Revenir en haut
Aller en bas


 

- {Terminé} (Stina) be my guardian angel -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Voyager dans le passé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Stephen Ferrante10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Stephen Ferrante
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5196-stephen-the-devil-inside-me#165603
Faceclaim : Tom Ellis (themorningrose)
Je suis absent-e : JE SUIS COMME VIANNEY PAS LÀ EUKÉ ? (de retour aux alentours du 8 mai pour faire la paix)
Messages : 412 - Points : 758
{Terminé} (Stina) be my guardian angel - Page 2 Tumblr_omo742jYJq1u9mxoto3_500
Âge : 42 ans (21.01.77)
Métier : Il fut un temps où il était criminologue mais il a changé de plan après la mort de sa fiancé. Il reste consultant pour Interpol mais a ouvert sa boite de nuit Il Diavolo en référence au diable
{Terminé} (Stina) be my guardian angel - Page 2 Empty
Sujet: Re: {Terminé} (Stina) be my guardian angel ( le Mar 16 Avr - 1:09 )
Be my Guardian angel
EXORDIUM.
J’esquissai un sourire alors qu’elle me posa la question de mon fameux surnom. Peu de personnes savaient et c’était mieux ainsi. « Parce que j’ai quelques points en commun avec Hadès. Outre mon immense beauté, ironisai-je, je sais aussi gouverner mon royaume d’une main de maitre tout en demeurant monogame avec la personne que je jugerai digne d’être ma Perséphone. » Elle avait raison pour tout et sur tout, je jouais un rôle. Un personnage. Mais j’étais immense, j’avais les yeux noirs comme mon cousin et les cheveux également. Mon teint hâlé certes ne collait pas avec la représentation de la divinité grecque et on me prenait par mégarde pour un italien. Mais je ne suis qu’à moitié italien, je reste américain. Je faisais assez d’aller-retour comme ça pour aller voir ma mère, évitant mon père et me recueillir tous les 21 mai sur la tombe de Daphnée. Une rose blanche, symbole de la pureté et de l’éternité. J’avais donné mon cœur à une femme et je ne savais pas si je serai capable de le donner à une autre. Et pourtant cette belle indienne aux yeux clairs avait su toucher quelque chose en moins. Un vif intérêt de par sa fougue et sa manière de me tenir tête. Alors, je pourrais la dévisager comme un gamin avec mon sourire crétin mais je choisis de lui conter complètement l’histoire du personnage que j’étais. J’appréciai son silence, son écoute. Et je pouvais même lire dans son regard de la compréhension. Cette soirée prenait un tournant inattendu alors que nous étions enfermés dans ce cabinet à l’abri des regards. Je confessai en somme mes péchés et sans doute comprendrait-elle mon affiliation pour le diable ? Une fois l’histoire terminée, je me dresse de ma hauteur pour la forcer -sans brusquerie- à reculer. Je n’ai jamais été violent avec les femmes et je peux lire de la peur dans son regard. Ce qui me fait un peu froncer les sourcils alors que sa gorge se trouvait plus démunie. Je passais délicatement les doigts dessus pour dégager une mèche de cheveux avant de venir me pencher pour murmurer des paroles à son oreille avant de venir déposer mes lèvres sur sa peau douce. Son parfum enivrant vint chatouiller mes narines mais je sais que je dois me maitriser. Ne pas lui démontrer que je ne suis qu’un homme à vouloir la mettre dans mon lit. Alors, je finis par m’échapper et instaurer un périmètre avant de saisir délicatement sa main pour la poser sur mon torse brûlant. « Bien sûr que si. Je n’aime pas blesser les femmes. surtout quand elles sont aussi captivantes, arguai-je sans la quitter du regard. » Je la force à me regarder, cherchant une faille dans son regard. et je la trouve. Cette dame est plus fragile qu’elle n’y parait. Et donc mérite mieux qu’une vague baise dans des cabinets. Cependant, son geste me surprend. La voilà qui se pend à mon cou pour venir déposer ses lèvres sur les miennes. Je n’ai même pas le temps de répondre que la sirène se retire et j’ai un sourire amusé au coin des lèvres. « Tu n’as pas idée où tu as mis les pieds. » C’est à mon tour de m’emparer d’elle, la soulevant de terre pour lui rendre son baiser mais de manière plus bestiale et virile que le bref échange qu’elle m’avait offert auparavant. Alors que je la maintiens contre moi d’une main, collée contre le mur, ma main caresse distraitement son menton. « Tu mérites mieux que ce genre d’endroit, Tina. Ou qu’une seule nuit entre mes draps. » Je fronce un peu les sourcils avant de venir déposer un baiser plus chaste sur ses lèvres et la balancer comme un sac de pommes de terre sur mon épaule. « Je vais te faire la cour mais avant je me dois de m’habiller. Et comme t’as pactisé avec moi, je te garde. » Je sors des toilettes pour voir que l’ambiance a repris et salue Shelby d’un regard qui me hurle un truc. Comme quoi j’étais macho ou autre. Puis, je vais en trois enjambés dans mon bureau avant de poser délicatement la belle sur le canapé. « Désolé mais t’as de trop petites jambes. Somptueuses mais je ne suis pas d’un naturel patient. » J’attrape une chemise dans mon armoire avant de la boutonner et d’enfiler une cravate. « Un diner te tenterait-il, la mia regina ? J’ai faim et j’aimerai en savoir un peu plus sur toi. » Je me penche vers elle avant de lui servir mon sourire le plus angélique. Ma main passe délicatement sur son avant-bras pour remonter jusqu’à sa nuque avant que je ne vienne déposer un baiser sur son front. « Une reine, ce doit d’être traitée avec déférence et vu ton caractère, je pense que je vais adorer ta fougue. Surtout quand tu me remets à ma place. » Je la gratifie d’un clin d’œil avant d’attraper mes clés et mon téléphone pour l’inviter à avancer.







Stina
LET BEAUTY
COME OUT OF ASHES

Revenir en haut Aller en bas
Tina CambiasoToujours frais après un litre de café
Tina Cambiaso
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3136-i-never-want-to-hear-you-say-i http://www.ciao-vecchio.com/t3155-this-could-be-the-start-of-something-new
Faceclaim : aishwarya rai, masayume // signature : batphanie
Messages : 860 - Points : 1603
{Terminé} (Stina) be my guardian angel - Page 2 Tumblr_oje550jEMR1qlfyq8o3_500
Âge : 43 ans, mais elle ment sur son âge, des fois elle dit plus, très souvent elle dit moins
Métier : gérante d'une boutique de vêtements
{Terminé} (Stina) be my guardian angel - Page 2 Empty
Sujet: Re: {Terminé} (Stina) be my guardian angel ( le Mar 16 Avr - 2:11 )
Be my guardian angel
“ STEPHEN & TINA ”


Alors qu’il fournissait des explications, Tina sentit son regard la transpercer lorsqu’il parla de sa Perséphone. L’espace d’un instant, l’Indienne se demanda quelles étaient les qualités requises pour devenir cette personne si importante dans sa vie. Et malgré la curiosité qui la poussait à demander plus d’informations sur ce rôle, elle préféra ne rien dire pour ne pas passer pour une personne intéressée. Parce qu’elle ne l’était pas… Du moins pas vraiment. Intriguée, curieuse, oui. Mais pas intéressée. Elle était fatiguée aussi bien physiquement que moralement. La soirée n’avait pourtant pas été longue mais elle avait la sensation d’avoir passé par tous les stades avec un homme qu’elle avait décidé de mépriser dès le départ. A peine avait-elle pris la route pour le retrouver que l’Indienne s’était mis en tête qu’elle ressortirait de ce club avec la même mauvaise impression sur laquelle elle voulait rester. Pourtant… quelque chose l’avait forcé à rester jusque-là au lieu de rentrer chez elle comme il l’avait intimé devant tout le monde. C’était peut-être parce qu’elle était têtue, ou parce qu’elle avait enfin trouvé quelqu’un qui pouvait lui tenir tête, elle ne savait pas. Il était trop tôt pour décrire ce qui se passait, et il était même trop tôt pour envisager un futur où elle devrait mettre des mots sur toutes les choses qu’ils avaient vécus ce soir-là. Pendant un court instant, Tina pensa à son défunt mari contre qui elle était toujours en colère de l’avoir laissée, et elle réalisait qu’il avait été bien différent de Stephen. Certes, il lui avait tenu tête une ou deux fois, mais au final ça avait toujours était la brune qui prenait le dessus parce que c’était une force de la nature tellement puissante qu’elle ne savait pas comment baisser ses gardes, ou même déléguer. Elle n’aimait pas se montrer faible. Après l’enterrement de son mari, c’était d’ailleurs ce qu’elle avait fini par vouloir projeter au monde entier pour ne pas qu’on la prenne en pitié. L’image d’une femme forte. Mère célibataire capable d’élever sa fille sans personne. Et pas une seule fois pendant toutes ces années, elle avait ressenti la peur de se tromper dans les décisions qu’elle prenait. Il avait suffit d’un homme, d’une rencontre, pour qu’elle ressente enfin cette peur qui la poussait dans ses retranchements et à faire quelque chose qu’elle  n’aurait jamais osé faire auparavant. De part ses lèvres, elle scella son avenir en le mêlant à celui de son Hadès et lorsqu’il lui rendit son baiser, elle se laissa même consumer par la flamme qui était passé de ses yeux jusque son cœur qu’elle sentait battre à toute vitesse dans sa poitrine. C’était donc ça, lâcher prise. Le souffle coupé, la respiration saccadée, elle n’osa même pas un regard dans sa direction en sentant le rouge lui monter aux joues. A la place elle se concentra sur cette poitrine qu’une respiration aussi erratique que la sienne faisait se soulever, et dans lequel se logeait un cœur qu’elle avait envie de panser de ses baisers. C’est uniquement lorsqu’il prit la parole sur ce qu’elle méritait ou pas, qu’elle leva les yeux dans sa direction. Elle était d’accord avec lui sur ce point. Alors qu’elle allait ouvrir la bouche pour dire quelque chose, il la coupa d’un baiser sur ses lèvres et poussa un hoquet de surprise en sentant son corps quitter la surface du sol pour se retrouver sur son épaule. « Et pour faire la cour faut me soulever comme ça ? » Lâcha l’Indienne, une expression d’horreur dans la voix. Ce qui l’effrayait n’était pas tant la cour – quoi que – mais c’était la coordination de Stephen. Elle avait peur de tomber bêtement au sol parce qu’il l’aurait lâché pour faire elle ne savait quoi. Elle qui n’avait en général pas le vertige, commençait à comprendre les gens qui l’avaient. « Deux mètres c’est haut Stephen ! » Hurla la jeune femme en sortant des toilettes par-dessus la musique pour qu’il entende le désaccord dans sa voix. Déposée sur le canapé avec une notion de délicatesse discutable, elle s’agrippa au premier coussin qui lui passa sous la main comme un point d’ancrage à la terre ferme. « Je prendrai des échasses pour faire de plus grandes enjambées la prochaine fois. » Articula Tina qui reprendrait ses esprits, avant de se rendre compte qu’elle avait laissé la possibilité à une prochaine fois. « Oui, je suppose… » Sur un ton hésitant, elle se demandait à quelle vitesse il s’était changé pour être aussi rapide. Ou c’était elle qui était trop lente. Tout allait trop vite, il bougeait trop vite. Elle venait de se faire trimballer comme un sac à patates, est-ce que pour l’amour du ciel elle pouvait avoir un temps d’adaptation à la Terre ferme ? Visiblement non. En le voyant récupérer ses clés, elle lâcha son coussin et se mis debout à son tour pour aller le rejoindre. « Tu… » Elle lança un regard dans sa direction à lui. Puis regarda la sortie. « Non rien. » Elle voulait demander s’il n’allait pas encore la soulever dans les airs, et quelque part elle préférait ne pas savoir. Sans en dire plus, elle s’avança pour le laisser refermer derrière eux et s’arrêta un instant avant de se tourner vers lui. « Alors, où est-ce qu’on va ? » S'enquit l'Indienne.


AVENGEDINCHAINS


My torturer became my remedy
So we're gonna heal, we're gonna start again. You've brought the orchestra. Synchronized swimmers, you are the magician. Pull me back together again the way you cut me in half. Make the woman in doubt disappear. Pull the sorrow from between my legs like silk, knot after knot after knot.
The audience applauds...▬ but we can't hear them.
Revenir en haut Aller en bas
Stephen Ferrante10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Stephen Ferrante
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5196-stephen-the-devil-inside-me#165603
Faceclaim : Tom Ellis (themorningrose)
Je suis absent-e : JE SUIS COMME VIANNEY PAS LÀ EUKÉ ? (de retour aux alentours du 8 mai pour faire la paix)
Messages : 412 - Points : 758
{Terminé} (Stina) be my guardian angel - Page 2 Tumblr_omo742jYJq1u9mxoto3_500
Âge : 42 ans (21.01.77)
Métier : Il fut un temps où il était criminologue mais il a changé de plan après la mort de sa fiancé. Il reste consultant pour Interpol mais a ouvert sa boite de nuit Il Diavolo en référence au diable
{Terminé} (Stina) be my guardian angel - Page 2 Empty
Sujet: Re: {Terminé} (Stina) be my guardian angel ( le Mar 16 Avr - 13:04 )
Be my Guardian angel
EXORDIUM.
Je n’étais pas un homme facile à comprendre. J’étais souvent pris de pulsions que les femmes ne définissaient pas. Lorsqu’une femme me plaisait, je prenais et voilà tout. Mais elles étaient si dociles que ça en devenait presque trop facile. J’avais besoin d’un challenge. Il fallut que je croise les yeux clairs d’une jeune indienne pour savoir qu’elle serait à la hauteur du défi. Pour qu’une femme puisse être à mes côtés, je demandai certains critères. Premièrement, de la classe. Avec la vulgarisation de la féminité, ces dernières années, les femmes ne s’habillaient que de manière à ressembler à de vulgaires catins. Je sentais clairement que Tina n’entrait pas dans cette catégorie et qu’elle avait un minimum de goût. Ensuite du caractère et une poigne de fer. Car pour réussir à me canaliser, il me fallait une femme avec du répondant. Encore une fois, Tina entrait dans cette catégorie. Et concernant la dernière, je me ferai ma propre idée plus tard. La fidélité et la monogamie. C’était primordial pour moi. Je ne supportais pas qu’une femme aille voir ailleurs et sans doute car Daphnée l’avait fait. J’étais perdue dans mes pensées lorsque l’indienne vint poser ses lèvres sur les miennes. Timidement, elle dégageait une fragilité qui me donnait envie de la protéger. Je n’eus pas le temps de répondre à son baiser si furtif que j’en fus frustré. Je lui rendis donc mais à ma manière. J’ai toujours été passionné dans tous les domaines. La satisfaction d’une femme sur le plan sexuel était primordiale et j’avais quarante-deux ans donc je connaissais leur corps. J’aurai pu en cet instant, la manger toute crue telle le grand méchant loup mais Tina n’était pas le petit Chaperon Rouge. Alors, je me reculai pour lui indiquer que non, nous ne coucherions pas ensembles ici. J’ai beau être un enfoiré teigneux, j’ai un minimum de respect pour la condition féminine. Sans lui demander son avis, je la soulève pour la coller par-dessus mon épaule en riant à sa remarque. « Oh je peux te porter de bien des manières ma chère, répondis-je d’une voix plus chaude, mais j’aime bien celle-là. » je passe le pas de la porte pour croiser le regard désapprobateur de Shelby. Car j’avais malmené l’indienne qui m’avait guérie ensuite. Elle savait que je n’étais qu’un con et je me suis excusée auprès de la principale intéressée donc l’affaire était close. « Ne t’inquiète pas, tu pèses trois kilos à tout casser. Je ne vais pas te laisser tomber. » Je passai une main sur sa cheville comme pour la rassurer avant de pénétrer dans mon bureau. Mon sanctuaire et la poser délicatement sur le canapé. « Allez remets-toi, ce n’était qu’un petit tour de manège. » Là, elle aurait tous les droits pour m’insulter d’enfoiré. Mais je n’étais qu’un mâle alpha. Je le sélectionne donc une chemise ainsi qu’une cravate pour paraitre plus habillé. « Reste comme t’es. Tu es parfaite. » Et j’avais dit ceci avec sincérité. Je revins vers elle pour la regarder un instant avant que mon sourire ne s’élargisse. Mon regard balaya rapidement son corps. « Vraiment, parfaite. » Ma main se posa rapidement sur son bras pour remonter jusqu’à sa nuque et dégager ses cheveux. « Promis, tu seras traitée comme une reine mais avant à table. » Les bagarres, ça m’ouvrait toujours l’appétit. De toute manière, j’avais tout le temps faim et il fallait nourrir ma carrure. Je me redresse avant de lui ouvrir la porte. « Mais où il te plaira très chère. Tu peux choisir un cinq étoiles que ça me sera égal. Je mange de tout et je mange tout le temps aussi. » Rapidement, je noue nos mains pour l’entrainer à ma suite dans la boite de nuit afin de signifier aux autres hommes qu’elle était chasse gardée. Je n’hésiterai pas à refaire preuve de violence. On ne touche pas à Tina. Jamais. Puis une fois sur le perron, je cherche mon Audi du regard. J’étais comme tous les autres avec ma belle voiture. Une R8 en attendant ma Bugatti. Je lui tendis les clés. « Tu veux la conduire ? » Je pose mon regard sombre sur elle. « Personne n’a jamais conduit ma voiture. Tu sauras ainsi que tu n’es pas comme les filles faciles que tu as décrites plus tôt. » je me penche doucement pour venir effleurer ses lèvres sans pour autant céder au baiser. « Sweetheart, murmurai-je contre ses lèvres. »






Stina
LET BEAUTY
COME OUT OF ASHES

Revenir en haut Aller en bas
Tina CambiasoToujours frais après un litre de café
Tina Cambiaso
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3136-i-never-want-to-hear-you-say-i http://www.ciao-vecchio.com/t3155-this-could-be-the-start-of-something-new
Faceclaim : aishwarya rai, masayume // signature : batphanie
Messages : 860 - Points : 1603
{Terminé} (Stina) be my guardian angel - Page 2 Tumblr_oje550jEMR1qlfyq8o3_500
Âge : 43 ans, mais elle ment sur son âge, des fois elle dit plus, très souvent elle dit moins
Métier : gérante d'une boutique de vêtements
{Terminé} (Stina) be my guardian angel - Page 2 Empty
Sujet: Re: {Terminé} (Stina) be my guardian angel ( le Mar 16 Avr - 14:39 )
Be my guardian angel
“ STEPHEN & TINA ”


Un tour de manège. Et bien elle venait de décider qu’elle ne mettrait plus jamais les pieds dans ce genre d’attraction. C’était peut-être sa nature drama queen qui prenait le dessus, mais elle aurait juré que tout le sang était remonté jusque son cerveau et qu’elle allait faire un malaise dans les secondes qui suivirent l’atterrissage. Pendant un moment qui lui parut comme de longues minutes, elle s’attela à reprendre un rythme cardiaque normal et à transmettre à son cerveau l’information qu’ils étaient encore vivants. Pour combien de temps avec cet homme imprévisible, elle l’ignorait, alors elle ferait mieux de profiter de ces quelques instants où il était occupé. Le son de sa voix lui parvint au loin alors qu’elle récitait sa troisième prière de la soirée en implorant Ganesh de l’épargner ce soir. Lorsqu’elle s’apprêtait à débuter la quatrième, elle fut interrompue par la présence de Stephen qui s’était téléportée en face d’elle sans qu’elle ne s’en aperçoive. Son regard tourné vers le visage du brun tandis que lui, la déshabillait du regard en laissant glisser ses yeux sur ses courbes, elle ne dit rien pour le laisser faire  son aise. Si au début elle ressentit une certaine gêne à cause du regard qu’il posait sur elle, elle balaya ce sentiment d’un battement de cil et pencha doucement la tête pour capturer le regard de Stephen lorsqu’il aurait fini son inspection. La sincérité qui s’entendait dans sa voix déstabilisa Tina encore un peu plus, mais elle décida de répondre par un sourire plutôt que par des mots. Un frisson lui parcouru le long du dos en sentant sa main glisser de son bras jusque sa nuque pour finir par se perdre dans ses cheveux, et comme un geste automatique, elle posa sa main à elle sur la sienne pour la garder près d’elle. Ils se laissèrent gagner par le silence le temps de quelques battements de cœur, avant de se lever tous les deux pour sortir. « Où il me plaira ? » Amusée par ces mots qu’elle répéta, un sourire malicieux se glissa sur ses lèvres alors qu’elle essayait de réfléchir à un endroit qui pourrait leur convenir à tous les deux. Ou bien elle prenait l’option basique et proposait un restaurant où ils pourraient être bien tous les deux et auraient l’occasion de se connaître un peu mieux. Ou bien elle décidait de se montrer un peu plus intrépide qu’en temps normal et optait pour un endroit atypique. Sa main dans celle du patron, elle jeta un regard à cette étreinte qui elle le savait, n’était pas anodine. Elle envoyait un message qu’elle mit un instant à comprendre. Au début elle avait cru à un geste doux et protecteur. En traversant la foule pour gagner la sortie, elle comprit qu’il s’agissait un geste de possession pour signaler aux gens qu’elle était déjà prise ce soir. Un soupir traversa ses lèvres à cette pensée qui… curieusement lui plaisait. Elle ne saurait expliquer pourquoi, mais cette possessivité primitive avait quelque chose de plaisant. A l’extérieur de la boîte, l’Indienne sentit quelques regards se poser sur eux et reconnu même quelques têtes qui avaient assisté à la scène d’un peu plus tôt. Et au lieu de baisser les yeux, elle soutint fièrement leur regard l’air de demander s’ils avaient un problème, et pressa même un peu plus sa main contre celle de Stephen. Elle fut tirée de ses pensées par la voix du jeune homme qui lui tendait les clés. Ca, c’était inattendue. Un sourcil arqué qui traduisait tous ses questionnements, elle ne quitta pas des yeux les clés même lorsqu’il approcha son visage du sien pour effleurer ses lèvres. Un sourire se dessina sur le visage de Tina à la fois ravie par ses paroles et par la perspective de prendre le contrôle sur la soirée. Enfin. Au murmure contre ses lèvres, l’Indienne ne résista pas plus longtemps et agrippa sa lèvre inférieure de ses dents de façon furtive avant de la lâcher pour se saisir des clés. « Une première de plus ce soir j’imagine. » Dit-elle en s’éloignant, de la malice dans ses yeux en se dirigeant sans plus attendre derrière le volant.

Une fois installée, sa ceinture de sécurité bouclée, Tina prit le temps de contempler le véhicule qu’elle allait prendre plaisir à conduire ce soir. Les mains sur le volant qu’elle osa à peine toucher, toute la malice et la bêtise qu’elle avait décidé de mettre sur le côté le temps d’une soirée, revint en force. « Prêt ? » S’enquit l’Indienne en se regardant dans le rétroviseur à l’attention de son passager. Et sans attendre son reste, elle enclencha l’engin en faisait crisser les pneus sur l’asphalte au passage.  Pour l’instant, elle ne savait pas où ils se rendraient ni même s’ils mangeraient vraiment ce soir, mais elle passa les premières minutes à tester la bête en prenant des chemins au hasard comme si la route lui appartenait, et pas une seule fois elle n’adressa un regard dans la direction de Stephen, bien trop occupée à s’amuser avec son nouveau jouet. « Je sais où on va. » Annonça la voix de la jeune femme. Un nouveau crissement de pneu, un nouveau sourire au coin des lèvres, et ils quittèrent la ville pour emprunter les routes sinueuses que leur offrait le paysage italien. Une demi-heure plus tard, ils arrivèrent à destination. Positano. C’est une fois seulement à l’entrée de la ville que Tina se souvint du code de la route et respecta les limitations de vitesse. Elle aimait venir dans cette ville parce que tous les ans se tenait un festival qui lui rappelait ses racines. Et si elle était trop en avance pour le début des festivités, après avoir visité elle avait trouvé un restaurant Indien qui servait des spécialités de chez elle et où elle venait souvent lorsque son pays lui manquait trop. « J’espère que tu es prêt pour une aventure culinaire. » Lâcha la jeune femme, un air de défi dans le regard. Sans donner plus d’explications, elle sortit du véhicule en gardant les clés, et ouvra la marche. Il finirait par comprendre bien assez vite. Après quelques minutes de marche, Tina vit le restaurant de loin et salua le propriétaire en joignant ses mains au niveau de sa poitrine dans leur hindi d’origine. « Un aventurier. » Reprit l’Indienne en napolitain cette fois. Comme un message secret passé entre Tina et le restaurateur, ils hochèrent tous les deux la tête d’un air entendu, et la jeune femme alla s’installer à une table au fond du restaurant. « Il Diavolo est résistant aux épices je suppose. » Lâcha la brune sur un ton amusé en voyant sans plus tarder se poser devant eux une petite assiette de panipuris. De quoi se rassasier en s’amusant avec les meilleures épices de son Inde natale. « Tu m’as montré ton univers ce soir, à moi de te montrer le mien. Prends-en un. Plonge-le là-dedans. » D’un signe de la tête elle indiqua le bol posé à côté d’eux constitué d’une eau très épicée. « Et mange en une seule bouchée. A celui qui en mangera le plus. Deal ? »


AVENGEDINCHAINS


My torturer became my remedy
So we're gonna heal, we're gonna start again. You've brought the orchestra. Synchronized swimmers, you are the magician. Pull me back together again the way you cut me in half. Make the woman in doubt disappear. Pull the sorrow from between my legs like silk, knot after knot after knot.
The audience applauds...▬ but we can't hear them.
Revenir en haut Aller en bas
Stephen Ferrante10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Stephen Ferrante
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5196-stephen-the-devil-inside-me#165603
Faceclaim : Tom Ellis (themorningrose)
Je suis absent-e : JE SUIS COMME VIANNEY PAS LÀ EUKÉ ? (de retour aux alentours du 8 mai pour faire la paix)
Messages : 412 - Points : 758
{Terminé} (Stina) be my guardian angel - Page 2 Tumblr_omo742jYJq1u9mxoto3_500
Âge : 42 ans (21.01.77)
Métier : Il fut un temps où il était criminologue mais il a changé de plan après la mort de sa fiancé. Il reste consultant pour Interpol mais a ouvert sa boite de nuit Il Diavolo en référence au diable
{Terminé} (Stina) be my guardian angel - Page 2 Empty
Sujet: Re: {Terminé} (Stina) be my guardian angel ( le Mar 16 Avr - 15:34 )
Be my Guardian angel
EXORDIUM.
Elle était assez déconcertante comme femme. J’étais comme captivé, ensorcelé par ce pouvoir mystique qu’elle dégageait. Perséphone. Avec ses grands yeux bleus, elle était trop solaire pour venir à mes côtés et pourtant, je ne pouvais me résoudre à la laisser s’en aller. Alors bien que j’avais pris le contrôle de la soirée, je lui donnai sa chance de faire ses preuves. J’avais deux-trois voitures qui m’avaient coûtées assez chères. Même si je préférai la moto, je fus content d’avoir sortir l’Audi pour ce soir. Alors qu’on traversait la salle, mon immense main dans la sienne, je me tournai pour la voir. La tête haute, l’air fier, je ne pus m’empêcher de laisser échapper un petit rire. « Une véritable reine. » Mais elle n’avait aucune idée de l’étendue de mon royaume. Je n’étais pas aussi jovial lorsque je consultais pour Interpol et depuis que j’étais venu en Italie, je m’étais plongé corps et âme pour faire sortir mon cousin : Adonis. Le pauvre était injustement retenu en captivité et j’avais fait le tour du monde pour traquer ceux qui l’avaient injustement emprisonné. On se rapprochait de jour en jour à sa libération et j’allais souvent le voir au parloir, sa femme ayant délaissé les lieux. Et il valait mieux pour elle. Je m’arrêtai alors que nous étions à l’air libre regarder ma voiture qui trônait là, fièrement comme un trophée. Je me penchai pour la regarder droit dans les yeux alors que je tenais les clés hors de sa portée. La sensation de ses dents sur sa lèvre me firent sourire. « Tu devrais éviter ce genre de chose… si tu ne veux pas que ta robe parte en charpie, murmurai-je d’une voix plus rocailleuse. » Bien évidemment que j’avais envie d’elle et c’était une torture pour moi de devoir patienter mais je savais me montrer galant lorsqu’il le fallait. Et mon cerveau ne cessait de me souffler qu’elle en valait la peine. Je grimpai donc du côté passager pour boucler ma ceinture avant de me tourner vers elle. Ma main se posa doucement sur sa cuisse dénudée alors que mon pouce commençait à dessiner de petits cercles. « La route est toute à toi, la mia regina. » Comme possédée, elle démarra sur les chapeaux de roues en oubliant le code de la route. Mais ça laissait présager sa fougue, son tempérament de feu et ça me plaisait. Alors, je ne dis rien. La laissant apprivoiser le bolide au détour des ruelles, ouvrant ma fenêtre pour m’allumer une cigarette. Mauvaise habitude, certes mais je ne pouvais pas m’en empêcher. Mon autre main se retira de sa cuisse pour la laisser conduire alors que nous quittions Naples. « Je te fais confiance. Emmène-moi où tu veux. » Et puis, je n'avais pas grand-chose à craindre si elle voulait me déposer dans un lieu pour mieux me détrousser. Ça ne serait pas la première fois. Je constate qu’elle ralentit alors que nous arrivons près d’une petite ville en périphérie et la voir se garer devant un restaurant indien. Forcément. Je ne répondis pas, la suivant pour pénétrer dans un endroit haut en couleurs. « Très jolie langue. Ça sonne comme une douce mélodie à mon oreille. » Alors qu’ils conversaient dans leur dialecte. Je n’aimais pas être mis à part et je me mis à rire alors qu’elle me qualifia d’aventurier. « Pas vraiment non. » L’aventurier. Croyait-elle que j’allais coiffer mon fedora et la suivre avec mon fouet ? Le diable. J’étais le diable. Je vins m’asseoir à table avant de constater que c’était étroit. Avec mes pattes de cigogne, je n’irai pas bien loin. « Bien entendu, je résiste à tout ma chère. Sauf à ton charme. » je la regardai un long moment dans les yeux alors qu’on nous apportait un plat. Comme c’est romantique. Manger avec ses doigts. Maniaque de l’hygiène que je suis. Je fouille dans mes poches pour sortir mon gel antibactérien et m’en glisser dans les deux mains. « Désolé, c’est un toc. Je ne mange jamais sans m’être lavé les mains. » Sans doute un vieux défaut professionnel car j’avais constamment peur qu’on ne m’empoisonne. A force de voir des crimes partout, on se méfie de tout. Je l’écoute me donner ses consignes et je l’imite donc avant de mettre une bouchée dans ma bouche sans me soucier des épices ou non. J’aurai l’air ridicule si je capitulai. « Alors, sweetheart, parle-moi un peu de toi. Tu sais que je suis américain mais d’où tu viens ? » Je continue à engloutir le plat. A vrai dire, je ne suis jamais complètement rassasié. « Je gagne quoi si j’emporte la victoire ? Sachant que je n’ai jamais perdu un concours de nourriture. L’avantage d’être un ogre, c’est qu’on mange comme un ogre. »






Stina
LET BEAUTY
COME OUT OF ASHES

Revenir en haut Aller en bas
Tina CambiasoToujours frais après un litre de café
Tina Cambiaso
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3136-i-never-want-to-hear-you-say-i http://www.ciao-vecchio.com/t3155-this-could-be-the-start-of-something-new
Faceclaim : aishwarya rai, masayume // signature : batphanie
Messages : 860 - Points : 1603
{Terminé} (Stina) be my guardian angel - Page 2 Tumblr_oje550jEMR1qlfyq8o3_500
Âge : 43 ans, mais elle ment sur son âge, des fois elle dit plus, très souvent elle dit moins
Métier : gérante d'une boutique de vêtements
{Terminé} (Stina) be my guardian angel - Page 2 Empty
Sujet: Re: {Terminé} (Stina) be my guardian angel ( le Mar 16 Avr - 16:29 )
Be my guardian angel
“ STEPHEN & TINA ”


Pendant tout le temps qu’elle conduisait, Tina essaya de rester le plus concentrée possible sur la route. Pas parce qu’elle voulait opter pour une conduite responsable, non. Vu comment elle dépassait les limitations de vitesse, c’était à se demander qui avait eu la bonne idée de lui donner le permis. Mais parce que si elle se concentrait trop sur la personne assise à côté d’elle, elle risquait de défaillir. Ils jouaient tous les deux avec le feu et n’avaient pas cessé depuis le début de la soirée. Ca avait bien failli partir en cendres dans le club, et de justesse, l’Indienne avait su comment rattraper la situation. Mais depuis, ils jouaient avec un autre type de feu alimenté par un jeu de séduction auquel ils risquaient de perdre tous les deux. Si un succombait, l’autre finirait par suivre et vu les caractères biens marqués de chacun, ils risquaient de ne jamais pouvoir déterminer qui a succombé en premier. La lèvre mordue était une provocation de la part de l’Indienne. La main sur sa cuisse qui la caressait pendant qu’elle conduisait en était une autre de la part du Diable, mais elle laissait faire. D’une part parce que ça ne la dérangeait, de l’autre pour qu’il s’enlève l’image frigide qu’il avait eut d’elle avant leur rencontre.

Une fois arrivée en dehors de la Naples, elle reprit très vite ses marques au point qu’un sourire naisse au coin de ses lèvres qu’elle mordit doucement pour le dissiper. Elle connaissait bien les lieux et les gens la connaissaient bien aussi. C’était un endroit qui tenait une place spéciale dans le cœur de la jeune femme et rares étaient les personnes qu’elle avait déjà emmené ici. Un soupir s’échappa de ses lèvres lorsqu’elle entendit Stephen commenter sur la langue qu’elle parlait, sentant bien qu’il disait surtout ça pour ne pas se sentir mis de côté. Elle lui adressa un sourire moqueur et secoua doucement la tête, amusée de sa réaction avant d’ouvrir la marche vers le fond du restaurant. Ce qui amusa encore plus l’Indienne fut de voir ce géant dans un endroit aussi étroit. Un facteur qu’elle avait oublié de prendre en compte, mais ils aviseraient en temps voulu. Comme pour lui faciliter un peu plus les choses, elle recula sa chaise et tira la table vers elle pour lui donner plus d’espace, sans être certaine que ça fasse vraiment une différence mais ça ne coûtait rien d’essayer. « Ca c’est parce que mon charme est fait d’épices et de magie orientale. » Murmura Tina qui s’était penchée sur la table, la tête ramenée en avant et les yeux plongés dans les siens pour être sûre qu’il soit le seul à entendre ce qui s’apparentait à une confession qui l’amusait. Elle se redressa en voyant qu’on leur apporta leur plat et gratifia d’un « merci » au jeune homme qui s’éloigna avec un sourire au coin des lèvres. Alors qu’elle s’apprêtait à lui expliquer comment manger ces bouchées, ses paroles restèrent un instant suspendues dans les airs en le voyant se désinfecter les mains. Vraiment ? Elle se contenta d’hocher la tête amusée face à la scène qu’elle comprenait malgré tout. Au moins ça voulait dire qu’il était propre, se rassura Tina comme elle le pouvait. Après ses explications, elle avala sa première bouchée et sentit les épices exploser dans sa bouche pour lui procurer un plaisir nostalgique de ses jeunes années au pays. Elle sentait le piment incendier sa boucher et toutes les saveurs se mélanger et qui pourraient presque faire verser une larme à la jeune femme, mais elle avait l’habitude et elle ne perdrait pas sur son territoire. Comme pour montrer l’évidence à sa question, elle désigna autour d’elle où ils baignaient dans une Inde lointaine mais proche du cœur de la brunette. « Mumbai. » Répondit Tina en prenant une seconde bouchée. Et en voyant le plat se vider, elle fit un simple signe de la main au serveur au loin pour qu’il leur en amène d’autres au plus vite. « Si tu gagnes, tu pourras me demander tout ce que tu veux. Et je ne pourrais pas refuser. C’est aussi simple que ça. » Haussant les épaules pour accompagner son geste, elle regarda le serveur se débarrasser du plat vide pour le remplacer par un autre. « Continue d’en apporter à chaque fois que tu vois que ça se vide. » Dit-elle en hindi à l’attention du même serveur. « Oui Rani. » Un sourire se greffa à son visage en entendant cette appellation qui l’amusait plus qu’il ne le devrait, et elle reporta son attention sur Stephen. « Donc. Tu es criminologue, patron d’un club, le diable, Hadès, même un ogre. Ca ce sont des choses que tout le monde peut dire au premier coup d’œil. Dis-moi quelque chose que peu de personnes connaissent à ton sujet. » Lâcha l’Indienne en prenant une nouvelle bouchée en sentant les épices exploser à nouveau sur sa langue, mais elle ne moufta pas.


AVENGEDINCHAINS


My torturer became my remedy
So we're gonna heal, we're gonna start again. You've brought the orchestra. Synchronized swimmers, you are the magician. Pull me back together again the way you cut me in half. Make the woman in doubt disappear. Pull the sorrow from between my legs like silk, knot after knot after knot.
The audience applauds...▬ but we can't hear them.
Revenir en haut Aller en bas
Stephen Ferrante10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Stephen Ferrante
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5196-stephen-the-devil-inside-me#165603
Faceclaim : Tom Ellis (themorningrose)
Je suis absent-e : JE SUIS COMME VIANNEY PAS LÀ EUKÉ ? (de retour aux alentours du 8 mai pour faire la paix)
Messages : 412 - Points : 758
{Terminé} (Stina) be my guardian angel - Page 2 Tumblr_omo742jYJq1u9mxoto3_500
Âge : 42 ans (21.01.77)
Métier : Il fut un temps où il était criminologue mais il a changé de plan après la mort de sa fiancé. Il reste consultant pour Interpol mais a ouvert sa boite de nuit Il Diavolo en référence au diable
{Terminé} (Stina) be my guardian angel - Page 2 Empty
Sujet: Re: {Terminé} (Stina) be my guardian angel ( le Mar 16 Avr - 18:32 )
Be my Guardian angel
EXORDIUM.

J’ai toujours trouvé une femme assurée extrêmement séduisant. Ça me donne des envies et des besoins. Mais je n’écoute pas mes instincts primaux qui me disent de m’occuper d’elle maintenant. Je suis un minimum éduqué et je sais que ça viendra avec le temps si elle en a envie. Lorsque ma main entre en contact avec sa cuisse, je ne peux que noter la douceur de sa peau et la chaleur qui en ressort. Certes, j’avais une température corporelle assez aisée mais mes pensées s’égarèrent un instant sur où mes doigts pourraient vagabonder. Mais encore une fois, je respecte trop Tina pour coucher avec elle le premier soir. Je ne voulais pas qu’elle ne soit qu’une femme de passage dans mon lit car elle avait du potentiel. Et quelque chose me disait qu’elle devait être aussi fougueuse dans l’intimité que dans la vie réelle. Je me laissais guider, porter pour voir le paysage défiler. Son assurance la rend irrésistible. Et je ne peux m’empêcher de la mater alors qu’on marche vers l’endroit coloré. Plus le temps passait et plus elle se rapprochait de Perséphone qui avant de se retrouver contrainte de vivre aux Enfers était à la lumière du jour. Tina était trop solaire pour moi. Je ne cessai de penser ceci et pourtant, j’étais encore là. Je pris place avec difficulté à la table, m’adossant contre le mur pour dérouler mes immenses pattes avant de me tourner vers elle. « Que d’assurance. Ça me plait énormément. Je ne demande qu’à connaitre ton monde magique, Dorothy. » Une référence au magicien d’Oz bien glissé. J’étais un homme érudit et doté d’une grande intelligence. Il ne fallait pas être savant pour se rendre compte que cette femme voulait me rendre chèvre et me faire ployer le genou face à elle. Une personne me vint en tête mais je n’étais pas Jon Snow et elle n’était pas encore née la femme qui ferait de moi, son chien. Non, elle était morte. Je me lavais donc les mains pour commencer à picorer. L’hygiène était importante pour moi. Je me coiffais, je me rasais de près et je prenais deux douches par jour. Seul. Je ne supportais pas qu’une femme vienne empiéter sur mon territoire et c’est pour ça que je n’amenai aucune conquête dans mon lit. Mon lit reste mon lit et il n’appartient qu’à moi. « Je ne connais pas l’Inde donc il va falloir que tu m’en dises plus, ajoutai-je entre deux bouchées. » Ce n’était pas mauvais mais je ne ressentais plus le goût depuis des années à cause de la cigarette et de l’alcool. Et puis, je n’étais pas ignare, j’avais déjà mangé de cette cuisine auparavant. Je ris alors qu’elle me dit que j’avais droit à tout ce que je voulais. « Même si mon service est de sorte salace, demandai-je en me baissant avec mes yeux rieurs. » Ma main propre se glissa doucement sous la table pour caresser son genou avant de l’ôter. « Je plaisante. Nous ne coucherons pas ensembles ce soir. Disons que je te demanderai juste de me raconter le pan le plus obscur de cette fascinante personnalité. » J’émis un clin d’œil avant de l’écouter parler dans sa langue natale. Vraiment une douce mélodie à mes oreilles. « Et je prendrai un scotch si vous avez. Sinon une boisson typique serait sympa, demandai-je par la même occasion au serveur. » Je ne parlais pas la langue mais j’allais l’apprendre. Juste par curiosité et parce que je m’ennuyais énormément. « je te l’ai déjà dit. Je t’ai parlé de Daphnée et vous devez être trois à être au courant. Ou quatre, je ne sais plus mais soit. » J’avais l’impression de me faire avoir sur ce point. Je me tourne vers elle, autorisant ma jambe à frôler la sienne. « Sous mes airs de débauché, je n’aspire qu’à me poser et à prendre femme et enfant. Mais je sais que ça sera impossible, murmurai-je d’une voix plus grave, donc j’ai prévu la date de ma mort. Le 21 mai 2026 d’une balle en pleine tête. Soit 20 ans, jour pour jour après la mort de Daphnée. » Un élan de chagrin traversa mon visage alors que ma main se fit plus tremblante. Mon air se fit plus grave alors que j’en vins à éviter son regard. « Elle ne m’a jamais aimée. Le jour où je l’ai demandé en mariage, elle m’a dit non avant d’aller me tromper. Même mes propres parents me détestent. Pensionnat, gouvernante. Donc, voilà tu sais mon plus obscur secret. » Je détestai avoir à mettre à nu devant une jeune dame que je venais de rencontrer. Mais j’étais aux prises d’un sortilège. Je me mis donc debout, gêné par la tournure de cette confession avant d’esquisser un sourire qui n’était plus aussi espiègle qu’avant. « Si tu veux bien m’excuser. Je vais prendre un peu l’air et je reprendrai le concours une fois… » Mes larmes séchées sans doute. Je devais avoir l’air pathétique. « ma cigarette terminée. » Puis, je pris convenable congé avant d’aller dans la ruelle attenante pour allumer ma cigarette et sentir les larmes sortir malgré moi. Deux fois en une soirée. « T’es pathétique, connard, murmurai-je pour moi avant de prendre une profonde inspiration. »







Stina
LET BEAUTY
COME OUT OF ASHES

Revenir en haut Aller en bas
Tina CambiasoToujours frais après un litre de café
Tina Cambiaso
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3136-i-never-want-to-hear-you-say-i http://www.ciao-vecchio.com/t3155-this-could-be-the-start-of-something-new
Faceclaim : aishwarya rai, masayume // signature : batphanie
Messages : 860 - Points : 1603
{Terminé} (Stina) be my guardian angel - Page 2 Tumblr_oje550jEMR1qlfyq8o3_500
Âge : 43 ans, mais elle ment sur son âge, des fois elle dit plus, très souvent elle dit moins
Métier : gérante d'une boutique de vêtements
{Terminé} (Stina) be my guardian angel - Page 2 Empty
Sujet: Re: {Terminé} (Stina) be my guardian angel ( le Mar 16 Avr - 20:50 )
Be my guardian angel
“ STEPHEN & TINA ”


Elle se doutait qu’il n’était pas familier avec l’Inde, mais elle était sur le point de manger et n’avait pas envie de commencer une explication trop longue et d’oublier le plus important : la nourriture. Se cachant derrière sa main pour rire pendant qu’elle mangeait, elle hocha la tête pour lui accorder le fait qu’elle aurait pu donner un peu plus de détails, et replaça une de ses mèches derrière son oreille pour donner plus d’explications. « Je suis née à Mumbai et j’y suis restée jusqu’à mes 18 ans. J’ai quitté mes parents pour intégrer une école de mode à Londres après le lycée et… Je ne suis plus vraiment retournée y vivre. » Elle haussa les épaules alors qu’un souvenir s’insérait dans son cerveau à ce moment précis. Après la mort de son mari, en se rendant compte qu’elle était toute seule, sa mère avait voulu qu’elle retourne en Inde avec elle parce qu’elle ne la pensait pas capable d’élever sa fille. Juste pour lui prouver le contraire, elle a refusé de rentrer avec elle et de poursuivre sa vie ici en Italie. Certes parfois elle se disait qu’elle aurait aimé avoir sa famille à ses côtés pour qu’ils puissent veiller sur elle et sa fille lorsqu’elles en avaient besoin, mais pas une seule fois elle n’avait regretté son choix d’être restée. Et aussi égoïste que cela pouvait paraître, elle avait envie de profiter de sa fille pour elle toute seule. Si elle était rentrée, elle aurait dû partager son éducation avec sa mère, ses tantes, ses oncles et toutes les personnes qui constituaient son entourage. A Naples au moins ils n’avaient pas une notion de famille aussi expansive et elle avait pu donner toute son attention à sa fille comme elle l’entendait. Elles étaient une famille à elles deux, et ça lui avait toujours convenu. Lorsqu’ils abordèrent le défi, elle soutint son regard et baissa les yeux uniquement lorsqu’elle sentit sa main sur sa cuisse. La surprise passa dans son regard mais elle fini par incliner la tête en même temps qu’elle leva un sourcil l’air de lui : si c’est qu’il faut. Elle n’était pas dupe et savait qu’il ne se passerait rien ce soir, il n’avait même pas besoin de le préciser. Ils avaient eu l’occasion à plusieurs reprises de coucher ensemble et pourtant ils n’avaient rien fait. « Oh. On ferait mieux de coucher tout de suite ensemble alors si c’est ça que tu veux savoir, ce sera toujours plus facile que de raconter ça. » Elle avait tourné la tête pour se concentrer sur sa nourriture qui défilait sous ses yeux pour éviter son regard, une pointe d’amusement dans sa voix. Il allait bien être déçu s’il pensait qu’elle avait vraiment une part sombre en elle. Du moins… elle ne pensais pas pouvoir égaler l’histoire avec son ex. Le mari de l’Indienne était mort dans un simple accident de voiture parce qu’il trempait dans des affaires louches. Rien de bien intéressant à raconter. D’ailleurs, elle lui en voulait toujours de ça. Une fois les commandes passées où Tina demanda un lassi pour l’aider à faire descendre les épices par la même occasion, elle concentra toute son attention sur Stephen pour lui demander de raconter quelque chose qu’elle ne savait pas. Et encore une fois elle fut loin d’être déçue. « Femme et enfant, vraiment ? » Un sourcil levé, c’était une information à laquelle elle ne s’attendait pas, ce qui ne faisait que confirmer le fait qu’en réalité elle ne le connaissait pas du tout et l’idée qu’elle s’était faite de lui était fausse. Jamais elle n’aurait pensé qu’il aspirait à une vie de famille vu le train de vie qu’il menait. Et si une part d’elle se disait que c’était uniquement parce qu’il n’avait pas encore trouvé la bonne, elle se rappela de l’endroit où il trainait le plus à savoir son club. Ce n’était pas dans un tel environnement qu’il allait trouver une femme avec laquelle faire sa vie. Ce qu’il y mettait en avant lorsqu’il y était, ne donnait envie à une femme de s’installer. Elle leur donnait envie de profiter des instants passés avec lui, de ce corps qu’il leur mettait à disposition, rien de plus. Juste une relation physique, pas d’attache. A la suite de sa phrase, elle le retrouva un peu plus. Sombre, mélancolique. Tragique. Elle ouvrit la bouche une première fois, l’idée de relever ses paroles par une blague pour essayer de détendre l’atmosphère était trop tentante, mais à la place elle se contenta de poser sa main propre sur sa cuisse à lui et de la presser pour qu’il sente sa présence. Elle n’aimait pas ce genre de raisonnement, et elle aimait encore loin la tristesse facilement décelable dans sa voix. Ni même de voir qu’elle le perdait de plus en plus pour se replonger dans un passé qui ne cessait de le tourmenter. Elle enleva soudainement sa main lorsqu’il se leva, toujours silencieuse sans savoir quoi dire. Hochant simplement la tête pour s’excuser, elle décida de le regarder s’éloigner pendant que ses paroles se repassaient en boucle dans sa tête. Le masque était à nouveau tombé. C’était ce qu’elle cherchait après tout, non ? Craquer tous ses codes, le rendre vulnérable pour voir s’il en valait la peine. Non, ce n’était pas ce qu’elle désirait. Dans un soupir, elle se leva à son tour et se alla aux toilettes rapidement pour se laver la main, et sortit prendre l’air à son tour à la recherche du jeune homme.

Lorsqu’au loin elle vit sa silhouette, elle s’avança dans sa direction avant de lui saisir le bras pour l’obliger à se retourner une fois arrivée à sa hauteur. La tête levée vers son visage où elle y discernait ses larmes malgré la faible lumière, elle esquissa un mince sourire à son égard et essuya les gouttes d’eau salées du bout de ses doigts. Ses talons lui donnant un peu de hauteur, elle en profita pour déposer ses lèvres sur les joues du jeune homme à l’endroit même où les larmes avaient coulées, et termina par embrasser ses lèvres au goût salé.  « Il me reste un peu plus de sept ans pour te dissuader de te tirer une balle dans la tête ça veut dire. Ca, c’est le genre de défi que je veux bien accepter. » Murmura l’Indienne contre ses lèvres avant de l’embrasser à nouveau, une main passée dans sa nuque, l’autre qui avait attrapé sa main entremêler ses doigts aux siens.


AVENGEDINCHAINS


My torturer became my remedy
So we're gonna heal, we're gonna start again. You've brought the orchestra. Synchronized swimmers, you are the magician. Pull me back together again the way you cut me in half. Make the woman in doubt disappear. Pull the sorrow from between my legs like silk, knot after knot after knot.
The audience applauds...▬ but we can't hear them.
Revenir en haut Aller en bas
Stephen Ferrante10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Stephen Ferrante
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5196-stephen-the-devil-inside-me#165603
Faceclaim : Tom Ellis (themorningrose)
Je suis absent-e : JE SUIS COMME VIANNEY PAS LÀ EUKÉ ? (de retour aux alentours du 8 mai pour faire la paix)
Messages : 412 - Points : 758
{Terminé} (Stina) be my guardian angel - Page 2 Tumblr_omo742jYJq1u9mxoto3_500
Âge : 42 ans (21.01.77)
Métier : Il fut un temps où il était criminologue mais il a changé de plan après la mort de sa fiancé. Il reste consultant pour Interpol mais a ouvert sa boite de nuit Il Diavolo en référence au diable
{Terminé} (Stina) be my guardian angel - Page 2 Empty
Sujet: Re: {Terminé} (Stina) be my guardian angel ( le Mar 16 Avr - 23:41 )
Be my Guardian angel
EXORDIUM.

J’ai toujours une part d’ombre en moi. Lorsque j’avais trouvé Daphnée, ce fut comme si mon monde avait basculé. La nuit, je continuai encore à faire des cauchemars, à sentir son parfum, à la voir dans chacune des blondes qui défilait dans ma vie et pourtant elle était bien loin. Lorsque j’ai posé le regard sur Tina, ça m’a fait quelque chose. Ça m’a permis d’entrevoir un peu de lumière. Je suis stupide de penser ça jusque quelques heures passées auprès de cette femme mais j’avais la certitude qu’elle n’en sortirait pas de sitôt. Qu’elle allait rester. Son regard, sa prestance, ses blagues. Je l’écoutai me parler de l’Inde avec attention car j’étais quelqu’un de curieux. « Eh bien, je suppose qu’il va falloir que j’y aille si je veux apprivoiser le pays d’où provient ma reine. » J’avais dit ceci d’une voix grave alors que je gobais les boules comme s’il s’agissait de simples bonbons. Mais encore une fois, je n’avais pas de limite. Si j’entrai dans un buffet à volonté je leur ferai mettre la clé sous la porte tant je pouvais manger. Et je me dépensais assez pour brûler mes calories. De la natation en priorité. Alors, je crevais de faim tout le temps. Je pouvais avaler des litres de scotch avant d’être saoul et pour son défi, elle allait être servie. « Crois-moi, ce n’est pas l’envie qui m’en manque. Depuis que je t’ai tenu contre moi toute à l’heure, j’ai tout un tas d’images. Et puis tu serais la première à fouler le sol de ma demeure. Je n’emmène pas mes coups d’un soir chez moi. » C’était un peu mon temple sacré. Je ne voulais pas qu’il soit pollué par une fille qui ne serait intéressé que par mes charmes et non mon cerveau. Sa question me surprit un peu alors je décidai de lui révéler ma plus noire pensée. Ainsi que mon plus grand désir. « Eh bien oui. Femme, enfant, j’ai déjà le chien. » J’avais même deux chiens dont un chihuahua. Une mauvaise blague de la part de mes amis mais mon rat de compagnie me suivait partout. Je les emmenai aussi en voyage. Mais mon regard se voila pour penser à d’autres choses plus sombres. Dont l’idée de me suicider car personne ne tenait à moi. Certaines personnes savent l’heure de leur mort. et je savais qu’au mois de mai, j’allais déguster. Comme tous les ans, je m’enfermerai chez moi avec des litres et des litres d’alcool pour me morfondre et donc me faire botter le cul par Célian. Il adorait me faire sortir de ses gonds. Sentant les larmes venir jusqu’à moi, je m’excusai auprès de ma compagne pour aller prendre l’air. Ce qui ne me fit pas du bien. Je laissais libre court à mes émotions comme j’avais l’habitude de le faire seul. Un jour, je ne penserai plus à elle mais seulement quand je verrai un avenir avec une autre femme qu’elle. Du moins, c’est ce que disait mon psy. Je fus rapidement rejoint par Tina et j’avais espéré qu’elle ne vienne pas. Qu’elle ne me voit pas comme ça. Je la laissais faire, ne cessant de la regarder avec mes yeux sombres alors qu’elle vint lier sa main avec la mienne et poser ses lèvres sur les miennes. De nouveau, je laissais la bête sortir avant de venir la plaquer contre le mur pour dégager mon visage de ma main et la regarder. « Tu es tellement belle, Tina, murmurai-je d’une voix rauque, c’est presque une torture de devoir me retenir. » Puis avec voracité, je revins à la charge avant de la soulever de terre pour venir coller ses jambes autour de ma taille. Ça serait plus pratique. Je me dégageai hors d’haleine pour venir poser mon front contre le sien. « Je dois partir bientôt, Tina. Mon cousin a été injustement emprisonné et je collabore avec Interpol pour le faire sortir. Une sorte de consultant en criminologie. » Je sentais cependant que je pourrais changer d’avis mais la famille avait quelque chose de sacré pour moi. Mes doigts caressèrent ses jambes découvertes. « J’aimerai rester avec toi et te faire tout un tas de choses mais il est le seul membre qui m’apprécie. » Je la laissai glisser doucement sur le sol avant de venir l’embrasser à nouveau, me pliant presque en deux. « Et puis, murmurai-je contre ses lèvres, tu es beaucoup trop bien pour moi. »







Stina
LET BEAUTY
COME OUT OF ASHES

Revenir en haut Aller en bas
Tina CambiasoToujours frais après un litre de café
Tina Cambiaso
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3136-i-never-want-to-hear-you-say-i http://www.ciao-vecchio.com/t3155-this-could-be-the-start-of-something-new
Faceclaim : aishwarya rai, masayume // signature : batphanie
Messages : 860 - Points : 1603
{Terminé} (Stina) be my guardian angel - Page 2 Tumblr_oje550jEMR1qlfyq8o3_500
Âge : 43 ans, mais elle ment sur son âge, des fois elle dit plus, très souvent elle dit moins
Métier : gérante d'une boutique de vêtements
{Terminé} (Stina) be my guardian angel - Page 2 Empty
Sujet: Re: {Terminé} (Stina) be my guardian angel ( le Mer 17 Avr - 0:53 )
Be my guardian angel
“ STEPHEN & TINA ”


Si l’annonce de son désir caché d’avoir femme et enfant fit sourire Tina, voir son regard se couvrir d’un voile de tristesse resserra le cœur de l’Indienne qui ne pouvait pas imaginer à quel point il devait souffrir. Ils ne se connaissaient que depuis quelques heures, mais elle avait l’impression d’en savoir plus sur lui que la plupart des gens qui devaient l’entourer au quotidien. Et quelque part ça la flattait. Mais ça l’effrayait surtout de voir la noirceur de son âme qu’il laissait délibérément se teinter d’obscurité parce que… Parce que quoi exactement ? Parce qu’il pensait mériter cette peine, ce chagrin, ce dégoût qu’il se trainait depuis la mort de sa fiancée ? Parce qu’il ne savait pas comment s’en débarrasser ? Parce que c’était plus facile pour lui de vivre avec que de s’en débarrasser ? Si de son côté elle avait réussit à faire le deuil de son mari, elle constatait que pour Stephen ce n’était pas forcément le cas. Et pour cause, ne pas se sentir responsable de la mort de son partenaire devait aider. En le voyant se diriger vers la sortie, elle attendit quelques instants avant de le rejoindre pour s’assurer qu’il allait bien. Lorsqu’elle découvrit son visage et qu’elle vit des larmes couler le long de ses joues, elle ne pu s’empêcher de ressentir sa peine qu’elle touchait littéralement du bout des doigts en essuyant les gouttes salées qui descendaient le long de son visage. Si seulement elle pouvait faire quelque chose pour lui, pour qu’il arrête de se sentir coupable et qu’il aille enfin de l’avant. Savait-il au moins qu’il restait bloqué dans un passé ? Pas sûre. Elle déposa ses lèvres contre les siennes de la façon la plus douce possible avant de lier ses doigts aux siens et de coller son corps un peu plus contre celui de cet ogre qui lui plaisait de plus en plus. Son cœur rata un battement avant de se mettre à tambouriner à toute vitesse lorsqu’il la plaqua sauvagement et contre toutes attentes contre le mur derrière elle. Le voile de tristesse qu’elle avait cru voir avait fini par se lever alors qu’au fond de ses yeux elle voyait toujours la présence de cette flamme qui brûlait plus que jamais et vers lequel elle était à son tour de plus en plus attirée. « Certaines choses valent la peine d’attendre. » Murmura-t-elle tandis que son cœur s’emballait de plus en plus. Mais rien de plus ne devait se passer ce soir, c’était beaucoup trop tôt. Et ça mettrait fin à un jeu qui se mettait doucement en place entre eux, et elle n’avait pas envie d’arrêter de jouer. Un autre hoquet s’échappa de ses lèvres en sentant ses lèvres contre les siennes alors que ses jambes quittaient le sol pour passer autour de la taille de Stephen avec aisance. A son tour elle lâcha prise et répondit à cet échange avec autant un désir et de fougue que lui. Son front collé contre le sien, la respiration saccadée et le cœur sens dessus-dessous, elle eu du mal à comprendre ce qu’il racontait mais finit par attraper au vol les mots clés. « Combien de temps ? » S’enquit l’Indienne, surprise par le son de sa propre voix qui tressautait à cause de toutes les émotions que le brun lui faisait vivre ce soir. Ses doigts qui parcouraient les jambes de l’Indienne provoquèrent un frisson qu’elle eut du mal à dissimuler contre lui, alors elle prit une grande respiration – et même là elle eut du mal – en fermant les yeux quelques secondes en s’accrochant à lui. « Je comprends. » Souffla-t-elle en se sentant glisser au sol. Elle déplia les jambes et se remis sur ses pieds en redressant sa robe qui remontait légèrement et qui découvrait une partie de ses cuisses à cause du morceau qu’elle avait déchiré plus tôt dans la soirée. De façon plus timide, elle répondit à son baiser et le garda tout contre elle, une main passée derrière sa nuque qui caressait doucement sa peau. « Quoi ? » Lâcha-t-elle lorsqu’elle percuta les paroles qu’il venait de prononcer. « Beaucoup trop bien pour toi ? » Elle récupéra sa main et l’observa en levant la tête, les bras croisés sur sa poitrine. Elle était vexée, oui. Parce qu’elle savait où est-ce que ça les mènerait s’il la trouvait trop bien pour lui. Ca avait toujours été le souci avec les hommes qu’elle fréquentait. Et elle n’en a pas fréquenté beaucoup, mais à chaque fois qu’elle se laissait plaire à croire que quelque chose était envisageable, ils lui sortaient cette phrase. « Qu’est-ce que je dois comprendre exactement ? On se connait à peine depuis quelques heures et tu sais déjà ce qui est bon pour moi ou pas ? » S’enquit l’Indienne qui ne cachait même pas son agacement dans le ton de sa voix. Ils étaient passés à son désir de lui faire la cour… à ça.


AVENGEDINCHAINS


My torturer became my remedy
So we're gonna heal, we're gonna start again. You've brought the orchestra. Synchronized swimmers, you are the magician. Pull me back together again the way you cut me in half. Make the woman in doubt disappear. Pull the sorrow from between my legs like silk, knot after knot after knot.
The audience applauds...▬ but we can't hear them.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
{Terminé} (Stina) be my guardian angel - Page 2 Empty
Sujet: Re: {Terminé} (Stina) be my guardian angel ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- {Terminé} (Stina) be my guardian angel -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Voyager dans le passé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant