Revenir en haut
Aller en bas


 

- Un costume pour le Monsieur. // Anabela -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Galleria Umberto
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
En ligne
Tobias Spilsbury
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://www.ciao-vecchio.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
Faceclaim : Eddie Redmayne ©Bekah & Padawan my love
Messages : 803 - Points : 1776
Un costume pour le Monsieur. // Anabela 1552316213-155231251583498716-7
Âge : 36 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
Un costume pour le Monsieur. // Anabela Empty
Sujet: Un costume pour le Monsieur. // Anabela ( le Dim 24 Mar 2019 - 16:00 )
Tobias se réveillait tous les matins au côté de Safiya en se demandant ce qu'il avait réellement fait pour mériter enfin d'être heureux. Il avait pris l'habitude de se réveiller avant elle juste pour avoir la chance de croiser son regard embrumé par le sommeil se poser sur lui. L'Historien se sentait tellement bien ces dernières semaines qu'il en avait presque oublié le goût amer de la tristesse et de la mélancolie. Le moral était au beau fixe, encore plus depuis qu'il pouvait noircir un nouveau carnet. Il aimait l'odeur des pages neuves. Il aimait prendre son stylo plume et s'appliquer à faire des listes, à marquer leurs idées : à rédiger ce qu'il y avait encore à faire. Heureusement pour eux : ils étaient organisés et connaissaient les goûts de l'autre. Assez tout du moins pour se faire confiance sur certains points, notamment, comme celui où ils ne feraient jamais quelque chose qui irait contre les préférences de l'autre. Aujourd'hui, Tobias avait pris une demie journée de congé pour pouvoir trouver son costume et plaire à sa belle. Il voulait garder la surprise, tant qu'à faire. Et puis elle aussi cachait son vêtement pour le jour J alors il est normal qu'il fasse de même n'est-ce pas ? Il embrassa Safiya avant de se lever et de lui préparer son petit-déjeuner. Il n'était pas encore sept heures, mais Tobias devait arriver plus tôt au musée pour faire ce qu'il avait à faire avant de partir. Une rapide douche plus tard, une chemise et son jean enfilés et le voilà parti.
Sur le coup de quatorze heures, il partit du musée pour marcher vers la Galleria Umberto puisque la boutique qu'il avait choisie était dans cette dernière. Antonio Barbaro lui avait été conseillé par son oncle et il lui faisait confiance aveuglément sur le sujet. S'il n'avait pas non plus envie de débourser une somme considérable dans son costume, investir n'était pas un mal : un beau costume pouvait se mettre en toute occasion. Il s'installa sur un banc devant la boutique et regarda les passants marcher d'un air tranquille. Le temps était clément, le soleil illuminait la magnifique coupole de verre : faisant danser les ombres sur le sol. Quand il remarqua la magnifique chevelure blonde d'Anabela, un immense sourire orna son visage. Il s'approcha pour la prendre délicatement dans ses bras :

"Bella, merci d'être venue." Souffla-t-il sincèrement avant de s'éloigner. "C'est qu'avoir un avis féminin est primordial et encore plus quand cela est le tien." Après tout, elle avait été mannequin et elle devait encore avoir l'oeil pour ce genre de choses. "J'ai pensé à amener Safiya au début et puis ma maman m'a convaincu de la laisser dans le secret." Il sourit et pointa la boutique du menton : "Mon oncle m'a conseillé cette boutique, tu connais ?" Deux opinions en valait mieux qu'une. "Je voyais pour le mariage porter un costume bleu royal tu vois ce que je veux dire ? Normalement, on avait dit que les invités de Safiya portent du bleus et les miens du vert mais... Je doute qu'un costume vert foncé me scie." Mais après tout... Il ne savait pas. "C'est pour ça que je vais réellement avoir besoin de tes conseils." Parce qu'il était déjà perdu.


L'agréable sentiment d'avoir quelque chose à faire, un but à poursuivre.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Anabela LaranjeiraLe vin est un puissant lubrifiant social
Anabela Laranjeira
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2937-anabela-laranjeira-le-coeur-du http://www.ciao-vecchio.com/t3885-anabela-laranjeira-miss-atomic-bomb#125671
Faceclaim : J'ai pour célébrité Amber Heard. Mon avatar est signé « carrie », mon code signature est de « pretty.little.doll » et je dois certains de mes gifs à « padawan » qui n'est autre que ma Lilas chérie, ma chouquette d'amour.
Messages : 3204 - Points : 5853
Un costume pour le Monsieur. // Anabela 3v2p
Âge : Je suis née à Lisbonne, le 29.11.1986, ce qui fait que j'ai 33 ans cette année.
Métier : Actuellement sans emploi, je pense à une reconversion.
Un costume pour le Monsieur. // Anabela Empty
Sujet: Re: Un costume pour le Monsieur. // Anabela ( le Lun 25 Mar 2019 - 3:09 )

Tobias & Anabela
Un costume pour le Monsieur.


Je dors. Depuis l'accident qui a eu lieu, l'explosion de l'immeuble où je me trouvais à proximité puisque je désirais rendre visite à Livia ce jour-là, je reste enfermer chez mon Francesco. Lorsqu'il a appris la nouvelle, sachant que j'allais voir cette amie, il est immédiatement venu me rejoindre pour ne plus vouloir me quitter. De ce fait, je réside chez lui depuis ce jour où je suis sortie de l'hôpital et je dois bien admettre que cela me plaît d'être chez lui, sachant qu'il rentrera chaque soir et que nous nous retrouverons. À vrai dire, depuis bien longtemps, je ne me suis pas senti chez moi comme je me sens ici, chez lui. J'ai la sensation d'avoir trouvé ma place non seulement près de lui, dans le creux de ses bras, mais également dans sa villa. Le fait est qu'il faudra bien que je retourne vivre où je résidais à un moment et cela me donne le cafard. Je ne veux pas m'en aller, mais je suis incapable de le lui dire. Pour le moment, je me concentre seulement sur le fait que je dois me reposer et c'est ce que je fais. « HUM… » Je soupire, quand je sens que quelque chose bouge contre moi, ou plutôt s'installe. « Bagheera. » Je souffle, me doutant qu'il s'agisse du chat noir de mon Francesco. « Tu sais que tu n'as pas le droit de grimper sur le lit. » J'ajoute, ouvrant avec lenteur mes yeux. Lorsque je croise son regard, l'entendant ronronner, je ne peux que sourire. Caressant le haut de sa tête, je reste un instant ainsi avec lui, quand je me dis qu’il est tant de me lever. Ayant encore mal à certains endroits de mon corps, ma tête notamment, j’ai bien du mal à quitter le lit. Il faut dire que je me trouve être fragile physiquement, mais également et surtout psychologiquement. « Allez Bagherra, on se lève. » Je lui dis, bien que nous restons encore quelques minutes au lit. Lorsqu'il bondit de celui-ci comme pour me faire comprendre que cet instant de douceur est terminé, je m'étire avec peine. Trainant des pieds, me rendant dans la salle de bain adjacente pour quelques minutes, je termine de descendre l'immense escalier pour me retrouver à la cuisine. Me préparant rapidement un café, prenant mon médicament, je termine par me faire quelques petites tartines avant d'allumer la télévision afin de voir les informations. Mettant malgré tout le son du téléviseur assez bas, j'envoie un premier texto à mon homme, mon Francesco sans totti, puis à Tobias, lui annonçant que je n'ai évidemment pas oublié notre rendez-vous de cette après-midi. Rien que d'y penser, un sourire orne mon visage. Je suis honorée de pouvoir prêter main forte à mon Toby, d'autant que c'est pour l'aider à trouver son costume pour son mariage. Sentant qu'on se frotte contre ma jambe, je délaisse mon iPhone après avoir envoyé mon texto, afin de regarder Bagherra. Il prend plaisir à rester ainsi, contre moi, ce qui me fait sourire davantage. « Dis donc toi. Je croyais que tu avais une copine dans le quartier. Si tu allais la rejoindre ? » Je lui dis, plaisantant évidemment, quand je me décide à avaler mes tartines, mon petit déjeuné étant peu copieux, mais je mange et c'est déjà mieux que rien.

Après m'être douché, avoir lu et m'être assoupie à cause de la fatigue psychologique que je traîne, Tony a préparé le déjeuné afin que je me nourrisse sous les ordres de mon Francesco. Esquissant un sourire en songeant à lui, je goûte avec envie au risotto maison, prenant le temps de manger tout ce qui se trouve dans mon assiette, bien que cela soit avec lenteur. Une fois avoir terminé, ayant l'interdiction formelle de m'occuper de quoi que ce soit, je me dirige à l'étage pour enfiler des vêtements, puis me maquiller très légèrement, afin de rejoindre mon Tobias. Une fois parée, m'emparant de mon iPhone, j'appelle rapidement un taxi, afin de rejoindre mon ami. Monsieur James n'étant pas libre, je sais que je peux compter sur un conducteur de taxi que je connais depuis quelque temps déjà, pour ne pas dire quelques années. Étant toujours disponible pour moi, il m'affirme qu'il sera présent devant la villa dans une dizaine de minutes, ce qui me laisse le temps d'enfiler une paire de chaussures. « Mademoiselle ! ? » J'entends Tony m'appeler, quand je le rejoins. Lui affirmant que je vais bien, j'ajoute qu'un taxi va arriver incessamment sous peu. Il sait évidemment que je rejoins mon cher Tobias et m'avertit tout de même que je dois me ménager. « Tout va bien se passer Tony, je vous l'assure. » Lui offrant un sourire après avoir enfilé une veste et m'être emparé de mon sac à main, mes mocassins aux pieds, je quitte la villa puisque mon chauffeur m'attend. « Au revoir Tony. » Je dis, avant d'arriver à la hauteur de la voiture étant stationné pour que je puisse y monter. « Où allons-nous aujourd'hui, Anabela ? » Me demande mon chauffeur, quand je lui explique. Après une course fluide, j'arrive à proximité de la « Galleria Umberto ». Descendant du taxi après avoir payé, je claque la portière, offrant un dernier sourire au conducteur. Serrant ma veste au niveau de ma gorge, j'avance, marchant, afin de rejoindre Tobias. Une fois que je l'aperçois, je me sens soulager. Répondant à son sourire communicatif, je le presse avec douceur contre moi, tout comme lui-même le fait, puisqu'il est l'instigateur de cette étreinte qui de toute façon aurait eu lieu. « Bonjour Tobias. » Je lui souffle, quand il me remercie d'être venue le rejoindre. « Je t'en prie, c'est tout à fait normal. » Je réponds, sentant mes joues rosir, quand nous nous éloignons l'un de l'autre. Lorsqu'il m'explique que mon avis est primordial, je m'empourpre de plus belle. Bien sûr, je m'y connais pas mal question mode, ayant été mannequin dans une autre vie, le fait est qu'à présent, je ressens une légère « pression », je dois le reconnaître. Souriant alors qu'il ajoute qu'il voulait au préalable que Safiya l'accompagne, puis que sa mère lui a conseillé de lui faire la surprise, je lui réponds : « Elle a raison. C'est bien que tu lui fasses la surprise quant à ton costume. Je trouve cette idée excellente. » Me demandant ensuite si je connais la boutique où il désire que l'on se rende, j'acquiesce dans un signe de tête, puis j'ajoute : « Oui, je connais. Ton oncle a bon goût, vraiment. » M'emparant de l'un de ses bras afin que l'on avance pour s'y rendre, il m'explique que ses invités devront être vêtus de vert, alors que ceux de sa future épouse devront être vêtus de bleu. Réfléchissant à sa dernière remarque, je me mordille la lèvre, puis réponds : « Je pense qu'un beau vert pourrait t'aller, tu sais. Nous allons voir ça lorsque nous y serons. Puis surtout, ne t'en fais pas, je vais te conseiller. Seulement, le plus important est surtout que cela te plaise à toi et accessoirement à ta future épouse. » Je termine, désireuse de plaisanter avec mon ami, alors que nous passons finalement les portes de la boutique en question, se nommant Antonio Barbaro.

(c) élissan.


LORSQUE TES MAINS SE POSENT SUR MES HANCHES, JE FRISSONNE. LORSQUE TON REGARD ACCROCHE LE MIEN, IL N'Y A PLUS QUE NOUS AU MONDE. LORSQUE TU T'ÉLOIGNES DE MOI, JE NE CESSE DE PENSER À TOI. TU NE M'AS PAS DONNÉ D'AUTRES CHOIX QUE DE T'AIMER, MON FRANCESCO SANS TOTTI.
∞ FRANCIANA FOREVER
Revenir en haut Aller en bas
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
En ligne
Tobias Spilsbury
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://www.ciao-vecchio.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
Faceclaim : Eddie Redmayne ©Bekah & Padawan my love
Messages : 803 - Points : 1776
Un costume pour le Monsieur. // Anabela 1552316213-155231251583498716-7
Âge : 36 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
Un costume pour le Monsieur. // Anabela Empty
Sujet: Re: Un costume pour le Monsieur. // Anabela ( le Lun 25 Mar 2019 - 21:59 )
Tobias avait évidemment appris la frayeur qu’avait dû avoir Anabela lors de l’explosion. S’il était occupé avec son mariage : il était hors de questions pour lui d’oublier ses amis et encore moins cette personne qui est la sœur qu’il n’a jamais eue. Présent pour elle par des messages et des appels, aujourd’hui il voulait l’aider un peu plus encore. Et pour cela, il eut l’idée de l’emmener dans une nouvelle aventure. Fort heureusement : il y avait beaucoup de choses à faire avant le jour J et donc l’historien n’avait que l’embarras du choix. C’est dans le choix du costume qu’il décida d’impliquer Ana. Qui, à part elle, pouvait trouver ce qui lui allait le mieux ? Elle avait l’œil, elle connaissait Tobias qui plus est et il savait que l’opinion d’une femme n’était jamais de trop. Ayant donné rendez-vous dans l’après-midi à la belle blonde, il attendait patiemment sur un banc devant la boutique conseillé par son oncle. Maintenant en compagnie d’Anabela, il se confia alors sur la nécessité de sa présence ici à ses côtés.

« Ma foi… Si je ne peux pas la voir habillée de sa tenue avant le mariage : il est juste que je cache également mon costume ? Pourquoi est-ce qu’il n’y aurait que les femmes qui ont le droit à l’effet de surprise ? »


Tobias n’avait pas peur de bousculer les idées préconçues du mariage. Son union avec Safiya était de toute façon hors norme de par la différence de leur religion. Un point qui ne les a pas séparés : bien au contraire. En tant qu’Historien : ils se devaient d’être ouvert d’esprit et la différence de l’un devait faire l’intérêt de l’autre. Il était le genre d’homme à demander l’avis aux autres et c’est parce qu’il avait justement posé des questions à son entourage masculin que le nom de la boutique lui a été révélé. Souriant en entendant Anabela confirmer que c’était une bonne boutique, il lui offrit tout naturellement son bras pour se diriger vers cette dernière et commença à expliquer les quelques règles ou tout du moins la couleur qu’aurait leur mariage. Surprit, il la regarda en fronçant très légèrement ses sourcils :

« Vraiment ? Tu crois ? » S’il était surpris de cette réponse pour le moins inattendu : il ne fermait pas la porte à cette possibilité. « On sait tous les deux que je n’ai pas vraiment bon goût dans les vêtements. Je porte encore des vestes avec des renforcements aux coudes et je porte les mêmes chemises, vestes depuis des années. » Il rigola : « Je suis un cas désespéré. » Et il préférait en rire que de se lamenter.

Passant la porte de la boutique, il salua le vendeur et expliqua qu’il venait essayer des costumes pour son mariage.

« Toutes mes félicitations, vous faites un beau couple. »
Tobias regarda Anabela puis le vendeur avant de rire : « Je suis désolé de la confusion, Ana ici présente est ma meilleure amie : pour ne pas dire sœur de cœur. » Confus et gêné, le vendeur avala difficilement sa salive et présenta mille excuses : « Je vais demander à un de nos vendeurs de venir vous aider. » Et sur ces mots il s’éclipsa sans demander son dû. Tobias se tourna vers son amie : « Tu crois qu’on lui a fait peur ? » Il rigola à nouveau avant de commencer à arpenter la boutique.

Touchant de temps à autre le matériel des costumes, pour l’instant : rien n’attira son œil. Quand il trouva les costumes de couleur verte, il en prit trois - ceux qui lui plaisaient le plus - et alla rejoindre Anabela :

« Tu en penses quoi ? »
Le vendeur n’était pas encore là, mais cela n’empêchait pas de regarder déjà les options qui s’offraient à lui. « Je ne sais pas… Tu crois que ça ne va pas faire bizarre ? » S’il était toujours prêt à faire dans le nouveau, il avait cependant des réticences concernant ce choix de costume. « Je veux dire : j’adore la couleur hein mais… Je ne sais pas : je suis trop pâle non ? »  


L'agréable sentiment d'avoir quelque chose à faire, un but à poursuivre.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Anabela LaranjeiraLe vin est un puissant lubrifiant social
Anabela Laranjeira
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2937-anabela-laranjeira-le-coeur-du http://www.ciao-vecchio.com/t3885-anabela-laranjeira-miss-atomic-bomb#125671
Faceclaim : J'ai pour célébrité Amber Heard. Mon avatar est signé « carrie », mon code signature est de « pretty.little.doll » et je dois certains de mes gifs à « padawan » qui n'est autre que ma Lilas chérie, ma chouquette d'amour.
Messages : 3204 - Points : 5853
Un costume pour le Monsieur. // Anabela 3v2p
Âge : Je suis née à Lisbonne, le 29.11.1986, ce qui fait que j'ai 33 ans cette année.
Métier : Actuellement sans emploi, je pense à une reconversion.
Un costume pour le Monsieur. // Anabela Empty
Sujet: Re: Un costume pour le Monsieur. // Anabela ( le Ven 5 Avr 2019 - 4:05 )

Tobias & Anabela
Un costume pour le Monsieur.


Fébrile. C'est l'état dans lequel je me trouvais avant de retrouver Tobias. Il faut dire que j'ai une peur monstre de me trouver seule ces derniers temps, me sentant peu à l'aise, me sentant également « en danger » rapport aux personnes alentours. Il est vrai que je n'ai pas subi une agression physique, le fait est que depuis l'explosion, j'ai la sensation d'être plus fragilisé que je ne l'étais avant celle-ci. C'est donc rassurer que je retrouve Tobias, profitant de la chaleur émanant de son corps par son étreinte. Lui offrant un sourire, nous discutons de « l'idée de sa mère », celle de garder le secret concernant son costume pour son mariage. Après tout, comme il le dit si bien : « Pourquoi est-ce seulement les femmes qui ont le droit à un effet de surprise, rapport à leur robe de mariage ? » Hochant ma tête positivement, je suis ravi que mon Tobias pense ainsi, j'ai toujours aimé son décalage, sa différence. « Tu as raison. Tu as le droit à ton effet de surprise toi aussi, puis, je peux t'assurer que tu seras canon ! » Mon sourire s'étire davantage sur mon visage de poupée, alors qu'après avoir pris son bras, nous nous mettons en marche. Écoutant sa réponse puisque je lui ai affirmé que nous pourrions trouver un costume vert qui lui irait à merveille, il me semble surpris. « Arrête Toby. Il y a de nombreuses nuances dans le vert. Je suis certaine qu'on va trouver CELLE qui t'ira. » Lui offrant un clin d'œil complice, il reprend, arguant qu'il n'a pas « bon goût ». Le fixant un instant, sans piper mot, je me décide à lui répondre : « Monsieur Spilsbury ! Je tiens à vous signaler que les vestes avec renforcements aux coudes sont de nouveau à la mode. » J'appuie mes propos dans des hochements de tête positifs. « Concernant les chemises… » Je m'arrête, réprimant un petit rire. « Je pense que tu vas pouvoir les remercier pour toutes ses années passées avec toi et les donner. Tu sais, pour les personnes qui ont besoin de vêtements. » Ce coup-ci, je retrouve mon sérieux. Autrefois, je menais de nombreux combats à Lisbonne, notamment un concernant les personnes sans domicile fixe, mais également concernant les enfants se trouvant dans les hôpitaux, les enfants touchés par de longues et douloureuses maladies. Penser à cela me fait réaliser que tout ceci me manque, puisque j'aime aider les autres, j'aime tendre la main, j'aime croire que rire avec des enfants souffrants, ne serait-ce que pour un court instant, permet à ces jeunes malades d'occulter leur pathologie. Perdue dans mes pensées, je tourne la tête quand Toby ajoute qu'il est un cas désespéré. Laissant un rire s'échapper d'entre mes lèvres, je lève également les yeux au ciel, puis je rétorque : « Deux choses. Tu n'es pas un cas désespéré, puis si tu as besoin de conseils, je suis là. » Étant sincère, je lui offre un sourire rassurant lorsque nous passons la porte de la boutique, y pénétrant.

« Bonjour. » Je souffle au personnel présent, quand un homme se présente devant nous. Lorsqu'il nous annonce que nous formons un beau couple, nos regards se croisent à Tobias et moi et nous nous mettons à rire. Postant une main devant ma bouche, je laisse Tobias se débrouiller afin de faire comprendre à cet homme que nous ne sommes définitivement pas ensemble ni même amoureux. Un immense sourire orne mon visage lorsque Toby lui explique que je suis non seulement sa meilleure amie, mais également sa sœur de cœur, ce qui – en définitive – fait comprendre à cet homme que je ne suis pas la future mariée. À présent gênée pour cet homme, je lui offre un sourire compatissant, quand il nous annonce qu'il nous envoie un vendeur. Préférant ne rien ajouter, je souris à Tobias quand il me fait à nouveau rire. « HUM… Je crois que nous ne sommes pas prêts de le revoir. » Je réponds donc, après m'être amusé. « Ce n'est pas bien grave. De toute façon, nous n'allons pas remettre les pieds ici après ton choix de costume et les retouches qu'il y aura peut-être à faire. » Haussant les épaules comme pour le rassurer, nous commençons à faire notre introspection. Tombant sur un premier costume de couleur verte, Toby m'interpelle, en ayant déniché trois. Me pinçant les lèvres, mon meilleur ami me rejoignant, je les examine en long et en large, alors que le premier qu'il me présente me plaît beaucoup, de part sa matière. « Je trouve que celui-ci pourrait t'aller. Il faut que tu l'essayes. En tout cas, c'est celui que je préfère. » J'affirme, alors qu'il reprend, se posant énormément de questions. « Toby, essaye-les. Ça ne coûte rien, puis je suis sûre que nous te dénicherons celui qu'il te faut. » Je me veux rassurante, le fait est que cela ne semble pas fonctionner sur mon meilleur ami. « Non, tu n'es pas trop pâle. Puis, une fois encore, nous avons de nombreuses nuances de vert, il y en aura bien une qui collera avec ton teint. » J'espère que ce coup-ci je l'ai détendu, bien que je sache que cela n'est pas suffisant. De ce fait, je me dis que je pourrais lui en proposer des « amusants » pour le faire rire, dans le but qu'il soit plus apaisé. Faisant un tour, j'en déniche un qui me fait d'ores et déjà sourire. « Que penses-tu de celui-ci ? » Mon regard pétille, alors que je me moque gentiment de ce modèle, on ne peut plus original.

(c) élissan.


LORSQUE TES MAINS SE POSENT SUR MES HANCHES, JE FRISSONNE. LORSQUE TON REGARD ACCROCHE LE MIEN, IL N'Y A PLUS QUE NOUS AU MONDE. LORSQUE TU T'ÉLOIGNES DE MOI, JE NE CESSE DE PENSER À TOI. TU NE M'AS PAS DONNÉ D'AUTRES CHOIX QUE DE T'AIMER, MON FRANCESCO SANS TOTTI.
∞ FRANCIANA FOREVER
Revenir en haut Aller en bas
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
En ligne
Tobias Spilsbury
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://www.ciao-vecchio.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
Faceclaim : Eddie Redmayne ©Bekah & Padawan my love
Messages : 803 - Points : 1776
Un costume pour le Monsieur. // Anabela 1552316213-155231251583498716-7
Âge : 36 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
Un costume pour le Monsieur. // Anabela Empty
Sujet: Re: Un costume pour le Monsieur. // Anabela ( le Dim 14 Avr 2019 - 12:20 )
“J’aimerais avoir ta confidence sur mon apparence physique. Tant que je ne ressemble pas à un piquet qu’on a habillé pour l’occasion : ça me va.” Il rigola doucement : bien décidé à avoir une conversation légère avec son amie qui ne s’était probablement pas remis des dernières émotions. Haussant les épaules, il renchérit en affirmant : “Je te fais confiance les yeux fermés, tu le sais bien non ? Si tu dis qu’on peut trouver, alors on trouvera et au pire… Il y aura un plan B.” Vrai que les vestes à renforcements sont de nouveau à la mode : “Je ferais un sac alors, cela sera une nouvelle occasion pour qu’on aille faire les boutiques bras dessus, bras dessous hm ?” Non pas qu’is avaient besoin d’une occasion pour se voir, mais ils ne manquaient pas de raisons de profiter de l’un et de l’autre. Et puis, il avait le coeur sur la main alors faire un don de ce genre n’était pas une contrainte du tout. “Ah ma Ana… Que ferais-je sans toi.” Il serra un peu plus la pression sur son bras et rentra dans la boutique.

Le vendeur fit un faux pas, nullement offusqué : Tobias en rigola plus qu’il ne s’en indigna pas. Vrai que leur complicité pouvait porter à confusion. Il faut dire que la vie ne serait pas aussi douce et exaltante sans le sourire rayonnant de la blonde. Avoir une belle femme à ses côtés ne pouvait qu’égayer la plus grise des journées. Il n’était donc pas gêné contrairement au malheureux qui avait fait le faux pas. Les rires de Tobias et Anabela ne devaient pas non plus arranger la situation, mais les deux amis ne semblaient pas s’en préoccuper. Tobias avait en tête le stress de trouver un costume qui saurait créé des étoiles dans les yeux de sa belle. C’est que pour Safiya il n’y avait rien de trop beau et avec ce mariage il voulait lui prouver qu’il pouvait lui apporter tout ce qu’elle voulait. Pourtant, l’Historien savait que sa promise avait des goûts simples et comme ils en avaient conclu en souriant et en s’embrassant : ils se suffisaient. Partant rapidement à la chasse au costume, il en prit trois et retrouva Ana qui elle aussi était en pleine réflexion. Montrant les trois pièces, il hocha la tête :

“Moi aussi, tu as raison je vais devoir les essayer.”
Et il n’était pas le genre d’homme à aimer les regards sur lui. Tobias savait pourtant que durant le jour J : il devrait être sur le devant de la scène. Un exercice inhabituel et difficile, quand ils devaient prendre la parole en public : cela était déjà un défi alors se tenir devant tous leurs invités… Il préférait ne pas y penser. Faisant part de ses inquiétudes concernant la couleur, une longue inspiration détendit ses épaules. Il donna les trois costumes trouvés au vendeur et regarda le costume trouvé par Ana : “J'adore !” Il toucha du bout des doigts la matière : “J’adore la texture et le coloris.” Son visage s’apaisait doucement mais sûrement. “Je vais aller essayer tout ça : si tu en trouves d’autres tu n’as qu’à me les apporter.” Puis il partit pour essayer ses trouvailles et celle de son amie.

Dans la cabine, il faisait attention à ne pas endommager les costumes tous plus beaux les uns que les autres. Passant la tête à travers le rideau, il chercha du regard la blonde. Le vendeur qui l’aidait sourit et lui demanda s’il devait aller chercher la dame : Tobias répondit d’un hochement de tête. Il avait décidé d’y aller à l’instinct et d’essayer celui qui lui plaisait le plus. Quand finalement il reconnut la voix de son ami, il sortit et monta sur la petite estrade entourée de miroir.

“Alors verdict ?” Il se tourna pour faire face à Anabela et regarda derrière lui pour vérifier le dos du costume : “Il est super confortable.” Il reporta son attention sur le devant : “Je me dis qu’une taille en dessous ne serait pas de trop.” La veste était trop droite et lui donnait un air bizarre car elle n’était pas proche du torse. “Enfin… Tu en penses quoi ? Au niveau de la taille, c'est bien ?” Parce que oui, il faisait confiance à la belle : sans quoi elle ne serait pas devant lui.


L'agréable sentiment d'avoir quelque chose à faire, un but à poursuivre.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Anabela LaranjeiraLe vin est un puissant lubrifiant social
Anabela Laranjeira
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2937-anabela-laranjeira-le-coeur-du http://www.ciao-vecchio.com/t3885-anabela-laranjeira-miss-atomic-bomb#125671
Faceclaim : J'ai pour célébrité Amber Heard. Mon avatar est signé « carrie », mon code signature est de « pretty.little.doll » et je dois certains de mes gifs à « padawan » qui n'est autre que ma Lilas chérie, ma chouquette d'amour.
Messages : 3204 - Points : 5853
Un costume pour le Monsieur. // Anabela 3v2p
Âge : Je suis née à Lisbonne, le 29.11.1986, ce qui fait que j'ai 33 ans cette année.
Métier : Actuellement sans emploi, je pense à une reconversion.
Un costume pour le Monsieur. // Anabela Empty
Sujet: Re: Un costume pour le Monsieur. // Anabela ( le Mer 17 Avr 2019 - 3:16 )




Un costume pour le Monsieur.

Tobias et Anabela

Songeuse, écoutant mon doux meilleur ami Tobias, je laisse s'échapper un rire d'entre mes lèvres par ses derniers propos. Levant les yeux au ciel, étant amusé, je finis par lui répondre, dans un doux sourire que je veux rassurant : « Toby, je sais que tu es nerveux, crois-moi. » Je lui souris davantage, connaissant sa situation puisque j'ai dit « oui » à un homme avec lequel j'ai finalement divorcé. « Ce n'est pas évident, tu te sens fébrile, tu te dis que rien ne sera prêt à temps... » Je marque une pause, puis je reprends rapidement : « Je ne veux pas t'effrayer, excuse-moi. » M'empourprant légèrement, j'ajoute, afin de le rassurer : « Tu es fin, tu es grand, tes cheveux sont souvent en batailles, mais le plus important est que tu as un charme fou, je te l'assure. N'oublie pas que tu as du sang Écossais mon cher, puis, si tu doutes de la véracité de mes propos, demande donc à ta future épouse si elle n'est pas de mon avis. » Lui offrant un clin d'œil ainsi qu'un sourire, nous continuons notre marche, alors que mon cher ami Toby me fait rougir à nouveau. « Je le sais oui. Par ailleurs, c'est réciproque, tu t'en doutes. » Resserrant ma prise sur son bras, je change de sujet. « Ne t'en fais pas pour ton costume, nous trouverons la bonne teinte de vert, la bonne matière. Puis, ne parlons pas encore d'un plan B, je n'ai pas envie que cela nous porte malheur. » Je lui dis, quand je souris de nouveau, mon regard scintillant. « Vous êtes généreux monsieur Spilsbury, c'est tout à votre honneur. » Lui offrant un second clin d'œil, celui-ci étant complice, j'ajoute : « Nous ferons du shopping bras dessus, bras dessous, promis. Puis, pour répondre à ta question, je ne sais pas ce que tu ferais sans moi. » Amusée, nous passons enfin la porte de la boutique, saluant poliment les vendeurs présents quand l'un d'eux s'approche pour nous saluer, désireux de nous conseiller, de nous guider quand il se montre maladroit. Riant, laissant Tobias se débrouiller, je suis d'ores et déjà à la recherche « DU » costume parfait, puisque je suis persuadée que nous le trouverons. Prenant soin de toucher les costumes avec lenteur et délicatesse, certains me font assez sourire, je dois bien le reconnaître. Le fait est que tous sont de bonne qualités, d'excellente qualité même, seulement, ils sont très originaux. Me pinçant à nouveau les lèvres, je jette un coup d'œil en direction de Toby, alors qu'il me présente de beaux costumes. « Oui, essaye les trois que tu as dénichés et ceux-ci, si tu es d'accord. » Le rejoignant afin qu'il les découvre de plus près, afin qu'il puisse toucher la matière, je suis ravie lorsqu'il se laisse aller à un « j'adore » qui – par ailleurs – gonfle mon cœur d'une certaine joie. Étant heureuse, mes énormes billes bleutées scintillantes, je ne peux qu'acquiescer à ses mots. « Oui, les textures, les coloris, je suis quasiment certaine que se sont les bonnes. Celles qui conviennent le mieux à ton teint. » Sentant mon frère de cœur se détendre puisque nous avons déjà fait de belles trouvailles, je termine par lui répondre, toute sourire : « Parfait. Passe-les et je continue à chercher. » Commençant à m'éloigner de mon ami, je reviens sur mes pas, afin d'ajouter : « Toby. S'il te plaît, fais-moi appeler lorsque tu essayes les costumes. » M'en allant à nouveau, usant de mon « œil de lynx », je ne peux m'empêcher de penser à mon mariage. C'était un « beau jour », mais surtout, c'était une véritable mascarade lorsque j'y pense à cet instant, bien que je ne voulais pas l'admettre ce jour-là, tout simplement parce que je désirais y croire. Je désirais être optimiste, je voulais croire aux propos de mon époux qui arguait qu'il avait énormément de travail, que nous retrouverions la flamme qui nous animait à notre rencontre et les jours suivant, mais en réalité, il me berçait d'illusions. Un rictus de tristesse déformant mon visage, je pousse un long soupire quand un vendeur arrive à ma hauteur. « Je vous suis. » Je souffle pour toute réponse, puisque mon Toby me demande. Excitée comme une puce, sautillant presque sur place, je lui annonce que je suis là quand enfin, il sort de la cabine pour grimper sur une estrade. « Verdict... » Je reprends son mot, me rapprochant, afin de regarder chaque détail, ainsi que chaque coupe du costume qu'il porte. « HUM… » Je prononce, quand je me stoppe, me plantant devant lui, alors qu'il est en hauteur, de part la dite estrade. « C'est un bon point si tu te sens à l'aise dans celui-ci. » Cessant de parler, le détaillant encore, je confirme ses dires dans un hochement de tête. « Tu as raison. Il faut que tu essayes la taille en dessous. Monsieur, s'il vous plaît. » Je demande, j'appelle, alors qu'il nous informe qu'il va chercher le même costume, à l'identique, mais à la taille du dessous. « Ce que j'en pense... Je trouve que ce costume est beau, mais… Je voudrais que tu en essayes d'autres. Je ne suis pas certaine que nous avons déniché la perle rare. » Croisant les bras, je lui offre malgré tout un sourire réconfortant, alors que mon regard est empli d'une véritable tendresse à l'égard de mon Toby adoré. « Pardon, je me suis trompée dans mes propos. Tu as déjà déniché la perle rare. D'ailleurs, tu vas l'épouser. » Hochant positivement ma tête, comme pour appuyer mes propos, je termine : « Ta future épouse à elle aussi dénichée la perle rare. » Ne pouvant pas ajouter d'autres mots, étant prise par l'émotion, ayant la gorge serrée, je baisse mon regard afin de ne pas fondre en larmes devant mon Tobias que je considère comme mon frère. C'est sans aucun doute pour cette raison que je suis autant touchée, d'ailleurs, ma gorge se serre davantage alors que mon regard se charge de larmes de joie.
BesidetheCrocodile


LORSQUE TES MAINS SE POSENT SUR MES HANCHES, JE FRISSONNE. LORSQUE TON REGARD ACCROCHE LE MIEN, IL N'Y A PLUS QUE NOUS AU MONDE. LORSQUE TU T'ÉLOIGNES DE MOI, JE NE CESSE DE PENSER À TOI. TU NE M'AS PAS DONNÉ D'AUTRES CHOIX QUE DE T'AIMER, MON FRANCESCO SANS TOTTI.
∞ FRANCIANA FOREVER
Revenir en haut Aller en bas
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
En ligne
Tobias Spilsbury
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://www.ciao-vecchio.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
Faceclaim : Eddie Redmayne ©Bekah & Padawan my love
Messages : 803 - Points : 1776
Un costume pour le Monsieur. // Anabela 1552316213-155231251583498716-7
Âge : 36 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
Un costume pour le Monsieur. // Anabela Empty
Sujet: Re: Un costume pour le Monsieur. // Anabela ( le Sam 20 Avr 2019 - 20:19 )
Anabaela avait déjà été marié, elle savait probablement les émotions par lesquelles passait Tobias. Il était certain de son vœu d’épouser Safiya, mais il n’était pas vraiment certain de savoir par où commencer pour tout organiser. Heureusement, il avait Safiya et ils étaient, qui plus est, très bien entouré. Les joies d’avoir une on cercle d’amis, des gens qui sont toujours là pour vous. Ils n’en avaient pas beaucoup, mais cela n’était pas un mal. Bien au contraire. Ils n’avaient que le meilleur, c’est ce que l’Historien se disait.

“Si tu as survécu, je me dis que je le peux aussi.” Il sourit : “Et puis, avec un soutien comme toi : ça ne peut qu’aller. Positions.” Tobias se surprenait de jour en jour à voir les bons côtés de sa vie. L’influence de Safiya - sa douceur et sa tendresse - lui permettait de se poser et de dormir plus paisiblement. Lorsqu’il faisait un cauchemar, il n’avait qu’à éteindre son bras et la serrer contre lui pour aller mieux. Elle avait ce pouvoir sur lui et il ne changerait cela pour rien au monde. “Mais, Safiya est comme toi, son avis ne sera pas tranché, je veux dire… Tu ne maries pas quelqu’un si tu n’es pas déjà sous son charme hein ?” Une question rhétorique à ses yeux. “De toute façon, je n’ai pas besoin de tout un tas de gens qui fourmillent autour hein ? Je préfère clairement être seul ou bien accompagné de mes proches. Faire la conversation pour la faire la conversation…” Un frisson prit son corps : “Non mais, je passe mon tour.” Tobias n’était pas un homme très social, mais avec son métier : il avait appris à faire la part des choses et arrivaient à se mélanger aisément.

Dans la boutique, Tobias flânait : touchant de temps à autre un costume par-ci, un costume par-là. Quand finalement il en trouve trois : il décide d’aller les montrer à Anabela ; tel un gamin qui voulait l’approbation de sa mère. Un non de sa part serait définitif : c’était certain. L’homme de lettres lui faisait bien trop confiance pour remettre en question sa parole. D’un hochement de tête, il confirma qu’il viendrait la chercher quand il aurait enfilé le premier costume. Hésitant longuement, il enfila son préféré : histoire de se donner un peu de confiance en lui car l’idée d’être le centre de l’attention - bien qu’il n’y avait que quelques personnes présentes - le rendait un peu malade. Un exercice cependant nécessaire en vu du grand jour. Il n’allait pas y réchapper. Sortant de la cabine, il monta sur la petite estrade et demanda le verdict à son amie. Il retrouva le sourire en l’entendant qu’elle approuvait et en plus : il avait raison sur la taille. Histoire de marquer l’essayage d’un bon augure. Il rigola doucement quand elle parla de la perle rare :

“J’avais compris que tu parlais du costume ne t’en fais pas.” Il se regarda une dernière fois et déboutonna la veste puis le gilet de serveur. Il remarqua l’émotion de son amie alors il s’approcha : “Je marie la perle rare, certes, mais le mariage ne serait pas réussis si, mon témoin ici présent, assis devant moi, refuserait d’être mon bras droit à l’autel.” Il posa doucement sa main sur sa joue : “Ana… Tu aimerais être mon témoin ?” Oui. Il voulait une femme pour être son témoin. Et pourquoi pas ? On était au XIXème siècle. Il sourit : “Je te laisse réfléchir, je vais enfiler l’autre costume.” Puis il s’éloigna rapidement pour cacher sa gêne.

Sortant quelques minutes plus tard avec un de ses choix, il attacha la veste en s’approchant de la belle alors que le vendeur mettait son coup de cœur une taille en dessous dans la cabine. Il remonta sur l’estrade et la regarda :

“Tu veux me donner quoi d’abord, ton avis ou ta réponse ?” Tobias avait repris un peu de contenance, mais l’émotion était tout de même perceptible dans sa voix : c’est qu’il était un être sensible.


L'agréable sentiment d'avoir quelque chose à faire, un but à poursuivre.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Un costume pour le Monsieur. // Anabela Empty
Sujet: Re: Un costume pour le Monsieur. // Anabela ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Un costume pour le Monsieur. // Anabela -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Galleria Umberto
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut