Revenir en haut
Aller en bas


 

- Happy Napoliversary ! [Terminé] -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Chiaia :: Ghetto Crime Bar
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Moira VeraldiToujours frais après un litre de café
Moira Veraldi
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5248-moira-why-so-serious http://www.ciao-vecchio.com/t5255-moira-crazy-for-you
Faceclaim : Alicia Vikander ©lunaeye
Messages : 824 - Points : 606
Happy Napoliversary ! [Terminé] A8gIkGEX_o
Âge : 29 ans
Métier : ambulancière-secouriste
Happy Napoliversary ! [Terminé] Empty
Sujet: Happy Napoliversary ! [Terminé] ( le Mer 8 Mai 2019 - 15:26 )
Saisir le moindre prétexte pour le détourner en soirée festive ? Ce n'est pas seulement une opportunité, mais une constante pour l'infatigable Veraldi. Que faire d'autre après tout, si ce n'est s'emparer à bras-le-corps de la moindre excuse, aussi bien tout que n'importe quoi, pour vivre joyeusement leur quotidien ? Et en l'occurrence, il ne s'agit pas de n'importe quoi ce soir, mais de l'anniversaire napolitain de son amie ! Car oui, tous les anniversaires sont bons à fêter. Huit ans, déjà ! Difficile de croire qu'autant d'années ont passé, depuis ce jour où elle a aperçu Ava se battre avec ses valises, sous un torrent de pluie. Mais il est vrai que l'ambulancière accorde, par habitude, peu de réflexion au temps qui passe, pour plutôt jeter son dévolu sur l'instant présent. Seulement elle s'en est souvenue malgré tout, de cet anniversaire, et de justesse lorsqu'elle s'est pointée à la dernière minute à la porte de sa camarade. Heureusement pour elle, cette dernière se trouvait bel et bien chez elle, et c'est dès lors sans scrupules, aucun, que Moira a voulu l'arracher du confort de son logis, pour marquer le coup en lui payant un verre (qui viendra sans doute avec ses petits frères) dans le bar du coin.
À présent accoudée au comptoir dudit bar, celle qui invite ne perd pas de temps pour se faire entendre et commander leur deux premières boissons, alors qu'Ava s'en est allée prendre place à une des tables. Et ce n'est qu'une fois leurs deux consommations – préparées avec soin, elle y a veillé – en mains, qu'elle prend cette même direction, avant de s'exclamer à hauteur de son amie.
- Et voilà, Madame est servie ! Et c'est même sans en avoir renversé une seule goutte, qu'elle pose donc son verre devant elle, avant de faire de même avec le sien à l'autre bout de la table. Si tu regrettes que je t'ai sorti de chez toi, c'est le bon moment pour tout oublier au fond de ce verre. Ou c'est en tout cas le trait plaisantin qu'elle fait entendre, tandis qu'elle prend place sur sa chaise. L'instant d'après néanmoins, il est temps de passer aux choses sérieuses, alors qu'elle se ré-empare de son verre pour l'élever au-dessus de la table. Trinquons à la plus belle américaine venue conquérir Naples ! Qu'est-ce que je peux te souhaiter pour cette nouvelle année ici ? Un amant, ou dix, et surtout pas de chlamydia ?


DON'T THREATEN ME
WITH A GOOD TIME


Dernière édition par Moira Veraldi le Mer 31 Juil 2019 - 17:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ava Castelli10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Ava Castelli
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5796-ava-je-t-aime-plus-que-trois-f http://www.ciao-vecchio.com/t5804-ava-castelli-la-fin-fait-parti-du-voyage#183331
Faceclaim : j'ai pour avatar Scarlett Johansson. Autrement, celui-ci est signé heavydirtysoul. Le texte de ma signature provient de la chanson «A Bad Dream» par Keane.
Je suis absent-e : PR jusqu'à fin août.
Messages : 736 - Points : 1011
Happy Napoliversary ! [Terminé] 6jes
Âge : 29.02.1988, née à Porto : j'ai trente et un ans.
Métier : décoratrice d'intérieurs.
Happy Napoliversary ! [Terminé] Empty
Sujet: Re: Happy Napoliversary ! [Terminé] ( le Mer 15 Mai 2019 - 2:42 )
- HAPPY NAPOLIVERSARY ! -
Pas un cauchemar. « Nooon ! » Je m'exclame lorsque j'entends mon iPhone sonné, en signe de réveil. Aujourd'hui, je m'octroie le luxe de me réveiller plus tard qu'à mon habitude, le fait est que me lever en soit est un problème, puisque j'aimerais pouvoir traîner au lit. Est-ce que cela peut se faire ? Oui et non… Surtout non, en vérité. « Arrête de sonner ! » Je m'exclame, alors que j'ai envie d'éteindre mon téléphone, en restant sous mes couvertures. « Fichue sonnerie ! » Je dis en étouffant mes dires dans mon oreiller, avant de me redresser, un œil fermé alors que le second est ouvert, pour me saisir de mon smartphone. « Voilà qui est fait. » Je souffle pour moi-même, l'ayant arrêté, étant à présent assise sur mon lit. « Une heure, une toute petite, minuscule heure. » Je dis, m'allongeant à nouveau, alors que je me trouve de côté, dos à l'immense baie-vitrée où sont tirés d'immenses rideaux afin que je puisse dormir dans le noir quasi-complet... « … All the shine of a thousand spotlights, All the stars we steal from the nighsky Will never be enough, Never be enough … » J'entends, alors que j'ouvre un premier œil. Tendant mon bras pour m'emparer de mon téléphone, je l'éteins à nouveau, mais cette fois-ci, je me lève, puisque j'ai pas mal de choses à faire, malgré que ma journée soit moins chargée que de coutume. « Toutes les bonnes choses ont une fin. » Je souffle, avant de pousser ma couverture pour ainsi m'asseoir sur le lit. Frottant quelques petites secondes mes yeux, je me décide à me placer sur le rebord de celui-ci pour me lever avec lenteur, étant donné que ma tension chute lorsque je me lève, ce qui provoque trop couramment des vertiges. « On y va doucement. » Je murmure, quand je me redresse, étant à présent debout.

Rideaux ouverts, douche prise, lunette sur le bout de mon nez, je suis à présent dans mon bureau, assise face à mon ordinateur. Picorant mes madeleines alors que je travaille en même temps, je me dis qu'il va falloir que je m'occupe de bien nettoyer mon clavier, puisque je suis une psychopathe de la propreté, puisque je suis une maniaque du ménage, mais également du rangement. Me pinçant les lèvres, tapant un code, je me sens moins angoissée que d'habitude, sans doute parce que je suis dans les clous, puis aussi parce que mes derniers clients ont été ravis par mon travail fourni pour leur entreprise. Y songer me fait sourire alors que je continue à taper sur mon clavier quand la date de ce jour m'interpelle. « Non. » Je souffle, alors que je sais que cette journée est particulière, puisque cela fait huit ans jour pour jour que j'ai débarqué à Naples. « Joyeux anniversaire Ava. » Je dis, restant un instant sans bouger, mon regard se perdant dans mon écran quand je reviens à moi, pour reprendre mes lignes de codages. Après de nombreuses heures intensives de travail, je me décide à me faire un petit plaisir, mais également une coupure dans mon travail pour profiter de la fin de journée, ainsi que de ma soirée. Étant casanière ainsi que solitaire – étant habituée à agir ainsi, ayant même été « éduqué » ainsi, puisque mes parents n'étaient que trop peu présents – je me décide à m'ouvrir une bière lorsque l'on frappe à ma porte. Mes sourcils froncés, je m'en vais rejoindre l'entrée à pas de loup, quand j'ouvre pour découvrir Moira.


Une petite heure plus tard, me voici dehors, dans un bar du quartier, attendant Moira qui se charge de nos boissons. Ne sachant pas ce qu'elle a commandé, ce qu'elle va me ramener, je suis heureuse qu'elle ait pensé à moi, puisque c'est le jour même de mon arrivée que nous nous sommes rencontrées. Y songeant, me remémorant cet instant passé, j'ai la sensation que c'est hier que j'ai débarqué à Naples. J'étais trempée de la tête aux pieds et je peinais à faire rouler mes valises, alors que je quittais l'aéroport de la ville. C'était désemparée et prête à craquer et ainsi fondre en larmes que mon héroïne m'est venue en aide, ce que je n'oublierais jamais. « Merci ! » Je dis, heureuse, un sourire ornant mon visage lorsque ma Moira chérie arrive, clamant que je suis servie. Retenant un rire par ses mots, je poste une main sur mes lèvres avant de lui répondre, amusée. « Je ne regrette pas ta visite, bien au contraire. » Je dis, appuyant mes propos par des signes de tête positif. « Concernant ton "tout oublié dans le fond de ce verre", je compte bien le faire ! » Il est devenu assez rare que je sorte, le fait est que lorsqu'il s'agit de Moira, je dois bien admettre qu'il m'est compliquée de lui dire non. Levant mon verre, faisant comme ma merveilleuse amie, je ne peux que laisser échapper un rire d'entre mes lèvres alors que mes joues se tintent de rose par ses propos. « Tu exagères, mais merci. Qu'est-ce que tu peux me souhaiter ? » Je prends le temps de réfléchir quand une réponse évidente vient s'insinuer dans mon esprit. Ce que je désire, c'est de découvrir les raisons du suicide de mon père, mais cela, je ne l'évoque pas, je le garde pour moi. « Je dirais… Réussir davantage dans mon domaine, afin d'avoir des personnes qui travaillent pour moi. » Laissant quelques petites secondes s'écouler, je reprends finalement : « Ce que je veux, ce que je désire, c'est qu'à cette même date l'année prochaine, nous soyons à nouveau ensemble pour fêter mon arrivée à Naples. Je désire aussi que l'on soit toujours aussi proches, aussi amies. Puis, j'ajouterai qu'effectivement, je ne veux absolument pas de chlamydias ! » Sincère et amusée, je trinque avec ma Moira chérie, quand je porte à mes lèvres ma boisson. Réalisant que je ne sais pas de quoi il s'agit, je me stoppe net dans mon geste et je lui demande : « Il y a quoi dans ce verre ? Tu as demandé une recette spéciale anniversaire d'arriver à Naples ? » Je ne peux m'empêcher de rire après mes mots, quand je me jette à l'eau lorsque je retrouve un semblant de sérieux, en avalant une gorgée de la boisson que ma belle brune m'a apporté. « HUM… » Je dis, posant mon verre sur la table, alors que j'essaye de créer un suspens qui ne prend pas. « C'est très bon ! Dis-moi ce que c'est, s'il te plaît. » Je finis par lui demander, alors que je la fixe avec mes énormes billes, afin qu'elle craque, qu'elle me dise ce qui se trouve dans nos verres.

@MOIRA VERALDI


***Pardon pour ce temps de réponse, je ne suis pas dans ma meilleure forme ses derniers temps. Happy Napoliversary ! [Terminé] 3699239924



{ I WAKE UP, IT'S A BAD DREAM } Guess I'm not the fighting kind. Wouldn't mind it, if you were by my side. But you're long gone, yeah you're long gone now. I was fighting, but I just feel too tired to be fighting.
(c) princessecapricieuse
Revenir en haut Aller en bas
Moira VeraldiToujours frais après un litre de café
Moira Veraldi
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5248-moira-why-so-serious http://www.ciao-vecchio.com/t5255-moira-crazy-for-you
Faceclaim : Alicia Vikander ©lunaeye
Messages : 824 - Points : 606
Happy Napoliversary ! [Terminé] A8gIkGEX_o
Âge : 29 ans
Métier : ambulancière-secouriste
Happy Napoliversary ! [Terminé] Empty
Sujet: Re: Happy Napoliversary ! [Terminé] ( le Ven 24 Mai 2019 - 23:07 )
Il ne faut guère plus qu'un peu de compagnie pour satisfaire l'énergumène Veraldi, et ce soir elle est servie en compagnie de sa divine amie. Ce n'est pas comme si elle avait été la chercher jusqu'au pas de sa porte, après tout ! Cette dernière ne semble pas bouder sa venue surprise et leur présence dans ce bar en tout cas, ce qu'elle ne tarde pas à lui confirmer d'ailleurs.
- Mais de rien ma belle ! J'ai bien peur que même si tu l'avais regretté, je ne t'aurais pas bien laissé le choix. Je suis... comment dit-on déjà ? Ah oui, chiante ! C'est un mot pour le dire en effet, puisque si elle n'a pas pour plaisir d'imposer sa volonté aux autres, il en reste qu'elle demeure une infatigable boute-en-train. Heureusement, sa camarade semble s'en accommoder depuis un certain nombre d'années déjà, alors que de son côté elle confirme son incorrigible entrain l'instant suivant. Moi, exagérer ? Tu sais bien que c'est pas mon genre ! Elle se tourne en dérision bien sûr ; seulement dans le cas du capital séduction d'Ava, elle serait prête à parier que son exagération rejoint de peu la réalité. En tout cas, elle, n'a jamais été aveugle à la beauté de la jeune femme. Mais si tu doutes de moi, on peut demander à ce monsieur-là ce qu'il en pense, ou à celui-là là-bas, ou même à cette dame... Tu dois bien le sentir parfois, l'effet que tu fais ? En ce qui la concerne, son charme crève les yeux, alors que justement son regard ne la quitte pas en l'écoutant réfléchir ensuite à ses souhaits pour cette nouvelle année napolitaine : de la réussite professionnelle... et la continuité de leur amitié, en voilà une chose qu'elle ne peut qu'approuver, pour mieux trinquer. Tu l'as dit Castelli ! Tu sais bien comme c'est pas facile de se débarrasser de moi, il suffira seulement que tu sois toujours à Naples pour ça ! Mais tu ne comptes pas nous quitter ? Tu t'es bien trop attaché à nous maintenant, qu'elle affirme en trouvant le moyen de battre un instant des paupières. Ava ne tarde pas alors à reporter son attention sur son verre, dont le contenu semble définitivement l'intriguer et l'ambulancière la regarde le goûter avec un sourire, avant de chercher à faire durer le suspense.
- Devine... mais il faut croire que Moira est étrangère au concept de devinettes, lorsqu'elle lui livre aussitôt la réponse. Un americano, revisité par les soins du patron. Subtile, hein ? Ou pas vraiment certes, lorsque c'est rarement l'habitude de la trublionne pour ce genre de clin d’œil. Mais je compte bien me prendre mon traditionnel Amaretto après ça ! Ou bien une Margarita ? Car oui, elle pense déjà à la suite, et reste prête à s'aligner sur les goûts de son amie pour la prochaine tournée – la seule chose dont elle est certaine étant l'état avec lequel elles ont franchi cette porte, mais certainement pas celui dans lequel elles repartiront. Elle avale alors une première gorgée de son verre, tout en songeant à ce qu'Ava a pu lui dire quelques instants plus tôt. Dis, t'as pas gros de soucis à oublier au fond de ce verre, si ? Parce que j'aurais deux-trois choses à dire à tes emmerdes sinon.

Spoiler:
 


DON'T THREATEN ME
WITH A GOOD TIME
Revenir en haut Aller en bas
Ava Castelli10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Ava Castelli
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5796-ava-je-t-aime-plus-que-trois-f http://www.ciao-vecchio.com/t5804-ava-castelli-la-fin-fait-parti-du-voyage#183331
Faceclaim : j'ai pour avatar Scarlett Johansson. Autrement, celui-ci est signé heavydirtysoul. Le texte de ma signature provient de la chanson «A Bad Dream» par Keane.
Je suis absent-e : PR jusqu'à fin août.
Messages : 736 - Points : 1011
Happy Napoliversary ! [Terminé] 6jes
Âge : 29.02.1988, née à Porto : j'ai trente et un ans.
Métier : décoratrice d'intérieurs.
Happy Napoliversary ! [Terminé] Empty
Sujet: Re: Happy Napoliversary ! [Terminé] ( le Dim 2 Juin 2019 - 2:59 )
- HAPPY NAPOLIVERSARY ! -
À Moira, je ne peux rien lui refuser et j'espère qu'elle ne le sait pas encore, du moins, pas avant que je ne trouve une alternative afin de ne pas dire « oui » à tout ce qu'elle me propose. Lui offrant un sourire, je l'écoute avant de laisser s'échapper un petit rire d'entre mes lèvres. « HUM… Ne pas me laisser le choix… Je le savais ! Quant au fait que tu sois chiante… Je dirais que cela me paraît être une qualité, puisqu'il s'agit de toi et de personne d'autre. » Lui offrant un clin d'œil complice, je deviens plus rouge encore, puisqu'elle se montre adorable à mon égard, bien qu'elle le soit toujours, mais cette fois-ci, cela semble me toucher davantage. « Effectivement, ce n'est pas ton genre du tout ! » Je réponds, riant à nouveau, puis je reprends : « Je ne suis pas venue conquérir l'Italie, mais à présent que tu m'en parles, pourquoi pas. » Haussant les épaules, je lui fais de gros yeux quand elle me propose de demander aux personnes autour de nous si elle exagère à mon propos. Devenant toute rouge, levant mes mains, les agitant, je la prie de ne pas le faire quand je rougis de plus belle. « Arrête. Tu es adorable, mais… » Mais quoi ? Je me trouve banale, quelconque, ce qui n'est apparemment pas le cas de ma belle et magnifique Moira. « Non, je ne le sens pas. » Je réponds dans un murmure, comme pour me confesser, alors que j'ose affronter son regard. « C'est toi que tout le monde devrait regarder. Tu es belle, drôle, intelligente, adorable, douce. Tu es parfaite. » Je dis, mon regard étant toujours encré dans le sien quand je réfléchis à ce que je désire pour l'année prochaine, à cette même date. Lui affirmant que je désire m'épanouir davantage dans mon job, j'ajoute que je désire que l'on soit toujours aussi amie, aussi proche, puisque je tiens beaucoup à elle. « OH oui ! Je le sais, ma chère amie colle glu ! » Je ris, plaisantant évidemment, ne la considérant pas collante de toute façon. « Je ne compte pas quitter Naples, je te l'assure. » Me voulant rassurante, j'ajoute : « Si cela devient un jour le cas, je t'en ferai part afin que tu m'enfermes et me tienne en otage dans ta cave ou dans l'une de tes armoires. » Postant mon visage entre mes mains, je ne peux m'empêcher de rire à nouveau, l'étouffant, puisque j'ai tendance à faire pas mal de bruit lorsque je me laisse à rire sans gêne, sans honte que l'on m'entende. Après m'être remise de ma petite « crise » de rire, je demande à ma Moira chérie ce qui se trouve dans nos verres qu'elle nous a apporté, quand je me lance, buvant une première gorgée. Après un suspens n'ayant pas pris, je demande à ma douce et belle brune de me dire de quoi il s'agit, ayant adoré le goût du contenu de mon verre. « Un americano revisité… » Je dis, faisant mine de garder à nouveau un suspens insoutenable, quand Moira reprend et que je lui offre de nouveau un sourire. « Subtile, tu as raison. Divin aussi. C'est vraiment très très très bon. Il ne faut pas que j'en aie la recette. Je m'en ferais tous les quatre matins. » Avalant de nouveau quelques gorgées, Moira me parle déjà de nos prochaines consommations, ce qui me fait lever les yeux au ciel bien qu'amuser. « Tu permets que je termine mon premier verre ? » Je lui demande, taquine, quand un voile se lève sur mon regard après sa question. « Je… » Je ne peux pas lui parler de mon père, de l'histoire de notre famille, puisque j'ai peur qu'elle me voie d'une nouvelle façon, une bien différente, qui changerait à jamais le regard qu'elle me porte. « Non. Tu sais… C'est le travail. Je bosse beaucoup et c'est assez épuisant d'être toute la journée devant son écran d'ordinateur à coder. » Haussant les épaules, je fixe mon verre en le lui disant, ne désirant pas qu'elle perçoive la tristesse criarde dans mes énormes billes couleur émeraude. « T'en fais pas, je vais les gérer mes emmerdes. » Je finis par dire, un mince sourire naissant sur mon visage alors que je termine le contenu de mon verre cul-sec. « Aller ! C'est fait. On boit quoi maintenant ? » Je demande, désireuse d'oublier la tristesse qui m'avait gagné il y a quelques minutes, pour m'amuser véritablement avec ma merveilleuse amie, voulant profiter au maximum de notre soirée, ensemble.

@MOIRA VERALDI


***Bon courage à toi aussi. Happy Napoliversary ! [Terminé] 657364136 Je t'envoie des bisous multifonctions. Ainsi, si tu es triste, ils te rendent joyeux, si tu es malade, ils te soignent, etc. Happy Napoliversary ! [Terminé] 1785980161 Happy Napoliversary ! [Terminé] 1368629478



{ I WAKE UP, IT'S A BAD DREAM } Guess I'm not the fighting kind. Wouldn't mind it, if you were by my side. But you're long gone, yeah you're long gone now. I was fighting, but I just feel too tired to be fighting.
(c) princessecapricieuse
Revenir en haut Aller en bas
Moira VeraldiToujours frais après un litre de café
Moira Veraldi
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5248-moira-why-so-serious http://www.ciao-vecchio.com/t5255-moira-crazy-for-you
Faceclaim : Alicia Vikander ©lunaeye
Messages : 824 - Points : 606
Happy Napoliversary ! [Terminé] A8gIkGEX_o
Âge : 29 ans
Métier : ambulancière-secouriste
Happy Napoliversary ! [Terminé] Empty
Sujet: Re: Happy Napoliversary ! [Terminé] ( le Mar 11 Juin 2019 - 18:26 )
- Tu en doutais vraiment ? Et si sa tendance à ne pas lui laisser le choix est ici remise en question, c'est plutôt son penchant pour l'autodérision dont elle ne devrait jamais douter. D'ailleurs, quitte à (justement) en rajouter une couche... Ne me flatte pas trop quand même, sinon je vais me croire tout permis ! Quoi pour l'arrêter effectivement, si sa belle Ava a trop de bonté pour lui reprocher quoi que ce soit, même ses défauts ? Ce n'est pas comme si elle en était déjà au point de ne pas savoir s'arrêter, même lorsqu'elle a conscience d'en devenir lourdingue. Seulement c'est son irrépressible nature d'être, que de jouer les pitres en tout temps, et elle n'a pas manqué de lui rendre son clin d’œil entre temps. Tu sais qu'il te suffirait de battre des paupières pour ça ? Pauvre de nous, le jour où tu mesurais l'ampleur de ton charme dévastateur... D'ici-là, sa camarade vient à rougir plutôt qu'à confirmer son capital séduction. Oh l'idiote Veraldi serait bien capable d'interpeller un de leurs voisins de table effectivement, pour lui demander son avis sur le sujet, mais l'embarras de son amie l'arrête un instant dans cette intention, bien qu'elle sourit toujours et n'en perd pas sa bonne humeur.
- Quoi, tu crois que je te flatte mais que je n'en pense pas un traître mot ? Si tu me fais confiance, tu peux me faire confiance là-dessus : tu as le charme pour faire des désireux et des envieuses. Et sur ces mots qui ne sont que la vérité à ses yeux (quand pourtant sa bouche échappe si souvent des sottises), elle prend le temps d'avaler une nouvelle gorgée de son verre – mais est-ce vraiment le bon timing pour ça ? puisqu'elle manque de s'étouffer sur ce que lui répond Ava entre temps. Maintenant c'est toi qui cherche à me flatter ! Douce, moi ? J'ai la délicatesse d'un éléphant dans un magasin de porcelaine, on va pas se mentir. Elle en plaisante donc, un sourire toujours logé au coin des lèvres, mais se rend bel et bien compte de la gentillesse de son amie. L'instant d'après, la trublionne ne manque pas d'afficher une lueur intéressée dès lors qu'il est question de faire de Castelli sa prisonnière. Ne me donne pas des idées comme celle-là ! Tu pourrais le regretter un jour... C'est vrai que ça serait tentant, ne serait-ce que pour avoir de la compagnie 24h/24 pour une accro aux échanges sociaux comme elle. Alors oui, autant laisser planer le doute (qui n'a pas lieu d'être) sur ses véritables intentions, tandis qu'elle déleste son verre d'une nouvelle gorgée.
- Dans ce cas il faut définitivement que tu aies la recette ! Si c'est pour s'en faire tous les quatre matins, il faut forcément qu'elle la contredise. Après tout, il ne faut pas s'attendre à voir Moira prêcher les bienfaits de la modération, quand bien même elle est régulièrement confrontée aux dérives de l'alcool à travers son job d'ambulancière. Comment ne pas se rendre compte en un rien de temps qu'elle a, elle aussi, une décente très (trop ?) facile ? Elle rit à gorge déployée en tout cas, dès l'instant où Ava lui fait remarquer qu'elles ont encore ce premier verre à vider, avant d’enchaîner sur la suite. Je t'en prie, déguste ! Par la suite néanmoins, elle mesure ses airs rieurs, lorsqu'il est question des emmerdes de la belle et de sa capacité à les gérer. Je n'en doute pas. Tu ne te sens pas trop seule au moins ? En l'occurrence, c'est là ce qu'une intenable sociable comme elle craindrait à sa place, que de devoir se confiner à la solitude de son appartement. Car si ce n'est que ça, je peux passer pour t'offrir des temps de récréation. On se fera des americano et des amaretto... De quoi dangereusement compromettre son temps de travail, en effet. Et elle conclue cette boutade d'un clin d’œil, avant de justement rebondir sur la suite du programme alcoolisé de cette soirée anniversaire. Bah tiens justement ! Et si on enchaînait sur cet amaretto ? Et sur cette proposition, elle finit à son tour son verre, quand son amie l'a bel et bien devancé à ce jeu-là !

Spoiler:
 


DON'T THREATEN ME
WITH A GOOD TIME
Revenir en haut Aller en bas
Ava Castelli10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Ava Castelli
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5796-ava-je-t-aime-plus-que-trois-f http://www.ciao-vecchio.com/t5804-ava-castelli-la-fin-fait-parti-du-voyage#183331
Faceclaim : j'ai pour avatar Scarlett Johansson. Autrement, celui-ci est signé heavydirtysoul. Le texte de ma signature provient de la chanson «A Bad Dream» par Keane.
Je suis absent-e : PR jusqu'à fin août.
Messages : 736 - Points : 1011
Happy Napoliversary ! [Terminé] 6jes
Âge : 29.02.1988, née à Porto : j'ai trente et un ans.
Métier : décoratrice d'intérieurs.
Happy Napoliversary ! [Terminé] Empty
Sujet: Re: Happy Napoliversary ! [Terminé] ( le Mar 25 Juin 2019 - 23:08 )
MOIVA ♔ Happy Napoliversary !
Mes énormes billes scintillantes, je me rends compte à ce moment précis, que je suis chanceuse. La raison ? Moira est apparue dans ma vie alors même que je débarquais ici et depuis, nous ne nous sommes pas perdues de vue. « Douter de quoi ? Que tu me traînes dehors à ce jour si particulier pour moi ? » Esquissant un sourire, je ne peux m'empêcher d'être heureuse, ce qui me fait un bien fou. Comme toujours, ma belle Moira parvient à emplir mon cœur de joie, ce qui me semble pourtant irréaliste, lorsque je me trouve avec d'autres personnes, qui ne sont évidemment pas elle. « Tu as raison, je dois cesser de te flatter… Mais y parviendrais-je ? » Je fais la moue, tout en faisant mine de réfléchir. « Je n'en suis pas certaine. » Me laissant rire, postant tout de même une main devant ma bouche, je me ressaisis rapidement et pour cause : je deviens écarlate. « Moira… » Je prononce dans un souffle, l'écoutant toujours. « Tu me gênes, arrêtes. » Je dis, quand mon regard se pose sur mon verre, alors que je dois me trouver plus rouge encore, si cela est possible. Lorsqu'elle en vient à « mon charme dévastateur », je redresse ma tête, la fixant. Me pinçant durant quelques courtes secondes les lèvres, je finis par lui dire : « Bien. Dans ce cas, voyons si « mon charme dévastateur » en ne faisant que battre des paupières fonctionne sûr… Tiens, toi, dans un premier temps ! » M'étant appliquée à faire des guillemets en prononçant ses mots, me voici en train de battre de cils. La regardant, je finis par rire, à cause de ma gêne, quand je reprends : « Alors, mon charme fonctionne sur toi ou je dois recommencer, en le faisant au serveur par exemple ? » Je demande, alors que je regrette d'ores et déjà mes propos, rapport au serveur, puisque je serais incapable de le faire, sans devenir à nouveau écarlate. « Tu sais quoi ? On oublie le serveur. Ce soir, ce n'est que toi et moi. » J'ajoute rapidement, quand elle me questionne et que je lève les yeux au ciel. « Désireux et envieuses ? Je note. » Je dis, sur le ton de la plaisanterie, me trouvant plus gêner encore. De ce fait, voulant lui rendre le change, je lui confirme que c'est effectivement ce que je pense d'elle. Acquiescent dans un signe de tête que je la trouve douce alors qu'elle s'interroge, je ne peux que rire à la suite de ses propos. « Tu sais quoi ? Les éléphants peuvent se montrer délicats, oui madame ! Seulement, il est trop tard pour que je t'en présente un qui le soit. Il se couche relativement tôt. Le fait est que je pense tout ce que je t'ai dit, crois-moi sur parole. » Je termine, plus sérieuse.

Ayant avalé une bonne partie du contenu alcoolisé présent dans mon verre, j'affirme à Moira que si je viens à partir un jour, je l'informerais, avant d'ajouter qu'elle pourra me séquestrer jusqu'à ce que mon avis change. Dans ses mots que j'ai prononcés, la plupart sont vrais, puisque si je venais à m'en aller, je la préviendrais. Seulement, aujourd'hui, cela ne s'applique pas, puisque je n'ai absolument pas envie de m'en aller de Naples, puis, je ne veux pas la quitter elle, l'adorant, même si parfois, nous peinons à nous voir, à cause de ce que je fais sans le lui dire : c'est-à-dire traîner souvent dans des endroits parfois très peu recommandables, afin d'obtenir des réponses à mes questions, concernant le suicide de mon père. Puis, je travaille énormément aussi, il faut le souligner. « C'est vrai ? Ça te donne des idées que je pourrais regretter ? » Je prononce, un immense sourire présent sur mon visage, alors que mes prunelles scintillent plus encore. « Es-tu une serial killeuse ? Es-tu du genre à séquestrer les personnes que tu aimes ? » Je demande, sur le ton de la plaisanterie, elle le sait d'ailleurs, bien que je lui pose ces questions plus bas, afin que l'on ne m'entende pas. « Enfin, passons. Tu m'en feras la surprise si tu l'es ! » Je termine, riant à nouveau dans mes mains. « Je crois que l'alcool me monte déjà à la tête ou bien, c'est toi qui me rends si joyeuse. » Je prononce, avalant une nouvelle gorgée de mon verre. Manquant de m'étouffer à ses dires à propos de celui-ci justement, je lève par la suite les yeux au ciel, rapport à avoir la recette. « Pas sûre que ce soit une bonne idée. Puis, ce ne serait pas aussi bon sans ta compagnie. » J'ajoute, avant de lever mon verre, comme pour trinquer à nouveau. Ce soir, je peine à vider mon cocktail rapidement, puisque je ne me trouve pas seule, ce qui je dois l'admettre, me réussi, dans le sens où je me serais mise à boire dans un coin, seule, comme je le fais parfois, pour appeler mon chauffeur et m'endormir à l'arrière de la voiture, à cause de ma consommation d'alcool. « C'est ce que je fais ! Je déguste. » Je dis, un sourire ineffaçable étant présent sur mon visage, quand je me crispe, par sa question. « Ça va. Je me débrouille seule, tu sais. » Haussant les épaules, je sais que Moira ne peut que comprendre, puisque je ne lui ai jamais dit durant tout ce temps qu'un proche venait me rendre visite, ni quoi que ce soit d'autres qui pourrait supposer que je me trouve entourer, puisqu'effectivement, je n'ai pas de famille, et cela, depuis bien longtemps déjà. Écoutant la suite de ses propos, je me détends, avalant même une nouvelle gorgée de l'alcool qui brûle en cet instant ma gorge. D'ailleurs, désireuse de rebondir sur ceux-ci, je lui réponds dès l'instant que j'ai posé mon verre sur la table. « Je suis pour que tu m'offres des récréations. C'est un grand oui ! » Appuyant mes propos dans quelques signes positifs de la tête, je finis par vider mon verre, demandant déjà un suivant, lorsqu'elle me propose ce fameux amaretto. « Allons-y ! Deux amarettos ! » Je prononce, joyeuse, alors que je voudrais que cette soirée ne finisse jamais.


@MOIRA VERALDI



{ I WAKE UP, IT'S A BAD DREAM } Guess I'm not the fighting kind. Wouldn't mind it, if you were by my side. But you're long gone, yeah you're long gone now. I was fighting, but I just feel too tired to be fighting.
(c) princessecapricieuse
Revenir en haut Aller en bas
Moira VeraldiToujours frais après un litre de café
Moira Veraldi
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5248-moira-why-so-serious http://www.ciao-vecchio.com/t5255-moira-crazy-for-you
Faceclaim : Alicia Vikander ©lunaeye
Messages : 824 - Points : 606
Happy Napoliversary ! [Terminé] A8gIkGEX_o
Âge : 29 ans
Métier : ambulancière-secouriste
Happy Napoliversary ! [Terminé] Empty
Sujet: Re: Happy Napoliversary ! [Terminé] ( le Mar 9 Juil 2019 - 18:57 )
- Exactement ! Sa camarade semble avoir tout compris effectivement, à une nuance près. Bien que je n'attendrais pas ton prochain anniversaire napolitain pour te traîner à nouveau dehors. Non, cette année de répit elle ne l'aurait pas, quand l'intenable Veraldi est prête à saisir la moindre occasion pour venir la chercher. S'en plaint-elle seulement ? Elle aurait certainement plus de griefs contre elle le lendemain matin, lorsqu'elle devra encaisser les excès de la veille. Mais n'y a-t-il pas justement un autre challenge qui les attend d'ici-là ? Je te traîne dehors oui, et c'est toi qui vas te traîner pour rentrer selon la dose que tu auras ingurgité ! Avec un rictus rieur au coin des lèvres, elle s'amuse à l'avance de ces possibles déboires à venir, tout en se plaisant ensuite d'un autre commentaire de son amie. C'est vrai que je te soudoie pour continuer, alors tu n'as pas trop le choix. Et sur ces mots, c'est ainsi un clin d’œil complice qu'elle lui adresse, quand il est dès lors entendu qu'elle ne cesserait jamais de la flatter – ou plutôt, de se jouer de ces flatteries. Car ne s'agit-il pas de se jouer de tout ? Puisque bientôt, Moira peut se ravir de son effet sur ses joues écarlates, avec un sourire éclatant.
- Tu sais bien que c'est mon passe-temps favori, te faire rougir. Tu m'en veux pas au moins ? Elle ne se gêne pas un seul instant de ses allusions et sous-entendus en tout cas, pour mieux surenchérir dès l'instant où Ava a la bonne idée d'user de ses charmes à son encontre. Allons bon, tu n'as pas encore réalisé que je suis déjà sous son ton charme ? Malheureusement pour moi, tu n'en as que pour ces messieurs... alors c'est plutôt sur ton serveur que tu devrais t'exercer, en effet. Et à croire qu'elle va finir par faire regretter à sa camarade d'avoir ainsi évoqué cette idée, elle ne lâche pas l'affaire. Tu vas pas te dégonfler au moins, dis ? Et puis une galante compagnie pourra toujours t'être utile en rentrant chez toi, tu sais, pour tenir debout. Et certainement pas pour l'aider à se déshabiller également. Elle finit enfin par mettre entre parenthèses ses lourdeurs cependant, pour mieux rebondir sur la lourdeur de l'éléphanteau. Tu parles, à leur naissance ils pèsent déjà plus de 100 kilos ! Comment tu veux être délicat en prenant autant de place ? C'est comme ma connerie, elle prend bien trop de place pour se faire discrète. Parce que Mo ne peut lui répondre autrement que sur le ton de la plaisanterie évidemment, si en plus de ça son amie en fait elle-même une farce. C'est que sa Castelli ne manque jamais de ressources en la matière, alors qu'elle fait momentanément d'elle une serial killeuse.
- Regretter, ça, je sais pas... tu pourrais te surprendre, qui sait ce qui serait à ton goût ? Peut-être bien, en effet, qu'elle ne serait pas contre qu'elle la séquestre chez elle en fin de compte. N'est-ce-pas pour cette raison même qu'elle évoque cette idée d'ailleurs ? Mais si elle préfère qu'elle lui fasse cette surprise, autant garder pour elle le mystère en effet. Qu'est-ce qu'une serial killeuse dirait exactement ? Non, je n'en suis pas une. C'est donc un sourire qui se veut énigmatique qui conclut leur échange à ce sujet, avant d'en revenir à leur présent : ces verres dans leurs mains, et cet alcool qui leur monte à la tête. À se demander pourquoi tu ne sors pas plus souvent ! Il faut bien qu'elle la taquine là encore, alors qu'elle n'est très certainement pas celle qui va encourager la modération. Quand est-ce que ce n'est jamais une bonne idée au juste ? Et toujours, ce sourire à ses lèvres, quand bien même elle finit par se montrer un peu plus sérieuse. Ça ne veut pas dire que tu dois te débrouiller seule pour autant. Mais qu'en sait-elle vraiment, la trublionne ? Elle reste seulement son amie, toujours prompte à répondre présente si besoin – surtout si le besoin en question est un amaretto. Et c'est parti ! Là voilà donc qui quitte momentanément leur table pour rejoindre le bar, avant de revenir avec leurs verres de nouveau pleins. Alors, à quoi on trinque cette fois-ci !?


DON'T THREATEN ME
WITH A GOOD TIME
Revenir en haut Aller en bas
Ava Castelli10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Ava Castelli
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5796-ava-je-t-aime-plus-que-trois-f http://www.ciao-vecchio.com/t5804-ava-castelli-la-fin-fait-parti-du-voyage#183331
Faceclaim : j'ai pour avatar Scarlett Johansson. Autrement, celui-ci est signé heavydirtysoul. Le texte de ma signature provient de la chanson «A Bad Dream» par Keane.
Je suis absent-e : PR jusqu'à fin août.
Messages : 736 - Points : 1011
Happy Napoliversary ! [Terminé] 6jes
Âge : 29.02.1988, née à Porto : j'ai trente et un ans.
Métier : décoratrice d'intérieurs.
Happy Napoliversary ! [Terminé] Empty
Sujet: Re: Happy Napoliversary ! [Terminé] ( le Ven 12 Juil 2019 - 16:33 )
MOIVA ♔ Happy Napoliversary !

Cette célébration de mon « happy napoliversary » commence sous les meilleurs auspices et pour cause, Moira est présente. Ce soir, je n'aurais pas rêvé meilleure compagnie puisque nous nous sommes rencontrées dès mon arrivée, ce dont je me rappellerais toujours. Souhaitant donc fêter cette journée particulière à mon sens, je suis heureuse de n'avoir que ma Moira à mes côtés, puisque je ne veux pas la partager, du moins, à cette date, puisque nous célébrons également notre rencontre. « OH ! Tu n'avais pas besoin de préciser ce détail, je te connais depuis le temps. » Lui offrant un franc sourire, je lui offre également un clin d'œil, avant de glousser, mon verre étant porté à ma bouche. « Arrête ! J'ai manqué de m'étouffer ! » Je m'exclame, avant de reprendre. « Donc, tu me dis que tu peux m'encourager à m'enivrer, mais que tu ne m'aideras pas à rentrer chez moi ? » Faisant mine d'être vexé, croisant les bras, je finis par rire à nouveau. « En tout cas, je note. Dans ma petite caboche. » Lorsque ma belle Moira reprend, je lève les yeux au ciel, amusée. « Tu me soudoies, c'est certain. Je n'ai jamais le choix, je dois te suivre et tu sais quoi ? J'adore ça. Sans toi à mes côtés, il y a de nombreuses choses que je n'aurais jamais fait. » Hochant positivement ma tête afin d'appuyer mes propos, je deviens écarlate lorsque ma belle reprend. « Je sais que tu adores me voir dans cet état. Chaque fois que tu le fais, j'ai chaud, mon visage devient plus rouge qu'une tomate et toi, tu souris, victorieuse, parce que tu as su trouver les mots qui me font croire davantage en moi. En fait, tu m'aides énormément sans même le savoir. » Postant mon regard sur mon verre, je me surprends à me livrer, puisque cela n'arrive jamais, à quelques exceptions près. « Si je continue à boire, je vais te raconter ma vie durant toute la nuit, tu ne pourras pas fermer l'œil ! » Je dis, désirant plaisanter, afin de cacher le fait que je suis mal à l'aise, parce que je ne sais pas ce que c'est de me confier, de me livrer sur mon passé on ne peut plus sombre, obscure même, à cause d'éléments dont je n'ai que peu de connaissance. « Autrement, pour répondre à ta question, non, je ne t'en veux pas parce que mine de rien, j'aime ça. » Avalant une gorgée de mon verre, je réalise que ce genre de soirée m'est bénéfique. Sans Moira, je serais devant mon ordinateur afin de créer des programmes, sans profiter du monde extérieur, du monde qui m'entoure, ce qui n'est pas bon pour moi, puisqu'au bout d'un certain temps, je souffrirais d'un énorme mal de crâne, m'empêchant de continuer mes lignes de codes.

Écoutant ma belle brune, ayant essayé d'user de mes charmes sur elle, pour plaisanter en lui demandant si cela fonctionne, elle me répond et pour être franche, je suis assez surprise. Mordillant ma lèvre inférieure, rougissant de nouveau, je ne sais pas quoi répondre, où plutôt, j'ai peur de prononcer certaines choses à haute voix. « Tu sais Moira… » Je commence, quand je me dis que je peux user d'humour. « Je ne suis pas surprise, tu sais pourquoi ? Mon charme est dévastateur et je te cite alors. » Haussant les épaules, je lui offre un sourire rayonnant, avant de reprendre, légèrement hésitante. « Pour vous, mademoiselle Veraldi, je pourrais mettre les messieurs de côté. Je ne résiste pas à votre charme. » Battant des cils, je laisse s'échapper un petit rire d'entre mes lèvres, quand je réponds à la suite de ses propos, notamment sur monsieur le serveur qui s'occupe de notre table. « Je te l'ai dit ma Moira chérie, il n'y a que toi ce soir. Il n'y a que nous, alors monsieur le serveur va se cantonner à prendre des commandes et à apporter de l'alcool ou autres à ses clients. Quant au reste, je ne me dégonfle pas. Pourquoi ne m'aiderais-tu pas à tenir debout, dis moi ? » Portant mon verre à mes lèvres, je profite de la brûlure de l'alcool qui se répand dans ma gorge, fermant même les yeux durant quelques courtes secondes. « Tu ne veux pas être en "ma galante compagnie" lorsque je suis pompette, admets-le ! » Je prononce un peu trop fort, du coup, je porte mes mains sur mon visage, afin d'atténuer le son de mon rire. « Soyons sérieuse une petite minute mademoiselle Veraldi. Monsieur mon ami l'éléphant serait choqué par vos propos. Cent kilos, est-ce énorme ? Si tu veux mon avis, la réponse est non. » Je glousse dans mes mains à nouveau, avant de continuer. « Il suffit de savoir où poser sa patte, afin de ne pas faire tout tomber sur son passage enfin ! On l'apprend à l'école des éléphants. Tu ne le savais pas ? » Je demande, faisant mine d'être sérieuse, attendant sa réponse. « Ta bêtise et non "connerie" est une qualité ma belle brune. J'adore les personnes qui ont de l'auto-dérision. » J'affirme, lorsque j'évoque le fait qu'elle puisse me séquestrer si je désire quitter Naples. « HUM… Pour être franche, je pense que tu serais surprise. Je suis bien plus coquine qu'on ne l'imagine. » Offrant un clin d'œil à ma déesse, je bois de nouveau, alors que je me dis que je suis déjà bien pompette, et cela, avec un verre seulement. « Tu imagines ? Une serial killeuse qui se pointe devant sa victime, avec ses accessoires, pour finalement lui dire "je ne suis pas une serial killeuse, faites moi confiance ?" Ce serait terrible. Tu penses que cela s'est déjà vu dans un film ? » Riant, je ne peux nier ce que ma belle me dit par la suite, puisqu'elle a raison : je devrais profiter davantage de la vie. « Tu as raison, je devrais sortir plus souvent. Seulement... Je le ferai uniquement si tu es de la partie, sinon, je reste scotcher à mon ordinateur. » Je prononce, avant de lever ma main, agitant l'un de mes doigts de façon négative. « Tu plaisantes ? Je demanderais à ce que mes robinets fassent couler du mojito, je demanderais à prendre mes bains dans du mojito, je vivrais mojito, je rêverais de mojito. Je deviendrais un mojito ambulant ! » Avalant justement une gorgée de mon cocktail, je deviens soudainement livide, rapport à notre nouveau sujet de conversation, puisque je lui ai affirmé que je me débrouille seule, étant habituée. « Tu sais, lorsque l'on vit seule, lorsqu'on entend aucun bruit hormis la télévision, on a envie d'apprendre à faire des choses soi-même. On s'occupe comme on peut. Par ailleurs, si tu as besoin d'aide pour ton intérieur, sache que je sais faire énormément de choses. » Plaisantant sur la fin de ma phrase, je préfère rire qu'en pleurer quand Moira me quitte pour revenir en moins de temps qu'il n'en faut, munis de nos verres plein. « Je vais définitivement être bourré ce soir. Tu devras me porter, je te préviens ! » Je dis, dans un sourire, lorsque je me saisis de celui-ci, afin que l'on trinque. « À quoi ? » Je demande, essayant de me rappeler à quoi, nous avons déjà trinqué. « Boulot, c'est fait… Rester amies et en contact fait… On peut trinquer à nous, tout bêtement. À nous deux, soyons égoïstes ! » Je dis, souriant, me triturant tout de même l'esprit, pour trouver quelque chose d'autre, de plus originale peut-être, afin que l'on s'amuse plus encore, si cela est possible.


@MOIRA VERALDI



{ I WAKE UP, IT'S A BAD DREAM } Guess I'm not the fighting kind. Wouldn't mind it, if you were by my side. But you're long gone, yeah you're long gone now. I was fighting, but I just feel too tired to be fighting.
(c) princessecapricieuse
Revenir en haut Aller en bas
Moira VeraldiToujours frais après un litre de café
Moira Veraldi
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5248-moira-why-so-serious http://www.ciao-vecchio.com/t5255-moira-crazy-for-you
Faceclaim : Alicia Vikander ©lunaeye
Messages : 824 - Points : 606
Happy Napoliversary ! [Terminé] A8gIkGEX_o
Âge : 29 ans
Métier : ambulancière-secouriste
Happy Napoliversary ! [Terminé] Empty
Sujet: Re: Happy Napoliversary ! [Terminé] ( le Mer 31 Juil 2019 - 17:43 )
- Mais t'es si généreuse avec les compliments, que je me demande si tu me connais vraiment parfois... L'ambulancière a conscience de ses défauts après tout, même s'il est surtout question d'un peu d'autodérision qu'elle accompagne néanmoins d'un sourire flatté – comme si elle avait de quoi être fière. Non, ce que je dis c'est que je suis pas certaine d'être un soutien stable pour vraiment t'aider à rentrer. Moi aussi je picole, je te rappelle. Et sur ce, elle lève son verre à son adresse et engloutit une nouvelle gorgée d'ivresse, alors que sa camarade lui confie aimer qu'elle ne lui laisse pas le choix. Dans ce cas c'est gagné, tu ne l'auras jamais plus ! À croire qu'il ne faut pas le lui dire deux fois, lorsqu'il est question de faire de la belle son pantin (et d'en plaisanter surtout). Voici que cette dernière rougit à nouveau, et la trublionne ne peut qu'afficher un rictus victorieux en retour. Eh ! si ma connerie aide, tu peux toujours compter sur elle. Car c'est là une chose sur laquelle on peut inlassablement compter la concernant : son incapacité à modérer ses lourdeurs, même sous le regard des autres. Et son manque de modération vis-à-vis de l'alcool, on en parle ? Bien que la conversation en revient vite au charme de l'américaine.
- Et ça ne m'étonne pas de te voir en jouer, pauvre de mon cœur... tu devrais avoir honte ! Et pourtant elle ne la fusille pas de son regard, mais se ravit toujours d'un sourire. Ah oui ? Et pour combien de temps ? Une demi-seconde ? Elle, douter de voir son amie renoncer un seul instant aux hommes, pour n'avoir d'yeux que pour elle ? Effectivement, lorsqu'elle n'a toujours vu que ces messieurs lui plaire, alors pourquoi détourner ses attirances spontanées ? Même s'il est certain que si elle devait craquer pour une femme, ce serait certainement pour sa chère Mo, non ? Vu les états dans lesquels je me mets, c'est pas moi qui vais m'embarrasser des conneries alcoolisées des autres. Je t'adore Ava chérie, mais là si, tu te dégonfles ! Et c'est avec l'arc d'un sourire malicieux, qu'elle cherche toujours à la défier et ainsi la pousser à aborder ce serveur, parce que si elle ne finit pas par le faire, c'est peut-être bien elle qui va s'y jeter. L'instant d'après elle rit et hoche de la tête en tout cas, dès lors que Castelli s'amuse du cas de leurs amis les éléphants ; mais ce n'est que lorsqu'elle évoque son cas de serial killeuse, qu'elle ouvre à nouveau la bouche.
- Pourquoi ça ne m'étonne même pas ? C'est toujours les plus réservés en apparence, qui sont les plus coquins en privée... comme si c'était une chose à cacher ! Et à ce sujet, l'incorrigible Veraldi ne plaisante pas tout à fait, quand elle est en effet persuadée que sa camarade n'est pas aussi réservée dans le feu de l'action. Naaah... il n'y a bien que dans la vraie vie qu'on voit ça ! Elle, toujours se jouer de son hypothétique statut de serial killeuse ? Certainement, bien qu'elle oublie vite cette plaisanterie lorsqu'il est question de sauver la vie sociale d'Ava. C'est toujours un plaisir de sortir avec toi ma belle, mais tu vas aussi me faire le plaisir de ne pas m'attendre pour sortir plus souvent ! Pense à tous les mojitos que tu pourrais rafler au passage... Puisque cette dernière tourne en dérision son goût pour ceux-ci, il faut bien qu'elle s'en joue également, alors qu'elle en rit aux éclats dans un même temps. De quoi passer du coq à l'âne, dès l'instant où son amie dresse un regrettable tableau de sa vie en solitaire. Arf c'est bien trop triste d'entendre ça... je crois que je vais t'engager rien que pour te faire sortir de chez toi ! Même si je doute pas de ton talent pour mon intérieur, évidemment. Mais c'est surtout qu'elle ne serait jamais contre faire quoi que ce soit pour remettre du baume au cœur de l'informaticienne, quand elle refuse de l'abandonner à sa solitude une fois chez elle. Pour l'heure néanmoins, il s'agit de tout lui faire oublier dans l'ivresse – et non plus seulement de célébrer cet anniversaire – alors qu'elle revient avec une nouvelle tournée. Et tandis que sa camarade choisit sur quoi portera leur toast, elle ne peut que lever son verre bien haut pour approuver.
- À nous !

- topic terminé -


DON'T THREATEN ME
WITH A GOOD TIME
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Happy Napoliversary ! [Terminé] Empty
Sujet: Re: Happy Napoliversary ! [Terminé] ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Happy Napoliversary ! [Terminé] -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Chiaia :: Ghetto Crime Bar
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut