Revenir en haut
Aller en bas


 

- Adonis || Mischief managed -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: San Calisto
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Padma AlestraLe vin est un puissant lubrifiant social
Padma Alestra
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4046-would-you-lie-with-me-and-just http://www.ciao-vecchio.com/t4050-lift-every-voice-and-sing-padma#128994
Faceclaim : .Deepika Padukone ; ealitya+ Signature : astra + gifs : Ealitya
Messages : 2035 - Points : 1702
Adonis || Mischief managed Tumblr_lyzg2skVaX1qfjjglo1_250
Âge : 33 étoiles
Métier : Avocate le jour, et illustratrice de livres pour enfants sous un pseudonyme la nuit
Adonis || Mischief managed Empty
Sujet: Adonis || Mischief managed ( le Sam 1 Juin 2019 - 21:58 )
Attablée avec son téléphone qu’elle faisait tourner dans les mains, l’Indienne scrutait tout le monde avec insistance à la recherche de son ami. C’était stupide, elle savait à quoi il ressemblait pour l’avoir vu il n’y avait pas si longtemps, mais c’était la première fois depuis dix ans qu’elle le voyait en dehors du milieu carcéral. Si elle avait été soulagée lors de sa libération, elle n’en gardait pas moins une certaine crainte face à une réhabilitation qui pourrait être compliqué. Dix ans dans un tel endroit, surtout pour quelque chose qu’on n’a pas commis, ça change n’importe qui. Et si aux dernières nouvelles tout allait bien pour Adonis, Padma ne pouvait s’empêcher de se sentir nerveuse à l’idée de le savoir livré à lui-même. Mais elle essayait de se rassurer comme elle le pouvait en se disant que peu importe ce qu’il traverserait, elle serait là pour lui. Elle l’avait toujours été et il n’y avait pas de raisons pour qu’elle ne le soit pas aujourd’hui.

Lorsque son regard croisa celui d’un homme qu’elle dévisagea comme si elle recherchait les traits de son ami parmi les siens, elle sentit ses joues s’empourprer avant de baisser la tête pour vérifier l’heure qu’affichait son téléphone. Elle était en avance, c’était un fait. Mais elle l’était toujours lorsqu’elle avait rendez-vous quelque part, alors pour le moment elle n’avait pas de quoi s’inquiéter. Un soupir s’échappa de ses lèvres alors qu’elle ne prêtait même plus attention aux gens autour d’elle. Ce fut uniquement lorsque l’homme qu’elle avait toisé l’interpella qu’elle réalisa qu’il s’était avancé dans sa direction. « Pardon ? » Elle n’avait pas entendu ce qu’il avait demandé, pourtant elle sentait bien que peu importe ce qu’était sa question, elle devrait répondre par la négative. « Je suis désolée, je… j’attends quelqu’un. » Un sourire poli au coin des lèvres, elle baissa timidement les yeux et replaça une mèche de cheveux folle derrière son oreille. Mais à cause de sa nervosité, elle n’y reste pas longtemps et retomba sur son visage. Lorsqu’elle entreprit de la replacer, son geste resta en suspens face à la main de cet inconnu qui s’approchait dangereusement de son visage. Elle eut un juste de recul, lui permettant juste assez de frôler sa joue. « Je suis désolée, je vais vous demander de libérer la chaise. Quelqu’un va bientôt arriver. » Son regard plus dur ainsi que son ton ferme aurait dû le faire fuir, mais ça n’eut pas l’effet escompté. Au contraire. Il continuait de lui parler et de s’approcher alors que l’Indienne glissait de plus en plus de sa chaise pour éviter tout contact avec lui, avant de se lever finalement d’un bond, surprise de pouvoir se tenir sur ses jambes aussi sereinement. Un regard furtif dans sa direction toujours sans dire un mot, et elle baissa à nouveau la tête pour récupérer ses affaires et s’en aller. Problème : avant même qu’elle puisse faire un geste de plus, il avait déjà agrippé son bras pour la tirer vers elle. Ce à quoi elle répondit en plaquant ses mains contre son torse pour se dégager, et lui décocha une gifle qui aurait pu raisonner si le son n’était pas étouffé par le brouhaha ambiant de la salle.


Deewani ho gayi
"On a day where fate and time stood witness.
Two star crossed lovers breathed their last.
They say witnessing a falling star fulfills any wish.
But these two stars fell to earth wishing only to belong to each other.
They stand testament to eternal love."



JE SUIS AMOUREUSE, NE ME POSEZ PLUS DE QUESTIONS.
Revenir en haut Aller en bas
Adonis Contini10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Adonis Contini
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5395-j-aurais-du-cette-lettre-ne-pa http://www.ciao-vecchio.com/t5408-quand-le-rideau-tombe-adonis
Faceclaim : Ben Barnes ©.kordeism & Alaska (moon of my life)
Messages : 113 - Points : 387
Adonis || Mischief managed Tumblr_inline_nzh72b9rlv1rifr4k_500
Âge : 38 ans
Métier : Ancien danseur professionel, aujourd'hui Barista au Lorella & Tiziano aka Coffee Artist
Adonis || Mischief managed Empty
Sujet: Re: Adonis || Mischief managed ( le Ven 7 Juin 2019 - 10:57 )
La journée n’avait pas pris le tournant espéré, pourtant, Adonis avait de grands espoirs en cette dernière. Notamment car en soirée il devait revoir la belle Padma : une amie de longue date, chère à son cœur qui à toujours été là pour lui. Il avait donc cru que les heures qui le séparaient de ce rendez-vous allaient être sous les mêmes auspices que la perspective de passer la soirée avec elle. Que nenni. Les problèmes l’ont trouvé toute la journée, et cela, à commencer dès 10h avec un client qui a reconnu son visage et qui a commencé à l’insulter de tous les noms en disant qu’il restait à ses yeux un meurtrier. Adonis avait beau avoir eut le courage de relever la tête, de garder son calme et d’expliquer la situation au monsieur : rien n’y faisait. La propriétaire avait dû intervenir et chasser ce client irrespectueux. Il était déjà difficile de sortir de dix années de prison, mais si en plus on lui rappelait constamment les crimes qu’il n’avait pas commis : le barista n’allait pas tenir longtemps. Ses nerfs étaient bien plus à fleur de peau qu’avant son incarcération. Pourtant, Adonis savait qu’il devait se tenir à carreau, il était devenu paranoïaque concernant les procédures de justice : convaincu qu’au moindre faux-pas, il y retournerait. Sur les coups de 14h, ce fut au tour d’une adolescente qui ressemblait à un clafouti tant les hormones et la puberté ne lui faisaient pas de pitié, qui jeta son dévolu sur lui. Adonis, encore une fois, garda un semblant de calme alors que la rage et la colère montaient d’un cran à chaque fois. Pour combien de temps devrait-il passer pour un criminel ? Son frère, qu’il ne connaissait pas, sera-t-il arrêté un jour ? Même lorsque cela sera le cas, Adonis n’était absolument pas certain que cela soit suffisant pour laver son nom.
Finalement, la fin de journée arriva et en ferma la porte derrière le dernier de ses collègues : il espérait que le plus dur soit passé. Toute la journée, il s’était répété que tout irait mieux quand il verrait Padma. Quand ces grands yeux seront sur lui : les problèmes disparaîtront comme ce torrent de sentiments négatifs qui allait le rendre fou. La caisse comptée, la boutique nettoyée, il alla se changer pour enfiler un bas de costume bleu marine et une chemise bleu clair, ses cheveux coupés court sur les côtés et plus longs au milieu plaqué sur son crâne, il mit la touche final en déposant deux pichenettes de parfum derrière ses oreilles. Adonis prit une longue inspiration, il se sentait déjà plus calme. Il avait appris à se calmer en faisant des petits gestes, en prison cela était essentiel pour ne pas finir en cellule d’isolement. Fin prêt, il attrapa sa veste et l’enfila avant de sortir en prenant soin de bien refermer derrière lui.

Arrivé au bar, il chercha du regard la belle Padma qui devait l’attendre, il était un peu en retard et avait déjà décidé de se faire pardonner en payant la prochaine tournée ou bien en l’invitant à manger. Quand finalement il la trouva du regard, il remarqua immédiatement que la situation était louche. Cet homme était définitivement trop collant et clairement : la jeune femme n’avait pas choisi ce contact. Il ne fallut que quelques secondes à l’ancien prisonnier pour se frayer un chemin et arriver au niveau de la belle. Il se glissa derrière l’homme qui venait de se lever et passa son bras autour de sa gorge : sécurisant le geste avec son autre bras. Il y avait du monde autour, mais Adonis le tenait de telle sorte qu’on pourrait croire à une accolade entre vieux amis. Il s’approcha de son oreille et glissa dans un chuchotement pour ne pas attirer l'attention sur eux :

“La demoiselle t’a dit non… Qu’est-ce qui est difficile à comprendre dans ce mot de trois lettres ?” Évidemment, l’homme ne pouvait pas répondre, il cherchait de l’air. Adonis n’était plus l’homme doux et timide. Il avait appris à monter les crocs et les strangulations silencieuses étaient encore le meilleur moyen de faire passer un message. “Les porcs comme toi ne comprennent peut-être pas, mais non ça veut dire qu’elle refuse d’avoir ta sale gueule devant la sienne.” Un sourire mauvais se dessina sur ses lèvres : “Soit tu pars sans faire d’histoire, soit je te donne une leçon plus approfondis - sur le respect - dehors connard.” Finalement, il le lâcha. Reprenant sa respiration, l’homme toussa avant de partir sans demander son dû. Adonis ne pouvait enlever ce regard noir. Il serra ses poings et fixa la sortie : au cas où cet homme en redemanderait.

Il décontracta finalement ses poings et se tourna vers Padma. Est-ce qu’elle lui avait parlé ? Est-ce qu’elle avait tenté de l’arrêter ? Il ne pourrait dire. Il était sourd à tout dans ce genre de moments. Probablement parce que là-bas : il avait des gens pour le couvrir. Il se racla finalement la gorge.

“Désolé…”
Il l’était. Adonis s’approcha de Padma : “Il t’a fait du mal ? Tout va bien ?” Même s’il parlait d’une voix plus apaisé, son regard était encore bien trop sombre. Elle qui l’avait connu depuis l’enfance, verrait le changement.


Mais moi, j'aime ce genre de jeu
You're the one that I want, oh, honey, the one that I want. If you're filled with affection, you're to shy to convey. Better take my direction, feel your way.
© alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Padma AlestraLe vin est un puissant lubrifiant social
Padma Alestra
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4046-would-you-lie-with-me-and-just http://www.ciao-vecchio.com/t4050-lift-every-voice-and-sing-padma#128994
Faceclaim : .Deepika Padukone ; ealitya+ Signature : astra + gifs : Ealitya
Messages : 2035 - Points : 1702
Adonis || Mischief managed Tumblr_lyzg2skVaX1qfjjglo1_250
Âge : 33 étoiles
Métier : Avocate le jour, et illustratrice de livres pour enfants sous un pseudonyme la nuit
Adonis || Mischief managed Empty
Sujet: Re: Adonis || Mischief managed ( le Mar 18 Juin 2019 - 17:06 )
Dès le moment où la paume de sa main se heurta à la joue de l’inconnu,  une voix lui souffla qu’elle n’aurait peut-être pas dû faire ça. Le regard fuyant, Padma essaya de chercher du secours autour d’elle, n’importe qui pourrait venir de la sortir de cette situation, mais rien. Les rares regards qu’elle croisait se détournaient dès que son air suppliant leur demandait de l’aide sans prononcer aucun mot. Livrée à elle seule, elle sentit la panique la gagner alors que l’homme avait agrippé à nouveau son bras pour la coller à lui avec plus d’agressivité que la fois précédente. Et elle, malgré sa solitude elle continuait de se débattre au point de commencer à se fatiguer.

Comme un tour de magie qui le fit apparaître, l’Indienne remarqua un bras autour du cou de son boulet. Le souffle court alors qu’elle essayait de comprendre ce qui se passait, elle sentit la pression qu’il exerçait sur ses poignets la quitter complètement. Dans un mouvement de recul pour mettre le plus de distance entre eux, elle recula d’un pas avant de se heurter à sa chaise qui l’empêcha d’aller plus loin. Le regard perdu, elle leva les yeux avant de voir qu’Adonis était là. Elle ne l’avait même pas vu arriver et se demandait depuis combien de temps il était là. Sans bouger, la panique toujours présente, l’avocate mit un moment avant de retrouver l’usage de son corps en sortant de sa torpeur. « Adonis. » Souffla-t-elle alors qu’elle fit un pas en avant pour le rassurer et faire en sorte qu’il lâche l’autre imbécile, mais elle se figea sur place en voyant le sourire qui se dessinait au coin de ses lèvres. Dans ce rictus se cachait quelque chose de mauvais qui glaça le sang de l’Indienne, la faisait retenir son souffle. « Adonis, lâche-le. » Arriva à articuler Padma d’une petite voix qui portait à peine ses paroles et qui s’évanouit aussitôt. Le bruit étouffant du bar s’était tassé pour que tous les regards soient braqués sur eux, ou du moins sur Adonis et l’autre qui avait de plus en plus de mal à respirer. De ce que pensaient les autres, elle s’en fichait pas mal surtout que ni Adonis, ni elle n’étaient en tort. Mais elle avait juste envie que tout ça se termine pour qu’ils puissent enfin se retrouver et passer le bon moment qu’ils avaient attendu ces dix dernières années. Impuissante, la volonté de l’avocate s’arrêtait aux paroles parce qu’elle avait cette peur qui naissait, par ce qu’elle voyait. Lorsqu’au bout de longues secondes, son ami lâcha enfin l’homme, elle ne quitta des yeux ce dernier qui avait les poings serrés. Le cœur battant à toute allure dans sa poitrine, elle n’arrivait pas à se calmer. Et ça même après que son regard croisa celui d’Adonis qui était redevenu l’homme qu’elle connaissait. Lorsqu’elle le vit s’approcher d’elle, elle ne bougea pas d’un poil et se contenta d’hocher la tête pour répondre à ses questions. Oui elle allait bien. Non il ne lui avait pas fait mal.

Ses yeux ancrés, elle y devina tout le poids de ces années de prison, qui avait fini par teinter ce regard qu’elle aimait tant. Ca lui en brisait le cœur. Sans réfléchir plus longtemps, elle se jeta dans ses bras pour le serrer contre elle de toutes ses forces. « Tu m’as manqué. » Souffla-t-elle alors qu’elle le gardait tout contre elle. « Tu veux pas qu’on aille quelque part d’autre ? Il y a trop de monde ici. » Elle lui avait déjà pris la main et récupéré ses affaires pour qu’ils partent ailleurs. Elle en avait marre de cet endroit, il y avait trop d’agitation. Et quelque part, elle n’avait pas envie de le partager avec le monde. C’était leur moment à tous les deux.


Deewani ho gayi
"On a day where fate and time stood witness.
Two star crossed lovers breathed their last.
They say witnessing a falling star fulfills any wish.
But these two stars fell to earth wishing only to belong to each other.
They stand testament to eternal love."



JE SUIS AMOUREUSE, NE ME POSEZ PLUS DE QUESTIONS.
Revenir en haut Aller en bas
Adonis Contini10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Adonis Contini
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5395-j-aurais-du-cette-lettre-ne-pa http://www.ciao-vecchio.com/t5408-quand-le-rideau-tombe-adonis
Faceclaim : Ben Barnes ©.kordeism & Alaska (moon of my life)
Messages : 113 - Points : 387
Adonis || Mischief managed Tumblr_inline_nzh72b9rlv1rifr4k_500
Âge : 38 ans
Métier : Ancien danseur professionel, aujourd'hui Barista au Lorella & Tiziano aka Coffee Artist
Adonis || Mischief managed Empty
Sujet: Re: Adonis || Mischief managed ( le Mer 26 Juin 2019 - 23:05 )
Il fut un temps où Adonis n’aurait pas osé s’interposer. Il aurait agi, certes, mais probablement pas en utilisant la force. Pourtant, son sang n’avait fait qu’un tour en voyant cet individu s’approcher avec indécence de Padma. Il était évident qu’elle n’est pas sous son charme, ni enclin à aller plus loin. L’homme ne semblait pas considéré un “non” comme une réponse. Dix ans dans le monde carcéral l’avait changé, inexorablement. En prison, pour faire passer un message, pour faire comprendre quelque chose : il fallait utiliser la force ou la ruse. C’est le premier cas de figure que l’ancien détenu décida d’utiliser. Alors, rapidement et avec discrétion, il se glissa derrière le malpoli et une fois son coude autour de son cou : commença à serrer tel un boa constrictor qui attaquait sa proie. Serrant de plus en plus, pas assez cependant pour lui faire du mal, il lui glissa à l’oreille quelques mots. Avant, il n’aurait jamais osé émettre l’idée de se battre dehors, de régler leur différend avec les poings. Aujourd’hui, il le faisait et il arborait même une petite risette. Lâchant finalement l’individu, son regard le suivit et il continua de fusiller avec ses iris la porte. Au cas où il aurait l’idée de revenir. Voyant qu’il était plus intelligent qu’il ne paraissait, il desserra ses poings et porta toute son attention sur Padma. C’est en croisant son regard qu’il comprit qu’il avait probablement poussé le bouchon trop loin. Il ne s’attendait pas à avoir une réponse en lui demandant comment elle allait. Pourtant, elle trouva la force d’hocher la tête. Cela était suffisant.

L’étreinte qui suivit gonfla son cœur d’allégresse et il passa rapidement ses bras autour d’elle pour la serrer contre lui. Son visage s’enfonça dans sa longue chevelure brune. Cette odeur… Qu’est-ce qu’elle lui avait manqué. Cette amie, vieille de plusieurs décennies. Elle, qui avait toujours été là, avait manqué cruellement au danseur.

“Tu m’as manqué aussi… Tellement.” Ils s’étaient vu aux parloirs, mais cela n’avait rien à voir avec une conversation en face-à-face. Ils ne pouvaient même pas se toucher. À chaque fois, Adonis devait la laisser partir retrouver son quotidien et lui sa cellule. Un crève-cœur. Ils n’avaient plus à se quitter au moins. Ils avaient toute la vie devant eux pour profiter de l’un et de l’autre. “Bonne idée. Je te laisse choisir, tu connais mieux la ville que moi maintenant.” Lui, n’avait pas encore trouvé toutes ces marques et se perdait de temps à autre dans les rues qui l’ont pourtant vu grandir.

Slalomant entre les clients, il salua le mec de la sécurité qui gardait un œil sur lui depuis le départ du fauteur de troubles. Dehors, il referma sa veste et passa son bras autour des épaules de Padma :

“On pourrait trouver quelque chose à manger et aller sur la plage ? Il fait encore chaud et la nuit va mettre du temps à tomber. Tu en penses quoi ?” Il tourna sa tête pour la regarder : “Profiter un peu de l’air frais.” Lui qui avait été enfermé pendant bien trop longtemps aimait les grands espaces dorénavant. “Je suis certain que tu as pleins de choses à me raconter depuis la dernière fois.””


Mais moi, j'aime ce genre de jeu
You're the one that I want, oh, honey, the one that I want. If you're filled with affection, you're to shy to convey. Better take my direction, feel your way.
© alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Padma AlestraLe vin est un puissant lubrifiant social
Padma Alestra
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4046-would-you-lie-with-me-and-just http://www.ciao-vecchio.com/t4050-lift-every-voice-and-sing-padma#128994
Faceclaim : .Deepika Padukone ; ealitya+ Signature : astra + gifs : Ealitya
Messages : 2035 - Points : 1702
Adonis || Mischief managed Tumblr_lyzg2skVaX1qfjjglo1_250
Âge : 33 étoiles
Métier : Avocate le jour, et illustratrice de livres pour enfants sous un pseudonyme la nuit
Adonis || Mischief managed Empty
Sujet: Re: Adonis || Mischief managed ( le Mar 2 Juil 2019 - 1:55 )
Comme poussée par une force invisible alors que son cœur se soulevait d’une bouffée d’amour dans sa poitrine, elle se jeta dans les bras d’Adonis pour le sentir près d’elle. Au creux de ses bras elle arriva même à oublier l’incident qui s’était produit un peu plus tôt. Padma ne comptait plus le nombre de fois où elle avait rêvé pouvoir le serrer dans ses bras pour le réconforter ou rien que pour lui faire savoir qu’elle était là pour lui. En sentant les bras du danseur lui rendre son étreinte, elle soupira d’aise en se détendant, un sourire étirant ses lèvres. « Tellement. » Répéta l’Indienne en écho à son ami pour marquer le manque auquel elle palliait aujourd’hui. Elle n’arrivait toujours pas à croire qu’on l’avait séparé de lui pendant près d’une décennie. A cette pensée, elle resserra un peu plus son étreinte comme pour le sentir près d’elle et se rassurer qu’il était réellement près d’elle. Son cœur était gros dans sa poitrine à cause de ces retrouvailles, mais elle ne pleurerait pas. Elle s’était promis de ne pas verser de larmes aujourd’hui parce que c’était un jour heureux et qu’elle voulait le célébrer avec lui, comme au bon vieux temps.

Très vite, elle récupéra ses affaires pour sortir du bar et entraîner Adonis avec elle au passage. Elle en avait assez de ce monde, le temps d’une soirée elle ne le voulait rien qu’à elle. Elle avait déjà dû se séparer de lui pendant dix ans, c’était suffisant pour l’Indienne. Hochant la tête, elle lui prit la main pour se frayer un chemin dans la foule, bousculant au passage des gens sans s’excuser pour autant. Elle s’était presque faite agresser et personne n’était venue la sauver, elle ne voyait pas pourquoi elle devrait s’excuser de vouloir sortir. Par moments, elle jetait des coups d’yeux dans son dos pour s’assurer qu’il était toujours là, ce qui était stupide parce que sa main était dans la sienne. Mais elle avait encore du mal à réaliser qu’ils étaient là tous les deux, qu’ils pouvaient se serrer dans les bras et se voir et se parler autrement que dans un milieu carcéral. Une fois sur le trottoir, elle réajusta son sac qu’elle passa en bandoulière avant de replacer ses cheveux pour qu’ils ne tombent pas sous la manche. Sa bonne humeur était soudainement revenue alors qu’elle sentait le bras d’Adonis passer autour de ses épaules, comme pour profiter de cette étreinte, elle passa ses bras autour de sa taille pour le serrer contre elle. D’un point de vue extérieur, on aurait presque pu croire qu’ils étaient un petit couple alors qu’il n’en était rien. Certes, la Padma de huit ans qui vivait toujours en l’avocate, était en PLS à cause de ces câlins qu’elle raffolait tant lorsqu’elle était plus petite. « Je suis partante, on va faire ça. » Répondit l’Indienne qui se redressa pour faire face à son ami. Ca faisait longtemps qu’elle n’avait pas fait de pique-nique improvisé sur la plage, et elle n’aurait pas pu trouver de meilleure personne pour le faire. Elle se détacha du jeune homme et pressa le pas comme l’enfant qu’elle était toujours, sautillant presque sur place pour aller acheter de quoi manger. Elle entra dans une supérette au hasard et récupéra un panier dans lequel elle procéda par logique de ce qui était essentiel pour elle. Entre autre, elle acheta des couverts, de quoi manger et de quoi boire. Alcool et sans alcool. Et des salades de fruits déjà préparées parce qu’elle en avait soudainement envie. Une fois les courses payées, elle ouvrit à nouveau la marche avec le même entrain pour se rendre à la plage en empruntant un raccourci. Et comme elle était galante, elle avait donné le sac de courses à Adonis pour le porter. Même si elle ne parlait pas beaucoup pendant les courses ni pendant le trajet, le sourire qu’elle affichait ne trahissait personne. Elle était heureuse. Il faisait beau, elle allait profiter du soleil à la plage, et elle était avec quelqu’un qu’elle aimait. Rien n’aurait pu gâcher ce moment. Rien à part… Le trou que Padma n’avait pas vu et dans lequel elle marcha avant de tomber tête la première sur le sable. « AIE. » Lâcha l’Indienne qui se disait qu’elle aurait dû le voir venir, il fallait un équilibre. Les choses se passaient trop bien.  


Deewani ho gayi
"On a day where fate and time stood witness.
Two star crossed lovers breathed their last.
They say witnessing a falling star fulfills any wish.
But these two stars fell to earth wishing only to belong to each other.
They stand testament to eternal love."



JE SUIS AMOUREUSE, NE ME POSEZ PLUS DE QUESTIONS.
Revenir en haut Aller en bas
Adonis Contini10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Adonis Contini
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5395-j-aurais-du-cette-lettre-ne-pa http://www.ciao-vecchio.com/t5408-quand-le-rideau-tombe-adonis
Faceclaim : Ben Barnes ©.kordeism & Alaska (moon of my life)
Messages : 113 - Points : 387
Adonis || Mischief managed Tumblr_inline_nzh72b9rlv1rifr4k_500
Âge : 38 ans
Métier : Ancien danseur professionel, aujourd'hui Barista au Lorella & Tiziano aka Coffee Artist
Adonis || Mischief managed Empty
Sujet: Re: Adonis || Mischief managed ( le Mar 2 Juil 2019 - 23:26 )
Adonis ne pouvait pas faire autre chose que la serrer contre lui. Ce corps si frêle. Ils avaient grandi ensemble, il avait toujours été là pour elle. Il avait été donc bien souvent insupportable de l’imaginer dans le pétrin ces dix dernières années : étant impuissant de faire quoique ce soit. Cependant, il savait que ses parents ne la laisseraient pas tomber alors cela le confortait et dans son malheur il trouvait du réconfort. Maintenant qu’il était sorti, plus rien ne l’arrêtait et la garder contre lui était une façon de se rassurer que ces dernières années étaient un mauvais souvenir à laisser au placard. Le retour à la vie quotidienne était difficile, mais Adonis n’avait pas le choix. La vie continuait. Fermant les yeux, il se moquait bien de bloquer le passage, d’embêter les clients. Padma était dans ses bras et rien, ni personne, n’arrêterait cette étreinte. En découdre avec la terre entière, il en était capable juste pour voir son amie. Il laissa Padma ouvrit le chemin vers la sortie. Gardant un œil sur les autres clients, il sera un peu plus sa main quand elle avança trop vite pour garder le contacte. Quand elle se retournait, il lui souriait doucement.
Une fois dehors, passer son bras autour de ses épaules est un automatisme. Il ne voulait pas qu’elle s’éloigne trop de lui. Histoire de garder un œil sur elle, mais surtout se rassurer que ce n’était pas un rêve. Même avec Lilas, avec ses parents, il voulait se conforter. La peur de retourner derrière les barreaux le terrifiait. Heureux de l’entendre accepter son plan, il l'a suivi dans les rues de Naples. Dans la supérette, Adonis prit de bonbons et autres cochonneries. Tout ce qu’ils ne pouvaient pas manger en prison et avant son séjour là-bas à cause de son contrat. Il y avait au moins un avantage à ne plus faire partir du monde artistique. Il avait rejoint le club des artistes déchus. Des tomates cerises et un concombre étaient les seules choses saines. Il paya les articles une fois avoir retrouvé Padma à la caisse avant de porter volontiers les sacs.

La soirée ne pouvait pas être sous de meilleurs auspices, mais voilà que Padma tomba la tête la première dans le sable ce qui fit rire aux éclats Adonis.

“Tu vois, c’est pour ça que les femmes ne portent jamais les sacs.”
Il continua de la regarder, sans pour autant l’aider. “Ça explique pourquoi ma mère s’arrachait les cheveux quand elle te donnait des cours.” Et puis finalement, il ne résista pas à l’envie de l’aider. Il attrapa ses bras et la mit sur ses deux jambes. “Tu t’es fait mal ?” Adonis s’accroupit pour regarder la cheville. “Hm… On ne va pas prendre de risque.” Il se tourna : “Montez donc princesse.” Il tourna légèrement la tête. “Je vois déjà un coin où on peut s’installer et il ne semble pas y avoir de trou. Comme ça, même quand on aura bu : tu ne risques pas de tomber.” Adonis n’allait pas manquer une occasion de la charrier. “Tu as vu comment je prends soin de toi ? Avoue... Je t'ai manqué rien que pour ça.”


Mais moi, j'aime ce genre de jeu
You're the one that I want, oh, honey, the one that I want. If you're filled with affection, you're to shy to convey. Better take my direction, feel your way.
© alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Padma AlestraLe vin est un puissant lubrifiant social
Padma Alestra
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4046-would-you-lie-with-me-and-just http://www.ciao-vecchio.com/t4050-lift-every-voice-and-sing-padma#128994
Faceclaim : .Deepika Padukone ; ealitya+ Signature : astra + gifs : Ealitya
Messages : 2035 - Points : 1702
Adonis || Mischief managed Tumblr_lyzg2skVaX1qfjjglo1_250
Âge : 33 étoiles
Métier : Avocate le jour, et illustratrice de livres pour enfants sous un pseudonyme la nuit
Adonis || Mischief managed Empty
Sujet: Re: Adonis || Mischief managed ( le Dim 7 Juil 2019 - 21:16 )
Un sourire avait étiré les lèvres de la jeune femme en voyant Adonis comme un enfant dans le rayon des confiseries. Mais très vite, elle fut prise d’une étrange tristesse en se rappelant que cette réaction, c’était uniquement à cause de la privation à laquelle il a dû faire face pendant des années. Lorsque son regard croisa celui du danseur, elle esquissa un simple sourire rassurant avant d’ouvrir la marche vers la caisse, de payer et de lui donner les courses à porter.

Une fois à la plage, c’est Padma et sa maladresse qui provoqua un rire chez Adonis. Même si elle était vexée de voir qu’il riait d’elle, elle ne pu s’empêcher de mêler son rire au sien. C’était un son qu’elle n’avait pas entendu depuis des années et qui lui avait beaucoup manqué. « Ca c’est méchant, j’étais une très bonne élève avec ta mère !» C’était faux. Elle ne l’était pas. Elle a dû apprendre la discipline et très vite, la mère du jeune homme avait remarqué que l’attention de Padma partait dans tous les sens dès le moment où Adonis était dans la pièce. Après avoir entendu une conversation dans la rue, l’Indienne avait décidé de justifier son problème d’équilibre par un souci dans l’oreille interne. Elle ne savait pas si ça avait marché comme excuse, mais plus jamais elle ne lui a fait de remarques. Impatiente, elle tendit ses deux bras pour qu’il se dépêche de l’aider. Une fois sur un pied, elle enleva le sable du mieux qu’elle pu sur elle, un regard sur son stupide pied. Pour toute réponse à la question de son ami, elle essaya de le poser à terre mais en sentant une douleur violente l’aveugler pendant quelques secondes, elle le retira du sable aussitôt. Voilà, il avait sa réponse. Ah bah super, elle venait déjà de gâcher les retrouvailles à cause de son incapacité à regarder où elle mettait les pieds. « T’es sûr ? » S’enquit l’avocate qui ne voulait pas non plus lui imposer son poids. Elle lui avait déjà donné les sacs à porter, il n’était pas une mule non plus. « Eh ! » Elle donna une tape sur le bras du danseur. « Baisse-toi plutôt au lieu de te moquer. » Ordonna faussement Padma, un rire dans la voix. Elle monta sur son dos et s’accrocha du mieux qu’elle pu pour éviter de tomber encore une fois. « Si tu me laisses tomber je vais te faire une balayette avec le pied valide par contre. » Prévint Padma qui s’accrocha encore plus à lui. Elle n’était qu’à moitié sérieuse, mais il n’y avait pas de raisons pour qu’elle soit la seule blessée de la soirée. Collée à son dos, elle ne pu s’empêcher d’esquisser un sourire face à ses paroles. « Oui, tu m’as manqué uniquement pour ça. » Répondit l’avocate sur le ton de la plaisanterie. Son cœur se remplit d’une bouffée d’amour pour cet ami qu’elle pensait avoir perdu à jamais alors qu’elle se collait un peu plus contre lui – dans la mesure du possible – comme par peur qu’on l’enlève à elle de nouveau. Elle resta silencieuse avec ses pensées, la tête collée contre la nuque d’Adonis, profitant de cette étreinte à l’envers. Une fois arrivée au coin en question, elle ne l’encombra pas plus que ça et descendit de son dos en récupérant un des sacs dans lequel elle avait rangé deux serviettes de bains qui feraient l’affaire pour ce soir. Elle les installa tant bien que mal, et se laissa tomber sans grâce dessus, invitant Adonis à en faire de même en tirant sur son bras pour qu’il perde l’équilibre. « On a tellement à rattraper que je ne sais même pas où commencer. » Lâcha l’Indienne qui sortait déjà des verres, en en tendant un au jeune homme. « Alcool ou pas ? Y a les deux. » Par précaution, elle sortit les deux et plongea les bouteilles dans un sac de glaçons qu’elle avait pris soin d’acheter. « Elle va comment ta correspondante ? » Lâcha Padma sur un ton détaché.   


Deewani ho gayi
"On a day where fate and time stood witness.
Two star crossed lovers breathed their last.
They say witnessing a falling star fulfills any wish.
But these two stars fell to earth wishing only to belong to each other.
They stand testament to eternal love."



JE SUIS AMOUREUSE, NE ME POSEZ PLUS DE QUESTIONS.
Revenir en haut Aller en bas
Adonis Contini10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Adonis Contini
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5395-j-aurais-du-cette-lettre-ne-pa http://www.ciao-vecchio.com/t5408-quand-le-rideau-tombe-adonis
Faceclaim : Ben Barnes ©.kordeism & Alaska (moon of my life)
Messages : 113 - Points : 387
Adonis || Mischief managed Tumblr_inline_nzh72b9rlv1rifr4k_500
Âge : 38 ans
Métier : Ancien danseur professionel, aujourd'hui Barista au Lorella & Tiziano aka Coffee Artist
Adonis || Mischief managed Empty
Sujet: Re: Adonis || Mischief managed ( le Dim 14 Juil 2019 - 20:27 )
Adonis ne pouvait pas réfréner l’allégresse qui prenait possession de son cœur depuis que Padma était dans son champ de vision. C’est qu’elle était sa plus ancienne amie et sa place dans sa vie était spéciale. Comme depuis le début, il y avait de l’innocence entre eux, même s’il avait compris l’attirance de la belle le concernant : il s’était toujours mis un point d’honneur à ne pas mélanger les serviettes et les torchons. Les sentiments amoureux auraient probablement gâché l'attachement qu'ils se portent encore aujourd'hui. Ou pas. Dans tous les cas, il était trop tard pour le savoir, et même s’il pouvait retourner dans le temps : Adonis ne changerait rien. Il préférait encore rire de Padma et la laisser un peu les fesses dans le sable avant de lui porter secours comme un super-héros.

“Ouais, répète donc ce que tu veux pour bien dormir la nuit. Tu as mis ses nerfs à l’épreuve, c’est moi qui te le dis et rien que pour ça tu mérites une médaille.” Adonis avait de tout temps pris la défense de Padma et sa mère avait compris que dire du mal d’elle - même si cela était seulement en rapport avec la danse - était une chose à ne pas faire quand son fils était là.

La situation était cocasse, Padma avec les deux bras en l’air : attendant qu’Adonis l’aide. Il l’attrapa doucement pour la mettre sur ses jambes avant de se mettre par terre à son tour pour inspecter l’état de sa cheville. Il n’était pas docteur, mais il en avait vu des chevilles foulées. Les siennes s’étaient légèrement affaiblies avec la prison et il savait qu’il devait les travailler avant de pousser trop. Ne pouvant pas décemment laisser son amie souffrir, il pivota pour lui offrir son dos :

“Je ne suis pas en sucre et tu es un poids plume. T’en fais donc pas, monte au lieu de tergiverser.” Il faisait semblant d’être impatient, en réalité : elle pouvait prendre le temps qu’elle voulait. Ils avaient toute la vie après tout non ? Adonis ne comptait pas repartir de ci-tôt. Il se baissa un peu plus en rigolant : non-content d’avoir à nouveau trouvé une façon de l’embêter. “Je prends soin de toi, tu devrais être flattée au lieu de me sermonner. Mademoiselle grincheuse.”

Il passa attrapa les sacs et bloqua les jambes de Padma de chaque côté de lui avant de commencer à marcher.

“Tu ne te souviens pas des exercices de confiance qu’on faisait quand on était petit ? Je ne t’ai jamais lâché, je ne compte pas le faire maintenant tête de linotte.” Évidemment qu’il la rattraperait toujours. Il serait incapable de la laisser tomber. Encore moins maintenant qu’il est libre et pouvait passer son temps à garder un œil sur elle.

Il sourit quand elle confirma qu’en effet : il avait manqué à sa vie et pas seulement comme porteur attitré. Il tourna légèrement sa tête pour la regarder. Il n’y avait pas de doute, ce sourire et ce regard pétillant étaient bien plus beaux en vrai que dans ses souvenirs. D’un commun accord silencieux, ils savourèrent tous les deux ce moment. Une fois sur place, il l’aida à descendre le plus doucement possible puis l’aida à bien mettre les serviettes. Hors de questions qu’elle mette trop de pression sur sa cheville. Assise, elle l’entraîna à ses côtés en lui faisant perdre son équilibre. Il en rigola évidemment. Commençant à enlever ses chaussures, il reprit un peu son sérieux pour répondre :

“Par le début ?”
Il jeta un rapide regard à son amie en enlevant ses chaussettes. Ses pieds, plongés dans le sable, Adonis poussa un long soupire. Il était si heureux en cet instant. Il ne pensait plus à ses années en prison, seule comptait Padma : “Alcool d'abord, mais on peut alterner ? Comme ça on ne finira pas à quatre pattes, ni dans un trou plus profond.” Il la poussa du coude avant de faire plusieurs clins d’œil forcés.

Quand l’avocate lui demanda des nouvelles de Lilas, il regarda le sable en souriant bêtement :

“Une petite boule d’énergie rousse.” Il rigola doucement : “Elle est comme ses lettres : pétillantes et pourtant il y a cette fragilité chez elle qui me rappelle la mienne.” Il haussa les épaules : “Je prends les choses comme elles viennent, je ne m’emballe pas et garde les pieds sur terre. Ce n’est pas facile cependant, tu me connais.” Il attrapa la bouteille de vin rouge et l’ouvrit pour remplir leurs verres : “Et toi, est-ce qu’il y a une personne spéciale ?”


Mais moi, j'aime ce genre de jeu
You're the one that I want, oh, honey, the one that I want. If you're filled with affection, you're to shy to convey. Better take my direction, feel your way.
© alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Padma AlestraLe vin est un puissant lubrifiant social
Padma Alestra
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4046-would-you-lie-with-me-and-just http://www.ciao-vecchio.com/t4050-lift-every-voice-and-sing-padma#128994
Faceclaim : .Deepika Padukone ; ealitya+ Signature : astra + gifs : Ealitya
Messages : 2035 - Points : 1702
Adonis || Mischief managed Tumblr_lyzg2skVaX1qfjjglo1_250
Âge : 33 étoiles
Métier : Avocate le jour, et illustratrice de livres pour enfants sous un pseudonyme la nuit
Adonis || Mischief managed Empty
Sujet: Re: Adonis || Mischief managed ( le Ven 26 Juil 2019 - 20:59 )
Si pendant qu’Adonis l’avait sur le dos, Padma avait voulu essayer de lui faire perdre son équilibre à plusieurs reprises, elle décida de s’abstenir. Déjà parce qu’elle ne voulait pas se faire plus mal que ce qu’elle ressentait déjà, mais surtout parce qu’au moment même où sa tête s’était posée contre le dos de son ami, elle s’était doucement laissée bercer par le mouvement de ses pieds sur le sable. Dans sa tête elle revivait ces moments qu’ils avaient passé ensemble pendant leur tendre enfance et qui remontait à si loin, que chaque souvenir devenait de moins en moins précis à chaque fois qu’elle essayait de s’en souvenir. Un soupir traversa ses lèvres sans qu’elle ne pu se retenir, mais décida de ne pas relever. Ils avaient perdu assez de temps comme ça, et elle n’avait pas envie de ressasser le passé. Elle voulait juste profiter de son ami, de sa liberté et des souvenirs qu’ils se créeraient à partir de maintenant. L’éternité commençait à présent pour ce duo d’amis. « Moi non plus je ne te lâcherai jamais. Et si on tombe, on tombe à deux. » Souffla l’Indienne pour toute réponse, les souvenirs se bousculant toujours dans sa tête.

Une fois installée sur le tapis qu’elle avait pris soin de récupérer, elle sorti les verres qu’elle remplit avec le même entrain que lorsqu’elle avait forcé Adonis à s’asseoir avec elle sur  sable. Elle lâcha un petit rire en entendant son commentaire et failli presque renverser le vin. « T’es mignon à penser que j’ai besoin de ça pour terminer à quatre pattes. » Elle avait déjà du mal à tenir sur deux pieds. A peine était-elle arrivée sur la plage qu’il a due la porter. Il n’allait pas falloir bien longtemps à Padma pour se blesser à nouveau et qu’Adonis revienne à sa rescousse. Si en temps normal elle aimait son indépendance et n’aimait pas qu’on lui vienne en aide, elle se laisserait joyeusement chouchouter par son ami. Ca faisait parti du processus de rattrapage de ce temps qui leur avait été volé. Très vite, elle détourna la conversation sur un sujet plus intéressant que la maladresse de Padma. Le verre porté à ses lèvres, elle prit une gorgée de sa boisson en prêtant une oreille attentive à son ami. Du coin de l’œil, elle vit le sourire qu’il affichait et ne pu s’empêcher de sourire à son tour. « Vous avez l’air de vous être bien trouvés. » Commenta l’Indienne qui déposa son verre pour enlever à son tour ses chaussures pour plonger son pied valide sous le sable chaud comme Adonis. « Oui, j’imagine. » Souffla la jeune femme. « Elle a l’air de te faire du bien en tout cas. » Le côté protecteur de Padma avait fait grimacer la jeune femme la première fois qu’Adonis lui parla de cette Lilas. Même après avoir lu plusieurs de ses lettres que son ami avait pré sélectionné avant de lui montré, elle n’était pas rassurée. Elle ne connaissait pas cette personne, ignorait ses intentions ni même la sincérité qu’elle pouvait – ou ne pouvait pas – avoir. La seule chose qu’elle voyait c’était que le danseur commençait à s’intéresser à une femme et qu’elle voulait lui épargner une douleur inutile. Le temps avait suivi son court et avait donc obligé l’avocate à lâcher du lest quant à cette histoire. Elle n’était pas une grande fan de ces correspondances, mais elle voyait l’impact positif que ça avait sur Adonis et au final c’était probablement la chose la plus importante à prendre en compte. « De toute façon je peux récupérer son adresse si jamais elle te fait du mal. J’ai amélioré mes fouettés, je suis certaine que je peux la terminer en deux mouvements. » Elle sortit son pied du sable et montra la pointe qu’elle savait toujours faire avant de lâcher un petit rire. Il s’évanouit à la question de son ami pour laisser place à un sourire gêné qui empourpra ses joues. « Il y a… quelqu’un, oui. » Elle sentit ses joues chauffer à ces mots. Elle n’aimait pas parler d’elle et encore moins de sa vie amoureuse. Et ce qu’elle vivait avec Devraj était quelque chose de si précieux qu’elle s’était bien gardée de raconter les moindres détails à Adonis. « Je t’avais dit avoir rencontré quelqu’un il y a quelques mois. Ca se concrétise. C’est si fou comme histoire. » A ces mots, pour éviter le regard du jeune homme, elle se laissa tomber sur le dos et fixa le ciel bleu dégagé au-dessus de sa tête. « On s’est connus à l’orphelinat avant même que je n’arrive en Italie. Aujourd’hui on est ensemble et… » Elle poussa un soupir. « Une boucle bouclée. » Souffla l’Indienne qui avait encore du mal à croire ce qu’elle disait.  


Deewani ho gayi
"On a day where fate and time stood witness.
Two star crossed lovers breathed their last.
They say witnessing a falling star fulfills any wish.
But these two stars fell to earth wishing only to belong to each other.
They stand testament to eternal love."



JE SUIS AMOUREUSE, NE ME POSEZ PLUS DE QUESTIONS.
Revenir en haut Aller en bas
Adonis Contini10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Adonis Contini
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5395-j-aurais-du-cette-lettre-ne-pa http://www.ciao-vecchio.com/t5408-quand-le-rideau-tombe-adonis
Faceclaim : Ben Barnes ©.kordeism & Alaska (moon of my life)
Messages : 113 - Points : 387
Adonis || Mischief managed Tumblr_inline_nzh72b9rlv1rifr4k_500
Âge : 38 ans
Métier : Ancien danseur professionel, aujourd'hui Barista au Lorella & Tiziano aka Coffee Artist
Adonis || Mischief managed Empty
Sujet: Re: Adonis || Mischief managed ( le Sam 3 Aoû 2019 - 13:36 )
Enfermé entre quatre murs avec des camarades de cellules, Adonis avait eu le temps de se souvenir et de se replonger dans le passé. Certains de ses amis lui avaient déconseillé de faire une telle chose, affirmant que rien ne serait comme avant une fois qu’il serait sorti, mais le danseur ne les avait pas écouté. Il avait besoin de se souvenir du visage de Padma par exemple, de sa voix, de son rire. Il avait besoin de s’accrocher à la perspective qu’après la prison il devrait reprendre sa vie et pourrait danser à nouveau. Il voulait sentir la chaleur des projecteurs sur lui. Il voulait passer des heures à repousser les limites imposées par son corps pour redevenir le meilleur. Durant ces longues heures, loin de sa famille et de ses amis, il avait donc pensé à ce qu’il pourrait faire lorsqu’il serait sorti même si la sentence était alors bien longue et lourde. Par un incroyable et heureux hasard, il était sortie plus tôt que prévu. Il n’avait pas mis de temps à reprendre contact avec Padma pour la voir dehors, mais surtout pour faire quelque chose de simple comme d’aller sur la page pour boire et manger des cochonneries. Les joies d’être des adultes. Comme ils n’étaient plus des enfants, Adonis put aisément la porter sur son dos et la trimballer. Il appréciait cela. Ces petits moments volés au temps. Un beau moyen de faire un feck à la vie en outre. Et comme il le répéta si bien : il n’était pas question de la lâcher. Ni maintenant, ni dans dix ans, ni dans quarante quand ils seront vieux et séniles.

Forcé à s’asseoir, il laissa la belle servir les verres et enleva ses chaussures. “Et bien, au moins cela te donnera une excuse. Tu pourras blâmer l'alcool et non maladresse.”

Le verre à la main, il le leva, trinqua avant d’en prendre une gorgée. Lilas. Évidemment qu’elle connaissait ce prénom. Elle lui avait même donné des conseils sur la façon de lui parler. Elle pouvait donc porter pendant quelque temps les lauriers de la gloire. Elle le méritait. Adonis n’aurait pas été capable de trouver les bons termes pour s’exprimer sans elle.

“J’aime le croire aussi…” Il sourit, bêtement. Il affichait inconsciemment cet air niais qui ne le quittait pas quand il parlait de la belle rousse. “C’est peut-être idiot… Mais j’appréhendais tu sais de la rencontrer ?” Il perdit un peu son sourire et poussa le sable avec son pied : “J’avais peur de retourner dans une spirale destructrice comme avec…” Il s’arrêta. Non. Il ne devait plus parler d’elle. “À croire que j’ai appris de mes erreurs… Je l’espère.” Il la poussa de son coude : “Au moins je sais que je ne serais jamais loin pour me remettre sur le droit chemin si jamais je merde à nouveau.” Adonis se mit à rire sincèrement quand elle affirmait sans honte qu’elle n’hésiterait pas à tomber sur Lilas si quelque chose ne se passait pas bien. “Encore faut-il pour ça que tu puisses tenir sur tes jambes Miss Maladroite.” Il s’attendait au retour du bâton, alors il prit une gorgée d’alcool.

Adonis avait assez parlé de lui et de Lilas, il était temps de parler du possible Jules de Padma car s’il se souvenait bien : il y avait une personne non ? Elle le confirma avec ce petit air adorable qui donnait au danseur l’envie de pincer ses joues. Au lieu de cela, il se rapprocha d’elle : histoire de rendre le moment encore plus intime et secret. Il ne voulait surtout pas rater un seul détail de cette relation qui chamboulait sa meilleure amie.

“Ce sont souvent les plus belles histoires qui sont folles. Il n’y aurait pas d’intérêt sinon, à être avec quelqu’un.” Adonis souriait un peu plus. Il termina cul-sec son verre, posa ce dernier dans le sable  puis il s’allongea par la suite et regarda le ciel avec Padma : “Comme quoi… Ce qui est sous nos yeux est parfois ce qui nous faut, mais on ne le sait pas.” Il attrapa la main de son amie et la serra avant de tourner sa tête pour pouvoir la regarder : “J’aime croire que le hasard ne fait jamais les choses à moitié.” Il regarda à nouveau le ciel : “Et je le rencontre quand ce monsieur ? Que je lui fasse passer un interrogatoire en bonne et du forme ?” Dit-il d’un air faussement sérieux.


Mais moi, j'aime ce genre de jeu
You're the one that I want, oh, honey, the one that I want. If you're filled with affection, you're to shy to convey. Better take my direction, feel your way.
© alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Adonis || Mischief managed Empty
Sujet: Re: Adonis || Mischief managed ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Adonis || Mischief managed -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: San Calisto
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant