Revenir en haut
Aller en bas


 

- [abandonné] Ana' _ Au coin d'un rayon. -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Flora CasaroliLa jeunesse dorée et éclatante
Flora Casaroli
http://www.ciao-vecchio.com/t4303-flora-_-petite-actualisation-_ http://www.ciao-vecchio.com/t4312-flora-_-ses-petits-liens
Faceclaim : Alycia Debnam Carey. L'avatar est de Dracerys et les gifs sont de Mexico21, Tumblr et Ealitya.
Messages : 4470 - Points : 3311
[abandonné] Ana' _ Au coin d'un rayon.  Tumblr_oap407Pyau1vshpo0o1_500
Âge : Elle est venue au monde le 17 mai 1997 à Naples. + Elle a 22 ans.
Métier : Elle se prostitue a nouveau pour ses parents ( - septembre 2018 ) après environ 10 mois d'arrêt.
[abandonné] Ana' _ Au coin d'un rayon.  Empty
Sujet: [abandonné] Ana' _ Au coin d'un rayon. ( le Dim 20 Jan 2019 - 22:49 )
Anabela &
Flora

Au coin d'un rayon.
En ce début d'après midi, Flora sortit de l'appartement de ses parents adoptifs avec une liste de courses inscrite a l'encre noire sur un petit post it jaune dans la poche avant gauche de son jean, avec de l'argent dont la somme totale ne dépasse les cinquante euros dans la poche avant droite de son jean ainsi qu'avec son portable dans l'une des deux poches de sa veste et avec deux sachets en plastiques. Une fois a l'arrêt de bus qui se situe a quelques mètres de l'immeuble, Flora parcourut du bout de son index droit la fiche des horaires mise a disposition des usagers. S'il est a l'heure, le prochain bus n'étant que dans une quinzaine de minutes, Flora pris la décision de se rendre jusqu'a la grande surface a pieds. Par contre, en sortant de là bas avec un pack de bières et les deux sachets en plastiques remplis de denrées alimentaires ou hygiéniques etc. Flora montera dans l'un des bus de la ligne même s'il faut être patient. Une fois munit d'un cadi dans lequel se retrouvèrent les deux sachets en plastiques encore vides jusqu'au passage en caisse, Flora parcourt les rayons rapidement en respectant l'ordre des courses de la liste. Jamais, les rayons inutiles sont faits. Et dans les rayons qui le sont, Flora ne regarde pas l'ensemble de tous les produits présentes se contentant de seulement prendre ce qu'il y a d'inscrit dessus. Après tout, même si Flora vit a nouveau avec ses parents ce ne sont que leurs courses. Et absolument pas les siennes. Une simple comparaison avec l'une de ces listes faites lorsque Flora vivait encore dans ce petit appartement dans l'immeuble dans le centre de Naples, le montrerait. Notamment, la distinction la plus importante est l'achat d'alcool. Aussi, c'est en sortant de ce rayon avec un pack de bières et quelques litres d'autres alcools plus forts que Flora vit au coin d'un des rayons d'après, la jeune femme avec de longs cheveux blonds au surnom d'Ana' rencontrait en pleine nuit au coin d'une rue de Naples alors qu'un homme avec un couteau la poursuivait. « Hey, Ana' ! » s'exclame Flora avec un sourire inscrit sur les lèvres tout en l'accompagnant d'un petit mouvement de la main en s'approchant avec son cadi avant un « C'est moi, Flora. » en se stoppant a une distance convenable d'Ana' tout en calant son cadi de tel sorte qu'il ne dérange pas les autres clients. « Tu ne te souviens pas .. » le constate finalement Flora en grimaçant légèrement.

Pando


« la seule réelle prison est la peur et la seule vraie liberté est de se libérer de la peur. »
Revenir en haut Aller en bas
Anabela LaranjeiraLe vin est un puissant lubrifiant social
Anabela Laranjeira
http://www.ciao-vecchio.com/t2937-anabela-laranjeira-le-coeur-du http://www.ciao-vecchio.com/t5760-anabela-laranjeira-je-reve-de-toi-parce-qu-il-n-y-a-que-toi#182110
Faceclaim : Amber HEARD + ©avengedinchains + pretty.little.doll
Messages : 4073 - Points : 7378
[abandonné] Ana' _ Au coin d'un rayon.  4r9z
Âge : 33 ans + née à Lisbonne le 29.11.1986
Métier : assistante de Calliope McKinney
[abandonné] Ana' _ Au coin d'un rayon.  Empty
Sujet: Re: [abandonné] Ana' _ Au coin d'un rayon. ( le Lun 21 Jan 2019 - 3:57 )




Somewhere in the darkness resound an devastating echo...

Un énième cauchemar. Me redressant sur mon lit, le souffle court, je poste une main sur ma poitrine alors que je pleure en silence. Depuis peu, je fais de nouveau ce songe où mon amie Cecilia décède sous mes yeux. « Non. » Je me souffle, avant de le répéter encore et encore. « Non, non, NON, putain NON ! » Je hurle, alors que mon cœur se serre et que je manque d'air. « Non… » Je prononce encore, rejoignant la baie vitrée afin de l'ouvrir pour pouvoir respirer, du moins je l'espère. « NON ! » Je crie, tombant sur mes genoux. « Non. Pas encore. Pas là. Non. » Je souffle, je supplie, restant ainsi durant un laps de temps qui m'est totalement inconnu. Je retrouve des forces lorsque le soleil se lève avec lenteur sur la mer. L'immensité de celle-ci me faisait peur durant un temps, mais à présent, je me dis qu'elle pourrait me libérer de bons nombres de tourments, si je la laissais me prendre par quelques-unes de ses vagues afin de disparaître à jamais. Refusant ses idées, faisant « non » dans un signe de tête, je peine à me relever et finalement, lorsque je suis débout, je pousse un soupire avant de rejoindre la cuisine, histoire d'avaler quelque chose pour ne pas chuter. Ouvrant un premier placard, je réalise qu'il est vide. Faisant de même avec un second placard, je soupire, avant de caler mon dos contre le mur. « J'en peux plus. » Je souffle, postant une main sur ma bouche pour retenir un cri, un sanglot.
M'être préparé a été toute une épreuve, le fait est que je dois sortir faire quelques courses et manger. Fouillant dans mon téléphone portable, je vois le numéro de monsieur James, un homme qui m'a porté secours lors d'une soirée compliquée et bien que je sache qu'il viendrait me chercher, je décide de contacter un autre taxi, puisque je pleure bien trop souvent devant lui. En y réfléchissant, je pleure toujours lorsque nous nous retrouvons et je me sens soudainement minable. Portant mon iPhone a mon oreille après ses pensées, j'écoute les « bips », quand une voix s'élève. « Bonjour. C'est Ana… Anabela. Je… J'ai besoin d'aller faire quelques courses. » Alors qu'il jette un coup d'œil à son planning, je ravale avec difficulté ma salive. « Dans cinq minutes, d'accord. Je serai devant la villa. » Raccrochant, j'enfile un manteau, je m'empare de mon sac, j'enfile mes bottes et j'attends devant la porte, à demi-ouverte lorsque je l'aperçois. Fermant à double tour ma porte d'entrée, je le rejoins rapidement et finalement, je m'engouffre dans l'habitacle côté passager. « Bonjour Anabela. Est-ce… » Je ne lui laisse pas le temps de finir sa phrase. « S'il vous plaît, je ne désire pas en parler. » Je prononce, baissant les yeux, sans reprendre la parole lorsqu'il me dépose. « Appelez-moi pour revenir vous chercher Anabela. » Claquant sa portière, je pénètre dans la grande surface et j'erre dans les allées, sans savoir réellement ce que je cherche. « Chocolat. » Je prononce, puisque je me trouve devant de nombreuses tablettes et durant une fraction de seconde, je ne sais pas quoi prendre.
« Quoi d'autres… » Je me dis, quand j'entends que l'on prononce mon prénom. Me retournant, une jeune femme arrive à ma hauteur, avec son cadi. Le plaçant de façon à ne gênée personne, je me demande de qu'il s'agit, bien que j'ai la sensation de l'avoir déjà rencontré. « Flora. » Je prononce tout bas, ne la remettant pas, du moins, pour le moment. Quand elle me dit que je ne me souviens pas d'elle et qu'elle grimace, je me sens affreusement coupable. *Flora, Flora, mais qui es-tu…* Je me dis, quand finalement, me pinçant les lèvres, je sais que je ne saurais pas la retrouver si elle ne m'aide pas davantage. « Je… Je vous… Enfin, je te demande pardon. Je… Je ne suis pas dans mon assiette. » Je me sens désespérer et prête à craquer, encore. « Pardon, mais… Dis-m'en plus. » Mon regard dans le sien, j'ajoute : « Je te demande vraiment pardon, je… Je suis perdue. » Baissant les yeux, je ne sais pas quoi ajouter alors que je m'empourpre, impuissante, gênée, extrêmement mal à l'aise.



@FLORA CASAROLI
CRÉDIT - SIAL




FRANCIANA PARA SEMPRE
3 MOTS - 7 LETTRES - 2 SYLLABES
TU NE M'AS PAS DONNÉ D'AUTRES CHOIX QUE DE T'AIMER. JE T'APPARTIENS.


Revenir en haut Aller en bas
Flora CasaroliLa jeunesse dorée et éclatante
Flora Casaroli
http://www.ciao-vecchio.com/t4303-flora-_-petite-actualisation-_ http://www.ciao-vecchio.com/t4312-flora-_-ses-petits-liens
Faceclaim : Alycia Debnam Carey. L'avatar est de Dracerys et les gifs sont de Mexico21, Tumblr et Ealitya.
Messages : 4470 - Points : 3311
[abandonné] Ana' _ Au coin d'un rayon.  Tumblr_oap407Pyau1vshpo0o1_500
Âge : Elle est venue au monde le 17 mai 1997 à Naples. + Elle a 22 ans.
Métier : Elle se prostitue a nouveau pour ses parents ( - septembre 2018 ) après environ 10 mois d'arrêt.
[abandonné] Ana' _ Au coin d'un rayon.  Empty
Sujet: Re: [abandonné] Ana' _ Au coin d'un rayon. ( le Lun 28 Jan 2019 - 23:11 )
Anabela &
Flora

Au coin d'un rayon.
Elle s'empresse de dire un « Non, ce n'est pas grave. » après les nombreuses excuses d'Anabela en se penchant légèrement a la recherche de son regard sans qu'un contact physique même minime soit nécessaire. Peut être que Flora n'aurait pas dû l'interpeler dans le magasin. Même si, ce n'était pas possible d'être au courant a l'avance qu'Anabela ne la reconnaitrait pas. Parce qu'a présent,  Flora n'a pas d'autres choix que de lui faire le rappel d'une soirée que tout évidence Anabela ne se souvient pas. « Ne t'excuses pas. » enchaine Flora en se mordant légèrement la lèvre inférieure en fronçant les sourcils. Elle se demande si en fait l'usage du vouvoiement au lieu du tutoiement ne serait pas mieux. « C'est normal que vous .. tu ne te souviennes pas de moi. » Elles ne se connaissent pas, après tout. Elles ne savent que le prénom respectif de l'autre. Elles savent aussi que l'une est plus âgée et que l'autre est plus jeune. Et peut être que dans l'une des rues de Naples en pleine nuit sous la lumière d'un lampadaire, Anabela l'aurait reconnu aussitôt. En tout cas, Flora la reconnaitrait aussi. « On ne s'est vues qu'une seule fois il y a sept mois environ. » Plus exactement au cours du mois de juin. En se rendant compte que son quotidien n'est plus du tout le même qu'a ce moment là, Flora se dit qu'il est possible que ce soit aussi le cas d'Anabela. « Vous ne vous rappelez toujours pas de moi ? » demande Flora, hésitante. Mais, ce n'est toujours pas le cas. « Vous m'êtes rentrées dedans, en pleine nuit. » Plus exactement dans l'une des rues du Quartier Spagnoli. Elle ne sait pas le nom exact de l'endroit dont Anabela sortait. Mais Flora rejoignait son appartement dans le centre de Naples a pieds après une sortie avec les membres de l'équipe de l'Avanti Hôtel. « Un homme vous suivez avec un .. » Mais, une femme avec un cadi se poste devant elles et les coupe avec un « Pardon, excusez moi. » parce que son cadi la gêne. « Pardon. » s'excuse Flora en poussant son cadi et en le position a la même place une fois que la femme est partie. « .. avec un couteau. » reprend Flora en baissant le volume de sa voix en prononçant le dernier mot. « Vous aviez bu ce soir là. » grimace légèrement Flora en soulevant ce détail. Elle ne sait pas le nombre de boissons alcoolisées qu'Anabela a bu au cours de la soirée là. « C'est peut être pour ça que vous ne vous souvenez plus de la soirée là et .. de moi. » lui dit Flora en laissant apparaître un petit sourire inscrit ses lèvres.

Pando


« la seule réelle prison est la peur et la seule vraie liberté est de se libérer de la peur. »
Revenir en haut Aller en bas
Anabela LaranjeiraLe vin est un puissant lubrifiant social
Anabela Laranjeira
http://www.ciao-vecchio.com/t2937-anabela-laranjeira-le-coeur-du http://www.ciao-vecchio.com/t5760-anabela-laranjeira-je-reve-de-toi-parce-qu-il-n-y-a-que-toi#182110
Faceclaim : Amber HEARD + ©avengedinchains + pretty.little.doll
Messages : 4073 - Points : 7378
[abandonné] Ana' _ Au coin d'un rayon.  4r9z
Âge : 33 ans + née à Lisbonne le 29.11.1986
Métier : assistante de Calliope McKinney
[abandonné] Ana' _ Au coin d'un rayon.  Empty
Sujet: Re: [abandonné] Ana' _ Au coin d'un rayon. ( le Dim 3 Fév 2019 - 16:13 )




Somewhere in the darkness resound an devastating echo...

J'ai affreusement honte. Plus le temps s'écoule, plus je me sens mal à l'aise face à la situation. Une jeune femme m'aborde, prononçant mon prénom, alors que je ne sais absolument pas de qui il s'agit, sur le moment, et même à présent, en réfléchissant. Il faut dire que je peine à faire quoi que ce soit aujourd'hui, vu l'état de détresse dans lequel je me trouve. Jamais je n'aurai imaginé que les cauchemars feraient de nouveau leur apparition, bien qu'en y réfléchissant, cela peut sembler « logique ». Poussant un soupire, fixant je ne sais trop quoi dans mon cadi – sans doute l'une des tablettes de chocolat – je cherche encore et encore, désireuse de me souvenir, afin de ne pas blesser Flora, puisque c'est ainsi qu'elle se nomme. Ne sachant pas comment faire pour me rappeler d'elle, alors que j'ai tout de même la sensation de l'avoir déjà croisé, je lui ai demandé de m'en dire plus, ce qu'elle s'empresse de faire. Apparemment, elle semble m'apprécier, c'est du moins ce que je me dis pour me rassurer, puisqu'elle m'a interpelé pour finalement faire un bout de chemin jusqu'à moi, ce que l'on ne fait pas quand on ne désire pas saluer quelqu'un que l'on n'apprécie pas. « Pourquoi ? » Je murmure, mordillant ma lèvre alors qu'elle me dit que la situation est « normale », ce qui me fait reculer d'un pas. Pourquoi serait-ce normal ? Soudainement, je commence à me demander ce que j'ai bien pu faire. Anxieuse, je me renferme, croisant mes bras alors qu'elle reprend, m'avouant que nous nous sommes vues une fois seulement, il y a plus de sept mois et là, soudain, je comprends. Il y a plus de sept mois, je buvais. Je n'arrivais pas à surmonter la perte d'une amie lors de la fusillade, puisque j'étais face à elle et que j'ai assisté à la scène où elle prenait une balle en pleine tête, son corps sans vie tapant sur le bitume. « Comme ce matin. » Je souffle pour moi-même alors que je pose une main sur mes lèvres. Continuant, me demandant si je ne me souviens toujours pas d'elle, je ne réponds rien, préférant faire « non » de la tête, alors qu'elle doit sans nul doute avoir envie de baisser les bras. Je voudrais m'excuser à nouveau quand finalement, Flora reprend, désireuse sans plus aucun doute que je me souvienne d'elle. Qu'ai je pu lui faire ? Je me pose bien trop de questions quand elle ajoute que nous nous sommes rentrées dedans en pleine nuit. Vivant à Posillipo, je me dis que je ne devais pas être dans mon quartier, puisque je réside à la villa familiale où toute personne n'y vivant pas n'a aucun accès. « En pleine nuit… » Je reprends ses mots, cherchant toujours. Je pourrais dire à Flora que je ne la reconnais pas, que je n'ai pas le temps de m'attarder, le fait est que cela me turlupine, et même si la situation me semble de plus en plus étrange, je sais qu'elle ne me veut aucun mal, du moins, c'est ce que je ressens. « Flora… » Je commence, quand elle me parle d'un homme qui me suivait et une cliente, une femme, nous oblige à nous arrêter de discuter, puisqu'elle passe tout près de nous. Avalant avec difficulté ma salive, je me dis que c'est un mal pour un bien, puisqu'ainsi, je peux essayer de retrouver une certaine contenance face à la situation, bien que j'ai peur, ses mots résonnant dans ma tête puisqu'elle m'a affirmé qu'un homme me suivait. Soudain, je me dis que je peux avoir oublié ce moment non seulement à cause de mon état d'ébriété, mais également par la situation, si elle était dangereuse comme je l'imagine. « Dis-m'en plus. » Je lui souffle, alors que nous sommes de nouveau seules. Lorsqu'elle ajoute qu'il possédait un couteau, que j'avais bu, je chancelle. « Non. » Je prononce, dans un murmure, me le répétant sans cesse. « Non. » Je répète, m'appuyant sur mon cadi, pour ne pas m'effondrer. Est-ce un cauchemar ? En était-ce un ? Perdue, je ferme un instant les yeux, je pousse un long soupire et je la regarde de nouveau. Elle pense que c'est à cause de l'alcool que je ne me souviens pas d'elle et esquissant un petit sourire, elle me laisse assimiler toutes ses informations. « Pourquoi souris-tu ? » Je demande, sans même y réfléchir, puis je reprends : « Pardon, c'est que… Je… J'ai du mal... » Je me sens désemparer. « Je suis si désolée, je ne me rappelle de rien. Que faisais-tu avec moi ? Pourquoi m'as-tu rejoint ? Explique-moi, s'il te plaît. » Je la supplie, mon regard empli de larmes qui menacent de rouler sur mes joues, alors que je me raccroche au sien, comme à une bouée de sauvetage afin de ne pas sombrer.



@FLORA CASAROLI
CRÉDIT - SIAL




FRANCIANA PARA SEMPRE
3 MOTS - 7 LETTRES - 2 SYLLABES
TU NE M'AS PAS DONNÉ D'AUTRES CHOIX QUE DE T'AIMER. JE T'APPARTIENS.


Revenir en haut Aller en bas
Flora CasaroliLa jeunesse dorée et éclatante
Flora Casaroli
http://www.ciao-vecchio.com/t4303-flora-_-petite-actualisation-_ http://www.ciao-vecchio.com/t4312-flora-_-ses-petits-liens
Faceclaim : Alycia Debnam Carey. L'avatar est de Dracerys et les gifs sont de Mexico21, Tumblr et Ealitya.
Messages : 4470 - Points : 3311
[abandonné] Ana' _ Au coin d'un rayon.  Tumblr_oap407Pyau1vshpo0o1_500
Âge : Elle est venue au monde le 17 mai 1997 à Naples. + Elle a 22 ans.
Métier : Elle se prostitue a nouveau pour ses parents ( - septembre 2018 ) après environ 10 mois d'arrêt.
[abandonné] Ana' _ Au coin d'un rayon.  Empty
Sujet: Re: [abandonné] Ana' _ Au coin d'un rayon. ( le Mar 19 Mar 2019 - 23:49 )
Anabela &
Flora

Au coin d'un rayon.
Presque aussitôt après la remarque d'Anabela, le petit sourire inscrit sur les lèvres de Flora disparaît. « C'est .. C'est rien. » Elle a raison. A la base, il se voulait .. rassurant ? Elle ne le saurait le dire vraiment, en fait. En tout cas il ne se voulait absolument pas .. impoli ? Là encore, Flora ne saurait le dire. Il n'empêche qu'il n'y avait pas de mauvaises intentions là dessous bien au contraire. Mais, l'italienne l'a entendu dire « non » a plusieurs reprises d'une voix basse en s'accrochant fermement son cadi et là, les larmes dans ses yeux. Alors d'un seul coup, Flora culpabilise en se rendant compte de .. sa faute. Elle n'aurait pas dû .. En se rendant compte qu'Ana' ne la reconnaissait pas, Flora aurait dû lui faire des excuses en prétextant s'être trompée. Elle n'aurait jamais dû lui dire quoique ce soit d'autres .. que ce soit concernant les indices contextuels .. que ce soit concernant la présence de cet homme avec une arme blanche qui la suivait depuis la sortie de ce bar dans lequel Ana' passait la soirée seule ou avec des amis .. et que ce soit concernant l'état dans lequel la jeune femme se trouvait a ce moment là. « Vous .. T'es .. » Flora ne sait plus. Elle a fait l'usage du tutoiement en l'abordant. Puis, le vouvoiement lors de son récit. Mais, comme Anabela la tutuoie autant faire de même. « T'es sûre que c'est ce que tu veux ? Tu n'as pas l'air .. » Elle se demande même si c'est seulement en lien avec son récit ou si Anabela a d'autres .. problèmes personnels même aussi minimes ou graves soient ils au point que cela a un impact .. se reflète dans ses réactions verbales et physiques face au récit de Flora. « Est ce que ça va ? » Même si Flora et Anabela ne se connaissent pas vraiment, c'est une question sincère. Bien entendu, il est fort possible que la jeune femme lui donne une réponse positive alors que c'est le contraire. A sa place, c'est ce qu'elle ferait alors .. Elle accepterait sans en être vraiment convaincue, tout de même. « Tu ne veux pas que l'on termine nos courses et que l'on se retrouve plus tard dans un café ? » Après tout, même s'il est déjà trop tard, Flora se rend seulement compte a cet instant que le magasin n'est pas le lieu le plus idéal. Il est fort possible qu'encore une et même plusieurs fois, un ou une client (e) les interrompt afin de prendre l'une des denrées rangées dans ce rayon là. Même si Flora s'évertue a faire en sorte d'être certaine qu'aucun d'entre eux n'entendent ses dires tout de même assez .. personnels, il est fort possible que ce soit quant même le cas. « C'est comme tu veux .. Je n'essaie pas de .. » Une légère grimace apparaît sur ses lèvres. Elle ne cherche absolument pas a ce que le sujet se clôture. Elle n'a pas envie qu'Anabela le croit, en tout cas. Cela ne la dérange pas vraiment de répondre a toutes ses questions. Après tout,  Anabela a le droit de se rappeler .. « Enfin. Si tu préfères je réponds a toutes tes questions là tout de suite et après ..  » Elle hausse légèrement les épaules. « Je te laisserais. Je ne t'embêterais pas plus longtemps. » Elle ose un très petit sourire timide en coin.

Pando



« la seule réelle prison est la peur et la seule vraie liberté est de se libérer de la peur. »
Revenir en haut Aller en bas
Anabela LaranjeiraLe vin est un puissant lubrifiant social
Anabela Laranjeira
http://www.ciao-vecchio.com/t2937-anabela-laranjeira-le-coeur-du http://www.ciao-vecchio.com/t5760-anabela-laranjeira-je-reve-de-toi-parce-qu-il-n-y-a-que-toi#182110
Faceclaim : Amber HEARD + ©avengedinchains + pretty.little.doll
Messages : 4073 - Points : 7378
[abandonné] Ana' _ Au coin d'un rayon.  4r9z
Âge : 33 ans + née à Lisbonne le 29.11.1986
Métier : assistante de Calliope McKinney
[abandonné] Ana' _ Au coin d'un rayon.  Empty
Sujet: Re: [abandonné] Ana' _ Au coin d'un rayon. ( le Mer 27 Mar 2019 - 17:39 )

Flora & Anabela
Au coin d'un rayon.


Tout me semble si… irréel. Je ne sais pas de quoi me parle cette jeune femme et j'en viens même à être « dure » ou « désagréable » lui demandant pourquoi elle ose me sourire en me racontant tout ceci, sur une prétendue nuit où nous nous serions rencontrées. Le fait est que cela est plausible étant donné que j'avais bu et je ne peux nier cette période de ma vie, puisqu'après la terrible fusillade, je me suis réfugiée dans les bouteilles, afin d'anesthésier cette douleur qui me prenait jour et nuit, me sentant toujours coupable du décès de mon amie ce jour-là. Y repenser me rend malade, au point de me tenir fermement à mon cadi, afin de ne pas chuter, espérant que mes jambes ne vont pas se dérober. Puis, plus je réfléchis, plus je commence à la croire, étant donné que j'ai fait la rencontre d'une amie proche à présent, Adelina alors que nous avions bu toutes deux. Poussant un soupire, regardant mes mains, je désire en savoir plus, il faut que je sache. Même si je dois supporter des détails atroces, puisqu'elle me parle d'un homme qui me suivait et qui tenait une arme blanche, il faut que je sache. De toute façon, je refuse qu'elle soit la seule personne se remémorant cette soirée, puisque cela serait injuste pour elle. Après tout, si elle me portait secours, si elle m'a permis de m'en sortir, je me dois de le savoir, je me dois de la remercier. Osant affronter de nouveau son regard, elle semble gêner de m'avoir interpellé. J'imagine qu'elle se sent coupable, dues à mes réactions et je m'en veux terriblement à cet instant. Incertaine, ne sachant comment finir ses phrases, elle semble s'inquiéter de mon état. Ne sachant quoi dire, comment commencer une phrase, je pousse un soupire et je me lance. « Je… Je… Ça va. » Ce n'est pas le cas, elle va forcément s'en rendre compte, c'est idiot de répondre que tout va bien alors que ce n'est effectivement pas le cas. « Non. Ça ne va pas. » J'ajoute donc, ne désirant pas nous mentir à toutes deux. « Je… J'imagine que, enfin ça me chamboule, mais… » Mais je dois savoir, tout simplement. « Je veux que tu me racontes. » Je termine de dire, mon regard planté dans le sien. Me proposant de terminer nos courses pour nous retrouver ailleurs, je ne sais pas quelle réponse lui apporter. Ce que je sais en revanche, c'est que je ne parviendrais pas à faire mes achats, tout simplement parce que je ne cesserais pas de me poser des questions, dont elle a apparemment la plupart des réponses. Je ne peux pas choisir mon café, sans repenser à ce soir où j'étais si ivre que je ne me rappelle finalement de rien. J'ai beau cherché, je n'ai aucun souvenir de cette soirée ou nuit. « Non. Enfin, je n'arriverais pas à faire mes courses sans savoir. » Je lui dis, ajoutant : « Sans savoir ce qu'il s'est passé cette nuit-là. » Fixant une personne passant à nos côtés, je me rends bien compte qu'un rayon de supermarché n'est véritablement pas l'endroit idéal afin de discuter. Balbutiant, elle semble aussi perdue que moi, gênée également, sans aucun doute. Me proposant finalement de parler ici, là, tout de suite, elle termine de m'affirmer qu'elle ne me dérangera jamais plus. Un rictus de gêne se formant sur mon visage, je me mords la lèvre, puis je lui dis, une larme roulant sur ma joue, que j'écrase rapidement : « Est-ce que tu voudrais bien qu'on aille parler tout de suite ? Ailleurs, bien sûr. » Je regarde tout autour de nous, me pinçant les lèvres. « Tu n'es pas obligé d'accepter, le fait est que… » Que je n'arriverais pas à penser à quoi que ce soit d'autres à présent, c'est du moins ce que je devrais lui dire. Peinant à ravaler ma salive, je me lance. « Je n'arriverais pas à faire quoi que ce soit à présent, sans que tu me parles de ce soir-là. » Je termine, la suppliant du regard afin qu'elle accepte que nous laissions nos courses de côté, afin de parler de cette soirée dont je ne garde pour le moment aucun souvenir.

(c) élissan.


FRANCIANA PARA SEMPRE
3 MOTS - 7 LETTRES - 2 SYLLABES
TU NE M'AS PAS DONNÉ D'AUTRES CHOIX QUE DE T'AIMER. JE T'APPARTIENS.


Revenir en haut Aller en bas
Flora CasaroliLa jeunesse dorée et éclatante
Flora Casaroli
http://www.ciao-vecchio.com/t4303-flora-_-petite-actualisation-_ http://www.ciao-vecchio.com/t4312-flora-_-ses-petits-liens
Faceclaim : Alycia Debnam Carey. L'avatar est de Dracerys et les gifs sont de Mexico21, Tumblr et Ealitya.
Messages : 4470 - Points : 3311
[abandonné] Ana' _ Au coin d'un rayon.  Tumblr_oap407Pyau1vshpo0o1_500
Âge : Elle est venue au monde le 17 mai 1997 à Naples. + Elle a 22 ans.
Métier : Elle se prostitue a nouveau pour ses parents ( - septembre 2018 ) après environ 10 mois d'arrêt.
[abandonné] Ana' _ Au coin d'un rayon.  Empty
Sujet: Re: [abandonné] Ana' _ Au coin d'un rayon. ( le Mar 14 Mai 2019 - 23:05 )
Anabela &
Flora

Au coin d'un rayon.
A la demande d'Anabela, Flora presse ses lèvres l'une contre l'autre et baisse la tête vers son cadis qui contient quasiment tous les mets alimentaires et autres que ses parents lui ont fait écrire sur ce post it. Elle ne se sent à présent pas capable de terminer ses courses et de retrouver la plus jeune des deux un peu plus tard dans l'après midi à une table d'un café de Naples. Elle a besoin de connaître tous les détails de la nuit si particulière de leur rencontre tout de suite au point d'abandonner leurs courses là, dans ce rayon du magasin. L'angoisse a pris possession de Flora presque aussitôt. Cela ne se voit pas en apparence. Pourtant, son rythme cardiaque et le noeud dans son estomac ne trompent pas. Ses parents ne luit ont donnés qu'une permission de 2 heures et si Flora est venue a pieds jusqu'au magasin afin de ne pas perdre de temps à attendre le prochain bus et que les achats ont été faits jusque là au pas de course à travers les rayons, il n'empêche que le temps a déjà bien été entamé. A vrai dire, la conversation improvisée avec Anabela à l'intersection de 2 rayons ne l'aide absolument pas. La réaction de ses parents bien que prévisible en revenant à l'appartement l'inquiète déjà beaucoup. Il y a de grandes chances qu'ils lui passent un coup de fil et la bombardent de messages en la géo localisant dans un lieu de restauration au lieu d'être dans le magasin, sur le trajet entre l'appartement et le magasin voire déjà là bas avec leurs courses et surtout, l'alcool. Mais s'ils ne se déplaceront jamais, l'accueil risque d'être des plus corsés et violents autant physiquement que verbalement. Cependant, l'image de la larme roulant sur la joue d'Anabela quelques instants auparavant et son regard suppliant ont raison de Flora qui acquiesce finalement d'un signe de la tête. « Ok. J'accepte. » Un petit sourire aux lèvres alors que les voix et les gestes de ses parents envahissent déjà sa tête. Elle lâche aussitôt presque son cadi et range sa liste de courses dans la poche avant gauche de son jeans. « Allons y. » Sortant du magasin, laissant les deux cadis à l'abandon, Flora espère secrètement qu'aucun membre du personnel ne les toucheront parce qu'ainsi en revenant cela lui ferait gagner de précieuses bien qu'au fond inutiles minutes. C'est en se remémorant ce soir là le plus minutieusement possible que Flora remercie distraitement la serveuse qui dépose sa commande sur la table. « Je paie, c'est bon. » Elle décrète ça dès que la note est donnée, sortant rapidement un peu de monnaie de la poche avant droite de son jeans. « Est ce tu veux que je te raconte de A à Z ce qu'il s'est passé ? » Elle le lui demande en se cachant presque derrière sa table fumante alors que son regard se lève vers Anabela, se détachant ainsi de ces quelques euros qui lui coûteront chers lorsque ses parents se rendront compte que leurs 50 euros n'ont pas été utilisés seulement pour les courses. « Ca t'aiderais ? » Notamment a faire immerger au moins quelques uns de ses souvenirs concernant ce soir là.


Pando


« la seule réelle prison est la peur et la seule vraie liberté est de se libérer de la peur. »
Revenir en haut Aller en bas
Anabela LaranjeiraLe vin est un puissant lubrifiant social
Anabela Laranjeira
http://www.ciao-vecchio.com/t2937-anabela-laranjeira-le-coeur-du http://www.ciao-vecchio.com/t5760-anabela-laranjeira-je-reve-de-toi-parce-qu-il-n-y-a-que-toi#182110
Faceclaim : Amber HEARD + ©avengedinchains + pretty.little.doll
Messages : 4073 - Points : 7378
[abandonné] Ana' _ Au coin d'un rayon.  4r9z
Âge : 33 ans + née à Lisbonne le 29.11.1986
Métier : assistante de Calliope McKinney
[abandonné] Ana' _ Au coin d'un rayon.  Empty
Sujet: Re: [abandonné] Ana' _ Au coin d'un rayon. ( le Ven 24 Mai 2019 - 4:02 )
- AU COIN D'UN RAYON. -
J'ai la sensation d'être dans un cauchemar. Tout ce que je désire sur l'instant, c'est de pouvoir me réveiller, le fait est que je n'y parviens pas. Me sentant mal, ayant mes jambes en cotons, je me raccroche au regard de Flora, puisque si elle était partie, si elle m'avait laissé après la bombe qu'elle vient de me lâcher, je me serais dérobée sous mes pieds. Tenant « fermement » mon cadi, je la supplie de m'en dire plus, de me raconter chaque détail de notre rencontre, de ce qu'il s'est produit, puisqu'un homme arborait une arme blanche, puis surtout, il me suivait. *T'es idiote ma pauvre fille.* Je me dis dans ma tête, puisque je devrais tourner les talons, puisque je devrais lui dire que je ne désire pas en savoir plus, alors que je demande tout le contraire. Je veux savoir ce qu'il s'est passé cette nuit dont je ne me rappelle pas. La suppliant du regard, lui demandant de ne pas me laisser ainsi, de tout me raconter, j'ai soudainement la sensation que le temps a cessé de s'écouler, figeant ainsi Flora, qui se trouve devant moi. Après mes supplications notamment dans le timbre de ma voix, elle termine d'accepter ma requête, celle de se trouver un endroit tranquille pour parler de cette terrible nuit. Une fois ses mots prononcés, je me sens comme plus légère, comme si un poids avait été ôté de mes épaules, bien qu'à présent, j'ai peur de ne me rappeler de rien, malgré ses explications, ses mots, sur cette nuit-là. « Merci. » Je lui dis, quand je réalise un peu plus encore que je la coupe dans sa journée, puisqu'elle délaisse son cadi plein, rangeant même sa liste de course dans l'une de ses poches. À cet instant, je voudrais lui demander si je ne la dérange pas, le fait est qu'aucun son ne parvient à s'extirper de ma bouche. La suivant donc, ayant moi aussi mis mon cadi de côté, bien qu'il ne contenait rien comparé au sien, nous trouvons la sortie du magasin, quand nous rejoignons finalement un café. M'asseyant rapidement, me sentant de plus en plus fébrile, je ne parviens pas à me saisir de mon porte-feuille qu'elle m'annonce déjà qu'elle paie nos consommations. « Merci. » Je lui souffle, quand je me surprends à trembler, mes mains étant à présent postées autour de ma tasse fumante. « Je… » Je peux percevoir la panique dans ma voix. Fermant une seconde mes yeux, j'essaie de retrouver un semblant de calme quand, les rouvrant, je me contente d'acquiescer positivement dans un mouvement de tête. Fixant Flora, remarquant qu'elle se cache derrière sa tasse, je me demande soudainement si cela ne va pas être pénible pour elle de tout me raconter, au vu de ce qu'elle m'a déjà dit, puisqu'elle m'a tout de même assurer qu'un homme me suivait, muni d'une arme blanche. « Je… Oui, je crois. » Je parviens à souffler en fixant ma tasse, quand je pose de nouveau mon regard sur Flora, celui-ci pénétrant le sien. « Je… J'espère que cela ne t'est pas pénible de m'en parler. » Je lui dis, avant de reprendre, assez rapidement, afin d'ajouter quelques mots, avant qu'elle ne me réponde. « Si cela est compliqué pour toi… Évidemment, je désire savoir, le fait est que je ne veux pas que tu te sentes mal rapport à cette… » Cette quoi ? Cette soirée où l'on a sans doute risqué nos vies ? « Je ne veux pas que tu te sentes mal par ma faute. » Je lui souffle finalement, m'empourprant, baissant la tête, fixant à nouveau le contenu de ma tasse.

@FLORA CASAROLI



FRANCIANA PARA SEMPRE
3 MOTS - 7 LETTRES - 2 SYLLABES
TU NE M'AS PAS DONNÉ D'AUTRES CHOIX QUE DE T'AIMER. JE T'APPARTIENS.


Revenir en haut Aller en bas
Flora CasaroliLa jeunesse dorée et éclatante
Flora Casaroli
http://www.ciao-vecchio.com/t4303-flora-_-petite-actualisation-_ http://www.ciao-vecchio.com/t4312-flora-_-ses-petits-liens
Faceclaim : Alycia Debnam Carey. L'avatar est de Dracerys et les gifs sont de Mexico21, Tumblr et Ealitya.
Messages : 4470 - Points : 3311
[abandonné] Ana' _ Au coin d'un rayon.  Tumblr_oap407Pyau1vshpo0o1_500
Âge : Elle est venue au monde le 17 mai 1997 à Naples. + Elle a 22 ans.
Métier : Elle se prostitue a nouveau pour ses parents ( - septembre 2018 ) après environ 10 mois d'arrêt.
[abandonné] Ana' _ Au coin d'un rayon.  Empty
Sujet: Re: [abandonné] Ana' _ Au coin d'un rayon. ( le Lun 17 Juin 2019 - 1:29 )
Anabela &
Flora

Au coin d'un rayon.
Flora secoue légèrement la tête en posant la tasse sur la table sans que ses lèvres n'aient finalement touchées le liquide fumant. « Oh, non. Ca va, ne t'inquiètes pas. » la rassure t elle avec un petit sourire inscrit sur les lèvres. Aussi angoissant que ça a pu l'être, ça fait bien longtemps que Flora n'y pensait plus. « Alors, euh .. » Elle se doit d'être claire, précise et concise tout en essayant le plus possible les répétitions avec ce qu'il y a déjà pu être dit tout a l'heure dans le magasin. « Tu m'as percutées dans l'une des rues du Centre. » Pas besoin du nom exact de la rue, non ? De toute manière, Flora ne le sait pas. « Tu t'es excusées .. » Un détail pas si important que ça. « .. et tout de suite après tu m'as dis que quelqu'un te suivais. » En fait, Ana' lui avait dit « croire que. » Mais Flora a vu cet homme marchait quelques mètres plus loin vers elles. Il aurait pu être un simple passant. Mais, il tenait bel et bien une arme dans la main et malheureusement la rue totalement déserte avait restreint grandement le nombre de limite de personnes ciblées et donc, de victimes possibles. « Je n'sais pas d'où tu venais, désolée. » Une précision laissant apparaître une petite grimace sur les lèvres de Flora. « Tu m'as fais comprendre que t'avais trop bu en me disant que tu n'étais pas en état de courir. » C'est vrai qu'Ana' ne lui a jamais dit clairement être saoule. « J'ai refusé de le faire mais .. » Et ça malgré une légère et courte hésitation très certainement un poil légitime. « .. tu m'a demandées de courir et de te laisser. » Flora a fait de même quelques instants après. Mais, Ana' n'a pas besoin d'être au courant de ce détail. Parce qu'il n'est clairement pas utile que sa proposition de « sacrifice » la questionne. « Du coup, on a marché rapidement .. » Elle ne saurait pas dire, combien de temps. Elle ne se risquerait même pas a faire une approximation. « Rien ne justifie que quelqu'un te traque ainsi mais, tu m'as dis que c'était de ta faute. » A part des suppositions, Flora n'en sait malheureusement pas plus. « On réussit a intercepter une voiture de police mais .. » Se tenant la main, Flora a entraîné précipitamment Ana’ dans un sprint jusqu’en plein milieu de la route ne la lâchant qu’afin de stopper la voiture avec de grands signes. « .. il s'est enfuit. » lui avoue t elle en haussant légèrement les épaules avec une légère grimace inscrit sur les lèvres avant de boire enfin une gorgée de sa boisson dont le liquide est maintenant plutôt tiède.


Pando


« la seule réelle prison est la peur et la seule vraie liberté est de se libérer de la peur. »
Revenir en haut Aller en bas
Anabela LaranjeiraLe vin est un puissant lubrifiant social
Anabela Laranjeira
http://www.ciao-vecchio.com/t2937-anabela-laranjeira-le-coeur-du http://www.ciao-vecchio.com/t5760-anabela-laranjeira-je-reve-de-toi-parce-qu-il-n-y-a-que-toi#182110
Faceclaim : Amber HEARD + ©avengedinchains + pretty.little.doll
Messages : 4073 - Points : 7378
[abandonné] Ana' _ Au coin d'un rayon.  4r9z
Âge : 33 ans + née à Lisbonne le 29.11.1986
Métier : assistante de Calliope McKinney
[abandonné] Ana' _ Au coin d'un rayon.  Empty
Sujet: Re: [abandonné] Ana' _ Au coin d'un rayon. ( le Mer 26 Juin 2019 - 1:55 )
FLOBELA ♔ Au coin d'un rayon.
Plus je réfléchis à la situation, plus je me dis que je n'aurai jamais dû prendre ainsi en « otage » Flora, puisqu'elle avait des choses à faire, autre que de raconter à une jeune femme en détresse et aux bords des larmes, un soir où elles ont eu à craindre le pire. Ayant tout abandonné en magasin, nous avons trouvé un endroit où nous installer pour discuter de ce fameux soir, alors que j'ai la désagréable sensation que je vais rendre. Mon cœur battant à tout rompre dans ma poitrine, il fait de même au niveau de mes tempes, ce qui n'arrange en rien mon état. Ne pouvant plus prononcer le moindre mot, j'esquisse un faible sourire lorsque Flora m'assure qu'elle va bien, que cela ne la dérange pas de raconter ce qu'il s'est produit. Mes mains étant postées autour de ma tasse que je tiens fermement, j'attends qu'elle me raconte le récit de cette sombre soirée, que nous avons vécu ensemble et dont je n'ai gardé aucun souvenir. D'ailleurs, en y réfléchissant, je me dis qu'il n'y peut avoir que deux solutions qui expliqueraient le « pourquoi » je ne me rappelle de rien. La première est que j'ai beaucoup trop abusée de l'alcool et la seconde est que j'ai pu tout oublier, ou plutôt, que j'ai enfermé cette soirée dans un recoin de ma caboche, puisque son souvenir était trop pénible. Me pinçant les lèvres en y réfléchissant, je me dis que cela pourrait être également un mixte des deux, puisqu'à l'époque, j'essaye d'endormir la douleur qui ne me quittait jamais, rapport à la fusillade. Pensive, je redresse immédiatement ma tête lorsque Flora commence à parler. Ne sachant pas à quoi m'accrocher, je tiens plus fermement encore ma tasse, alors qu'elle se lance. Peinant à ravaler ma salive, ayant la nette sensation que mon coeur va s'échapper de ma poitrine ou imploser à l'intérieur de celle-ci, je ne pipe mot et je l'écoute, attentivement, me demandant si avec son récit, je vais parvenir à me souvenir de cette terrible soirée.

D'après Flora, je l'ai percuté, ce qui signifie que je ne regardais pas devant moi lorsque je me suis confondu en excuses. Elle ajoute que je lui ai dit qu'un homme me suivait, puis que j'étais alcoolisée et qu'enfin, je lui ai demandé de me laisser, ce qui ne me surprend pas dans le fond. Si j'étais apeurée et qu'un homme me suivait moi et non une inconnue, une tierce personne en général, je sais pertinemment que je ne lui aurais jamais demandé de rester avec moi, au contraire. Fronçant les sourcils, je réalise que même saoul, je préfère me débrouiller seule, me « sacrifier » si je puis dire, afin de protéger toutes personnes, connue ou non. « Merci d'être restée. » Je lui souffle, quand elle reprend, m'avouant que nous avons marché à vive allure jusqu'à trouver un véhicule de police. L'arrêtant, l'homme qui me suivait a disparu. Ne sachant pas quoi dire, mon regard trouve le sien quand je me remémore ses mots, puisque je lui ai affirmé que c'était de ma faute. « Ma faute ? » Je souffle, surtout pour moi-même, quand, je l'interroge. « Je ne t'ai rien dit de plus ? Je veux dire, est-ce que je t'ai expliqué pourquoi je t'ai dit que c'était de ma faute ? » La suppliant du regard, je suis pendue à ses lèvres, quand dans ma tête, je me dis que je lui en ai déjà demandé assez. « Pardon, je… » Je ne parviens pas à continuer, alors que mon dos retrouve celui de la chaise et que je pose mon regard dans le fond de la tasse que je tiens. « Je suis désolée, Flora. » Je ravale ma salive. « Vraiment. » N'osant plus affronter son regard, je délaisse ma prise sur la tasse présente devant moi afin d'essuyer de nombreuses larmes. « Je… Merci de m'avoir, d'avoir pris le temps de… De me raconter. » Je souffle, quand postant mes coudes sur la table, j'enfouis mon visage entre mes mains. Restant ainsi durant quelques minutes, je termine d'affronter son regard, mes yeux se trouvant bouffis par les larmes. « Je… Je t'ai coupé dans ta journée. Je… Tu devrais… » Je sens la panique me gagner, quand je m'empresse de me lever. « Je… Tu as besoin de… Enfin, tes courses. Tu… Est-ce que tu veux qu'on retourne au magasin ? Je les payerai pour toi si tu veux. Puis j'appellerais un taxi, pour nous ramener. » Je dis, attendant à présent sa réponse.


@FLORA CASAROLI



FRANCIANA PARA SEMPRE
3 MOTS - 7 LETTRES - 2 SYLLABES
TU NE M'AS PAS DONNÉ D'AUTRES CHOIX QUE DE T'AIMER. JE T'APPARTIENS.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
[abandonné] Ana' _ Au coin d'un rayon.  Empty
Sujet: Re: [abandonné] Ana' _ Au coin d'un rayon. ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [abandonné] Ana' _ Au coin d'un rayon. -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut