Revenir en haut
Aller en bas

 

- [terminé] [Situation] Je suis choquée, choquée -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli :: Rues du quartier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Brigitta GhionaVieille fille et blogueuse désespérée
Brigitta Ghiona
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t82-brigitta-o-la-blogueuse-d http://www.ciao-vecchio.com/t82-brigitta-o-la-blogueuse-desesperee
Faceclaim : Alison Brie ©Dublin
Messages : 822 - Points : 1635
[terminé] [Situation] Je suis choquée, choquée Tumblr_mfrhwej8To1rgjyueo9_250
Âge : Trente-quatre ans, au bout de sa vie à la moindre ride qui s'accumule sur son visage.
Métier : Professeur en école maternelle et blogueuse dépressive à son temps perdu.
[terminé] [Situation] Je suis choquée, choquée Empty
Sujet: [terminé] [Situation] Je suis choquée, choquée ( le Sam 19 Jan 2019 - 17:25 )
Alexandre & NainaRendez-vous avec une suicidaire
Voici votre sujet aléatoire avec une situation préparée par nos soins. Si vous avez un souci, une question, n'hésitez pas à nous contacter. Bon jeu ! [terminé] [Situation] Je suis choquée, choquée 4210718188

@Alexandre Lecomte, @Naina Patel - Mon petit doigt m'a dit qu'il fallait une situation intense. [terminé] [Situation] Je suis choquée, choquée 2453074597
Situation Du haut du quatrième étage, une femme, malheureuse, s'est jetée dans le vide. Face à un coup dur qui a été la goutte de trop, elle a choisi une fin extrême pour être en paix. Son corps s'écrase à quelques centimètres de @Naina Patel (un peu plus et tu te faisais percuter). Le choc. Naina est figée, choquée, quand @Alexandre Lecomte passe par là. Le sauveur ? [terminé] [Situation] Je suis choquée, choquée 3203671698
Revenir en haut Aller en bas
Naina PatelToujours frais après un litre de café
Naina Patel
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4710-naina-j-ai-des-connaissances-e http://www.ciao-vecchio.com/t4762-la-casa-de-paypal
Faceclaim : Anushka Sharma ; avatar : tearsflight + Signature : Astra
Messages : 524 - Points : 920
[terminé] [Situation] Je suis choquée, choquée Tenor-26
Âge : 33 ans
Métier : Vendeuse dans une boutique d'herbes médicinales
[terminé] [Situation] Je suis choquée, choquée Empty
Sujet: Re: [terminé] [Situation] Je suis choquée, choquée ( le Lun 21 Jan 2019 - 0:38 )
L’ennuie avait vite fait de gagner l’Indienne dans cette ville. Epuisée par la vie qu’elle menait, elle avait en plus cette nouvelle sensation d’être prise au piège dans sa propre vie. Et le bracelet qu’elle portait à la cheville y était pour beaucoup. Elle ne pouvait pas aller au-delà d’un certain périmètre délimité et très clairement, ce n’était pas au goût de Naina. La jeune femme avait essayé de négocier pour qu’on lui accorde une marge beaucoup plus large pour se déplacer dans la ville, mais elle ne devait pas être douée dans ce domaine non plus parce que le résultat ne fut pas très satisfaisant.

Ce jour-là, ce fut l’ennuie et la curiosité de l’Indienne qui prit le dessus, la forçant à sortir de chez elle pour aller se balader dans Naples avec une carte à la main. Elle voulait tester quelque chose. Elle voulait voir si les limites qu’on lui avait imposé pour ne pas sortir de la ville étaient vraies, ou si elles n’étaient là que pour effrayer la jeune femme. Lorsqu’ils lui avaient expliqué le fonctionnement de sa sortie conditionnelle, on lui avait également dit que l’espèce de GPS dans le bracelet leur permettait de voir où elle se trouvait à l’instant T et surtout, qu’il se mettrait à sonner et leur enverrait un signal si jamais elle se décidait à tester certaines limites. Ayant un vrai problème avec l’autorité, c’était sûrement la dernière chose qu’ils auraient dû dire à Naina. De ce jour elle en avait rêvé parce que de toute façon, elle ne faisait plus grand-chose de bien excitant depuis son arrestation. Ce qui lui manquait c’était le temps, mais aujourd’hui lui semblait être un bon jour pour tester les limites de son bracelet. Sur la carte qu’elle avait sous les yeux, elle avait tracé au feutre vert le trajet qu’on lui autorisait à parcourir pour qu’elle sache où aller. Le feutre rouge qu’elle tenait entre les mains lui, était pour tracer le trajet qu’elle marquerait au fur et à mesure pour voir si quelque chose se passait si elle dépassait la ligne verte.

Au moment où elle reprit sa marche, sa carte dans une main, son cactus dans l’autre, elle fut stoppée de façon brusque par une énorme masse qui s’était écrasée devant elle. Surprise dans un premier temps, elle leva la tête pour voir s’il pleuvait des choses étranges pour essayer d’esquiver au cas où. La main en visière pour une meilleure visibilité, les yeux plissés, elle ne vit rien de bien exceptionnel. Si le problème ne venait pas d’en haut, peut-être qu’elle devrait baisser la tête. Ce qu’elle fit au bout de longues secondes à scruter le ciel, ignorant les gens qui s’étaient attroupés autour d’elle sûrement interpellé par cette chose. Lorsqu’elle se décida enfin à baisser la tête, elle vit qu’elle était debout dans une espèce de grande flaque rouge qui ressemblait à de la peinture et qui salissait ses chaussures. Elle poussa un juron avant de finalement poser les yeux sur ce qui avait risqué de l’écraser. Et là. Le drame. Un corps gisait sur le sol et perdait du sang. Le cactus qu’elle tenait entre les mains s’écrasa à son tour au sol pour exploser contre le sol tandis qu’un cri s’étouffait dans sa gorge. Les yeux écarquillés, elle avait envie de hurler devant cette atrocité mais même si sa bouche était ouverte, aucun son n’en sortait. Sans qu’elle ne s’en rende compte, elle s’était mise à trembler, impossible de dévier son regard. Les gens autour d’elle s’agitaient pour appeler les secours mais elle, impossible de bouger et au bord de la crise de larmes parce que c’était trop pour elle.  Bravo Naina, c’était effectivement un bon jour pour sortir de chez soi, se dit-elle à elle-même.


astra; bb — i have galaxies hidden between my bones and i will love you until the stars burn out. ;; @unknow
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre LecomteLe vin est un puissant lubrifiant social
Alexandre Lecomte
Voir le profil de l'utilisateur
Faceclaim : Chris Hemsworth
Messages : 183 - Points : 800
Âge : 35 ans
Métier : Chercheur en Histoire et maître de Conférence à l'Université de Naples
[terminé] [Situation] Je suis choquée, choquée Empty
Sujet: Re: [terminé] [Situation] Je suis choquée, choquée ( le Lun 21 Jan 2019 - 14:05 )
Rencontre autour d'un cadavre

Naina & Alex

La journée avait démarré un peu comme d'habitude pour Alexandre. Un bon café chaud, noir, sans sucre, et déjà, dans sa cuisine, il avait les yeux vissés sur une photo d'un document d'archives. Il se prenait à espérer que ce document lui délivrerait quelques informations intéressantes, mais en fait... Il ne trouva rien. C'était ça le boulot de chercheur. Vous étiez parfois sans aucune données. Sans la moindre possibilités pour continuer quoi que ce soit parce qu'il vous manquait des éléments en mains. Vous n'aviez pas toutes les cartes, et sans la totalité du jeu en main, ou du moins un bon jeu gagnant, impossible d'avancer. Il fallait suivre, éviter de se coucher, en espérant que la chance tournerait. Le Poker. La vie était un foutu jeu de poker. On jouait sans cesse. Parfois on perdait, mais parfois on gagnait gros. Très gros même. A l'heure actuelle, si Alexandre devait faire le compte, il avait avait plus perdu que gagné. Un bien piètre joueur on dirait. L'heure tourna sans que la chance ne tourne, et malgré les multiples documents, il ne parvenait rien à trouver. Il fallait qu'il se fasse à l'idée, il avait pris le mauvais fond d'archives. Peut-être que le suivant serait bien plus intéressant. Il ne se démonta pas. Il fallait qu'il trouve une solution, et il allait la trouver. Pour l'heure, il lui fallait un bon Whisky. Il ouvrit son buffet alors même qu'il sortait un cigare de sa poche. Soudain, alors qu'il sortit la bouteille, il s'aperçut qu'elle était trop légère pour être pleine. Il regarda le verre taillé de manière élégante dans lequel reposait habituelle la précieuse boisson aux arômes forts.
- Et zut... Maugréa-t-il. C'était bien sa veine. Et comme Alexandre ne faisait jamais rien comme les autres, il n'achetait pas son Whisky en grande surface, mais bien dans une boutique spécialisé dans les alcools. Il allait devoir aller aux quartiers spagnoli. Le quartier des espagnols. Un charmant quartier, mais quand on avait pas vraiment envie de bouger, rien n'était charmant. Pourtant, si il voulait sa boisson, il avait intérêt à y aller. Et puis cela lui donnerait une occasion de sortir.

Il s'empara donc de son caban, le boutonna, s'assura d'avoir ses clés, son porte-feuilles et ses papiers. Il se dirigea vers la porte, se saisissant de son portable au passage qu'il glissa dans sa poche. Il avait tout. Il pouvait y aller. Il regarda son grand appartement, essayant de s'assurer qu'il n'avait rien oublié de fermer ou de prendre avec lui. Mais non, il avait tout. Il ferma la porte, galéra comme toujours avec la serrure et l'insulta de plusieurs noms d'oiseaux avant qu'elle ne se ferme.
- Et ben voilà... Quand tu veux. Fit-il. Au moment où il retirait la clé de sa serrure, ses voisins du dessous, un couple qui se chamaillait sans cesse, hurlant sans doute plus fort que nécessaire, reprit ses bonnes vieilles habitudes de dispute. Alexandre souffla alors même qu'il entendait une porte se fermer derrière lui. Sa voisine de palier, Barbara, une femme plutôt âgée, petite mamie vivant là depuis bien longtemps, sortait à son tour. Elle verrouilla sa porte et prit la direction des escaliers.
- Comme toujours... Ils vont nous réveiller la résidence ces deux-là. Fit la mamie d'une voix chevrotante. Alexandre eut un sourire avant de la suivre en soupirant, il n'avait pas le temps pour ces conneries. Il salua sa voisine et sortit. Il dût marcher un peu avant d'arriver à sa voiture qu'il avait dû garer un peu plus loin la veille par manque de place. La Skoda octavia RS trônait fièrement au bord de la route. Elle en jetait mine de rien. Alexandre la déverrouilla et monta à l'intérieur.

Il démarra finalement après avoir bouclé sa ceinture de sécurité et prit la direction du quartier en question. Appréciant la faible circulation de cette journée, il roulait tranquillement sans se presser. Conduire le détendait un peu, il appréciait. Il mit son clignotant pour s'engager dans une rue et tourna... Avant de s'arrêter net devant un petit attroupement. Avachi à la fois sur la trottoir et une partie de la route, le corps désarticulé d'une femme gisait là.
- Et merde! Fit Alexandre qui arrivait visiblement le premier sur les lieux en plus de ces quelques piétons. Bon, c'était bien beau, mais il n'avait pas le temps pour ces conneries lui. Et il n'avait pas envie de perdre de temps tout comme il n'avait pas envie de problèmes. Il enclencha la marche arrière, prêt à sortir de ce bourbier avant que les pompiers, et éventuellement les flics, ne bloquent la rue... Et lui avec. Au moment où il allait partir, il nota les personnes autours, qui semblaient affolées - cela se comprenait si ils venaient d'assister à la mort de la femme - alors que certains étaient déjà sur leur téléphones à appeler les secours. Il nota alors la présence d'une jeune femme juste devant le corps. A quelques centimètres, la bouche ouverte en "O" comme un poisson, et qui semblait comme paralysée. Il aurait pu faire demi-tour. il pouvait encore se tirer. Sans oublier tous les souvenirs que ce corps mort ramenait à la surface de sa conscience. Mais il se décida alors à faire ce qu'il n'aurait pas cru possible de sa part. Il enclencha les Warning et sortit de sa voiture, non sans la verrouiller, préférant éviter qu'on rajoute au désastre un vol. Il s'approcha des quelques personnes présentes.
- Les secours sont avertis? Demanda-t-il à un homme près de lui qui lui fit signe que oui et lui expliqua qu'ils étaient en chemin. La plupart des personnes n'osaient pas toucher le corps, et personne ne faisaient un pas de plus. Mais Alexandre contourna le cadavre pour aller près de la jeune femme qui se trouvait dans l'incapacité de bouger. Une charmante petite brune devant qui se tenait un pot cassé qui avait dû contenir le cactus qui était couché sur la route.
- Madame? Fit Alexandre. Mais c'est comme si elle ne le voyait pas. Il se mit alors devant elle, tout près afin de bloquer l'horrible vision de son corps massif. Il posa ses mains sur les épaules de la brune, visiblement en panique. Et là... Calmez-vous un peu d'accord? Elle ne semblait pas capable de dire un mot, et si elle tenta de le faire, rien ne sortit de ses lèvres. Alexandre l'obligea à tourner un peu pour ne plus qu'elle voit le triste spectacle et planta son regard dans le sien. Aller, soufflez. Un grand coup. Inspirez. Il inspira avec elle. Expirez. Il expira aussi. C'était le genre de chose que son psy lui avait fait faire lorsqu'il était encore sous le choc. Alors qu'elle semblait reprendre conscience petit à petit, il jeta un œil à la scène. Vu comme les gens regardaient alternativement le toit de l'immeuble et le corps, il ne mit pas longtemps à déduire ce qui avait dû se produire. Il regarda la brune à nouveau. Elle s'est jetée devant vous c'est ça? Non sans blague! Il balaya sa question d'un revers de la main. Pardonnez ma question idiote. Vous allez tenir ça va?


codage par LaxBilly.
Revenir en haut Aller en bas
Naina PatelToujours frais après un litre de café
Naina Patel
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4710-naina-j-ai-des-connaissances-e http://www.ciao-vecchio.com/t4762-la-casa-de-paypal
Faceclaim : Anushka Sharma ; avatar : tearsflight + Signature : Astra
Messages : 524 - Points : 920
[terminé] [Situation] Je suis choquée, choquée Tenor-26
Âge : 33 ans
Métier : Vendeuse dans une boutique d'herbes médicinales
[terminé] [Situation] Je suis choquée, choquée Empty
Sujet: Re: [terminé] [Situation] Je suis choquée, choquée ( le Lun 21 Jan 2019 - 18:41 )
La voix dans le cerveau de l’Indienne avait beau exiger de sa part qu’elle se mette en mouvement pour s’en aller le plus vite possible de ce chaos, mais elle n’y arrivait pas. Son corps tremblant n’arrivait pas à détourner les yeux de ce qui restait de la personne qui avait sauté, et même si plus tard elle mettrait ça sur le compte de la surprise et du choc, elle savait très bien qu’il y avait en plus de ça cette fascination morbide qui la faisait se poser des questions sur le corps humain qui ne lui auraient jamais effleurés l’esprit auparavant. Pendant de longues secondes alors qu’elle ne bougeait toujours pas malgré l’agitation autour d’elle, son cerveau passa en revu toutes les questions les plus stupides qu’elle pouvait se poser. A savoir : de quelle matière était constitué l’os humain pour qu’il puisse se briser lors d’une chute ? Est-ce qu’on était vraiment constitué de tout ce sang ? Est-ce qu’un massage cardiaque pouvait sauver la victime vu l’état dans lequel elle était ? Est-ce qu’elle devait essayer d’en faire un au risque de lui briser les côtes en pressant un peu trop fort à cause de la panique ? Des questions stupides mais qui l’aidaient à garder l’esprit occupé pour ne pas qu’elle fonde en larmes à la vue de ce qui devait être un cadavre à l’heure où elle pensait à tout ça.

Comme si elle revenait petit à petit dans le monde qui l’entourait, elle ne remarqua la présence de gens autour d’elle que lorsque les éclats de voix de ces derniers arrivèrent à percer la bulle d’incompréhension dans laquelle elle se trouvait. Elle tenta de tourner la tête dans leur direction, mais aussitôt qu’elle avait décidé de les regarder à leur tour pour s’assurer qu’elle voyait bien ce qu’ils voyaient tous, son attention fut à nouveau happée par tout ce sang dans lequel ses chaussures étaient cimentées. Ses pieds commencèrent à bouger mais sans grande conviction ni d’efforts de sa part, elle resta clouée au même endroit ayant à nouveau une pensée idiote. Si la dame lui était tombée dessus, est-ce qu’elle aurait amorti sa chute et évitée qu’elle ne s’écrase aussi violemment contre le sol ? Et elle ? Est-ce qu’elle s’en serait sortie ? Elle n’eut pas le temps d’approfondir ses questions, qu’une masse floue vint se mettre en travers de son chemin pour lui barrer la vue. La tête toujours baissée comme si elle avait toujours la possibilité de voir le corps qui gisait au sol, elle ne la leva que lorsqu’elle sentit des mains se poser sur ses épaules. Ce fut également à ce moment qu’elle réalisa qu'elle était en train de trembler comme une feuille. Lorsqu’elle tenta de sortir un mot ou même un son, elle échoua lamentablement en sentant les larmes rouler le long de ses joues, la faisant se sentir stupide. Elle allait bien. Ce n’était pas elle qui était étalée sur le sol et qui devait sûrement être morte, elle n’avait rien alors pourquoi pleurer ? Sans broncher, elle suivit le mouvement que l’obligeait à faire l’inconnu qui la tenait toujours par les épaules, et détourna enfin les yeux du spectacle morbide qui commençait à lui retourner l’estomac. Impuissante comme si on venait de la vider de ses dernières forces, elle accepta là encore sans un mot de faire les exercices de respiration. Si en temps normal elle aurait demandé à cet inconnu de la laisser tranquille, elle trouvait quelque chose de rassurant dans le son de sa voix et dans le fait qu’il ait pris le temps d’intervenir pour la calmer. Mais elle était bien trop choquée pour le remercier de quoi que ce soit, même pas pour lui avoir rappelé comment on respiration parce qu’à force de rester figée, elle avait même oublié comment faire. Sans même qu’il ne le lui dise, elle continua encore un peu comme une grande, secouant la tête frénétiquement lorsqu’il demanda si elle s’était jetée devant elle. Elle avait même envie de rajouter qu’elle avait perdu un cactus dans la chute de cette dame, mais là encore les mots lui manquaient. Au lieu de ça, elle entreprit de passer une main sur ses joues pour y essuyer les traces de larmes qui avaient continués de rouler, mais très quelque chose attira l’attention de l’Indienne qui fronça aussitôt les sourcils. Les yeux baissés, elle venait tout juste de remarquer qu’elle avait été tellement proche de la scène d’accident, qu’un peu de sang avait giclé sur ses vêtements. Pas grand-chose certes, mais juste assez pour qu’elle comprenne qu’elle avait littéralement sur les mains le sang de quelqu’un d’autre. Une personne sûrement morte. La question de l’inconnue lui passant complètement au-dessus, elle sentit sa mâchoire trembler à nouveau alors que son estomac se tordait, lui donnant l’élan nécessaire pour tourner vraiment les talons. Secouant doucement la tête en signe d’excuse, elle plaqua une main sur sa bouche et alla trouver la poubelle la plus proche pour y déverser tout le contenu de son estomac. Non, définitivement ça n’allait pas aller. Ce n’était pas sa journée. Et elle aurait dû porter ses lentilles pour éviter de voir ce qu’elle venait de voir.


astra; bb — i have galaxies hidden between my bones and i will love you until the stars burn out. ;; @unknow
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre LecomteLe vin est un puissant lubrifiant social
Alexandre Lecomte
Voir le profil de l'utilisateur
Faceclaim : Chris Hemsworth
Messages : 183 - Points : 800
Âge : 35 ans
Métier : Chercheur en Histoire et maître de Conférence à l'Université de Naples
[terminé] [Situation] Je suis choquée, choquée Empty
Sujet: Re: [terminé] [Situation] Je suis choquée, choquée ( le Lun 21 Jan 2019 - 22:23 )
Rencontre autour d'un cadavre

Naina & Alex

Si la journée avait commencée normalement, elle prenait désormais une toute autre tournure à laquelle Alexandre n'avait absolument pas pensé. Il était à mille lieux d'imaginer qu'il se retrouverait dans une telle situation, avec un cadavre presque sur les bras et une femme qui était tellement choquée qu'elle ressemblait tout simplement à ce même cadavre à ceci près qu'elle n'était pas toute désarticulée, ni pleine de sang, et qu'elle n'avait pas le regard vide. Et elle avait encore le coeur qui battait. Bien sûr. Heureusement. Elle semblait si désorientée que la première chose qu'il trouva à faire fût de lui redonner un peu de souffle. Littéralement. Il ne savait pas si il se prenait pour un médecin, ou un docteur, quelque chose dans le genre, mais en tout cas, elle parvenait un peu à respirer. En plus de sa respiration difficile, elle tremblait. Et comme si il fallait encore ajouter à cela, elle pleurait. Mais aucun son ne sortait de sa bouche, ça non. Elle semblait comme paralysée en cet instant.

Alors qu'il s'occupait d'elle, personne n'avait osé levé le petit doigt pour lui prêter assistance, les gens étant plus obnubilé par le cadavre de la femme, étalé au sol et qui ne bougerait pas lui. Du moins jusqu'à ce que les pompiers, ou la police le déplace. Mais il fallait admettre que le macabre avait toujours un attrait particulier sur les gens, comme si la mort, exposée aux yeux des vivants, rappelait à chacun la triste fin que l'on pouvait attendre. Mais finalement, s'occuper des morts n'était pas la meilleur idée. Les vivants en revanche, c'était une bonne idée. Une excellent chose, qu'il ne fallait pas oublier. Aussi le chercheur préféra de loin prêter assistance à cette femme complètement désarçonnée par la situation plutôt que de s'attarder sur un cadavre. La jeune femme tenta bien de dire quelque chose, mais aucun son ne sortit de sa bouche. Il essaya de l'encourager, mais elle fût pris à nouveau de tremblement et se détourna soudainement sans le moindre mot, s'agrippant à une poubelle un peu plus loin, elle déglutit tout son estomac. Il nota alors que le sang de la morte se trouvait sur les chaussures de la jeune femme mais également sur ses vêtements. Cela ne devait pas être simple. Il la regarda, soupira et se porta auprès d'elle alors qu'elle déglutissait toujours. Elle toussa, cracha.
- Allez, c'est ça... Vous irez mieux après. Fit-il. Il la laissa encore faire avant de sortir un paquet de mouchoirs de sa poche. Il en tira un mouchoirs et le lui tendit. Allez, prenez-ça et essuyez-vous un peu... Mais elle n'arrivait même pas à se saisir du mouchoir tant elle tremblait. Okay, ça va. Deux secondes. Arrêtez-vous. Il écarta délicatement sa main tremblante et vint lui-même essuyer le visage de la brune. Aller... Essayez de vous calmer... Tout va bien se passer. Au loin déjà on pouvait entendre les sirènes des pompiers et peut-être de la police qui se rapprochait. Alors qu'elle tremblait toujours, il prit sa main dans la sienne. Calmez-vous... Regardez-moi. Il planta son regard dans le sien. Ça va aller maintenant. Essayez de vous calmer... Il sourit. Bon vous avez perdu un cactus, je crois que nous allons devoir organiser un enterrement de plante. J'espère que vous savez comment ça se passe, parce que moi, je ne suis pas spécialiste dans le domaine. Plaisanta-t-il alors qu'il constata que cela avait eu au moins l'effet de calmer un peu les tremblement de la jeune femme. Il lâcha sa main, voulant éviter d'être désobligeant.

Les gens avaient rarement le problème d'un cadavre à leur porte. Ou devant leur chemin dans la rue. Mais elle, elle avait visiblement failli se le recevoir dessus, le sang sur ses vêtements le prouvait. Alors, il essayait de lui décrocher un sourire, essayant tant bien que mal de faire jouer un peu de son humour, enfoui quelque part au fond de son âme. Il y avait bien longtemps qu'il n'en avait pas fait. Si. Il en avait fait avec Luna, un peu, ou avec certains de ses mais, mais pour que ce soit spontané, comme à cet instant... Non. Il n'en avait pas fait depuis un moment. Mais elle lui semblait tellement perdue qu'il s'était senti obligé de puiser au fond de lui une dose d'humour, notant le cactus allongé sur le trottoir, qui lui pour le coup venait de perdre la vie au même instant? Du moins son pot avait perdu la vie, peut-être que si on le remettait rapidement en terre, cela pourrait le sauver, qui sait?


codage par LaxBilly.
Revenir en haut Aller en bas
Naina PatelToujours frais après un litre de café
Naina Patel
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4710-naina-j-ai-des-connaissances-e http://www.ciao-vecchio.com/t4762-la-casa-de-paypal
Faceclaim : Anushka Sharma ; avatar : tearsflight + Signature : Astra
Messages : 524 - Points : 920
[terminé] [Situation] Je suis choquée, choquée Tenor-26
Âge : 33 ans
Métier : Vendeuse dans une boutique d'herbes médicinales
[terminé] [Situation] Je suis choquée, choquée Empty
Sujet: Re: [terminé] [Situation] Je suis choquée, choquée ( le Mar 22 Jan 2019 - 22:21 )
Pliée en deux sous la douleur que lui infligeait ses entrailles, elle se retrouva très vite la tête au-dessus de la poubelle en train de rendre tout le contenu de son estomac. Elle vivait là une expérience inédite qu’elle ne recommandait pas du tout. Cependant, l’un des avantages qu’elle pouvait tirer de la situation était le manque d’attention qu’on lui portait. Tout le monde était encore bien trop occupé à regarder le cadavre, elle pouvait de son côté vider ses tripes sans qu’on vienne l’embêter. Elle ne disait pas que la position dans laquelle elle se trouvait elle était agréable, mais elle préférait la sienne à celle du cadavre par exemple. Ce qui la rendit encore plus malade et qui déclencha une nouvelle vague de nausée, fut le bruit des sirènes qu’elle entendait déjà s’approcher de la scène, dans sa tête alors qu’ils n’étaient même pas encore là. Sans savoir pourquoi, les larmes qui continuaient de couler le long de ses joues doublèrent et elle fut prise à nouveau de nausées qu’elle n’arriva pas à contrôler. Au bout de longues secondes qui lui parurent comme des minutes, elle entendit une voix dans son dos, la même que celle qui l’avait forcé à détourner les yeux du corps étendu devant elle. Intriguée, elle leva la tête doucement dans sa direction lorsqu’elle sentit qu’elle allait un peu mieux, toujours aussi tremblante que lorsqu’elle l’avait laissé. Elle se redressa avec beaucoup de mal pour essayer d’être présentable, mais elle sentait qu’à tout moment elle pouvait encore avoir besoin de la poubelle donc autant éviter de trop s’en éloigner. En le voyant tendre un mouchoir dans sa direction, elle hésita un moment avant de s’en saisir. Mais elle ne savait pas si c’était encore le choc qui ne s’était pas dissipé, ou de la simple méfiance, mais sa tentative de récupérer le mouchoir échoua lamentablement lorsque la main qu’elle avait levée, retomba aussitôt contre son flanc. Elle devait être dans un état lamentable et elle s’en rendit compte lorsque sûrement lassé, le blond essuya lui-même son visage à l’aide du mouchoir. Sans broncher et toujours aussi silencieuse, elle se laissa faire et apprécia même le contact de ses doigts à travers le mouchoir contre son visage. Elle avait envie de dire quelque chose, de le remercier encore une fois pour sa bienveillance, mais tous les mots qu’elle connaissait étaient bloqués au fond de gorge par un sanglot qui menaçait d’éclater encore une fois si jamais elle se décidait à trop forcer. Au lieu de ça, elle se contenta de planter son regard dans celui du jeune homme, qui arriva à l’apaiser. En plus du son de sa voix qu’elle écoutait pour ne concentrer que sur elle, ses iris plongés dans ceux du jeune homme, elle oublia un instant le monde qui l’entourait. Le drame qui venait de se passer sous ses yeux pesait toujours au-dessus de ses frêles épaules au point de l’empêcher de bouger ou même de parler, mais les mots qui lui parvenaient arrivaient à éloigner le malheur qui avait failli lui tomber dessus au sens littéral. Alors que de sa voix il l’invitait à se calmer en lui assurant que tout allait bien se passait, elle avait envie de croire à la parole de cet homme qu’elle ne connaissait ni d’Eve, ni d’Adam. Ce ne fut que lorsqu’elle prit une profonde respiration pour se calmer et écouter ses conseils, qu’elle remarqua que sa main n’était plus libre. Curieuse, elle baissa les yeux pour voir que sa main avait fini par trouver celle du jeune homme, qu’elle pressa un peu plus contre la sienne. Si un tel contact aurait pu la gêner en temps normal, ici la présence de sa main dans la sienne lui semblait tellement normal qu’elle n’osa même pas reprendre la sienne. Au contraire, elle profita un instant de la chaleur que sa main pressée contre la sienne diffusait doucement dans son corps, comme s’il avait tout simplement fallu qu’il la touche pour lui donner un peu de son calme. Lorsqu’elle leva la tête pour hocher la tête en signe d’accord pour se calmer, elle esquissa un mince sourire pour lui rendre le sien, faisant abstraction du brouhaha qui les entouraient tous les deux.

A la mention de son cactus, elle lâcha un petit rire. Le premier d’une longue liste, elle l’espérait. Lorsqu’il lâcha sa main, un vide s’installa comme si on venait de lui enlever quelque chose et que seule la main du blond était capable de combler. Si l’envie de la reprendre dans la sienne pour la serrer encore plus fort contre la sienne, elle dû user de ses dernières forces pour se retenir d’entreprendre quoi que ce soit. « Kenny. » Dit-elle timidement, la capacité de parler lui revenant peu à peu. « Je voulais l’appeler Kenny. » Précisa l’Indienne qui se doutait bien que nommer ses plantes n’était pas chose commune. « Pour l’enterrer il faut d’abord récupérer Kenny, et… » Elle n’était pas certaine d’avoir le courage de retourner sur ses pas pour le récupérer. Un regard rapide dans la direction du pot, elle reporta son attention sur le blond comme pour lui dire que s’il voulait vraiment enterrer la plante, il devait aller la chercher lui-même. Alors qu’elle s’était déplacée pour se poster à côté du jeune homme, elle le poussa doucement d’un geste de la main pour qu’il aille récupérer sa plante sans pour autant le dire clairement. La prochaine fois il se tairait. «  Elle est là-bas, toute seule… » Dit-elle de façon innocente pour qu’il comprenne bien le message.


astra; bb — i have galaxies hidden between my bones and i will love you until the stars burn out. ;; @unknow
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre LecomteLe vin est un puissant lubrifiant social
Alexandre Lecomte
Voir le profil de l'utilisateur
Faceclaim : Chris Hemsworth
Messages : 183 - Points : 800
Âge : 35 ans
Métier : Chercheur en Histoire et maître de Conférence à l'Université de Naples
[terminé] [Situation] Je suis choquée, choquée Empty
Sujet: Re: [terminé] [Situation] Je suis choquée, choquée ( le Mer 23 Jan 2019 - 14:04 )
Rencontre autour d'un cadavre

Naina & Alex

La jeune femme n'avait pas supporté la scène, assurément. Il fallait dire que Alexandre n'avait jamais vraiment vécu ce genre d'événement. C'était assez peu commun de manquer se faire écraser par quelqu'un qui voulait se suicider. Et le fait de se retrouver à quelques centimètres d'un corps désarticulé, ne ressemblant plus à rien, ne jouait pas en faveur de l'apport d'une certaine joie de vivre. Et finalement, la poubelle se révéla être un merveilleux récipient pour rendre tout ce que l'estomac de la brune avait ingurgité. Alexandre la laissa faire, il la laissa prendre son temps alors qu'elle rendait même une seconde fois. Cependant, une fois terminé, il se décida à la calmer un peu plus. Si elle ne parlait pas, elle se calma cependant. Les tremblements de son corps s'apaisaient à mesure que, de sa voix calme, il tentait de la rassurer et que le contact qu'il offrait à sa main serait - il l'espérait - bénéfique. Pour parfaire le tout, il se décida à un peu d'humour. Pour le coup, le Cactus serait un parfait sujet pour rire, et il le fût en effet. La jeune femme se laissa aller à rire, et elle parvint même à lui faire esquisser un sourire. C'était un bon début non? Alors qu'il la relâchait finalement, elle lui donna un nom. Kenny. Il la regarda, surpris. Et elle se justifia. c'était le nom qu'elle aurait voulu donner au cactus. Là pour le coup, il fût encore plus surpris. Qui, de nos jours - et même auparavant - donnait des noms à ses plantes?!! Il regarda le cactus étalé au sol, la terre contenue, étalée autour de lui avec les morceaux du pot brisé. Avait-elle perdu la raison? Non, visiblement pas, elle semblait sérieuse. Il détourna le regard un instant. Mais sur qui venait-il de tomber là? Elle rajouta que pour l'enterrer, il fallait bien récupérer le cactus. Ouais, ça effectivement, ça coulait de source. Lui et ses idées... Il se retiendrait la prochaine fois. Il se décida cependant à se lever alors qu'elle le poussa gentiment de la main, comme pour l'encourager à aller chercher sa plante. Il souffla et finit par se diriger vers la plante alors que les gens ne lâchaient pas les yeux du cadavre, discutant entre eux du pourquoi et du comment cette femme avait pu en arriver là. Lui se demandait surtout comment il en avait pu arriver à ramasser un cactus sur le trottoir alors qu'il était au début parti acheter une simple bouteille de Whisky.

Il arriva près de la plante et se demanda alors comment s'en saisir sans se piquer. Là, pour le coup, cela allait être compliqué. Il eut finalement une idée. Prendre les deux parties brisées du pot et s'en servir comme d'une pince pour ramener Kenny. Non mais merde! Voilà qu'il donnait aussi un nom à la plante. Son nom visiblement... Il se saisit donc des deux plus grosses parties brisées de la terre cuite et se saisit délicatement de la plante. Avec précaution, tant pour ne pas se piquer que pour éviter de faire tomber la plante, il revint vers la jeune femme qui l'attendait alors que les gens le regardaient de manière étrange. C'est vrai que c'était étrange, mais bon... Il fallait bien ramener le pauvre cactus de la jeune femme non. Il arriva près d'elle et déposa le cactus.
- Voilà. Il est en sûreté maintenant. Déclara-t-il heureux d'avoir accompli la tâche. Soudainement, la sirène des pompiers, hurlante, se fit entendre alors qu'ils rentraient dans la rue et venaient se placer juste devant la voiture d'Alexandre. Les pompiers en sortirent et se dirigèrent vers le corps. Bien, les secours sont arrivés, voilà une bonne chose de faîte je suppose. Il regarda la jolie brune et finit par lui demander:
- Vous voulez qu'ils vous prennent en charge? Après tout, peut-être qu'elle voudrait être conduite à l'hôpital ou près d'un médecin. Une autre sirène se fit entendre, différente celle-là. Elle arrivait dans la rue, mais dans le sens inverse des pompiers: La police. La voiture aux bandes vertes de la Polizia s'arrêta derrière la voiture d'Alexandre, bloquant complètement la skoda Octavia.
- Merde... Grommela-t-il. Putain et comment je fais pour sortir moi? Se demanda-t-il à lui-même. Les deux policiers en sortirent, impeccables dans leurs uniformes et allèrent vers le groupe de personne rassemblées autour du cadavre. Ils posèrent quelques questions visiblement avant que quelqu'un ne désigne Alexandre et la brune, un peu en retrait. Les deux flics s'approchèrent alors que le chercheur les attendait.
- Messieurs bonjour. Il les salua et ceux-ci lui demandèrent si il était bien le propriétaire du véhicule arrêté en plein milieu. Il hocha la tête positivement. Oui, je me suis arrêté quand j'ai vu qu'une femme gisait à terre et comme mademoiselle ne semblait pas très bien... Les deux policiers accordèrent un regard à la brune avant de demander si il avait tout vu. Non, je suis arrivé un peu après, ça devait juste finir de se produire. L'un des officier de police hocha alors la tête et finit par se tourner vers Naina. Ils allaient devoir lui poser quelques questions à elle aussi visiblement. Alexandre aurait pu partir, mais resta finalement à ces côtés, comme pour s'assurer que aucun mal ne lui serait fait.


codage par LaxBilly.
Revenir en haut Aller en bas
Naina PatelToujours frais après un litre de café
Naina Patel
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4710-naina-j-ai-des-connaissances-e http://www.ciao-vecchio.com/t4762-la-casa-de-paypal
Faceclaim : Anushka Sharma ; avatar : tearsflight + Signature : Astra
Messages : 524 - Points : 920
[terminé] [Situation] Je suis choquée, choquée Tenor-26
Âge : 33 ans
Métier : Vendeuse dans une boutique d'herbes médicinales
[terminé] [Situation] Je suis choquée, choquée Empty
Sujet: Re: [terminé] [Situation] Je suis choquée, choquée ( le Ven 25 Jan 2019 - 1:33 )
Vu le regard que lui lançait l’inconnu, Naina ne mis pas longtemps avant de comprendre qu’il n’était pas très chaud à l’idée d’aller récupérer son cactus. Mais comme elle non plus n’avait pas envie d’y aller, il allait bien falloir trouver un moyen. Pendant de longues secondes, Naina fixa le blond avec intensité comme pour lui demander ce qu’il comptait faire pour remédier à l’impasse dans laquelle ils se trouvaient. Elle venait de vivre un traumatisme, et le fait qu’elle ait juste rendu ses tripes et puisse encore tenir sur ses jambes, relevait du miracle. Lui, était arrivé et se trouvait maintenant trop impliqué pour qu’il tourne les talons et la laisse seule au milieu de la rue avec son cactus explosé sur le sol, non loin d’un cadavre qui gisait toujours là. En voyant qu’il capitulait sans émettre plus d’objections, le sourire de Naina fendit doucement son visage en deux, tandis qu’elle sortait une bouteille d’eau pour se rincer la bouche le temps qu’il aille récupérer sa plante. Profitant par la même occasion pour avalé des pastilles de menthe qui ne la quittait jamais, elle ne perdait pas une miette du blond qui avait vraiment traversé la foule qui s’attroupait de plus en plus, pour récupérer sa plante. Hochant doucement la tête en signe d’approbation en le voyant faire, elle devait reconnaître qu’elle était impressionnée. Ils ne se connaissaient pas et n’avaient même pas encore échangés leur prénom, il aurait pu tout simplement lui dire d’aller se faire foutre et qu’elle pouvait aller récupérer son cactus elle-même. Mais il n’en fit rien. Peut-être était-ce de la pitié à cause de ce que venait de vivre Naina. Ou alors de la simple gentillesse. Notion que l’Indienne ne connaissait pas, elle qui faisait semblant d’être aveugle pour faire comme si elle ne voyait pas les gens, en plus d’autres raisons qui ne concernent qu’elle.

En le voyant revenir vers elle son cactus dans les mains, le sourire de la jeune femme s’étira encore un peu plus et elle ne saurait dire si elle souriait pour la plante, ou pour le blond. Ce qu’elle savait en revanche était qu’elle était contente pour une raison qu’elle ne serait pas en mesure d’expliquer. « Merci. » Articula la jeune femme lorsque le jeune homme arriva à sa hauteur. Le sourire toujours au coin des lèvres, elle préféra reporter son attention sur la plante qui venait de prendre cher, poussant un soupir parce que Kenny le cactus méritait quand même mieux. Elle ne releva la tête que lorsque des sirènes retentirent au loin, faisant rater un battement au cœur de l’Indienne qui afficha un visage plus sérieux. En l’espace de quelques secondes, ils avaient ramené la jeune femme dans une réalité qu’elle aurait préféré éviter. Elle regarda les gens s’agiter au loin les sourcils froncés, son estomac qui commençait à nouveau à se nouer lorsqu’elle les vit s’approcher du cadavre. « Hum ? » Lâcha la jeune femme qui revenait à nouveau à la réalité. « Euh, non. Je ne pense pas que ce soit nécessaire. » Elle mentait. La dramaqueen qu’elle était aurait demandée à ce qu’on mette en place une cellule de crise psychologique rien que pour elle, mais elle ne se sentait pas vraiment d’humeur à discuter avec des policiers. Elle les avait assez vu et c’était sûrement réciproque. Malheureusement pour l’Indienne, elle n’allait pas pouvoir échapper aux questions des policiers. A peine avait-elle fait un pas pour s’en aller, que son attention fut attiré par la voix du blond qui lâchait un juron. Un coup d’œil dans sa direction, puis dans celle qu’il regardait, avant de se rendre compte que la présence de la police sur les lieux l’embêtait également. Certes pas pour les mêmes raisons, mais embêté quand même.  

Soudainement prise de panique, elle venait de se rappeler d’une information capitale qu’elle avait oublié pendant tout le long de ce chaos sans nom. Elle n’était pas supposée voir. Avec la surprise mêlée au choc, Naina avait complètement oublié la comédie qu’elle jouait depuis de longs mois déjà. La jeune femme profita du court instant où ils se concentrèrent sur le blond pour trouver une solution rapidement. Saluant d’un hochement de tête les policiers, les yeux rivés sur le sol comme si elle fixait le vide, elle pouvait entendre son cœur tambouriner dans sa poitrine à tout allure, la rendant presque malade. Elle avança de quelques pas dans la direction du jeune homme et s’aida de ses mains pour chercher son bras comme pour se repérer, les yeux toujours rivés vers le sol. Très vite alors qu’il venait de finir de parler, elle chercha la main de l’inconnu qu’elle fit semblant de galérer à trouver, avant de la serrer contre la sienne. Un geste déplacé mais qui la sauverait sûrement, et à ce stade du plan qui se profilait dans sa tête à toute allure, elle espérait juste que le blond ne la trahirait pas. « Elle a sauté du bâtiment. » S’empressa de dire Naina avant qu’on lui demande quoi que ce soit, sa main toujours dans celle du jeune homme. « J’ai juste entendu un énorme bruit en sentant quelque chose tomber en face de moi. Je n’ai pas osé bouger parce que je ne comprenais pas ce qui se passait autour de moi. C’est quand mon fiancé est arrivé… » Elle fit un petit signe de tête pour désigner l’inconnu. « Que j’ai compris. » Oui, elle mentait ouvertement et impliquait le jeune homme dans ses histoires, mais pour se sauver elle n’avait pas d’autres choix et elle espérait qu’il le comprendrait. Sa main toujours dans la sienne, elle la pressa en signe de désespoir, le suppliant subtilement de ne pas la balancer. Lorsque les policiers se tournèrent vers le blond comme pour lui demander de confirmer la version de Naina, elle tourna légèrement la tête dans sa direction avant d’enfouir son visage dans son bras, lui tenant toujours la main.  


astra; bb — i have galaxies hidden between my bones and i will love you until the stars burn out. ;; @unknow
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre LecomteLe vin est un puissant lubrifiant social
Alexandre Lecomte
Voir le profil de l'utilisateur
Faceclaim : Chris Hemsworth
Messages : 183 - Points : 800
Âge : 35 ans
Métier : Chercheur en Histoire et maître de Conférence à l'Université de Naples
[terminé] [Situation] Je suis choquée, choquée Empty
Sujet: Re: [terminé] [Situation] Je suis choquée, choquée ( le Ven 25 Jan 2019 - 17:11 )
Rencontre autour d'un cadavre

Naina & Alex

Un regard insistant de la brune envers le jeune homme et il comprit qu'il n'allait pas avoir le choix d'aller récupérer la plante aux millions de piquants. Il déploya donc des trésors d'ingéniosité et de précautions pour éviter de se piquer alors qu'il n'avait rien sous la mains pour récupérer un foutu cactus. Lorsqu'il le ramena à la jeune femme, il nota son sourire satisfait et manqua de souffler mais n'en fit rien. Visiblement, elle tenait au cactus. c'était un peu fou, et il n'osa rien dire quand à ce "souci" là. Il y avait des gens bizarre un peu partout de toute manière. Finalement, les secours arrivèrent et la police avec, quelques instants plus tard. La jeune femme ne désirant pas l'aide des secouristes, il se décidait à repartir lorsqu'il nota que sa voiture était légèrement... Très légèrement, coincée. Et la police s'approcha des deux personnes pour poser les quelques questions d'usages. Habituel. Alexandre se décida à parler relativement rapidement, de toute manière, il n'était pas présent. Finalement, ils reportèrent son attention sur la jeune femme qui chercha son bras et finit alors par prendre sa main. Il en fût surpris alors qu'elle serrait nerveusement sa main tandis qu'elle prenait la parole pour dire aux policiers ce qu'il venait de se produire. Lorsqu'il porta le regard sur elle, il nota qu'elle regardait le sol et semblait avoir soudainement le regard vide. Mais à quoi jouait-elle et... Lorsqu'elle inventa le plus grand mensonge de toute la planète, il manqua s’effondrer. Seule la main de la brune qui pressait la sienne, comme pour lui dire de ne rien ajouter l'empêcha de faire un geste et de dire un mot. Elle enfouit son visage dans son bras alors qu'ils reportait son attention sur le chercheur. Celui-ci, soudainement perdu, avait du mal à assembler ses pensées.
- Monsieur?
- Oui je... Voilà c'est ça. Elle a bien expliqué. Si cela ne vous dérange pas messieurs, on va y aller... J'ai besoin de.. De me reposer et de... Enfin j'ai besoin d'air quoi.
- Oui je vous en prie, allez-y. Fit l'agent de police qui se détourna avec son collégue. Or, Alexandre avait encore un problème.
- Euh... Messieurs? Les interpella-t-il. C'est ma voiture là et il faudrait que... Enfin je peux pas sortir quoi. Les flics s’excusèrent et l'un d'eux se dépêcha d'aller déplacer la voiture de police alors que Alexandre, dont la main tenait toujours celle de la brune se dirigeait vers la sienne. Il l'accompagna voyant qu'elle ne lâchait pas sa main et lui ouvrit la portière pour a faire monter. Quelque chose lui échapper, mais il savait qu'il venait de mentir ouvertement à un agent de police. Pour cette femme. Mais qui était-elle bon sang? Il se dépêcha de rejoindre sa place et démarra. Il enclencha la marche arrière, sortit de la rue de manière adroite, d'un geste sûr, avant de prendre la direction qu'il avait eu pour objectif premier. Au moment où elle allait prendre la parole, les restes du pot et le cactus calé on ne sait trop comment dans la voiture, il la coupa:
- Pas un mot... Ne... Il sentait l’énervement, l'anxiété, et toutes sortes de sentiments qui le gagnait. Ne parlez pas. Je... Je veux rien savoir.

Il roula alors que le silence, agréable pour une fois, lui permettait de réfléchir. Seul le bruit du moteur et celui des pneus sur le bitume venait troubler ce silence. Finalement, il s'arrêta devant la boutique de Whisky où il avait l'habitude d'aller. Une petite devanture faîtes de grandes fenêtres de verres, à l'anglaise, un bois sombre pour faire le mur, on se serait cru face à l'un de ses bars d'écosse d'un vieux village pendant la seconde. Il coupa le moteur et sortit sans un regard pour elle. Il se saisit d'un cigare dans sa poche et de sa boite d'allumettes. Il en craqua une, mais il tremblait, et l’allumette se brisa.
- Merde. Jura-t-il. Avant de s'en saisir d'une autre qui subit le même sort. Mais putain... S’énerva-t-il avant que la troisième ne s'allume enfin et qu'il puisse allumer son cigare qu'il tenait entre ses lèvres. Il éteignit l’allumette en la secouant et la balança par terre, rangea sa boîte d’allumettes dans sa poche et tira une bonne bouffée de son cigare. Fiancé. Le mot venait de faire remonter toutes sortes de souvenirs enfouis au plus profond de lui. Il se souvenait de Céline. De la bague qu'il avait acheté. Il allait lui demander sa main. Il allait le faire. Et il n'en avait jamais eu le temps. Le bruit des coups de feu, des balles qui sifflaient, du corps de sa belle qui s'effondrait alors qu'il avait juré, oui, il l'avait juré de la protéger. Et ce jour là elle était partie sans qu'il ne puisse rien y faire.

Alexandre poussa finalement la porte de la boutique. Un grand bar dont le bois usé prouvait de l'utilisation régulière se trouvait à sa gauche alors que dans toute la boutique, contre les murs, des étagères se dressaient, chargé de divers alcool, de bières de toutes provenances, de whisky et même de vin. Un petit coin où se trouvait des tonneaux dressés servant de table, était utilisé pour la petite consommation. Quelques personnes se trouvaient présentes sur les lieux, à boire quelques alcools délicieux. Un homme fort, costaud, le crâne rasé mais la barbe bien fourni, s'approcha de lui. Il avait l'allure d'un de ses tueurs qui ne plaisantent pas, mais en réalité il était d'une douceur sans pareille.
- Alex putain! Cela me fait plaisir de te voir! Alors, t'as fini le stock de Whisy ça y est?
- Et ouais on dirait... Fit Alexandre sans grande motivation qui tira sur son cigare avant d'en laisser échappé une belle bouffée de fumée. J'te prendrais trois bouteilles comme d'hab. De toute manière ça se conserve bien...
L'autre hocha la tête et s’exécuta, se saisissant de bouteilles derrière lui.
- Je t'offre quelque chose l'ami? Tu m'as pas l'air au meilleur de ta forme.
- Non je... Et puis après tout pourquoi pas? Bon très bien. Son ami, du nom de John, un écossais d'origine, et cela s'entendait à l'accent, nota alors la présence de la brune dans la voiture d'Alexandre.
- Et bien y en a qui se font pas chier à ce que je vois! Ria-t-il en servant une bonne demi à Alexandre.
- Ouais, évitons d'en parler. Je viens de mentir à la police, et je sais pas qui elle est. Alexandre se saisit de sa demi et alla s'asseoir au fond, près d'un tonneau. Son ami eut tôt fait de le rejoindre.
- Ton histoire ressemble à celle d'un film dont la fin s'annonce pas terrible hein? Alors, qu'est-ce qu'elle t'a dit pour que tu sois dans cet état là?
- Qu'on était fiancé.
Cette fois, le rire gras de son ami raisonna dans sa boutique.
- Ah ben putain, elle est rapide la p'tite! Il se calma sous le regard noir d'Alexandre. Hem... Ouais enfin, bon... Visiblement, John était à court d'idées. Finalement, il ajouta. Ecoute Alex. Je sais que... Que t'as perdu celle qui aurait du partager ta vie. Et j'prétends pas connaitre la douleur que ça fait. Mais putain mec, ça va faire bientôt un an que t'en es là. Tu penses pas qu'il est temps pour toi de te remettre en selle?
- Tu penses? Fit Alexandre dont le regard bide n'était pas celui d'un aveugle mais d'un type complétement paumé.
- Bah ouais je pense. Fit John en se laissant aller à une gorgée. Bon d'accord, fiancé direct, peut-être pas... Mais bon... Rien t'empêche de commencer quelque chose de nouveau l'ami. Il lui tapa sur l'épaule amicalement et fit. Bon je vais vous laisser discuter. Et il s'écarta pour laisser Alexandre voir la brune qui se tenait là, devant eux. John s'éclipsa alors que Alexandre lui accorda un bref regard.
- Kenny va bien? Demanda-t-il. C'était tout ce qu'il arrivait à dire.


codage par LaxBilly.
Revenir en haut Aller en bas
Naina PatelToujours frais après un litre de café
Naina Patel
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4710-naina-j-ai-des-connaissances-e http://www.ciao-vecchio.com/t4762-la-casa-de-paypal
Faceclaim : Anushka Sharma ; avatar : tearsflight + Signature : Astra
Messages : 524 - Points : 920
[terminé] [Situation] Je suis choquée, choquée Tenor-26
Âge : 33 ans
Métier : Vendeuse dans une boutique d'herbes médicinales
[terminé] [Situation] Je suis choquée, choquée Empty
Sujet: Re: [terminé] [Situation] Je suis choquée, choquée ( le Sam 26 Jan 2019 - 21:51 )
Bien que désolée de la stratégie qu’elle venait de mettre en place, elle savait qu’elle aurait été encore plus désolée si elle ne l’avait pas fait. L’Indienne qui devait se retenir pour ne pas tourner les yeux en direction du jeune homme, se contentait de presser la paume de sa main contre la sienne pour lui transmettre tout ce qu’elle aurait aimé lui dire. Déjà, elle était désolée de devoir le mêler à ça au point de le forcer à mentir pour elle. Ensuite, elle était également désolée de prendre ses aises en lui agrippant la main alors qu’ils ne se connaissaient même pas.  Mais au-delà de la comédie que jouait Naina, elle avait trouvé un point d’ancrage dans ce contact qui lui était sûrement bien plus bénéfique qu’elle ne l’avouerait. Pendant qu’ils discutaient, la jeune femme en profita pour récupérer son cactus et le pot brisé avec une aisance qu’elle devait à l’habitude de manier ce genre de plante, et ça sans lâcher la main du jeune homme. Sentant le regard des policiers sur elle, elle tâtonna quelques secondes avant de finalement trouver ce qu’elle cherchait au sol, et se redressa. Le plan se passait à merveilles, même l’air surpris du jeune homme ne suffit pas à éveiller les soupçons des agents de police qui se tenaient en face d’eux. De son côté, la jeune femme continuait à exercer une petite pression contre la main de son dit fiancé, comptant les secondes avant de tourner définitivement les talons. La prochaine étape pour eux était de sortir du champ de vision de la police, et ensuite elle aviserait. Peut-être qu’elle tournerait les talons sans rien lui dire. Peut-être qu’au contraire elle inventerait un mensonge qui passerait facilement auprès de son sauveur. L’honnêteté ici ne lui effleura même pas l’esprit. Tout ce qu’elle devait faire c’était de faire en sorte de répondre à ses questions sans pour autant l’inciter à en poser d’autres, et ça, elle savait faire.

Silencieuse et le cactus entre les mains, elle fut surprise de voir qu’il n’avait toujours pas lâché sa main lorsqu’ils se dirigèrent vers sa voiture. Les sourcils légèrement froncés tandis qu’ils s’avançaient vers le véhicule, elle osa un léger coup d’œil dans sa direction et essaya de tirer un maximum d’informations des quelques micros secondes où elle put l’observer.  De ce qu’elle avait pu voir, son visage était fermé et aucune émotion ne pouvait se lire sur son visage. Grimaçant légèrement alors qu’elle fixait ses pas qui marchaient sur le bitume, elle regretta son mensonge qu’elle allait encore devoir justifier. Toujours sans émettre un seul son, elle s’installa côté passager, le cactus sur les genoux, les yeux rivés sur ses mains qui tenaient la plante. Lorsqu’elle le vit s’installer à côté d’elle en jetant un coup d’œil furtif dans sa direction, elle prit une profonde respiration et leva la tête, préparant déjà à le remercier de n’avoir rien dit. Mais lorsqu’il la coupa pour lui demander de ne rien dire, elle obéit sans émettre une quelconque objection. La tension dans l’habitacle était tellement palpable qu’elle pesait sur les épaules de l’Indienne qui s’étaient soudainement affaissées. Ses yeux qui se concentraient à nouveau sur ses mains, ne pouvaient s’empêcher de regarder le blond pour une fois de plus, essayer de le sonder. Elle qui en général n’avait pas de mal à cerner les gens, sentait qu’une certaine ombre planait au-dessus de la tête de cet inconnu qui venait de risquer gros pour la sauver. Pensive à son tour alors qu’elle fixait le vide du regard vite qu’elle avait l’habitude de prendre lorsqu’elle ne portait pas ses lentilles. A plusieurs reprises, elle essaya de prendre la parole, mais les traits durcis du blond l’en dissuada grandement.

Lorsqu’il se gara enfin et qu’elle se retrouva seule dans la voiture, elle poussa un long soupir qui exprimait un certain soulagement et une appréhension. Est-ce qu’elle venait de faire une bêtise ? La réponse était bien évidemment oui, mais ce qu’elle voulait savoir était, est-ce qu’elle avait fait une bêtise plus énorme que celle qu’elle pensait avoir fait. Elle le regard au loin en détournant parfois le regard de peur de croiser le sien, et encore une fois, un flot de questions lui vinrent en tête. Si au premier coup d’œil lorsqu’ils marchaient vers la voiture, elle n’avait vu qu’un visage durci, assise dans cet habitacle elle voyait autre chose. Elle voyait un homme torturé qui se battait sûrement contre un passé qu’il aurait préféré laisser derrière lui. Elle voyait également un homme qui avait beaucoup souffert et dont certaines cicatrices étaient encore ouvertes. Un soupir traversa ses lèvres lorsqu’elle le vit pousser la porte de la boutique, sentant son cœur se soulever pour une raison qui lui était inconnue. Si sa curiosité habituelle aurait forcé l’Indienne à fouiller dans la voiture à la recherche de quelque chose qui aurait pu la divertir, là elle ne quittait pas du regard le tableau de bord essayant de savoir quoi faire. Est-ce qu’elle devait s’en aller et tourner les talons sans explications, optant ainsi pour la facilité ? Oui, elle allait faire ça. Sans hésiter une seconde, elle entreprit de sortir de la voiture de la façon la plus discrète possible, mais dès le moment où elle ouvrit la portière, elle fut retenue par quelque chose qui l’empêcha d’aller plus loin, l’obligeant ainsi à refermer la portière. Après de longues secondes à débattre avec elle-même, elle comprit qu’elle allait devoir aller lui parler parce que conscience l’obligeait à le faire. Poussant un soupir d’agacement, elle poussa un juron et sortit finalement de la voiture pour pousser à son tour la porte de la boutique timidement. La chaleur de la boutique qui rivalisait avec celle du froid de dehors, fit frissonner l’Indienne qui chercha immédiatement le blond du regard. Lorsqu’elle le vit enfin, elle prit une profonde respiration pour se donner du courage, et parcouru d’un pas mal assuré les quelques mètres qui les séparaient. Arrivée à sa hauteur, elle adressa un sourire à l’homme qui les laissa seuls sans qu’elle n’ait besoin de le demander, et reporta son regard sur l’inconnu en laissant s’évanouir doucement son sourire. Bien, et maintenant quoi ? A la recherche de ses mots, elle fut surprise de la question de son fiancé fictif, qui arriva tout de même à lui décocher un sourire. « Kenny survit. » Répondit la brunette qui se plaça une mèche de cheveux derrière ses oreilles pour dégager son visage. Dans un élan de courage, elle osa s’avancer dans sa direction et prit la place de l’homme qui les avait laissés quelques secondes plus tôt, et poussa un nouveau soupir. « Je sais que vous avez dit ne rien vouloir savoir… Pourtant je pense que je vous dois une explication. Mais avant ça… » Sans la gêne qui qualifiait Naina, elle prit le verre de whisky des mains du blond et le descendit d’un trait pour se donner de la contenance. Elle n’avait pas le temps de savourer le liquide ambre, elle avait juste besoin de courage liquide. « Vous voulez que je vous mente que je vous dise la vérité ? Parce que dire la vérité, ne fera qu’amener  plus de questions que je ne suis pas sûre de pouvoir répondre… Et que vous ne voulez sûrement pas savoir. » Elle n’essayait pas de l’effrayer, juste de le dissuader de trop s’impliquer dans quelque chose qui ne le concerne pas. « Je sais que c’est étrange mais… merci de ne rien avoir dit. Vous ne pouvez pas imaginer les ennuies que vous m’avez évité en ne parlant pas. » Souffla la jeune femme pour être sûre qu’il soit le seul à l’entendre. Et comme quelques minutes plus tôt, sa main s’était posée sur la sienne sans qu’elle ne s’en rende compte, un sourire rassurant étirant son visage pour le mettre en confiance. 


astra; bb — i have galaxies hidden between my bones and i will love you until the stars burn out. ;; @unknow
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
[terminé] [Situation] Je suis choquée, choquée Empty
Sujet: Re: [terminé] [Situation] Je suis choquée, choquée ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [terminé] [Situation] Je suis choquée, choquée -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli :: Rues du quartier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant