Revenir en haut
Aller en bas


 

- [Terminé] Tina | Là pour toi -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Hôpital de Maria di Loreto Nuovo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Dante GaleoneLe vin est un puissant lubrifiant social
Dante Galeone
http://www.ciao-vecchio.com/t4987-dante-o-let-s-set-fire-to-the- http://www.ciao-vecchio.com/t2254-dante-o-never-open-up-so-afraid-to-trust
Faceclaim : Jamie Dornan © lumos solem.
Messages : 13733 - Points : 10420
[Terminé] Tina | Là pour toi - Page 2 Tumblr_inline_ox3w8tIB3g1tokatx_400
Âge : trente-six ans.
Métier : commandant de bord pour la compagnie aérienne Alitalia.
[Terminé] Tina | Là pour toi - Page 2 Empty
Sujet: Re: [Terminé] Tina | Là pour toi ( le Mar 19 Mar 2019 - 22:22 )
Ils sont restés ensemble deux ans, tout de même. Deux années à se supporter, à parfois trouver le temps long, à se croiser dans les avions, ou même à travailler pendant des heures, de manière plus que professionnelle, en laissant leur vie privée de côté. C’était une belle histoire, mais quelque chose lui manquait. Surtout, il avait une femme avec qui il n’avait pas encore exploré toutes les possibilités, installée dans cette ville. Comment aurait-il pu avancer en sachant très bien que sa tête, son esprit, son âme, appartenaient à Leila ? Il avait besoin d’aller jusqu’au bout, voir comment les choses allaient évoluer, sans se douter une seconde que ça prendrait ce chemin. S’il avait su, il n’est pas certain qu’il serait resté avec Natalina. Entre eux, comme il vient de l’affirmer, ça ne marchait pas. Il l’aime beaucoup, c’est vrai. C’est une personne pour qui il a beaucoup d’estime et qui sait être là quand il a besoin, mais parfois, les sentiments ne se maîtrisent pas. « Je ne cherche pas à prendre toute la misère du monde. » soupire-t-il. D’un point de vue extérieur, c’est vraiment le cas ? Dante ne le réalise pas, lui. Il agit naturellement, comme ça lui vient, ne cherche pas à aller à l’encontre de sa personnalité. Peut-être devrait-il ne pas prendre certaines situations à cœur, s’en éloigner, mais il n’y arrive pas toujours. Ce n’est pas une éponge, mais presque. Silencieux, l’italien attend sa nouvelle perception des choses. Il sait qu’elle a raison, qu’il s’embarque une nouvelle fois dans une histoire compliquée, qui va peut-être lui faire perdre les pédales, mais s’il ne peut s’empêcher de se sentir concerné, il s’oblige à garder ses distances, au moins un peu. « Tina… » murmure-t-il, en cherchant ses mots, tout en la laissant continuer. Bien sûr qu’il voudrait, pour une fois, passer au premier plan, être prioritaire, qu’on le voie réellement, lui. Il a souvent été habitué à être deuxième, à commencer par sa mère qui n’a pas su faire de son fils, l’être le plus important au monde. « On n’en est pas là. On n’en est pas à nous marier. Ce n’est pas sérieux ! On se fréquente juste. Et elle me fait du bien. » C’est peut-être fou, mais si le tout est compliqué, lorsqu’elle se trouve dans ses bras, tout semble plus simple. C’est se mettre des œillères, ou ne pas réaliser la part de gravité, mais après tout ce qui s’est passé avec Leila, et la maladie de son père, il a l’impression de souffler un peu. « Il n’est pas question qu’elle me décharge de mes problèmes, ou qu’elle m’aide en quoi que ce soit. Ce n’est pas ce que je lui demande. Je m’efforce de garder une petite distance et ça commence par ne pas prendre cette relation au sérieux. On passe juste… du temps ensemble. En quoi est-ce mal ? » En posant son attention sur Priya, Dante se mord la lèvre inférieure. « Je ne me sens pas de la laisser. Son mari la battait. » Détail qui ne fera qu’appuyer ce que sa meilleure amie pense ; qu’il est attiré uniquement par les cas problématiques. « Elle a besoin de retrouver de bons repères. » Il n’est pas le meilleur homme sur terre, mais jamais il ne lèverait la main sur une femme. « Quand bien même je me casserai la gueule, je sens qu’elle peut avoir besoin de quelqu’un pour la soutenir. » De lui ?



Je sens quelque chose qui ne se dit pas, dont j’ignore la cause. C’est dans tes sourires, un je-ne-sais-quoi qui s’arrête au bord du désir. Quelle est cette voix, qui nous entraîne à renoncer sans regarder l’un vers l’autre ? Si c’est un choix, il faut qu’on s’aime, sans se lasser pour se garder l’un et l’autre. L’un près de l’autre.
Danya

Revenir en haut Aller en bas
Tina CambiasoToujours frais après un litre de café
Tina Cambiaso
http://www.ciao-vecchio.com/t3136-i-never-want-to-hear-you-say-i http://www.ciao-vecchio.com/t3155-this-could-be-the-start-of-something-new
Faceclaim : aishwarya rai, ealitya // signature : batphanie
Messages : 1073 - Points : 2119
[Terminé] Tina | Là pour toi - Page 2 4K7dJ27
Âge : 43 ans, mais elle ment sur son âge, des fois elle dit plus, très souvent elle dit moins
Métier : gérante d'une boutique de vêtements
[Terminé] Tina | Là pour toi - Page 2 Empty
Sujet: Re: [Terminé] Tina | Là pour toi ( le Mer 20 Mar 2019 - 21:52 )
« C’est vrai. Juste celle de Naples. » Se corrigea Tina une pointe d’ironie dans la voix. Il ne le voyait pas de cette façon parce que lui, venir en aide aux gens était quelque chose de normal. Et même si l’Indienne admirait le grand cœur de son ami, elle trouvait que son empathie l’empêchait parfois de savoir quand il devait se retirer afin de se préserver. Venir en aide aux gens est une chose, mais à quel prix ? Toutes ces années passées à ses côtés avaient su confirmer à l’Indienne qu’elle et Dante avaient une façon de voir les choses complètement différentes. S’ils arrivaient très souvent à trouver un terrain d’entente, ce qui facilitait grandement leur amitié, il y avait certains sujets sur lesquels ils n’arrivaient jamais à se mettre d’accord. La conception du bonheur en faisant partie. Aucune femme qu’avait pu fréquenter l’Italien n’avait trouvé grâce aux yeux de Tina pour la simple et bonne raison qu’elle ne les trouvait pas assez bien pour lui. S’il fallait être honnête, elle estimait qu’aucune personne ne serait jamais assez bien pour Dante, mais ça c’était une toute autre discussion. « Fréquenter une femme mariée, c’est déjà trop pour ce que c’est. » Peu importe la nature de cette relation qui aboutirait à quelque chose ou pas. Pour une raison que Tina ignorait, cette Française était malheureuse au point de tromper son mari. Et pour avoir elle aussi était dans une telle situation, elle savait que ce n’était pas la solution parce qu’au final, des trois personnes il y en aura toujours une qui en souffrira le plus. Le mari à cause de la trahison, elle à cause de la culpabilité, mais surtout, Dante qui s’immisçait dans une équation déjà bien compliquée. « Elle est mariée, Dante. » Répéta Tina. Un facteur qu’il avait l’air de ne pas vouloir prendre en compte. Poussant un soupir, elle n’était pas en mesure de débattre avec son ami. Pas parce qu’elle avait peur de dire quelque chose de blessant ou de déplaisant, mais parce que ses yeux posés sur sa fille avait fait perdre le fil de ses pensées à Tina. A la phrase du pilote, le cœur de l’Indienne rata un battement alors qu’elle se figeait presque sur place. Les sourcils froncés, elle se tourna vers lui pour être sûre d’avoir bien entendu, et à l’air grave qu’il affichait, il n’y avait pas de doutes. « Quoi ? » Demanda quand même l’Indienne. Cherchant ses mots pendant de longues secondes, elle dévisagea Dante avec une expression d’horreur dans ses yeux. Dans quoi s’était-il embarqué cette fois… Elle ouvrit la bouche une première fois pour lui répondre, mais préféra la refermer, pensive. La jeune femme laissa planer un silence pendant de longues secondes, son attention à nouveau dirigée sur sa fille, avant de prendre une profonde inspiration. « Et tu penses être capable de tenir ce rôle ? » S’enquit soudainement l’Indienne. « Peu importe ce que vous avez, qu’est-ce que tu attends exactement de cette histoire ? Tu dis ne pas vouloir prendre cette relation au sérieux mais… » Elle s’arrêta de parler. Elle le connaissait trop bien pour croire qu’il n’allait rien prendre au sérieux. Une femme – qui devait être jolie, sans quoi il ne se serait jamais attardée dessus – qui a des problèmes et qui ne demande qu’à être sauvée. Elle avait tout ce qu’il fallait pour faire succomber le commandant de bord. « Qu’est-ce qu’elle t’apporte pour te faire autant de bien alors que vous n’avez rien encore ? Si c’est sur le plan physique, tu peux continuer de chercher et je suis certaine que tu peux en trouver une avec moins de problèmes. » Plaisanta à peine l’Indienne.   


my torturer became my remedy
So we're gonna heal, we're gonna start again. You've brought the orchestra. Synchronized swimmers, you are the magician. Pull me back together again the way you cut me in half. Make the woman in doubt disappear. Pull the sorrow from between my legs like silk, knot after knot after knot.. ▬ The audience applauds...
Revenir en haut Aller en bas
Dante GaleoneLe vin est un puissant lubrifiant social
Dante Galeone
http://www.ciao-vecchio.com/t4987-dante-o-let-s-set-fire-to-the- http://www.ciao-vecchio.com/t2254-dante-o-never-open-up-so-afraid-to-trust
Faceclaim : Jamie Dornan © lumos solem.
Messages : 13733 - Points : 10420
[Terminé] Tina | Là pour toi - Page 2 Tumblr_inline_ox3w8tIB3g1tokatx_400
Âge : trente-six ans.
Métier : commandant de bord pour la compagnie aérienne Alitalia.
[Terminé] Tina | Là pour toi - Page 2 Empty
Sujet: Re: [Terminé] Tina | Là pour toi ( le Mer 20 Mar 2019 - 23:18 )
« Et alors ? » C’est précisément cette question qu’il a posée lorsqu’il a croisé pour la première fois son inconnue. Le mariage est important à ses yeux et il aime à croire qu’il ne trahirait pas son épouse, s’il venait à être engagé officiellement, mais il a une approche différente avec l’union des autres. C’est à ce moment-là qu’il pense à lui. Son égoïsme s’est fait ressentir cette nuit où il a partagé sa chambre d’hôtel avec la Française. Il y a treize ans, il n’avait déjà aucun scrupule, mais là, en sachant que son mari a levé la main sur elle, beaucoup trop de fois, le fait encore moins culpabiliser, au contraire. Il profite des occasions qui se présentent et compte bien renouveler, peu importe les mises en garde. Une part de lui a bien conscience qu’il pourrait se brûler les ailes, se faire du mal, seulement, il se cache derrière la bonne excuse qu’il n’y a rien de sérieux, qu’il a appris de ses erreurs, de ses expériences et qu’il prend assez de recul pour ne pas se retrouver au plus mal. Sentant les pensées de son amie s’orienter vers sa fille, l’italien saisit sa main pour la presser tendrement, lui apportant un soutien silencieux. Peu importe l’objet de leur discussion actuelle, il est avant tout là pour elle. « Et toi ? Tu me penses incapable de le tenir ? » soupire-t-il, les épaules affaissées. « Pourquoi toujours vouloir attendre quelque chose ? La dernière fois, ça s’est mal terminé, tu le sais bien. » Leila. Là, on peut dire qu’il attendait beaucoup de cette relation. Peut-être s’imaginait-il mettre un terme à cette histoire bancale, pour se stabiliser. Avec le recul nécessaire, il n’est pas certain qu’en franchissant cette nouvelle étape, ça aurait pu fonctionner. Leila et lui, c’était beau, fort, mais l’irrégularité de leur lien donnait un aspect magique qui se serait peut-être estompé sur le long terme. Il n’en sait rien, ne souhaite pas s’interroger là-dessus. C’est se faire du mal pour rien, s’enfoncer dans des réflexions qui n’ont pas lieu d’être. « Au-delà de l’attraction et je… Je n’en sais rien. Je ne sais pas comment te l’expliquer. J’ai l’impression que peu importe les possibilités qui se présenteront dans sa vie, qu’importe son statut marital, elle se tournera toujours vers moi, si je la croisais. Tu sais. Le genre de choses qui font penser que tu as un minimum d’importance. » Il a des amis, des collègues, une famille qu’il s’est trouvée, un cercle qu’il adore par-dessus tout et on ne peut pas dire qu’il soit en manque de contact, mais il est vrai qu’il est souvent passé au second plan. Natalina est l’exception à la règle. Et pourtant, il n’a pas été capable de l’apprécier à sa juste valeur. « Tu as peut-être raison. J’ai peut-être besoin de me confronter aux relations difficiles. » Même s’il ne choisit pas celles pour qui il ressentira un grand intérêt. S’il pouvait choisir, il s’orienterait aujourd’hui vers des femmes libres, sans problème, mais il a tendance à écouter ses pulsions.



Je sens quelque chose qui ne se dit pas, dont j’ignore la cause. C’est dans tes sourires, un je-ne-sais-quoi qui s’arrête au bord du désir. Quelle est cette voix, qui nous entraîne à renoncer sans regarder l’un vers l’autre ? Si c’est un choix, il faut qu’on s’aime, sans se lasser pour se garder l’un et l’autre. L’un près de l’autre.
Danya

Revenir en haut Aller en bas
Tina CambiasoToujours frais après un litre de café
Tina Cambiaso
http://www.ciao-vecchio.com/t3136-i-never-want-to-hear-you-say-i http://www.ciao-vecchio.com/t3155-this-could-be-the-start-of-something-new
Faceclaim : aishwarya rai, ealitya // signature : batphanie
Messages : 1073 - Points : 2119
[Terminé] Tina | Là pour toi - Page 2 4K7dJ27
Âge : 43 ans, mais elle ment sur son âge, des fois elle dit plus, très souvent elle dit moins
Métier : gérante d'une boutique de vêtements
[Terminé] Tina | Là pour toi - Page 2 Empty
Sujet: Re: [Terminé] Tina | Là pour toi ( le Mer 20 Mar 2019 - 23:46 )
Et alors rien. Elle ne répondrait pas à cette question qui ne nécessitait pas de réponse. Rien que le fait qu’elle soit déjà prise aurait dû suffire à l’arrêter. Mais Tina oubliait souvent à qui elle avait à faire. Elle aussi était mariée lorsqu’ils avaient commencé à se fréquenter. Et même si elle ne regrette pas l’évolution de leur relation, elle n’aurait pas été contre le fait que ça se passe autrement. Depuis le temps, l’Indienne aurait pourtant dû savoir que Dante aimait enfreindre les règles surtout lorsqu’il y avait une femme à voler à quelqu’un. Pendant un court instant, elle se perdit dans son silence alors que son esprit repartait aussitôt aux côtés de Priya qu’elle s’efforçait de ne pas oublier dans ses pensées. Parce qu’elle avait beau être à côté d’elle physiquement, elle faisait parfois tellement d’efforts pour s’évader de cette chambre d’hôpital, qu’elle avait peur d’oublier la présence de sa vie et sa venue dans cette chambre. En sentant la main de l’Italien sur la sienne, elle sursauta presque à ce contact avant d’esquisser un mince sourire à son attention, malgré que la tournure de la conversation ne laissait pas vraiment place à la gaieté. « La question n’est pas là. » Soupira Tina sur le même ton. Si elle devait être honnête, non elle ne le sentait pas capable de tenir ce rôle. Pas parce qu’il n’en avait pas la capacité à proprement parlé, mais parce que ce n’était pas à lui de le faire et qu’au-delà de toute la bonne foi dont il ferait preuve, il n’était pas assez armé pour s’engager dans une telle histoire. « Donc tu n’attends rien ? Tu fais dans le bénévolat maintenant ? Je ne te savais pas si altruiste. » Lâcha la jeune femme qui avait tourné la tête dans sa direction le temps de quelques secondes, avant de se concentrer à nouveau sur Priya. Lorsqu’elle lui posa la fameuse de question de savoir ce qu’elle pouvait bien lui apporter, elle lâcha sa main lorsqu’il commença à lui fournir une réponse. Ramenant ses bras qu’elle croisa sur sa poitrine, un sourcil levé. Mais à mesure de parler, elle finit par comprendre. « Oh. » Surprise, ce simple ‘oh’ traduit tout son étonnement. Voilà qui expliquait tout. « Elle te fait te sentir spécial. » Réalisa enfin Tina. Si d’un côté elle était contente qu’il en ait trouvé enfin une qui lui accorde un minimum d’importance, elle n’était pas ravie de savoir que celle-là était prise et prisonnière d’une relation toxique. Lâchant un soupir, elle posa une main sur le dos de l’Italien qu’elle caressa doucement comme pour le consoler. « Nan. » Dit-elle. « Enfin, si. Tu as besoin de te confronter aux relations difficiles parce que… c’est dans ta nature de vouloir trouver un équilibre et un certain bonheur au milieu du chaos. » En plus de Leila, elle faisait référence également à sa mère aux côtés de qui il était resté et a protégé plus qu’il ne l’aurait dû malgré son jeune âge. « Mais là c’est différent. Désolée de te l’apprendre, mais c’est un coup de foudre. Et contre ça, il n’y a aucun remède. » Admit tragiquement Tina. « Tu penses pouvoir lui venir en aide sans te faire mal ? Parce que si lui tendre la main signifie te sacrifier sans rien obtenir en retour… alors ça n’en vaut pas la peine. Et oui, je sais ce que tu vas dire, qu’il n’est pas nécessaire d’attendre quoi que ce soit en retour. Mais si tu l’apprécies vraiment… tu penses que quelque chose est envisageable entre vous une fois le mari écarté ? »


my torturer became my remedy
So we're gonna heal, we're gonna start again. You've brought the orchestra. Synchronized swimmers, you are the magician. Pull me back together again the way you cut me in half. Make the woman in doubt disappear. Pull the sorrow from between my legs like silk, knot after knot after knot.. ▬ The audience applauds...
Revenir en haut Aller en bas
Dante GaleoneLe vin est un puissant lubrifiant social
Dante Galeone
http://www.ciao-vecchio.com/t4987-dante-o-let-s-set-fire-to-the- http://www.ciao-vecchio.com/t2254-dante-o-never-open-up-so-afraid-to-trust
Faceclaim : Jamie Dornan © lumos solem.
Messages : 13733 - Points : 10420
[Terminé] Tina | Là pour toi - Page 2 Tumblr_inline_ox3w8tIB3g1tokatx_400
Âge : trente-six ans.
Métier : commandant de bord pour la compagnie aérienne Alitalia.
[Terminé] Tina | Là pour toi - Page 2 Empty
Sujet: Re: [Terminé] Tina | Là pour toi ( le Jeu 21 Mar 2019 - 18:11 )
« Que veux-tu que je te dise ? » Est-ce qu’il attend réellement quelque chose ? Oui. Mais pas pour lui, pour un « eux » qui, dans sa tête, n’existe pas vraiment, mais pour la vie de cette inconnue qui est bien mieux loin de son mari. Il ne peut définitivement pas aller dans son sens, alors qu’il n’est pas d’accord avec ce qu’elle insinue. Dante fait partie des gens qui peuvent s’attacher, sans forcément attendre qu’on lui rende quelque chose. « J’attends qu’elle se libère, oui. Je n’attends rien me concernant. C’est ce que tu veux savoir ? » Il n’en est pas à ce point. Il vient de la recroiser. Oui, il ressent de l’attachement pour cette femme qui le touche et avec qui il a passé un très bon moment en France. Oui, il a l’impression de souffler, d’être un peu important également ; elle ne l’a pas oublié. Dans son regard, il a su que leur aventure avait eu de l’importance et que treize ans ne suffiraient pas à leur retirer ça. Ce n’avait rien de banal. C’est un joli souvenir. « Je ne sais pas. Sans doute un peu, oui. Ca fait treize ans, Tina, treize ans. Tu ne te sentirais pas un peu spéciale si l’on se souvenait de toi, alors que ce n’était qu’une nuit ? C’est plutôt humain. » suppose-t-il, sans pour autant vouloir affirmer qu’elle aurait réagi de la même manière. Si ça se trouve, pas du tout. En sentant sa main dans son dos, il baisse les yeux sur le sol et péniblement, reprend son souffle. Il ne peut nier ce qu’elle avance. Probablement a-t-il vraiment besoin de ça. Après tout, il a longtemps connu que ça. Le chaos. Dans tout ça, il a très rarement eu le droit au bonheur. Perdu dans ses pensées, l’italien relève les yeux vers sa meilleure amie lorsque cette dernière avance quelque chose à laquelle il ne s’attendait pas et qui lui déclenche un soudain rire. « Enfin, tu n’es pas sérieuse. » dit-il, en secouant la tête. Il veut bien admettre qu’elle n’a pas tort sur tout ce qu’elle dit, mais hocher de la tête face à une telle insinuation… Non. Non, parce qu’il n’est pas amoureux. « Tu devrais savoir, depuis le temps, que je ne tombe pas amoureux d’une femme en claquant des doigts. » Et c’est la vérité. Il s’attache, mais ce genre de sentiments prennent du temps à naître. « Tu peux passer du bon temps avec une personne, être attaché à elle, vouloir son bien, vouloir l’aider, sans pour autant en être amoureux. Non, Tina, il ne s’agit pas d’un coup de foudre et ne va pas croire que je me mets des œillères. » D’autant qu’il vient à peine de sortir d’une relation difficile. Il affiche un sourire doux, néanmoins attendri. « Je n’en suis pas à ce point, rassure-toi. Je veux dire… Je n’envisage rien. Je ne pense pas à l’avenir. » C’est trop tôt. Il a juste besoin de temps pour se remettre. « C’est juste que je ressens un certain attachement pour elle, oui. Elle me touche. Je suis une éponge. » admet-t-il, conscient qu’il est facilement touché, sensible aux problèmes des autres. Il ne peut rien faire contre ça. C’est dans sa nature. « Tu veux toujours t’en prendre aux habitués des lieux ? » questionne-t-il, dans le seul but de détourner le sujet vers autre chose. Et peut-être que ça lui fera le plus grand bien, à elle aussi.



Je sens quelque chose qui ne se dit pas, dont j’ignore la cause. C’est dans tes sourires, un je-ne-sais-quoi qui s’arrête au bord du désir. Quelle est cette voix, qui nous entraîne à renoncer sans regarder l’un vers l’autre ? Si c’est un choix, il faut qu’on s’aime, sans se lasser pour se garder l’un et l’autre. L’un près de l’autre.
Danya

Revenir en haut Aller en bas
Tina CambiasoToujours frais après un litre de café
Tina Cambiaso
http://www.ciao-vecchio.com/t3136-i-never-want-to-hear-you-say-i http://www.ciao-vecchio.com/t3155-this-could-be-the-start-of-something-new
Faceclaim : aishwarya rai, ealitya // signature : batphanie
Messages : 1073 - Points : 2119
[Terminé] Tina | Là pour toi - Page 2 4K7dJ27
Âge : 43 ans, mais elle ment sur son âge, des fois elle dit plus, très souvent elle dit moins
Métier : gérante d'une boutique de vêtements
[Terminé] Tina | Là pour toi - Page 2 Empty
Sujet: Re: [Terminé] Tina | Là pour toi ( le Jeu 21 Mar 2019 - 18:53 )
Pensive face à sa réaction, elle n’était pas vraiment satisfaite de sa réponse. Alors qu’elle s’apprêtait à faire un commentaire, elle préféra se taire. Il n’attendait donc vraiment rien de cette relation qui n’avait pas l’air d’en être une ? Hum. « C’est peut-être ça ton problème en fait. » Lâcha-t-elle tout de même. Le souci maintenant est qu’elle ne savait pas comment expliquer la suite, le mot qui lui venait en tête n’était pas le bon mais sans plus attendre elle se lança tout de même. « Tu ne te montres pas assez égoïste. Tu penses seulement à aider les gens sans t’accorder du temps pour trouver ce qui te rendra réellement heureux. » C’était peut-être maladroit la façon dont elle avait expliqué sa pensée, mais elle n’était pas sûre de parvenir à faire mieux. Aider sans attendre quoi que ce soit en retour c’était beau, honorable. Mais à un moment ça ne suffisait pas. Surtout quand comme Dante, on passe sa vie inconsciemment à chercher le bonheur. Le seul bon côté qu’elle tirerait sûrement de cette conversation, était que sa Française le faisait se sentir spécial. C’était un bon début. Mais est-ce que sur le long terme ça suffirait ? Hochant doucement la tête, elle ne pouvait pas nier qu’il marquait un point. C’était toujours agréable de manquer à des gens et de les marquer d’une façon ou d’une autre. Et elle qui aimait avoir l’attention sur elle lorsqu’elle entrait dans une pièce, ne serait pas celle qui allait le contredire. Elle pourrait même ajouter que personne ne l’oubliait jamais tant sa personnalité parlait plus fort que ses mots. Elle n’avait pas besoin d’ouvrir la bouche pour que les gens gardent un souvenir intact de son passage. Mais elle poussa un petit soupir pour se concentrer à nouveau sur Dante. La réaction de l’Italien ne l’étonna pas. Ni le rire, ni sa question de savoir si elle était sérieuse. Bien sûr qu’elle l’était. L’heure n’était pas à plaisanter. Un sourire au coin des lèvres alors qu’elle continuait de dessiner des dessins imaginaires dans son dos du bout des doigts, elle l’écoutait attentivement avant de partir d’un petit rire à son tour. « Qui a parlé d’amour ? » Elle arrêta de bouger sa main mais la garda tout de même dans son dos. « Ma conception de coup de foudre n’inclue pas exclusivement l’amour. Tu peux avoir un coup de foudre pour quelqu’un sans pour autant en être amoureux. J’ai bien eu un coup de foudre pour toi et ce n’était pas de l’amour, juste une profonde affection qui fait que je te supporte encore aujourd’hui. » Et le lui avouer n’aiderait pas son cas, elle avait déjà assez fait de déclaration pour aujourd’hui. « Coup de cœur aurait peut-être été plus approprié. » Avoua l’Indienne après un court moment de réflexion. A nouveau, elle le laissa répondre à ses interrogations en hochant la tête par moment pour faire signe qu’elle entendait ce qu’elle disait. Et qui ne faisait que confirmer ce qu’elle pensait, il ne pensait pas assez à lui. Un soupir sortit de ses lèvres alors qu’elle approchait l’Italien près d’elle pour déposer un baiser sur sa tempe. « Ouais mais mon éponge. » Lâcha Tina, un sourire taquin au coin des lèvres. « Là c’est toi qui veux m’arnaquer pour détourner la conversation. » Plaisanta l’Indienne, un rire dans la voix. Le regard à nouveau tourné vers Priya, elle se demanda pendant un court instant à quoi elle pouvait bien rêver, si elle pouvait l’entendre… Et si elle accepterait que Tina s’absente pendant quelques heures de son chevet. Elle s’ennuyait et même si la présence de Dante arrivait à la divertir, elle était fatiguée de rester cloîtrée dans cette chambre où il ne se passait rien.

Au bout de quelques secondes de réflexion, elle se leva d’un bond de sa chaise et s’approcha du lit de fille pour déposer un baiser sur son front et lui souffler quelque chose à l’oreille. « Suis-moi, on a des choses à faire. » Sans même attendre qu’il se lève de lui-même, elle se plaça derrière sa chaise et usa du peu de force qu’elle avait pour renverser sa chaise en avant alors qu’il était toujours assis dessus. « On n’a pas de temps à perdre. » Ouvrant la marche, elle regarda à droite et à gauche pour s’assurer que personne ne les verrait et s’approcha d’un chariot de blouses laissé sans surveillance. Elle en récupéra deux au hasard et en lança un pour Dante pour qu’il l’attrape au vol, puis entra dans un placard en s’assurant que l’Italien était toujours sur ses pas. « Enfile ça par-dessus tes vêtements. On va rendre visite aux comateux, et faire des trucs. » Quels trucs, elle l’ignorait. Mais elle aviserait en temps et en heure. Pour le moment, elle se concentrait juste pour mettre les vêtements – qu’elle espérait être propres – du bon côté.  


my torturer became my remedy
So we're gonna heal, we're gonna start again. You've brought the orchestra. Synchronized swimmers, you are the magician. Pull me back together again the way you cut me in half. Make the woman in doubt disappear. Pull the sorrow from between my legs like silk, knot after knot after knot.. ▬ The audience applauds...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
[Terminé] Tina | Là pour toi - Page 2 Empty
Sujet: Re: [Terminé] Tina | Là pour toi ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [Terminé] Tina | Là pour toi -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Hôpital de Maria di Loreto Nuovo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2