Revenir en haut
Aller en bas


 

- Adonis || Mischief managed -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: San Calisto
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Padma AlestraLe vin est un puissant lubrifiant social
Padma Alestra
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4046-would-you-lie-with-me-and-just http://www.ciao-vecchio.com/t4050-lift-every-voice-and-sing-padma#128994
Faceclaim : .Deepika Padukone ; ealitya+ Signature : astra + gifs : Ealitya
Messages : 2035 - Points : 1702
Adonis || Mischief managed - Page 2 Tumblr_lyzg2skVaX1qfjjglo1_250
Âge : 33 étoiles
Métier : Avocate le jour, et illustratrice de livres pour enfants sous un pseudonyme la nuit
Adonis || Mischief managed - Page 2 Empty
Sujet: Re: Adonis || Mischief managed ( le Mar 6 Aoû 2019 - 16:34 )
Une oreille attentive même si ses yeux étaient surtout concentrés sur son verre, elle ne ratait aucun mot. L’Indienne arrêta de jouer avec son vin lorsqu’elle comprit le sens de phrase d’Adonis. Les sourcils légèrement levés, elle tourna la tête doucement dans sa direction pour voir s’il allait terminer sa phrase. Elle remarqua que son sourire s’était évanoui et que ses épaules s’étaient légèrement affaissées. Sans oser dire quoi que ce soit, elle le laissa poursuivre la conversation. Elle n’aimait pas qu’il parle de cette femme qui lui avait gâché la vie, mais elle ne voulait pas non plus lui priver de ce besoin de s’exprimer. Si l’évoquer, même sans prononcer son prénom pouvait mettre de l’ordre dans ses idées et aider son cœur à y voir plus clair alors elle ne l’en empêcherait pas. Cependant, elle veillerait toujours à ce qu’il ne se perde pas dans ce passé qu’elle ne voulait pas qu’il ressasse. Pas parce qu’elle était une fervente pensante que ce qui était au passé devait rester au passé et qu’on devait l’oublier pour tourner la page, mais elle faisait en sorte de balancer les choses pour ne pas qu’il vive continuellement avec ce passé attaché à la cheville. Un mince sourire au bout des lèvres comme pour lui indiquer qu’elle était là pour lui quoi qu’il arrive, elle lâcha un petit rire en sentant son coude taper contre elle et la pousser doucement. « Toujours ! » S’exclama l’avocate. Peu importe dans quoi il s’embarquerait, elle s’était jurée d’être toujours là pour lui parce qu’il faisait partie de cette famille qu’elle a été obligée de se créer lorsque la sienne implosa. « Je me demande vraiment ce que tu ferais sans moi. » Probablement pas grand-chose. Elle ne voulait pas se donner autant de crédit dans la vie du danseur, mais elle tenait tant à lui qu’elle avait envie de compter sa place comme étant importante dans la vie de ce dernier. Dans la sienne, il l’était en tout cas.

Lorsque la conversation vira tous les projecteurs sur elle, l’Indienne esquiva le regard de son ami en s’allongeant directement sur le tapis de fortune et fixa le ciel qui s’étendait à perte de vue au-dessus de sa tête. A la pensée de celui qui faisait battre son cœur, ce dernier s’emballa légèrement dans sa poitrine car elle avait encore du mal à réaliser que ce qu’elle vivait était vrai. Le détail de l’orphelinat, elle ne l’avait encore dit à personne. Adonis était le premier avec qui elle partageait ce détail. Pas parce qu’elle voulait en faire un secret d’état, mais parce que ça faisait parti de ces nombreux détails de sa relation qui la rendait si belle et qu’elle avait envie de garder rien qu’à eux. Même si aussi étrange que cela puisse paraître, leur histoire avait été publiée et avait même fait décoller la carrière de Devraj. A croire que leur histoire était destinée à dépasser les frontières de l’Inde pour que le monde les aide à se retrouver. Cette pensée fit gonfler le cœur de Padma avant de la faire sourire  à nouveau. En sentant la main d’Adonis dans la sienne, elle tourna la tête vers lui avant d’acquiescer à ses paroles précédentes. « C’est juste… inattendu. » Soupira Padma. « Il est littéralement la personne que j’ai cherché toute ma vie. Et je dis pas ça dans le sens bla bla bla mon âme sœur. C’est littéralement le garçon avec qui j’ai passé mes premiers jours, à qui on m’a enlevé et que j’ai cherché pendant si longtemps. » Cette parole brisa presque le cœur de la jeune femme qui repensait à ces années passées sans lui et à la douleur qu’elle avait ressenti le jour de son départ. « C’est curieux. J’ai quelques souvenirs de mes années à l’orphelinat, quelques souvenirs à lui mais c’est très flou… la douleur par contre. Elle est toujours aussi vive. » Entendant le ton triste de sa propre voix, elle détourna aussitôt les yeux pour observer à nouveau le ciel. Elle ne voulait pas se rendre triste, surtout qu’il n’y avait pas de raison. Elle avait retrouvé Devraj. Elle avait retrouvé cette partie d’elle qu’on lui avait arrachée. Pourtant elle avait toujours cette peur de revivre une séparation, surtout depuis qu’elle sait que le père de son compagnon ne la portait pas spécialement dans son cœur.

En entendant la question d’Adonis, elle ne pu retenir un petit rire. « Tout le monde va vouloir le questionner. » Plaisanta Padma. « Quand tu veux. De toute façon tu auras bientôt le loisir de le croiser à chaque fois que tu viendras me voir… On va habiter ensemble. » Elle avait lâché ces mots, la main un peu plus pressante dans celle d’Adonis, le regard toujours tourné vers le ciel. « Tu penses que c’est une bonne idée ? » Demanda Padma comme pour avoir confirmation qu’elle prenait la bonne décision. Outre le fait qu’elle ait vraiment envie de commencer une nouvelle page de sa vie avec Devraj, elle n’oubliait pas le père de ce dernier et dont elle évitait d’évoquer en sa présence.  
 


Deewani ho gayi
"On a day where fate and time stood witness.
Two star crossed lovers breathed their last.
They say witnessing a falling star fulfills any wish.
But these two stars fell to earth wishing only to belong to each other.
They stand testament to eternal love."



JE SUIS AMOUREUSE, NE ME POSEZ PLUS DE QUESTIONS.
Revenir en haut Aller en bas
Adonis Contini10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Adonis Contini
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5395-j-aurais-du-cette-lettre-ne-pa http://www.ciao-vecchio.com/t5408-quand-le-rideau-tombe-adonis
Faceclaim : Ben Barnes ©.kordeism & Alaska (moon of my life)
Messages : 113 - Points : 387
Adonis || Mischief managed - Page 2 Tumblr_inline_nzh72b9rlv1rifr4k_500
Âge : 38 ans
Métier : Ancien danseur professionel, aujourd'hui Barista au Lorella & Tiziano aka Coffee Artist
Adonis || Mischief managed - Page 2 Empty
Sujet: Re: Adonis || Mischief managed ( le Sam 10 Aoû 2019 - 20:44 )
Ils étaient bien installés, l’instant était simple, mais tellement jouissif. Adonis croquait la liberté à pleine dent et pouvoir retrouver sa meilleure amie était un doux sentiment. Un petit luxe qui le faisait sentir roi. Il méritait d’être heureux, certes, mais pas que. Il voulait être avec ceux qui l’ont toujours soutenu. Contre vent et marée, mais surtout contre son ex-femme qui l’avait brisé en bonne et du forme. Adonis avait eu le soutien inconditionnel de la belle qui était installée à ses côtés et il savait déjà que jamais il ne pourrait payer la dette qu’il a envers elle. Padma avait toujours été là pour lui. Toujours. Depuis son enfance jusqu’à un âge plus mûr. Contre vent et marée, mais surtout contre son ex-femme qui l’avait brisé en bonne et du forme. Pour sûr qu’elle le rendait heureux : il n’y avait qu’à voir sa bonne mine pour comprendre qu’il était enjoué par son statut amoureux. Pourtant, il y avait toujours des craintes, des appréhensions. Agatha avait réussi à briser cette âme positive. Elle était fortiche la godiche. C’est en apprenant à connaître à Lilas et donc être dans une relation normale qu’il réalise au combien elle a été un véritable poison dans sa vie. La poussant du coude, elle confirma l’évident. Bien sûr qu’elle serait là si jamais il s’entichait d’une mauvaise personne. Adonis ferait confiance au jugement de Padma, mais quelque chose lui disait que sa petite amie et sa meilleure amie allaient s’entendre.

“Et bien… J’ai fini en prison, je crois que je peux difficilement faire pire hein ?” Il y avait-il pire que cela ? Ce n’était pas une sentence définitive, mais cela représentait pourtant une mort sociale. Adonis le voyait bien au quotidien.

Il n’était pas question de gâcher ce moment avec ses années derrière les barreaux. Il n’y avait plus de murs, plus de glace pour les séparer. Il pouvait la toucher, il pouvait lui parler sans avoir peur qu’on écoute leurs conversations. Alors, Adonis ne se priva pas pour lui poser des questions. Il était sincèrement curieux de ce qui se passait dans la vie de l’Indienne.

“Comme la plupart des choses qui sont géniales dans la vie… Parfois ne rien prévoir, c’est laisser le champ libre à ce qu’on aurait même pas imaginé dans le plus fou des rêves.” Le voilà à positiver. Sa mère serait fière de lui, elle qui s’inquiète de voir Adonis déprimer bien trop souvent à son goût. Padma, elle avait toujours eu le don de lui faire voir la vie du bon côté. “C’est que vous étiez fait pour être dans la vie de l’un et de l’autre. Ouais… Tu as raison, ça sonne mielleux et niais, mais bon. Les faits sont là non ?” Il est difficile de réfuter l’instant présent. Au ton de sa voix, il serra un peu plus sa main pour montrer qu’il était là. “Je suis désolé que tu aies dû traverser tout cela. Vraiment.” Il caressa le dos de sa main avec son pouce : “Mais maintenant, tu n’es plus seule. Si jamais Devraj ne peut pas, moi je le serais.” Il ne connaissait pas ce jeune homme, mais il rendait Padma heureux et au fond… N’était-ce pas le principal ?

Pourtant, il ne la laisserait pas s’en tirer si facilement. Pour sûr qu’il voulait le rencontrer. Hors de questions de ne pas connaître cet homme. Adonis n’avait pas le physique de Thor, mais il était tout de même musclé et avait appris à se battre en prison. Le danseur, poli malgré tout, demanda à Padma quand il le rencontrerait. Il n’oserait pas aller lui faire les gros yeux par surprise. Par respect pour son amie. Il rigola avec elle, mettant au placard son air sérieux.

“Ah ouais ?” Il se redressa pour se mettre sur ses coudes. Padma lui demanda alors si cela était une bonne idée. Adonis fit mine de réfléchir : “Tu es au courant hein qu’on pète au lit et qu’on rote hein ?” Il rigola doucement et continua de la regarder : “Vivre avec un homme s'est accepté d’avoir des poils de barbes dans le lavabo et devoir le déboucher chaque mois à cause de ça.” L’ancien prisonnier se leva et prit quelques gorgées de vin : “Mais c’est aussi agréable de se réveiller auprès de quelqu’un et de le regarder dormir. Alors… Oui je pense que c’est une bonne idée. Et puis, vous n’êtes pas des inconnus pour l’un et l’autre hm ? Dans le pire des cas, tu pourras toujours venir te réfugier chez moi.” Il serra sa main pour qu’elle le regarde : “Et si jamais tu doutes… Fais confiance à ton instinct et à tes tripes. Elles te disent quoi quand tu penses à emménager avec Devraj ?”


Mais moi, j'aime ce genre de jeu
You're the one that I want, oh, honey, the one that I want. If you're filled with affection, you're to shy to convey. Better take my direction, feel your way.
© alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
 
- Adonis || Mischief managed -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: San Calisto
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2