'a pas été une mince affaire. Je voulais quelque chose qui lui plairait et qui soit un peu prestigieux. Mais surtout, je voudrais quelque chose qui lui fasse penser un peu à moi tout en lui étant utile au quotidien. C'est pourquoi je lui ai acheté une prestigieuse mallette de couteaux de cuisine qui m'a coûté un peu plus de la moitié de mon arrêt. Cependant, l'argent n'est qu'un détail et le bonheur de Augusto, après ces dernières semaines, n'a pas de prix à mes yeux. J'ai tellement hâte qu'il découvre ce paquet et de voir que je peux lui rendre enfin le bonheur qu'il me procure. Du moins c'est ce que j'espère en posant la mallette emballée contre le mur, dissimulée de sa vision lorsque le brun m'ouvrira.

Coucou.” Son compliment me fait esquisser un sourire timide. “Arrête ton cinéma, je suis déjà conquis.” Je n’ai plus besoin de lui simuler d’excuses quant à mes sentiments désormais. Alors je préfère lui dire la vérité et nos conversations n’en sont que plus sincère. Il m’a tant manqué durant les fêtes de fin d’année. Il fait parti de ma famille alors ne pas l’avoir près de moi c’était un peu compliqué. Heureusement, il répondait à mes quelques sms. Bien évidemment, je le laissais profiter de sa famille, mais j’avais simplement envie de sentir sa présence. Un petit message le matin en me réveillant, un autre dans le début de soirée, je ne voulais pas m’imposer à lui.

Souriant, il m’invite à entrer. “Attends, attends…” Je reprends le paquet que j’avais dissimulé contre le mur. “J’ai trouvé ça sous le sapin à Noël, je crois que c’est pour toi.” Les lèvres de mon amant viennent sur les miennes qui les accueillent avec joie. Je souris contre ses lèvres tout en avançant dans l’entrée, posant le paquet par terre sans lâcher ses lèvres. Je viens ensuite passer mes doigts dans son dos, me serrant davantage contre son corps tout en prenant une grande inspiration de bien être. “Tu m’as tellement manqué Gus.” Mes yeux plongent dans les siens tandis que ma main plonge dans ses cheveux. Je lui souris amoureusement sans lâcher son regard. “Ca fait tellement de bien de t’avoir avec moi ce soir.” Il me dit d’aller m’installer pendant qu’il sert le champagne. “Pas de soucis, je vais poser ton paquet là-bas, tu l’ouvriras tout à l’heure.” J’embrasse sa joue en souriant puis me saisis de nouveau du paquet pour le mener avec moi vers la canapé.

Lorsque le cuisinier revient, sa remarque me surprend un peu. “Comment ça ?” J’arque un sourcil à son intention, ne comprenant pas vraiment ce qu’il voulait dire. “Tu m’as dit d’aller m’installer.” Tout en souriant, il me dit de laisser tomber sa remarque et il change de conversation pour me demander comment s’est passé le réveillon. “Oh tu sais, j’étais seul avec ma mère. Rien de très croustillant. Je n’ai qu’elle dans ma vie.” Je le sens particulièrement nerveux. Je pose ma main sur sa cuisse sans lâcher ses yeux du regard. “T’es sûr que tout va bien ? On dirait que t’es stressé… Y a un truc qui s’est passé à Noël ?” Je le regarde l’air inquiet. “En plus j’ai même pas eu mon câlin…” Je fais une moue triste avant d’afficher un grand sourire, comme pour lui changer les idées. J’avais très envie d’avoir son corps collé contre le mien.
Revenir en haut Aller en bas
Augusto Rinaldi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1700-comment-vivre-quand-une http://www.ciao-vecchio.com/t1709-tous-ces-moments-se-perdront-dans-loubli-comme-des-larmes-dans-la-pluie-gus
ID : sweety / nath
Faceclaim : Jon Kortajarena © azka d'amour. (vava) © frimelda (sign)
Multi-comptes : Safiya Rahotep & Luna Primavera & Declan O'Reilly
Messages : 3103 - Points : 6638

Âge : 31 ans né le 17/09/1987
Métier : Restaurateur. Il a repris l'affaire familliale.
Sujet: Re: Laisser parler son coeur. feat Azkadelio ( le Ven 4 Jan 2019 - 19:06 )
Et si notre histoire prenait enfin son envol.feat Azkadelio
Gus taquine Azka à peine la porte ouverte. Peut être une façon de cacher le trouble qui l’habite.
Les deux amis sont passés par pas mal d’émotion ces derniers temps.
Certaines ont plus marqué le restaurateur que d’autres. « Je sais mais je peux encore te faire un compliment. » En plus il est sincère parce qu’Azka est particulièrement séduisant ce soir. Il l’est toujours mais ce soir Gus le voit différemment. Et c’est surtout en le retrouvant qu’il se rend comte encore plus de combien il lui manque. Il le fait entrer. Mais son ami n’est pas seul. Il a un paquet avec lui.
« Ah bon !! Le père Noël est passé chez toi pour moi. Tu crois que c’est un bon signe ou non. » Sa voix se fait taquine tout comme son sourire. Il regarde la boite essayant d’imaginer ce qu’elle peut bien contenir. A part que ce ne soit un trompe l’œil et que le contenant soit plus petit que le contenu.
Mais il sait qu’Azka aura choisi avec soin son cadeau et qu’importe ce que contient cette boite.
« Mais mon plus beau cadeau c’est toi. » Ils échangent un baiser langoureux et sensuel.
L’étreinte est divine et éveille bien des frissons sur la peau de Gus.

Le restaurateur se laisse emporte sous l’impulsion d’Azka. Il l’entoure de ses bras et laisse ses mains se caler au creux de ses reins.
« Tu m’as manqué aussi. Oui et tu vas pouvoir abuser de moi sans aucune modération. » Son ami dépose un baiser sur sa joue. Il lui propose de s’installer dans le salon et il le regarde partir avec son paquet.
« Et je vais abuser de toi également. » Il part en sifflotant dans la cuisine.
Heureux comme jamais, même si une certaine fébrilité reste présente.
Pourvu qu’Azka aime son cadeau. Il s’amuse avec  la chaine qui se cache sous sa chemise en se demandant comment il va prendre son geste. Gus revient au salon constatant que son ami c’est installé du mauvais côté. Enfin comment il pourrait savoir que le restaurateur a glissé l’écrin à cet endroit.
« Oui c’est juste moi qui est l’habitude. Mais rien de grave. »

Gus s’installe à ses côtés et change direct de conversation. Même s’il se doute qu’il a éveillé la curiosité d’Azka. Ou voir des questions sur sa réaction.
« Tu m’as moi aussi. Le prochain Noël faudra que ta mère et toi veniez le fêter avec la famille Rinaldi. Mes parents seront aux anges et moi aussi. » Il se dévoile peu à peu, même s’il semble encore maladroit ou stressé.
Ce qui n’échappe pas à Azka. Qui le connait mieux que lui-même.
Gus frissonne lorsque la main de son amant se pose sur sa cuisse.
« Tout c’est bien passé pour Noël. C’est juste que .. » Son regard part vers le coussin. « Oui le câlin c’est surement ce qui me manque aussi. » Il vient se colle contre lui et glisse discrètement la main sous le coussin pour récupérer l’écrin.
Il pose des baisers dans le cou de son amant.
Avant de remonter avec douceur vers sa mâchoire et puis sa bouche. Puis Gus desserre l’étreinte et plonge son regard dans les yeux d’Azka.
« Tiens j’ai trouvé ce paquet pour toi sous mon sapin. » C’est sur que niveau taille entre les cadeaux, rien à voir. Mais Azka bosse une bijouterie vu la forme de la boite en velours noir il va surement se douter que ce qu’elle contient est précieux. Sans pour autant savoir que c’est d’une certaine façon le cœur du restaurateur.
Une manière de lui dire ce qu’il ressent.
Gus a cet instant tremble un peu et il vient naturellement jouer avec l’autre moitié du cœur qu’il cache encore sous le tissu.
« On les ouvre ensemble comme quand on était gamin. » Gus attrape alors le paquet sur la table et commence à défaire le papier sans quitter des yeux son ami.

Azka est vraiment beau et Gus craque pour lui. Il ne peut plus le nier.

 


Azkadelio

L'écho de son cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Azkadelio MelchiorreLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Sadja, Tim
Faceclaim : Ricardo Baldin + ©Sadja
Messages : 429 - Points : 474

Âge : 32 ans
Métier : Horloger-bijoutier
Sujet: Re: Laisser parler son coeur. feat Azkadelio ( le Sam 5 Jan 2019 - 14:37 )
Je ne pense pas non, ce doit être la Befana qui est passée en avance pour toi.” J’ai l’impression d’être face à un nouvel Augusto, ou plutôt face à l’ancien. Celui avant la disparition de son jumeau. Cela fait déjà plusieurs semaines que je décèle quelque chose de l’ancien revenir petit à petit, mais je n’en avais pas encore la certitude. Or ce sourire taquin et ses yeux étincelants me rendent nostalgique. Ce doit sans aucun doute être l’air des fêtes qui mettent mon cuisinier dans cet état. Si seulement Noël pouvait être toute l’année si c’est bel et bien le cas…

Woaw. Ses mots sont particulièrement choisi ce soir on dirait. C’est presque mignon de l’entendre me dire que je suis son plus beau cadeau. Ses lèvres sont contre les miennes pour un échange langoureux. Tous mes sens sont en éveil face à ses mains qui parcourent mon dos. “Et bien, quel accueil !” Je souris tout en faisant une petite pause à ce baiser, posant mon front contre le sien pour reprendre mon souffle. Je le contemple ensuite, passant une main dans ses cheveux tout en me mordant la lèvre inférieure. “Tu es magnifique ce soir.” Autant que d’habitude, mais il y a quelque chose néanmoins de différent chez lui. Et ça me plaît beaucoup.

Je ne parlais pas de ça… Mais c’est bon à savoir.” Je ris légèrement tout en me laissant tomber sur les coussins du canapé après avoir déposé le paquet sur la table tandis qu’Augusto par dans la cuisine. Lorsqu’il revient, il me fait une remarque sur le choix de ma place, remarque que je trouve pour le moins étrange. J’écoute sa pseudo excuse et n’ajoute rien. Il semble stressé néanmoins et je veux savoir ce qui se passe.

Il s’installe à mes côtés, changeant de conversation pour savoir comment s’est passé mon Noël. “Je ne sais pas, on verra. Ma mère part du principe que Noël reste avant tout une fête familiale et je la rejoins un peu sur ce point… Sans vouloir te blesser Gus…” Je le regarde d’un air triste, je ne veux absolument pas qu’il prenne mal ma remarque. Même si je serais ravi de passer les fêtes avec sa famille, ça n’est pas vraiment ma place et encore moins celle de ma mère, nous sommes des étrangers pour eux. La nervosité de mon meilleur ami m’interpelle et je pose une main sur sa cuisse pour le rassurer de ma présence. Peut-être Amadeo s’est fait une nouvelle fois remarqué par son absence. “C’est juste que ..?” Son regard semble fuir le mien, mais de ma main je le redirige en tournant sa tête face à moi. C’est alors qu’il me prend dans ses bras en vient embrasser le creu de mon cou. Je l’attire sur moi et enroule mes jambes autour de ses hanches. Je lui donne un léger coup de reins pour lui faire comprendre mes intentions tout en soupirant sous ses baisers, qui remontent vers ma bouche lentement, et serrant la peau de son dos avec envie. “On pourrait passer à ce genre de câlin aussi…” Je ris légèrement tout en l’embrassant avant de commencer à déserrer sa cravate et de retirer le premier bouton de sa chemise. Mais il se retire de l’étreinte tout à coup pour me regarder dans les yeux. “Quelque chose ne va pas ?” Peut-être a-t-il enfin réfléchi, si ça se trouve il ne veut plus de tout ça entre nous. Si c’est le cas, je l’accepte même si c’est à contre coeur…

Comme réponse à ma question, il me tend un petit paquet. Je retire mes jambes d’autour de lui et m’assois correctement en prenant la boîte. “Merci c’est trop gentil, mais il fallait pas. Te voir joyeux et souriant me va parfaitement." Il propose alors d'ouvrir les paquets en même temps, tels des enfants. “Oui on peut, si tu veux.” Je lui souris un peu, me demandant encore ce que j’avais pu faire de mal pour que le cuisinier se refuse à un instant charnel avec moi. Surtout que je pensais qu’on s’était enfin retrouvé lui et moi et qu’on était sur de meilleures bases. “Par contre, avant de l’ouvrir, j’ai ça à te donner.” Je lui donne une pièce de deux euros, en accord avec la tradition pour ce genre de cadeau. “Afin que notre amitié ne se brise jamais, même si pour moi aucune pièce ne pourra afficher sa véritable valeur à mes yeux.” Je lui souris et lui remets la pièce puis je m’occupe de déballer mon cadeau.

Le papier révèle peu à peu une boîte en velours noir. Il a été chez un bijoutier, c’est certain. “Mais, qu’est-ce que…?” Je le regarde d’un air perdu face à cette boîte. Je l’ouvre néanmoins, et observe avec attention la chaîne possédant un morceau de coeur sur lequel on pouvait lire distinctement : Augusto. “C’est magnifique.” Je saisis la chaîne entre mes mains et la lui tends. “Tu peux me l’attacher s’il te plaît ?

Revenir en haut Aller en bas
Augusto Rinaldi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1700-comment-vivre-quand-une http://www.ciao-vecchio.com/t1709-tous-ces-moments-se-perdront-dans-loubli-comme-des-larmes-dans-la-pluie-gus
ID : sweety / nath
Faceclaim : Jon Kortajarena © azka d'amour. (vava) © frimelda (sign)
Multi-comptes : Safiya Rahotep & Luna Primavera & Declan O'Reilly
Messages : 3103 - Points : 6638

Âge : 31 ans né le 17/09/1987
Métier : Restaurateur. Il a repris l'affaire familliale.
Sujet: Re: Laisser parler son coeur. feat Azkadelio ( le Dim 6 Jan 2019 - 18:11 )
Et si notre histoire prenait enfin son envol.feat Azkadelio
Même si Gus est stressé il y a dans son regard une nouvelle lueur. Une étincelle qui doit surement titiller Azka. Le bonheur de retrouver son ami est sincère et il sait qu’il est partagé. Et il a juste envie de se laisser guider par lui. Il sera surement encore maladroit mais il c’est rendu compte d’une chose.
Azka est important pour lui.
Il est la pierre qui manque à son édifice pour que celui-ci retrouve enfin son équilibre. La mort de son jumeau l’a ébranlé et cela fait plus de dix ans que ça dure. Et même si Gus est conscient qu’il y aura surement encore des coups durs, comme les fêtes, son anniversaire. Il veut passer au dessus de sa douleur pour enfin vivre. Le passé et le passé. Le présent lui sourit. Il ne lui reste plus qu’à construire un avenir.
Si Azka est d’accord. Si Azka accepte après avoir si souvent s’être senti rejeté.
De cela aussi Gus en a conscience.  Il lui en a fait baver. Mais il compte repartir sur de bonne base et quoi de mieux que cette soirée pour enfin oser. Enfin se lancer. Sans pour la première fois avoir peur de chuter, ce qui ne lui était pas arriver depuis longtemps.

Alors ils se complimentent. Ils se retrouvent dans un baiser. Ils se taquinent. Gus se dévoile sans honte, sans crainte. Il se doute que ses réactions doivent également surprendre Azka. Son aisance et sa joie de vivre sont bien présentes. Et la soirée ne fait que commencer.
Mais cette aisance ne cache pas sa fébrilité.
Surtout quand il remarque son ami assis à la place où il avait prévu de s’installer. Il est même déstabilisé comme si son plan d’un coup tombait à l’eau. Alors qu’il n’y a rien de grave. Il essaie de noyer le poisson dans une autre discussion. La présence d’Azka et de sa mère chez les Rinaldi pour les prochaines fêtes. Il n’est pas étonné par la réponse de son ami.
« De toute façon on n’y est pas. On a d’abord toute une année à passer. » Gus espère vraiment que leurs deux familles seront réunies pour Noël 2019. Cela  sera le signe qu’il est passé au dessus de sa douleur et de cette période noire qui lui colle à la peau depuis des années. Mais Azka n’est pas idiot et il voit bien que Gus n’est pas comme d’habitude.
Alors pour éviter les questions il joue les charmeurs.
Éveillant le corps de son amant à d’autres douceurs. Et il se prend au jeu, peut être un peu trop vite. Sans explication le restaurateur le stoppe ne voulant pas qu’il ouvre sa chemise trop vite. Même s’il a hâte de voir sa réaction. De quoi les perturber d’avantage et faire planer le mystère sur toute cette situation.

Mystère qui se renforce quand Gus tend le paquet à Azka.
« C’était important pour moi de marquer le coup de cette façon. C’est grâce à toi ce bonheur que je dégage. » Son ami doit être de plus en plus perdu. Mais le restaurateur essaie de ne pas flancher, il veut que la  surprise soit totale et complètement inattendu. Il propose même d’ouvrir les cadeaux en même temps. Il récupère la pièce que son ami lui tend.
« Je crois que du coup j’ai un petit doute sur le cadeau. » Il connait parfaitement cette tradition de la pièce donnée pour préserver l’amitié.
« Oui notre amitié n'a pas de prix. Mais c’est le geste et sa signification qui compte et non la valeur de la pièce. » Gus récupère la pièce et surveille Azka du coin de l’œil. Il guette ses réactions et au fur et à mesure qu’il défait son paquet son cœur s’emballe d’avantage. Et puis Azka ouvre enfin la boite.
« C’est la moitié d’un cœur. Il y a aussi une gravure au dos. » Deux mots en anglais. Il aurait les écrire en italien mais il a trouvé que pour toujours sonner mieux en anglais.
« Content qu’il te plaise. » Il lui sourit et récupère le bijou pour l’attacher autour du cou de son ami. Une fois la chaine attachée il pose un baiser contre ses lèvres.
« Merci pour les couteaux. La mallette est superbe. Tu as fais une vraie folie petit cœur. » Il passe ensuite sa main sur la joue de son ami.
« Je suis vraiment heureux de passer cette soirée avec toi. » Son regard plonge dans celui d’Azka.

Gus se racle la gorge.
« J’ai quelque chose à te dire. Quelque chose d’important. Tout à l’heure j’ai repoussé tes avances pour une raison. » Gus porte ses mains à son cou afin de défaire les deux boutons de sa chemise. Il parle avec douceur, il tremble même en ouvrant le col de son haut.
« Je ne voulais pas que tu vois que j’avais .. » Il tire doucement la chaine.
« L’autre partie du cœur. » Il avale sa salive, il se sent comme un gamin.
« Tu as mon cœur et j’ai le tien. Est-ce que tu comprends où je veux en venir ? » Gus approche ses lèvres de celles d’Azka.
« Tu es mon meilleur ami, mon confident, mon amant, l’épaule sur laquelle je me pose, j’aimerais que tu sois plus encore .. » Et il se saisit des lèvres de son homme pour l’emporter dans un baiser sensuel et sulfureux. Prêt à se laisser couler dans un moment de tendresse charnelle.

Puis entre deux baisers alors que les mains de Gus partent à la conquête de la chair d'Azka. Deux mots se glissent dans un souffle.

« Je t'aime. »


 


Azkadelio

L'écho de son cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Azkadelio MelchiorreLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Sadja, Tim
Faceclaim : Ricardo Baldin + ©Sadja
Messages : 429 - Points : 474

Âge : 32 ans
Métier : Horloger-bijoutier
Sujet: Re: Laisser parler son coeur. feat Azkadelio ( le Dim 6 Jan 2019 - 20:39 )
Je souris niaisement à ce que me dit Augusto. “Je pense que c’est probablement la chose la plus adorable que tu m’aies dite. J’ai toujours rêvé de te revoir heureux et souriant.” Je l’avais tellement espérer : Augusto semble redevenir l’adolescent joyeux et taquin qu’il était il y a dix ans. Ces dernières années n’ont pas toujours été facile pour lui comme pour moi, mais on a su relever la pente la tête haute et savoir qu’il se sent heureux désormais, je le prends comme une victoire. Peu importe avec qui ce sera, il est enfin prêt à tourner la page. Ma mission est bel et bien terminée. Mais cela implique-t-il qu’il n’a donc plus besoin de moi désormais ?

Le cuisinier se saisit de la pièce de monnaie, guidé par elle sur l’identité du cadeau. “Ouvre vite et tu verras bien.” Je lui souris sincèrement impatient qu’il découvre son paquet. Le voir comme un enfant lorsqu’il s’émerveille devant mon cadeau me ferait presque oublier d’ouvrir le mien. “For ever”. Je lis à voix haute ce qu”il y a inscrit au dos du médaillon comme me l’a indiqué Augusto. Je ne sais pas trop comment réagir. Est-ce que c’est sa façon de me taquiner une nouvelle fois avant de me donner le véritable cadeau ? Après tout il décide de rompre notre étreinte, m’offre un coeur brisé avec inscrit Augusto, For ever pile quand je lui révèle mes sentiments. Je sais qu’il aime bien plaisanter sur l’affection que je lui porte depuis tout ce temps, mais le jour de Noël, ça me vexe un peu. Heureusement, je commence à en avoir l’habitude et je ne lui ferais pas le plaisir de faire la gueule à Noël, alors je ne laisse rien transparaître, lui demandant de bien vouloir me l’attacher en souriant. “Oui… beaucoup. Merci encore Gus.” De me poignarder dans le dos une nouvelle fois.

C’est alors que sa réaction me surprend : il semble sourire de façon sincère et vient même m’embrasser. Je me retrouve dans le flou le plus total. Je me suis fait des films, alors que mon meilleur ami à sans doute juste voulu graver notre amitié sur un médaillon, comme un symbole pour dire qu’elle ne se brisera jamais. La main du cuisinier vient caresser ma joue tout en me remerciant pour le cadeau. Je pointe son sourire du doigt. “Tu vois ça ? Ca n’a pas de prix pour moi.” J’embrasse sa joue gentiment. “Ca me fait plaisir d’être un peu avec toi aussi.

Je vois tout à coup mon meilleur ami prendre un air un peu plus sérieux en se raclant la gorge. “Tu n’as pas à te justifier…” Je l’observe ouvrir davantage sa chemise puis tirer sur une chaîne, la même que la mienne. Je ne comprends pas vraiment tout ce que cette mise en scène signifie et je me sens complètement perdu. Encore une énigme dont seul Augusto a le secret. “Pas vraiment, je t’avoue…” Je le regarde un peu perdu, j’ai peur de me faire de fausses idées sur la situation. Son visage se rapproche du mien et mes yeux se perdent dans les siens. Ses mots résonnent dans ma tête et tournent en boucle : Tu es mon meilleur ami, mon confident, mon amant, l’épaule sur laquelle je me pose, j’aimerais que tu sois plus encore.

Augusto m’embrasse sans que je ne puisse ajouter un mot à tout cela. Je me laisse guider par lui, m’abandonnant dans ses bras. J’ai un millier de pensées par secondes qui défilent dans ma tête. J’essaie de trouver un sens à ces mots prononcés par un Augusto Rinaldi, une espèce rare et difficile à cerner. Les baisers s’enchaînent nos mains parcourent le corps de l’autre, lorsque tout à coup, je me stoppe brutalement, repoussant Gus de dessus moi. “Pardon tu quoi ?” Mon corps semble me lâcher, comme si j’allais m’évanouir, mes bras en tremblent même. Il m’aime.
Revenir en haut Aller en bas
Augusto Rinaldi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1700-comment-vivre-quand-une http://www.ciao-vecchio.com/t1709-tous-ces-moments-se-perdront-dans-loubli-comme-des-larmes-dans-la-pluie-gus
ID : sweety / nath
Faceclaim : Jon Kortajarena © azka d'amour. (vava) © frimelda (sign)
Multi-comptes : Safiya Rahotep & Luna Primavera & Declan O'Reilly
Messages : 3103 - Points : 6638

Âge : 31 ans né le 17/09/1987
Métier : Restaurateur. Il a repris l'affaire familliale.
Sujet: Re: Laisser parler son coeur. feat Azkadelio ( le Mer 9 Jan 2019 - 10:46 )
Et si notre histoire prenait enfin son envol.feat Azkadelio
Il n’y a pas de doute. Gus est heureux.
Il est heureux parce qu’il a pris conscience que s’il veut avancer dans la vie faut qu’il assume ce qu’il ressent à l’égard d’Azka. Se cacher derrière la douleur que la perte de son jumeau à engendrer n’est plus une solution. C’est juste une destruction.
Et il a fallu qu’il soit mis au pied du mur en se rendant compte qu’il pouvait aussi perte son meilleur ami. Que la vie pouvait lui arracher du jour au lendemain son autre raison de vivre. Alors oui le bonheur se lit sur son visage, il transpire dans ses mots et ses réactions.
Et il veut le partager.
Azka a le droit de savoir.

Et de voir ce que sa présence fait naitre dans le cœur, les tripes et l’âme du restaurateur. Cet amour il ne veut plus l’enfermer. Il veut le libérer et c’est ce soir qu’il a choisi pour le mettre à nu. Pour le déposer aux pieds d’Azka. Alors c’est sur que ce changement de comportement doit déstabiliser le bijoutier. Mais cela le rend plus désirable et donne à cet instant de partage encore plus de force et d’importance.

Et vient le moment d’échanger leurs cadeaux. Gus est fébrile et Azka le voit. Mais il fait tout pour détourner les doutes de son ami. Tout pour l’aiguiller aussi. Même s’il est peut être maladroit dans cette voie là.
Ce qui rend Gus plus touchant et plus authentique au final.
Il guette la moindre réaction d’Azka alors qu’il découvre la chaine et le pendentif. Alors que les gravures aussi viennent à se faire connaitre.
Un prénom et une inscription en anglais.
Et puis il y a ce sourire sur les lèvres de Gus. Un sourire qui semble d’un coup effacer toutes ses douleurs et ses peines. Un sourire qui marque son envie de vivre enfin. Sans avoir ce poids au creux du cœur. Même s’il sait que la perte de son jumeau restera à tout jamais une souffrance. Mais elle se fait plus douce et moins présente. Elle s’atténue pour laisser la place à la vie.
Et surtout à l’amour.
« On a mérité le droit d’être heureux après tout ce que l’on a enduré. » Les épreuves ils en ont eu. L’un comme l’autre. Ils se sont soutenus du mieux qu’ils ont pu. Même si parfois Gus préférait couler seul. Mais de cela n’ont plus il n’en veut plus. Il veut juste vivre. Vivre heureux. Et vivre avec Azka.

Alors Gus ose. Tout en douceur. Avec des baisers. Des caresses. Et puis des mots comme s’il traçait pour Azka une voie vers son cœur. Il sait que celui de son ami lui est réservé. Et il lui fait passer en retour le message comme quoi le sien est à lui également. Il distille des indices mais l’horloger semble ne pas encore tout saisir. Gus doit plus le dérouter qu’autre chose et il ne lui en veut pas. C’est même compréhensible.
« Il faut que je t’éclaire un peu plus alors. Et ne vas pas penser que j’ai pris un coup sur la tête. Je suis parfaitement lucide et sain de corps et d’esprit. » Il dit ses mots dans un sourire. Avant de se saisir de ses lèvres, puis de ses courbes. Courbes qu’il cherche à éveiller. Et Azka en fait de même.
Et puis entre deux baisers il avoue l’aimer.
Ce qui surprend son ami qui d’un coup semble perdre pied. Il doit même penser qu’il rêve.
« J’ai dis .. » Un silence ou le souffle de leurs lèvres se caresse. « Je t’aime. Et je peux te pincer si tu as peur de rêver. »
Il lui sourit alors qu’il le sent trembler contre lui. Gus vient encore une fois embrasser Azka tout en resserrant leur étreinte. Laissant son désir s’enflammer contre les courbes délicieuses de son amant.
« Je crois que je t’ai toujours aimé. J’étais juste trop con, trop perdu pour faire oser me l’avouer et te l’avouer. » Il plonge son regard dans le sien alors que sa main frôle son torse.
« Le fait de me rendre compte que je pouvais te perdre toi aussi. M’a ouvert les yeux. La vie est bien trop courte pour ne pas la vivre à cent pour cent. Et c’est avec toi que je veux passer la mienne. Si tu veux de moi ? »

Il se dit que peut être il aurait du acheter la chevalière au lieu de la chaine. Mais autant y aller petit à petit.
En commençant par le rôle du petit ami transis d’amour.




Azkadelio

L'écho de son cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Laisser parler son coeur. feat Azkadelio ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Laisser parler son coeur. feat Azkadelio -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut