Revenir en haut
Aller en bas


 

- Nino || Le feu ça brûle. -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Autres quartiers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Leia PellegrinoLe vin est un puissant lubrifiant social
Leia Pellegrino
Voir le profil de l'utilisateur
Faceclaim : Diana Penty : ealitya ; Signa : Mars
Messages : 248 - Points : 507
Nino || Le feu ça brûle.  YUhmwpW
Âge : 33 ans
Métier : Animatrice à l'orphelinat dans lequel elle a grandi
Nino || Le feu ça brûle.  Empty
Sujet: Nino || Le feu ça brûle. ( le Dim 21 Avr 2019 - 23:15 )
Confier la cuisine à des enfants qui n’en faisaient qu’à leur tête… Leia savait pourtant qu’elle n’aurait pas pu faire pire comme idée. Pourtant elle s’était laissée bêtement attendrir par ces petites créatures pour qu’elle leur laisse l’accès à la cuisine pour faire de la pâtisserie. Qu’est-ce qu’elle racontait ? Ils avaient su convaincre la jeune femme de voler les clés de la cuisine pour qu’ils puissent s’y introduire sans que personne ne les voient. Elle aurait pu se comporter en adulte au moins une fois et refuser de céder à leur demande, mais ces petits monstres savaient comment lui parler. Ils savaient qui envoyer en premier pour lui faire un câlin et lequel envoyer diffuser la bonne nouvelle. Elle s’en voulait d’être aussi  faible, surtout qu’elle allait avoir des ennuies. Appuyée sur sa béquille qui la soutenait, elle tenait un torchon cramé entre les mains avec lequel elle avait essayé d’arrêter le feu qui partait. Dans sa tête ce n’était pas si compliqué d’éteindre un feu et encore moins un si petit. Elle l’avait vu faire à plusieurs reprises dans les films, alors comme dans les films qu’elle regardait elle s’était mise à taper de toutes ses forces sur le feu, mais ça c’était sans compter sur le stupide torchon pour prendre feu à son tour. En quelques mots : elle était dépassée. Fatiguée et énervée. La transpiration à cause de la chaleur avait fini par coller des mèches sur son front au milieu de ses cheveux en bataille qu’elle n’avait même pas pris la peine d’arranger avec l’arrivée des pompiers. D’ailleurs ce n’était même pas elle qui les avait appelés, elle était trop occupée à hurler contre les enfants qui voulaient aider à leur tour en l’imitant, mais ne trouvant pas de torchon ils avaient décidé d’utiliser du papier. A ce stade de la journée qui avait si bien commencé, Leia ne savait pas qui était le plus crétin entre elle et les enfants dont elle était responsable. Mais une chose était sûre, ils ne devaient pas être très éloignés sur le tableau des résultats.

Contrariée par la situation, elle se mit en retrait le temps de laisser les pompiers faire leur travail, et tenta même de s’esquiver pour étirer de s’attirer les foudres de la directrice. Directrice qui avait été tirée de son jour de congé à cause de cette mésaventure, soit dite en passant. Sa main posée sur l’épaule de l’Indienne l’empêcha de fuir. Il ne lui restait plus qu’à jouer la carte de l’handicape pour essayer de se sortir de là. Mais alors qu’elle la réprimandait encore une fois en lui rappelant qu’elle n’était plus une enfant et qu’elle devait apprendre à se comporter en adulte, Leia laissa son regard balayer la pièce pleine et remarqua la présence d’un homme qu’elle n’avait pas vu en arrivant. Il était charmant. L’uniforme lui allait bien. Rapidement elle le passa au scanner, n’écoutant même plus ce que lui disait sa supérieure. « Ah oui, le feu ça brûle. » Lâcha distraitement la brune qui ne lâchait pas du regard le pompier. Lorsqu’elle le vit enfin regarder dans sa direction, paniquée à l’idée qu’il vienne lui parler directement, elle prit une pose qui se voulait nonchalante alors qu’elle donnait juste l’impression d’avoir un point de côté. « Vite parlez moi, il arrive. » Et comme ça, elle impliqua la directrice dans une histoire qu’elle ne comprenait même pas, mais si elle tenait un minimum à Leia elle accepterait sa broncher. Un regard discret dans la direction du jeune homme et lorsqu’il fut assez proche, elle commença à rire comme si on venait de lui raconter une blague alors que personne ne parlait vraiment. Son plan d’attaque était lancé.




‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾
Pretty hurts. You shine a light on whatever's worst. Perfection is a disease of a nation. Pretty hurts, pretty hurts. Pretty hurts. You shine a light on whatever's worst. Tryna fix something but you can't fix what you can't see. It's the soul that needs a surgery. // par mars.
Revenir en haut Aller en bas
Nino Carrizo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Nino Carrizo
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5056-nino-o-le-destin-nous-entraine http://www.ciao-vecchio.com/t5150-nino-o-nos-vies-qui-s-egarent
Faceclaim : Miguel Gomez, ©Art Acide
Messages : 127 - Points : 309
Âge : 33 ans.
Métier : sapeur-pompier.
Nino || Le feu ça brûle.  Empty
Sujet: Re: Nino || Le feu ça brûle. ( le Lun 22 Avr 2019 - 0:45 )
Et l'eau ça mouille.

« Encore une qui s’est laissée distraire. » soupire son collègue, alors qu’il observe Nino terminer le travail à l’extincteur. La gazinière, d’où est parti le feu, est bien noire et les torchons ainsi que le papier ne sont plus que cendres. Depuis qu’il fait ce métier, il a bien saisi que même en étant préparé à ce genre d’événements, les gens se laissaient envahir par la panique, l’angoisse et agissait parfois sur un coup de tête en prenant la première chose qui leur venait sous la main. Si étouffer le feu était une bonne idée, elle ne s’y est pas prise de la bonne manière. Heureusement, les dégâts ne sont que matériel. Aucun blessé, pas même un gamin qui s’est approché trop près du feu pour l’éteindre et qui s’est laissé avoir par une flamme. Lorsque ça arrive, Nino arrive à garder une certaine distance, prendre le recul nécessaire, mais bien qu’il ne soit responsable de rien, il y a toujours un moment où une boule au creux de l’estomac s’installe. Les joies du métier. « Et l’alarme incendie ne s’est pas déclenchée. » constate-t-il, en jetant un œil au plafond, à quelques mètres de la cuisine. Un équipement obligatoire qui est bien présent, mais qui comporte un dysfonctionnement. Les piles, sans doute, même si, normalement, l’alarme devrait avoir produit un bruit. Ce qui ne semble pas être le cas ici. Le cubain cherche du regard l’extincteur, sans le trouver, puis pose son attention sur la jeune femme qu’il a vaguement aperçue en arrivant. Celle qui était sur les lieux. Sans perdre plus de temps, il s’en approche, interrompant visiblement une conversation drôle. Est-ce un moyen de se détendre ? D’oublier un instant le drame qui aurait pu se produire si le feu avait pris plus d’ampleur ? Il se racle la gorge afin d’attirer son attention. « L'incendie a été maîtrisé. » commence-t-il, pour mettre fin à leur inquiétude, si elles l’étaient. « Vous êtes la responsable de l’orphelinat ? » Autrement dit, est-ce qu’il doit s’adresser à elle pour les quelques conseils qu’il compte lui donner ? Qu’importe, elle transmettra le message. « Je vous recommande vivement d’installer une sécurité pour les enfants. » Histoire d’éviter que ça se reproduise. Les gamins sont parfois incontrôlables. Il ne pense pas toujours à mal faire, cherchent de l’attention, ou à faire comme les adultes. Ils sont tout simplement imprévisibles. Elle travaille ici, en côtoie tous les jours, doit bien en savoir plus que lui sur le sujet. « En plus de l’alarme qui ne fonctionne pas, je n’ai pas vu d’extincteur. Vous en avez bien un ? » questionne-t-il, les yeux rivés vers la petite brune.


Nino Carrizo
Victus universis caro ferina est lactisque abundans copia qua sustentantur, et herbae multiplices et siquae alites capi per aucupium possint, et plerosque mos vidimus frumenti usum et vini penitus ignorantes.
Revenir en haut Aller en bas
Leia PellegrinoLe vin est un puissant lubrifiant social
Leia Pellegrino
Voir le profil de l'utilisateur
Faceclaim : Diana Penty : ealitya ; Signa : Mars
Messages : 248 - Points : 507
Nino || Le feu ça brûle.  YUhmwpW
Âge : 33 ans
Métier : Animatrice à l'orphelinat dans lequel elle a grandi
Nino || Le feu ça brûle.  Empty
Sujet: Re: Nino || Le feu ça brûle. ( le Lun 22 Avr 2019 - 1:13 )
Si elle avait pu, elle aurait poussé la directrice loin d’elle pour être sûre qu’elle ne lui vole pas son moment. Bien qu’elle n’avait pas vraiment de souci à se faire. Leia n’était pas de nature à se vanter, mais elle savait bien que même sa jambe en moins n’enlevait rien à son charme naturel. De plus, comme elle ne savait rien du pompier qui elle le sentait, avait du mal à détourner les yeux d’elle, ça se trouve il avait un penchant pour les handicapés et notamment les unijambistes. Si tel était le cas, elle acceptait dés à présent de lui faire sa parade nuptiale sans prothèse et sans béquille pour tester son équilibre. Quelle vie elle allait mener si elle avait bon sur ce sujet. Alors qu’elle terminait de rire, elle adressa enfin un regard vers le pompier qui dès le moment où il se mit à parler, conquit l’Indienne. Dans la tête de Leia s’était mise à jouer la marche nuptiale qu’elle accepterait de faire à cloche pied pour les beaux yeux de son pompier. Si dans la tête de la jeune femme elle était déjà chaude comme la braise à l’idée de se marier à ce pompier qu’elle prenait comme un signe du destin pour l’avoir mis sur son chemin, à l’extérieur elle n’exultait pas la même confiance. Bien au contraire. Elle avait la chance de ne pas se voir parce qu’elle s’était salie les mains avec le torchon avec lequel elle jouait, ses cheveux qu’elle avait essayé de redresser ne ressemblaient plus à rien et la pellicule de sueur dû au stress et à la chaleur étouffante des lieux, avait eut raison de son mascara. « Euh… On peut dire ça, oui. » Les mots étaient sortis tous seuls de sa bouche et sous le regard ahurie de la directrice, la brune se contenta de passer devant elle et de se redresser à l’aide de sa béquille. Ah la béquille. Elle aurait dû quand même assurer ses arrières et sortir la jambe artificielle des grandes occasions. Pas grave, ce sera pour leur premier rendez-vous officiel pour montrer qu’elle est une femme pleine de surprise. Le bras ramené sur sa poitrine comme si elle faisait semblant de l’écouter, elle hocha la tête lorsqu’il parla de sécurité alors que vu son état, elle savait qu’elle  ne serait pas en mesure d’appliquer ses conseils mais peu importe si des enfants allaient payer pour ce flirt, l’amour valait bien quelques sacrifices. Lorsqu’il s’adressa directement à elle, Leia sentit son cœur bondir dans sa poitrine  ce qui obligea l’Indienne à chercher ses mots en plus de se souvenir comment on faisait pour respirer. Avant même qu’elle ne puisse ouvrir la bouche, un des enfants s’immisça comme si on l’avait invité. « On a prit l’extincteur la semaine dernière pour voir si on pouvait s'en servir de moteur à propulsion quand on… » Avant même qu’il puisse finir sa phrase, Leia donna un coup de hanche au gamin pour qu’il dégage et reparte d’où il venait. Un peu d’air. « Les enfants, vous savez ce que c’est… » Soupira Leia d’un air faussement concernée. « Vous en voulez ? » Demanda la jeune femme avant de se rendre compte de ce qu’elle venait de dire, et se rattrapa en reprenant la parole à toute vitesse. « Vous en avez ? » Elle prononça ces mots plus fort comme si hausser le volume de sa voix permettrait à effacer ce qu’elle venait de dire. Peu importe sa réponse, les enfants qu’ils auront tous les deux seront deux fois plus beaux. Dieu bénisse cette union.  




‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾
Pretty hurts. You shine a light on whatever's worst. Perfection is a disease of a nation. Pretty hurts, pretty hurts. Pretty hurts. You shine a light on whatever's worst. Tryna fix something but you can't fix what you can't see. It's the soul that needs a surgery. // par mars.
Revenir en haut Aller en bas
Nino Carrizo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Nino Carrizo
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5056-nino-o-le-destin-nous-entraine http://www.ciao-vecchio.com/t5150-nino-o-nos-vies-qui-s-egarent
Faceclaim : Miguel Gomez, ©Art Acide
Messages : 127 - Points : 309
Âge : 33 ans.
Métier : sapeur-pompier.
Nino || Le feu ça brûle.  Empty
Sujet: Re: Nino || Le feu ça brûle. ( le Lun 3 Juin 2019 - 1:03 )
Lorsque le gamin dénonce, Nino hausse un sourcil et croise les bras en attendant des explications qui seront probablement sans queue ni tête. Si son boulot n’est pas facile, ce qui le rend moins dur, c’est les confrontations avec les adultes. Pour justifier un incendie, ils passent par des excuses toutes plus bizarres les unes que les autres. Certains disent simplement la vérité, mais il est évident qu’il préfère les bonnes perles et celle-ci en est une. Un moteur à propulsion. Il entrouvre la bouche, prêt à répéter ce que vient de balancer l’enfant, mais est soudainement pris au dépourvu par la directrice qui l’interroge. Nino reste interdit, avant d’afficher un large sourire. Ils ne sont pas seuls, mais son regard l’observe sous toutes les coutures, de haut en bas, avec cette jambe qu’elle a en moins. Il en a vu des blessés, mais c’est toujours étrange d’être face à un tel handicap. Le mieux, c’est de ne pas relever pour ne pas blesser, mais il n’est pas du genre à faire dans les faux-semblants et à ne rien dire quand la perche qu’on lui tend est trop belle. « On dirait qu’il y a un deuxième incendie dans la pièce. » dit-il, sérieusement, ne cachant cependant pas un petit rictus. Nino est amusé par la situation, par cette maladresse à laquelle il ne répond pas. S’il veut des enfants ? Peut-être. Un jour. Mais d’une manière qu’elle ne s’imagine pas et qui est très loin de la « normalité ». S’il en a ? Non, pas qu’il sache. Et il ne peut pas en avoir dans la nature. Toujours est-il qu’il apprécie lorsqu’on l’observe avec des yeux comme ça. Au début, à la fin de ses opérations, il s’est un instant demandé si on ne verrait pas la différence, si on ne le pointerait pas du doigt. Lui et sa différence. Mais il a bien compris qu’il se noyait dans la masse, qu’il avait l’image tant désiré. Celle d’un homme. Alors c’est vrai, il n’est pas Brad Pitt, mais il a un certain charme. Le charme cubain. Nino croise le regard de son collègue qui mord l’intérieur de sa joue pour garder son sérieux. « Tout va bien mademoiselle ? » Il ne devrait pas jouer comme ça, mais c’est plus fort que lui. Durant son service, ce sont des choses précieuses. En temps normal, il est souvent repris par sa binôme qui l’accompagne avec lui et qui ronchonne, ou lève les yeux au ciel. L’uniforme, dit-elle. Seulement, elle n’est pas là pour lui donner un coup dans les hanches afin qu’ils ne s’attardent pas sur les lieux et ce n’est pas son collègue près de lui qui le tirerait par le bras pour l’éloigner de cet orphelinat. « L’alarme, ça ira le fonctionnement ou faut-il que je repasse pour faire un dessin ? » Il saisit l’opportunité. Si on oublie le fait qu’elle ait un membre en moins, elle a un visage doux et elle prononce des bêtises qui la mettent mal à l’aise.


Nino Carrizo
Victus universis caro ferina est lactisque abundans copia qua sustentantur, et herbae multiplices et siquae alites capi per aucupium possint, et plerosque mos vidimus frumenti usum et vini penitus ignorantes.
Revenir en haut Aller en bas
Leia PellegrinoLe vin est un puissant lubrifiant social
Leia Pellegrino
Voir le profil de l'utilisateur
Faceclaim : Diana Penty : ealitya ; Signa : Mars
Messages : 248 - Points : 507
Nino || Le feu ça brûle.  YUhmwpW
Âge : 33 ans
Métier : Animatrice à l'orphelinat dans lequel elle a grandi
Nino || Le feu ça brûle.  Empty
Sujet: Re: Nino || Le feu ça brûle. ( le Lun 3 Juin 2019 - 4:24 )
Ces enfants avaient toujours le chic pour tout ruiner, elle ne savait même pas pourquoi elle les protégeait encore devant la directrice. Une adulte responsable aurait laissé le petit se dénoncer lui-même et se faire punir. Mais il s’agissait de Leia. Elle était loin d’être l’adulte responsable qu’elle prétendait être, et maintenant qu’elle était en mission « futur mari », elle l’était encore moins. « Effectivement. » Souffla Leia d’une petite voix presque timide alors qu’elle reprenait juste ses esprits. Donc il le sentait aussi, cette connexion qui se produisait entre eux au point de faire monter la température. Elle avait envie de le rassurer en lui disant que la fumée qu’il croyait percevoir, c’était juste son corps et son cœur qui brûlait de désir pour lui, mais elle préféra se taire. Trop de témoins qui ne comprendraient pas la passion subtile qui étaient en train de les animer. Vivement qu’elle aille raconter ça à ses amis. Et pour qu’ils comprennent mieux ce qu’elle était en train de vivre, elle serait même prête à faire une reconstitution des faits, comme dans sa tête. A sa question, elle leva un sourcil sous la surprise. Bien sûr qu’elle allait bien. Elle allait même mieux que bien depuis qu’il était entré dans sa vie. A savoir depuis ces cinq dernières minutes où la magie opérait officiellement. Mais elle ne pouvait pas lui dire ça, sinon il allait se désintéresser d’elle et elle devait trouver le moyen de le retenir le plus longtemps possible et pourquoi pas, faire en sorte qu’ils se retrouvent seuls tous les deux. Elle aurait bien eu besoin de Cisco dans un moment pareil. Quoi que à bien y penser, peut-être pas. Le dernier conseil qu’il a demandé à cet abruti fini, sa prothèse de merde avait fini par voler de l’autre côté de la pièce parce qu’elle l’avait mal fixe, après avoir tenté de faire un french cancan improvisé suite à un profil qu’elle avait croisé sur un site de rencontres. Depuis ce jour elle avait décidé de rester loin des Français. Et de tout ce qui impliquait un lever de jambe un peu trop brutal. Mais assez penser à ce crétin, elle devait se concentrer sur le pompier qui n’avait pas l’air d’être Français. « J’ai eu peur mais… je pense que ça va aller. » Elle posa une main sur son cœur comme pour donner l’impression qu’il était fragile et sur le point de lâcher, sans trop en faire. Elle voulait aussi montrer qu’elle pouvait être tenace et qu’elle avait de l’endurance aussi. Ce qui était une information importante pour pondre l’équivalent d’une équipe de foot comme elle le souhaite tant. « Je pense qu’il sera nécessaire de repasser… » Elle prit une voix désolée. Elle ne l’était pas. Dans sa tête elle dansait la rumba avec un seul pied. « Est-ce que vous avez du temps devant vous ? J’aimerais bien que vous vérifiez rapidement l’alarme des dortoirs, avec des enfants pareil on ne sait jamais vous savez… » Elle avait réfléchi vite. Elle avait pensé à lui faire visiter sa chambre à elle, mais elle décida de se calmer. Sans vraiment lui donner l’occasion de répondre, elle avait déjà fait un pas pour ouvrir la marche en direction de la chambre des garçons. Elle espérait juste qu’ils avaient fait un peu de ménage ces cochons, pour ne pas lui coller la honte.




‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾
Pretty hurts. You shine a light on whatever's worst. Perfection is a disease of a nation. Pretty hurts, pretty hurts. Pretty hurts. You shine a light on whatever's worst. Tryna fix something but you can't fix what you can't see. It's the soul that needs a surgery. // par mars.
Revenir en haut Aller en bas
Nino Carrizo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Nino Carrizo
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5056-nino-o-le-destin-nous-entraine http://www.ciao-vecchio.com/t5150-nino-o-nos-vies-qui-s-egarent
Faceclaim : Miguel Gomez, ©Art Acide
Messages : 127 - Points : 309
Âge : 33 ans.
Métier : sapeur-pompier.
Nino || Le feu ça brûle.  Empty
Sujet: Re: Nino || Le feu ça brûle. ( le Dim 9 Juin 2019 - 23:53 )
Sur quelle femme est-il tombé ? Le genre à ne pas cacher les flammes qui la consument de l’intérieur, alors qu’il est clairement en train de dévoiler son jeu devant ses employés. Mais après tout, c’est elle la directrice et elle peut donc bien se comporter comme ça lui chante, tant que les enfants ne sont pas en danger. A cet âge, ils ne comprennent pas la moitié de ce qui se passe. La subtilité, les sous-entendus, ils les prennent au premier degré. Eux, ils savent. Alors quand elle suggère qu’il repasse, Nino penche la tête sur le côté en se mordant la lèvre inférieure. Ce sera une visite qui n’aura rien de professionnelle. Il en a conscience, elle également. Une petite voix lui souffle de ne pas s’attarder, de leur donner les dernières recommandations à prendre en compte et s’en aller, quand l’autre, un peu plus joueuse, installe des doutes. Le latino croise le regard de son regard qui, après quelques secondes muré dans le silence, hausse simplement les épaules. « C’est pour les gamins, prenons pas de risques. » dit-il, en glissant ses doigts sur son oreille, là où se trouve habituellement une cigarette qu’il aimerait sans doute pouvoir coincer entre ses lèvres. « Je t’attends dehors, j’vais m’en fumer une. » ajoute le pompier, en s’éloignant non sans saluer le petit groupe au passage. « Okay. Allons-y. » Ces mots sont prononcés plus pour lui que pour sa nouvelle connaissance qui a déjà pris les devants en se dirigeant vers l’escalier menant aux dortoirs. Le latino s’avance, la laisse mener la danse de deux pas à peine. « Et donc. Pourquoi bosser dans un orphelinat ? Vous aimez les gamins à ce que j’ai compris. » Cette question posée plus tôt l’amuse encore. Il n’a toujours pas envie d’y répondre, préférant rester évasif sur un sujet qui, au final, ne la regarde pas, mais il prend un malin plaisir à la titiller. C’est peut-être l’un de ses souhaits. Avec tout ce beau monde autour de lui, ça ne l’étonnerait pas qu’elle ait envie d’avoir son propre harem à son tour. Une équipe de football à elle seule, avec les remplaçants y compris. Observant autour de lui, Nino ajoute : « Ils vous le rendent bien visiblement. » Des petits garnements. Il n’a pas toujours la patience et il est évident que s’il est à l’aise avec les gosses, il supporterait très mal de devoir les avoir dans les pattes à longueur de journée. Quand ils s’y mettent, ils peuvent être infernaux et réparer leurs nombreuses conneries qu’ils reproduiraient juste dans l’optique de rendre les surveillants dingues, très peu pour lui. Ils sont ingrats. « L’alarme est vraiment à vérifier ? » demande-t-il, un sourire en coin, sans avoir réellement besoin d’une réponse. Ce n’est qu’une excuse, n’est-ce pas ? Ou alors il n’y comprend rien. Même en ayant connu la vie d’une femme, cette prison dans un corps comme le sien, cette torture, il ne saisit pas tout.


Nino Carrizo
Victus universis caro ferina est lactisque abundans copia qua sustentantur, et herbae multiplices et siquae alites capi per aucupium possint, et plerosque mos vidimus frumenti usum et vini penitus ignorantes.
Revenir en haut Aller en bas
Leia PellegrinoLe vin est un puissant lubrifiant social
Leia Pellegrino
Voir le profil de l'utilisateur
Faceclaim : Diana Penty : ealitya ; Signa : Mars
Messages : 248 - Points : 507
Nino || Le feu ça brûle.  YUhmwpW
Âge : 33 ans
Métier : Animatrice à l'orphelinat dans lequel elle a grandi
Nino || Le feu ça brûle.  Empty
Sujet: Re: Nino || Le feu ça brûle. ( le Mar 11 Juin 2019 - 2:08 )
Aux paroles du pompier qui appuya que c’était pour les enfants, un sourire se glissa sur le visage de l’Indienne qui détourna aussitôt le regard pour ne pas que l’autre se rende compte qu’elle était contente. Elle ouvrit la marche avec le cœur léger qui battait à toute vitesse dans la poitrine. Il n’avait pas l’air de comprendre à quel point la menace était sérieuse, mais ça c’était parce qu’il n’avait pas d’enfants. Pas grave, une fois que Leia mettra au monde leur premier enfant il saura que ce genre de choses ne peut pas traîner. « Hum ? » Sortant de sa rêverie, elle se rappela qu’il était juste derrière elle, et qu’en plus il lui parlait. « On peut dire ça, oui. » Elle atténuait la réponse. Elle adorait les enfants. Même si elle criait souvent sur les orphelins qui savaient où taper pour qu’elle démarre, elle ne les aimait pas moins pour autant. « J’ai choisi l’orphelinat parce que quelqu’un devait bien le faire. » Elle haussa les épaules alors qu’elle continuait à marcher, se félicitant dans sa tête de sa réponse évasive. Elle ne devait pas donner trop de détails, elle préférait garder les réponses constructives pour leur premier rendez-vous et pour toutes les années à venir. « Ils sont un peu compliqués à gérer mais ça c’est à cause de la vie qu’ils ont mené jusque-là, on ne peut pas leur en vouloir d’être ce qu’ils sont. » Un soupir s’échappa de la barrière de ses lèvres, se souvenant des premiers mois où elle était elle-même arrivée en ces lieux. Si elle n’avait pas eu cette bande d’enfants sur qui elle pouvait toujours compter aujourd’hui, elle ne donnait pas cher de sa peau. Seule, perdue et une jambe en moins avec une colère qui grondait à l’intérieur d’elle… elle avait réussi à canaliser toute sa frustration qu’elle avait enfouit depuis et qu’elle arrivait encore à garder sous contrôle. Ils arrivèrent bien vite dans le dortoir des garçons et sans grande surprise, c’était en désordre parce que ces gamins attendaient qu’on passe derrière eux pour nettoyer. « Cochons. » Siffla la jeune femme, les sourcils froncés, qui se maîtrisait ne pour pas demander aux enfants de venir immédiatement pour qu’elle puisse leur donner des coups de béquilles. Outre le désordre qui la gênait, ses chances que le pompier s’aperçoive que la femme de sa vie se tenait juste en face d’elle, s’atténuait de plus en plus et elle n’aimait pas ça. Elle rougit à sa question, et dû prendre plusieurs secondes avant de trouver une réponse adéquate. « Oui et non… » Se risqua à répondre la jeune femme. « Oui parce qu’il y a une alarme et non parce que… » Elle était sur le point de jouer la carte de l’honnêteté pour l’attendrir et marquer des points, mais c’était sans compter sur ces petits crétins qui décidèrent d’entrer dans la chambre au même instant. « Quoi encore ?! » Lâcha Leia avec plus d’agressivité qu’elle l’aurait voulu, alors qu’un des enfants s’approcha d’elle pour lui tendre un morceau de papier. Elle le dévisagea avant de reporter son regard sur la feuille entre ses mains et comprit qu’elle devait la lire. Se raclant la gorge, elle décida de lire à voix haute. Avec son pompier ils allaient bientôt se marier – bientôt étant un terme très relatif – alors elle ne devait rien lui cacher. « Leia… » Elle s’arrêta à son prénom pour lever le nez de sa feuille et poser son regard sur le jeune homme, l’air de lui faire comprendre que c’était elle. Leia. Le nom de future femme c’était Leia. Un sourire en coin, elle reprit sa lecture. « Leia, ceci est une demande de rançon. On a caché ta jambe quelqu-… » Oh merde. Pas ça. De tous les moments qu’ils auraient pu choisir, il a fallu qu’ils choisissent celui-là pour l’embêter. Elle termina sa lecture et les choses étaient claires. Ces petits cons avaient cachés sa jambe quelque part dans l’orphelinat et voulait qu’elle leur rende le ballon qu’elle avait confisqué la veille. Elle écrasa la feuille dans sa main et la jeta dans le tas de linge sales au sol parce qu’elle n’était plus à ça près. « Vous m’excuserez, je dois aller chercher ma jambe. » C’était une phrase qu’elle n’aurait jamais pensé prononcer un jour. « A moins que vous ne vouliez me venir en aide pour la retrouver plus facile, je vais devoir aller menacer des enfants pour qu’ils me rendent… ma jambe. »  Quel calvaire. Avec de la chance leur premier rencard se déroulerait sans jambe perdue. Et surtout sans enfants. « Vous n'auriez pas une pelle à me prêter, par hasard ? »




‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾
Pretty hurts. You shine a light on whatever's worst. Perfection is a disease of a nation. Pretty hurts, pretty hurts. Pretty hurts. You shine a light on whatever's worst. Tryna fix something but you can't fix what you can't see. It's the soul that needs a surgery. // par mars.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Nino || Le feu ça brûle.  Empty
Sujet: Re: Nino || Le feu ça brûle. ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Nino || Le feu ça brûle. -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Autres quartiers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut