Revenir en haut
Aller en bas


 

- [terminé] (Stilas) devenons des peintres en bâtiment -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Lilas MartinToujours frais après un litre de café
Lilas Martin
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4995-lilas-la-fleur-qui-s-epanouit- http://www.ciao-vecchio.com/t4996-lilas-certaines-femmes-depriment-mais-moi-je-me-rappelle-que-j-habite-avec-brad-pitt#157335
Faceclaim : Emma Stone (moses) crackships (Padawan)
Je suis absent-e : PR jusqu'au 17/09
Messages : 1205 - Points : 1292
[terminé] (Stilas) devenons des peintres en bâtiment  - Page 2 1557263927-155665680836801069-6
Âge : 31 ans
Métier : étudiante en informatique en échange Erasmus et youtubeuse gaming sous le nom de Squirrel
[terminé] (Stilas) devenons des peintres en bâtiment  - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] (Stilas) devenons des peintres en bâtiment ( le Mer 22 Mai 2019 - 12:29 )
« Parce que c’est la tradition. » J’avais répondu du tac au tac. Et puis, je croyais en Dieu contrairement à ce que tout le monde le pensait. Je n’en parlais juste pas ouvertement car je voulais garder mes croyances pour moi. Mais je croyais en un dieu sans avoir aucune religion d’origine. Je ne pouvais pas avancer avec l’Église car je les trouvais trop conservateurs et le restant m’était inconnu. Mais lorsque j’avais visité un pays, je m’arrangeai toujours pour visiter les lieux de culte et en apprendre le maximum. Je regardai Stella, plus perdue que jamais sous ma tignasse blonde. J’en faisais trop et je le savais. Entre YouTube, mon emploi de chanteuse dans un bar, l’aide que j’apportai à des amis pour leur groupe et enfin il y avait ma fille. « Parce que je ne peux pas, soufflai-je d’une petite voix. » J’aurai aimé être capable de laisser tomber certaines choses. De demander gentiment à Stella si elle voulait garder Mélody mais soyons honnête, elle était ma meilleure amie mais je ne voulais pas déranger les personnes célibataires dans ma démarche. Je m’avançai pour aller regarder au dehors avant de jouer avec ma cigarette électronique. Très mauvaise habitude que j’avais prise là. Mais un jour, je le savais que mon corps lâcherait. Je me nourrissais mal, dormais peu et pourtant, je tenais toujours debout. Par je ne sais quel miracle. « J’ai grandi seule, Stella. » Je ne parlais jamais de mon passé, de mes parents. Pour cause que contrairement aux autres, j’avais eu une belle vie. Enfin belle. Normale, on va dire. « Je suis toujours en marge parce que… parce que je suis trop active, intelligente. Mes parents se déchiraient et n’ont même pas pensé à moi. » Comme le père de Mélody ou tous mes ex au final. On en revenait toujours à la même chose. Coupée dans mon élan, je me stoppai dans mes histoires. « Je n’aime pas me plaindre. Je pourrais demander à Tobias et sa copine de la garder, je pourrais également demander à Lilwenn mais je ne peux pas. Je n’y arrive pas. Demander des services ? A chaque fois que je veux le faire je me rappelle que ma vie et mes soucis sont insignifiants comparés à ceux des autres. » Le manque de confiance en soi avait toujours été un gros problème chez moi. J’avais conscience que Stella allait sortir de ses gonds mais j’ai toujours été comme ça. Extravertie sur un tas de sujets mais jamais sur ceux qui importaient réellement. Je ne mentais pas, j’omettais. C’était différent. « On m’a inscrite sur ce truc. On ne va pas dire que ce fut un franc succès. » Je passais une main dans ma nuque avant de la faire craquer pour écouter Stella. « C’est toi qui vois, sur internet on peut être qui on veut. Et je pense que si on regarde ma chaîne on peut constater que Squirrell n’est pas comme moi. Mais si tu sens que ça tend vers l’attirance alchimique, tu lui diras tout simplement la vérité. » Et puis, je ne voyais pas très bien pourquoi elle avait eu besoin de se faire passer pour une autre. « Tu ne devrais pas mentir. Tu as l’une des plus belles personnalités que je connaisse. » Je me mis à la fenêtre pour sortir ma cigarette et l’allumer loin de Mélo. Stella n’était pas comme moi. Elle avait la beauté, le charisme, la gentillesse et je ne cautionnai pas son comportement même si je pouvais le comprendre. « J’ai embrassé un mec, il n’y a pas si longtemps. Et je me suis rendue compte que… » Inutile de terminer ma phrase pour comprendre. J’ai toujours cru en la théorie des âmes sœurs. Que dans le monde, il y avait deux âmes destinées à se rencontrer. Certaines se trouvaient plus tôt et d’autres plus tardivement. Et certaines n’existaient tout bonnement pas. Un peu comme la mienne. « Je sais, dis-je d’une voix lugubre, mais il n’est pas à moi. ce n’est pas mon âme jumelle et tu sais ce que je pense là-dessus. » Je secouai la tête à la négative. « Non et je ne sais même pas à quoi il ressemble. Juste que c’est un danseur et qu’il s’appelle Adonis. » Dans un sens, il n’y avait jamais eu d’équilibre dans cette correspondance. Je me mis à faire les cent pas dans mon appartement. Je la regardai lire la missive sans intervenir avant de déglutir. Je vins lui arracher le bout de papier avant de rester en suspens pendant de longues secondes. Puis, je pris une profonde inspiration avant de laisser mes yeux parcourir les mots écrits par Adonis. Je restai de marbre tout du long de ma lecture avant de me relever pour aller jusqu’à la fenêtre et allumer mon briquet. Je ne dis rien, me plongeant dans mon mutisme avant d’enflammer cette dernière lettre, consciente que j’avais fait une énorme connerie. « Il n’est pas mien, Stella, murmurai-je une voix lourde de sanglots, il n’y a personne pour moi. » Puis sur ses mots, j’allais dans ma chambre avant de claquer la porte et de me laisser tomber le long du mur pour prendre ma tête entre les mains. Dans toute cette histoire, je n’étais pas Sally, ni même Victoria. Je n’étais qu’Emily et tôt ou tard en tout Victor qu’il est, il trouverait ou retrouverait sa Victoria. En m’oubliant moi.


the fools who dream
Here's to the ones who dream. Foolish as they may seem. Here's to the hearts that ache. Here's to the mess we make ▬ she smiled


(si tu veux me mp, fais-le sous Bianca Lampedusa)
Revenir en haut Aller en bas
Stella SpinelliToujours frais après un litre de café
Stella Spinelli
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4897-un-jour-je-serai-le-meilleur-d http://www.ciao-vecchio.com/t4901-mieux-vaut-peter-en-compagnie-que-mourir-seul-stella
Faceclaim : Rose Leslie ©RQ
Messages : 204 - Points : 489
[terminé] (Stilas) devenons des peintres en bâtiment  - Page 2 16322485
Âge : 32 ans
Métier : Assistante en création chez Vogue
[terminé] (Stilas) devenons des peintres en bâtiment  - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] (Stilas) devenons des peintres en bâtiment ( le Sam 25 Mai 2019 - 23:54 )
Stella oubliait parfois que son amie était croyante. Elle qui ne croyait en rien, elle avait toujours admiré ces personnes qui se donnaient à une entité fantomatique. Que Dieu vienne lui parler en face-à-face, que Jésus descendent et montre qu’il a bien été ressuscité : cela lui ferait une belle jambe. Elle était bien trop terre-à-terre pour croire à de pareilles choses. Elle croyait en elle et s’était déjà pas mal.

“Tu ne peux pas, ou tu ne veux pas amore ?” Souffla-t-elle doucement. Stella était connue pour ne pas passer par quatre-chemins.

Quand Lilas se confia, Stella prit plusieurs gorgées de son verre avant de le poser et de s’approcher de son ami pour se glisser derrière elle et lui offrir une étreinte douce, qui se voulait réconfortante. Si elle était la première à parler, elle n’était jamais la dernière à se taire lorsque cela était nécessaire.

“Mais tu as des amis aujourd’hui qui pensent à toi et qui sont inquiets.” Sa voix se voulait rassurante. Elle ne l’accusait de rien. Elle voulait juste que Lilas sente l’affection de Stella pour elle. “Tout le monde à des problèmes, c’est un fait indéniable. Mais cela n'amoindrit pas les tiens. Nous ne sommes pas égaux sur comment nous voyons les obstacles de notre vie. Est-ce que cela veut dire que mes problèmes sont moins importants que les tiens ? Ils le sont tout autant à mes yeux parce que tu es ma meilleure amie et que je donnerais beaucoup de choses pour te savoir heureuse.”

S’éloignant, elle alla chercher son verre pour parler de Blendr. Elle n’aurait probablement pas dû commencer à se faire passer pour une autre, mais Megara était sa patronne. Stella avait bien vu qu’elle n’était pas la femme la plus joyeuse qui soit, mais elle ne s’arrêtait jamais aux apparences et depuis la fameuse soirée où elle est arrivée tremper chez son patron : elle ne peut pas s’enlever de sa tête ce sourire qu’elle n’aborde jamais au travail.

“C’est ma patronne, Lily…” Avoua-t-elle finalement, tout bas, ne souhaitant plus cacher à sa meilleure amie qui était cette femme qui tournait dans sa tête sans qu’elle ne le désire réellement. Elle aurait préféré que ça soit une autre. “Une belle personnalité n’enlève pas le fait que nous ne sommes pas du même monde. Je me nourris de ramen : on ne peut pas dire que je sois au sommet de la chaîne alimentaire.” Megara avait bien plus de classe qu’elle. Elle méritait mieux qu’une acrobate qui n’avait nul part où aller et qui n’avait pas encore trouvé sa place dans cette société décadente.

Lilas croyait en l’âme soeur et Stella était admirative de cela. L’amour, celui avec un grand A, elle n’y croyait pas. Elle n’avait pas besoin de finir sa phrase, Stella comprenait ce qu’elle voulait dire. Elle la connaissait après tout.

“Je sais oui.”
Elle termina son verre. “Un jour, tu la trouveras aussi, Lilas. J’en suis certaine. Ne désespère pas hm ?” Avant de prendre la lettre et de commencer à lire.

Plus ses yeux caressaient les mots, plus elle comprenait la sincérité d’Adonis. Elle se mit à sa place. Il semblait réellement tout aussi attaché qu’elle. Il y avait un arrière-goût de résignation. Etait-ce dû à l’emprisonnement ? Laissant Lilas prendre la lettre, elle se leva pour lui laisser de l’intimité. Elle se resservit un verre avant de regarder son amie brûler le papier. Stella n’eut pas le temps de répondre quoique ce soit que déjà la blonde était partie s’enfermer dans sa chambre. Elle regarda quelques instants la salle à manger avant de se mettre derrière la porte.

“Je suis là…”
Dit Stella finalement. “Je ne bouge pas ok ?” Si Lilas voulait être seule, elle comprenait. “Tu veux qu’on se regarde un Disney ?” Proposa-t-elle alors. Au diable le maquillage et la coloration : Stella n’allait pas la laisser sombrer.


“We are all

mad here”
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Lilas MartinToujours frais après un litre de café
Lilas Martin
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4995-lilas-la-fleur-qui-s-epanouit- http://www.ciao-vecchio.com/t4996-lilas-certaines-femmes-depriment-mais-moi-je-me-rappelle-que-j-habite-avec-brad-pitt#157335
Faceclaim : Emma Stone (moses) crackships (Padawan)
Je suis absent-e : PR jusqu'au 17/09
Messages : 1205 - Points : 1292
[terminé] (Stilas) devenons des peintres en bâtiment  - Page 2 1557263927-155665680836801069-6
Âge : 31 ans
Métier : étudiante en informatique en échange Erasmus et youtubeuse gaming sous le nom de Squirrel
[terminé] (Stilas) devenons des peintres en bâtiment  - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] (Stilas) devenons des peintres en bâtiment ( le Lun 10 Juin 2019 - 17:21 )
« T’as raison, je ne veux pas. » Déléguer n’est pas dans ma nature. Je n’y arrivai pas. je préférai de loin me charger de tout mais au bout d’un moment mon corps me lâchait. J’avais besoin de me reposer, je le savais mais je n’étais pas habituée à ce que des gens soient là pour moi. Je me laissais aller à l’étreinte réconfortante de Stella pour manquer de m’endormir car j’étais tellement crevée que j’en oubliai d’être objective. « Je sais mais je n’ai pas l’habitude tu sais. J’ai grandi en étant seule donc j’ai gardé cette mauvaise habitude. » Je fis une moue désolée avant de me dégager pour aller voir Mélody qui avait lancé son doudou à travers la pièce. Je l’écoutai me parler de cette femme qu’elle draguait sous un faux nom depuis quelques temps. Je n’aimais pas ça. je n’avais jamais menti sur moi-même car j’avais fait les frais après Nicolas. « Et alors, c’est bon les ramen… tu attends quoi de cette relation ? Tôt ou tard, elle va découvrir qui tu es et ça va chauffer. » je savais que si on me mentait, je pourrais en venir aux mains. car je détestai ça et je n’avais aucun filtre. « Je l’ai peut-être déjà trouvé, murmurai-je pour moi-même. » J’attendis qu’elle finisse de lire pour savoir si je devais la brûler ou pas. savoir si Adonis valait la peine que je me batte encore un peu. Je ne suis pas de ces femmes niaises qui tombent amoureuses comme ça… Je partis m’enfermer dans la salle de bain pour pleurer toutes les larmes de mon corps avant que Stella ne me rappelle sa présence. Pas pleurer. Homme mauvais. J’ouvris la porte, consciente que je devais être dans un état pitoyable. « Quel disney ? »


the fools who dream
Here's to the ones who dream. Foolish as they may seem. Here's to the hearts that ache. Here's to the mess we make ▬ she smiled


(si tu veux me mp, fais-le sous Bianca Lampedusa)
Revenir en haut Aller en bas
Stella SpinelliToujours frais après un litre de café
Stella Spinelli
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4897-un-jour-je-serai-le-meilleur-d http://www.ciao-vecchio.com/t4901-mieux-vaut-peter-en-compagnie-que-mourir-seul-stella
Faceclaim : Rose Leslie ©RQ
Messages : 204 - Points : 489
[terminé] (Stilas) devenons des peintres en bâtiment  - Page 2 16322485
Âge : 32 ans
Métier : Assistante en création chez Vogue
[terminé] (Stilas) devenons des peintres en bâtiment  - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] (Stilas) devenons des peintres en bâtiment ( le Dim 16 Juin 2019 - 21:09 )
Stella savait la réponse à sa question. Il devait être difficile de laisser son enfant. Elle ne savait pas, à dire vrai, elle n’avait pas d’enfant et ne voulait pas déformer son corps pour porter la vie. Pourtant, elle comprenait. Elle avait vu les tigres et les lions se faire emmener et avait pleuré avec son père toutes les larmes de son corps. Alors… Une part d’elle pensait comprendre. Lilas devait apprendre à se reposer sur les gens qui l’aimaient, sur les personnes qui comme Stella feraient absolument tout pour elle. En la serrant contre elle, l’acrobate espérait apaiser son esprit troublé. Elle ressentait la peine de sa meilleure amie. Elle ne se forçait pas à être aussi tactile : c’était dans sa nature avec les personnes qu’elle appréciait plus que de raison.

“Je sais… Mais maintenant, tu ne l’es plus. Dans le pire des cas, tu m’as moi. Tu sais que je ne serais jamais loin pour tes beaux yeux. Tu peux me faire confiance, tu peux te reposer sur moi, même quand tu auras une queue pour t’accompagner et assouvir tes désirs : je ne serais jamais loin.” Stella n’avait aucun mal à répéter encore et encore ces paroles si cela pouvait aider Lilas à comprendre qu’elles étaient ensemble : pour le meilleur et pour le pire. Un peu comme un mari et une femme. C’est pour ça que la rouquine, maintenant blonde, était enregistré au nom de : Ma Femme, sur son téléphone.

Se confiant à son tour, elle parla de Megara et de Blendr. Elle n’avait pas eu le courage de dévoiler son identité encore. Probablement parce qu’elle n’avait pas envie de la décevoir. Stella s’attachait à son patron et il était, chaque jour, difficile de cacher ses coups d’œil pour elle qui ne semblait pas vraiment la remarquer. Ou bien était-elle aveuglée par son manque de confiance en elle ? Il faut dire qu’elle n’avait pas du tout la même vie que la rédactrice en chef.

“Je risque de tout perdre probablement…” Elle haussa les épaules : “Mais … On ne vient pas du même monde et je sais que pour certaines personnes cela représente un frein. Alors je prends les petits moments de bonheur qui me font sourire quand je reçois un message d’elle.” Stella allait s’en mordre les doigts. Elle le savait. Mais elle s’en moquait. Elle ne pouvait pas souffrir plus.

La lettre lue, Stella vit la détresse de Lilas et la laissa partir. Alors, elle se mit derrière la porte et la laissa vider son sac en pleurant. Montrant qu’elle était là, elle proposa finalement de regarder un Disney ensemble. En la voyant sortir, elle se releva et sourit en passant ses deux mains sur ses joues pour essuyer les larmes.

“Quels sont les chats qui habitent les beaux quartiers ? Quels beaux minets ont le plus beau pedigree ?” Commença-t-elle à changer. Melody releva la tête et rigola en entendant Stella chanter. “Quels chouchous dans la joie se prélasse, mais naturellement les Aristocats.” Et sur ces mots, elle s’éloigna en dandinant ses fesses tout en imitant le son des instruments. Faisant comme chez elle, elle mit le film en route, prit Melody qu’elle installa sur le canapé à côté d’elle avant d’étendre une couverture pour que Lilas puisse s’installer au chaud. Voilà ce qu’elle appelait : une soirée parfaite.


“We are all

mad here”
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
[terminé] (Stilas) devenons des peintres en bâtiment  - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] (Stilas) devenons des peintres en bâtiment ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [terminé] (Stilas) devenons des peintres en bâtiment -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2