Revenir en haut
Aller en bas


 

- Cisco - Boys don't cry -

CIAO VECCHIO :: Gestion des Personnages :: Présentations :: Terminées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Cisco TejeiroToujours frais après un litre de café
Cisco Tejeiro
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5328-cisco-boys-don-t-cry http://www.ciao-vecchio.com/t3756-coco-i-need-you-to-need-me#122953
Faceclaim : Garrett Hedlund - ©praimfaya
Messages : 513 - Points : 648
Cisco - Boys don't cry Cisbel-2
Âge : 33 y.o
Métier : Animateur sportif à l'orphelinat. Chauffeur de poids-lourd de nuit à mi-temps, faisant des remplacements ci et là en tant qu'agent de propreté
Cisco - Boys don't cry Empty
Sujet: Cisco - Boys don't cry ( le Mer 8 Mai 2019 - 11:48 )
I have done it again. I have been here many times before. Hurt myself again today and the worst part is there's no one else to blame.
Cisco Tejeiro
rôle inventé
Identité :Cisco Nino Eadoin. Ribambelle de prénoms. Ceux que sa mère voulait qu'il porte et celui que son père voulait imposer à ce fils né bancale. Des origines qui se battent en duel. Rioli de naissance, portant le nom de jeune fille de sa mère jusqu'à que son beau-père lui donne son nom, en faisant son propre fils. Tejeiro, l'acceptation que Cisco a toujours renié, l'embrasant qu'à la toute fin.

Naissance : Né un 14 Février en France 1986. 33 ans qu'il est un piètre cadeau de Saint-Valentin pour sa mère. Cadeau empoissonné d'un souvenir en putréfaction.

Origines :Franco-italien par sa mère, irlandais par son père. Peut-être. Pour le peu qu'il en sait. Cisco n'a pas réellement envie d'en savoir plus de toute façon. Ce qu'il sait lui suffit. Ce qu'il sait est de trop déjà.

Statut :Célibataire se perdant de bras en bras pour oublier. Pour s'oublier. Dans les corps tièdes, c'est un peu de solitude qui s'envole. Des mensonges aux gros seins dans lequel il s'illusionne. Où son existence infâme lui semble moins lourde et il semble toucher du bout des doigts la possibilité d'être aimé jusqu'à que la vérité lui revienne toujours au visage : personne ne l'aimera. Pas même sa mère.  

Métier : Ancien sprinteur professionnel à la carrière florissante. Désormais animateur sportif pour l'orphelinat. Pas un choix de carrière vers lequel il se serait tourné mais c'est le premier job qu'il a pu avoir dès son retour sur le sol italien. Merci à Maman Tejeiro qui a usé de ses relations pour obtenir un boulot pour son couillon de fils. C'est bien parce que sa mère s'est démené qu'il s'y rend, étant plus ou moins sérieux. A côté de cela, il est chauffeur de poids-lourd de nuit à mi-temps et effectue des remplacements en tant qu'agent de propreté.

Argent : Situation financière correcte flirtant avec la dèche par moment. Cisco ne roule plus sur l'or, ayant dépensé tout l'oseille gagné en étant sportif ces dernières années mais vit convenablement. Le plus gros de ses salaires vont à sa mère et sa petite soeur pour les entretenir, se gardant pas grand chose à côté pour lui. De quoi payer ses propres factures et ses sorties.  

A Naples depuis : Ses 4 ans. Débarqué à Naples, la main greffée à celle de sa mère en fuite avec un seul sac à dos en tout bagage. S'improviser italien, dans ce pays inconnu, gamin maladroit mais toujours souriant. Tant qu'il avait sa maman, Cisco, tant qu'il l'avait, le reste n'était que détail. Il a cependant quitté Naples en Septembre 2017 et est revenu en Avril 2019

Colérique - Impulsif - Instable - Bon vivant - Extraverti - Social, parfois trop - Tolérant mais plus par indifférence que par grandeur d'âme - Emmerdeur - Tête brûlée - Immature - Moralité bancale : Cisco adapte ses attitudes et son comportement selon les circonstances sans toujours se soucier des valeurs morales - Loyal avec les personnes qu'il juge en valoir la peine - Provocateur - Dévoué à ceux qu'il aime - Rebelle qui conteste toute autorité - Fêtard - Très famille - Inébranlable en apparence - Refoulé niveau émotion et sentiment, cachant sa sensibilité - M'enfoutiste - Têtu - Fonceur - Très possessif - Franc qui ne mâche jamais ses mots - Ironique surtout par défense - Drôle - Charmeur - Peut être violent - Torturé - Mal dans sa peau - Protecteur - Insolent - Arrogant - Observateur - Capricieux - Brut de décoffrage - Bagarreur qui cherche souvent la petite bête - Dur autant avec lui-même qu'avec les autres - Attentionné - Généreux mais pas avec tout le monde

poids :
90 kg
alcool :
10 verre
cigarettes :
20 par jour


la chanson la plus écoutée en boucle :
Boys don't cry The Cure


Conclusion de ta vie Un bilan peu positif sur la rétrospective de sa vie. Les erreurs et incidents de parcours commencent dès sa naissance, dès sa création. Si pour Cisco, sa vie n'est qu'un assemblage d'échecs cuisants, il ne peut nier avoir quelque réussites à son actif : une famille aimante, toujours présente. Des amis fidèles et loyaux. Avoir été sélectionné pour le championnat du monde d’Athlétisme. Mais y a eu des coups de couteau dans sa prospérité éphémère, perdant plus qu'il n'a gagné. Peur de ne pas être aimé, certitude de ne jamais pouvoir l'être, cela résume bien sa dégaine de condamné alors comme dans cette chanson de The Cure : Cisco se marre, met des étoiles factices de malice dans ses yeux, ourlant son existence de mensonges pour planquer les mers salées qui lui brûlent la rétine. Il ne pleura pas, Cisco. Parce qu'il est un bonhomme. Parce qu'il est le chef de la famille désormais, devant être là pour sa mère et ses soeurs. Il pleura plus tard, quand il sera ce qu'il a toujours su qu'il deviendra un jour : un homme seul et détesté.

(un) Cisco parle italien, français et anglais. L'espagnol, grâce à son beau-père, il le maniait approximativement et se contentait surtout des insultes pour pouvoir les balancer à ses deux grandes soeurs qui parlent l'espagnol couramment et qui prennent plus mal les insultes de leur langue maternelle. Cependant, après un an et demi au Brésil, Cisco a pu parfaire son espagnol. (deux) Ayant grandi dans un environnement surtout féminin avec sa mère et ses trois soeurs, le blond connait malheureusement bien tout ce qui touche de près ou de loin au monde extra-terrestre des femmes : maquillage, produits qui puent -selon Cisco- en tout genre, les tampons (qu'il devait parfois aller chercher pour ses soeurs, la misère), etc... Larbin des femmes de sa vie par dépit. Sans compter que petit, ses deux grandes soeurs avaient comme passe-temps préféré de le torturer et le travestir. Un petit blond à bouclette avec un rouge à lèvre pétant, quoi de plus drôle ? (trois) Le doigt d'honneur est une façon de communiquer de Cisco sans avoir à se fatiguer à parler. Il l'use et l'use tous les jours, à toute les sauces. En bonjour, en aurevoir, en va te faire voir. Un véritable signe de fabrique du blond. (quatre) Emmerdeur professionnel. Quand Cisco aime, il le montre mais d'une façon qu'il lui est bien particulière. Donc s'il vous casse les pieds, c'est qu'il vous apprécie. Ca vous fait une belle jambe, non ? Insulter les gens : ça peut être tout aussi bien une démonstration d'affection pour lui. A l'inverse, s'il vous déteste, il peut se montrer casse-pied mais le plus souvent, quand c'est le cas, Cisco ignore la personne. Elle n'existe plus à ses yeux et il fait la sourde oreille (cinq) Si la tête blonde adore sortir et passer du temps avec ses potes, il passe parfois par des périodes où il préfère s'enfermer chez lui, à jouer à la PS4 en envoyant chier toutes personnes humaines qui oseraient entrer dans sa bulle. Des humeurs inégales  qui le rendent parfois insupportable. (six) Il est très protecteur avec sa mère et ses trois soeurs. Prêt à tout pour les préserver du moindre mal, jusqu'à se montrer très violent. S'il a accepté son beau-père rapidement, il n'a jamais accepté les beau-frères potentiels que ses soeurs ramenaient. Aucuns n'étaient assez bien pour ses soeurs. Il ne respecte toujours pas le mari d'Ishbel et le taillade dès qu'il peut. (sept) Malgré son air confiant et l'indifférence légendaire qui l'habite, Cisco a besoin d'un certain confort physique et d'une sécurité affective pour se sentir bien. Pourtant, malgré les démonstrations affectives qu'il peut recevoir, Cisco doute toujours d'être aimé. De pouvoir l'être. (huit) Cisco aime lire. C'est un fervent lecteur mais le fait toujours seul, planqué dans sa chambre. Il n'aime pas passer pour quelqu'un qui aurait de la jugeote ou de la culture. Il préfère qu'on le croit con comme ses pieds. Qu'on le sous-estime. (neuf) Cisco possède une canne pour s'aider à marcher quand la douleur à son genou se fait trop vive. Même s'il l'a customisé pour qu'elle ne ressemble pas à une canne de vioc, le plus souvent, il essaie de s'en passer jusqu'à qu'il ne puisse plus tant son articulation lui fait mal. Gare à vous, il aime faire des croche-pieds avec ... faut bien trouver des points positifs là où il y en a pas. (dix) Cisco est accro à tout ce qui peut lui faire oublier sa douleur : anti-douleur, huile à base de cannabis, des joints etc... Il n'hésite pas à en faire usage sans pour autant tomber dans la drogue dure comme auparavant mais il est bien et bel accro aux anti-douleurs quelqu'il soit : que ce soit médicamenteux ou bien "naturel" via toute la panoplie que le cannabis offre. Il refuse la rééducation ou bien l'intervention chirurgicale qui pourrait l'aider dans son rétablissement mais Cisco ne veut pas se rétablir. (onze) Mauvais conducteur : il conduit trop vite, fait des queue-de-poissons aux autres et grille les feux rouges. Cisco n'est pas patient et n'aime pas perdre du temps, encore plus sur la route et lors des embouteillages. Il a toujours aimé la vitesse. (douze) Cisco est un fan de photo en noire et blanc. Il aime les choses vintages assez vieillottes comme il apprécie certaines nouvelles technologies mais pas toutes. Il affectionne les vieilles voitures de collection, un vrai gamin devant. Il a d'ailleurs une vieille moto qui n'est plus commercialisée et dont peu de personnes en ont une qui fonctionne encore. Autant dire qu'il la bichonne comme la prunelle de ses yeux.  (treize)Outre le faite que Cisco ne prend pas soin de lui et qu'il peut parfois s'habiller mal, il affectionne les t-shirt avec des messages à la con etc.. Il profite d'ailleurs de ses t-shirts pour crier son amour pour ses films ou séries préférées. Donc oui, oui, il a une panoplie de t-shirt où est inscrit "Winter is coming" Comprendra qui pourra comprendre.
ton groupe :MACCHIATO
ton avatar :Garrett Hedlund


pseudo, prénom :Bone_echo.combien de bougies ?AHAd'où viens-tu ?Tahiti.comment t'as atterri ici ? Par Ovni




Until we bleed

I would say I'm sorry if I thought that it would change your mind. But I know that this time, I have said too much, been too unkind. I try to laugh about it, cover it all up with lies


Dernière édition par Cisco Tejeiro le Sam 11 Mai 2019 - 11:08, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cisco TejeiroToujours frais après un litre de café
Cisco Tejeiro
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5328-cisco-boys-don-t-cry http://www.ciao-vecchio.com/t3756-coco-i-need-you-to-need-me#122953
Faceclaim : Garrett Hedlund - ©praimfaya
Messages : 513 - Points : 648
Cisco - Boys don't cry Cisbel-2
Âge : 33 y.o
Métier : Animateur sportif à l'orphelinat. Chauffeur de poids-lourd de nuit à mi-temps, faisant des remplacements ci et là en tant qu'agent de propreté
Cisco - Boys don't cry Empty
Sujet: Re: Cisco - Boys don't cry ( le Mer 8 Mai 2019 - 11:48 )
MotherPlease, forgive me for being your son
I.Luana Rioli a eu Cisco à l'âge de 17 ans. Grossesse non désirée, foetus qui grandit, le dégoût avec. L'adolescente n'en veut pas de ce misérable gosse mais le père de l'enfant ne lui laisse pas le choix, lui impose ce rôle de mère que Luana ne veut pas. Autorité d'un beau-père, nouveau mari de sa mère qui s'est étendu sur elle, dans le silence de la nuit. D'abord juste des caresses avant de devenir de plus en plus gourmand. Trop. Larmes amères sur les joues, Luana prend l'habitude de se jeter d'un muret pour atterrir sur le ventre tous les jours. Pour que le foetus meurt, pour que le bébé tombe de son ventre au fond de sa culotte. Mais Cisco, déjà fort, ne renonce pas et s'accroche à sa mère.

 II. Saint-valentin 1984, Cisco vient au monde et ce n'est qu'à cet unique instant, lorsque ses yeux se posent sur ce bébé chétif que le coeur de Luana fond. Que son coeur se met à battre pour l'innocent qui n'a rien demandé. Dommage collatérale d'un acte infâme. Minuscules menottes qui s'accroche à son index, Luana lui fait le serment de l'aimer, toujours et d'être une meilleure mère que la sienne. « Je te protégerai quoiqu'il m'en coûte »  

III. 4 ans  • « Et ta mère ? Elle t'a dit notre petit secret ? » L'haleine alcoolisée pique le nez du gosse, écoutant à moitié cet homme imposant, préférant jouer avec le camion de pompier dans les mains. « Elle t'a pas dit qu'elle est ta mère mais aussi ta grande soeur ? » Rendu sourd par les mains de Luana qui entourent ses oreilles, Cisco ne capte pas la vérité. La triste et sale vérité de son existence. Luana brode avec ce quotidien sordide, perdue entre une mère lâche qui ferme les yeux et un beau-père de plus en plus horrible. Sa promesse prend tout son sens quand son beau-père lève la main pour la première fois sur Cisco le ruant de coup pour avoir trop pleurer, pour être une tafiote et non pas son digne fils. C'est la goutte d'eau qui explose le vase. Quelque affaires dans un sac à dos et Luana quitte la France pour Naples, pays de son enfance, la prunelle de ses yeux dans les bras. Cisco s’adapte à l’Italie, apprend la langue à son rythme et surtout aidé par sa mère qu’il ne lâche pas d’une semelle, seul repère qu’il possède dans ce pays inconnu.

IV. 8 ans • Luana emménage avec un chilien expatrié en Italie : Julian Tejeiro, veuf, déjà père de deux filles et âgé de 10 ans de plus que Luana. Famille recomposée, joyeux bordel qui bouscule le quotidien du petit blond l’obligeant à partager sa mère autant avec son beau-père qu'avec ses deux soeurs. La cohabitation est bordélique : entre le passé, les caractères de chacun et les crises de Cisco perdant son statut d’enfant unique mais tout finit par bien se roder après une période d’adaptation, le petit blondinet turbulent continuant de rythmer leur vie. Des différences se font entre Ishbel, Beatriz et Cisco, Julian ménageant beaucoup Cisco. Des différences que les deux fillettes ne comprennent pas n’étant pas au courant de l’histoire de sa naissance. Si l’entente entre les enfants est bancale, parfois difficile, elle se renfonce avec les années, apprenant à mieux se connaître au fil du temps. Se liant fortement. Pour Cisco, Ishbel et Beatriz sont ses sœurs et ne les présente jamais comme ses demi-sœurs, ça voudrait dire qu’il les aime à moitié et ce n’est clairement pas le cas. Même si sa façon de montrer son affection pour sa fratrie est particulière.

V. 14 ans • A la recherche de ses origines, de son histoire que sa mère se refuse à lui raconter, Cisco trouve une Rioli, habitant à Florence dans un annuaire. Pas une, pas deux, l’adolescent fugue pour se retrouver sur le seuil de cette Rioli qui s’avère être sa grand-mère.  En quête de réponse, c’est une vérité bien horrible qu’il trouve. La sienne. Son histoire. Son origine. « C’ pas vrai ! C’impossible » « C’est bien la vérité. T’as qu’à demander à ta mère. Ca m’étonne qu’elle ne l’ait pas fait, elle qui adore se faire passer pour une victime alors que c’était moi la victime » Le visage de l’adolescent se crispe avec cette colère qui gonfle de plus en plus en lui. Sa mère. Sa façon de parler d’elle. « Mais c’ELLE l’victime, pas toi ! ‘Spice de vieille peau trop conne pour l’comprendre ! Ton ex-mari, c’un monstre ! Un p’tin d’monstre de merde » « Mon ex-mari est ton père et son sang coule dans tes veines donc un monstre tu l’es aussi » Son poing se serre, l’envie de la frapper lui flambe l’être mais Cisco se retient, se contient comme il peut. « Tu crois qu’on voulait de toi ? Tu crois que Luana voulait de toi ? Elle n’espérait qu’une chose : que tu meurs dans son ventre. Elle t’a pas dit qu’elle a essayé de te perdre en se jetant tous les jours d’un muret pour faire une fausse couche ? » « T’gueule ! FERME TA GUEULE ! » « Elle te détestait déjà. Tu as foutu sa vie en l’air, la mienne aussi. Tu n’aurais jamais dû naître » L’adolescent supporte mal les mots et prend sa tête entre ses mains, fébrile. « Tu crois qu’elle t’aime ta mère ? Personne ne t’aimera jamais » Goutte de trop qui fait exploser le vase en mille éclats. L’adolescent pète son câble et saccage le salon de son odieuse grand-mère. Incontrôlable, l’intervention de la police est nécessaire pour le maîtriser et l’éloigner de la vieille conne, enfermée dans sa chambre pour se protéger de ce gamin enragé par des vérités qui lui brisent le cœur.

***

C’est sa mère qui vient le récupérer au poste de police de Florence, perdue dans la réaction à avoir alors c’est le silence jusque dans la voiture qui les ramène à Naples. « Cisco… » « Tais-toi ! N’parle pas. J'veux rien savoir. J'en ai trop entendu aujourd'hui » Luana se mord la lèvre et reste silencieuse pendant les quatre heures de route. Ce n'est qu'une fois à Naples que le silence se brise, que Cisco fait un pas vers elle. Son index et son pouce saisissent le bas de son visage, la forçant à le regarder droit dans les yeux. « Est-ce que c’est vrai que tu voulais que je meurs dans ton ventre ? » Luana ne dit rien, culpabilité dans les iris, la vérité ne voulant pas sortir. « REPOND ! » « Peut-être mais c’était avant. Tout a changé avec ta naiss… » « J’m’en branle de tes conneries » « Cisco, ton langage ! » « Mon langage est le cadet d’mes soucis. Tu m’déteste ? » « Non, je te déteste pas. T’es mon fils et je t’aime mais tellement, rien ne changera jamais ça » Ses bras s’enroulent autour du blond, le crispant par ce contact. Un demi-sourire carnassier se révèle sur ses lèvres alors qu'un rire suintant de sarcasme s'échappe de sa gorge « T’es qu’une sale menteuse, très chère grande sœur. T'ne m'aime pas. Comment tu l'pourrais ? Aujourd'hui, j'ai perdu une mère mais j'ai gagné une grande soeur, génial, non ? » D’un geste, il la repousse brutalement avant de déguerpir. Si Cisco a eu le cœur brisé ce jour là, celui de sa mère s’est brisé aussi.

VI. 16 ans • Enfant de base déjà un peu turbulent et agité, Cisco empire avec le temps. S’acharne à rendre fou son beau-père et sa mère en enchaînant les conneries de plus en plus poussées, allant de plus en plus loin. Les limites, Cisco les envoie balader. Son but est de provoquer sa mère et lui faire enfin cracher les trois mots, qu’il redoute pourtant tellement : je te déteste. Certain que c’est le cas mais qu’elle refuse à l’avouer. Des engueulades, des gifles, il en a reçu mais n’a jamais entendu les mots qu’il s’entête à lui extirper. Ce qui sauve les nerfs de ses parents, c’est la découverte de l’athlétisme auquel Cisco finit par s’adonner corps et âme, y trouvant un exutoire, dompté par la rigueur que demande ce sport. D'abord inscrit dans un club d'athlétisme de son lycée, il s'avère que le petit rebelle a un certain talent et attire l'attention de celui qui deviendra son entraîneur jusqu'à la fin de sa carrière : Igor. Igor qui le fera participer à des compétitions, l'entraînant vers des sommets, là où il se serait jamais imaginé atteindre un jour.  

VII. 18 ans • Belle gueule à la réputation de coureur de jupons, sprinteur qui excelle mais élève cancre et insolent aussi détesté qu’apprécié au lycée. Sa petite gueule d’ange et son statut de star du lycée par ses prouesses sportives lui valent l’attention des filles. Cisco en profite et les filles deviennent son centre d’intérêt favori. Pauvres filles qu'il collectionne et jette comme des mouchoirs après avoir eu ce qu'il voulait, les répertoriant dans un carnet avec des points attribués selon un barème qu'il s'est inventé. Connard vous avez dit ? TO-TA-LE-MENT et sans le moindre scrupules. Mais parmi le lot, se démarque Leia : estropiée tranquille qui ne cherche jamais de vagues mais dont la peau dorée attire toujours le regard, que ce soit en bien ou en mal. Car oui, la pauvre est cible de moqueries et la petite bande de Cisco ne fait pas exception. Dans leur éternel jeu du « Cap ou pas cap », Cisco est mis au défi de faire croire à Leia qu'il en pince pour elle et de coucher avec elle. Fier comme un paon, l'abruti s'y plie et met son plan en marche, planquant les scrupules qu'il ressent de faire ça à cette pauvre fille. Les autres idiotes, il s'en fichait mais Leia lui fait de la peine mais il ne fait pas marche arrière, fierté oblige, jusqu'à que le moment fatidique arrive. Au moment de passer à l'acte et de la rajouter à son tableau de chasse, Cisco s'arrête, pris de remord et lâche le pot au rose à Leia avant de la laisser. Pour ne pas perdre la face avec ses potes, il leur dira qu'il a bien et bel eu Leia.


VIII.  21 - 22 ans • Être plus près des étoiles en gagnant compétition sur compétition. Rien ne pourrait aller de travers : Cisco a tout. Tout ce dont il pouvait rêver : sa carrière sportive qui décolle, des sponsors qui se bousculent pour sa petite gueule, une notoriété naissante. Il devient l'égérie d'une marque de sport italienne et tournera quelque spot publicitaire qui le ferait connaître un peu plus au grand public. Un grand tournant dans sa carrière et aussi dans sa vie sociale. Son succès l'aidera à harponner des filles mais sera aussi son premier pas vers sa chute. Devenant petit à petit connu, son père finit par retrouver sa trace et à vouloir reprendre contact avec son fils. Cela commencera par des lettres anonymes, des emails comme s'il était un fan lambda.

IX. 24 ans • Son père lui envoie une vieille photo par la poste. Une photo de "famille" où trône son père, sa mère à ses côtés, abîmée par les coups de ce beau-père ignoble et Cisco entre les deux, triste à mourir. Le choc de cette photographie et de l'identité révélée de ce fan est tel que Cisco s'enfonce dans une décadence, s'auto-détruisant, dégoûté par sa propre existence qui lui rappelle les circonstances de sa naissance, de la souffrance subie de sa mère. Chute vertigineuse où les mauvaises habitudes reviennent pour le plus grand malheur de sa famille et de son entraîneur. Des conneries à la pelle, des plus inconscientes au plus irresponsables : consommation d'amphétamine, abus d'alcool, bagarre, outrage à agent et j'en passe. En jeu : sa carrière et sa santé autant physique que mental. Mal dans sa peau, se haïssant, Cisco se terre dans le silence et rejette ses proches. Un rejet en bloc où les relents nauséabonds de son passé viennent le hanter, démon qui lui murmure encore et encore les mots de sa grand-mère : personne ne t'aimera jamais. Cisco tourne son dos à tout le monde, famille, amis et même fans. Pour ce qu'il en a à foutre.

C'est son entraîneur et son beau père qui lui font entendre raison. Après l'avoir récupérer une énième fois de détention, c'est le règlement de compte. Leçon de moral musclée où Igor fait les gros bras à lui foutre des claques et où son beau père fait la voix de la raison. « Y’en a marre de ton insolence de petit con ! Tu fous en l’air ta carrière et ta vie, tu t’en rend compte ? Tout ce travail pour ça ? Te voir te droguer et jouer aux petites frappes sans couille ? Grandis, bordel de merde » « C’est vrai, Cisco. Avec ce comportement, tu remets tout en jeu, tout ce pour quoi tu as travaillé tant » «  Je m’en branle et t'es pas mon père, Julian. Mêle toi de ton cul » Julian serre les dents pendant qu'Igor lui fout une droite bien méritée « Quoi ? Tout ça pour quoi ? Quelque chose ne va pas ? Tu peux nous en parler ! » « Tout va bien. Foutez-moi la paix ! Ca m'regarde si j'veux me détruire » « Tu es pathétique, Cisco, tu le sais ça ? Tu sais quoi ? J'en ai ma claque. Je te laisse 3 jours de réflexion et de repos. Lundi, si tu ne viens pas aux entraînements, tu peux faire une croix sur ta carrière sportive. Je ne t'entraînerais plus et je romprais tous tes contrats de sponsor. Tu diras au revoir à ta carrière et là, il te restera vraiment plus rien et ça sera bien fait pour ta sale petite gueule d'enfoiré ! » « Je ne suis peut-être pas ton père mais je t'aime comme si tu étais mon propre fils, Cisco. C'est ton avenir qui est en jeu. A toi de voir si tu veux le gaspiller ou te relever et avancer. Réfléchis-y bien. Tu as un talent et tu le gaspille. La drogue ne te sauvera pas, le sport si. » « A toi de voir si tu veux finir caissier au mc'do du coin » Une prise de conscience et des remises en question. Le Lundi d'après, c'est un Cisco ajeun qui se présente aux entraînement, déterminé à se sevrer. « Sage décision, junior. Maintenant tu vas me faire 15 tours de terrain pour m'avoir fait chier pendant des mois, espèce de petit con »

Pendant la première semaine de sevrage, la période la plus difficile, Ishbel sera celle qui veillera sur lui lors de son sevrage, enfermés dans la chambre d'un motel, ne pouvant pas intégrer un centre de désintox pour le bien de sa carrière. Elle supportera tant bien que mal ses idées suicidaires, les spasmes musculaires, les crises d'anxiété et d'angoisse puis d'agitation, ses nausées et le plus horrible, son irritabilité. Elle sera celle qui l'épaulera dans cette dure épreuve et qui ne le laissera pas tomber.

X. Pékin – Championnat du monde d’Athlétisme de 2017. 31 ans
L’endroit le moins probable pour faire une telle rencontre. La dernière personne au monde qu’il pensait croiser, encore moins à l’autre bout du monde. Scotché à son portable à s’adonner à son activité hebdomadaire : se chamailler avec Ishbel, Cisco voit un homme s’approcher de lui, sourire au coin. Homme imposant, une carrure large et un ventre pendouillant. Le souffle se coupe, cette silhouette lui disant quelque chose. La même silhouette que cette photo qu'il avait reçu quelque années plus tôt. La même que celle de ce cauchemar répétitif de son enfance où l’homme finissait par le frapper pour avoir trop pleuré, pour avoir appelé sa maman mais Cisco a toujours cru que c’était un rêve, un cauchemar avec sa propre interprétation du croque-mitaine. Sauf que le cauchemar devient réel et se plante devant lui. « J’te laisse, CD rayé. Non, j’te rappellerai pas, j’serais occupé avec une chinoise » Pas  le temps de raccrocher qu'Isbel le fait pour lui. Bataille de regard en silence et sans le comprendre, une boule se noue dans son bide, une angoisse remonte en lui. « Salut …. Fiston » Cisco croit défaillir, les doutes qu’il a toujours eus mais enterrés prennent vie soudainement. Ce fameux cauchemar, c’était bien le seul souvenir qu’il avait de son père. Les larmes qui lui électrisent les cils, le choc, l’angoisse, une vieille peur de gosse qu’il a toujours vécu dans ce cauchemar incessant qui le paralyse soudainement. Le voilà, face à lui, le monstre de ses nuits. L’horreur qui lui a donné la vie. « A ce que je vois, tu es toujours un chialeur ». L’envie soudaine de repartir illico à Naples et de se planquer dans les bras de sa mère parce qu’il se souvient désormais, c’est ce qu’il faisait à chaque fois que papa rentrait à la maison sans savoir que c’était surtout sa mère qui bouffait. Sa main se pose sur sa joue avant de la tapoter fermement, geste affectueux peut-être en apparence mais Cisco le vit comme une provocation, une menace. « Tu es mon portrait craché quand j’étais jeune » Trop, c’est trop. Son corps se plie brusquement en deux pour rendre son dîner, le dégoût dans sa propre chair. « Qu’est ce qui se passe ? Ca va, Cisco ? » Igor se ramène, paniqué de voir son poulain vomir. Il a une course dans deux jours, ce n’est pas le moment d’être malade. « Il va bien, c’est que de l’émotion » « Et vous êtes qui, vous ? » Igor, le bodyguard, méfiance dans les iris. « Son père. Je suis son père » Et ça, c’était la phrase que Cisco avait toujours redouté d’entendre toute sa vie.


***
La tête entre les mains, Cisco se torture les méninges, les mots de son père résonnant dans sa tête. Ce chantage horrible qui lui donne la gerbe. Des pécules contre le silence de son secret, celui de sa naissance. Cisco le savait odieux, pitoyable mais il le voit de ses propres yeux aujourd’hui. Ce n’est pas que sa réputation, sa notoriété qu’il peut faire voler en éclat s’il ouvre sa gueule, son géniteur. C’est aussi sa mère qu’il peut atteindre en révélant ce secret de famille devenu tabou. C’est l’exposer et remuer une blessure qui lui fait encore mal, il le sait, Cisco. Il n’y a pas dix mille solutions pour régler le souci et plus que tout préserver sa mère de cet horrible homme. Sa carrière sportive en fait des cibles trop faciles à atteindre alors la décision, il la prend, Cisco. Pour sa mère. « Contrôle pour dopage : positif » Cisco ne branche pas, sachant parfaitement l’issu des tests car il les a lui-même trafiqué. Igor s’insurge, Igor s’emporte : son poulain ne se dope pas, il le saurait et ce n’est pas son genre. Confrontation dans la chambre d’hôtel. « Ce test, c’est du foutage de gueule. J’en ai fait un autre avec le même échantillon et c’est négatif. Pas une seule trace de produit dopant ! J’en ai la preuve ! » Igor brandit la feuille, prêt à s’en prendre au comité organisateur mais se confronte à un mur. « On rentre à Naples. Cherche pas » « Non, non ! Tu as une course demain, tu vas la faire ! On s’est pas entraîné pour rien tous ces mois. Je te connais mieux que tous ces tocards, tu n’es pas un tricheur » Geste agacé, le blond balance sa valise contre le mur. « JE SUIS UN TRICHEUR ! Fais-toi à l’idée, Igor. On rentre à Naples. J’me retire du sport, j’arrête les frais » « Mais pourquoi ? Pourquoi ? Il doit bien y avoir une raison. Tu es victime d’injustice, je ne laisserai pas ça passer » Brouillon, Cisco s’embourbe, panique dans les gestes en sachant qu’il n’abandonnera pas aussi facilement. « Igor, j’te le demande comme une faveur : laisse couler. J’ai fait une connerie, okay ? J’voulais gagner une médaille d’or et j’ai fais n’importe quoi. Quitte à tricher. LAISSE COULER, okay ? » « Mais ça te ressemble tellement pas » « Bien-sûr qu’si. J’suis un p’tit con, non ? » « Oui mais …. » Ses mains saisissent le col de son entraîneur, le regard désespéré. « Ca fait combien d’temps qu’on s’connait, 10 ans, non ? Alors j’te le demande comme une faveur au nom d’cette vieille amitié : laisse couler. Laisse-moi sortir d’la compèt’ comme un tricheur. J’préfère sortir comme ça que comme un …. Un … » « Un quoi, Cisco ? » « J’t’en conjure, laisse couler. Laisse couler, steplé. J’sais ce que j’fais » Igor recule, n’a jamais vu son poulain ainsi. Aussi désemparé. Aussi affligé alors il n’insiste pas, même s’il ne comprend pas les raisons. « Tu me brises le cœur, Cisco. T’as un bel avenir devant toi » « J’sais. » Mais ce sacrifice en vaut la peine. Pour sa maman.

Malgré tout, Igor finit par revenir sur sa décision et arrive à faire en sorte que son poulain continue à être dans la compétition. Malgré une dispute houleuse, Cisco accepte de participer à la compétition, en se disant que ce sera la dernière et qu'il mettra fin à sa carrière une fois à Naples. Malheureusement, le destin prendra les choses en main : en plein sprint, alors que Cisco allait briller une fois encore et remporter une médaille, son genou lâche et Cisco fait plusieurs roulé boulé avant de s'écrouler sur la piste, en hurlant de douleur.

XI. 31 ans - Septembre 2017 • A son retour à Naples, le verdict tombe : blessure de genou, révélant un syndrome rotulien avancé. Sa carrière est arrêtée et Cisco se retire des compétitions, l'âme en peine. C'était une chose de se retirer de lui-même, c'en est une autre de voir sa carrière se briser par une blessure, lui laissant peu de chance de courir un jour, de retourner en compétition un jour. L'histoire du dopage ne rend pas l'accueil de son retour des plus tendres où ses fans se retournent contre lui, pendant que d'autres se moquent de sa chute. Cisco encaisse sans broncher, sachant parfaitement la vérité qui se cache derrière ce faux dopage mais le déferlement médiatique le touche de plein fouet même s'il ne veut pas le montrer. Le regard de sa mère est entre compassion et déception mais il fait avec, le soutient sans sourciller. Il préfère un regard de mécontentement qu'un regard attristé où la consoler lui serait inaccessible, sa seule présence étant la source même de son mal. « M'man, tu l'aime t'jours ton p'tit con de fils ? » « Quelle question ! Bien-sûr » Et ça lui aurait pu lui suffire avec le soutien de ses soeurs, de son beau-père pour pouvoir affronter les médias, les fans en colère et surtout la fin d'une carrière, d'un rêve de gosse mais cela ne suffira pas. Égoïstement, Cisco quittera Naples sans un mot, sans aucune explication, pour le Brésil, élisant domicile à Rio de Janeiro pour se couper du monde et des médias qui s'acharnent sur lui.

XI. Brésil – Rio De Janeiro 33 ans - Mars 2019 • Malgré le mal du pays, le manque de sa famille et ses proches, Cisco ne se sent pas prêt de revenir à Naples. Le faite d'être loin lui permet d'oublier ses échecs et d'étrangler sa douleur avec les anti-douleurs et le cannabis. Sa petite vie planquée dans une favelas lui va très bien et pourtant, il suffit d'une connexion hasardeuse sur facebook pour apprendre le cancer de son beau-père et cette information lui suffit pour plier bagage et quitter son nid douillet pour rentrer à la maison.

XII. Naples 33 ans - Avril 2019 • Diagnostic établi que trop tard, un cancer  fulgurant qui gangrène rapidement Julian. Des médicaments qui lui font gagner du temps, qui étouffent sa douleur mais qui ne le sauveront pas du deuil qui attend la famille recomposée. Personne n’a envie de s’occuper de la paperasse, des choses nécessaires à faire avant que Julian s’en aille mais le condamné veut mettre de l’ordre dans sa vie avant de partir. Surtout sur un point en particulier. « Cisco, je sais que je ne suis pas ton père, que tu ne m’as jamais vu comme tel mais pour moi, tu es comme mon fils et je t’aimerai pas plus si je t’avais fait. » Cisco soupire, n’arrive pas à comprendre cette affection que son beau-père semble ressentir à son égard. « J’sais que tu m’as pas fait mais c’toi qui a pris soin de M’man toutes ces années et d’moi aussi. Tu m’as élevé comme un d’tes tiens alors que t’étais pas obligé » « Pourquoi je ne l’aurais pas fait ? » « Parce qu’je suis ce qu’je suis. Parce qu’je suis pas né comme les enfants d’vraient naître » « C’est pas de ta faute, Cisco. Je ne t’ai jamais vu comme l’horreur que tu semble croire être. T’es innocent dans cette histoire. T’as toujours été innocent à mes yeux » Des mots qu’il a toujours voulu entendre mais qui pourtant n’arrivent pas à le rassurer profondément, à envoyer balader ce sentiment de dégoût qu’il ressent. « J’accepte, Julian. Parce que c’que t’allais m’demander, non ? » « C’est vrai ... donc tu acceptes … que je te reconnaisse comme mon fils ? » « Ouaip… » Un large sourire étire les traits fatigués de Julian quand Cisco baisse les yeux, deux syllabes qui restent coincées dans sa gorge. Celles qu’il a souvent ressenties à l’égard de Julian mais qu’il n’a jamais dit, jusqu’ici, ne s’en donnant jamais l’autorisation, rejetant l’idée. « Pa…pa » Julian décède une semaine plus tard, lui laissant un goût de trop peu. Lui léguant son nom mais aussi des regrets. Celui d’avoir accepté son affection trop tard. Celui de ne pas avoir pu lui dire qu’il se trompait sur toute la ligne, qu’il avait été son père du début à la fin. Celui de ne pas avoir pu l’appeler papa plus de fois. Celui de pas avoir assez profiter de cette relation, la rejetant en bloc à chaque fois. « C'est toi l'homme de la famille maintenant » Cisco hoche la tête, silencieux, alors que sa mère lui passe une main dans les cheveux. « J'ne suis pas l'homme de la famille. C'est Ishbel le chef de la famille » Parce que lui, il a déserté le foyer, est parti comme un voleur et si sa mère semble le lui pardonner, étant plus heureuse de le revoir, il n'en est pas autant pour tout le monde. Naples, il la retrouve la terre de son enfance mais aussi ses démons. La rancoeur d'Ishbel, il la sent et ça le peine bien plus qu'il ne veut le montrer. Dans la chambre qu'ils ont jadis partagé, Cisco fait la promesse de se racheter auprès de sa soeur et espère qu'un jour, elle lui pardonnera d'être parti comme un lâche.  




Until we bleed

I would say I'm sorry if I thought that it would change your mind. But I know that this time, I have said too much, been too unkind. I try to laugh about it, cover it all up with lies


Dernière édition par Cisco Tejeiro le Jeu 9 Mai 2019 - 6:40, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Dante GaleoneLe vin est un puissant lubrifiant social
Dante Galeone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4987-dante-o-let-s-set-fire-to-the- http://www.ciao-vecchio.com/t2254-dante-o-never-open-up-so-afraid-to-trust
Faceclaim : Jamie Dornan © lumos solem.
Je suis absent-e : PR : vacances
Messages : 13400 - Points : 10264
Cisco - Boys don't cry Tumblr_inline_ox3w8tIB3g1tokatx_400
Âge : trente-six ans.
Métier : commandant de bord pour la compagnie aérienne Alitalia.
Cisco - Boys don't cry Empty
Sujet: Re: Cisco - Boys don't cry ( le Mer 8 Mai 2019 - 12:04 )
T'es bien beau avec Cisco, le retour. Cisco - Boys don't cry Herz
Le petit con. Cisco - Boys don't cry 377533827



Je sens quelque chose qui ne se dit pas, dont j’ignore la cause. C’est dans tes sourires, un je-ne-sais-quoi qui s’arrête au bord du désir. Quelle est cette voix, qui nous entraîne à renoncer sans regarder l’un vers l’autre ? Si c’est un choix, il faut qu’on s’aime, sans se lasser pour se garder l’un et l’autre. L’un près de l’autre.
Danya

Revenir en haut Aller en bas
Allegra Di MallianoLe vin est un puissant lubrifiant social
Allegra Di Malliano
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5274-il-venait-d-avoir-18-ans-il-et http://www.ciao-vecchio.com/t5285-faisons-le-bien-ensemble-lien-allegra
Faceclaim : Sarah Shahi + gommeamacher
Messages : 184 - Points : 475
Cisco - Boys don't cry CleanSameAllosaurus-small
Âge : 43 ans (5 mai)
Métier : Directrice de Dimallia Agency
Cisco - Boys don't cry Empty
Sujet: Re: Cisco - Boys don't cry ( le Mer 8 Mai 2019 - 12:11 )
Bon changement à toi Cisco - Boys don't cry 3858275945




♛ L'amour n'a pas d'âge, une expression que j'aime me répété quand je pense à toi.
Revenir en haut Aller en bas
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
Tobias Spilsbury
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://www.ciao-vecchio.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
Faceclaim : Eddie Redmayne ©RQ & Padawan my love
Messages : 1026 - Points : 2085
Cisco - Boys don't cry I59bDvZZ_o
Âge : 37 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
Cisco - Boys don't cry Empty
Sujet: Re: Cisco - Boys don't cry ( le Mer 8 Mai 2019 - 12:15 )
Bébé travelo Cisco - Boys don't cry 3554951910


L'agréable sentiment d'avoir quelque chose à faire, un but à poursuivre.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Cisco TejeiroToujours frais après un litre de café
Cisco Tejeiro
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5328-cisco-boys-don-t-cry http://www.ciao-vecchio.com/t3756-coco-i-need-you-to-need-me#122953
Faceclaim : Garrett Hedlund - ©praimfaya
Messages : 513 - Points : 648
Cisco - Boys don't cry Cisbel-2
Âge : 33 y.o
Métier : Animateur sportif à l'orphelinat. Chauffeur de poids-lourd de nuit à mi-temps, faisant des remplacements ci et là en tant qu'agent de propreté
Cisco - Boys don't cry Empty
Sujet: Re: Cisco - Boys don't cry ( le Mer 8 Mai 2019 - 12:39 )
@Dante Galeone a écrit:
T'es bien beau avec Cisco, le retour. Cisco - Boys don't cry Herz
Le petit con. Cisco - Boys don't cry 377533827

Merci, le p'tit papa de Sofitel Cisco - Boys don't cry 3537243446 Cisco - Boys don't cry 1754192869 Cisco - Boys don't cry Icon_rolleyes Cisco - Boys don't cry 2805480963

@Allegra Di Malliano a écrit:
Bon changement à toi Cisco - Boys don't cry 3858275945

Merci ma belle ! Il nous faudra un lien Cisco - Boys don't cry 1191703564 Parce que Sarah Shahi, c'est trop ma pref Cisco - Boys don't cry 3537243446 Cisco - Boys don't cry 3407175773

Tata Toby a écrit:
Bébé travelo Cisco - Boys don't cry 3554951910

TATA TOBY ! la plus belle dans mon coeur Cisco - Boys don't cry 3203843487


Until we bleed

I would say I'm sorry if I thought that it would change your mind. But I know that this time, I have said too much, been too unkind. I try to laugh about it, cover it all up with lies
Revenir en haut Aller en bas
Moira VeraldiToujours frais après un litre de café
Moira Veraldi
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5248-moira-why-so-serious http://www.ciao-vecchio.com/t5255-moira-crazy-for-you
Faceclaim : Alicia Vikander ©beloved
Messages : 955 - Points : 697
Cisco - Boys don't cry GZGYRIz1_o
Âge : 29 ans
Métier : ambulancière-secouriste
Cisco - Boys don't cry Empty
Sujet: Re: Cisco - Boys don't cry ( le Mer 8 Mai 2019 - 13:30 )
Sympathique ce caractère Cisco - Boys don't cry 2805480963 J'adore le pseudo Cisco - Boys don't cry 1993868421

Rebienvenue et bon changement de perso Cisco - Boys don't cry 3203843487


WHAT'S STOPPING YOU ?
Revenir en haut Aller en bas
Allegra Di MallianoLe vin est un puissant lubrifiant social
Allegra Di Malliano
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5274-il-venait-d-avoir-18-ans-il-et http://www.ciao-vecchio.com/t5285-faisons-le-bien-ensemble-lien-allegra
Faceclaim : Sarah Shahi + gommeamacher
Messages : 184 - Points : 475
Cisco - Boys don't cry CleanSameAllosaurus-small
Âge : 43 ans (5 mai)
Métier : Directrice de Dimallia Agency
Cisco - Boys don't cry Empty
Sujet: Re: Cisco - Boys don't cry ( le Mer 8 Mai 2019 - 14:08 )
Avec plaisir Cisco - Boys don't cry 3858275945




♛ L'amour n'a pas d'âge, une expression que j'aime me répété quand je pense à toi.
Revenir en haut Aller en bas
Ava Castelli10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Ava Castelli
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5796-ava-je-t-aime-plus-que-trois-f http://www.ciao-vecchio.com/t5804-ava-castelli-la-fin-fait-parti-du-voyage#183331
Faceclaim : j'ai pour avatar Scarlett Johansson. Autrement, celui-ci est signé MORPHINE.
Je suis absent-e : En PR jusqu'au 22/O9.
Messages : 795 - Points : 1046
Cisco - Boys don't cry Nhae
Âge : 29.02.1988, née à Porto : j'ai trente et un ans.
Métier : décoratrice d'intérieurs.
Cisco - Boys don't cry Empty
Sujet: Re: Cisco - Boys don't cry ( le Mer 8 Mai 2019 - 14:13 )
RE-RE-RE-REbienvenue chez toi ou plutôt, bonne refonte. Cisco - Boys don't cry 1993868421 Réserve-moi un ou des liens. Cisco - Boys don't cry 3407175773


TOUT, IL FAUDRAIT TOUT OUBLIER
N'existe pas ans son contraire qui lui semble facile à trouver. Le bonheur n'existe que pour plaire, je le veux. Enfin, je commence à douter d'en avoir vraiment rêvé. Est-ce une envie ? Parfois, j'me sens obligée.
Revenir en haut Aller en bas
Leia PellegrinoLe vin est un puissant lubrifiant social
Leia Pellegrino
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5146-leia-lost-soul http://www.ciao-vecchio.com/t5161-ca-me-fait-une-belle-jambe
Faceclaim : Diana Penty : ealitya ; Signa : Mars
Messages : 311 - Points : 650
Cisco - Boys don't cry YUhmwpW
Âge : 33 ans
Métier : Animatrice à l'orphelinat dans lequel elle a grandi
Cisco - Boys don't cry Empty
Sujet: Re: Cisco - Boys don't cry ( le Mer 8 Mai 2019 - 14:39 )
MON CHER RIZ Cisco - Boys don't cry 3432928438 Cisco - Boys don't cry 3432928438 Cisco - Boys don't cry 3432928438




‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾
Pretty hurts. You shine a light on whatever's worst. Perfection is a disease of a nation. Pretty hurts, pretty hurts. Pretty hurts. You shine a light on whatever's worst. Tryna fix something but you can't fix what you can't see. It's the soul that needs a surgery. // par mars.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Cisco - Boys don't cry Empty
Sujet: Re: Cisco - Boys don't cry ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Cisco - Boys don't cry -
CIAO VECCHIO :: Gestion des Personnages :: Présentations :: Terminées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant