Revenir en haut
Aller en bas

Voir le deal
39.99 €

 

- [terminé] Quelques secrets bien cachés sont capables de vous ronger de l'intérieur (+) Constello -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Celian Andrei10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Celian Andrei
http://www.ciao-vecchio.com/t3187-celian-le-monde-est-plein-de-c http://www.ciao-vecchio.com/t3233-celian-l-extraordinaire-est-une-chose-le-mystere-en-est-une-autre
Faceclaim : Benedict Cumberbatch + © Wildavatars + © Sherlollyressources + © Thescienceofsherlolly +© Sara'h
Messages : 496 - Points : 1379
[terminé] Quelques secrets bien cachés sont capables de vous ronger de l'intérieur (+) Constello - Page 2 55qr
Âge : 37 ans à boire du thé à 17h précises (24/12/1981)
Métier : Directeur d'un laboratoire de recherches pharmaceutiques, situé à l'extérieur de la ville. C'est son hommage personnel et caché à son paternel dévoré par la maladie
[terminé] Quelques secrets bien cachés sont capables de vous ronger de l'intérieur (+) Constello - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] Quelques secrets bien cachés sont capables de vous ronger de l'intérieur (+) Constello ( le Mar 9 Juil 2019 - 18:48 )

Les secrets de famille sont de noires araignées qui tissent autour de nous une toile collante. Plus le temps passe, plus on est ligoté, bâillonné, serré dans une gangue. Incapable de bouger, de parler. D'exister. Constello & Celian

Quelques secrets bien cachés sont capables de vous ronger de l’intérieur

S’il y avait bien un petit nombre d’interactions et de sentiments qu’il connaissait et qu’il était capable de reconnaître, c’était bien l’agacement et l’irritation. S’il y avait bien des attitudes qu’il savait décoder, c’était celles-ci : lui-même avait parfois l’habitude de les laisser transparaître de son côté. Le Britannique savait donc que ce n’était presque pas la peine de continuer leur dialogue de sourd : plus rien ne semblait pouvoir être compris ni par l’un, ni par l’autre. Chacun avec son filtre perceptif était aveuglé et ne pouvait s’immiscer dans la réalité de l’autre : il ne pouvait essayer de |u]comprendre[/u] la réalité de l’autre. C’était déjà un exercice plus que difficile, voire parfois impossible pour le scientifique, ce contxte n’arrangeait en rien. Du coup, le Brunet était prêt à laisser en suspens cette conversation pour aujourd’hui avant de la reprendre une autre. S’il avait la chance de pouvoir la reprendre un autre jour. S’il en avait l’occasion.  Mais il ne pouvait laisser en suspens le fait qu’il était persuadé qu’Adelina pardonnerait à son paternel pour ses secrets et son détournement de la vérité. Elle était bien trop conciliante pour ne pas le faire. Il lui faudrait juste du temps. Du temps car sa vision de la famille ainsi que son monde était brinquebalant, chancelant, changeant et différent. Ainsi se formalise le seul reproche qu’il pouvait adresser à son beau-père jusqu’à maintenant : celui de ne pas avoir fait confiance plus tôt à la Brunette et lui avoir avouer ce qu’il avait sur le coeur. Le scientifique savait mieux que quiconque que c’était la meilleure option à privilégier : pourtant ni lui, ni Constello n’avaient suivi cette voix de la raison. Je l’espère sincèrement, parce que je sais que mes agissements l’ont blessés profondément. Son irritation semblait s’être calmée dans sa voix à l’évocation de cette situation, à l’évocation de la jeune femme. Son ton de voix, jusqu’à alors effréné, criant, déchirant, laissait maintenant place à un sentiment plus difficile à lire pour Celian. Beaucoup moins évident pour lui il l’était, ce sentiment de tristesse. Même si au fond de lui-même, il en avait déjà fait l’expérience : le matérialiser, le lire et le comprendre chez l’autre étaient un tout autre exercice pour lequel il était difficilement prêt.

Le Brunet s’attendait à partir sans aucune autre cérémonie, sans aucune autre parole de sa part : pourtant, la voix de son beau-père s’éleva derrière lui. Ce n’est pas que je ne vous apprécie pas, Celian. Mais notre relation ne part pas sur les meilleures bases pour que j’aie en vous une confiance aveugle. J’ai eu à ramasser les pots cassés il y a de cela des années par votre départ… et je vais faire pire à l’univers d’Adelina que ce que vous avez fait en simplement partant. Justement parce que les secrets peuvent avoir un effet dévastateur. Bien entendu qu’il savait lui-même qu’il n’était pas digne de cette confiance et il ne l’exigeait aucunement. Mais la Brunette, elle ne l’avait jamais perdue. Et je ne peux qu’espérer que vous serez à la hauteur pour l’épauler le temps qu’elle me pardonne l’ensemble des conneries que j’ai pu faire. Peu de gens auraient parié sur lui dans ce genre de situation justement à cause de son attitude trahissant un certain détachement. Pourtant envers les personnes qu’il estimait, qui avaient réussi à entrer dans sa vie et qu’il chérissait, sa loyauté était criante. Je le ferais du mieux que je peux. C’était la meilleure promesse qu’il pouvait faire. Mes aveux à Adelina viendront dès que j’aurais la force de les faire. Mais n’oubliez pas que vous n’avez pas accès à l’ensemble du portrait alors vous dire que j’aurais dû vous le dire plus tôt. Il a fallu que je sois ivre, trois mois après… Il a fallu beaucoup d’alcool pour que j’arrive à en parler à ma femme qui était la plus grande confidente que j’ai. Le chemin semblait être encore long et tumultueux. Exactement comme il m’a fallu vingt ans pour comprendre que mon silence était ma plus grande erreur. L’alcool en moins. Fit-il remarquer plus pour lui-même que pour un quelconque interlocuteur.


Le reste ne dépendait plus que d’eux : que d’Adelina et de son père. Même s’il était mauvais dans les relations et notamment familiales, il savait que cette histoire se devait de se régler entre eux. Celian avait occupé le rôle qu’il avait à endosser. Apparemment, celui-ci devait s’arrêter maintenant. Comme je vous l’ai dit, je n’ai pas l’intention de m’immiscer dans votre contexte, je vous laisse régler vos affaires familiales avec Adelina. La famille n’a jamais été mon… Truc jusqu’à présent, malheureusement. Je vais prendre congé, je pense que mon rôle s’arrête ici. Dois-je vous souhaiter bonne chance pour essayer de trouver le moment idéal pour lui en parler ? Après quelques instants de réflexion, le Brunet finit par comprendre la réponse de lui-même : En fait non. Parce que je sais que le bon moment n’existe pas. Le seul moment qui existe est celui où on ose le faire. Lui-même avait mis un temps incommensurable avant d’oser...

(c) crackle bones




Je ne savais pas qu'ensemble bientôt, on créerait un nous. Ton coeur est tout ce que j'ai et dans tes yeux, tu tiens le mien. Suivons notre chemin, je vois mon futur dans tes yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Constello AlmaToujours frais après un litre de café
En ligne
Constello Alma
http://www.ciao-vecchio.com/t5211-constello-with-all-the-love-th http://www.ciao-vecchio.com/t5213-constello-it-did-not-went-as-planned
Faceclaim : Alan Cumming @A Wanderer (donc s'il est nul...) et Rogers (code de signature)
Messages : 3921 - Points : 1559
[terminé] Quelques secrets bien cachés sont capables de vous ronger de l'intérieur (+) Constello - Page 2 Ezgif-com-video-to-gif
Âge : 57 ans [14 janvier 1962]
Métier : Acteur et professeur qui bosse sur son premier lvre
[terminé] Quelques secrets bien cachés sont capables de vous ronger de l'intérieur (+) Constello - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] Quelques secrets bien cachés sont capables de vous ronger de l'intérieur (+) Constello ( le Mer 17 Juil 2019 - 14:49 )

Si j’avais réellement à parier sur l’homme parfait pour ma fille, il y avait des grandes chances que je ne mette pas aveuglément l’ensemble de mon argent sur le britannique. Je savais qu’il avait fait de son mieux pour recoller les pots cassés avec elle et la preuve, c’était justement le fait que j’allais être grand-père sous peu. Ça ne m’empêchait pas pourtant de douter qu’il soit à la hauteur. Il pouvait être froid et distant. Trop cérébral à mes yeux pour ma fille fragile et précieuse. Je savais pourtant qu’il fallait que je lui fasse confiance. Pas nécessairement une confiance aveugle. Mais confiance, tout au moins.

C’était pour ça que le ton de ma voix s’était adouci. Il fallait que l’on se retrouve à mi-chemin. Et pour ça, je ne pouvais pas laisser ma hargne se dresser entre nous deux comme un obstacle. Ma fille aurait besoin de s’appuyer à quelque part. J’allais ébranler son univers un peu plus : un tremblement de terre, un séisme qui ravagerait absolument tout sur son passage simplement parce que j’avais tenu ma langue pendant assez longtemps. Parce que j’avais menti à elle, à sa mère, mais surtout à moi en me disant que ce n’était qu’une phase qui finirait par se passer. Une phase qui durait quand même depuis près de quarante ans – parce qu’adolescent, j’y pensais déjà.

La simple confirmation qu’il ferait de son mieux pour la soutenir apportait un semblant de baume sur mon cœur. Certes, il serait sans doute maladroit (j’avais de la difficulté à le percevoir autrement) dans la manière d’absorber l’éruption volcanique que je créerais dans la vie de ma fille. Mais il semblait avoir appris de ses erreurs assez pour protéger mon joyau, ma petite perle précieuse, pour se souvenir du poids qu’avait eu son silence sur elle.

Malgré tout ce que j’avais pu faire, ma fille était précieuse. Jamais je n’avais voulu que notre inévitable séparation n’ait un malheureux impact sur sa vie. Le murmure du brun me fit comprendre qu’il n’avait pas eu l’intention non plus de lui créer la plus petite tristesse du monde. Sauf qu’il l’avait fait tout aussi accidentellement que moi. C’était peut-être difficile à comprendre, à admettre.

Le plus gros de l’aveu retombait sur mes épaules. C’était à moi de jouer carte sur table sans qu’il n’ait l’intention de s’immiscer dans notre famille expliqua-t-il en prenant congé. Je retiens mon exaspération : je savais bien que le moment parfait n’existait pas. Mais avec sa grossesse qui était aussi avancée, je n’avais pas envie de lui provoquer un travail prématuré. Non pas que je n’avais pas hâte de votre notre petite cellule familiale se transformer en un joyeux petit groupe plein de vie… Mais parce que j’étais certain que le plus longtemps j’attendais, le plus de temps j’avais pour éviter que ça ne se produise. « J’en prend bien note Celian et je vous souhaite une excellente journée. » optais-je finalement pour dire en le laissant partir. Je n’avais pas envie d’en revenir à une guerre de mot pour savoir lequel de nous deux avait raison. Il n’y avait pas de moment idéal, parfait. Mais il y avait des moments qui me semblait plus approprié. Il fallait également que je trouve les bons mots pour expliquer pourquoi j’avais attendu aussi longtemps avant d’être honnête face à elle, que je fasse le travail sur moi qui était nécessaire pour être en mesure de mettre des mots qui ne dépasserait pas ma pensée sur table. Ne pas lui faire croire que j’avais regretté qu’elle soit née.

Me retournant vers l’étage pour vaquer à mes occupations de la journée, je saisis la tablette électronique familiale pour me concentrer sur le texte que j’avais reçu et l’horaire. L’aveu à ma fille attendrait au moins jusqu’à demain.



   
If this was my last day on Earth
♛ I knew that tomorrow I’d leaved this place forever... all of the things that I would have done, all of the races that I would have run, far away places that I would have gone wouldn’t matter at all. All that matters are the thing we leave behind and the echoes love can leave inside the mind and the light that last from random acts of kindness.
Revenir en haut Aller en bas
 
- [terminé] Quelques secrets bien cachés sont capables de vous ronger de l'intérieur (+) Constello -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2