Revenir en haut
Aller en bas


 

- [Terminé] It's always darkest before the dawn -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Hôpital de Maria di Loreto Nuovo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Tina CambiasoToujours frais après un litre de café
Tina Cambiaso
http://www.ciao-vecchio.com/t3136-i-never-want-to-hear-you-say-i http://www.ciao-vecchio.com/t3155-this-could-be-the-start-of-something-new
Faceclaim : aishwarya rai, ealitya // signature : batphanie
Messages : 1073 - Points : 2119
[Terminé] It's always darkest before the dawn  4K7dJ27
Âge : 43 ans, mais elle ment sur son âge, des fois elle dit plus, très souvent elle dit moins
Métier : gérante d'une boutique de vêtements
[Terminé] It's always darkest before the dawn  Empty
Sujet: [Terminé] It's always darkest before the dawn ( le Sam 2 Fév 2019 - 22:22 )
Plongée dans un silence pesant dans lequel elle s’était réfugiée depuis plusieurs jours déjà, seul le bip incessant de la machine à laquelle était reliée sa fille indiquait un semblant d’activité dans sa chambre. Assise à ses côtés, les yeux gonflés par les larmes qu’elle avait versées et rougis par le chagrin, les yeux de l’Indienne restaient fixés sur l’activité cardiaque de sa fille. A plusieurs reprises, elle avait voulu se saisir de la main de Priya et la serrer contre elle, afin qu’elle puisse se rendre compte qu’elle n’était pas seule et que sa mère était à ses côtés, mais elle n’en fit rien. Gagnée bien vite par ses craintes infondées, elle avait peur que l’état fragile dans lequel était plongé sa fille ne s’aggrave à son contact. C’était stupide, oui. Mais elle qui n’avait jamais accepté que sa fille grandisse et la voyait toujours comme un bébé, la traitait également comme tel lorsqu’elle était malade. Contrairement aux autres fois où elle pouvait jouer les infirmières de fortune pour qu’elle se rétablisse, elle ne pouvait rien faire et surtout, elle ne l’osait pas. Aussi, elle évitait de respirer trop fort, comme si le moindre son pourrait la réveiller du sommeil paisible dans lequel elle était plongée. Inconsciemment, la maman avait synchronisé les battements de son cœur à ceux de sa fille pour aider le sien à continuer de battre dans sa poitrine. Peu importe l’allure qu’elle choisirait d’adopter, Tina s’adapterait que jamais il ne batte seul. Si son visage légèrement défiguré à cause de l’explosion aurait sûrement provoqué une crise de nerfs chez Priya, aux yeux de Tina elle restait toujours la plus jolie fille qu’elle ait jamais vue, et elle ne le pensait pas seulement parce qu’elle était sa mère. Mais parce que c’était vrai. Dans un geste inconscient, elle avança sa main pour lui caresser le visage, mais suspendit son geste lorsque ses yeux se posèrent à nouveau sur les tubes plantées dans sa peau.

Un soupir traversa les lèvres de l’Indienne qui préféra reporter son regard sur ce qu’elle avait décidé de faire initialement. Dans les affaires de sa fille, elle avait trouvé un journal de bord dans lequel elle notait tout et n’importe quoi. Ce n’était pas tellement un journal intime, mais juste quelque chose qu’elle avait commencé à tenir pour ne pas perdre la trace des choses qu’elle faisait dans la journée pour pouvoir les raconter à Tina lorsqu’elles se téléphonaient. Ça avait l’air stupide comme ça, mais elle avait commencé à l’écrire après une plaisanterie de l’Indienne qui lui avait dit qu’au lieu de taper des légendes sous ses photos Instagram, qu’elle ferait mieux d’écrire des choses pour elle. Si en feuilletant le journal elle avait trouvé une photo d’elles ainsi que des notes comme « Dire à maman qu’aujourd’hui j’ai vu un chien à trois pattes dans la rue et que j’ai pleuré devant son propriétaire », elle remarqua vite les pages blanches où elle avait cessé d’y noter quoi que ce soit. Le sourire que les mots de sa fille avaient réussi à dessiner sur son visage s’évanouit aussi rapidement qu’il était arrivé pour ramener la jeune femme à une réalité douloureuse. Sans l’accord de Priya, elle avait décidé de tenir le journal à sa place pour qu’elle ait de quoi lui raconter lorsqu’elle sortirait de ce coma. Peu importe le temps que ça lui prendrait, pas un jour ne passerait sans qu’elle n’écrirait quelque chose à sa fille, et ça même si elle n’avait pas grand-chose à lui dire. Elle trouverait bien.

Au moment où la mine de son stylo toucha le papier, elle entendit toquer à la porte, la faisant presque sursauter. Toujours sans dire un mot, elle fixa la porte pour voir si elle allait s’ouvrir ou pas, et au bout de quelques secondes elle découvrit le visage de Latisha qui avait pris son silence pour son consentement à ce qu’elle entre dans la chambre. Elle ne saurait dire si elle était contente de la voir ou si elle aurait souhaité qu’elle la laisse pour qu’elle soit seule avec sa fille, mais comme elle était déjà là… « Salut. » Lâcha l’Indienne sans intonation particulière, surprise d’entendre le propre son de sa voix, n’ayant prononcé aucun mot depuis trop longtemps pour quelqu’un comme Tina.


my torturer became my remedy
So we're gonna heal, we're gonna start again. You've brought the orchestra. Synchronized swimmers, you are the magician. Pull me back together again the way you cut me in half. Make the woman in doubt disappear. Pull the sorrow from between my legs like silk, knot after knot after knot.. ▬ The audience applauds...


Dernière édition par Tina Cambiaso le Lun 8 Avr 2019 - 23:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Latisha JonesLe vin est un puissant lubrifiant social
Latisha Jones
http://www.ciao-vecchio.com/t3948-personne-n-est-jeune-apres-qua http://www.ciao-vecchio.com/t3961-tish-petite-citation-a-venir
Faceclaim : Gabrielle Union
Messages : 590 - Points : 997
Son coeur est meurtri par l'état de son fils.
Âge : 40 ans
Métier : Courtière
[Terminé] It's always darkest before the dawn  Empty
Sujet: Re: [Terminé] It's always darkest before the dawn ( le Mer 6 Fév 2019 - 19:22 )
J'embrassais mon fils une dernière fois et refermais la porte derrière moi. Je ne pouvais m'empêcher de me mettre à sangloter une fois seule dans les couloirs, je relâchais la pression et surtout cette façade que je m'étais construite ces derniers jours pour paraître forte à ses yeux. Alors qu'il était bien plus fort que moi, il avait survécu à cette explosion, il ne pourrait sans doute, plus avoir l'usage de ses jambes et pourtant, il me souriait et essayait de me réconforter. Je fis en sorte d'avancer jusqu'à l'un de ces sièges que l'on trouve souvent dans les hôpitaux et me laissais tomber dessus, le corps presque aussi fragile que celui de Devon.

Je restais ainsi de longues minutes, laissant les émotions parcourir mon corps. Je n'arrivais pas à me faire à l'idée que je venais presque de perdre mon fils, cela était tout simplement inconcevable. J'avais battit ma vie autour de cette être que j'aimais tant. Un être qui m'avait apporté de la lumière, du bonheur et surtout une nouvelle façon de voir la vie. Il avait fait de moi ce que j'étais aujourd'hui, une meilleure personne, il était tout simplement ma bénédiction.

Je lui avais fait une promesse, celle d'aller voir Priya. J'aurai pu le faire bien plus tôt, mais voir mon amie Tina dans un état similaire au mien me terrorisait, ce qui me dévastait encore plus était de voir Priya branchée à tous ces tubes sans même pouvoir entendre sa voix. Mon fils avait été plus chanceux, il était, certes, toujours dans un état périlleux, mais nous avions pu échanger des mots. J'avais pu lui dire à quel point je l'aimais, ce qu'il représentait pour moi et que je pouvais donner ma vie pour le sortir de cette situation. J'avais pu sentir l'étreinte de ses bras autour de mes épaules et sa voix prononcer le mot maman. J'avais cette culpabilité au fond de moi, une culpabilité que Devon m'avait partagé également. Il aurait voulu être à la place de Priya, mais les choses s'étaient passées autrement, il me parlait et elle était plongée dans un monde parallèle. Il fallait que je parle à Tina que je lui dise pour nos enfants, mais également que je la soutienne. Nous étions amies depuis des années, nous avions toujours voulu voir nos enfants se marier et nous faire de petits enfants. Des rêveries de mamans nous disaient-ils. Pourtant, ce soir Devon m'avait tout avoué. Il aimait Priya, ils s'étaient toujours aimés. Ils avaient pour projets d'emménager ensemble, suite au voyage en Europe qu'ils avaient fait. Ils avaient même prévu de nous en parler, car se cacher devenait trop compliqué. Il était meurtri, meurtri à l'idée de perdre celle qu'il rêvait d'épouser.

Une fois devant la porte de la chambre de Priya, je fis en sorte d'effacer tout signe qui pouvait trahir mon lâcher prise des minutes qui précédaient et après avoir toqué j'entrais dans la pièce. Elle était aussi triste que celle dans laquelle se trouvait Devon. On pouvait entendre les bruits du battement de coeur de la fille de mon amie, le bruit de la machine qui l'aidait à respirer et surtout on pouvait ressentir à travers toute la pièce la tristesse qui parcourait le corps de l'indienne. “...Lut..” Mes lèvres étaient devenues lourdes comme de la pierre, c'était la seule chose que j'avais réussi à dire. Ma respiration devint bien plus saccadée que celle que j'avais juste avant, je retenais à nouveau mes sanglots. Sans dire mots, je vins m'asseoir à côté de Tina et pris sa main dans la mienne, légèrement tremblante.

Je ne savais pas quoi dire à mon amie, je pouvais essayer de la rassurer, lui dire des mots qui la réconfortaient, mais ça serait dire des balivernes. Sa fille était entre la vie et la mort, j'aurai beau lui dire de belles choses, elle ne se sentira pas mieux pour autant. Je soupirais tout en baissant la tête un instant.

J'éclaircissais ma voix avant de m'adresser à la jeune fille dans son lit. “Priya…” Pendant un cours instant je pensais à mon fils et à ce qu'il pouvait ressentir également. “ Il t'aime….il m'a dit de te dire qu'il t'aime ma chérie.” Je resserrais ma main sur celle de mon amie tout en m'adressant à sa fille. Une larme roula sur ma joue. Je regardais Tina, perdue parce qu'il nous arrivait. “Ils s'aiment ma chérie” m'adressant cette fois-ci à Tina. “Ils se sont toujours aimés et ne nous l'avait jamais dit.” Je ne savais pas expliquer pourquoi je me contentais de répéter cela, mais c'est comme si l'amour qui unissait nos deux enfants allaient leur permettre de s'en sortir. “Il est ici également….quelques chambres plus loin…”


Feeling SadJust Dance
Revenir en haut Aller en bas
Tina CambiasoToujours frais après un litre de café
Tina Cambiaso
http://www.ciao-vecchio.com/t3136-i-never-want-to-hear-you-say-i http://www.ciao-vecchio.com/t3155-this-could-be-the-start-of-something-new
Faceclaim : aishwarya rai, ealitya // signature : batphanie
Messages : 1073 - Points : 2119
[Terminé] It's always darkest before the dawn  4K7dJ27
Âge : 43 ans, mais elle ment sur son âge, des fois elle dit plus, très souvent elle dit moins
Métier : gérante d'une boutique de vêtements
[Terminé] It's always darkest before the dawn  Empty
Sujet: Re: [Terminé] It's always darkest before the dawn ( le Ven 8 Fév 2019 - 3:46 )
Les salutations de la métisse étaient aussi fatiguées que les siens. Et tant mieux, Tina n’avait pas l’énergie nécessaire pour gérer un dynamisme supérieur au sien. Elles se regardèrent pendant de longues secondes, laissant leurs regards et leurs visages tristes parler à leur place. Il était inutile de demander comment elles allaient, l’endroit où elles se trouvaient était assez significatif. L’endroit où Tina était assise était encore plus significative. Elle allait mal, faisait mine d’aller bien, et appréciait que son amie ne souligne pas son état en évitant de poser la question. Parce qu’elle savait qu’en sa présence, elle ne pourrait pas mentir et se mettrait à pleurer dès le moment où elle ouvrirait la bouche.

Du coin de l’œil tandis qu’elle avait reporté son regard sur le visage endormi de sa fille, elle vit la jeune femme se déplacer pour s’asseoir à côté d’elle. Même en la sentant lui saisir la main, elle ne lui adressa pas un regard, préférant presser sa paume contre celle de la métisse. Elle ne saurait dire si ce geste lui faisait réellement du bien, mais avoir une main à serrer réchauffait son cœur. Elle ne pouvait pas tenir celle de sa vie de peur de la blesser encore plus à cause de son état fragile, alors le geste de Tish était plus que bienvenue. Lorsqu’elle brisa le silence, à la simple prononciation du prénom de sa fille, Tina fondit en larmes et se plaqua une main contre la bouche pour essayer de rester le plus silencieuse possible, alors que son corps se secouait de sanglots. Elle s’était promis de ne plus pleurer parce qu’elle ne voulait pas que sa tristesse se fasse sentir dans la pièce, pourtant il avait fallu d’un seul mot pour qu’elle laisse tout son chagrin l’envahir. La voix de son amie avait quelque chose de beaucoup trop lourd pour ses maigres épaules, sans vraiment savoir pourquoi. Mais le poids qu’elle avait laissé tomber au simple « Priya » qu’elle lâcha, avait suffi pour débloquer toute la peine que l’Indienne essayait de contenir au maximum. Et les mots qui suivirent n’arrangèrent pas les choses. Osant détourner enfin le regard de sa fille, elle fronça légèrement les sourcils pour savoir pourquoi est-ce qu’elle parlait d’amour au nom de son fils. « Quoi ? » S’enquit Tina, à présent perdue. Qui aimait qui ? Et pourquoi il ne le lui disait pas lui-même ? Voyant les questions apparaître sur le visage de l’Indienne, Tish clarifia les choses de façon simple. Leurs enfants s’aimaient, et avaient préféré cacher leur amour. Sûrement parce qu’elles savaient que si elles l’apprenaient, elles ne les auraient pas lâchés pour savoir quand est-ce qu’ils comptaient se marier ou autre. De vraies mères chiantes, quoi. Partagée, elle était à la fois heureuse de savoir que ses prières avaient enfin été écoutées, mais à la fois triste de l’apprendre de cette façon. « C’est drôle. » Arriva-t-elle à articuler. « On avait toujours rêvé que ce jour arrive et… » Elle n’osa même pas terminer sa phrase, lâchant un soupir de tristesse. « Je suis désolée. » Dit-elle en reportant son regard sur Priya. « Pour Devon. Je… j’ai appris qu’il était là aussi, mais je n’ai pas eu la force de la quitter. » Mais ça ne voulait pas dire qu’elle ne pensait pas à son amie, juste qu’elle était occupée à gérer son propre chagrin. Dans un nouveau soupir, elle offrit un sourire timide à la métisse, sans joie mais plein d’empathie, et pressa un peu plus sa paume contre la sienne. « Comment va-t-il ? » S’enquit Tina en essuyant les larmes qui coulaient le long de ses joues, avant de faire la même chose avec les joues de Tish. « Assez de larmes, sinon on aura les yeux rouges à son réveil et elle va se moquer. » Elle lâcha un petit rire forcé. Parce que tout ce qu’elle faisait là, était forcé. Elle restait assise pour ne pas se rouler en boule dans un coin et pleurer toutes les larmes de son corps. Elle ne parlait pas parce que la boule qui s’était logée au fond de sa gorge ne ferait que grossir si elle mettait à émettre la moindre parole. Elle ne quittait pas la chambre de sa fille parce qu’elle avait peur de ne pas être à ses côtés lors de son réveil, ou… Non. Elle ne penserait pas à ça. Là encore, elle se forçait à ne pas penser à l’éventualité qu’elle ne se réveille jamais.


my torturer became my remedy
So we're gonna heal, we're gonna start again. You've brought the orchestra. Synchronized swimmers, you are the magician. Pull me back together again the way you cut me in half. Make the woman in doubt disappear. Pull the sorrow from between my legs like silk, knot after knot after knot.. ▬ The audience applauds...
Revenir en haut Aller en bas
Latisha JonesLe vin est un puissant lubrifiant social
Latisha Jones
http://www.ciao-vecchio.com/t3948-personne-n-est-jeune-apres-qua http://www.ciao-vecchio.com/t3961-tish-petite-citation-a-venir
Faceclaim : Gabrielle Union
Messages : 590 - Points : 997
Son coeur est meurtri par l'état de son fils.
Âge : 40 ans
Métier : Courtière
[Terminé] It's always darkest before the dawn  Empty
Sujet: Re: [Terminé] It's always darkest before the dawn ( le Mar 12 Fév 2019 - 16:12 )
Je n'avais pas pris le temps d'écrire à mon amie jusqu'à présent. Non pas parce que sa fille ne m'intéressait pas ou que je n'avais pas de compassion pour elle, mais tout simplement, car je vivais à peu près la même situation qu'elle. On ne s'attend jamais à recevoir un coup de fil, nous disant que notre enfant a eu un accident et qu'il est entre la vie et la mort. À cet instant, je n'ai pensé qu'à lui et à rien d'autre. Je savais que je n'avais pas besoin de l'expliquer à Tina, car elle était dans la même situation que moi. Je ne savais pas si elle était au courant que nos deux enfants étaient ensemble au moment de l'accident, mais je l'étais et je savais qu'elle était autant en souffrance que moi, alors pas besoin de lui faire des dessins.

Me voilà face à elle, aussi débraillée, aussi cassée qu’elle. J’avais un peu meilleure mine grâce au réveil de Devon qui m’avait un peu redonné le sourire, mais j’avais tant puisé dans mon énergie que mon corps ne suivait pas réellement. Il a suffit d’une fraction de seconde pour que nos vies basculent et voilà l’état dans lequel nous nous trouvions. Toutes les deux misérables aux paroxysme de notre état et de notre allure normale. Toujours tirée à quatre épingle, voilà que l'apparence ne comptait plus, voilà que l’âge qu’on dégageait n’était qu’un sujet futile. Nos enfants allaient mal et par conséquent nous étions aussi mal qu’eux.

Une fois au côté de mon amie, je n'ose pas la regarder, tout simplement, car je risquerai de craquer et je me dois d'être forte pour elle. Du moins, je ne veux pas lui imposer ma souffrance en plus de celle qu'elle endure déjà toute seule. Sa main est glacée, tout autant que la mienne, nous n'échangeons aucuns mots dans un premier temps, avant que je m'adresse à sa fille. Parler de Devon me fait du bien, j'ai l'impression que la bataille est terminée pour lui et qu'il est tiré d'affaire. Je me sens béni, par je ne sais quelle puissance céleste. Je suis reconnaissante d'avoir eu une conversation avec lui, d'avoir pu lui dire que je l'aimais et l'entendre en retour. Je me sens bénie par ses confidences. J'avais toujours espéré que Priya devienne ma belle fille, je n'aurai pas pu imaginer mieux qu'elle et c'est dans le pire moment que je découvre qu'elle l'était déjà en secret. Je me mets déjà à espérer des petits-enfants et à rêver de ce moment où ils viendront nous dire qu'ils attendent un enfant. Peut-être un peu précipité, mais je ne peux m'en empêcher. Je nous vois Tina et moi, nous chamailler pour savoir qui sera la meilleure grand-mère, puis, je reviens à la réalité. Priya est là sur ce lit, elle est ma belle-fille, mais elle est mal, très mal. Mon fils, à présent, souffre de douleur physique et psychique, la femme qu'il aime est dans un état grave. Il doit supporter les douleurs que son corps lui fait subir, mais également celle de son cœur et de son amour pour elle.

Lorsque je parle à la jeune fille, je ne peux contenir mes larmes, car oui, Tina et moi avions tant espéré ce moment, mais dans aucun des scénarios que nous avions imaginés, il était question d'hôpital. Je me mets à rire nerveusement tout en pleurant, cette nouvelle me permettait de tenir un peu, de savoir qu'ils n'allaient pas se battre uniquement pour l'amour de leur mère, mais également pour l'amour qu'ils avaient l'un pour l'autre. “On ne l'avait juste pas imaginé ainsi…” Je posais mon autre main sur celui de mon amie, comme si une seule main n'était pas suffisante pour lui dire à quel point je l'aimais et à quel point j'aimais nos enfants. “Ils étaient ensemble d'après ce que l'on m'a dit….mais Priya était plus proche de la zone d'impact...certainement pour cela que Devon s'est déjà réveillé…” Il m'avait expliqué, qu'il accourait pour venir en aide à sa bien-aimée, avant que tout parte en fumée. “Je ne sais pas….” Puis, il n'était plus question de pensée aux petits enfants, mais à cette horrible tragédie et encore une fois mes chaudes larmes se déversaient à tout allure sur mon visage. “...l'usage de ses jambes est compromit et il doit rester au calme, car son cœur n'est pas stable…” Je me sens mal de parler ainsi de lui alors qu'elle n'a même pas pu échanger un mot avec la sienne. Je ne veux pas lui paraître injuste ou égoïste d'être réjoui par le réveil de mon fils. “Ca tient presque du miracle qu'il ait réussi à me parler..” un miracle que Tina espérait certainement également. Je n'ajoute plus rien et lâche la main de mon amie pour attraper un mouchoir et essayer de sécher mes larmes.
“Oui tu as raison….elle va se moquer de nous et nous dire que nous avons été très dupe de penser qu'il ne se passait rien entre elle et Devon.” Je préfère repenser aux bons moments et quel meilleur instant que d'imaginer nos deux enfants ensemble. Nous avions peur pour Priya lorsqu'elle est partie en Europe, puis dès le moment où nous savions que Devon était avec elle, nous étions plus sereine.


Feeling SadJust Dance
Revenir en haut Aller en bas
Tina CambiasoToujours frais après un litre de café
Tina Cambiaso
http://www.ciao-vecchio.com/t3136-i-never-want-to-hear-you-say-i http://www.ciao-vecchio.com/t3155-this-could-be-the-start-of-something-new
Faceclaim : aishwarya rai, ealitya // signature : batphanie
Messages : 1073 - Points : 2119
[Terminé] It's always darkest before the dawn  4K7dJ27
Âge : 43 ans, mais elle ment sur son âge, des fois elle dit plus, très souvent elle dit moins
Métier : gérante d'une boutique de vêtements
[Terminé] It's always darkest before the dawn  Empty
Sujet: Re: [Terminé] It's always darkest before the dawn ( le Mar 26 Fév 2019 - 18:59 )
[justify]L’Indienne ignorait si la présence de son amie dans la chambre lui faisait du bien ou pas. Tout comme elle ignorait si parler de sa fille à voix haute l’aidait réellement. Le son de sa voix avait beau essayé de se montrer optimiste, elle voyait bien la pitié dans le regard des gens qui lui présentaient déjà leurs condoléances. Elle avait cette boule à la fois dans son ventre et dans sa gorge qui grossissait à mesure que passait les secondes, à cause de toute la peine qu’elle ne savait pas comment laisser sortir. Elle pleurait, oui. Mais il y avait plus que les larmes qu’elle stockait et dont elle ne savait pas comment se débarrasser. Il y avait aussi cette part de culpabilité avec laquelle elle vivait chaque jour et dont elle en savait pas comment atténuer. Elle n’était pas certaine qu’elle aurait pu faire quoi que ce soit si elle avait été sur les lieux de l’accident, mais quelque part elle remettait toutes les décisions qu’elle avait prise jusqu’à ce jour, en question. Et ça remontait à loin. Elle se souvient de la période où après le décès de son mari, ses parents avaient voulu qu’elle rentre en Inde pour qu’elle soit proche de sa famille qui l’aiderait à élever sa fille. Par orgueil et pour ne pas dépayser Priya, elle avait refusé parce qu’elle n’aimait pas les regards de pitié qu’ils posaient sur elle. Mais avec le recul, elle se dit qu’elle aurait peut-être mieux fait d’accepter. Ca aurait peut-être été la meilleure décision qu’elle aurait pu prendre de toute sa vie, pour protéger son enfant d’un malheur éloigné qui ne se serait peut-être jamais produit.

Un soupir traversa ses lèvres, posant à nouveau ses yeux sur Priya qui dormait paisiblement, tandis qu’elle se força à afficher un sourire avant de demander les nouvelles de Devon. Avec attention, Tina écouta son amie en hochant parfois la tête pour faire signe qu’elle avait entendue. Elle serra un peu plus sa main dans celle de Tish, ne sachant pas vraiment quoi dire. La situation était délicate et il n’y avait pas vraiment de mots capable d’exprimer ce que ressentaient les deux mamans, qui veillaient au chevet de leur enfant depuis déjà plusieurs jours. « Je suis sûre qu’il va s’en sortir. » Souffla l’Indienne, un sourire au coin des lèvres accompagnant ses paroles. Elle n’avait pas la science infuse et en temps normal elle aurait refusé d’insuffler un vent d’espoir alors que l’état critique dans lequel se trouvait Devon impliquait qu’il y avait peu de chance de survie. Mais si Tish perdait espoir alors que son fils avait réussi à lui parler, alors que devait-elle faire ? Abandonner et commencer à faire le deuil de son enfant ? Non. Il était hors de question.

Dans un geste lent, elle se servit dans le paquet de son amie pour récupérer un mouchoir, et sécha ses larmes avant de le rouler en boule dans sa main. A nouveau elles furent plongées dans le silence que leur offrait la chambre, avec pour seul bruit, le bip des machines sur lesquels étaient branchée Priya. Elle essaya d’ouvrir la bouche pour rendre la situation moins pesante, mais tout ce qu’elle arrivait à faire à chaque fois qu’elle essayait de parler, c’était de retenir un sanglot qui menaçait de s’échapper. Les choses n’étaient pas supposées se passer comme ça, et pourtant elles étaient là. Pendant quelques secondes, Tina osa tourner la tête dans la direction de la métisse avant de prendre une profonde respiration. « Les médecins ont si peu confiance en elle. » Lâcha-t-elle finalement. « Ils pensent que je devrais me préparer au pire, mais je ne sais pas s’ils se rendent compte de ce qu’ils me demandent. » Une larme roula à nouveau le long de sa joue mais elle l’essuya aussitôt d’un revers de la main. Balayant la pièce du regard pour se donner un minimum de contenance, elle posa les yeux sur son sac qu’elle avait posé au coin du lit et se leva finalement sans dire un mot. L’Indienne récupéra son sac et le rapporta sur sa chaise, sentant le regard interrogateur de son amie sur elle. Pour toute réponse, elle sortit une petite statue de Ganesh qui ne la quittait pas depuis ces quelques jours, et la posa près de sa fille. Se rasseyant à côté de Tish, elle lui tendit ensuite la main pour qu’elle la saisisse. « Tu veux bien prier avec moi ? Je me dis qu’à deux, peut-être que quelqu’un arrivera à m’entendre et à me ramener ma fille. »


my torturer became my remedy
So we're gonna heal, we're gonna start again. You've brought the orchestra. Synchronized swimmers, you are the magician. Pull me back together again the way you cut me in half. Make the woman in doubt disappear. Pull the sorrow from between my legs like silk, knot after knot after knot.. ▬ The audience applauds...
Revenir en haut Aller en bas
Latisha JonesLe vin est un puissant lubrifiant social
Latisha Jones
http://www.ciao-vecchio.com/t3948-personne-n-est-jeune-apres-qua http://www.ciao-vecchio.com/t3961-tish-petite-citation-a-venir
Faceclaim : Gabrielle Union
Messages : 590 - Points : 997
Son coeur est meurtri par l'état de son fils.
Âge : 40 ans
Métier : Courtière
[Terminé] It's always darkest before the dawn  Empty
Sujet: Re: [Terminé] It's always darkest before the dawn ( le Dim 10 Mar 2019 - 19:40 )
La situation est si étrange. Nous sommes deux femmes, en général, plutôt enjouée, nous ne nous prenons pas trop au sérieux, ces derniers temps, on profite de la vie et de la quarantaine. Je dois même avouer que ces derniers mois, je me suis plus comportée comme une jeune fille de vingt ans qu'une mère de quarante. Aujourd'hui, je regrette de ne pas avoir passé plus de temps avec mon fils, de ne pas avoir plus voyagé avec lui, de ne lui avoir pas plus dit à quel point je l'aimais. Pour être honnête, je pense qu'aujourd'hui, je serais une tout autre personne s'il n'avait pas débarqué ainsi dans ma vie. Peut-être une camée ou encore une voleuse, voir même morte. Ou alors j'aurais été une prêcheuse, si je m'étais conformée aux souhaits de mes parents. Ma vie n'aurait pas du tout été heureuse. Il a été la lumière de ma vie, ma raison de respirer, à chaque fois que je ne me sentais plus capable de faire quelque chose, il me suffisait de regarder Devon pour me relever et me battre plus fort.À chaque fois que je voulais abandonner, je ne pouvais pas, car j'avais une bouche à nourrir, des câlins à prodiguer, de l'amour à partager. Très souvent, on me fait des remarques sur ma vie, sur le fait que je n'ai jamais été mariée ou que je ne suis pas stable en amour, mais quoi de plus stable que celui que je porte pour mon fils? Il ne m'a jamais trahi et ne pourra jamais le faire. Il ne m'a jamais fait du mal, car même lorsqu'il faisait des erreurs, il apprenait de ses leçons, quoi de plus beau que l'amour qu'il me porte et sa façon de m'appeler maman? À chaque fois que j'entends ce mot, je sais que j'ai accompli mon devoir. Il est un être si compatissant, si respectueux envers les femmes, je suis fière de ce qu'il est devenu. Je n'aurais clairement pas pu rêver mieux comme fils. Imaginer à présent, qu'il ne pourrait pas aller mieux me brise le coeur, c'est juste insurmontable. Je préfère mourir et lui donner ma vie plutôt qu'il parte et me laisse seule ici. “Ils vont s'en sortir!” C'est bouleversé que je lui répond cela, la douleur que j'éprouve doit être la même pour Tina et encore, j'ai eu la chance de parler à Devon alors que Pryia est toujours rattaché à tous ces tubes sans dire un mots, ou faire un signe.

Dans ce genre de situation, il n'y a rien qui puisse réconforter une maman, je sais que j'aurai beau lui dire tout ce que je veux, tant que sa fille n'aura pas ouvert un oeil ça ne servira à rien. “Ne les écoute pas, ils ont un répertoire de ce qu'il faut répéter dans ce genre de situation...et ils te l'ont servi.” Il est juste impensable de dire à une mère de se faire à l'éventualité que son enfant ne va pas survivre. Je ne pourrais jamais aller dans ce sens là, mais je ne peux pas non plus essayer de rassurer mon amie, car je n'ai ni envie de lui mentir, ni envie de lui donner de faux espoirs. Je ne peux pas lui demander de sécher ses larmes, car c'est la seule façon d'extérioriser ce qu'elle a sur le coeur. Je suis un peu déconcertée par la requête de mon amie. Bien plus pieuse que moi, elle me demande de prier avec elle. Rien de choquant en soi, j'imagine que c'est ce que la plupart des gens feraient. Pourtant, je ne l'ai pas fait. Très certainement de peur d'être confrontée à une réalité ou une illumination que je redoute. Mes parents nous ont toujours soutenus que nous étions une famille spéciale, une famille de prêcheur. Le Saint Esprit était en nous et nous nous devions de l'accepter. Mon erreur a peut-être été de le refuser, peut-être est-ce lui qui se manifeste aujourd'hui et qui me donne une leçon. Pourtant, malgré tout ce qu'il se passe, rien ne vient à moi, je ne sais pas comment m'y prendre, je me laisse simplement guider par l'indienne, ferme les yeux, sers sa main et prie avec ferveur.


Feeling SadJust Dance
Revenir en haut Aller en bas
Tina CambiasoToujours frais après un litre de café
Tina Cambiaso
http://www.ciao-vecchio.com/t3136-i-never-want-to-hear-you-say-i http://www.ciao-vecchio.com/t3155-this-could-be-the-start-of-something-new
Faceclaim : aishwarya rai, ealitya // signature : batphanie
Messages : 1073 - Points : 2119
[Terminé] It's always darkest before the dawn  4K7dJ27
Âge : 43 ans, mais elle ment sur son âge, des fois elle dit plus, très souvent elle dit moins
Métier : gérante d'une boutique de vêtements
[Terminé] It's always darkest before the dawn  Empty
Sujet: Re: [Terminé] It's always darkest before the dawn ( le Lun 8 Avr 2019 - 23:03 )
Ne pas croire ce que disait les médecins était le seul espoir auquel se raccrochait l’Indienne pour ne pas sombrer dans la tristesse. Pendant tout le temps où elle était restée au chevet de sa fille, elle avait parcouru Internet pour lire des histoires de coma et de réveil. Et de certains témoignages qu’elle avait lu, elle avait retenu une seule chose : que dans certains cas les patients se relevaient. Certes ils étaient dans un état beaucoup moins critique que celui de Priya, mais ça ne voulait pas dire que des miracles ne pouvaient pas se produire pour elle aussi. Dans un soupir, elle accorda un nouveau regard à sa fille qui dormait toujours paisiblement et l’espace de quelques instants, elle se demandait à quoi elle rêvait. Enfin, elle se demandait si elle rêvait tout court. Et ensuite, est-ce qu’elle pouvait l’entendre. Si c’était le cas, elle saura qu’à aucun moment elle n’avait baissé les bras et avait toujours cru en ses forces de se réveiller.

Après un moment qui parut bien long à la jeune femme, elle se tourna à nouveau vers son amie et lui fit une demande inhabituelle : celle de prier avec elle. Elles ne pratiquaient pas la même religion, mais aux yeux de Tina, il n’y avait plus de place à la différence lorsque la douleur prenait le dessus. Elles étaient deux mamans qui avaient besoin de quelque chose à se raccrocher. Et comme elles ne pouvaient pas se fier aux avis des médecins, elles devaient prendre les choses en main elles-mêmes. Un sourire étira doucement les lèvres de l’Indienne qui hocha la tête avant de prendre la main de Tish dans la sienne. Après avoir jeté un rapide coup d’œil vers la porte qui n’autorisait pas qu’elle allume des bougies, elle craqua rapidement une allumette pour allumer la petite lampe qu’elle avait amené avec elle, et reprit la main de la métisse. Assise à son lit, elle prit la main de Priya dans sa main libre et adressa un hochement de tête à son amie pour lui dire qu’elles pouvaient commencer. Peu importe la langue dans laquelle cette dernière prierait. Peu importe le Dieu vers lequel elle se tournerait. Tout ce que voulait Tina c’était que quelqu’un là-haut écoute leurs prières et donnent à ces mamans ce qu’elles désiraient le plus au monde. A savoir leurs enfants. Au bout de quelques secondes, la pièce fut à nouveau plongée dans le silence où on ne pouvait entendre que le bip des machines reliées à Priya, ainsi que des bruits de couloirs qui ne furent pas assez puissants pour perturber les deux femmes. Une larme roula le long de la joue de Tina qui ne l’essuya pas, par peur de se déconcentrer dans sa requête vers n’importe quelle divinité susceptible de lui répondre. Mais elle restait persuadée que parce que sa demande venait d’un endroit où il n’y avait que de l’amour, qu’on lui rendrait très vite son enfant.

Fin.


my torturer became my remedy
So we're gonna heal, we're gonna start again. You've brought the orchestra. Synchronized swimmers, you are the magician. Pull me back together again the way you cut me in half. Make the woman in doubt disappear. Pull the sorrow from between my legs like silk, knot after knot after knot.. ▬ The audience applauds...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
[Terminé] It's always darkest before the dawn  Empty
Sujet: Re: [Terminé] It's always darkest before the dawn ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [Terminé] It's always darkest before the dawn -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Hôpital de Maria di Loreto Nuovo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut