Revenir en haut
Aller en bas


 

- Lost Soul ft Raoul -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Latisha JonesLe vin est un puissant lubrifiant social
Latisha Jones
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3948-personne-n-est-jeune-apres-qua http://www.ciao-vecchio.com/t3961-tish-petite-citation-a-venir
Faceclaim : Gabrielle Union
Messages : 492 - Points : 641
Lost Soul ft Raoul Tumblr_ntnztwW4Py1r9zp6fo1_500
Âge : 40 ans
Métier : Il paraîtrait que je suis plutôt douée pour gérer l'argent...oseras-tu mettre le tien entre mes mains ?
Lost Soul ft Raoul Empty
Sujet: Lost Soul ft Raoul ( le Mar 19 Mar - 20:58 )
Un regard, un dernier baiser sur son front puis, je quitte sa chambre. Il a été plongé dans un coma artificiel, car son état s'est dégradé et que s'il reste réveiller, il peut chuter à n'importe quel moment. Encore une fois, je me suis sentie impuissante, inutile. D'un coup de revers, j'essuie une énième larme qui déferle sur ma joue, à cet instant précis, je n'ai plus quarante ans, mais dix-sept. Cela me fait replonger au moment où j'ai dû avouer à mes parents que j'étais enceinte et qu'ils m'ont mis à la porte sans vouloir d'explication, sans aucun ressenti. Cette période de ma vie a été très difficile pour moi, je me suis beaucoup remise en question, parfois j'ai eu des idées noires, je me suis surtout demandée ce que j'étais venue faire sur cette Terre. Si j'étais si indispensable que ça, pourquoi toutes les personnes que j'aime finissaient par disparaître, ou m'abandonner.
On me voit souvent souriante et positive, mais je n'ai pas toujours été ainsi, Après la découverte de ma grossesse, j'ai été un moment dans un cercle infernal où tout me semblait noir et inutile. Je me suis retrouvée à la rue et j'ai dû apprendre à ne compter que sur moi-même, à me débrouiller par mes propres moyens. J'ai dû être assez forte pour oublier mes idées noires et lutter pour que mon enfant survive. C'était peut-être ce qui était venu me sauver, venue donner un autre sens à ma vie. C'était le cas, il a illuminé mes jours. Dès le moment où je l'ai pris dans mes bras, j'ai su qu'il n'y avait que lui qui compterait réellement à mes yeux. La preuve en était, j'étais seule dans cette salle d'accouchement, encore une fois, ne comptant que sur moi-même et ce petit être me dévorait des yeux, il me tenait l'index, si fort. Ses yeux en disaient long, j'étais sa boussole et lui était devenu la mienne. Ma vie pris un autre cours, même dans les pires moments, je restais la tête haute et me battais pour que Devon ne manque de rien. Il n'avait pas de père, mais il était inconcevable qu'il n'ait pas une belle vie. Je devais jouer le rôle du père et de la mère, parfois de la confidente, j'étais prête à endosser tous les rôles pour lui. J'étais prête à accumuler les petits boulots pour lui, mais également de reprendre mes études, pour lui permettre d'avoir un avenir meilleur. Voir sa situation se dégrader a été insoutenable pour moi, pendant un cours instant, j'ai cru que j'allais le perdre et cette idée m'est tout simplement inconcevable. Quelle mère accepterait de perdre son fils? Aucune, ce n'est pas supportable ni surmontable.

C'est la sirène de l'ambulance qui me ramène à la réalité, j'étais tellement absorbée dans mes pensées que je ne me suis même pas rendu compte de la traversé des couloirs de l'hôpital jusqu'à la sortie près des urgences. Encore un innocent qui vient d'avoir un accident. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé, mais je peux voir la famille du blessé autour de l'ambulance, tous se précipitent comme des fourmis, j'ai l'impression de revoir ce qu'il s'est passé avec Devon. Très certainement que cette scène se répète plusieurs fois dans la journée, un quotidien pour le corps médical, un affront pour moi. On oublie très vite qu'un être humain, peut-être touché à tout moment, qu'il peut devenir vulnérable au point d'en perdre la vie. Ce sont ces piqûres de rappels qui nous ramènent à la réalité. Je reste plantée là encore quelques minutes à observer la scène, puis ne me sentant pas de rentrer à la maison, je me dirige vers ma voiture et conduit jusqu'en ville. Les rues défilent devant moi, je ne suis pas réellement là et lorsque je me gare, je me demande même comment j'ai fait pour arriver jusque-là. Encore une fois, mes émotions m'ont submergées, j'ai pleuré tout le long du trajet, mes yeux sont rouges et gonflés. Nous avons atteint un autre palier dans ce cauchemar et je ne suis pas certaine d'avoir les reins solides pour le supporter.

Les rues sont encore pleines de gens, des jeunes, des moins jeunes, des couples et des personnes seules comme moi. Je fuis le regard des personnes que je croise, comme si elles pouvaient lire dans mon regard ce que je suis en train de traverser. Ma vie n'aurait vraiment plus lieu d'être sans Devon, il est ma raison de vivre et je suis devenue cette femme forte grâce à lui et pour lui. Je m'arrête devant la devanture d'une boutique ou d'un bar, je ne sais pas trop, je comprends qu'un événement vient de se terminer. Il ne reste plus que quelques personnes et un couple en sort avec une bouteille de vin à la main et un grand sourire. Je reconnais une silhouette descendre d'un podium et aller se servir un verre de cette boisson que j'aime tant. C'est alors que je me rappelle avoir reçu une invitation pour cette soirée, mais bien trop prise par ce qui est arrivé à mon fils, je n'avais aucune envie de m'y rendre. Je ne devrais peut-être pas, mais entre deux sanglots, je pousse la porte et entre dans l'enseigne. “Bonsoir…” Ce sont les seuls mots que j'arrive à prononcer. J'essaie de sourire, mais ça serait me mentir à moi-même. Les dernières personnes présentes quitte les lieux et je me retrouve seul avec Raoul.Je m'approche alors de lui lentement avant de lui adresser la parole à nouveau : “La soirée fut bonne?” Raoul est un merveilleux oenologue que j'ai rencontré il y a quelques années. En tant normal, j'adore les soirées qu'il tient, mais je n'aurais vraiment pas été capable de participer à celle-ci. J'observe les lieux, sans dire un mot de plus, essayant de cacher ma tristesse.

@Raoul De St Ange




The only journey is the one within.
Nymphadora Tonks ☽
Revenir en haut Aller en bas
Raoul de St AngeLe vin est un puissant lubrifiant social
Raoul de St Ange
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4975-un-mensonge-repete-mille-fois- http://www.ciao-vecchio.com/t5021-tout-n-est-pas-tout-blanc-ou-tout-noir-tout-est-souvent-gris
Faceclaim : Hugh Jackman © Nuit Parisienne (vava) / crackships (padawan)
Messages : 304 - Points : 565
Lost Soul ft Raoul Tumblr_inline_oe6h4yMD7n1tae3h3_500
Âge : 46 ans né le 18/09/72 / vérité
Métier : Oenologue / mensonge ancien flic infiltré
Lost Soul ft Raoul Empty
Sujet: Re: Lost Soul ft Raoul ( le Ven 22 Mar - 10:29 )

when the the silences speak.
latisha & raoul
Tu finis de vider ta voiture des cartons de vin. C'est le dernier voyage et heureusement car tu commences à saturer avec les allées retours. Même si tu as eu un bon de main de la part du propriétaire de la boutique et de ses employés. Il te reste encore pas mal de chose à faire notamment à monter le mini podium qui te permettra de surplomber la salle pour mieux voir les futurs acheteurs. Tu sais très bien qu'il y aura aussi des curieux à cette soirée dégustation. Parce que la foule amène la foule, mais il y aura aussi des bon clients, ceux qui sont privilégiés et qui vont avoir le droit de gouter des vins même pas encore mis sur le marché. L'avantage de passer par ton circuit vu que tu travailles directement avec les producteurs. Ce soir il y aura pas mal de vins français, mais aussi quelques classiques italiens et même des vins californiens, il en faut pour tous les gouts et toutes les bourses. Ta clientèle est assez aisée, mais celle de la boutique a un plus petit budget alors tu t'es adapté pour combler tout le monde et faire une belle rentrée d'argent. Tu as envoyé pas mal d'invitation et tu espères qu'il y aura de bonnes répercutions. Tu as relancé certaines personnes n'ayant pas eu de réponse. Tu sais que Vera ne viendra pas avec ses soucis de santé, du coup tu lui as réservé quelques bouteilles que tu lui amèneras personnellement. Il devrait aussi y avoir quelques restaurateurs de Naples et de ses environs. Et puis Latisha qui n'a pas non plus donné suite. Tu lui enverras au pire un sms en début de soirée, tu sais que la belle est pas mal occupée. En attendant tu évites de penser à elle, parce que cela te secoue un peu à cause de sa ressemblance troublante avec Maeva. Tu ne lui en as jamais parlé, parce que tu ne parles jamais de Maeva et de Kewan. Tu dis juste que tu es divorcé sans t'étaler. Et que ton métier ne te permet pas de voir tes enfants comme tu le voudrais. Ou alors tu dis que le divorce c'est mal passé et qu'elle a tout raflé, même la garde des gosses.

Enfin pour le moment boulot. Tu t'occupes de mettre les vins rosés et les vins blancs, que tu vas faire déguster, au frigo. Pour le rouge qui a besoin de décanter tu ouvres les bouteilles, tu les mettras plus tard en carafes. Tu mets en place les verres que tu vérifies soigneusement, pas de gobelet en plastiques. Vraiment pas cool pour une dégustation de ce genre. Tu prévois quelques seaux pour ceux qui préféreraient faire tourner le vin dans leur bouche sans l'avaler. Même si la plus part joue les gourmands jusqu'au bout. Les heures s'écoulent et tout s'installe rapidement. Tu reçois encore des confirmations, la boutique va être pleine mais le propriétaire l'a aménagé pour qu'on puisse circuler sans problème. Il t'achète déjà du vin mais il compte ouvrir une deuxième boutique et si la soirée marche, il fera dans le luxe contrairement aux ventes qu'il a pour le moment. Dernière ligne droite tu vas te changer. Costume noir, chemise blanche et nœud papillon. La classe mais cela fait partir aussi du rôle. Tu envoies le sms à Latisha, enfin tu penses l'envoyer dans la précipitation tu l'as enregistré en brouillon. Les premiers clients arrivent, et tu les accueilles avec le patron de la boutique. Pour ceux qui ne le connaissent pas tu fais les présentations et il se passe l'inverse quand ce sont des clients à lui qui entrent. La dégustation commence, tu es à ton aise. Personne ne peut se douter quel homme se cache derrière ton masque souriant. Tu es affable, à l'écoute, réceptif, tu rigoles, tu t'étonnes, tu joues. Ne pensant pas au moment ou tu te retrouveras seul avec ta haine et tes rancœurs. Les bouteilles se vident, les commandent se prennent. Certains partent même directement avec les cartons. Le stock se vide. Et tout le monde semble ravi.

Enfin le calme. Le patron parle avec un dernier couple de client et tu descends du podium, lessivé mais heureux. Tu te sers un verre de vin rouge et tu prends le temps de le savourer tout en soupirant d'aise. Putain que ça fait du bien. Une voix féminine te fait sortir de ta légère torpeur. Latisha. Elle s'avance doucement vers toi et toi tout ce que tu vois c'est cette ressemblance qui fait accélérer ton cœur. Le faisant presque vriller. « Tish bonjour .. » Le trouble se sent dans ta voix mais cela peut parfaitement être mis sur le coup de la fatigue. Tu la regardes mais pris dans ce jeu de miroir tu ne vois pas au départ ses yeux humides. Tu ne réalises pas tout de suite qu'elle te demande si la soirée a été bonne. « Euh .. oui très bonne .. je m'attendais à ta voir ? Tu n'as pas reçu mon invitation ? Je t'ai même envoyé un sms avant qu'elle commence. » Cela t'attriste un peu qu'elle n'ait pas été là. Tu sais combien elle apprécie ce liquide voluptueux. « Ne t'en fais pas il en reste un peu. Tu vas pouvoir gouter certaines des merveilles que j'ai présenté ce soir. » Le patron de la salle te voyant discuter s'éclipse pour finir de ranger après avoir fermé la boutique. S'il veut partir il te laissera les clés car tu as un peu de travail de rangement. Même si à cet instant tu n'y penses pas. « Est ce que tout va bien ? » D'un coup tu vois son trouble comme si tu revenais dans la réalité.
drvgns.


@Latisha Jones




La haine comme seul moteur de ton cœur.


Merci Lilas:
 
Revenir en haut Aller en bas
Latisha JonesLe vin est un puissant lubrifiant social
Latisha Jones
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3948-personne-n-est-jeune-apres-qua http://www.ciao-vecchio.com/t3961-tish-petite-citation-a-venir
Faceclaim : Gabrielle Union
Messages : 492 - Points : 641
Lost Soul ft Raoul Tumblr_ntnztwW4Py1r9zp6fo1_500
Âge : 40 ans
Métier : Il paraîtrait que je suis plutôt douée pour gérer l'argent...oseras-tu mettre le tien entre mes mains ?
Lost Soul ft Raoul Empty
Sujet: Re: Lost Soul ft Raoul ( le Mar 26 Mar - 22:08 )
Une fois dans la boutique, je contemple les lieux, par le genre d’endroit où j’ai l’habitude de rencontrer Raoul qui organise souvent ses évenements dans des espaces luxueux à l’image de la clientèle. Pour autant, l’endroit ne me dérange pas. Je n’ai pas toujours eu les moyens de m’offrir ce genre de vanité et cette boutique me ressemble certainement plus que ce que je laisse paraître de moi aux gens. “Tu es très élégant comme toujours.” En tant normal, j’aurais dit cela sur un ton enjouée, mais je suis fatiguée, je n’ai plus réellement de force alors c’est d’un ton calme et posé que cela se fait entendre. Je m’avance un peu plus vers lui, non sans constater cette façon qu’il a de m’appeler. À chaque fois que j’entends mon nom sortir de sa bouche, je me sens spécial, il a une manière de le prononcer qui n’est pas comparable à celle des autres. Il y a une intonation qu’il prend qui donne tout un autre sens à mon nom, étrange me direz-vous, mais c’est ainsi que je le ressens à chaque fois. Il ne semble pas avoir remarqué mon état, ce qui me rassure un peu, je ne tiens pas forcément à fondre en larme dans ses bras ou à lui procurer de la pitié. C’est donc tout simplement que je lui répond : “ Oui...j'ai reçu ton invitation mais...on va dire que j'étais prise ce soir…” Mon regard ne se porte pas vraiment sur lui lorsque je dis cela, comme pour me concentrer pour ne pas repartir en sanglot. “ Mais je suis très contente que les choses se soient bien déroulées pour toi.” Je n'ai pas le souvenir d'avoir reçu de sms. “Tu m'as écrit? Pourtant…” Je regarde mon sac à main et commence à fouiller avant de ressortir mon téléphone. J'ai eu plusieurs appels du bureau, mais pas de sms de Raoul. “...je n'ai rien.” Une fois à sa hauteur je lui montre mon téléphone. Je regarde un peu ce qui lui reste en vin, non pas que je souhaite m'en acheter ce soir, mais plutôt pour constater ses ventes et le succès de la soirée.

Je me saisis d'un tabouret haut et m'y installe non sans-mal. “Tu es toujours un gentleman avec moi, tu ne devrais pas, je risque d'y prendre goût.” Malgré ce que je traverse, j'arrive à placer une pointe d'humour dans ma phrase. Je n'ai clairement pas envie de m'amuser ce soir, ni demain, ni les prochains jours. J'essaie de faire bonne figure et de cacher mon mal-être. Mais il semblerait que je ne sois pas très persuasive, car sa question vient me glacer le sang. Ca me plonge à quelques heures en arrière, lorsque les médecins, m'ont appelés pour me dire que mon fils avait eu une défaillance et qu'il venait d'être plongé dans le coma. Pendant quelques minutes, je ne réponds pas, car je suis encore plongé dans mes souvenirs de cette soirée.

“Désolé..” Dis-je en revenant à moi, je ne sais pas trop quoi lui répondre, soit je continue à faire bonne figure et je lui mens ou alors je lui raconte ce qu'il m'arrive au risque de craquer à tout moment. “Eh bien…” Ma voix devient tout d'un coup plus tremblante. Je me racle la gorge avant de le regarder enfin réellement dans les yeux sans essayer de fuir. “Non...ça ne va pas vraiment..” J'hausse les épaules comme un petit enfant, sans en dire plus, je sens déjà mes yeux se remplir de larme tout en essayant de les contenir. “Mais...Je ne veux pas t'embêter avec mes problèmes.” Je lui fais un petit sourire peu convaincant et continue. “ Alors raconte moi cette soirée.” Je regarde en l'air pour faire descendre mes larmes sans qu'elles ne coulent sur ma joue.

@Raoul De St Ange




The only journey is the one within.
Nymphadora Tonks ☽
Revenir en haut Aller en bas
Raoul de St AngeLe vin est un puissant lubrifiant social
Raoul de St Ange
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4975-un-mensonge-repete-mille-fois- http://www.ciao-vecchio.com/t5021-tout-n-est-pas-tout-blanc-ou-tout-noir-tout-est-souvent-gris
Faceclaim : Hugh Jackman © Nuit Parisienne (vava) / crackships (padawan)
Messages : 304 - Points : 565
Lost Soul ft Raoul Tumblr_inline_oe6h4yMD7n1tae3h3_500
Âge : 46 ans né le 18/09/72 / vérité
Métier : Oenologue / mensonge ancien flic infiltré
Lost Soul ft Raoul Empty
Sujet: Re: Lost Soul ft Raoul ( le Mar 2 Avr - 18:43 )

when the the silences speak.
latisha & raoul
Le silence après toute cette agitation est des plus précieux. Mais il vient s'y ajouter une note féminine qui n'est pas pour te déplaire la voix de Latisha. Même si elle est bien moins enjouée que d'habitude. La fatigue surement. Ou alors c'est toi qui te fais des idées. Vu que la belle te trouble à chaque fois que tu te retrouves en sa présence. Un trouble profond, qui te caresse avec autant de violence que de douceur. « Merci. Faut que je sois à la hauteur des produits que je présente et que je vends. » Tu la regardes, ton esprit part ailleurs. Elle est belle Latisha, et c'est autant difficile pour toi de la regarder comme de ne pas la regarder. Tu sais que décrocher tes yeux de sa silhouette t'éviterait l'enfer. Mais laisser ton regard se poser sur elle apaise ta douleur secrète. Alors être en sa présence est toujours complexe et compliqué, surtout que tu ne dis rien sur ce trouble qui te brule de l'intérieur. Jouant habillement entre le froid et le chaud. Si bien que tu ne remarques rien de son mal être. Si bien que tu ne remarques rien de sa souffrance tout autant secrète que la tienne. Tu préfères lui parler de l'invitation. « Je comprends. » Tu éprouves une déception du à son absence, tout en sachant que la soirée aurait été difficile si la belle avait été là. Elle aurait surement accaparer toute ton attention. « Je suis un beau parleur alors ils tombent tous sous mon charme. » Tu souris tout en faisant un peu d'humour voyant enfin l'ombre dans son regard. Tu lui parles alors du SMS et tu sors ton portable en même tant que Latisha. Et triste constat, tu as fais une mauvaise manipulation. « Putain je l'ai enregistré en brouillon et du coup il ne s'est pas envoyé. Logique que tu ne l'ai pas reçu. Franchement je devais avoir la tête ailleurs. » Pas spécialement pris par l'arrivé des clients mais plus par la personne à qui tu envoyais le message. Parce qu'elle te ramène à chaque fois à Maeva. Et même si tu ne fais pas d'amalgame et que tu es conscient qu'elles sont bien différentes, tu ne peux t'empêcher de les lier. « Vraiment désolé. » Même si cela n'aurait pas changé grand chose vu qu'elle était occupée ailleurs.

Latisha s'installe sur un des tabourets et tu lui proposes de déguster les vins que tu as présenté et que tu comptais lui faire découvrir. Tu en as mis de côté sachant que si elle ne venait pas tu irais lui faire déguster directement chez elle. « Qui sait cela pourrait me plaire que tu prennes goût à mon côté gentleman. » Tu lui souris la regardant avec plus d'attention. Tu te rends compte qu'il se passe quelque chose. Cela te serre le cœur parce que, ce que tu vois te renvois sans ménagement vers ton passé. Il y a des douleurs qui ont les mêmes teintes. Un rouge violent qui éclate et laisse sa trace. Qu'est ce qu'a vraiment Latisha ? D'où vient cette touche de tristesse dans la voix et sa mélancolie dans son regard ? Quelle blessure l'habite ? « Tu n'as pas à être désolé. Il y a quelque chose qui cloche ? Je peux t'aider ? » Elle avoue que cela ne va pas bien. Et elle laisse plus facilement paraître sa faiblesse. Même si elle est encore sur la retenue vu qu'elle ne veut pas t'embêter. Elle cache. Elle triche pour ne pas s'effondrer. Tu poses ta main sur la sienne. « Ma soirée c'est très bien passée. Ce qui n'a pas été le cas de la tienne à te voir. » Tu te lèves ouvre une bouteille et sert deux verres. Puis tu t'approches de Latisha et attrape délicatement son visage pour plonger dans son regard. Tu frissonnes parce que tu as la sensation d'être mis face à une douleur personnelle. Une douleur qui n'est pas la tienne mais que tu prends à bras le corps à cet instant. Tu as juste envie de la serrer contre toi et de la réconforter. Non ce n'est pas ta femme, mais il y ce besoin intense qui te secoue de l'intérieur et contre lequel tu luttes. Tu ne veux pas qu'elle pense que tu veux profiter d'elle et de sa faiblesse. Tu n'es pas ce genre de mec. Tu veux juste que Latisha voit l'ami ou l'épaule sur laquelle se poser et s'épancher. « Tish qu'est ce qu'il y a ? Tu n'es pas dans ton assiette ? Et tu ne m'embêtes pas. Et si tu es venue c'est parce que tu sais que tu peux compter sur moi. Même quand tout va mal. » Si elle avait besoin de calme, de solitude, de silence, elle serait rentrée directement chez elle. En franchissant cette porte elle savait qu'elle cherchait quelqu'un à qui parler. « Ce n'est pas bon de garder ce genre de chose. Parle j'ai tout mon temps tu sais. » Personne ne t'attends. Personne ne t'attendra plus. Le lien qui c'est tissé entre vous au fil de vos rencontres, tu n'y mets pas de mot. Tu sais juste qu'il te fait du bien, même s'il te chamboule. Et ce soir tu veux être juste là pour elle, même si sa douleur pourrait te faire souffrir. Elle peut aussi t'apaiser. En tout tu es sur qu'elle ne te laissera pas indifférent.

drvgns.


@Latisha Jones




La haine comme seul moteur de ton cœur.


Merci Lilas:
 
Revenir en haut Aller en bas
Latisha JonesLe vin est un puissant lubrifiant social
Latisha Jones
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3948-personne-n-est-jeune-apres-qua http://www.ciao-vecchio.com/t3961-tish-petite-citation-a-venir
Faceclaim : Gabrielle Union
Messages : 492 - Points : 641
Lost Soul ft Raoul Tumblr_ntnztwW4Py1r9zp6fo1_500
Âge : 40 ans
Métier : Il paraîtrait que je suis plutôt douée pour gérer l'argent...oseras-tu mettre le tien entre mes mains ?
Lost Soul ft Raoul Empty
Sujet: Re: Lost Soul ft Raoul ( le Ven 5 Avr - 22:02 )
La réponse de Raoul provoque un léger sourire en moi. “ Tu sais très bien que tu es toujours à la hauteur!” C'est le cas, il sait de quoi il parle, c'est un expert dans son domaine, il est pédagogue même avec les personnes n'y comprenant rien au vin. Il est un tantinet charmeur et reste toujours à l'écoute de ses clients. Il faut se l'avouer, il a tout pour plaire aux femmes. Il est grand, sportif, bien éduqué et en plus de ça il aime le vin! De quoi faire tourner les têtes, du moins, le genre de personne à susciter mon intérêt. Peut-être pour cela que je ne rate aucun de ses événements. Pourtant, aujourd'hui, je n'y ai pas assisté, c'est bien la première fois que cela arrive et bien que ce soit pour des raisons plus que compréhensible, je me retrouve finalement à ses côtés. “Effectivement, tu es très doué pour charmer les gens, tu sais utiliser les bons mots pour déclencher une vente.” Ma réponse suscite une pointe de curiosité en moi, il semble excellé dans plusieurs domaines, celui de la langue par exemple, il utilise toujours les bons mots, est-il aussi doué dans d'autres domaines ce qui expliquerait son assurance? “Nuance, tu es beau et tu parles bien!” Je lui souris tendrement tout en prenant place non loin de lui, mes jambes ne tiennent pas vraiment, je ressens le besoin de m'asseoir.

Il semble déçue par mon absence à son événement ce qui me flatte dans un certain sens, j'ai réussi à prendre une place particulière à ses sessions. Je vérifie encore une fois pour voir si je n'avaispas reçu son message et que je serais tout simplement passé dessus, mais rien. Il me confirme le tout en me montrant qu'en effet, il avait saisi un message, mais qu'il avait oublié de me l'envoyer et que par conséquence celui-ci était resté bloqué dans les brouillons. “Ce n'est pas grave ça arrive.” Dis-je en posant ma main sur son avant-bras, comme pour le rassurer. “Tu devais être débordé avec les préparatifs ça se comprend….et puis, moi aussi, j'aurais pu te faire un sms pour te dire que je ne pourrais pas être là ce soir.” J'aurais pu, mais j'avais tellement la tête ailleurs que je n'avais envie de parler à personne à ce moment-là. D'ailleurs, je suis plutôt étonnée de voir avec quelle éloquence j'arrive à discuter avec lui. Je ne pensais même pas aligner deux mots. Je ne sais même pas pourquoi je suis là. Inconsciemment, je suis venue ici, peut-être, car je savais qu'il serait là et que je pourrais discuter un peu avec lui et que comme à son habitude il serait me redonner le sourire.

Il y a ce quelque chose d'inexplicable qui se passe entre nous deux à chaque fois que l'on se trouve ensemble, très certainement de l'alchimie, je ne sais pas trop à dire vrai. Simplement qu'il n'y a jamais de blanc, jamais de malaise. On peut tout se dire sans état d'âme, sans réellement penser aux jugements. C'est en général ma manière d'être, mais c'est encore plus le cas avec lui. J'apprécie passer du temps avec lui, de découvrir ses connaissances, mais également partager avec lui ce qui me plaît dans la vie. Pourtant, aujourd'hui, je suis différente, je n'ai pas le coeur à rire, j'essaie de faire semblant, mais ce n'est tellement pas dans mes habitudes que j'en ai du mal. Peut-être trop de mal, car il me demande si quelque chose ne va pas. En effet, tout va de travers. Je devrais être sur ce lit d'hôpital et non pas mon fils, je devrais être entre la vie et la mort et non pas mon fils. Sa question me renvoie à la dernière image que j'ai de Devon, celui dans son lit branché à tous ces tubes et tout d'un coup je me dis que je ne devrais pas être ici. Je devrais être auprès de mon fils, bien qu'on m'ait demandé de le laisser se reposer.

J'entends la voix du gentleman, mais je ne réagis pas, laissant mes yeux se remplir de larmes chaudes et délicates pour la énième fois de la journée. Cependant, les larmes ne coulent pas, elles restent bloquées à l'intérieur de mes yeux, tout comme ma voix dans ma gorge où un noeud se forme. Je me refuse à craquer devant lui, car je n'aime pas qu'on me voit au plus bas, car je n'aime pas attirer la pitié, je m'en suis toujours sortie toute seule jusqu'à présent, alors pas de raison que cela ne change aujourd'hui. Seulement, ses mains viennent se déposer sur mon visage. Première brisure de carapace. Puis,c'est son regard qui s'entremêle au mien et il m'est tout simplement impossible de fuir. Il a raison, si je suis ici, c'est bien pour une raison, laquelle, je ne le sais pas encore, mais très certainement, car je sens que je peux me livrer à lui.

Aucun mot. Le silence baigne encore la salle, je me saisis de sa main se trouvant encore sur mon visage et la serre comme si cela allait permettre à mon fils de se rétablir. Mes yeux balaient son regard de droite à gauche, tic, tac, gauche, droite, avant qu'une lourde larmes viennent enfin perler sur mon visage. Je ne lâche pas Raoul du regard, serrant encore plus sa main. Avant de revenir complètement à moi-même. Je me recule de quelques centimètres avant de nettoyer ma joue. “Désolé…” Je me lève pour aller me mettre face à la baie vitrée de la boutique. Je me retrouve dos à lui, seul moyen de me ressaisir, car la première larme a laissé place à une ribambelle d'autres. Je ne veux pas lui infliger cela. J'essaie de me calmer, en vain.




The only journey is the one within.
Nymphadora Tonks ☽
Revenir en haut Aller en bas
Raoul de St AngeLe vin est un puissant lubrifiant social
Raoul de St Ange
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4975-un-mensonge-repete-mille-fois- http://www.ciao-vecchio.com/t5021-tout-n-est-pas-tout-blanc-ou-tout-noir-tout-est-souvent-gris
Faceclaim : Hugh Jackman © Nuit Parisienne (vava) / crackships (padawan)
Messages : 304 - Points : 565
Lost Soul ft Raoul Tumblr_inline_oe6h4yMD7n1tae3h3_500
Âge : 46 ans né le 18/09/72 / vérité
Métier : Oenologue / mensonge ancien flic infiltré
Lost Soul ft Raoul Empty
Sujet: Re: Lost Soul ft Raoul ( le Jeu 18 Avr - 19:06 )

when the the silences speak.
latisha & raoul
Tu ne peux que sourire aux mots de Latisha qui te dis que tu es toujours à la hauteur. Si seulement elle savait quel homme se cache derrière cette façade que tu offres aux regards de tous. Elle ne tiendrait pas ce genre de discours. Face à la belle tu te sens fébrile. Chose que tu caches également. Tu as du mal à gérer ce trouble qu'elle éveille à chaque fois qu'elle pose les yeux sur toi. Au point que tu en perds tes repères et que tu ne vois pas la réalité, celle qui traverse l'âme de la belle et lui a fait louper cette dégustation. Ce qui est rare. Parce qu'elle reste une fidèle cliente. Même si sa présence fait sortir des fantômes qui te balancent dans ton passé tout en restant dans un présent bien sombre. Une situation complexe que tu vis de façon différente en fonction de ton humeur. En fonction de tes journées et de tes soirées. Pourtant quand tu la regardes tu sais que ce n'est pas Maeva, certaines elles ont pas mal de similitudes niveau physique. Mais elles restent bien différentes. Parfois tu te laisserais bien gagner par la tentation. Tu pousserais bien le jeu, surtout quand Latisha tient un discours pareil, juste pour voir. Juste pour réaliser qu'elle n'a pas la saveur de Maeva. Et voir si celle qu'elle dégage pourrait avoir autant d'impact sur toi que ta défunte femme. Mais car oui il y a un mais. Il te faudrait être honnête. Il te faudrait te dévoiler. Et tu n'en es pas capable. D'abord parce que tu pourrais la perdre. Même si en jouant ce jeu tu n'as rien à gagner. Et puis et cela reste la chose essentielle tu la mettrais en danger. Et pas question de prendre ce risque. Pourtant là tu la prendrais bien dans tes bras. Peut être parce qu'elle dégage comme une faiblesse. Peut être parce que tu la trouves belle alors qu'elle te complimente. « Je vais finir par contre que c'est toi qui cherches à me charmer. » Et cette idée te plairait. Mais elle est irréalisable. Pas pour le moment. C'est surement la fatigue qui te fait trop gamberger.

Tu préfères te concentrer sur le SMS que Latisha ne semble pas avoir reçu. Un peu logique quand tu vois que tu ne l'as pas envoyé. Sa main se pose sur ton avant bras et tu frissonnes. Cette proximité t'électrise. « Surement. J'ai toujours mille choses en tête lors de ces soirées. Et je suppose que tu devais avoir mille choses en tête aussi. » Peut être un rendez vous galant ce qui serait logique vu la beauté de la belle. Et elle n'a pas de compte à te rendre, elle a parfaitement le droit de vivre sa vie. D'ailleurs tu te demandes pourquoi tu te poses toutes ces questions face à son absence pour ce soir. Tout ce qui est sur c'est qu'elle te désarme. Elle te donne envie de parler de tout et n'importe quoi. Elle te donne envie de t'attarder dans ce magasin juste pour déguster en sa compagnie un verre de vin. Dans ce genre de soirée tu ne prends pas le temps de vraiment gouter aux vins que tu vends. Tu les connais par cœur et tu ne penses qu'à les vendre. Mais là savourer un de ces nectars avec Latisha semble donner une autre dimension à cette soirée. Elle apaise le poids que ton cœur porte sans même le savoir. Et pourtant peu à peu tu prends conscience que le sien semble aussi en porter un. Même si le vin a coulé dans vos verres, autre chose semble préoccupé l'esprit de la belle. Tu te fais plus tactile. Des gestes rassurants, rien d'intrusif, tu ne te le permettrais. Elle est venue chercher ta compagnie c'est pour une bonne raison. Tu effleures son visage avec douceur. Vos regards se kidnappent et tu soutiens le sien. Même si le trouble au sien de ton être se fait plus grand, bousculant un tas d'émotions. Tu essaies d'être rassurant et surtout de lui faire comprendre que tu es là pour l'écouter, l'épauler. Même si c'est compliqué parce que le fait d'être proche est déstabilisant.

Latisha saisit sa main et elle te la serre. Comme si elle était une bouée. Comme si ta main allait l'empêcher de couler. Tu connais ses sensations et tu vois d'un coup dans son regard le trou noir qui hante souvent le tien. Cette force vorace qui te happe et t'entraine loin de la réalité. Ses larmes se font plus lourdes. Vos regards ne se lâchent pas, comme s'ils cherchaient à faire passer des messages subliminaux. Tu ne pourrais pas d'écrire ce que tu ressens à cet instant. Mais tu as envie de la protéger. Et puis elle se recule, s'essuie sa joue, murmure un désolé et se lève pour aller se poster devant la baie vitrée te tournant le dos. Tu restes un instant assis, encaissant tout ce qui se passe en toi. Tout ce que tu as vu ou cru voir en elle. Et puis tu te lèves et part la rejoindre. Hésitant d'abord. Tu entoures sa taille de tes bras. Tu ne la serres pas trop juste pour qu'elle sente ta présence alors que ton souffle glisse dans ses cheveux, sur sa nuque. Pas trop prés mais juste assez pour sentir son parfum et la chaleur de son corps. « Il y a des douleurs qu'on ne veut pas montrer parce qu'on a peur de passer pour des faibles. » Tu marques un pause, respirant doucement. « Je ne sais pas ce qui te bouleverse mais dis toi que je comprends. Je sais combien c'est compliqué à vivre, à assumer. Je suis avec toi. Tu peux compter sur moi Tisha. » Puis tu la fais pivoter pour la prendre dans tes bras et la serrer un peu plus. Ce contact te chamboule encore plus. Mais tu penses qu'elle en a besoin comme tu en as besoin. Un morceau de ciel bleu dans vos ciels d'orage.

drvgns.


@Latisha Jones




La haine comme seul moteur de ton cœur.


Merci Lilas:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Lost Soul ft Raoul Empty
Sujet: Re: Lost Soul ft Raoul ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Lost Soul ft Raoul -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut