Revenir en haut
Aller en bas


 

- Petit séjour à Londres -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Le reste du monde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Adelina Alma10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Adelina Alma
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2209-il-faut-avancer-ne-jama http://www.ciao-vecchio.com/t2210-adelina-alma
Faceclaim : Louise Brealey + ran94(avatar), .plùm(sign), tumblr + sherlollyresources(gifs)
Messages : 7137 - Points : 3549
Petit séjour à Londres Tumblr_puo95edz7m1r9p3hpo4_400
Âge : 37 ans (18/07/1982)
Métier : Directrice/Animatrice en centre de loisirs
Petit séjour à Londres Empty
Sujet: Petit séjour à Londres ( le Mer 6 Mar - 19:23 )
Adelina avait du mal à croire qu’elle se trouvait à Londres. En effet pour noël, son petit ami avait acheté des billets, comme quoi, elle avait de l’influence, car ça lui permettrait aussi de voir sa famille à lui. Les voila donc arrivé ici, c’était vraiment beau, c’était la première fois qu’elle venait au Royaume Uni et elle n’était pas déçu. Elle venait d’entamer son sixième mois de grossesse, se sentant toujours aussi ronde, mais bon ce sont les joies de la grossesse, fallait qu’elle s’y fasse, puis son homme savait prendre soin d’elle. De plus il y a quelques temps ils avaient découvert qu’ils allaient avoir des jumeaux une fille et un garçon. Même si les deux jeunes gens avaient envisagés cette possibilité, elle avait encore du mal à se dire que c’était le cas. Elle tenait la main de Celian, dire qu’elle ne parlait presque pas anglais ça risquait d’être délicat pour parler avec les gens. « Regarde j’ai amené l’échographie ou on voit bien les jumeaux, comme ça ta famille pourra avoir un aperçu. » Oui elle avait fait une copie, elle pensait à tout et c’était important pour elle aussi. « Dis-moi, tu leurs a bien dit que tu étais en couple et que tu venais avec ta petite amie enceinte ou alors ils risquent d’être surpris ? » Adelina le connaissait bien et elle savait qu’il était bien capable d’oublier ce détail, ce qui pourrait être embêtant, elle ne voulait pas être une intruse. « Tu penses qu’ils vont m’apprécier ? » Elle appréhendait, mais bon ce qui comptait c’est qu’elle était avec Celian, avec lui, elle se sentirait rassuré. « En tout cas merci de bien vouloir essayer d’arranger les choses et de m’avoir permis de venir. » Dire qu’il y a quelques mois, il était contre l’idée, il avait beau être têtu, parfois elle arrivait à le raisonner, elle était fière d’elle. Par contre elle fatiguait plus vite qu’avant à cause de sa grossesse, mais bon elle n’avait pas envie de montrer Celian qu’elle avait besoin de s’arrêter, sinon ils ne seraient pas prêt d’arriver à leur destination, puis elle savait tenir. A force de travailler en tant qu’animatrice, elle avait apprit qu’il fallait toujours avoir de l’énergie.


Adelian
« uc. »
Revenir en haut Aller en bas
Celian Andrei10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Celian Andrei
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3187-celian-le-monde-est-plein-de-c http://www.ciao-vecchio.com/t3233-celian-l-extraordinaire-est-une-chose-le-mystere-en-est-une-autre
Faceclaim : Benedict Cumberbatch + © Ladyfame + © Sherlollyressources + © Thescienceofsherlolly +© Sara'h
Messages : 444 - Points : 1207
Petit séjour à Londres 55qr
Âge : 37 ans à boire du thé à 17h précises (24/12/1981)
Métier : Directeur d'un laboratoire de recherches pharmaceutiques, situé à l'extérieur de la ville. C'est son hommage personnel et caché à son paternel dévoré par la maladie
Petit séjour à Londres Empty
Sujet: Re: Petit séjour à Londres ( le Jeu 21 Mar - 21:45 )

   
Chaque fois que je me rappelle de mots inconnus, je tends mes mains vers les traces qu'ils laissent. Mais il y a peut-être des mots, que je ne peux comprendre seul. Adelina & Celian
   

   
Petit séjour à Londres

   
Londres. Celian avait du mal à croire qu’il y remettrait les pieds et surtout aussi rapidement. Cela faisait à peine moins d’un an et demi qu’il l’avait quitté pour revenir s’installer dans la ville où il était né : à Naples. Pourtant, il y revenait en ce jour, qui plus est accompagné d’Adelina, afin de venir prendre des nouvelles de sa maternelle. Ce comportement-là aussi l’étonnait toujours, mais il était le fruit de la Brunette qui l’accompagnait. Il lui faisait confiance : elle était bien plus douée que lui dans les relations avec les autres. Elle connaissait bien mieux que lui la définition d’une famille. Après de longues discussions, voire même une petite dispute à ce sujet, le Brunet avait finit par céder malgré son caractère têtu. Il avait fini par croire en ses paroles, en ses propos, décidant de suivre son avis plutôt que le sien. Elle avait surtout eu les mots justes pour lui faire comprendre que ce retour pourrait être l’opportunité qu’il attendait afin d’être ne serait-ce que simplement considéré dans cette famille. Est-ce une erreur ou une bonne chose ? Il le saura très certainement à la fin de ce séjour. Toujours est-il qu’il avait acheté ces billets pour Noël. La Brunette avait semblé être ravie qu’il ait suivi son conseil et ravie de pouvoir découvrir Londres et sa belle-famille. Le Britannique quant à lui, partageait légèrement moins son enthousiasme. Portant leurs bagages et leurs affaires afin de ne pas encombrer la jeune femme qui en était à son 6e mois de grossesse. Une grossesse plus que surprenante car ils allaient être parents de jumeaux. Des jumeaux. Le Brunet avait déjà du mal à se projeter dans son rôle de père avec un enfant, alors avec des jumeaux… Intérieurement, il était terrorisé, mais il ne le laissait paraître. Dans les rues, Adelina lui tenait la main alors qu’elle sortait une photo de son sac : plus précisément une échographie. Regarde j’ai amené l’échographie ou on voit bien les jumeaux, comme ça ta famille pourra avoir un aperçu. Sa petite manie lui arracha un sourire. Tu gardes toujours cette photo sur toi ? Elle avait pensé à tout, alors que lui cela ne lui serait même pas venu à l’idée. Dis-moi, tu leurs a bien dit que tu étais en couple et que tu venais avec ta petite amie enceinte ou alors ils risquent d’être surpris ? Même ça, il l’avait oublié. Mais les relations familiales de son côté étaient si tendues, qu’il leur avait à peine expliciter qu’il venait et surtout accompagné. Je leur ai effectivement dit que je venais accompagné. Je n’ai peut-être pas mentionné avec qui, c’est vrai… Mais ça me paraît évident que si tu m’accompagnes, c’est que tu es quelqu’un d’important, non ? Enfin, arriveraient-ils à cette déduction ?

Adelina continua dans ses questionnements : Tu penses qu’ils vont m’apprécier ? Dans tous les cas, le Brunet n’en avait que faire : ce n’était clairement pas une approbation qu’il venait chercher. Uniquement de la politesse. Il faudrait d’abord qu’ils n’aient pas oublié ma visite… Pour cela rien n’était sûr. Peut-être pouvaient-ils encore disparaître incognito ? En tout cas merci de bien vouloir essayer d’arranger les choses et de m’avoir permis de venir. Sa dernière remarque le fit légèrement rire : elle était l’instigatrice même de ce voyage, comment ne pas lui demander de l’accompagner ? De plus, si quelqu’un devait être avec lui, cela devait être elle. C’est moi qui devrais plutôt te remercier, pas l’inverse. Voyant le chemin qu’ils leur restaient à parcourir, le Britannique héla un taxi : tenant la porte à la Brunette, il prit place à sa suite avec leur bagage. Après tout, leur chambre dans un hôtel de la ville n’était pas encore prête, ils allaient devoir traîner encore un peu ce bagage. Prendre un taxi sera plus facile, tu verras. Et moins fatiguant. Il n’était pas toujours perspicace, mais il l’avait remarqué. Dans un anglais qu’il ne semblait pas avoir perdu pour le moins du monde, il lui donna son adresse, en plein quartier de Kensington. L’un des deux quartiers réputés les plus chics de la capitale. Le couple arriva quelques minutes plus tard à l’adresse indiquée face à une belle maison, un petit manoir datant de l’ère victorienne quelque peu excentré des artères principales et de la vie du quartier. Une bâtisse qui reflétait ce statut social dont Celian ne voulait. Je m’excuse par avance pour les propos de ma famille, leurs paroles et leurs comportements. Il préférait prévenir que guérir, notamment dans ce cadre-là. Toujours est-il que tous les deux attendaient sur le pas de la porte alors que Celian n’avait pas encore appuyé sur la sonnette. Alors qu’il considérait encore l’hypothèse de pouvoir prendre la poudre d’escampette.
   
(c) crackle bones

   



Je ne savais pas qu'ensemble bientôt, on créerait un nous. Ton coeur est tout ce que j'ai et dans tes yeux, tu tiens le mien. Suivons notre chemin, je vois mon futur dans tes yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Adelina Alma10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Adelina Alma
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2209-il-faut-avancer-ne-jama http://www.ciao-vecchio.com/t2210-adelina-alma
Faceclaim : Louise Brealey + ran94(avatar), .plùm(sign), tumblr + sherlollyresources(gifs)
Messages : 7137 - Points : 3549
Petit séjour à Londres Tumblr_puo95edz7m1r9p3hpo4_400
Âge : 37 ans (18/07/1982)
Métier : Directrice/Animatrice en centre de loisirs
Petit séjour à Londres Empty
Sujet: Re: Petit séjour à Londres ( le Jeu 21 Mar - 22:29 )
« C’est une des quelques copies, il y a une chez nous et celle-là, ta mère pourra la garder si elle veut. Puis c’est un merveilleux souvenir, surtout la tête que tu as fait quand tu as vu qu’il y avait deux bébés. » Une image qui resterait gravé dans sa mémoire, même si elle-même avait fait une tête bizarre, car même s’ils avaient évoqué cette possibilité, elle ne s’attendait pas à ce que ça arrive réellement. Gérer deux bébés en même temps, ça risquait de promettre, mais ensemble ils arriveraient à s’en sortir et elle était convaincu qu’ils seraient heureux, elle l’était déjà pour sa part et espérait que Celian ressentirait la même chose. Elle lui demanda s’il avait prévenu sa famille qu’il venait avec elle, à sa réponse, elle lui mit une gentille tape derrière la tête. « Franchement tu exagères, Celian ça risque de leur faire un choc, je suis quand même enceinte, c’est le genre de truc que tu annonces quand même avant et encore avant tu es sensé leur dire que tu es en couple. » Elle soupira, ah son homme était particulier, mais bon elle ne lui en voulait pas plus que ça. « Imagine qu’ils essayent de te caser avec une jolie jeune femme ne sachant pas que ce rôle est déjà pris par moi ? » Bien sûr, elle disait ça un peu pour rire, elle ne se doutait pas que c’était ce que la famille de son petit ami avait prévu, mais ça elle le découvrirait bientôt.

« Pourquoi ils devraient oublier ta visite, ça fait un moment qu’ils essayent de te faire venir. » D’ailleurs le couple s’était même disputé à propos de ça, heureusement ça s’était vite arranger, Celian avait beau être têtu, Adelina pouvait l’être autant. « Tu aurais très bien pu refuser de venir, donc je te remercie d’avoir fait preuve de bon sens. » Elle se mit à rire et l’embrassa, elle aimait bien aussi taquiner son petit ami. « Tu as raison, ça se voit tant que ça que je fatigue plus rapidement ? C’est parce que les jumeaux ont la bougeotte, ils aiment bien embêter maman. » Elle avait déjà ressenti quelques petits coups et il faut dire que ce n’était pas l’idéal quand la nuit, elle essayait de dormir. En tout cas quand il parlait avec son accent, ça le rendait encore plus sexy, elle aussi devrait apprendre à le parler couramment, elle connaissait quelques phrases, des notions. Finalement ils arrivèrent à destination, c’était immense. « C’est gigantesque. » Elle était impressionnée, elle n’était pas habituée à ce genre d’espace. « Ne t’inquiète pas, tant que tu es avec moi, ça ira. » Voyant qu’il ne semblait pas décidé à appuyer sur la sonnette, elle le fit à sa place. Quelqu’un vint leur ouvrir, il s’agissait d’un homme probablement un cousin de Celian vu l’âge, du moins elle le supposait. « Bonjour. » avait elle dit en anglais, pas sûr d’avoir un accent extraordinaire, mais il était sûrement compréhensible. C’était le moment d’entrer la maison, elle regardait tout autour, elle pu voir quelques personnes déjà présente, dont une jeune femme qu’elle ne sentait pas, bizarrement, elle avait un mauvais pressentiment. Bon il ne valait mieux pas tirer des conclusions trop hâtives, c’était peut être une cousine puis elle n’allait pas juger une personne qu’elle ne connaissait pas après tout, c’était elle l’intruse, la petite Italienne qui s’incrustait dans la famille de son petit ami.


Adelian
« uc. »
Revenir en haut Aller en bas
Celian Andrei10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Celian Andrei
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3187-celian-le-monde-est-plein-de-c http://www.ciao-vecchio.com/t3233-celian-l-extraordinaire-est-une-chose-le-mystere-en-est-une-autre
Faceclaim : Benedict Cumberbatch + © Ladyfame + © Sherlollyressources + © Thescienceofsherlolly +© Sara'h
Messages : 444 - Points : 1207
Petit séjour à Londres 55qr
Âge : 37 ans à boire du thé à 17h précises (24/12/1981)
Métier : Directeur d'un laboratoire de recherches pharmaceutiques, situé à l'extérieur de la ville. C'est son hommage personnel et caché à son paternel dévoré par la maladie
Petit séjour à Londres Empty
Sujet: Re: Petit séjour à Londres ( le Sam 6 Avr - 22:15 )

   
Chaque fois que je me rappelle de mots inconnus, je tends mes mains vers les traces qu'ils laissent. Mais il y a peut-être des mots, que je ne peux comprendre seul. Adelina & Celian
   

   
Petit séjour à Londres

   
La Brunette se promenait toujours avec une copie de cette échographie sur elle et aujourd’hui ne faisait pas exception, surtout pas alors qu’ils devaient rendre visite à sa maternelle. C’est une des quelques copies, il y a une chez nous et celle-là, ta mère pourra la garder si elle veut. Puis c’est un merveilleux souvenir, surtout la tête que tu as fait quand tu as vu qu’il y avait deux bébés. Celian aussi s’en souvenait comme si c’était hier. Lui qui ne montrait que peu ses émotions, ce jour-là la surprise s’était lue clairement sur son visage. Les yeux écarquillés, la bouche légèrement ouverte, il avait freezé pendant quelques instants face à cette annonce, abasourdi. Adelina aussi avait eu une réaction similaire, mais rapidement elle avait ri et s’était moquée gentiment du jeune homme. Je te signale que toi aussi tu as fait une drôle de tête ce jour-là ! Moi je ne faisais qu’énoncer des probabilités, je ne pensais pas que ça se réaliserait. Pourtant, malgré le fait qu’il soit terrorisé de se lancer dans cet inconnu de la paternité mais avec la Brunette à ses côtés, il était plus rassuré. Il savait qu’elle était la jeune femme qu’il lui fallait. Depuis son adolescence. L’instant d’après, Celian lui fit part qu’il n’avait forcément informer sa famille du fait que l’Italienne l’accompagnait dans sa visite. Elle lui assena une tape derrière la tête. Franchement tu exagères, Celian ça risque de leur faire un choc, je suis quand même enceinte, c’est le genre de truc que tu annonces quand même avant et encore avant tu es sensé leur dire que tu es en couple. Imagine qu’ils essayent de te caser avec une jolie jeune femme ne sachant pas que ce rôle est déjà pris par moi ? Se frottant l’arrière de la tête, le Brunet soupira face à son imagination avec un léger sourire. Pourquoi ils devraient oublier ta visite, ça fait un moment qu’ils essayent de te faire venir. C’était peu les connaître. Oh ce serait les sous-estimer.

   Juste avant d’appeler un taxi, sa petite amie le remercia encore une fois d’avoir pu l’accompagner et d’avoir révisé son jugement. Elle l’embrassa avant de monter à l’intérieur de la voiture et d’ajouter qu’elle fatiguait beaucoup à cause des jumeaux qui avaient la bougeotte dans son ventre. Fatiguée ou non, le Brunet ne lui aurait pas laissé le choix de marcher jusqu’au quartier de Kensington : il en était hors de question. Face à cette maison dans laquelle il avait passé les fêtes de famille obligatoires ainsi que quelques années de son adolescence, il eut un petit mouvement d’arrêt. Cela lui octroyait même un pincement de revenir jusqu’ici. C’est gigantesque. Ne t’inquiète pas, tant que tu es avec moi, ça ira. Il était vrai que ce n’était que grâce à elle qu’il avait fait le pas de rendre visite à sa mère souffrance, il se sentait plus apaisé à ses côtés c’était une certitude. Sonnant à la porte à sa place, ce fut le cousin de Celian, celui qui n’avait cessé de l’appeler, qui leur ouvrir. Le saluant poliment, Adelina à son côté fit de même en essayant de s’adapter au mieux à la langue. Souriant face à son effort, le Brunet embrassa la jeune femme sur le front ajoutant à voix basse : Ne t’inquiètes pas, j’assurerai la traduction. Hormis sa mère qui elle avait appris l’italien, il n’était pas persuadé que quelqu’un d’autre le sache. Entrant dans le salon, il reconnut des tantes et des oncles, ainsi que des cousins et cousines à lui qu’il avait déjà côtoyé justement lors des réunions de famille et leurs différents compagnons ou compagnes et enfants pour quelques-uns d’entre eux. Seule une jeune femme ne semblait pas lui revenir en mémoire. Il la fixa, fronçant légèrement les sourcils comme pour mieux la replacer mais il n’y arrivait pas : elle n’était pas à sa place ici. Posant leur bagage dans un coin de la pièce, il entreprit de saluer poliment chacun en présentant la Brunette. Certains lui adressaient à peine un échange très poli, certains notamment l’une de ses plus vieilles tantes s’extasiaient devant son retour. Depuis quand y avait-il une quelconque once d’affection entre eux. Finissant par la jeune femme qui ne semblait pas à sa place, cette dernière le salua en italien avant de le fixer avec intensité et un léger clin d’œil, auquel il leva les sourcils plus qu’étonné.

D'un mouvement furtif, il observa le léger sourire en coin de son cousin. S’excusant auprès de sa petite amie, il prit ce fameux cousin à part pour des explications dans un anglais qu’il n’avait absolument pas perdu. Qu’est-ce qu’elle fait là ? On invite des inconnues à nos réunions de famille, c’est une nouvelle règle qui a été instaurée en mon absence ? On est devenu ce genre de personnes ?[/color] Son cousin renchérit sur le fait qu’il ne savait pas que Celian viendrait accompagné de sa petite amie car ce dernier n’avait pas été explicite sur le sujet. Il ne l’avait pas présenté telle quelle, du coup, pour son retour, ils s’étaient mis d’accord pour programmer une rencontre avec une Lady. Cette jeune femme venait donc d’une famille britannique avec des titres. Tu ferais mieux de considérer cette idée, elle serait un meilleur parti. Il serra les dents avant que son poing ne parte s’écraser sur le visage de ce cousin. Une impulsivité qui était restée cachée depuis son envie. Je t’interdis cette réflexion. Il n’avait qu’une envie s’occuper de la formalité de la visite et s’en aller. Ou du moins, quitter leur compagnie.  
   
(c) crackle bones

   



Je ne savais pas qu'ensemble bientôt, on créerait un nous. Ton coeur est tout ce que j'ai et dans tes yeux, tu tiens le mien. Suivons notre chemin, je vois mon futur dans tes yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Adelina Alma10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Adelina Alma
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2209-il-faut-avancer-ne-jama http://www.ciao-vecchio.com/t2210-adelina-alma
Faceclaim : Louise Brealey + ran94(avatar), .plùm(sign), tumblr + sherlollyresources(gifs)
Messages : 7137 - Points : 3549
Petit séjour à Londres Tumblr_puo95edz7m1r9p3hpo4_400
Âge : 37 ans (18/07/1982)
Métier : Directrice/Animatrice en centre de loisirs
Petit séjour à Londres Empty
Sujet: Re: Petit séjour à Londres ( le Sam 6 Avr - 22:45 )
« C’est normal que j’aie fais une drôle de tête, je ne m’attendais pas à avoir deux bébés d’un coup, au contraire, je me disais un c’est bien et le deuxième on verra par la suite. » Bah quoi ? Oui elle avait envisagé d’avoir d’autres enfants par la suite, en le disant maintenant, elle était peut-être un peu directe, mais au moins, elle aurait le plaisir de voir la tête que ferait son petit ami par rapport à cet aveu. Quoiqu’il dût s’en douter, la jeune femme adorait les enfants, elle ne serait pas contre le fait d’en avoir d’autres. « Il ne faut jamais sous-estimer quelqu’un » Cela pouvait occasionner des surprises sinon, Adelina ne connaissait pas les membres de la famille de Celian, en fait, elle avait surtout connu son père vu qu’il vivait en Italie, dans ses souvenirs c’était un homme assez sympathique, parti trop tôt malheureusement.

Ils étaient arrivés devant la résidence de la famille de Celian, elle avait une petite appréhension quand même. Au moins, son petit ami allait s’occuper de lui traduire la langue, car sinon la pauvre risquait d’avoir des difficultés, malgré quelques notions d’anglais, elle ne le parlait pas couramment. En tout cas, il y avait pas mal de monde et elle fut présenté à tout le monde, en revanche cette femme qui était présente ne lui inspirait pas confiance. Elle avait raison de se méfier de toute évidence, cette inconnue avait des vus sur Celian, le clin d’œil n’avait pas échappé à Adelina. Si seulement son petit ami avait pris la peine d’annoncer avant de venir qu’il était en couple et qu’ils allaient être parents, cela aurait évité ce genre de situation gênante et agaçante. Les choses allaient bientôt dégénérer, la jeune femme le comprit quand Celian prit son cousin à part, elle attendit avant de le suivre et d’écouter discrètement la discussion. Quand elle vit son petit ami frappé son cousin, elle ne perdit pas de temps et lui attrapa le bras. « Celian qu’est ce qui te prends ? On ne frappe pas les gens comme ça. » Cela sentait l’embrouille pour qu’il réagisse comme ça, l’autre avait dû aller trop loin. « Ne me dit pas que c’est son idée de te caser avec cette femme ? » Elle avait de l’intuition et elle n’était pas dupe. « J’ai vu comment elle essayait de flirter avec toi, mais ça ne vaut pas la peine de se bagarrer avec les membres de ta famille. » Bien sûr, elle n’avait pas compris les paroles que ce cousin avait pu dire à Celian, surtout vu la manière dont il avait répliqué avec le point. « On ferait mieux de retourner avec les autres, que je puisse montrer à cette prédatrice qu’on n’empiète pas sur mon territoire et que tu es a moi. » Elle l’embrassa tendrement avant de l’entrainer la ou tout le monde était réuni.


Adelian
« uc. »
Revenir en haut Aller en bas
Celian Andrei10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Celian Andrei
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3187-celian-le-monde-est-plein-de-c http://www.ciao-vecchio.com/t3233-celian-l-extraordinaire-est-une-chose-le-mystere-en-est-une-autre
Faceclaim : Benedict Cumberbatch + © Ladyfame + © Sherlollyressources + © Thescienceofsherlolly +© Sara'h
Messages : 444 - Points : 1207
Petit séjour à Londres 55qr
Âge : 37 ans à boire du thé à 17h précises (24/12/1981)
Métier : Directeur d'un laboratoire de recherches pharmaceutiques, situé à l'extérieur de la ville. C'est son hommage personnel et caché à son paternel dévoré par la maladie
Petit séjour à Londres Empty
Sujet: Re: Petit séjour à Londres ( le Lun 8 Avr - 20:39 )

   
Chaque fois que je me rappelle de mots inconnus, je tends mes mains vers les traces qu'ils laissent. Mais il y a peut-être des mots, que je ne peux comprendre seul. Adelina & Celian
   

   
Petit séjour à Londres

   
Adelina exprimait son envie d’avoir d’autres enfants avec le Brunet. C’est normal que j’aie fais une drôle de tête, je ne m’attendais pas à avoir deux bébés d’un coup, au contraire, je me disais un c’est bien et le deuxième on verra par la suite. Comme cela, sans complexe, en plein milieu des rues de Londres. Ce qui dans un sens surprit Celian, tout du moins de l’entendre le dire aussi ouvertement ; mais d’un autre cela correspondait à la Brunette. Elle qui aimait les enfants et qui en avait même fait son métier. Face à cette ambivalence, il finit par lâcher un léger rire. Cela ne m’étonne pas vraiment venant de toi. Elle se projetait parfaitement dans ce rôle de mère, elle qui avait tant attendu la bonne personne pour le devenir, pour fonder une famille. Alors qu’il avait encore un peu de mal à réaliser qu’ils seraient bientôt quatre à Santa Lucia. Avec deux enfants. Avec deux fois le rôle de père à endosser. Un rôle dans lequel il n’avait jamais imaginer se projeter. Un rôle qu’il ne se sentait capable d’endosser, ou du moins essayer de l’endosser, uniquement à ses côtés. Heureusement qu’il avait acheté un appartement avec deux chambres. Come une prémonition : même s’il ne croyait à ce genre de concept qui n’avait pas de fondement scientifique pour lui. L’instant d’après, tous deux arrivèrent devant l’ancienne résidence du Brunet, là où il avait passé ses dernières années d’adolescence et les fêtes de famille. Hésitant, l’Italienne prit l’initiative de sonner à sa place afin qu’ils puissent entrer à l’intérieur avec le reste de la famille déjà présente. Le Britannique savait que sa Mère avait demandé à voir chacun en ce jour, à pouvoir échanger avec chacun, sentant la fin arriver. Pourtant, face à cette inconnue qui détonait dans ce paysage familial et face à son comportement qu’il jugeait indécent, il prit à parti un de ses cousins afin d’avoir des explications. Ce qui aurait dû être de simples explications verbales finit par déraper.

   En effet, ne pas apprécier leur initiative de le caser avec une totale inconnue était une chose ; mais d’entendre que la Lady serait un meilleur parti qu’Adelina, uniquement à cause de son rang et sa position, cela il ne pouvait l’entendre. Un meilleur parti. Il n’en avait que faire de ce genre de choses : d’un quelconque rang ou position dans une quelconque société. Le Brunet était un marginal : il ne suivait pas les codes de sa famille, il ne l’avait jamais fait et ne le ferait jamais. Il aimait Adelina et le reste lui importait peu. Son poing était parti, emporté dans son impulsivité qui frappa son cousin. Adelina intervient très rapidement lui saisissant le bras. Celian qu’est ce qui te prends ? On ne frappe pas les gens comme ça. Il avait l’impression d’être revenu en enfance, lorsqu’il avait fini exclut temporairement de l’école après avoir défendu la Brunette. Ne me dit pas que c’est son idée de te caser avec cette femme ? Soupirant, sa main se décrispa alors que la Brunette était toujours accrochée à son bras. En tout cas, il n’est pas étranger à toute cette histoire. Seul ou avec le consort d’autres membres de sa famille, il était impliqué. J’ai vu comment elle essayait de flirter avec toi, mais ça ne vaut pas la peine de se bagarrer avec les membres de ta famille. Pourtant c’était bien plus les mots que son cousin avait utilisé qui le dérangeait le plus. Le fait qu’il n’accepte pas son choix et qu’il dégrade en plus la jeune femme. D’autres femmes avaient déjà essayé de flirter avec le Britannique, mais il était bien trop aveugle à ce genre de comportements à l’époque. Oh, ce n’est pas tant cela le problème. Le problème est ailleurs. Le Brunet ne souhaitait pas répéter ces mots à l’Italienne à son côté, mais le regard qu’il lança à son cousin lui fit comprendre la portée de ses mots même si ce dernier ne parlait pas un mot d’italien. On ferait mieux de retourner avec les autres, que je puisse montrer à cette prédatrice qu’on n’empiète pas sur mon territoire et que tu es a moi.[/color] L’embrassant, le Brunet répondit à son baiser avant de se laisser entraîner à nouveau vers le salon.

Certes, certains regards s’étaient dirigés vers eux en revenant, notamment vers son cousin, mais ce dernier ne pipa un seul mot quand aux événements qui venaient de se passer. Celian avait cette attitude hautaine, cette froideur et ce regard perçant duquel il savait naturellement jouer. Retournant dans le salon, le Brunet n’avait plus qu’une seule envie, être le prochain appelé par Winston le majordome, afin d’échanger quelques paroles, finir cette formalité et s’en aller. Le plus rapidement possible. Mais sa Mère en avait décidé autrement. Décidée de le faire patienter encore un peu. S’approchant d’Adelina, il lui murmura à l’oreille : Tu comprends maintenant pourquoi j’insistais sur le fait que cette visite était une mauvaise idée ? Tu connaissais mon père et c’était bien une des seules personnes à connaître dans cette famille. Plus jamais, il ne referrait ce genre de choses…
   
(c) crackle bones

   



Je ne savais pas qu'ensemble bientôt, on créerait un nous. Ton coeur est tout ce que j'ai et dans tes yeux, tu tiens le mien. Suivons notre chemin, je vois mon futur dans tes yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Adelina Alma10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Adelina Alma
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2209-il-faut-avancer-ne-jama http://www.ciao-vecchio.com/t2210-adelina-alma
Faceclaim : Louise Brealey + ran94(avatar), .plùm(sign), tumblr + sherlollyresources(gifs)
Messages : 7137 - Points : 3549
Petit séjour à Londres Tumblr_puo95edz7m1r9p3hpo4_400
Âge : 37 ans (18/07/1982)
Métier : Directrice/Animatrice en centre de loisirs
Petit séjour à Londres Empty
Sujet: Re: Petit séjour à Londres ( le Lun 8 Avr - 21:38 )
« Je suis une femme surprenante. » N’empêche qu’il n’a pas dit qu’il était contre avoir d’autres enfants à l’avenir, cela pouvait être intéressant. C’est que son petit ami commençait à se faire à l’idée d’être papa et elle était convaincu qu’il serait un excellent père, déjà il prenait bien soin d’elle. Alors quand les jumeaux seront là ce sera le meilleur et elle serait à ses côtés, c’était une belle aventure qui les attendait. Puis ils avaient une chambre supplémentaire, comme quoi le hasard fait bien les choses, même si plus tard, elle voudrait que ses enfants puissent avoir un jardin ou jouer. Elle n’avait pas encore évoqué cette possibilité avec Celian, elle en parlerait avec lui d’ici peut être un an ou si ça venait dans la conversation, elle ne voulait pas l’obliger à trop changer ses habitudes, même si elle avait déjà pas mal chamboulé sa vie en y repensant.

Les choses chez la famille de Celian n’étaient pas des plus plaisantes, Adelina avait l’impression de ne pas être la bienvenue pour tout le monde. Elle avait déjà dû intervenir quand son petit ami avait frappé son cousin. « Au moins, il a compris la leçon, je pense que tu lui as bien fait passer le message. » Cela faisait longtemps qu’elle ne l’avait pas vu se battre, l’autre type avait dû dire quelque chose qui ne lui avait pas plu. « Dis-moi quel est le problème, est ce qu’il a dit quelque chose de mal, tu sais que tu peux m’en parler. » Elle pouvait tout entendre, même si c’était peut-être des paroles déplacées.

Ils retournèrent tous les deux dans le salon, elle avait toujours l’impression d’être l’intruse, mais elle tenterait de s’intégrer. « Sois patient, toute ta famille n’est sans doute pas si mauvaise, même si ton cousin à l’air d’un crétin. Laisse-leur une chance. » Ils n’avaient quand même pas fait tout ce chemin pour rien, bon d’accord c’était aussi pour passer des vacances, mais quand même l’idée principale était de le réconcilier un peu avec sa famille. Voila l’autre qui se repointe, Adelina décida d’intervenir vu qu’apparemment cette femme comprenait l’Italien. « Je suis Adelina, la petite amie de Celian et la mère de ses enfants, donc trouve toi quelqu’un d’autre sur qui jeter ton dévolu. » Elle ne semblait pas apprécier, mais elle s’éloigna d’eux. « Bon débarras, non mais pour qui elle se prend celle-là, personne ne touche à mon homme. » Elle était jalouse, puis avec les hormones c’était puissance dix. C’est alors qu’une femme plutôt âgée, apparu. « C’est ta mère ? » En tout cas, il y avait une ressemblance. La jeune femme était un peu stressé, d’ailleurs elle avait un peu la tremblante, elle avait peur de ne pas faire bonne impression.




Adelian
« uc. »
Revenir en haut Aller en bas
Celian Andrei10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Celian Andrei
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3187-celian-le-monde-est-plein-de-c http://www.ciao-vecchio.com/t3233-celian-l-extraordinaire-est-une-chose-le-mystere-en-est-une-autre
Faceclaim : Benedict Cumberbatch + © Ladyfame + © Sherlollyressources + © Thescienceofsherlolly +© Sara'h
Messages : 444 - Points : 1207
Petit séjour à Londres 55qr
Âge : 37 ans à boire du thé à 17h précises (24/12/1981)
Métier : Directeur d'un laboratoire de recherches pharmaceutiques, situé à l'extérieur de la ville. C'est son hommage personnel et caché à son paternel dévoré par la maladie
Petit séjour à Londres Empty
Sujet: Re: Petit séjour à Londres ( le Sam 13 Avr - 18:49 )

   
Chaque fois que je me rappelle de mots inconnus, je tends mes mains vers les traces qu'ils laissent. Mais il y a peut-être des mots, que je ne peux comprendre seul. Adelina & Celian
   

   
Petit séjour à Londres

   
Adelina était une jeune femme surprenante. Elle le disait d’elle-même avec ses propres mots mais Celian ne pouvait que l’appuyer et le penser très fort. Il allait de surprise en surprise avec elle et cela ne semblait pas s’arrêter. Cela pouvait lui donner le tournis parfois, lui qui n’était jamais autant sorti de sa zone de confort avec quelqu’un. Sa zone de confort, sa carapace d’un caractère hautain qu’il s’était forgé pour cela justement. Carapace remise en question depuis son retour en Italie. Un retour qui semblait être bénéfique pour bien des facettes de lui-même et de sa personnalité. Il aurait dû revenir depuis bien longtemps, c’était là qu’étaient ses racines. Finissant par arriver dans la demeure familiale, les choses ne se passèrent pas exactement comme le Brunet l’avait prévu. Lui qui avait souhaité se faire remarquer le moins possible, c’était mission ratée. Au contraire, sa visite étant tant remarquée que sa mère en avait prévu une réunion de famille et que le reste de cette même famille s’était arrangée pour lui organiser un rendez-vous lui aussi arrangé. Un meilleur parti pour lui : ces mots lui restaient en travers de la gorge, la mâchoire des plus crispées. Finalement Adelina intervint pour s’interposer entre lui et son cousin. Au moins, il a compris la leçon, je pense que tu lui as bien fait passer le message. Effectivement, il espérait ne plus avoir à entendre ces mots résonner dans son oreille. Dis-moi quel est le problème, est ce qu’il a dit quelque chose de mal, tu sais que tu peux m’en parler. Pourtant, il refusait de partager ses paroles avec elle, pour ne pas la blesser. Ce n’est pas que je ne veux pas t’en parler, mais ce serait indécent de répéter ce qu’il vient d’affirmer à ton égard. Surtout qu’il a tort : tu n’es pas un mauvais parti. Les mots lui avaient pourtant échapper sans s’en rendre compte. Retournant dans le salon, il devint à nouveau le centre de l’attention, captant les regards désapprobateurs de certains, interrogateurs d’autres. Le Brunet s’en excusa d’ailleurs encore une fois : de cette famille particulière et de cette ambiance auprès de la jeune femme. Sois patient, toute ta famille n’est sans doute pas si mauvaise, même si ton cousin à l’air d’un crétin. Laisse-leur une chance. Il avait tout de même hâte que cette formalité soit passée : une discours qu’il s’est répété tant de fois aujourd’hui.

   Une chance : Celian avait-il eu le droit à une ? Son exaspération fut mise à rude épreuve lorsque la Lady de toute à l’heure revint vers eux. Ce fut la Brunette qui lui rétorqua plus rapidement. Je suis Adelina, la petite amie de Celian et la mère de ses enfants, donc trouve toi quelqu’un d’autre sur qui jeter ton dévolu. Son élan surprit le jeune homme, mais l’instant d’après c’est avec un air de triomphe qu’elle ajouta à son intention : Bon débarras, non mais pour qui elle se prend celle-là, personne ne touche à mon homme. Ils avaient tous les deux leur manière de faire pour régler ce genre de différent. Le silence finit par s’emparer de la pièce, le Brunet suivit le regard des autres et comprit instantanément cette nouvelle attitude. C’est ta mère ? L’Italienne ne connaissait pas sa mère à juste titre, il avait toujours vécu avec son père en Italie et lorsqu’il la voyait, il devait rentrer sur Londres pour le faire, notamment dans l’obligation des fêtes de famille. Malgré la maladie qui l’habitait et son âge maintenant, elle ne laissait rien transparaître et son port de tête était toujours impeccable. Oui. Se contenta-t-il de lui répondre en soutenant le regard de sa mère. J’ai cru percevoir une certaine agitation depuis là-haut… Serait-ce le retour de mon garçon qui crée tant de remue-ménage ? S’exprima-t-elle en anglais en s’adressant directement au Brunet. Vous êtes toujours aussi théâtrale, Mère. Pourtant la voix de la vieille femme était douce. Celian avait toujours dépeint un portrait de sa mère comme étant quelqu’un d’aigri, de superficielle et d’égoïste. Ce portrait ne reflétait que ses yeux à lui, les yeux avec lesquels il la voyait. Une rancœur et une animosité qu’il n’avait jamais pu lui pardonner : le fait d’avoir choisi cette famille anglaise plutôt que celle de son père. Cette famille hypocrite où seuls les titres semblaient compter. En réalité, sa mère était toujours rongée par le choix qu’elle avait dû faire : les abandonner avait été le pire choix qu’elle ait fait.

Sa mère finit par remarquer la jeune femme à son côté et lui sourit. Que diriez-vous d’aller prendre le thé dans le salon privé ? Il y a beaucoup trop d’oreilles ici pour discuter. Leur demanda-t-elle dans un italien parfait. Soit après tout c’est ce que tu voulais. Finissons-en rapidement. L’irritation dans sa voix était presque palpable. Demandant au majordome familial de préparer et servir le thé dans le salon privé, tous trois en prirent le chemin. En bon gentleman, il laissait les deux femmes entrer en premières avant d’entrer à son tour et de s’installer sur le canapé face à sa mère, Adelina à son côté. Le silence était de plomb et le Britannique ne piperait pas un mot en premier. Il n’en démordrait pas. Pas cette fois.
   
(c) crackle bones

   



Je ne savais pas qu'ensemble bientôt, on créerait un nous. Ton coeur est tout ce que j'ai et dans tes yeux, tu tiens le mien. Suivons notre chemin, je vois mon futur dans tes yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Adelina Alma10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Adelina Alma
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2209-il-faut-avancer-ne-jama http://www.ciao-vecchio.com/t2210-adelina-alma
Faceclaim : Louise Brealey + ran94(avatar), .plùm(sign), tumblr + sherlollyresources(gifs)
Messages : 7137 - Points : 3549
Petit séjour à Londres Tumblr_puo95edz7m1r9p3hpo4_400
Âge : 37 ans (18/07/1982)
Métier : Directrice/Animatrice en centre de loisirs
Petit séjour à Londres Empty
Sujet: Re: Petit séjour à Londres ( le Sam 13 Avr - 20:48 )
Adelina voulait savoir ce que ce cousin avait pu dire pour faire réagir Celian de la sorte, mais s’il ne voulait pas lui dire, ça lui échappa, elle se mit à lui sourire. « Tu as défendu mon honneur, comme tu l’as toujours fait, puis je me fiche que ton cousin puisse penser que je suis un mauvais parti ce qui compte c’est que tu sois là avec moi. » Au cours de sa vie, elle avait subi beaucoup de critiques, son petit ami le savait mieux que personne et même si ça pouvait être blessant, elle avait appris à prendre sur elle et si elle le pouvait se défendre d’elle-même. Finalement une dame assez âgée fit son apparition, alors c’était elle la mère de Celian, c’est vrai qu’il y avait une ressemblance, elle semblait être une femme d’une certaine classe, peut être que Adelina ne serait pas apprécié vu qu’elle ne l’était pas vraiment. Pourtant à première vu en l’entendant parler, elle n’avait pas l’air si mauvaise, après il ne fallait pas se fier aux apparences, donc elle attendrait de voir. « Ce que Celian veut dire c’est ce serait avec plaisir. » Cela ne se faisait pas de montrer son impatience, elle voulait juste que ça se déroule bien, sans dispute, mais bon ça risquait d’être tendu. Ils arrivèrent dans la pièce en question et se posèrent sur le canapé. Bon c’était le moment de briser le silence. « Je suis enchantée de vous rencontrer, je suis Adelina la petite amie de Celian. » En effet elle n’avait pas encore eu l’occasion de se présenter. Elle sortit l’échographie des jumeaux et la donna à la mère de son petit ami. « Vous allez être grand-mère, je pense que c’est important que vous ayez ça. Ce sont des jumeaux, un garçon et une fille. » Bon d’accord ça se voyait qu’il y avait deux bébés, mais ce n’était pas forcément facile de savoir si c’était des garçons ou des filles. Est-ce que Adelina était un peu trop entreprenante ? Peut-être, mais il fallait bien qu’elle agisse. « Vous avez une belle maison. » Bon c’était une phrase bateau, mais généralement ça passait bien, même si le terme correct c’était manoir. En tout cas c’était bien de pouvoir parler Italien, elle ne se serait pas vu faire la conversation en anglais, elle aurait probablement eu l’air ridicule. En tout cas, elle espérait que Celian se déciderait à parler ou alors que ce soit la mère de celui-ci qui décide de se lancer en premier.


Adelian
« uc. »
Revenir en haut Aller en bas
Celian Andrei10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Celian Andrei
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3187-celian-le-monde-est-plein-de-c http://www.ciao-vecchio.com/t3233-celian-l-extraordinaire-est-une-chose-le-mystere-en-est-une-autre
Faceclaim : Benedict Cumberbatch + © Ladyfame + © Sherlollyressources + © Thescienceofsherlolly +© Sara'h
Messages : 444 - Points : 1207
Petit séjour à Londres 55qr
Âge : 37 ans à boire du thé à 17h précises (24/12/1981)
Métier : Directeur d'un laboratoire de recherches pharmaceutiques, situé à l'extérieur de la ville. C'est son hommage personnel et caché à son paternel dévoré par la maladie
Petit séjour à Londres Empty
Sujet: Re: Petit séjour à Londres ( le Ven 19 Avr - 13:00 )

   
Chaque fois que je me rappelle de mots inconnus, je tends mes mains vers les traces qu'ils laissent. Mais il y a peut-être des mots, que je ne peux comprendre seul. Adelina & Celian
   

   
Petit séjour à Londres

   
Celian ne souhaitait pas retransmettre les paroles de son cousin à l’égard de la Brunette, pourtant ces dernières lui échappèrent sans qu’il y fasse attention. Tu as défendu mon honneur, comme tu l’as toujours fait, puis je me fiche que ton cousin puisse penser que je suis un mauvais parti ce qui compte c’est que tu sois là avec moi. Du moins, il n’en avait été conscient jusqu’à ce que la jeune femme en parle. Il était vrai que le Brunet avait toujours défendu la jeune femme, ce qui avait d’ailleurs été à l’origine même de cette amitié qu’ils avaient tissés étant enfant. Cela s’était même soldé par quelques jours de renvoi pour lui mais il ne l’avait jamais regretté. Il avait presque l’impression de revoir le jeune homme qu’il avait été, beaucoup plus impulsif qu’il ne l’était encore à l’heure actuelle. Pourtant, ce côté se cachait toujours en lui. Revenus au salon principal suite à cette altercation, la mère de Celian fit son apparition, leur proposant à tous les deux, de discuter à l’abri des regards et des oreilles indiscrètes. Le Brunet accepta à contre-cœur ne mâchant aucunement ses mots. Ce que Celian veut dire c’est ce serait avec plaisir. Adelina avait ce vrai don à toujours vouloir essayer de le rattraper. Même lorsque la situation paraissait désespérée comme à l’heure actuelle. Arrivant dans le petit salon privé, le silence était de mise. Un silence notamment instauré par le Britannique qui n’était présent uniquement par obligation, quelque peu également poussé par sa petite amie qui avait sommé de répondre à cette invitation. Qui lui avait fait changer d’avis. Je suis enchantée de vous rencontrer, je suis Adelina la petite amie de Celian. C’est d’ailleurs cette dernière qui brisa le silence palpable entre la mère et le fils. Adelina. C’est un nom que j’ai énormément entendu, n’est-ce pas Celian ? Elle avait été une des principales raisons évoquées à l’époque par le jeune lycéen pour ne pas avoir à rentrer à Londres, suite au décès de son père. Là-bas j’ai construit quelque chose. J’ai des amis même si ça peut t’étonner : Allessandro, Adelina. Et toi, tu veux tout me prendre, encore ? Tu ne nous as pas déjà tout pris ? Ses paroles n’échappaient pas à sa mémoire d’hypermnésique et il se souvenait presque de cette dispute comme si c’était hier. Ah bon, parce que tu m’écoutais lorsque je te disais que je ne souhaitais pas rentrer à Londres ? Une vraie tête dure et une tête de mule.

   Sortant l’échographie qu’elle lui avait montré plus tôt sur le chemin pour venir jusqu’ici, elle la fit glisser sur la table basse. Vous allez être grand-mère, je pense que c’est important que vous ayez ça. Ce sont des jumeaux, un garçon et une fille. Des jumeaux, cela était toujours aussi particulier de l’entendre. Vous avez une belle maison. Dans un moment de flottement, le majordome du manoir entra pour leur servir le thé avant de s’éclipser aussi rapidement et discrètement qu’il était entré. Pourtant d’un simple geste de la main, sa maternelle le pria de rester. Quelque peu déboussolée par l’annonce de la Brunette, elle reprit constance en un instant avant de continuer : Celian, je ne te poserai qu’une seule question : est-ce ce que tu souhaites toi, et personne d’autre ? Fronçant les sourcils, ne comprenant réellement où menait cette question, il laissa échapper un seul mot : Pardon ? Tournant la tête et le regard vers elle, elle reprit : J’ai pu observer ta réponse envers ton cousin Zachary, saches que je n’avais en rien prémédité cette histoire, mais maintenant je veux te l’entendre dire. Je veux entendre ta réponse. Est-ce vraiment toi qui a choisi Adelina ? Personne d’autre ne l’a fait pour toi ? N’est-ce pas ? Celian ne connaissait l’histoire derrière la rupture du mariage de ses parents, tout avait toujours été flou. Il ne savait que cette rupture avait été forcée du côté de la famille de sa mère, exactement comme on avait essayé de le lui faire subir juste auparavant. Qu’est-ce que je suis censé dire ? Que je ne comprends pas en quoi ma conduite aurait du être guidée par qui que ce soit ? Que je ne comprends pas pourquoi je me serais laissé dicter ma conduite par qui que ce soit ? Bien sûr que c’est mon choix. Cela a toujours été Adelina et personne d’autre. Un doux sourire s’inscrit sur ses lèvres : quelque chose qu’il n’avait jamais vu et qui l’interrogea. Bien entendu, là-dessus tu as tout hérité de ton père. Je m’excuse Adelina que vous ayez dû être au milieu de cela, sachez que je ne remettais pas en doute votre sincérité, je voulais juste m’assurer que mon fils ne répète les mêmes erreurs que j’ai pu faire par le passé. Il doit suivre la voie qu’il souhaite. Pas celle qu’une tierce personne lui dicte. Et certainement celle que Zachary ou quelqu’un d’autre de cette famille souhaite dicter.

Pourtant, la réponse du Brunet sonnait comme un soulagement aux yeux de sa maternelle qui poursuivit : Mes félicitations à vous deux.. Vous avez déjà songé à des prénoms ? Comme une histoire qui se répétait ou plutôt une question qui revenait sans cesse. Il roula des yeux et soupira. Prenant une gorgée de son thé, il avait encore en mémoire la scène qui venait juste de se jouer. Elle qui semblait sincère et rassurée par sa réponse, par son choix.
   
(c) crackle bones

   



Je ne savais pas qu'ensemble bientôt, on créerait un nous. Ton coeur est tout ce que j'ai et dans tes yeux, tu tiens le mien. Suivons notre chemin, je vois mon futur dans tes yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Petit séjour à Londres Empty
Sujet: Re: Petit séjour à Londres ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Petit séjour à Londres -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Le reste du monde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant