Revenir en haut
Aller en bas


 

- La bagarre. // Declan -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: San Calisto
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Ban-Ryu KimLe vin est un puissant lubrifiant social
Ban-Ryu Kim
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3877-la-violence-est-une-forme-de-f http://www.ciao-vecchio.com/t4002-zero-de-conduite-ban-ryu#127292
Faceclaim : Kim Woo Bin ©RQ
Messages : 228 - Points : 727
La bagarre. // Declan - Page 2 Giphy
Âge : 33 ans
Métier : Fils d'un des actionnaires majoritaires de Samsung, il a prit sa place autour de la table à sa mort il y a 5 ans de cela et représente aujourd'hui la compagnie en Europe même si le business n'est pas sa tasse de thé.
La bagarre. // Declan - Page 2 Empty
Sujet: Re: La bagarre. // Declan ( le Ven 19 Avr - 15:34 )
Droite, gauche, au milieu, les coups semblent venir de partout et Ban-Ryu à bien du mal à se protéger correctement alors il doit encaisser la plupart du temps. Tant pis. Cela faisait partis des aléas d’un combat. On en donnait autant qu’on en prenait. La loi numéro un. Il lui rendrait l’appareil : comme si chaque fois que Declan enfonçait son poing dans sa peau, il absorbait la puissance pour mieux exploser plus tard. Malgré tout son désir de lui mettre une dérouiller, malgré toute l’envie qu’il avait de casser un peu plus sa gueule qui ne ressemblait à rien : le coréen serra les dents et réussis à convaincre sa rage, sa colère de se taire. Une fois museler, il ne lui restait plus qu’à avaler la pilule de la défaite, car il avait décidé de ne plus répondre au coup. De laisser son adversaire prendre le dessus sans qu’il réponde au coup. Si cela pouvait aider ce némésis : qu'il en soit ainsi. Qu’importe la raison de cette douleur qui semblait sourde depuis des années : il fallait qu’elle sorte. Tout le monde avait des squelettes dans les placards du passé, Ban-Ryu s’en rendait un peu plus compte en cet instant. Il allait le tuer hein ? Ce n’était pas trop tôt. Pour un humain qui n’est venu au monde que pour en sauver un autre : c’était un traitement presque normal n’est-ce pas ?
Poussé contre le mur, Ban-Ryu ne peut retenir un grognement de douleurs, mais ne répond toujours pas aux coups donnés. Ce n’était pas l’envie qui lui manquait, juste la décence. Comme quoi, même les connards comme lui pouvait montrer une certaine sensibilité. Le problème de Declan durant son enfance guidait sa rage et devait le blesser au plus profond de son être. Au fond, il n’était qu’un animal blessé poussé constamment dans ses retranchements. C’est la pensée qui traverse l’esprit du Coréen avant qu’il ne s’effondre au sol en recevant le coup dans ses parties intimes. Le coeur au bord des lèvres : il devient rapidement aussi blanc qu’un cachet d’aspirine. La respiration coupée, son corps meurtris : il se retrouva au sol sans savoir s’il pourrait se relever. Révulsant sa tête, reprenant sa respiration tant bien que mal : il entend les derniers mots soufflés par Declan :

“Non… Comme tu ne peux pas changer ce qui s’est passé… Tu dois juste apprendre à vivre avec ou crever et emporter ces problèmes dans ta tombe… Tu n’as pas beaucoup de choix… Le deuxième est plus facile à prendre, encore plus quand tu n’as pas d’attache.” Lui, il avait Mei, sa grand-mère, mais aussi Hyun-Joong sans parler de Park-Lee ou encore Elio. Il tourna lentement sa tête vers lui pour le regarder : “Tu devrais lui montrer que tu es mieux que lui… Plus fort que lui et lui faire un beau fuck en prouvant qu’il ne t’a pas brisé… Que tu peux quand même être heureux… Mais ça, ce n’est que mon avis et tu as clairement fait comprendre que je pouvais me le mettre dans le cul.” Il soupira longuement : “C'est ce que j'ai fais avec mon père et... Ca l'a bien fait chier que je sois une meilleure personne que lui au final.”


“Même une feuille de papier est plus légère si on la porte à deux.”
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Declan O'Reilly10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Declan O'Reilly
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4363-ames-sensibles-s-abstenir http://www.ciao-vecchio.com/t4368-le-connard-de-service-a-votre-service#139421
Faceclaim : Vinnie Woolston © Schizophrenic. (vava) / Meelan crackships (sandrine)
Messages : 852 - Points : 1543
La bagarre. // Declan - Page 2 Tumblr_plg57b0O2Y1rry1nko4_r1_250
Âge : 31 ans né le 17/02/1988 à Dublin
Métier : Agent animalier au zoo Di Napoli
La bagarre. // Declan - Page 2 Empty
Sujet: Re: La bagarre. // Declan ( le Lun 3 Juin - 17:18 )
Alcohol. Hate. The perfect combination for explosion.
ban-ryu & declan

Je  frappe sans réfléchir. Plus fort et n'importe où. Tout ce que je veux c'est frapper. Encore et encore. Ma rage me grignote le cerveau. Ma haine me bouffe le cœur. Et Ban-Ryu devient ma bête noire. Il l'a cherché en me poussant à bout, en venant titiller là où ça fait mal. Alors il n'a que ce qu'il mérite. Et cela semble au fond me faire du bien de frapper ce connard qui m'a provoqué. Mais chaque coup ce n'est pas réellement à lui que je les adresse. Je me bats contre mon défunt beau-père contre ce connard qui a bousillé ma vie et qui a fait de moi la bête que je suis. Un homme souvent sans cœur et qui ne réagit que par la violence. Brisé par dix années de saloperie charnelle, de coups indécents dans les reins, de caresses insolentes, et de mots vulgaires. J'ai envie de crier, de pleurer, d'arracher ces souvenirs sales qui à cet instant passent et repassent dans ma tête. Un film d'horreur en boucle baigné par les larmes d'un gamin qui voulait juste grandir normalement. Et qu'on a laissé tomber. Et qui a juste du accepter parce que trop jeune pour se sauver. Pourtant une personne aurait pu le faire, mais elle n'a rien vu. Ou elle n'a rien voulu voir. Et cela fait mal. Un mal terrible, effrayant, brulant. Et contre lequel je ne peux lutter même après toutes ses années. Alors mes poings cognent. Mes pieds aussi. Et Ban-Ryu qui encaisse sans aucun riposte, au point de finir au sol, la gueule en sang, le corps recroquevillé, mais le regard toujours aussi fier et presque serein. Comme s'il était content de ce qu'il venait de faire. Content de cette rage qu'il a libéré et qui là me fait trembler de trouille. J'aurais pu le tuer. J'en mourrais d'envie. Je l'ai même dis. Mais c'est un autre que je voulais en victime. Un autre déjà mort mais qui continue de détruire ma vie jour après jour. Avec une facilité désarmante. Comme si je le lui permettais.

Et puis je m'arrête, fébrile, tremblant. Les poings douloureux et le cœur en vrille. Putain jusqu'où j'aurais pu aller. Ma raison n'est pas encore bien claire et mon esprit est embrumé. Par les mots échangés. Par l'alcool avalé. Par la douleur éveillée. J'appuie mes mains sur mes genoux. Crache le sang qui emplit ma bouche. Mon cœur tape dans ma tête. Et il y a les mots que Ban-Ryu prononcent alors qu'il est à terre plié par mes derniers coups violents et bien placés. Après je me demande pourquoi il c'est laissé faire. Qu'a t-il réellement cherché à agissant de la sorte ? Crever. Cette idée m'est souvent passé par la tête. De toute façon personne ne me pleurerait. « Je n'ai pas d'attache. » J'évite de m'en faire, au moins pas de risque de souffrance. Et ma mère pas certain qu'elle me pleure. Elle serait même capable de dire que c'est mérité. Puis le jaune joue au psychologue me donnant son envie. Comme si j'avais besoin d'une leçon vu que lui c'est ce qu'il a appliqué avec son père. « Ne vas pas comparer ton cas à mon cas okay. » Mon regard se fait noir alors qu'il est toujours au sol et que je reprends doucement mon souffle. « Là où il est il en a rien à foutre que je sois meilleur que lui. De toute façon il c'est toujours foutu de moi. Il a juste vu un cul en me regardant. » Un joli petit cul pour se faire jouir. Un joli petit cul à torturer et à baiser. « Je n'ai pas envie d'être heureux. De toute façon je ne sais pas comment on fait. Personne ne m'a appris ou personne n'a jugé que je méritais d'être heureux. » Grande question existentielle. De l'avoir frappé je ne me sens pas mieux, j'ai juste apaisé ma colère, mais je reste toujours aussi vide et malheureux. Je tends ma main à Ban-Ryu pour l'aider à se relever. Il n'est pas obligé de l'accepter, de toute façon j'en ai rien à foutre. Tout ce que j'ai envie là c'est de fumer une clope, de rentrer me doucher et puis dormir pour fermer mon esprit à toutes réflexions. Alors même si je l'aide à se lever, après je tournerais les talons et je me tirerais. Sans spécialement lui adresser d'autres mots, voir un au revoir ou un merci. Sachant très bien que si on se recroise on se prendre à nouveau la tronche et cela finira en bagarre. Oui c'est un peu ce qui nous lie. Mais c'est mieux que rien.


drvgns. / tumblr & Ealitya


Meena
The storm in my heart. the hurricane in my soul. the tsunami in my being. But I like these sensations.


Pour réchauffer Meena. La bagarre. // Declan - Page 2 3203843487 Merci Sandrine. La bagarre. // Declan - Page 2 3858275945 :
 
Revenir en haut Aller en bas
 
- La bagarre. // Declan -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: San Calisto
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2