Revenir en haut
Aller en bas


 

- Stephen || Miscalculation -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Tina CambiasoToujours frais après un litre de café
Tina Cambiaso
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3136-i-never-want-to-hear-you-say-i http://www.ciao-vecchio.com/t3155-this-could-be-the-start-of-something-new
Faceclaim : aishwarya rai, moi// signature : batphanie
Messages : 938 - Points : 1797
Stephen || Miscalculation - Page 2 4K7dJ27
Âge : 43 ans, mais elle ment sur son âge, des fois elle dit plus, très souvent elle dit moins
Métier : gérante d'une boutique de vêtements
Stephen || Miscalculation - Page 2 Empty
Sujet: Re: Stephen || Miscalculation ( le Ven 26 Avr 2019 - 5:15 )
Miscalculation
“ STEPHEN & TINA ”


Sans mentir, voir Stephen paniqué face à l’agitation de ses parents ne faisait qu’amuser Tina. Il y avait une raison si elle évitait de leur présenter des gens et si la seule personne ayant fait leur rencontre officielle, avait été son défunt mari. Lui lançant un regard en coin, elle les regarda échanger pendant un court instant. « Appelez-moi Yash. » Dit son père en bombant le torse sans aucune raison apparente. Sa mère quant à elle, alors qu’elle était déjà prête à demander à Stephen de l’appeler maman, se reprit. « Nandini. » Articula-t-elle simplement. Pendant un court instant à la vue de ce tableau, l’Indienne se laissa imaginer ce que pourrait donner un repas de famille avec tout ce beau monde réunit. Mais aussitôt une pensée vint ternir l’image. Une chaise vide à table pour rappeler à la jeune femme qu’une personne manquait à tout ça. D’un regard distrait, elle tourna la tête vers le grand cadre où se trouvait une photo de sa fille, entourée d’une guirlande de fleurs pour indiquer qu’elle n’était plus de ce monde. Son cœur se serra lorsqu’elle s’attarda sur ses traits et très vite elle quitta le monde qui l’entourait pour s’enterrer dans sa tristesse. Cela faisait longtemps qu’elle n’était pas restée aussi longtemps dans cette maison, justement pour éviter de ressentir son absence. Plus les secondes s’écoulaient et plus une certaine amertume s’installait contre cet endroit qui transpirait le souvenir de sa fille. Partout où elle posait les yeux, un souvenir de son enfant lui revenait en mémoire pour infliger à la maman une douleur qui lui prenait aux tripes mais qu’elle ne montrait pas pour ne pas inquiéter ses proches. En sentant son regard s’humidifier à nouveau, elle se racla la gorge doucement pour retenir ses sanglots et s’intéressa à nouveau à la conversation. « En Inde c’est différent. La famille est importante parce que l’union de deux personnes, va unir deux familles ensemble. Parfois les gens rencontrent la personne avec qui ils vont passer le reste de leur vie, le jour de leur mariage. » Commença à expliquer son père. « Dans certaines familles, l’amour n’est pas quelque chose de primordial dans le fondement d’une relation. Le mariage vient en premier et l’amour ensuite. » Un mariage arrangé en d’autres termes. « C’est comme ça que j’ai rencontré ma femme. Nos parents ont passé un accord et nous nous sommes rencontrés le matin même de notre mariage. Au début elle me faisait peur, elle était aussi folle que Tina. » Poursuivit-il. « Ca c’était gratuit. » Commenta l’Indienne qui avait récupéré la main de sa mère dans la sienne pour écouter le récit de leur histoire. « Mais dès le moment où j’ai su comment l’apprivoiser, ça a tout de suite été mieux. Je suis tombé amoureux d’elle le lendemain de notre mariage ; elle m’a envoyé un vase en pleine tête mais a raté. » Tina tenait bien de sa mère. « Mais les jeunes aujourd’hui préfèrent choisir eux-mêmes leur mari. Ce que je respecte. » Il leva les mains pour accompagner ses paroles. « 46 ans de mariage cette année. » Souligna sa mère. En se redressant, Tina poussa un soupir face à une telle histoire qui lorsqu’elle était petite, arrivait à la faire rêver. Aujourd’hui elle réalisait que le mariage n’était pas fait pour tout le monde. Le sien avait duré quatre ans seulement et même si son mari avait survécu, elle n’était pas certaine d’arriver aussi loin. « C’est beau. Mais le mariage c’est compliqué et c’est pas fait pour tout le monde. » Fit l’Indienne. « Le mieux je pense c’est de prendre son temps et ne rien précipiter. » Chose qu'elle avait décidé de faire avec Stephen. Peu importe où leur mènerait cette relation, elle avait envie de savourer chaque étape sans toutes les brûler comme ils avaient pu le faire jusque-là.


AVENGEDINCHAINS


My torturer became my remedy
So we're gonna heal, we're gonna start again. You've brought the orchestra. Synchronized swimmers, you are the magician. Pull me back together again the way you cut me in half. Make the woman in doubt disappear. Pull the sorrow from between my legs like silk, knot after knot after knot.
The audience applauds...▬ but we can't hear them.
Revenir en haut Aller en bas
Stephen Ferrante10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Stephen Ferrante
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5196-stephen-the-devil-inside-me#165603
Faceclaim : Tom Ellis (ealitya)
Je suis absent-e : JE SUIS COMME VIANNEY PAS LÀ EUKÉ ? (de retour aux alentours du 8 mai pour faire la paix)
Messages : 501 - Points : 999
Stephen || Miscalculation - Page 2 Tumblr_omo742jYJq1u9mxoto3_500
Âge : 42 ans (21.01.77)
Métier : Il fut un temps où il était criminologue mais il a changé de plan après la mort de sa fiancé. Il reste consultant pour Interpol mais a ouvert sa boite de nuit Il Diavolo en référence au diable
Stephen || Miscalculation - Page 2 Empty
Sujet: Re: Stephen || Miscalculation ( le Ven 26 Avr 2019 - 5:38 )
Miscalculation
“ STEPHEN & TINA ”


J’étais perdu dans mes pensées alors que les parents se présentaient chacun leur tour. Ainsi la familiarité s’installait un peu plus entre nous et je les trouvais très compréhensifs vu le passif de Tina. Mais je n’en pipai mot, trop perdue dans mes pensées. Je pouvais voir que Tina n’était plus de ce monde non plus. Son regard était voilé et elle avait son regard de dirigé vers un cadre. Celui où trônait sa fille. Alors que j’avais enfoui toutes les photos de Daphnée bien loin. Sous une pile de dossiers et que je ne m’autorisai à la pleurer que ce maudit 21 mai dont l’échéance approchait à grands pas. Je les écoutai me parler de leur tradition avant de retourner m’asseoir car je commençai à souffrir un peu de ma blessure. Elle n’était pas totalement refermée et ce n’était pas avec l’alchimie sexuelle qui régnait entre nous que j’allais guérir. « Hm. » je demeurai pensif dû à leurs confessions alors que tout le monde me comptait différente histoire. « Je préfère votre méthode. » Ma voix se fit plus dure mais je ne pouvais pas aller au-delà. Je n’avais jamais eu d’exemples en termes de mariage. « Mes parents se sont mariés par profit. » Je sortis une pièce de ma poche. Pièce porte-bonheur que je fis tourner entre mes doigts. « Ma mère était riche, mon père ambitieux. Ils ont eu un héritier du premier coup. Mais chacun demeurait volage sans se soucier un seul instant du bien-être de leur enfant. » Je fis sauter la pièce dans ma paume. Je n’avais jamais eu de modèles parentaux non plus. Mais je ne pouvais décemment pas confier ceci à des étrangers, ni à Tina. L’image qu’elle aurait de moi. « Vous avez une bien belle famille, Yash. Et même si j’aime énormément votre fille, je ne peux pas vous imposer ma famille. » Et pour cause, que mes parents ne m’avaient sans doute jamais aimé. Et que selon leurs traditions, tout n’était qu’une sorte de pacte. Sans doute devrais-je rompre avec Tina à cet instant-même ? Mais égoïstement, je n’en avais pas envie. Je vis de nouveau rebondir la pièce qui atterrit dans ma paume. Geste nerveux puisque je ne pouvais pas confier. « Le mariage n’est pas fait pour tout le monde. » Les mots de Tina ne cessaient de tourner dans ma tête. Elle avait bel et bien trompé son mari. Tout comme Daphnée l’avait fait envers moi. La vision d’elle dans les bras d’un autre s’imposa à mon esprit. « J’ai besoin d’un instant. Je dois parler à quelqu’un. » Je me relevai pour lisser mes mains. « L’heure d’avoir une conversation avec ma… » Je déglutis, conscient que c’était effectivement l’heure de mon appel hebdomadaire à Camii. J’en avais épargné Tina pour qu’elle ne souffre pas, vu la récente perte de Priya. «… fille. Je vais vous laisser. Ce fut un plaisir de faire votre connaissance. » Je m’approchai de Tina pour poser à nouveau mes lèvres sur son front. « Rentre quand tu seras prête, ok ? Profite de ta famille. Vous êtes tous les deux un couple charmant et avez élevé une femme forte et magnifique. » Je joignis mes mains pour les remercier avant de prendre congé. Sans doute trop vite. Ou de manière trop impolie. Mais la confiance, ça ne s’instaure pas en deux temps trois mouvements. A peine sorti, je composai le numéro de Camii trop perdu dans mes pensées pour la voir en facetime. L’espace d’un instant où je ne fis pas attention et où sous le poids des émotions et de mon passé, mes genoux cédèrent sous mon poids et que je me retrouvai à même le trottoir à quelques centaines de mètres du domicile de Tina, perdu dans mes noirs démons.


AVENGEDINCHAINS


Stina
LET BEAUTY
COME OUT OF ASHES

Revenir en haut Aller en bas
Tina CambiasoToujours frais après un litre de café
Tina Cambiaso
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3136-i-never-want-to-hear-you-say-i http://www.ciao-vecchio.com/t3155-this-could-be-the-start-of-something-new
Faceclaim : aishwarya rai, moi// signature : batphanie
Messages : 938 - Points : 1797
Stephen || Miscalculation - Page 2 4K7dJ27
Âge : 43 ans, mais elle ment sur son âge, des fois elle dit plus, très souvent elle dit moins
Métier : gérante d'une boutique de vêtements
Stephen || Miscalculation - Page 2 Empty
Sujet: Re: Stephen || Miscalculation ( le Ven 26 Avr 2019 - 14:01 )
Miscalculation
“ STEPHEN & TINA ”


Attentive au récit de son père, Tina n’avait même pas remarqué l’attitude étrange de Stephen à ses côtés. Son attitude avait soudainement changé et même s’il ne le montrait pas explicitement, la jeune femme avait noté le changement rien que dans le ton qu’il employait. Les sourcils légèrement froncés à moitié avachie contre sa mère, elle l’observait du coin de l’œil tandis qu’il se mettait à parler de sa famille. Ca lui faisait bizarre. Pas une seule fois il n’avait mentionné sa famille ou même ses parents depuis qu’ils étaient ensemble. D’un côté, peut-être était-ce parce que c’était trop tôt. Même s’ils semblaient très proches, Tina réalisait malgré elle qu’elle ne savait presque rien du passé de son compagnon si ce n’était son histoire avec Daphnée. Mais même là elle n’était pas sûre de tout savoir parce qu’elle n’avait jamais posé de questions. Pas parce que ça ne l’intéressait pas, mais parce qu’elle avait peur de ne pas avoir comment s’y prendre pour obtenir des informations sans le replonger dans des souvenirs amers ou douloureux. A l’entendre, elle comprit rapidement pourquoi au-delà de la tristesse de son histoire, il ne la mentionnait jamais. A cause de la pitié que ça inspirait chez les gens, et comme Stephen était Stephen, c’était bien la dernière chose qu’il avait envie de voir dans le regarde de sa bien aimée. Comme un geste tendre, Tina se redressa pour poser une main dans son dos qu’elle caressa doucement. Elle arrêta ses geste circulaires lorsqu’il fini par lâcher qu’il ne pouvait pas imposer sa famille à la sienne, se demandant ce qu’il pouvait entendre par là. Le regard sérieux alors que personne ne parlait plus, l’Indienne posa un regard insistant sur le criminologue comme pour essayer de lire ses traits mais elle n’en tira rien. Il semblait perturbé par quelque chose qu’elle n’arrivait pas à définir et ses traits tiraillés par ses pensées n’aidaient en rien la jeune femme. « Stephen, tu… » Elle n’eut pas le temps de terminer sa phrase que déjà il annonçait son besoin de prendre l’air. « Oh. » Elle comprenait, gérer ses parents pouvait être prenant, ça l’étonnait même qu’il ne soit pas resté plus longtemps dehors lorsqu’il en avait eu l’occasion. Elle s’arrêta de respirer en entendant qu’il allait discuter avec sa fille, un sentiment étrange l’envahit sans vraiment savoir de quoi il s’agissait. Une pointe de tristesse de ne plus pouvoir en dire de même, mêlé à de la jalousie qu’il en ait une et pas elle. « Ta fille. » Souffla-t-elle en hochant la tête avant de détourner le regard sans savoir comment se comporter à ce moment-là. Elle profita de la douceur de ses lèvres une dernière fois et le regarda s’éloigner, toujours sans dire un mot. Ses parents ne l’avaient pas quittée du regard, aussi perdus qu’elle. « Tina je pense que… » Sans même lui laisser le temps de terminer, elle  se leva d’un bond et quitta la pièce pour monter à l’étage dans sa chambre. Tout avait si bien commencé qu’elle ne comprenait pas pourquoi est-ce que la situation était devenue soudainement étrange. Est-ce qu’il avait des doutes la concernant ? Elle n’était pas venue ici dans le but d’officialiser leur histoire en parlant de mariage. C’était ses parents qui avaient mentionné ça, pas elle. Et même si elle l’avait fait elle ne voyait pas où était le problème, ce n’était pas lui qui avait fait toute une histoire en la présentant officiellement à son club ? Et qui clamait qu’elle lui appartenait ? Et le bijou qu’elle n’osait pas enlever autour de son poignet, n’était-ce pas déjà un signe que leur histoire était sérieuse ? Elle aussi avait besoin d’air.

Après avoir fait les cent pas au pied de son lit, elle alla finalement s’installer sur le balcon où elle pouvait observer les gens d’en haut sans qu’ils ne la voient elle. Penchée presque en avant, elle essaya de repérer la silhouette de son géant au loin, mais aucun signe de lui. Sortant en trombe de sa chambre, elle alla dans la chambre de sa fille pour récupérer un sac dans lequel elle enfourna quelques affaires sans vraiment prêter attention à ce qu’elle prenait, et descendit avec la même intensité les escaliers. Elle alla saluer ses parents qui n’avaient toujours pas bougé du salon, et leur annonça qu’elle allait rentrer à son tour. Elle déposa un baiser sur la joue de sa mère, puis son père, et sortit de la maison un sac rempli sur son épaule. Arrivée à la voiture, elle se rendit compte que c’était elle qui avait les clés et que Stephen était parti à pieds vu qu’il n’était trouvable nulle part. De plus en plus étrange cet homme. D’un geste las, elle passa derrière le volant et commença à prendre le chemin inverse pour rentrer à la villa, mais à peine avait-elle fait quelques mètres que quelque chose attira son regard. Sur le trottoir était étalé quelque chose, ou plutôt quelqu’un. L’Indienne mit du temps à ajuster sa vision et lorsqu’elle réalisa qu’il s’agissait du criminologue, elle freina brutalement alors que son cœur venait se cogner à sa poitrine. Sans même prendre la peine de retirer les clés du contact, elle fonça à toute allure vers Stephen et tomba à genoux à ses côtés. « Stephen ? » Appela l’Indienne, toute l’inquiétude perceptible dans sa voix. Avec le peu de force qu’elle avait, elle s’arrangea pour le tenir fermement dans ses bras prise d’une soudaine panique. « Stephen réponds-moi. » Intima Tina d’une voix trop frêle pour être prise au sérieux. Paniquée, elle devait appeler les secours mais ne se souvenait plus d’où elle avait rangé son téléphone. Avec la même agitation elle récupéra le téléphone de l’Américain qui était tombé juste à côté de lui, et en se rendant compte qu’il y avait une personne au bout du fil, elle hésita un instant avant de lui parler. C’était sa fille. Est-ce qu’elle devait lui parler ? Lui dire quelque chose ? Raccrocher ? Portant le téléphone à son oreille, elle fit ce qu’il lui semblait être le plus logique à faire. « Je m’occupe de ton père, il te rappellera plus tard. » Elle attendit quelques secondes avant d’obtenir une réponse, mais quand rien ne vint elle raccrocha pour appeler les secours qui seraient plus à même de l’aider.  


AVENGEDINCHAINS


My torturer became my remedy
So we're gonna heal, we're gonna start again. You've brought the orchestra. Synchronized swimmers, you are the magician. Pull me back together again the way you cut me in half. Make the woman in doubt disappear. Pull the sorrow from between my legs like silk, knot after knot after knot.
The audience applauds...▬ but we can't hear them.
Revenir en haut Aller en bas
Stephen Ferrante10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Stephen Ferrante
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5196-stephen-the-devil-inside-me#165603
Faceclaim : Tom Ellis (ealitya)
Je suis absent-e : JE SUIS COMME VIANNEY PAS LÀ EUKÉ ? (de retour aux alentours du 8 mai pour faire la paix)
Messages : 501 - Points : 999
Stephen || Miscalculation - Page 2 Tumblr_omo742jYJq1u9mxoto3_500
Âge : 42 ans (21.01.77)
Métier : Il fut un temps où il était criminologue mais il a changé de plan après la mort de sa fiancé. Il reste consultant pour Interpol mais a ouvert sa boite de nuit Il Diavolo en référence au diable
Stephen || Miscalculation - Page 2 Empty
Sujet: Re: Stephen || Miscalculation ( le Ven 26 Avr 2019 - 18:14 )
Miscalculation
“ STEPHEN & TINA ”


Douze ans plus tôt,
Je me tenais debout dans l’embrasure de la porte, regardant le spectacle sans bouger. Sans ciller. Elle était au-dessus de lui, lui prodiguait de l’affection, lui murmurant des mots doux. Puis comme si elle avait senti sa présence, elle s’était retournée vers moi et m’avait vu. Je ne bougeai toujours pas. « Stephen, furent les mots qui me sortirent de ma torpeur. » Je fonçai alors vers eux tandis qu’elle se recroquevilla dans un coin de la pièce. Entièrement nue et me fixait avec une peur nouvelle dans le regard. Je n’allais lui faire aucun mal. Je ne la toucherai pas mais je soulevai l’homme de terre avant d’abattre mon poing sur sa mâchoire, encore et encore. Un cri animal, primal, s’éleva de ma gorge tandis que je continuai à frapper encore et encore. Plusieurs cris se muèrent les uns avec les autres. Celui de Daphnée qui se jeta sur moi pour sauver son amant. « Stephen, arrête. » Deux visions se juxtaposèrent alors. Une brune, une blonde. Je perdis le sens des réalités alors que mes genoux cédèrent sous moi. J’aurai pu sentir le gout du sang sur ma langue. « Pourquoi ? POURQUOI ? » Elle me fit face, du haut de toute sa splendeur complètement nue. « Aucune femme ne peut t’aimer. Ta propre mère n’a même pas pu. » Et elle avait entièrement raison. Un nouveau cri de douleur s’éleva de ma gorge alors que j’aurai été près à tout pour elle. Mais si j’avais su : je l’aurai étranglé moi-même.

De nos jours,
Sous le poids de mes souvenirs, mes genoux cédèrent à nouveau. Je sentis le craquement de leur impact sur le bitume alors que je demeurai le dos voûté. Les démons sont souvent prompts à ressurgir au moment où l’on ne s’y attend le moins. Je restai les yeux dans le vague un moment sans voir la moto débouler. Mon corps prit dans l’appel d’air émit un vol plané avant d’atterrir lourdement quelques mètres plus loin. La zone était déserte et il n’y avait personne. Je restai donc allongé avant d’entendre une voiture s’arrêter enfin. On pourrait facilement me prendre pour un ivrogne. Ou quelqu’un de drogué tant mon visage devait paraitre blanc. Je sentis des mains me soulever et une voix dont je n’arrivai pas à discerner la provenance s’insinuer dans mon esprit. Ce n’était pas celle de Daphnée. Mon regard voilé, je tentai de cligner des yeux pour essayer de comprendre, de voir cette personne dont les mains ne cessaient de me maintenir. Ma tête se redressa alors qu’on parlait à toute vitesse. « Je… » Mon mot ne fut en tout et pour tout qu’un râle. « Vais… » J’essayai de bouger la main et la soutenir me prit un effort insurmontable. « … Bien. » Peu à peu, mon esprit s’éclaircisse pour revenir au présent. Encore une fois, j’avais fait preuve de négligence comme lors des raids où je m’étais pris des balles. A chaque fois, elle s’insinuait dans mon esprit comme un fantôme pour venir répandre son venin. Comme Adonis, j’avais été victime de maltraitance psychologique. « Aucune femme ne peut t’aimer, même ta propre mère n’a pas pu, citai-je de ma voix rauque avant de me redresser dans un râle. » Mon corps semblait fait de béton alors que mon regard fit enfin le focus pour constater qu’il s’agissait de Tina. « … Tu devrais… quelqu’un de mieux. Je suis bousillé. » Je cherchai mon téléphone à tâtons mais il n’était plus dans l’herbe. Que de la brume. « Désolé d’être parti… » Le lien entre les familles. Ce fut sans doute trop pour moi. Je déglutis avant de sentir ma tête devenir de plus en plus lourde. Je dus faire un effort insurmontable pour garder connaissance, les yeux rivés dans le vide.



AVENGEDINCHAINS


Stina
LET BEAUTY
COME OUT OF ASHES

Revenir en haut Aller en bas
Tina CambiasoToujours frais après un litre de café
Tina Cambiaso
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3136-i-never-want-to-hear-you-say-i http://www.ciao-vecchio.com/t3155-this-could-be-the-start-of-something-new
Faceclaim : aishwarya rai, moi// signature : batphanie
Messages : 938 - Points : 1797
Stephen || Miscalculation - Page 2 4K7dJ27
Âge : 43 ans, mais elle ment sur son âge, des fois elle dit plus, très souvent elle dit moins
Métier : gérante d'une boutique de vêtements
Stephen || Miscalculation - Page 2 Empty
Sujet: Re: Stephen || Miscalculation ( le Ven 26 Avr 2019 - 18:47 )
Miscalculation
“ STEPHEN & TINA ”


A peine avait-elle composé le numéro des secours qu’elle le sentit bougé dans ses bras. Ne prêtant pas vraiment attention à lui tandis que ses doigts se perdaient dans ses cheveux pour l’inciter à ne pas faire d’efforts, elle oublia l’espace d’un instant à qui elle avait à faire. Son visage avait perdu toutes ses couleurs et uniquement ses pupilles sombres se démarquaient du reste de ses traits. Et malgré sa mauvaise mine il parvenait encore à vouloir défier la vie en faisant des efforts inutiles. « Ne bouge pas. » Souffla l’Indienne qui toujours paniquée, était rassurée de savoir qu’au moins il était encore vivant. Son cœur battait à toute allure dans sa poitrine et se figea au même que tout son corps lorsqu’il prit la parole. « Quoi ? » Demanda la jeune femme comme si elle n’avait pas bien entendu. Elle ne savait pas vraiment s’il lui parlait à elle ou s’il était en train de délirer. Les sourcils froncés, elle laissa se redresser et eut même un petit mouvement de recul pour le laisser manœuvrer, toujours autant perdue. Pourquoi avait-il dit ça ? Il parlait de sa mère à lui ? Ou celle de la jeune femme ? A cause de l’état de panique dans lequel elle était, Tina ne comprit bien plus tard qu’il citait ce que lui avait dit sa défunte fiancée. La souffrance pouvait se lire sur son visage alors qu’il usait encore de ses dernières forces pour parler. « Stephen… » Souffla l’Indienne qui avança une main pour le toucher et essayer de l’aider à se soutenir, mais son geste resta suspendu dans les airs à ses paroles qui la frappèrent en plein cœur comme un million de couteau qu’on lui plantait encore et encore. Est-ce qu’il était en train de rompre avec elle ? Elle savait que ses parents pouvaient être envahissants, mais était-ce une raison pour lui de vouloir rompre avec elle ? Elle ne comprenait vraiment pas ce qui était en train de se passer. Une minute il parle d’être un gendre idéal, celle d’après il estime qu’elle mérite mieux. Elle fut sortie du fil de ses pensées en entendant la voix au bout du fil demander encore et encore s’il y avait quelqu’un. Avec tout ça elle avait oublié qu’elle avait décidé d’appeler les secours avec son téléphone. Elle lança un simple regard au téléphone dans sa main et raccrocha sans même s’excuser, avant de poser un regard dur sur Stephen. Elle ignorait ce qui se passait dans sa tête, mais elle était sûre d’une chose : il n’y aurait aucune rupture aujourd’hui. Avec la même détermination, elle se rapprocha du criminologue et de son long corps fragile, et le força à poser sa tête sur son épaule sans dire  un mot alors qu’elle se trouvait toujours à genoux devant lui. Elle déposa un baiser sur son front puis sa tempe et reprit d’enfoncer ses doigts dans ses cheveux. « Moi je suis en train de tomber amoureuse. » Souffla Tina d’une petite voix. « Alors comment on fait ? » Sa question était rhétorique parce qu’il n’y avait rien à faire. Les sentiments ne cessaient de grandir à toute vitesse dans son cœur et les derniers jours passés dans sa villa à se comporter comme s’ils étaient ensemble depuis longtemps avait accéléré le processus. « Ecoute-moi. » Elle lui prit le visage entre les mains pour l’obliger à le regarder. « On va rentrer et tu vas aller te reposer, ok ? Tu dois te ménager, tu ne sais plus ce que tu dis. » Du moins elle l’espérait, sinon faible ou pas, elle ne le louperait pas.  


AVENGEDINCHAINS


My torturer became my remedy
So we're gonna heal, we're gonna start again. You've brought the orchestra. Synchronized swimmers, you are the magician. Pull me back together again the way you cut me in half. Make the woman in doubt disappear. Pull the sorrow from between my legs like silk, knot after knot after knot.
The audience applauds...▬ but we can't hear them.
Revenir en haut Aller en bas
Stephen Ferrante10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Stephen Ferrante
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5196-stephen-the-devil-inside-me#165603
Faceclaim : Tom Ellis (ealitya)
Je suis absent-e : JE SUIS COMME VIANNEY PAS LÀ EUKÉ ? (de retour aux alentours du 8 mai pour faire la paix)
Messages : 501 - Points : 999
Stephen || Miscalculation - Page 2 Tumblr_omo742jYJq1u9mxoto3_500
Âge : 42 ans (21.01.77)
Métier : Il fut un temps où il était criminologue mais il a changé de plan après la mort de sa fiancé. Il reste consultant pour Interpol mais a ouvert sa boite de nuit Il Diavolo en référence au diable
Stephen || Miscalculation - Page 2 Empty
Sujet: Re: Stephen || Miscalculation ( le Ven 26 Avr 2019 - 20:25 )
Miscalculation
“ STEPHEN & TINA ”


Quand les gens s’insinuent dans votre tête, ce n’est généralement pas pour laisser une bonne impression. Mes parents avaient œuvré à ce que je sois un légume, un déchet, fonctionnant en marge de la société sans pour autant me laisser bouffer. J’avais appris à me réfugier dans mes connaissances, à valider mes années, à travailler dur pour arriver au sommet. Mais dans le fond, n’était-ce pas pour entendre mon père dire un jour : je suis fier de toi, fils ? Ma mère ne m’avait jamais adressé un regard comme si avoir une fille coulait de nécessité pour elle. Alors, j’ai grandi avec une famille désunie. Voir Tina qui avait la sienne à ses côtes, la voir en avoir honte et les rejeter limite : me mettait en colère en proie à la jalousie. J’aurai tout donné au monde pour avoir ce qu’elle avait eu mais pas pour vivre ce qu’elle avait vécu. Nous devions chacun apprendre à vivre avec nos troubles et nos fantômes. Mais comment faire quand nos fantômes se transforment en démons ? j’avais réfléchi à ce que j’éprouvai pour elle durant notre séparation. Elle était la première femme qui faisait tomber mes barrières et qui essayait de voir sous les différents masques. Mais toutes les paroles qu’elle m’avait dites étaient fondées. J’étais un esclave, j’étais insignifiant. Et comme heurter par la pensée malhabile de Daphnée, j’avais fini à terre. Nous avions chacun nos propres combats à mener et celui-ci se ferait seul. Mais comme une divine providence : Tina vint jusqu’à moi. Ou alors elle parvint à ma hauteur. Je demeurai un instant, perdu dans mes pensées, voilé. Je ne discernai plus rien si ce n’étaient mes pires cauchemars. Ce n’était plus Daphnée que je voyais avec un autre homme : c’était elle. Je ne voulais pas l’épouser. Pas parce que je n’avais pas sentiments pour elle mais parce qu’elle l’avait si bien dit. Je n’aspirai qu’à ça. une vie calme, une vie rangée. Mais toutes les fois où j’avais voulu le faire ou plutôt l’unique fois : la femme était partie et m’avait tourné le dos. Ma main me semblait si lourde, si difficile à manier. J’avais si mal au crâne. La moto ne m’avait pas loupé. Je restai en suspens à nouveau comme si la noirceur menaçait de m’avaler. Maniable, elle me souleva pour poser ma tête sur son épaule et j’émis un grognement de douleur. Une douleur sourde qui provenait de l’arrière de ma tête, là où avait eu l’impact. « On fait avec, murmurai-je. » Ma main se posa sur la sienne. N’était-ce pas elle qui disait que tout allait sans cesse trop vite ? N’était-ce pas elle qui avait refusé le bracelet comme signe d’indépendance ? « J’ai.. » Je fermai un instant les yeux, luttant pour garder conscience, luttant pour rester éveillé. « Mal à la tête, dis-je d’une voix si faible qu’elle ne m’entendrait pas. » J’avais une douleur sourde à l’arrière de ma tête mais je n’osai pas regarder. Tout partait en fumée. Je n’y comprenais plus rien. je tentai dans ma tête de dissocier Daphnée de Tina. Mais le coup porté m’avait vraiment sonné si bien que je n’y comprenais pas. « Moi au… » Je fis la grimace pour tenter de bouger. La position était inconfortable. « moi aussi je suis tomb… tombé amoureux de toi. » Je n’osai cependant la regarder, conscient qu’elle allait me le faire payer. Après tout, j’avais été celui imprudent. J’avais quitté une réunion familiale de manière impromptue mais j’avais juste… « peur. J’ai peur, murmurai-je avec honte. » Car c’était assez risible quand on y pense. D’avoir peur de vivre une relation avec une femme. Mais elle avait eu ses doutes, à mon tour d’avoir les siennes. « Je… je ne suis pas très doué pour ça. » Les relations. Après tout, je n’avais pas trop d’exemples puisque je n’avais eu qu’une seule relation et bien des amantes. « j’ai… il faut que tu… me… » Un nouvel élan de douleur me prit à la tête et bien que j’avais envie de toucher je me retins. J’allais essayer de bouger quand des pas se mirent à courir vers nous. « Je suis désolé, hurla la personne. Je suis désolé, je ne l’avais pas vu. » Le motard, je supposai. « Est-ce qu’il va bien ? » Je n’osai tourner la tête. Il ne manquait plus que ça. « Je vous jure que je ne l’avais pas vu. Je roulais trop vite et je m’en suis rendu compte trop tard. »
Bon, j’étais mort.
Adieu la vie.
 


AVENGEDINCHAINS


Stina
LET BEAUTY
COME OUT OF ASHES

Revenir en haut Aller en bas
Tina CambiasoToujours frais après un litre de café
Tina Cambiaso
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3136-i-never-want-to-hear-you-say-i http://www.ciao-vecchio.com/t3155-this-could-be-the-start-of-something-new
Faceclaim : aishwarya rai, moi// signature : batphanie
Messages : 938 - Points : 1797
Stephen || Miscalculation - Page 2 4K7dJ27
Âge : 43 ans, mais elle ment sur son âge, des fois elle dit plus, très souvent elle dit moins
Métier : gérante d'une boutique de vêtements
Stephen || Miscalculation - Page 2 Empty
Sujet: Re: Stephen || Miscalculation ( le Ven 26 Avr 2019 - 21:19 )
Miscalculation
“ STEPHEN & TINA ”


Face à un manque de réaction, elle préféra ne rien dire. Vu l’état dans lequel il se trouvait elle ne s’attendait pas à ce qu’il lui saute dans les bras et la porte comme il l’aurait fait d’habitude, mais elle aurait juste espéré… Autre chose ? C’était égoïste de sa part de vouloir ça vu l’état de souffrance dans lequel se trouvait le jeune homme, mais elle ne pouvait pas s’en empêcher. Pas une seule fois elle n’avait évoqué ses sentiments depuis le début de leur relation de peur de ne dire une bêtise. A cause de son état émotionnel fragile, elle avait juste eu peur de dire quelque chose qu’elle ne pensait pas réellement parce qu’elle voulait croire qu’elle avait quelqu’un à qui elle tenait encore dans ce monde. Mais plus elle passait de temps avec lui et plus elle se rendait compte que les sentiments qui s’étaient implantés dans son cœur depuis leur première rencontre n’avait fait que pousser au point qu’elle envisage enfin un avenir avec cet homme. Elle tombait amoureuse et clairement, ça la terrifiait. La dernière fois qu’elle avait éprouvé de tels sentiments pour un homme, elle s’était retrouvée pour ensuite se rendre compte que ce n’était pas ce qu’elle voulait. Comment être certaine ici qu’il était le bon ? Qu’il la rendrait heureuse ? Qu’elle ne souffrirait pas une fois de plus en se jetant corps et âme dans cette relation intense ? Justement elle l’ignorait, mais à mesure que les choses avançaient avec Stephen, son cœur ne faisait que confirmer à l’Indienne qu’il valait ce risque. Il valait cette mise à nue et cette vulnérabilité qu’elle refusait de donner à qui que ce soit pour éviter d’être encore plus brisée par la vie. Mais… C’était lui. Elle vendait son âme au diable et y laissait son cœur au passage. Elle était prête.

Au bout de quelques secondes alors qu’elle terminait sa tirade dans sa tête, elle se rendit compte que sa main se couvrait d’un liquide rouge lui recouvrait la main qu’elle avait laissé se perdre dans ses cheveux. « Tu saignes. » Lâcha l’Indienne, la panique perceptible dans sa voix ainsi que dans son regard, elle le libéra pour se relever à son tour et appeler les secours. Le téléphone en main, ni une, ni deux, elle composa le numéro des urgences pour qu’on lui envoie une ambulance le plus rapidement possible, le temps d’attente lui semblant interminable. Elle laissa retomber sa main en entendant ses paroles qu’il chuchotait presque, la voix lui manquant. Et sur le coup, Tina aussi n’avait plus de voix. Elle souriait mais la peur reprit rapidement le dessus ainsi que son impatience en entendant toujours sonner. Furieuse, elle raccrocha pour s’approcher un peu plus de Stephen, peut-être qu’elle pourrait l’emmener elle-même jusqu’aux urgences. « Stephen, écoute-moi. » Dit-elle d’une petite voix sans prêter attention à ce qu’il disait en s’approchant doucement de lui. « Chéri, écoute-moi. » C’était la première fois qu’elle l’appelait ainsi, mais ça devait sûrement lui passer au-dessus vu le moment critique. Elle avait juste envie de le faire taire pour lui expliquer qu’elle allait peut-être devoir l’emmener aux urgences, mais il n’en faisait qu’à sa tête. Alors qu’elle allait tenter une troisième fois, des pas arrivèrent dans sa direction et un mélange d’émotions traversa Tina. « Il mesure deux mètres. » Cracha Tina avec amertume pour faire comprendre au motard qu’elle ne croyait pas vraiment en son excuse. « Voyez par vous-même. » Sur le même ton exaspéré, elle fit un signe de la main vers Stephen qui agonisait dans son coin tandis que l’inconnu continuait de se confondre en excuse, comme si c’était le bon moment. « Rendez-vous utile et… » Elle n’eut pas le temps de finir sa phrase que Stephen était déjà étendu sur le sol, inconscient.

_______________________________________ 

La scène était tellement irréelle qu’elle n’était même pas sûre de l’avoir vécu. La seule chose dont se souvenait Tina c’était du son de sa voix qui avait transpercé ses cordes vocales en voyant Stephen allongé là, inconscient. Elle avait cru à une mauvaise blague de sa part et avait essayé de le réveiller à coup de claques (des petites). Mais en voyant que ça ne servait à rien, elle commença à envisager le pire et de grosses larmes se mirent à couler le long de ses joues. Une violente douleur traversa sa poitrine en sentant le souffle froid de la mort se glisser dans son dos pour lui enlever une personne de plus.

Sans trop savoir comment, elle était assise dans ce couloir d’hôpital à attendre qu’on lui donne le feu vert pour rejoindre son compagnon. Les yeux dans le vide, les cheveux en bataille et le chemiser tâché de sang parce qu’elle avait essayé de faire elle ne savait trop quoi sans le bouger de peur de le blesser encore plus. En d’autres termes, le chaos. Ses mains étaient toujours tâchées de son sang et quelque part elle n’avait pas eu le courage de les laver, parce qu’elle se disait bêtement que c’était peut-être la dernière chose qu’elle garderait de lui. « Mademoiselle ? » D’un bon, elle se leva comme poussée par une énergie nouvelle. En quelques mots que l’Indienne ne comprit même pas, elle capta juste qu’il irait bien et qu’il lui faudrait beaucoup de repos. « Je peux le voir ? » Demanda sa voix fragile et toute tremblotante. A son hochement de tête, elle n’attendit pas plus longtemps pour aller retrouver son géant et laissa échapper un sanglot en le voyant allongé là. D’un pas lent, elle s’approcha de lui et déposa avec tendresse ses lèvres sur son front. « Si tu me fais l’affront de mourir, je te fais la promesse d’aller te chercher jusqu’en Enfer ou peu importe où tu seras, pour te faire ta fête. » Murmura Tina. « J’étais déjà à deux doigts de t’achever dans la rue, mais il y avait trop de témoins. » Elle plaisantait à peine.


AVENGEDINCHAINS


My torturer became my remedy
So we're gonna heal, we're gonna start again. You've brought the orchestra. Synchronized swimmers, you are the magician. Pull me back together again the way you cut me in half. Make the woman in doubt disappear. Pull the sorrow from between my legs like silk, knot after knot after knot.
The audience applauds...▬ but we can't hear them.
Revenir en haut Aller en bas
Stephen Ferrante10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Stephen Ferrante
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5196-stephen-the-devil-inside-me#165603
Faceclaim : Tom Ellis (ealitya)
Je suis absent-e : JE SUIS COMME VIANNEY PAS LÀ EUKÉ ? (de retour aux alentours du 8 mai pour faire la paix)
Messages : 501 - Points : 999
Stephen || Miscalculation - Page 2 Tumblr_omo742jYJq1u9mxoto3_500
Âge : 42 ans (21.01.77)
Métier : Il fut un temps où il était criminologue mais il a changé de plan après la mort de sa fiancé. Il reste consultant pour Interpol mais a ouvert sa boite de nuit Il Diavolo en référence au diable
Stephen || Miscalculation - Page 2 Empty
Sujet: Re: Stephen || Miscalculation ( le Dim 28 Avr 2019 - 20:58 )
Miscalculation
“ STEPHEN & TINA ”


Ce n’était pas la première fois que j’avais un accident et à mon avis, ça ne serait pas la dernière. J’avais l’habitude de plonger dans l’inconscience et de tomber pendant des heures et des heures sans trop savoir où atterrir. Souvent, je pouvais rêver à des scènes passées comme au contact de Daphnée ou à des scènes futures comme au contact de Camii. J’imaginai ce que serait mon futur si je revenais à la vie et je reprenais forme. Auparavant je n’avais aucune motivation. Je n’avais ni femme ni enfant mais là, tout avait changé. J’avais bel et bien une femme à mes côtés et quelle femme ! Une femme qui allait sans doute me castrer quand je reviendrai à moi à cause de mon imprudence mais elle s’y ferait. Je n’exerçai pas le métier le plus simple et je n’avais aucune intention d’en changer pour avoir une vie tranquille et rangée. Je n’avais pas eu mon doctorat dans le but de le ranger au placard pour ses beaux yeux mais elle était de feu et de flammes. J’avais conscience que vue la torpeur dans laquelle j’étais plongée, je devais être à l’hôpital sous morphine. Mais je m’en fichai pas mal. Je restai donc les yeux fermés le plus longtemps possible alors que j’entendais les gens s’agiter autour de moi. Les médecins, les infirmières, les bips sonores et cette odeur de désinfectant. Puis, je le reconnus. Son parfum. Je pourrais ouvrir les yeux mais je savais de source sûre que les femmes se confiaient plus lorsque l’homme était endormi. Je faillis frémir quand elle posa ses lèvres sur mon front avant de commencer à me parler et je l’écoutai. J’aurai presque pu avoir un rire sarcastique mais je pouvais sentir la détresse dans sa voix. « ça serait dommage, dis-je d’une voix enrouée. » Je pris la peine d’ouvrir les yeux avant de tourner difficilement la tête vers elle. Une minerve. Génial. Il ne m’avait pas loupé ce motard. « Parce que je t’aime, Tina. » Je repris ma position initiale avant de grimacer. J’avais la dalle. Où était donc cette foutue bouffe ?


AVENGEDINCHAINS


Stina
LET BEAUTY
COME OUT OF ASHES

Revenir en haut Aller en bas
Tina CambiasoToujours frais après un litre de café
Tina Cambiaso
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3136-i-never-want-to-hear-you-say-i http://www.ciao-vecchio.com/t3155-this-could-be-the-start-of-something-new
Faceclaim : aishwarya rai, moi// signature : batphanie
Messages : 938 - Points : 1797
Stephen || Miscalculation - Page 2 4K7dJ27
Âge : 43 ans, mais elle ment sur son âge, des fois elle dit plus, très souvent elle dit moins
Métier : gérante d'une boutique de vêtements
Stephen || Miscalculation - Page 2 Empty
Sujet: Re: Stephen || Miscalculation ( le Dim 28 Avr 2019 - 22:10 )
Miscalculation
“ STEPHEN & TINA ”


Un léger tremblement était à noter dans sa voix, mais elle ne pleurait pas, trop épuisée pour verser une larme. Le soulagement avait fini par prendre le dessus pour éviter qu’elle n’envisage le pire une fois de plus. Mais son regard qui avait balayé la pièce lui provoqua un frisson d’horreur qui remonta le long de son dos. Elle avait quitté une chambre pareille il n’y avait pas si longtemps et à la place de Stephen s’était trouvé sa fille à qui elle avait dû dire au revoir. Elle n’était pas prête à revivre ça.  La route était encore longue pour qu’elle accepte le départ de son enfant, mais elle commençait à envisager un avenir où elle serait plus confortable à l’idée de son absence. Et l’Américain y était pour quelque chose, alors il était hors de question qu’il l’abandonne à son tour. Lorsqu’il prit la parole, Tina eut un mouvement de recul sous la surprise pour se redresser droite sur ses pieds. Les sourcils froncés pour vérifier qu’elle avait bien entendu, elle ne se rendit compte que bien plus tard que son cœur avait cessé de battre et que plus aucune air n’entrait dans ses poumons, pour tendre l’oreille. Elle le détailla longuement avec la même expression boudeuse même lorsqu’il ouvrit les yeux pour la regarder. Une main tendue dans sa direction, elle s’apprêtait à le toucher pour vérifier une dernière fois qu’elle n’était pas en train de perdre la tête – comme toutes les fois où elle avait cru voir Priya se réveiller pour lui parler – mais suspendit son geste à ses paroles. « Tu quoi ? » Lâcha-t-elle automatiquement. En trombe, son cœur démarra dans sa poitrine et alors qu’il battait déjà très fort au point d’entendre ses battements dans ses tympans, elle avait l’impression qu’il redoublait d’ardeur pour essayer de sortir sa cage thoracique. Ses jambes se dérobèrent presque sous son corps et elle dû accomplir un effort surhumain pour ne pas s’effondrer face à de telles paroles. Il l’aimait. Pourquoi ? Ca avait été la première chose qui traversa l’esprit de l’Indienne qui se rendait compte que son silence était beaucoup trop long pour laisser présager quelque chose de bon. Dans un soupir, elle se leva pour rapprocher la chaise sur laquelle elle s’était assise du lit de Stephen, et lui prit la main pour la serrer dans la sienne et y déposer ses lèvres. « M’aimer n’agit pas comme un bouclier tu sais ? » Au contraire, avait-elle envie d’ajouter. Ca ne ferait qu’alimenter sa colère pour l’achever si jamais il continuait à se montrer imprudent. On ne quitte pas quelqu’un qu’on aime. Même si certains évènements sont indépendants de notre volonté, elle savait que Stephen pouvait s’il le voulait, éviter certaines de ses blessures. Sa main dans la sienne qu’elle garda près d’elle, elle se sentit soudain mal à cause de la réponse qu’elle fournit et qui n’était sûrement pas celle qu’il attendait. Mais elle avait l’impression que ses sentiments qui commençaient à peine à s’installer, étaient trop prématurés pour qu’elle lui dise ce genre de chose. Elle voulait être certaine de l’aimer avant de le lui dire. « Je… » Commença la jeune femme le regard sur ses doigts qui jouaient avec ceux du criminologue. « Je tiens beaucoup à toi. » Pas assez pour lui dire qu’elle l’aimait visiblement. « Et si tu veux voir où ça nous mène, tu devrais éviter de mourir. » Plaisanta Tina qui était pourtant sérieuse. En d’autres termes, lui dire ces mots était beaucoup trop mais ça ne voulait pas dire que ça ne viendrait jamais, juste qu’il devra se montrer patient. « Tu devrais appeler ta fille pour lui dire que tu vas bien. » Lâcha l’Indienne qui se souvint tout à coup qu’ils étaient en train de discuter avant toute l’agitation. Elle avait légèrement grimacé en l’appelant sa fille, mais elle arriva à masquer son pincement au cœur derrière un sourire. « Tu veux que je t’apporte ton téléphone ? »


AVENGEDINCHAINS


My torturer became my remedy
So we're gonna heal, we're gonna start again. You've brought the orchestra. Synchronized swimmers, you are the magician. Pull me back together again the way you cut me in half. Make the woman in doubt disappear. Pull the sorrow from between my legs like silk, knot after knot after knot.
The audience applauds...▬ but we can't hear them.
Revenir en haut Aller en bas
Stephen Ferrante10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Stephen Ferrante
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5196-stephen-the-devil-inside-me#165603
Faceclaim : Tom Ellis (ealitya)
Je suis absent-e : JE SUIS COMME VIANNEY PAS LÀ EUKÉ ? (de retour aux alentours du 8 mai pour faire la paix)
Messages : 501 - Points : 999
Stephen || Miscalculation - Page 2 Tumblr_omo742jYJq1u9mxoto3_500
Âge : 42 ans (21.01.77)
Métier : Il fut un temps où il était criminologue mais il a changé de plan après la mort de sa fiancé. Il reste consultant pour Interpol mais a ouvert sa boite de nuit Il Diavolo en référence au diable
Stephen || Miscalculation - Page 2 Empty
Sujet: Re: Stephen || Miscalculation ( le Ven 3 Mai 2019 - 18:19 )
Miscalculation
“ STEPHEN & TINA ”


J’avais tellement l’habitude des hôpitaux que je les reconnaissais à l’odeur et aux bruits. Je saisissais toutes les remarques des médecins, conscient qu’une fois de plus je l’avais échappé belle avant d’écouter Tina se confier. Si j’avais été romantique ou un peu niais, j’aurai pu dire que sa voix m’avait sortie des profondeurs de mon coma mais il n’y avait pas eu de coma, juste un connard de deux mètres qui se fait renverser par une moto car il a été rattrapé par son passé. Yes, génial. Je l’écoutais avant de lui dire ce que j’avais sur le cœur. Je tournai avec difficulté la tête vers elle pour comprendre que j’avais une minerve. On a fait plus sexy comme mec et me redresser. L’ordre ne pas bouger ne s’inscrira jamais dans mon code génétique. « Tu as très bien entendu, répondis-je à sa question d’une manière plus lasse, et je te signale bébé que c’est toi qui as dit que tu commençais à tomber amoureuse de moi. » Toujours à faire une boutade. Elle allait finir par m’en coller une et se barrer de ma vie si je faisais l’idiot à longueur de journées. Je la laissais prendre ma main pour lui sourire. ça aussi ça fait mal. Je déglutis avant de me dire que j’aurai bien aimé avoir une cigarette sous la main à cet instant. « Je me suis fait renverser, ça aurait pu arriver à n’importe qui. » J’avais cette tendance à banaliser les choses. Certes, la pauvre n’avait pas eu de chances puisqu’elle avait appris que j’avais été hospitalisé un peu plus tôt mais j’avais une bonne mutuelle. « Mais je n’ai aucune intention de mourir. Je suis immortel. » un rire s’éleva dans ma gorge. Pour darder mon regard ébène sur sa silhouette. Ce caractère, cette femme. Je pense que je pourrais m’y habituer au fait qu’elle ne cesse de me crier dessus car je n’étais pas prudent. « Tu peux l’appeler par son prénom tu sais. Elle ne va pas te manger. » Je me relevai pour défaire la minerve d’un coup, conscient que le médecin allait me tuer. Mais je ne voulais pas que Camii me voit ainsi. Puis, j’attrapai le téléphone de l’hôpital pour le coller contre mon oreille. « Pas besoin, ça ne va pas durer longtemps. » Je pris la cuillère avant de la placer contre le combiné et de commencer à taper en morse pour lui signaler que j’allais bien après être tombé sur la boite vocale et que je l’appellerai le lendemain. Puis, je raccrochai avant de me tourner vers Tina. « Elle ne parle pas. Donc je lui ai appris la langue des signes et le morse pour communiquer. Certes, elle m’entend mais c’est un peu notre code secret. » j’esquissai un sourire en coin avant de m’étirer. « Tu vas m’assassiner si j’essaie de me lever pour aller fumer une clope ? » Je tournai la tête vers elle avant de grimacer. « Des fois, je me demande ce que tu fous avec moi. »


AVENGEDINCHAINS


Stina
LET BEAUTY
COME OUT OF ASHES

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Stephen || Miscalculation - Page 2 Empty
Sujet: Re: Stephen || Miscalculation ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Stephen || Miscalculation -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant