Revenir en haut
Aller en bas


 

- [Terminé] Crawling in my skin [Cesare] -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Vasco Pugliese10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Vasco Pugliese
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4775-vasco-will-i-make-it-out-alive http://www.ciao-vecchio.com/t4796-am-i-gonna-swim-am-i-gonna-sink-vasco-cie
Faceclaim : Oliver Jackson Cohen + Ealitya - tumblr - wiise
Messages : 144 - Points : 450
[Terminé] Crawling in my skin [Cesare] - Page 2 Tumblr_inline_paupxfd0i61rfmocr_250
Âge : 35 ans
Métier : Serveur au San Callisto
[Terminé] Crawling in my skin [Cesare] - Page 2 Empty
Sujet: Re: [Terminé] Crawling in my skin [Cesare] ( le Dim 27 Jan - 11:58 )
Crawling in my skin.



« Moi ?
- Oui. Toi. »

Le visage de Cesare se pare d'un fin sourire en coin qui fait davantage sourire Vasco dont les lèvres retrouvent bien rapidement le verre. Le cocktail est divin, doux, et il se laisse avoir l'idiot. Il se laisse avoir et boit ça comme on boirait de l'eau. Il écoute Cesare se confier un peu, avouer que s'il ne le fait pas tous les soirs, il le fait assez souvent malgré tout. Depuis quelques mois. Pourquoi depuis quelques mois ? La question prend forme dans l'esprit de Vasco mais elle ne franchit pas la barrière de ses lèvres. C'est parce qu'il pense que si Cesare aurait voulu en dire plus il en aurait dit plus et Vasco étant le premier à ne pas aimer quand on le force à en dire plus, il ne va certainement pas pousser Cesare à se confier davantage. Et dans le fond, en cet instant, le pourquoi n'a pas réellement d'importance. Ce qui compte c'est l'instant, ce moment-là. Le sourire de Vasco se fait un peu plus large quand Cesare avoue finalement qu'il aime flirter. Il est vrai que ça ne fait pas de mal, si ce n'est quand ça entretient un désir inavoué de la personne en face de vous mais cela, Cesare ne le sait pas. S'il savait... S'il savait tout ce que Vasco pourrait lui dire et qui flatterait son ego... Il en aurait des choses à dire oui. Bien des choses... Tant de choses en fait qui lui traversent l'esprit légèrement imbibé d'alcool qu'il en reboit une gorgée tout en soufflant tout doucement entre ses lèvres : ses joues lui semblent chaudes. Il a dû prendre des couleurs, lui qui est pourtant si pâle d'ordinaire... Là, il ne fait nul doute qu'il prend des couleurs au fil des secondes oui. Et pour cause, le regard de Vasco se perd une nouvelle fois sur le torse de Cesare. C'est presque indécent. Ou bien c'est la chemise qui est presque indécente et qui pousse ainsi à l'indécence de Vasco. En tout cas il le fait, il regarde, il dévore du regard ce bout de torse qui s'offre et comme son esprit est vil et mesquin. Comme son esprit lui joue des tours au point de lui faire s'imaginer ce qu'il pourrait découvrir si la chemise était retirée. Et la voix de Cesare le sort soudain de sa contemplation. Il relève son regard vers l'homme qui sourit, encore et toujours, de cette façon si charmante, si... Attirante. Mais le sourire il finit par le cacher dans son cocktail et si Vasco rougit un peu d'avoir été pris la main dans le sac, il sourit aussi. Il joue un peu avec la paille dans son verre en s'y intéressant soudainement.

« La chemise est originale et elle te va très bien. » qu'il lui dit avec ce petit sourire au coin des lèvres. Une nouvelle gorgée du divin mojito et les yeux s'osent à retrouver ceux de Cesare. « Mais ce n'est pas la chemise que je regarde non. » qu'il avoue finalement. « En même temps... » Il marque un petit silence puis plisse un peu les yeux en fixant Cesare avec toujours cette même intensité, ce même regard qui en dit plus long que de simples mots. « Vu la façon dont tu la portes. Je veux dire... » Le verre est reposé sur le comptoir et les mains s'approchent doucement de la chemise. « Tu permets ? » Mais il se lance en fait avant même que Cesare ait pu protester. Et, avec délicatesse, les doigts viennent refermer deux boutons supplémentaires, non sans frôler la peau de Cesare au passage, faisant frissonner Vasco de la nuque jusqu'à ses reins. « Là. » Il recule ses mains et il lui semble soudain que ses doigts sont presque brûlants d'avoir été aussi près de la peau de Cesare. « Quand c'est boutonné de cette façon, ça pousse moins à la faute. » Il reprend le mojito sans se détourner de Cesare. « Mais je pense que tu vas la redéboutonner parce que tu aimes pousser à la faute. » Son sourire se fait à nouveau plus malicieux, plus aguicheur un peu aussi, c'est un fait. « Et je vais te laisser faire parce que j'aime ce que je vois. »

D'où lui vient cette soudaine assurance ? Du rhum sans aucun doute possible. Le rhum qui se fraye un chemin dans son organisme et qui lui permet d'oublier les convenances, d'oublier ses doutes, ses peurs. Ce rhum, il lui permet de redevenir lui-même, de redevenir cet homme qui était sûr de lui, qui savait... Qui savait plaire.

Et aimer.


(c) sweet.lips


Am I gonna swim, am I gonna sink ? Am I gonna bend, am I gonna break ? Am I gonna fly, am I gonna fall ? Am I gonna live, gonna lose it all ?
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Cesare VolfoniToujours frais après un litre de café
Cesare Volfoni
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4797-electrico-romantico-cesare http://www.ciao-vecchio.com/t4809-come-pick-the-pieces-up-cesare#152046
Faceclaim : Michiel Huisman ©moi même
Messages : 156 - Points : 322
[Terminé] Crawling in my skin [Cesare] - Page 2 Tumblr_p2pri27CYS1x2u8p5o4_r1_400
Âge : Trente six extravagances.
Métier : Psychiatre et sexologue.
[Terminé] Crawling in my skin [Cesare] - Page 2 Empty
Sujet: Re: [Terminé] Crawling in my skin [Cesare] ( le Dim 27 Jan - 14:49 )
Bien sur que sa chemise est originale et qu’elle se remarque. Cesare ne passe jamais inaperçu lorsqu’il est de sortie. Déjà parce qu’on remarque sans mal le fait que ses vêtements semblent de bonnes factures, souvent aux logos de marques évocateurs. Ensuite, parce qu’il porte toujours des motifs colorés, sortant de l’ordinaire et du morne de la normalité. Pas qu’il aime spécialement se faire remarquer, il apprécie juste trancher avec la trop grande sobriété de la plupart des gens. Alors, que Vasco complimente son porté de chemise lui plait beaucoup, étire son sourire, tandis qu’il sirote son verre.

Il est presque surpris que l’homme en face de lui admettre allègrement avoir observé son torse avec insistance, plutôt que sa chemise. Quelque part, ça lui plait alors qu’il sait pertinemment que c’est foutrement déplacé au vu de leur relation patient-psychiatre. Qu’il ne devrait pas se féliciter d’une telle chose et avoir la terrible envie de continuer à flirter. Mais c’est plus fort que lui. L’alcool guide ses gestes, ses paroles, endort sa raison. Vasco entre lui aussi dans le jeu de Cesare, s’approche, lui demande sa permission alors que le docteur acquiesce d’un signe de tête en attendant la suite. Il ne bouge pas, laisse l’ancien chercheur reboutonner sa chemise, jusqu’en haut. Presque trop sérieux, soudain. Trop pudique, alors que cela ne lui ressemble pas. Cesare n’aurait aucune gêne à s’exhiber, aucune honte. Bien trop libéré. Bien trop impudique. Un large sourire étire ses lèvres avant qu’il ne glousse en attendant la possibilité de pousser à la faute. Oui, c’est souvent ce qu’il fait, lorsque son flirt se transforme en séduction, face à un partenaire qui lui plait de trop. Il n’est pas encore dans ce jeu là, face à Vasco, bien que l’homme soit séduisant. Il se force à maintenir quelques barrières qu’il sent s’effriter petit à petit.

Une nouvelle tension nait entre eux, l’air devient. Un peu plus électrique alors que Cesare laisse trôner son verre sur le comptoir pour venir recommencer à déboutonner sa chemise. « Ça pousse moins à la faute, mais ça fait beaucoup trop sérieux à mon gout » Lâche t-il en déboutonnant lentement. « Ce soir je ne suis pas sérieux » Relance t-il, alors qu’il arrive au même stade où il était lorsqu’il s’est avancé au bar. Le même nombre de boutons défaits. Puis il en défait un supplémentaire. Dans d’autres circonstances, il aurait pu retirer totalement cette chemise, mais il n’a pas envie de se faire sortir de ce bar. Il l’a déjà fait, dans une discothèque où la soirée partait en vrille. Avant de terminer sur une soirée mousse ou ce soir là, il ne répondait plus de rien, perdu dans les excès et dissimulé par une épaisse mousse blanchâtre. Mais là, il y a trop d’yeux. Encore trop de politiquement correct à aborder et Cesare reste encore un peu lucide, pour certaines choses. Il délaisse finalement sa chemise, reprend son cocktail en l’approchant simplement de lui, le laissant posé sur le comptoir alors qu’il aspire à la paille noire y étant planté. Il sait qu’il joue avec le feu, surtout en ayant compris l’intérêt que lui porte son patient qui ce soir, n’en est pas un. Trop de mystères sur leurs vies respectives et pourtant, un jeu qui s’installe petit à petit. Un flirt qui gagne en intensité, alors que le regard azur de Cesare se porte dans celui de Vasco. « Laisse moi un peu m’exhiber » Lâche t-il en riant légèrement. « C’est toi le sérieux de nous deux » Là tout de suite, ce soir. Dans sa chemise grise dont un seul bouton, en haut, est défait pour une attitude détendue. Pourtant, il le sent soudain plein d’assurance, prêt à se lâcher.
Une petite voix dans sa tête lui dit même que s’il continu comme ça, cette soirée pourrait très bien prendre une toute autre tournure qu’il en viendrait à diablement regretter ensuite. Voilà pourquoi il ne remarque pas tout de suite, que ses amis ont récupérés son manteau et son écharpe et se dirigent vers le bar pour régler leurs consommations et partir ensuite. Possiblement finir la soirée dans un club quelconque, où Cesare terminera de partir en vrille. Qui sait ?


I'm fired up and tired of the way that things have been
The way that things have been second thing second
Don't you tell me what you think that I can be
I'm the one at the sail, I'm the master of my sea
Revenir en haut Aller en bas
Vasco Pugliese10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Vasco Pugliese
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4775-vasco-will-i-make-it-out-alive http://www.ciao-vecchio.com/t4796-am-i-gonna-swim-am-i-gonna-sink-vasco-cie
Faceclaim : Oliver Jackson Cohen + Ealitya - tumblr - wiise
Messages : 144 - Points : 450
[Terminé] Crawling in my skin [Cesare] - Page 2 Tumblr_inline_paupxfd0i61rfmocr_250
Âge : 35 ans
Métier : Serveur au San Callisto
[Terminé] Crawling in my skin [Cesare] - Page 2 Empty
Sujet: Re: [Terminé] Crawling in my skin [Cesare] ( le Dim 27 Jan - 15:27 )
Crawling in my skin.



« Ca pousse moins à la faute, mais ça fait beaucoup trop sérieux à mon goût. »

Et c'est vrai. Que ça fait trop sérieux. Et Vasco n'a pas boutonné la chemise de Cesare pour qu'elle reste boutonnée, c'était simplement pour prouver un argument, et jouer aussi un peu, s'approcher un peu plus, profiter de la situation. Tout ça à la fois. Alors Cesare déboutonne. Bien sûr qu'il déboutonne et Vasco le regarde faire, sans honte aucune. Il fixe, fixe vraiment, non sans sentir la chaleur se faire plus intense et sur son visage et ailleurs. Peu importe que le verre qu'il tienne soit froid. Il a chaud lui. Très chaud. Surtout quand Cesare s'amuse à déboutonner un peu plus la chemise qu'auparavant. Vasco en vient à se mordiller un peu la lèvre inférieure avant de souffler en laissant échapper un petit rire. Le premier depuis... Des années. Il penche un peu la tête sur le côté en observant le torse un peu plus dénudé de Cesare avant de secouer la tête et de détourner le regard à contre-coeur. Mais il le fait, parce que s'il continue de le regarder... Alors il choisit de boire une nouvelle gorgée de son cocktail histoire de reprendre un peu ses esprits. Ou pas, parce que l'alcool ne l'aide franchement pas à se calmer, ni à lui retirer toutes les images qui tournent en boucle dans sa tête et qui, même si elles sont divines, ne sont pas avouables. Pas ici en tout cas. « Laisse-moi un peu m'exhiber. » Vasco rit de nouveau alors qu'il reporte son regard sur Cesare et qu'il se perd dans ses yeux. Bien allègrement. Et il ajoute finalement que des deux, c'est bien Vasco le plus sérieux. Et c'est vrai. Il porte une chemise morne, terne, fermée presque jusqu'en haut... Pour sûr qu'il est à l'opposé de Cesare qui est si solaire...

« Tu as raison. » qu'il cautionne. Puis une hésitation. Un petit sourire se fraye de nouveau un chemin sur ses lèvres alors qu'il repose son verre. « Voyons... » Les mains de Vasco se portent à sa chemise dont il vient défaire un premier bouton. « Comme ça c'est mieux ? » Le coin de ses lèvres s'étirent un peu plus à mesure que le sourire se fait plus... C'est très clairement aguicheur là. « Ou comme ça ? » qu'il ajoute en déboutonnant un second bouton, laissant ainsi à son tour apparaître un peu de son torse certainement pas moins poilu que celui de Cesare. Et il replace le col de la chemise avant de reprendre son verre. « C'est bien mieux non ? » Il ne quitte pas Cesare du regard alors qu'il boit encore une gorgée de mojito. Puis un instant où plus rien. Plus rien du tout. Vasco ne bouge plus. Son sourire se fait moins large mais pas moins intense. Il repose son verre et se penche vers Cesare. « Je voudrais bien e... »

Mais il ne termine pas sa phrase car un petit groupe apparaît de nulle part : les amis de Cesare visiblement. Et ça lui fait l'effet d'un électrochoc à Vasco. Ou d'une douche froide, au choix. Tout à coup, leur bulle (car en fait, ils étaient dans une bulle et il ne s'en rendait même pas compte) éclate et le monde extérieur les rattrape. Le rattrape, lui. Le contact visuel entre lui et Cesare est rompu. Vasco s'intéresse de nouveau à son verre presque vide, détourne le regard alors que Cesare échange quelques mots avec ses mots. Il tend l'oreille cependant, il les entend dire à Cesare qu'il doit arrêter de draguer, il les entend mentionner une discothèque et cet idiot, pendant l'espace d'une seconde, il se dit qu'après ce qu'il vient de se passer, même si ce n'était que du flirt, Cesare va lui proposer de les accompagner. Et parce qu'il se sent bien, ou plutôt qu'il se sentait bien jusqu'à ce que la bulle éclate, il va dire oui Vasco. Il va le suivre et... Et... Et rien du tout parce que Cesare se contente de s'approcher un peu de Vasco simplement pour lui souhaiter poliment une bonne fin de soirée.

« A toi aussi. » qu'il répond mais sa voix est de nouveau éteinte.

Ils échangent un regard et c'est tout. Tout s'arrête là puisqu'il s'éloigne en compagnie de ses amis, en riant. Vasco se décompose. Au fil des secondes, il se décompose. Ce n'était qu'un jeu. Et il aurait dû le savoir. Un simple flirt sans aucune arrière pensée. Il aurait dû refuser ce satané verre. Il aurait dû... Il aurait dû s'éloigner de l'endroit dès l'instant où il a vu Cesare. Il a fait le mauvais choix ce soir. Encore. Alors il va en faire un autre de choix, quand ce type, alors que Vasco en sera à son troisième verre, viendra l'aborder. Il fera le choix de repartir avec un énième inconnu, de se perdre dans ses draps en pensant à Cesare.

En ne pensant qu'à lui.


(c) sweet.lips


Am I gonna swim, am I gonna sink ? Am I gonna bend, am I gonna break ? Am I gonna fly, am I gonna fall ? Am I gonna live, gonna lose it all ?
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
[Terminé] Crawling in my skin [Cesare] - Page 2 Empty
Sujet: Re: [Terminé] Crawling in my skin [Cesare] ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [Terminé] Crawling in my skin [Cesare] -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2