Revenir en haut
Aller en bas


 

- True Colors [Ana] -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Constello AlmaToujours frais après un litre de café
En ligne
Constello Alma
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5211-constello-with-all-the-love-th http://www.ciao-vecchio.com/t5213-constello-it-did-not-went-as-planned
Faceclaim : Alan Cumming @Dante (merci! merci! Merci!) et Rogers (code de signature)
Messages : 2552 - Points : 1227
True Colors [Ana] - Page 2 Giphy
Âge : 57 ans [14 janvier 1962]
Métier : Acteur et professeur qui bosse sur son premier lvre
True Colors [Ana] - Page 2 Empty
Sujet: Re: True Colors [Ana] ( le Mar 13 Aoû 2019 - 17:30 )
Si je contemplais silencieusement l’ensemble de ma vie sentimentale (et majoritairement sexuelle) des dernières années, je me devais de me rendre compte que j’étais définitivement l’équivalent masculin d’une Marie-couche-toi-là. Je jouais peut-être avec le feu en m’exposant ainsi à la tendresse du premier venu. Je ne prenais pas toutes les précautions nécessaires pourque mon secret ne soit pas ébruité sans les filtres.

Mon homosexualité avait toujours été un doute, présent en arrière-plan dans le fond de ma tête. Adolescent, dans les vestiaires du gymnase, je ne savais pas nécessairement où poser mes yeux auprès de mes collègues de classe qui se changeaient sans nécessairement y songer. Je devais avoir onze ans la première fois que le constat qu’un garçon est beau m’avait consciemment frappé comme une réalité immuable. Mais je venais d’une famille croyante, le principe était tel que je m’étais presque convaincu que ce n’était pas le cas, que ça ne pouvait pas être le cas : un homme n’aime pas un autre homme. La puberté qui m’avait frappé de plein fouet n’avait pas réussi à complètement annihiler cette attirance que je ressentais pour le corps des hommes. Une évidence qui restait en arrière-plan alors que je commençais des fréquentations plus amoureuses qu’amicales avec Lucia.

J’avais presque réussi à me convaincre que ce n’était qu’une phase, jusqu’à cette fois à mes dix-neuf ans. De l’alcool : trop d’alcool. Une fête de fac pour célébrer je ne sais plus trop quoi (est-ce que ça importait réellement à la trame narrative?). La personne qui avait pris les devants dans cette histoire n’était pas clair entre Lucia et moi. Nous étions jeunes, cons et enivrés : mauvais trio pour penser clairement. Pourtant, quand je m’étais imaginé cette première fois, j’avais cette image que ça serait dément, un orgasme libérateur qui ferait fondre tous mes doutes. Je n’avais pas osé demandé à Lucia si pour elle aussi ça avait été horrible parce qu’il m’avait fallu me concentrer un peu pour m’assurer que le programme principal ne tombe pas à l’eau en raison d’un effondrement de l’obélisque nécessaire à ce genre d’activité.

À chaque fois, dans nos deux premières années de mariage, j’avais l’impression de ne pas être équipé pour faire face à son désir. Et j’avais cherché loin des explications pour justifier que cet acte que mes amis décrivaient comme bon ne me faisait jamais ni chaud, ni froid, me semblait constamment comme une obligation maritale pour faire plaisir à Lucia mais qui se soldait bien trop régulièrement par une panne de service de mon côté. Les prostituées s’étaient donc imposées comme une solution pour mettre la faute à la mauvaise place : sur elle plutôt que sur moi.

J’avais vingt-trois ans quand j’avais été rencontré mon correspondant dans un bar. Celui avec qui j’écrivais depuis des années. Au premier regard, j’avais eu cette sensation de papillon au creux du ventre. Le taux d’alcoolémie de mon sang ne devait sans doute pas aider à ne pas penser à un millier de pensées qui me traversaient tout entier. Je l’avais suivi à son hôtel quand le bar avait fermé ses portes. Mon pantalon avait pris une forme de dromadaire d’une manière si spontanée quand nos deux bouches n’en avait plus fait qu’une dans l’ascenseur qui menait vers sa chambre. J’avais eu besoin de me mordre la lèvre inférieure lorsque j’avais redécouvert sous un angle nouveau ces gestes qui me semblaient extra-terrestres avec ma femme alors que je peinais à réprimer le plaisir que je retirais de cet échange qui me semblait naturel. Comprenant le plaisir de ne faire qu’un avec autrui, je n’avais même pas regardé l’horloge murale alors que je comptais les secondes quand c’était avec une femme que je dansais de cette manière. C’était comme si le temps s’était figé, comme si tout le bonheur contenu dans le monde était présent au creux de mon ventre.

La bête s’était réveillée et était affamée. Aucun panier ne saurait la calmer. J’avais conservé mon mariage, tenter de conserver la tête hors de l’eau, livrer la pire performance de ma vie comme un homme hétérosexuel marié, prenant lentement mais surement conscience que je n’étais pas en état. Pour pouvoir accomplir mon devoir, je me sentais obligé de penser à mon dernier coup d’un soir, parfois celui qui avait précédé de quelques heures cet échange de tendresse avec ma femme. À un moment, ça n’avait plus suffi. De penser à ses mains chaudes, à ce moment d’intimité tout en testostérone. J’avais besoin de la peau plus rude d’un homme, de l’odeur musqué de leur peau. J’étais devenu insatiable. N’importe où, n’importe quand, n’importe comment, avec n’importe qui. Ça ne m’importait pas nécessairement pour peu que je puisse me sentir heureux et libre dans les bras d’un autre. Pour peu que mon monstrueux désir puisse être combler.

En un certain sens, je me devais probablement d’être reconnaissant que rien ne ce soit ébruité plus vite. J’avais fait attention pour ne pas tomber malade. Jamais sans les protections de base si je ne connaissais pas l’amant. Jamais sans protections si mon amant était volage comme moi. Ma sexualité s’était profondément ancré dans mes habitudes adolescentes : j’avais peu fait l’amour sobre. Il me fallait quelque chose pour me désinhiber, pour qu’elle remonte à la surface et qu’elle cède dans les bras du premier venu.

L’éclat de rire de la blonde me fait doucement rire moi aussi. Elle ne m’imaginait pas comme ce genre d’homme, le genre qui se tape l’éclairagiste, le maquilleur, l’assistant de réalisation ou un collègue dans un placard à balais. « Oh! Darling, si seulement tu savais que je suis loin d’être aussi sage que ce que je parais. Et je suis resté très professionnel avec les collègues en question. » répondis-je du tact au tact. Ce n’était rien le placard face à la myriade de chose que je lui avais conté. J’avais l’étrange impression que certains autres étaient pire d’un point de vue médiatique.

J’écoutais attentivement son résumé et je ne pus m’empêcher d’éclater de rire malgré la mine mal à l’aise lorsqu’elle me demanda de ne pas se fier à la rumeur qui voulait qu’elle ait couché avec tout le Portugal sur des plateaux de tournage. « Je m’excuse, Bella. Je n’avais jamais entendu cette rumeur. Et je te crois que tu n’es pas comme ça. Par contre, si tu entends dire que j’ai couché avec tout le milieu artistique italien… c’est probablement vrai. » dis-je avec une honnêteté désarmante. « … partiellement vrai. Parce que je n’ai jamais touché mes collègues féminines. » corrigeais-je en pouffant de rire. L’auto-dérision venait un peu tôt mais je savais que j’avais osé tailler des pipes à plusieurs personnes du milieu et que j’avais reçu le retour de l’appareil. « Donc je serais mal placé pour juger quiconque a cette réputation. »

Je savais que ce scandal pouvait me faire mal au niveau de l’opinion public qui jasait parce que c’était tout ce qu’elle savait faire la maudite opinion publique. Néanmoins, le résumé me rendit mon allure sérieuse : « Dit comme ça, je suis presque étonné de ne pas avoir été pris plutôt la main dans le sac dans un scandale qui va probablement détruire ma carrière comme elle est en ce moment. » dis-je avec un réalisme désarmant. Je n’étais pas con au point d’ignorer que Mes agissements auraient nécessairement des conséquences. « Et sache que parfois de partager ça peut être bien… surtout que on n’est pas nécessairement exclusif. C’était le cas entre Tore et moi pour mon anniversaire. » dis-je sans penser au fait que le surnom de Salvatore était sorti de mes lèvres avec une aisance désarmante preuve que j’avais définitivement trop bu pour être en mesurer de filtrer les information qui franchissaient mes lèvres. « Je sais que ce n’est pas la liste la plus longue… et puis, ça ne sera pas pareille parce que je vais pouvoir les ramener ici et baptiser proprement chacune des pièces de la maison. » avouais-je encore avec cette honnêteté presque violente.

Mes yeux posés dans les siens, je sentis des petites larmes de soulagement à savoir qu’elle serait toujours là à mes côtés dans le tumulte. Je la serrais doucement dans mes bras : Je t’en suis éternellement reconnaissant, Ana. Je ne mérite probablement pas un ange comme toi dans ma vie. »



   
Defying Gravity
♛ Something has changed within me. Something is not the same. I'm through with playing by the rules of someone else's game. Too late for second guessing, Too late to go back to sleep. It's time to trust my instincts, close my eyes and leap. It's time to try.
Revenir en haut Aller en bas
Anabela LaranjeiraLe vin est un puissant lubrifiant social
En ligne
Anabela Laranjeira
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2937-anabela-laranjeira-le-coeur-du http://www.ciao-vecchio.com/t5760-anabela-laranjeira-je-reve-de-toi-parce-qu-il-n-y-a-que-toi#182110
Faceclaim : j'ai pour avatar Amber Heard + .cranberry, crédit de l'avatar ; pretty.little.doll, crédit du codage de ma signature
Messages : 3656 - Points : 6762
True Colors [Ana] - Page 2 3v2p
Âge : 33 ans + née à Lisbonne, le 29 novembre 1986
True Colors [Ana] - Page 2 Empty
Sujet: Re: True Colors [Ana] ( le Lun 9 Sep 2019 - 5:06 )


True Colors.

CONSTELLO ET ANABELA

Rire et faire rire Constello est quelque chose que j'apprécie. D'ailleurs, chaque fois que nous prenons le temps de nous voir, nous rions ensemble. C'est quelque chose de naturel entre nous, comme le nez au milieu du visage. Nous sommes ainsi, toujours heureux de nous retrouver. Constello est longtemps resté un acteur que j'admirais, avant notre rencontre. Aujourd'hui, j'ai la chance de faire partie de ses proches, auxquels il tient et cela gonfle mon cœur de joie rien que d'y songer, bien que je plonge très rapidement dans mon passé plus que sombre, du moins, à partir de ce terrible jour à l'hôpital.

- - - DÉBUT DU FLASHBACK - - -

« Pfff. » Jetant un coup d'œil à Teodoro, je reprends la lecture de mon script. Être actrice n'est pas facile et cela l'est encore moins avec des soucis personnels, tels que ceux que j'ai depuis que nous avons appris ma stérilité. À partir de ce jour, mon monde a commencé à s'effondrer et je ne peux qu'être spectatrice puisque tout ce que j'ai essayé de faire afin d'arranger les choses n'ont rien changé à l'humeur de mon époux, d'autant que j'ai découvert une nouvelle facette de celui-ci, une facette que j'aurais préféré connaître avant de dire « oui », puisque celle-ci fait de lui un véritable monstre. Il est comme un autre homme, un inconnu avec qui je dors, je vis, sans savoir ce qu'il va me faire subir. Ai-je peur de ne pas me réveiller lorsque je m'allonge à ses côtés certains soirs ? Oui. Je redoute sa colère, ses insultes verbales, puisqu'à chacun de ces instants, je sais qu'il m'assène de terribles coups. Tout ce qu'il désire est de me briser, il me l'a déjà dit et il ne cesse de me le remémorer. D'ailleurs, il y parvient et il le sait très bien. Pourquoi est-ce que je ne mets pas un terme à notre relation ? Tout bonnement parce qu'il me menace, il me tient, puisque je suis incapable d'accepter ma stérilité. « C'est vraiment un job ce que tu fais ? Pas d'étude, il faut seulement lire des lignes de texte et être belle afin de passer à l'écran. » Ne relevant pas, j'essaye de me concentrer sur mon texte, quand il me l'arrache des mains. « Tu fais quoi TEODORO ? » Je m'énerve immédiatement, me trouvant à fleur de peau. « J'veux lire ce que ma blonde d'épouse doit retenir pour passer à l'écran afin de montrer son cul ! T'aurais dû rester mannequin, au moins, j'aurai vu passer de belles femmes ici. » Il rétorque, sec, tandis que je bous intérieurement, serrant même les poings sans m'en rendre compte. « PUTAIN de conne ! » Il s'exclame, son regard jetant des éclairs à mon encontre. « Tu vas baiser une femme dans les toilettes, sérieux ? » Ouvrant la bouche, aucun son ne s'extirpe de celle-ci. « Tu comptais me le dire quand Anabela ? Tu désires m'humilier, c'est ça ? » Sa colère est palpable, d'autant qu'une veine apparaît sur son front, comme chaque fois qu'il se trouve énerver. « Rends-moi mon scénario, s'il te plaît, Teodoro. » Je prononce, ma peur étant perceptible dans ma voix, puisque je déteste le voir ainsi, l'entendre me parler de cette façon. « T'es qu'une… » Il commence à m'insulter de tous les noms, alors que je m'effondre, sous ses yeux.

- - - FIN DU FLASHBACK - - -

Revenant à nous, j'offre un sourire à Constello alors que nous parlons de tous les endroits où il s'est abandonné à d'autres hommes. M'affirmant qu'il est loin d'être sage, je ne pipe mot, préférant l'écouter que de prendre la parole, puisque je ne suis pas certaine de pouvoir cacher ma peine, rapport à tous ses souvenirs qui me reviennent en mémoire. Pourquoi viennent-ils s'immiscer de cette façon dans mon esprit ? Sans doute parce que je me plonge dans mes années « d'actrice », en présence de Constello, du moins, aujourd'hui, étant donné que sa carrière est à présent incertaine, bien que je sois persuadée que tout ira bien. Je désire le croire et je ne peux que le croire, puisqu'il est un comédien incroyable, d'un haut niveau que peu d'acteurs peuvent atteindre, j'en ai la conviction.

Préférant revenir à notre discussion qui résonne comme une sorte d'exutoire mais également comme un instant intime où l'on se dévoile l'un à l'autre, me voici à compter tous les lieux où mon cher ami s'est offert à d'hommes travaillant avec lui ou non, dans des endroits publiques. Ayant fait le calcul, je me confie moi aussi, faisant le parallèle entre les lieux où il l'a fait, quand nous constatons tous deux que je suis une petite joueuse. Riant, profitant de l'instant, je deviens plus sérieuse en expliquant à Constello que je ne suis pas une femme facile, puisqu'avec mon passé, mon ex-époux a prit soin de tâcher mon image auprès du publique, faisant comprendre que j'étais infidèle alors qu'il me faisait vivre l'enfer sur Terre. Amère, c'est pour cette raison que j'en ai touché un mot à mon ami qui ne perd pas de temps pour me rassurer et s'excuser. M'emparant de l'une de ses mains afin de la presser, me trouvant peiner, mon ami a le don de me redonner le sourire, alors qu'il m'affirme qu'il me croit, mais surtout, il m'affirme qu'il a couché avec tout le milieu artistique italien. Pouffant de rire dans ma main libre, je finis par reprendre un semblant de sérieux afin de lui répondre. « Je suis certaine que tu parvenais à rendre tous les hétérosexuels fous autour de toi ! » Appuyant mes propos dans de nombreux hochements de tête, me mettant à rire sans retenu, je ris de plus belle à sa suite. « Arrête, je vais mourir de rire ! » Je m'exclame, ma main se postant au niveau de mon ventre, tant je ris. « Excuse-moi. » Je souffle, mes grosses billes scintillantes, alors que je me fais de l'air à l'aide de mes mains. « Je… Merci. » Je me contente de souffler, étant donné que nous en revenons à ma réputation à demi-mot. Laissant s'échapper un soupir d'entre mes lèvres, je finis par hausser les épaules. « C'était il y a quelques années déjà. Je devrais tourner la page. » Je dis, cherchant du soutien à travers son regard, ce qu'il m'offre rapidement, me donnant ainsi du baume au cœur.

Revenant sur mon constat, Constello semble étonner d'avoir réussi à passer entre les mailles du filet aussi longtemps. Il faut dire que lorsque cela se sait, ça peut parfois ne pas filtrer, d'autant plus lorsque l'on a le talent de Constello. M'emparant avec tendresse de l'une de ses mains, je lui dis, dans un sourire : « C'est vrai que tout ceci aurait pu être découvert beaucoup plus tôt, mais ça n'a pas été le cas. Puis, ta carrière n'est pas détruite. On ne trouve pas des perles comme toi ainsi, tu le sais. Cela changera sans doute la vision des spectateurs lorsqu'ils verront l'un de tes films, mais cela passera avec le temps. On ne peut pas se passer de toi, de ton jeu. Crois-moi sur parole. » Me faisant rassurante, je reprends, pour le faire sourire et peut-être même rire. «  Tu connais l'expression "un de perdu, dix de retrouver", dis ? Cela ne se dit pas à ton propos. Si tu es celui que l'on perd, on n'en retrouvera pas dix autres. Même pas un. Tu es exceptionnel dans ce que tu fais. Cela ne changera jamais. » Caressant avec douceur sa main, nous reprenons le fil de notre conversation. M'assurant que partager à parfois du bon, je grimace, ne partageant pas son avis. Bien sûr, cela n'empêche pas que d'autres le font, mais de mon côté, cela ne changera jamais. « Je peux devenir une véritable tigresse, tu sais. Si une femme s'approche de l'homme que j'aime… » Je fais une pause. « Elle finit allonger sur le sol, je t'assure. Puis, je sors les griffes. En même temps, de ton côté, c'est un autre contexte. Rappelle-moi de t'inviter pour tes anniversaires seul. » Je plaisante, puisque, de toute façon, je n'aime pas spécialement non plus partager les personnes que j'aime lors de soirée où l'on se retrouve plus de dix personnes sans que je ne puisse échanger avec la personne pour laquelle je suis venue. « Tu as raison. Il y a de nombreux autres endroits insolites qui ne demandent qu'à ce que tu les baptises ! » Je rétorque, pour finalement me rapprocher de mon ami afin de lui souffler tout bas : « Les baies-vitrées, c'est très excitant. » Lui offrant un clin d'œil complice, je me livre, comme lui-même le fait. Lui assurant que jamais je ne l'abandonnerais, je suis toute aussi touchée que Constello. « Ce n'est pas des paroles en l'air. » Je lui dis tout bas, répondant à son étreinte, puis me redresse, afin de me confier. « Tu sais. Durant que j'étais actrice dans cette telenovela, j'avais une scène osée, avec une autre femme. À cette époque, ça a été une sorte de scandale. » M'arrêtant, baissant le regard, je m'empare à nouveau de l'une de ses mains. « De base, ça devait réellement être torride. Seulement, lorsque mon époux de l'époque a su, il s'est mis dans une colère monstre. La scène a été raccourcie. On ne voyait par ailleurs, pas grand-chose du tout. Des femmes qui s'embrassent, quelques mains placées sur le bas des hanches, rien de bien terrible, seulement, j'ai dû en toucher un mot à mes proches. » Poussant un long soupire, je reprends. « Je te raconte cela, tout simplement pour te faire comprendre quelque chose. Je n'étais pas de ton niveau et je ne t'arriverais jamais à l'orteil, mais, ce que tu fais, ton métier, c'est une passion. J'ai aimé l'être et en avoir parlé aux autres ne m'a pas aidé. J'veux dire par là que je comprends, ce que tu vis. On n'a pas à s'expliquer pour le travail que l'on fait, qui on est lorsque nous sommes dans la vie de tous les jours. Constello, tu es brillant dans chacun de tes rôles et le fait que tu aimes les hommes ne changera rien. Tout le monde devrait dissocier travail et vie personnelle. Tu as le droit d'être celui que tu es hors écran. » Me pinçant les lèvres, nous restons silencieux durant une bonne minute, lorsque je déclare de nouveau quelques mots. « Il y a sans doute des personnes qui aimeront ton jeu plus que ta personne à présent que ta sortie de placard se sait, mais il y a des personnes qui continueront de t'aimer toi, en tant qu'homme et toi, en tant de comédien. C'est mon cas. Je t'aime Constello, en tant qu'homme et ami que tu es pour moi, mais aussi en comédien, et cela, non plus, ça ne cessera jamais. » Sur ses mots, émue, j'essuie quelques larmes à l'aide du dos de ma main.

(c) oxymort
@CONSTELLO ALMA



FRANCIANA PARA SEMPRE
Je ne peux pas te promettre qu'à présent tout ira pour le mieux, que l'on ne se disputera pas. Mais je suis prête à apprendre à tes côtés, pour tout affronter à deux. Ti amo amore mio.
Revenir en haut Aller en bas
 
- True Colors [Ana] -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2