Revenir en haut
Aller en bas


 

- Lilwenn ▬ Ce n'est pas terminé [TERMINE] -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Léo Fedeli10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Léo Fedeli
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5049-leo-elle-est-mon-etoile-parmi- http://www.ciao-vecchio.com/t5087-viens-on-est-bien
Faceclaim : Chris Wood + Tag
Messages : 276 - Points : 743
Lilwenn ▬ Ce n'est pas terminé [TERMINE] - Page 2 Tumblr_inline_ok7ardROFj1qlt39u_250
Âge : 30 ans (3 Mars)
Métier : Garagiste
Lilwenn ▬ Ce n'est pas terminé [TERMINE] - Page 2 Empty
Sujet: Re: Lilwenn ▬ Ce n'est pas terminé [TERMINE] ( le Lun 3 Juin 2019 - 18:55 )
Léo ne parle pas de lui avec tous le monde. Encore moins de sa mère. Puisque de toute façon, elle n’en est pas une. Puis ça n’intéresse personne de connaître son enfance, de là où il vient. Quand on lui pose des questions, il reste assez vague, il n’entre jamais dans les détails. Il a beaucoup souffert durant son enfance, de ne pas être aimé comme les autres. Il avait encore de l’espoir à cette époque. Aujourd’hui, il sait qu’il ne peut plus en avoir. Car si elle revient, c’est parce qu’elle a besoin de quelque chose. Et cette fois, il ne sera pas avoir, il ne la laissera pas faire. Mais c’est sur Lily qu’il se concentre en ce moment. Il la laisse parler de ce dont elle a envie. Sans non plus forcer quoi que ce soit. Il sera là pour elle de toute façon. « - Je suis trop jeune pour être ton père voyons. » Dit-il pour plaisanter, pour pouvoir se détendre un peu. Il sait très bien que ça n’est pas ce genre de chose qu’elle voulait dire. Surtout que ça lui fait plaisir qu’elle soit si proche de Louise. « - Mais nous aussi, on t’aime. » Lilwenn est une des seules personnes de sa famille à avoir une place aussi importante dans sa vie. Ce n’est pas pour rien. Louisa l’adore également. Lily, Nori et Octavia ont une grande place dans la vie de la petite. D’ailleurs, Léo est bien content qu’elles aient été là pour pouvoir s’occuper de la petite quand lui ne le pouvait pas. Il continue de l’écouter, et réfléchit. « - Peut-être. C’est certain, qu’une personne ne consomme pas pour rien. Il y a souvent quelque chose derrière. C’était peut-être le cas de ta mère, comme tu le dis. Ca n’excuse pas pour autant son comportement envers toi. Ce sont juste des circonstances atténuantes, si on veut. » C’est juste une explication, rien de plus à ses yeux. Il ne veut pas lui faire mal en disant ça. Mais il pense exactement la même chose pour sa situation.
Ils parlent ensuite de Louisa. La princesse à son père. « - Oui, je suis d’accord avec toi. C’est sûr que c’est mieux pour elle. » Même si dans ton les cas, il s’interposera s’il voit qu’on vient à lui faire de mal. Il ne pourra pas rester les bras croisés de toute façon. Ca sera plus fort que lui. Mais il n’y a aucun souci pour le moment. Ca se passe bien. Il réfléchit ensuite, avant de dire non à un animal. Elle en aura un, quand ils déménageront, mais pas avant. Il se mit à rire doucement. « - Merci. » Il écoute attentivement, disant en même temps une petite idée. « - Oui pas de soucis, je te dirai. » Mais ça semble être une bonne idée rien que comme ça. Ca l’occupera de toute façon. Elle adore ce genre de choses, comme il lui a dit. « - Bien sûr, t’inquiète pas, je te tiens au courant. Puis si ça se met pas dans les dates. On le fera en deux fois ! Après tous, deux gâteaux vaut mieux qu’un. » Il sourit directement en haussant les épaules. Il ne sait pas comment ça se passera. Il faut aussi qu’il voit pour lui faire venir ses copines. Ca lui fera plaisir. Mais il tiendra au courant sa cousine quoi qu’il arrive, c’est important. En parlant de manger, il termine finalement. Il essuie sa bouche, puis ses mains. Il soupire d’aise, content vraiment d’avoir quelque chose dans l’estomac, même si c’est peut-être un peu trop maintenant. « - Et toi ? Tu veux quoi pour ton anniversaire ? » Il lui sourit directement, réfléchissant.





♛ Je suis un homme comblé, avec toutes ces belles jeunes femme à mes côtés.
Revenir en haut Aller en bas
Lilwenn BoschettiToujours frais après un litre de café
Lilwenn Boschetti
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4992-lilwenn-boschetti-evitez-l-aig http://www.ciao-vecchio.com/t5756-lilwenn-boschetti-la-mort-est-prematuree-a-tout-age#182086
Faceclaim : j'ai pour avatar Dakota Johnson + PRINCESS, crédit de l'avatar ; « Balance ton quoi » par Angèle, texte de ma signature ; pretty.little.doll, crédit du codage de ma signature
Messages : 1408 - Points : 1632
Lilwenn ▬ Ce n'est pas terminé [TERMINE] - Page 2 Uww4
Âge : 30 ans + née à Paris, le 18 juin 1989
Métier : bibliothécaire à temps plein
Lilwenn ▬ Ce n'est pas terminé [TERMINE] - Page 2 Empty
Sujet: Re: Lilwenn ▬ Ce n'est pas terminé [TERMINE] ( le Mar 25 Juin 2019 - 18:06 )
LÉWENN ♔ Ce n'est pas terminé.
Je me sais chanceuse d'avoir Léo dans ma vie. Sans lui, sans son soutien permanent, sans son côté rassurant, je ne sais pas où j'en serais aujourd'hui. J'aurais sans nul doute fait la même chose que ma défunte mère : me droguer. Je passerais mon temps à boire et me piquer, mais heureusement, ce n'est pas le cas. Même si je fume assez souvent, j'ai un travail qui me plaît, puis je me suis faite ma « famille » dans le sens où je suis entourée de personnes que j'aime, ou dans le cas à Léo, que j'ai appris à aimer. Nos débuts ont été difficiles, puisque je venais de France, que je ne connaissais pas un mot et qu'il faisait parti de la famille du côté de mon père, mais rapidement, avec le temps, il a su m'apprivoiser et il est sans nul doute le seul à y être parvenu. « Ouais, t'es trop jeune, c'est sûr. » Je prononce dans un sourire, quand je reprends. « Le fait est que j'aurai aimé être ta fille. Tu élèves si bien ta princesse, j'aurais aimé qu'on s'occupe de moi comme tu le fais. » J'ajoute, sincère, alors que mon regard s'emplit de larmes. « Je sais… » Je souffle simplement à mon Léo, alors qu'il dit m'aimer, tout comme notre petite princesse chérie. « Enfin bon, on arrête la séquence émotion. » Je suis mal à l'aise, mais surtout au bord des larmes, ce qui n'arrive jamais, du moins, lorsque je ne suis pas seule, puisque lorsque je le suis, les vannes sont généralement ouvertes. Souvent, je me demande ce que je fais ici, à quoi je sers, quand je me dis que je pourrais disparaître sans que qui que ce soit ne s'en rende compte, enfin, ça, c'était avant Léo, avant sa petite princesse, avant mes adorables amis qui répondent toujours présents.

Le thérapeute m'a davantage aidé que je ne le pensais avant ce moment. Je réalise que ma mère souffrait énormément, je réalise qu'elle avait le cœur littéralement brisé et qu'elle ne pouvait pas s'en remettre. Dans le fond, je crois qu'à présent j'arrive à davantage la comprendre, puis, j'imagine qu'avant de véritablement sombrer, elle a fait ce qu'elle a pu, à son niveau, vu son état. Haussant les épaules après en avoir parlé à Léo, je l'écoute, d'une oreille attentive, comme toujours. « T'as raison. Ce sont des circonstances atténuantes… Le thérapeute me disait que je devais lui pardonner. Au début, je me suis dit que c'était impossible, seulement… » Je me mordille la lèvre, avant de reprendre. « Aujourd'hui, je me dis que ça pourrait arriver un jour. Il est peu être temps que je le fasse pour pouvoir avancer, même si ça se fera pas demain, ni même dans un mois, du moins, j'crois pas. » Refermant le sujet sur ma mère, nous parlons finalement de quelque chose de plus joyeux et heureusement. Dès qu'il me parle de son adorable princesse, sa petite fille chérie, je ne peux que sourire, puisque je l'aime, étant l'un de mes rayons de soleil, puisqu'elle me donne toujours du baume au cœur. « T'inquiètes pas Léo. Elle est forte, elle a du caractère, puis si un jour elle a besoin de soutien, tu seras là. Puis moi aussi d'ailleurs. » J'affirme, afin de le rassurer. Je ne suis pas parent, mais j'imagine les responsabilités que cela engendre, bien que j'ai eu une mère ne s'y connaissant pas, et que j'ai un père qui ne s'y connaît pas non plus, du moins, pas avec moi. Parlant de son anniversaire qui approche, je promets à Léo qu'elle n'aura pas d'animal de ma part, quand nous partons sur des boites qu'elle pourrait aimer, notamment pour faire des bijoux. « Super, merci. Je t'enverrais en photos et j'achèterais ce qui te semblera le mieux. N'empêche, elle est manuelle et c'est une bonne chose. » Je prononce, quand je me dis qu'elle doit tenir cela de son père, étant donné qu'il est garagiste. « Elle tient ça de toi. » J'ajoute, alors que nous réfléchissons aux endroits dont il m'a parlé, afin qu'elle fête son anniversaire. « Ok. N'oublie pas, si t'as pas le temps, je peux voir. » J'affirme, avant de reprendre, un immense sourire ornant mon visage à son idée. « T'as raison ! Il vaut mieux deux gâteaux. » Enjouée, je l'imagine déjà fêter deux fois son anniversaire. « Tu devrais faire comme ça. Une fois ici, parce qu'elle adore y venir, y manger et une fois au zoo. Ce serait génial ! » Cette fois, mes prunelles scintillent, mais de joie, de bonheur, pour notre adorable petite princesse chérie. Heureuse, imaginant ce que l'on pourrait faire, mon dit sourire s'efface à ses propos. « Heu… » Je deviens livide. « Tu sais, je le fête pas. » Je me sens gêner, je me tortille sur place. « Je… Bon, on décolle ? » Je demande, quand je me rappelle de mes fêtes d'anniversaire petite. Plus les années défilaient, plus elles étaient chaotique, plus je n'avais plus aucun ami qui désirait venir, et cela, à cause de ma mère. « S'il te plaît, on bouge. » Je prononce, me trouvant rapidement debout, puisque de toute façon nous avons terminé de déjeuner.


@LÉO FEDELI



C'EST QUOI TON PROBLÈME ?
J'ai écrit rien qu'pour toi le plus beau des poèmes. Laisse-moi te chanter, d'aller te faire en, hmm-. Ouais j's'rai polie pour la télé, mais va te faire en, hmm-. Balance ton quoi. Balance ton quoi.


Dernière édition par Lilwenn Boschetti le Dim 1 Sep 2019 - 18:32, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Léo Fedeli10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Léo Fedeli
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5049-leo-elle-est-mon-etoile-parmi- http://www.ciao-vecchio.com/t5087-viens-on-est-bien
Faceclaim : Chris Wood + Tag
Messages : 276 - Points : 743
Lilwenn ▬ Ce n'est pas terminé [TERMINE] - Page 2 Tumblr_inline_ok7ardROFj1qlt39u_250
Âge : 30 ans (3 Mars)
Métier : Garagiste
Lilwenn ▬ Ce n'est pas terminé [TERMINE] - Page 2 Empty
Sujet: Re: Lilwenn ▬ Ce n'est pas terminé [TERMINE] ( le Dim 30 Juin 2019 - 11:15 )
Toujours le regard sur sa cousine, il écoute ses mots. Il sourit doucement en hochant la tête. « - Je ne l’ai pas toujours été. J’ai failli basculer du mauvais côté. Mais j’ai réussi à m’en sortir. Même si ça n’a pas été facile. Mais je n’aurai pas pu la perdre elle aussi. » Il réfléchit un instant. Il sait que maintenant, il est présent, et il fait tout ce qu’il peut pour qu’elle soit heureuse. Et il ne changera jamais ça, elle est la personne la plus importante à ses yeux. Il ne refera plus les mêmes erreurs. « - Mais tu as raison, autant parler d’autre chose. » Dit-il finalement. Il n’a pas envie de se concentrer sur le négatif, repenser à ce genre de chose est loin de lui faire du bien. Ils sont là l’un pour l’autre maintenant, ils ne sont plus seuls. Ils le savent aussi bien l’un que l’autre. Ca s’arrête là pour cette fois. En tout cas, les séances avec un psychologue semble lui faire du bien. C’est positif pour elle. Lui n’a jamais vraiment voulu en voir un. Pensant que ça ne lui servirait à rien. Il n’a toujours pas envie. Il s’en sort maintenant, il n’en a pas besoin. « - Oui, c’est une bonne idée. Peut-être que ça t’aidera, de lui pardonner. Tu passeras définitivement à autre chose. Et ça te permettra sans doute d’être plus heureuse. Mettre le passé derrière soit, c’est important. Même si ça n’est pas toujours facile. Mais tu vas y arriver, je te fais confiance. » Il lui adresse un sourire directement, voulant réellement qu’elle soit mieux dans sa peau.

La préparation pour l’anniversaire de Louisa est évoquée. En même temps, 6 ans ça n’est pas rien. Elle va passer chez les grands à l’école. Et elle en est vraiment heureuse, c’est le cas de le dire. Le zoo, cet endroit, ce sont des idées qui lui sont venues directement. Il doit faire avec les moyens qu’il a. Même si pour sa fille, il dépenserait sans compter. Il faut quand même qu’il ait de quoi lui mettre de la nourriture dans l’assiette en fin de mois. « - Je ne m’inquiète pas… Enfin, juste un peu. Comme un père. Mais je sais que ça ira. » Dit-il directement en ayant confiance en sa fille. Elle ne se laissera pas faire. Il le sait déjà. Mais il sera là, et il ne sera pas le seul en cas de problème. L’important c’est qu’elle ait confiance en lui, qu’elle ose se confier sans crainte. Il n’a pas envie qu’il y ait des secrets. Il veut être son confident. C’est tellement important. « - Merci à toi. De penser à elle en tout cas. » Dit-il par rapport aux photos et l’éventuel cadeau qu’elle pourrait lui faire. La demoiselle en sera tellement heureuse de toute façon. Il rit légèrement. « - Elle a au moins ça de moi. » Dit-il directement. Pour le reste, c’est pratiquement sa mère. Elle lui ressemble beaucoup. Mais elle aussi, n’aime pas trop les légumes, comme Léo. Ca fait au moins ça comme point en commun. Même s’il y en a d’autre évidemment. Mais ce sont les plus évidents. Il approuve finalement. Il verra bien comment ça se passera. Ce qu’il décidera de faire. Il hausse un sourcil suite sa réaction. Il ne dit rien ce pendant. Il se contente de secouer la tête.

« - Ouais. Ok on y va. » Dit-il en haussant les épaules. Il se redresse, prenant son plateau pour pouvoir aller le débarrasser et le poser sur le meuble exprès pour ça. Il avance ensuite pour rejoindre l’extérieur, retournant à la voiture. Il s’installe directement, s’attachant rapidement. « - On fait quoi ? Je te ramène ? » Il la regarde quelques secondes, avant de finalement mettre un fond de musique, et prendre la route sans attendre. Elle lui dira, et il saura vers où aller ensuite, ça n’a pas tellement d’importance de toute façon. « - Désolé, de t’avoir contrarié. » Dit-il finalement face à sa demande. Même s’il est persuadé qu’il peut quand même lui offrir quelque chose, même si elle ne le fête pas. Il n’en sait rien en réalité.





♛ Je suis un homme comblé, avec toutes ces belles jeunes femme à mes côtés.
Revenir en haut Aller en bas
Lilwenn BoschettiToujours frais après un litre de café
Lilwenn Boschetti
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4992-lilwenn-boschetti-evitez-l-aig http://www.ciao-vecchio.com/t5756-lilwenn-boschetti-la-mort-est-prematuree-a-tout-age#182086
Faceclaim : j'ai pour avatar Dakota Johnson + PRINCESS, crédit de l'avatar ; « Balance ton quoi » par Angèle, texte de ma signature ; pretty.little.doll, crédit du codage de ma signature
Messages : 1408 - Points : 1632
Lilwenn ▬ Ce n'est pas terminé [TERMINE] - Page 2 Uww4
Âge : 30 ans + née à Paris, le 18 juin 1989
Métier : bibliothécaire à temps plein
Lilwenn ▬ Ce n'est pas terminé [TERMINE] - Page 2 Empty
Sujet: Re: Lilwenn ▬ Ce n'est pas terminé [TERMINE] ( le Ven 12 Juil 2019 - 0:10 )
LÉWENN ♔ Ce n'est pas terminé.
Pensant à petite princesse Louisa, je me confie à Léo, lui avouant que j'aurais aimé avoir un père comme lui, ce que je pense sincèrement. Je sais que j'aurai eu une belle enfance, j'en suis même persuadée. C'est pour cette raison que je lui avoue parce que j'essaye de m'ouvrir aux autres, du moins, aux personnes étant proches de moi et mon cher cousin en fait parti. L'écoutant, je suis surprise par ses mots, puisque j'imagine mal Léo comme étant un bagarreur, ou quelque chose dans ce goût-là. Je ne l'imagine pas avoir été comme moi, bien qu'en y réfléchissant cela pourrait être possible, puisque nous sommes de la même famille et que nous avons eu des relations plus que compliquées avec nos parents. Y songeant sérieusement, je me pince les lèvres, avant de lui poser une question, pour détendre l'atmosphère, bien qu'elle me pique à présent, étant une grande curieuse. « Juste une question. Une seule. Étais-tu aussi chiant que je le suis ? Je veux dire, je sais que j'ai un sale caractère et que je suis difficile à supporter. » M'arrêtant, je reprends rapidement, ayant oublié un point. « Je parle mal en plus, lorsque l'on m'énerve. » Affirmant mes propos dans un hochement de tête, nous finissons par parler d'autres choses, puisque les déclarations, ce n'est pas mon truc. J'adore mon cousin, je l'aime d'un amour inconditionnel et je ferais n'importe quoi pour lui venir en aide, mais je ne suis pas capable de le lui dire, de but en blanc, sans doute parce que je suis plus timide qu’on ne pourrait l’imaginer.

Un sourire ornant mon visage lorsque nous parlons de notre adorable princesse, je suis prête à aider mon cousin rapport à sa fête d'anniversaire, lorsque je réalise qu'elle va fêter ses six ans. « Mon dieu que ça passe vite. » Je laisse s'échapper d'entre mes lèvres, puisque j'ai la sensation que c'était hier que je la tenais entre mes bras, faisant attention de bien tenir sa petite tête absolument adorable. « Pardon, je… Je pensais à notre petite princesse lorsqu'elle était minuscule. » Je dis, mes prunelles scintillantes, sans rougir pour le coup, puisque je ne pense qu'à Louisa à cet instant. « Tu sais, si tu as besoin d'aide pour le financement de ces deux anniversaires, il n'y a pas de souci. Je t'aiderais. Ça me ferait très plaisir, vraiment. » Mon regard étant accroché au sien, j'espère que Léo ne va pas se sentir mal à l'aise. Il est comme un grand-frère pour moi et cela me semble évident que ce n'est pas un problème d'aider les personnes que l'on aime, puis surtout, je n'attends jamais rien en retour. J'aime offrir aux personnes qui ont une place importante dans mon cœur, comme j'aime pourrir sans limite ceux que je ne peux pas voir en peinture. « Tu as raison de ne pas t'inquiéter. C'est évident que Louisa est heureuse. Elle s'épanouit comme une fleur. Puis, tu seras là si quelque chose ne va pas, tout comme moi. » Je dis, afin de le rassurer, mais aussi parce que je le pense. Louisa est un rayon de soleil dans nos vies, elle a une importance capitale dans notre bonheur, ce qui est normal à mon sens. « C'est normal. Je l'adore. J'aime passer du temps avec elle, puis je veux lui faire plaisir. Mais promis, pas d'animaux et je ne la pourrirais pas ! » Je termine, puisqu'on pourrait s'imaginer que c'est dans mes intentions, comme j'aime lui offrir ce qu'elle aime, sans doute pour rattraper ses années où l'on ne le faisait pas pour moi. Dans un sens, je suis avec Louisa comme j'aurais aimé que ma mère soit avec moi. « Léo, tu sais, elle te ressemble plus que tu l'imagines. Elle est manuelle, c'est vrai et comme je te l'ai dit, elle le tient de toi, mais elle te ressemble aussi énormément dans certains de ses gestes, puis elle a ton sourire. On devine rapidement que tu es son père, tu sais. » Je dis, puisque j'imagine que mon cher cousin l'entend peu.

Me trouvant mal lorsque Léo me parle de mon anniversaire, je me braque immédiatement, puisque je fonctionne ainsi. Cela n'est pas contre lui, absolument pas et je m'en veux déjà de l'avoir blessé, puisque j'ai la sensation que c'est le cas. J'ai mal réagi, je le sais. Ne sachant pas quoi faire, comment m'y prendre afin de m'excuser, de m'expliquer pour qu'il comprenne "la" ou plutôt "les" raisons qui font que je ne fête plus mon anniversaire, je m'empare de mon plateau tout comme mon Léo, sans prononcer le moindre mot. Vidant dans la poubelle ce qui était dessus, je m'applique à poster mon dit plateau sur le dessus, avant de le suivre pour rejoindre sa voiture. Me tenant les mains, fixant mes chaussures, j'ouvre ma portière côté passager afin de m'installer, attachant ma ceinture. Lançant un regard de biais à mon cousin, je me sens rougir, honteuse, mal, parce que j'ai la réelle sensation de l'avoir blessé. Faisant la grimace, alors que je m'apprête à parler, je ne sais pas quoi répondre à la question de Léo. À vrai dire, je me pose énormément de question à cet instant, m'imaginant que je l'ai blessé au point qu'il veuille me déposer pour disparaître, oublier cet instant que nous venons de passer ensemble. « Heu… Comme tu veux. » Je souffle, réalisant qu'il m'avait proposé un cinéma. N'osant pas le lui rappeler, j'ai la nette sensation que l'atmosphère devient pesante, ce qui me peine. Regardant droit devant moi, me focalisant sur la route, je tourne la tête pour regarder Léo, alors qu'il se dit désolé de m'avoir contrarié. « Non, je… Ce n'est pas… Écoute, je… Je me braque lorsqu'on aborde des sujets que je dirais sensibles. J'ai mal réagi, je le sais. J'ai toujours été ainsi, tu n'as rien fait de mal. C'est ma façon de me protéger. » Terminant ma phrase dans un murmure, je prends une grande inspiration, puis je reprends. « Ton oncle, mon père, m'appelait deux fois dans l'année. À mon anniversaire, me promettant qu'il viendrait me chercher pour que l'on passe des vacances ensemble, ici, en Italie, durant les vacances scolaires. Puis à Noël et il m'envoyait un message pour le nouvel an. Il n'est jamais venu me chercher pour partir chez lui. Il ne m'a jamais envoyé de cadeau, il ne s'est jamais comporté comme un père avec moi, tout simplement. Quant à ma mère, elle me souhaitait un joyeux anniversaire puis elle achetait un gâteau. Seulement ça. Elle me disait ne pas avoir d'argent pour un cadeau et avec les années, elle a même abandonné le gâteau. Elle préférait sa drogue, ses bouteilles d'alcool, puis, après le coup de fil de mon père, elle s'en prenait à moi, à lui. Elle s'énervait seule, elle essayait de me monter contre lui, elle ne voulait pas que je l'aime, que j'espère et au final, j'ai réalisé qu'elle avait raison. » Regardant toujours la route, je cesse de parler, essuyant rapidement quelques larmes, puisque les plaies béantes qui se sont ouvertes dans mon cœur alors que je n'étais qu'une enfant ne se sont jamais refermées et il y a peu de chance que cela arrive un jour.


@LÉO FEDELI



C'EST QUOI TON PROBLÈME ?
J'ai écrit rien qu'pour toi le plus beau des poèmes. Laisse-moi te chanter, d'aller te faire en, hmm-. Ouais j's'rai polie pour la télé, mais va te faire en, hmm-. Balance ton quoi. Balance ton quoi.


Dernière édition par Lilwenn Boschetti le Dim 1 Sep 2019 - 18:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Léo Fedeli10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Léo Fedeli
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5049-leo-elle-est-mon-etoile-parmi- http://www.ciao-vecchio.com/t5087-viens-on-est-bien
Faceclaim : Chris Wood + Tag
Messages : 276 - Points : 743
Lilwenn ▬ Ce n'est pas terminé [TERMINE] - Page 2 Tumblr_inline_ok7ardROFj1qlt39u_250
Âge : 30 ans (3 Mars)
Métier : Garagiste
Lilwenn ▬ Ce n'est pas terminé [TERMINE] - Page 2 Empty
Sujet: Re: Lilwenn ▬ Ce n'est pas terminé [TERMINE] ( le Jeu 1 Aoû 2019 - 12:13 )
Léo fronce les sourcils suite à sa question. Il secoue la tête négativement directement, avant de répondre sans attendre. « - Tu n’es pas chiante. Tu as ta propre personnalité. Et on t’aime comme tu es. » Dit-il calmement en haussant les épaules. Il ne la trouve pas chiante en tout cas. Elle a son caractère, et c’est bien comme ça. Après tout, ce n’est pas la peine de se faire marcher sur les pieds par n’importe qui. Autant pouvoir se défendre et dire les choses directement. « - Je suis plutôt quelqu’un de calme. Sauf si on me cherche vraiment. Ou si on touche à une personne que j’aime. » Il pourrait en venir aux mains dans ce genre de cas. Même si ça n’est pas la solution, la violence. « - Je parlais surtout de ma dépression après la mort de ma fiancée. Ou je n’étais pas vivable. Je ne pensais qu’à boire, et être seul. Je ne me suis pas occupé de Louisa. » Dit-il en haussant les épaules. C’est surtout Nori qui en a pris soin à ce moment-là. Et heureusement qu’elle a été là. Il ne sait pas ce que ça aurait donné sinon. Mais maintenant il est redevenu l’homme qu’il était avant. Et tout va pour le mieux. Enfin presque.

Il approuve, se mettant à rire doucement. En effet sa passe vite. Il se rappel encore la première fois où il l’a prise dans ses bras. Avec toutes les émotions qui sont venues en même temps. C’était un moment magique. « - Ne t’inquiète pas. Je pense que ça va aller. Elle est ma priorité de toute façon de ce côté-là. » Dit-il quand elle lui parle de l’aider financièrement. Il assume les conneries qu’il a fait pour s’en retrouver avec des dettes. Il essaie de faire avec. Il s’en sort pour le moment, même si ça n’est pas toujours évident tout le temps. Mais plus ça va, plus ça va mieux de ce côté-là aussi. Il respire calmement avant de sourire. « - Merci, c’est adorable. C’est vrai, elle me ressemble aussi d’un côté. » Dit-il en pensant à elle. Elle a un peu de lui quand même. Il l’aime tellement cette petite. Il ne veut pas la perdre. Ca serait bien trop dur de toute façon. Mais il ne pense pas que ça arrivera. Il fera tout pour que ça n’arrive pas. Sans être trop étouffant non plus.

Il voulait faire les choses bien. Pour Lily aussi. Mais il a dit quelque chose qui ne fallait pas visiblement. Et maintenant il en paie un peu les conséquences. Il quitte quand même le restaurant, pour rejoindre la voiture. Se mettant en route. Il regarde l’heure quand elle lui répond. « - Je vais devoir aller chercher Lou de toute façon. » Il n’a pas spécialement fait attention à l’heure avant. Mais c’est le cas. Il conduit simplement en direction de chez sa cousine. Pensant qu’elle voudrait sans doute retourner chez-elle. Il se concentre sur la route pour le moment. Il écoute ensuite ses mots. Posant les yeux vers elle quelques secondes. Il se gare sur le côté. Il se tourne ensuite vers elle, prenant sa main dans la sienne. « - Je comprends, que ça soit douloureux. Je sais que c’est difficile pour toi. Que tes parents n’ont pas été là. Ce ne sont pas des parents idéals. Et je suis désolé que ça te soit arrivé, tu méritais mieux. » Dit-il dans un premier temps. Il caresse sa main doucement. Il réfléchit avant de reprendre. « - Mais c’est le passé. Tu n’es plus toute seule. Tu n’es plus cet enfant. On est là. Et on va essayer de te faire vivre des moments plus joyeux. De nouveaux souvenirs bien meilleurs. Ca va aller. » Dit-il calmement en essayant de faire comme il peut.





♛ Je suis un homme comblé, avec toutes ces belles jeunes femme à mes côtés.
Revenir en haut Aller en bas
Lilwenn BoschettiToujours frais après un litre de café
Lilwenn Boschetti
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4992-lilwenn-boschetti-evitez-l-aig http://www.ciao-vecchio.com/t5756-lilwenn-boschetti-la-mort-est-prematuree-a-tout-age#182086
Faceclaim : j'ai pour avatar Dakota Johnson + PRINCESS, crédit de l'avatar ; « Balance ton quoi » par Angèle, texte de ma signature ; pretty.little.doll, crédit du codage de ma signature
Messages : 1408 - Points : 1632
Lilwenn ▬ Ce n'est pas terminé [TERMINE] - Page 2 Uww4
Âge : 30 ans + née à Paris, le 18 juin 1989
Métier : bibliothécaire à temps plein
Lilwenn ▬ Ce n'est pas terminé [TERMINE] - Page 2 Empty
Sujet: Re: Lilwenn ▬ Ce n'est pas terminé [TERMINE] ( le Lun 26 Aoû 2019 - 3:43 )


Ce n'est pas terminé.

LÉO ET LILWENN

Me trouvant amuser, admettant même que je suis chiante – je le reconnais sans mal – je questionne mon Léo, afin de savoir comment il était. Alors, mes grosses billes scintillantes, étant pendue à ses lèvres, je m'empourpre à ses propos. « Tu as le chic pour me faire rougir. » Je lui souffle, me sentant de plus en plus à mon aise. « Je m'aime comme je suis. » Je souffle, avant de pouffer de rire, entre mes mains. « Je t'aime comme tu es moi aussi. » J'ajoute tout de même, puisque je l'aime mon Léo, mon cousin chéri, qui est davantage un frère pour moi. Lorsqu'il m'explique qu'il est calme, je ne peux qu'acquiescer silencieusement, puisque c'est le cas. Quand il ajoute qu'il perd son calme lorsque l'on s'en prend à une personne qu'il aime, amis et famille confondus, je ne peux que comprendre, alors j'acquiesce encore, dans un signe de la tête. « Je suis comme toi là-dessus. » Je souffle, quand il se confie, me parlant de sa dépression, puisque mon Léo a connu un drame terrible. Il a perdu la femme qu'il aimait, sa fiancée et durant un temps, il a dû se combattre contre une dépression. Selon les personnes, les dépressions sont différentes, mais une chose est certaine : c'est une maladie complexe qui ne s'en va jamais totalement, puis surtout, c'est une pathologie qui créée de nombreuses douleurs, un certain mal être, difficiles à supporter. Lui offrant un sourire de compassion, je ne sais quoi dire pour le rassurer, pour l'amuser, puisqu'il se confie davantage encore, m'avouant avoir abusé de la boisson, durant cette sombre période de son existence. « Ne t'en fais pas. Tu as rattrapé le coup. Louisa t'aime, tu es son héros et crois-moi, tu devrais en profiter au maximum. Ensuite, tu seras son vieux qui la fatigue et qui la fait soupirer ! » Me voulant « blagueuse », « amusante », je songe rapidement à mon propre mal être. Le fait est que je ne me laisse pas dévorer par ces sombres pensées, préférant les mettre de côté, pour ainsi profiter de mon cousin chéri.

Évoquant de nouveau Louisa, je ne peux m'empêcher de songer à elle lorsqu'elle était plus jeune encore. Suis-je saisi par un instant de nostalgie ? Sans doute, oui. Le temps passe vite, il défile et lorsque l'on s'en rend compte, une partie de notre existence est passée. Parlant de son fort caractère, mon cher Léo chéri m'affirme qu'elle est sa priorité, ce que je sais déjà. Après tout, il l'aime d'un amour inconditionnel, comme je l'aime d'un amour inconditionnel et lui comme moi ferons toujours tout pour qu'elle soit heureuse. Je sais que je ne supporte pas mon père, mais lorsque j'y pense, l'Italie a été une bénédiction, puisque je connais mon Léo et Louisa, grâce à mon départ de la France. « Je ne m'inquiète pas. » Je prononce, offrant un sourire à mon cousin, quand je monte la liste des ressemblances flagrantes qu'elle a avec lui, son papa. « Je t'en prie. Et oui, c'est certain, elle te ressemble et pas qu'un peu. C'est une chance. » Je termine, un doux sourire fleurissant sur mon visage. Lorsque je vois Louisa, je vois Léo et je trouve cela magnifique, cela empli mon cœur de joie. « J'espère qu'elle ne tiendra pas de moi. Sinon, tu risques de m'appeler en m'affirmant qu'elle est aussi chiante, voir plus ! » Je dis, plaisantant. Bien sûr, j'aimerais que l'on se ressemble dans une chose ou deux, le fait est que je l'aime tel qu'elle est, d'un amour incommensurable. Ravi, heureuse, songeant à son anniversaire qu'elle fêtera deux fois, je deviens rapidement livide, rapport au mien. Je ne le fête pas, je ne désire pas le fêter et très franchement, jamais je n'aurais songé que l'on en parlerait un jour…

Ayant demandé à quitter le fast-food, ayant décidé de rejoindre le parking, je réalise rapidement que j'ai pu blesser mon Léo, ce que je ne voulais pas. De ce fait, après ses excuses, je fais de même, ce qui est relativement rare. Lui expliquant pourquoi j'ai réagi ainsi, rapport à ma façon de me protéger lorsque des sujets me touchent, je termine de me livrer lorsque l'on roule, ayant quitté le restaurant rapide pour rentrer, du moins, de mon côté. « OH. » Je souffle, lorsqu'il me parle d'aller chercher Lou. Jetant un coup d'œil à mon smartphone, je me rends compte que le temps à défiler, sans même que l'on ne s'en aperçoive. Ne sachant que faire, je me jette à l'eau en évoquant mes anniversaires, ceux que l'on fêtait lorsque je n'étais qu'une enfant, avant que cela ne s'arrête, avec les années. Me trouvant toucher, comme si avoir prononcé ses mots rendait le tout réel, je ne réalise pas immédiatement que mon cher amour de cousin s'est arrêté sur le bas-côté de la route. En vérité, je ne le constate que lorsque je le sens prendre ma main. Son regard captant le mien, je l'écoute. Est-ce douloureux ? Difficile, comme il l'affirme ? Oui, bien sûr. Rien que d'y songer, j'ai la sensation que l'on presse mon cœur, créant ainsi une gêne, une douleur que j'aurais bien évité. « Je mérite mieux. » Je souffle après ses mots, durant sa coupure, alors qu'une petite voix dans ma tête m'affirme que je méritais que l'on agisse ainsi avec moi. Secouant la tête comme pour la faire disparaître, je suis saisie par un frisson lorsqu'il caresse ma main, son regard captant à nouveau le mien. Étant touchée par ses dires, je poste ma main sur la sienne, la pressant tendrement. « Tu es adorable Léo. Merci. » Baissant le regard, je reprends. « On pourra essayer de fêter mon anniversaire l'année prochaine. Cette année, je ne suis pas… Prête. » Je dis, bien que j'imagine que je ne serais jamais réellement prête et qu'il faudra que je me jette à l'eau, pour en faire une journée heureuse, où je soufflerais sur mes bougies. « Tu me fais déjà vivre des instants plus joyeux, avec Lou. J'ai de la chance de vous avoir. » J'affirme dans un souffle, quand je libère sa main, pour essuyer quelques larmes. « Aller, faufile toi entre les voitures. Tu dois aller chercher Lou. » Je dis, gêner, mais heureuse, mon cœur étant davantage gonflé de joie, puisque je réalise plus encore que Léo est ma famille et comme dans toutes familles, il y a des fêtes qu'on se doit de fêter.

(c) oxymort
@LÉO FEDELI



C'EST QUOI TON PROBLÈME ?
J'ai écrit rien qu'pour toi le plus beau des poèmes. Laisse-moi te chanter, d'aller te faire en, hmm-. Ouais j's'rai polie pour la télé, mais va te faire en, hmm-. Balance ton quoi. Balance ton quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Léo Fedeli10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Léo Fedeli
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5049-leo-elle-est-mon-etoile-parmi- http://www.ciao-vecchio.com/t5087-viens-on-est-bien
Faceclaim : Chris Wood + Tag
Messages : 276 - Points : 743
Lilwenn ▬ Ce n'est pas terminé [TERMINE] - Page 2 Tumblr_inline_ok7ardROFj1qlt39u_250
Âge : 30 ans (3 Mars)
Métier : Garagiste
Lilwenn ▬ Ce n'est pas terminé [TERMINE] - Page 2 Empty
Sujet: Re: Lilwenn ▬ Ce n'est pas terminé [TERMINE] ( le Mar 3 Sep 2019 - 15:25 )
C’est bien ce qu’il voulait entendre. Qu’elle s’aime, qu’elle l’aime. C’est bien tout ce qui compte de toute façon. La confiance en soit, c’est compliqué. Mais il en faut un minimum pour pouvoir se sentir bien dans sa peau. C’est le début du temps. Léo a confiance en lui pour certaines choses, et pas du tout pour d’autre. Ca dépend un peu de la situation. Du sujet. Mais il essaie d’être positif, pour se sentir bien dans sa peau, et que les autres puissent se sentir bien en sa compagnie. Il a eu une période horrible. Qu’il n’oublie pas. Car il a été une mauvaise personne. Et il s’en voudra toute sa vie d’avoir délaisser son enfant pour de l’alcool. Aujourd’hui c’est terminé. Sa vie est différente. « - Tu as raison. Et j’en profite bien entendu. De chaque moment. Mais n’allons pas trop vite. Je ne suis pas encore près pour la prochaine étape. » Louisa est toujours son petit bébé, sa petite princesse. Il n’a pas envie de la voir grandir. Bien qu’il n’en aura pas le choix. Il ne sait pas encore comment vont se dérouler ces choses. Il appréhende un peu. Il espère que tout se passera bien. Qu’elle arrivera encore à se confier à lui. Mais il n’y pense pas plus longtemps, il n’a pas envie de se faire peur pour rien. En tout cas, elle sera toujours aimée et entourée. Et ça lui réchauffe le cœur. Il adresse un sourire à sa cousine. Hochant doucement la tête. Puis il se mit à rire. « - Toutes les femmes sont un peu chiantes. » Dit-il en plaisantant à son tour. Bien sûr il ne le pense pas. Il veut juste l’ennuyer et rien de plus. Puis il a déjà dit la même chose à sa meilleure amie. Du moins, plus ou moins. Heureusement elle ne l’a pas mal pris, ce n’est pas le but.

Cette histoire d’anniversaire, il n’aurait peut-être pas du aller si loin. Il ne pensait pas à mal non plus. Il ne voulait pas qu’elle pleure. Mais c’est vraiment trop tard. Mais il l’a écouté, et comme d’habitude, il est là et sera toujours là pour elle. Il maintient les yeux sur son visage, lui adressant un sourire. « - Mais oui, tu mérites mieux. » Dit-il sincèrement. Elle n’a pas choisi sa famille, son histoire. Mais maintenant, elle est libre de faire ses propres choix, de faire ce qu’elle a envie de faire. C’est surtout sur ça qu’il faut se concentrer. L’avenir. Même si elle doit encore travailler sur son passé pour le laisser. « - Il n’y a pas de soucis. L’année prochaine me va aussi. Quand tu seras prête. » Dit-il simplement en posant un baiser contre sa joue calmement. Il espère que ça ira mieux maintenant. Il ne l’obligera à rien. Il la laisse faire. « - Allons-y. » Dit-il finalement. Il démarre directement, essayant de ne pas trop être en retard. Même s’il sait qu’elle ne risque rien du tout. Il poursuit la route, faisant attention à sa conduite afin de ne pas faire d’accident. Il arrive finalement devant l’école de Louisa. « - Je reviens de suite. » Sans attendre, il se lève. Puis il va à l’école tranquillement. Il sourit directement, laissant la petite reprendre ses affaires après lui avoir fait un câlin. Il ne tarde pas trop. Ils reviennent tous les deux à la voiture quelques minutes plus tard.





♛ Je suis un homme comblé, avec toutes ces belles jeunes femme à mes côtés.
Revenir en haut Aller en bas
Lilwenn BoschettiToujours frais après un litre de café
Lilwenn Boschetti
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4992-lilwenn-boschetti-evitez-l-aig http://www.ciao-vecchio.com/t5756-lilwenn-boschetti-la-mort-est-prematuree-a-tout-age#182086
Faceclaim : j'ai pour avatar Dakota Johnson + PRINCESS, crédit de l'avatar ; « Balance ton quoi » par Angèle, texte de ma signature ; pretty.little.doll, crédit du codage de ma signature
Messages : 1408 - Points : 1632
Lilwenn ▬ Ce n'est pas terminé [TERMINE] - Page 2 Uww4
Âge : 30 ans + née à Paris, le 18 juin 1989
Métier : bibliothécaire à temps plein
Lilwenn ▬ Ce n'est pas terminé [TERMINE] - Page 2 Empty
Sujet: Re: Lilwenn ▬ Ce n'est pas terminé [TERMINE] ( le Jeu 12 Sep 2019 - 17:46 )


Ce n'est pas terminé.

LÉO ET LILWENN ET LOUISA (PNJ)

Lorsque je suis arrivée ici, à Naples, je ne pensais pas que je me confierais à qui que ce soit de ma famille du côté paternel. Je détestais déjà toutes personnes étant de sa famille, je refusais d'aimer qui que ce soit, par simple principe. Je ne les connaissais pas après tout. Puis, personne n'avait jamais pris contact avec moi, même si j'imagine à présent que c'était impensable, impossible tout bonnement. Le fait est que je haïssais mon paternel, je le haïs toujours et j'étais contre tous ceux qui se présentaient à la porte de son immense villa, puis je détestais également toutes personnes qu'il m'obligeait à voir, me rendant dans des maisons, appartements et villas, ne sachant pas parler l'italien. Mes débuts ici étaient difficiles, ma route était semée de trop nombreuses embûches et n'ayant pas commencé à l'emprunter, je baissais déjà les bras. Heureusement, Léo s'est imposé à moi, ainsi qu'une cousine que je considérais comme une sœur avant qu'elle ne disparaisse, puis, il y avait aussi l'ange de mon existence, mon ange gardien qui souffrait : ma Barbara…

« Je sais que tu en profites et tu fais bien Léo. Par contre, je suis navrée de te l'apprendre, mais le temps défile à une vitesse folle. » Je grimace. « Enfin bon. Profitons. » J'ajoute, n'étant pas certaine que j'ai bien fait en m'exprimant sans réfléchir, d'autant que les relations père et fille sont généralement particulières, bien que cela n'aie pas été mon cas, malheureusement. Reprenant, arguant pour plaisanter qu'elle pourrait me ressembler et qu'il n'aurait vraiment pas de chance, je ris soudainement, à ses mots. « Oui, toutes les femmes sont chiantes. Je dirais même très chiantes, tu es adorable en disant « un peu », un vrai gentleman ! » Je m'amuse, alors que nous roulons, lorsque les anniversaires viennent sur le tapis, puisque celui de Louisa arrive et malheureusement, nous en venons au mien. C'est sans doute idiot de se braquer comme je l'ai fait dans un premier temps, seulement, cette blessure de mon enfance est restée, reste et restera une plaie ouverte, béante, jusqu'à ce que j'accepte tout ce qui s'est produit. Admettant finalement que je méritais mieux, bien que le dictateur présent dans ma tête m'affirme que je ne méritais rien, je suis tout de même assez « contente » de l'avoir prononcé, comme quoi, les séances avec ce psychiatre me font avancer, alors que j'en doutais durant un certain laps de temps. Le fait est que je ne suis pas prête à fêter le mien, puisque je suis habituée à ne pas le faire, même si un jour, il faudra que j'accepte que l'on me le souhaite, je parle ici de mes amis et de mon Léo, ainsi que ma Louisa et Babou. Lui demandant de voir cela l'année prochaine, n'étant pas encore assez courage pour me lancer tête baissée, Léo me comprend et il ajoute que nous le ferons lorsque je serais prête, ce qui me touche véritablement. Des larmes roulant sur mes joues, bien que je déteste pleurer devant qui que ce soit, je ne les cache pas à mon Léo, les écrasant avec ma main libre, avec beaucoup moins de gêne et de honte que je ne l'aurais imaginé. Déposant un baisé sur ma joue, je ne sais pas trouver les mots pour lui faire comprendre à quel point je lui suis reconnaissante pour tout depuis mon arrivée, alors, nous en revenons à Louisa, puisqu'il faut aller la chercher. Après un « allons-y », je reste silencieuse lorsque je reviens à moi, entendant mon cousin chéri me parler. Lui répondant dans un signe de tête, regardant les jolies têtes blondes sortir avec leurs parents, je m'occupe d'essuyer mieux mes larmes, pour que Louisa ne soit pas inquiète pour moi, puisque j'ai l'immense chance d'être aimée par notre jolie princesse. Me mouchant, faisant le nécessaire afin d'être présentable, un immense sourire orne mon visage lorsqu'ils me rejoignent à la voiture. « Bonjour mon cœur. » Je m'exclame, mes prunelles scintillantes, heureuse de voir son superbe visage, heureuse d'entendre le son de sa voix. « Comment ça s'est passé aujourd'hui ? Raconte moi. » J'ajoute, me rendant compte que j'ai enfin une famille, une vraie famille, composée de personnes aimantes, ce qui me donne du baume au cœur. Léo démarrant après l'avoir bien installé, attaché, je l'écoute, la regardant, alors que nous partons en direction de Posillipo afin que je retourne dans ma prison dorée, seulement, pour le moment, je préfère ne pas y penser, profitant de l'instant privilégié que je partage avec notre adorable princesse Louisa et Léo, ce cousin qui est mon confident, le frère que je n'ai jamais eu.

FiN DE SUjET.

(c) oxymort
@LÉO FEDELI



C'EST QUOI TON PROBLÈME ?
J'ai écrit rien qu'pour toi le plus beau des poèmes. Laisse-moi te chanter, d'aller te faire en, hmm-. Ouais j's'rai polie pour la télé, mais va te faire en, hmm-. Balance ton quoi. Balance ton quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Lilwenn ▬ Ce n'est pas terminé [TERMINE] - Page 2 Empty
Sujet: Re: Lilwenn ▬ Ce n'est pas terminé [TERMINE] ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Lilwenn ▬ Ce n'est pas terminé [TERMINE] -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2