Revenir en haut
Aller en bas


 

- Roxana | Jouons avec la peinture -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Galleria Veraci
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Loris VeraciToujours frais après un litre de café
Loris Veraci
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3859-loris-break-me-down-and-build- http://www.ciao-vecchio.com/t3869-loris-i-wanna-be-the-slip-word-upon-your-lip
Faceclaim : Thom Morell ©Yumita (avatar), Djoan & Ealitya (gifs)
Messages : 724 - Points : 2245
Roxana | Jouons avec la peinture Tumblr_inline_od91reJRvv1twk1o0_250
Âge : trente-cinq pétales.
Métier : anciennement artiste peintre qui tient depuis 2005, ses vingt-trois ans, une galerie d'art et photographie contemporain. Il organise des expositions et assure la promotion des artistes qu'il met en avant, les accompagnant jusqu'à ce qu'ils prennent des chemins différents. Egalement, il est photographe à ses heures perdues et propose des séances shooting pour ceux qui manquent de confiance en soi.
Roxana | Jouons avec la peinture Empty
Sujet: Roxana | Jouons avec la peinture ( le Lun 3 Juin 2019 - 0:57 )
« On se fait un cinéma ce soir ? » Loris cesse tout mouvement durant deux longues secondes, avant d’enfiler sa veste noire. Il ne s’attendait pas à ce qu’Elsa propose une telle chose. La dernière fois qu’ils ont été voir un film remonte au jour où il a dû s’éclipser pour voir Luna. Sa meilleure amie allait mal et c’est sans aucune hésitation qu’il a délaissé sa femme. Celle-ci lui a fait la tête pendant une longue semaine, en lui répétant bien qu’il n’avait pas à faire ça et elle a raison. Normalement, il est supposé mettre sa priorité dans son ménage. Elle devrait être plus importante que tout le reste. Seulement, Elsa est secondaire depuis bien longtemps et en souffre. Ils font moins de choses ensemble. Les sorties sont rares et s’il le sait, il ne court pas après, mais il sent qu’elle en a besoin. « Oui, d’accord. Choisis la séance et envoie-moi l’heure. Je viens te chercher après le boulot. On fait comme ça ? » Leur mariage est à la dérive et c’est dans l’optique de le sauver un peu qu’il accepte. Ils ont besoin de se retrouver. Comme il a dit à Jack, il ne compte pas quitter son épouse, alors autant y mettre un peu du sien pour, à défaut de ne pas être heureux, être un peu moins malheureux. « Et ce week-end… J’ai pensé qu’on… » Elle s’approche, pose une main sur son torse et baisse les yeux. « … pourrait se faire une virée à la campagne, ou sur une île. Ischia ? Les termes, ça nous ferait du bien. » Loris saisit son menton et capture ses lèvres en acquiesçant. « On en reparle ce soir, mais oui. » Il voit là une issue. Peut-être pourront-ils prendre le temps de parler, tous les deux. De plus, il ne se voit pas cracher sur cette soudaine proximité. Tendrement, il l’embrasse une nouvelle fois et sort de chez lui pour retrouver sa galerie qu’il ouvre aux clients, prenant place près du petit bureau à l’entrée pour mettre à jour l’inventaire fait la veille.


Loris & Roxana
Toi, avec des yeux tristes, ne te décourage pas. Oh je réalise, c'est dur de prendre confiance dans un monde plein de gens. Tu peux tout perdre de vue et la noirceur en toi peut te faire te sentir si insignifiant. Montre-moi un sourire puis ne sois pas malheureuse. Si ce monde te rend fou et que tu as pris tout ce que tu pouvais porter. Appelle-moi simplement, parce que tu sais que je serai là. Et je verrai tes vraies couleurs briller.
Revenir en haut Aller en bas
Roxana WilliamsLa jeunesse dorée et éclatante
Roxana Williams
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4980-i-ve-got-no-hand-to-hold-roxan http://www.ciao-vecchio.com/t4983-mad-world-roxana
Faceclaim : Kelly Gale + ©Ealitya
Messages : 274 - Points : 1345
Roxana | Jouons avec la peinture Kelly_Gale_victoriassecret.filminspector.com_8
Âge : 29 ans.
Métier : Serveuse au San Calisto. Elle a du mal, supporte difficilement la clientèle.
Roxana | Jouons avec la peinture Empty
Sujet: Re: Roxana | Jouons avec la peinture ( le Jeu 13 Juin 2019 - 23:47 )
L’idée lui trotte en tête depuis plusieurs jours, sans qu’elle ne trouve réellement l’occasion parfaite pour la matérialiser. Elle s’est promenée en ville pour faire des courses, pour acheter le matériel nécessaire, sans savoir si elle finira par l’utiliser. Mais, maintenant que l’idée s’était installée dans son esprit, Roxana ne pensait plus qu’à ça. Elle avait peur de flancher si elle attendait trop longtemps avait de la mettre à exécution, et percevait cette éventualité comme un immense pas vers l’avant. Sachant que Loris serait à la galerie ce jour-là, elle prend donc son courage à deux mains et fourre son matériel dans un sac en toile, avant d’attraper un taxi pour s’y rendre. Une fois sur place, elle remarque deux ou trois clients, puis son regard est attiré par Loris. Un sourire grandit automatiquement sur ses lèvres alors qu’elle fait quelques pas vers lui, le saluant d’un petit geste de la maison. « Bonjour, toi. », lance-t-elle à voix basse, le détaillant du regard. De ne pas pouvoir s’approcher de lui pour le toucher ou l’embrasser lui est presque douloureux. « J’ai amené quelques trucs. Je peux aller dans l’atelier? Si tu as un temps mort, vient me trouver. » Sourire énigmatique aux lèvres, la jeune femme monte à l’étage, où elle prend une grande inspiration avant d’ouvrir la fermeture éclair de son sac. Elle sort plusieurs tubes de peinture corporelle, qu’elle dispose sur une table, avec des pinceaux, une palette en bois. Puis, passant dans la petite salle de bain, elle retire son éternel pull en laine qu’elle plie soigneusement, puis son débardeur, son soutien gorge. Elle fait également subir le même sort à son pantalon, ses sous-vêtements, qu’elle range tous dans son sac, se contentant d’en sortir un léger kimono en soie presque transparente qu’elle enfile, allant s’assoir sur le canapé en attendant qu’il monte.



Wise men say only fools rush in but I can't help falling in love with you. Some things are meant to be. Take my hand, take my whole life too for I can't help falling in love with you.
Revenir en haut Aller en bas
Loris VeraciToujours frais après un litre de café
Loris Veraci
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3859-loris-break-me-down-and-build- http://www.ciao-vecchio.com/t3869-loris-i-wanna-be-the-slip-word-upon-your-lip
Faceclaim : Thom Morell ©Yumita (avatar), Djoan & Ealitya (gifs)
Messages : 724 - Points : 2245
Roxana | Jouons avec la peinture Tumblr_inline_od91reJRvv1twk1o0_250
Âge : trente-cinq pétales.
Métier : anciennement artiste peintre qui tient depuis 2005, ses vingt-trois ans, une galerie d'art et photographie contemporain. Il organise des expositions et assure la promotion des artistes qu'il met en avant, les accompagnant jusqu'à ce qu'ils prennent des chemins différents. Egalement, il est photographe à ses heures perdues et propose des séances shooting pour ceux qui manquent de confiance en soi.
Roxana | Jouons avec la peinture Empty
Sujet: Re: Roxana | Jouons avec la peinture ( le Dim 30 Juin 2019 - 23:49 )
La porte s’ouvre et après avoir saisi une dernière donnée, Loris relève les yeux vers la silhouette qui s’approche de lui. Un sourire se glisse sur son visage, sans qu’il ne puisse le contrôler. Il sait très bien qu’il ne devrait pas, surtout avec la façon dont il vient de quitter sa femme et à l’instant même où il sent la frustration s’emparer de lui en l’entendant prononcer un « bonjour », le photographe se met mentalement une gifle. Il joue double jeu depuis des années, mais la différence ici, c’est qu’avec sa voisine, c’est plus fort, plus sincère. Elle ne représente pas une petite aventure qu’il oublie dès la séparation faite. « Salut. » répond-il, en jetant un œil à ce sac qu’elle tient dans les mains. La bouche entrouverte, il s’apprête à l’interroger pour satisfaire sa curiosité, quand elle le devance. Son atelier. Personne n’y met les pieds, généralement, notamment parce qu’il y cache des toiles, mais ces dernières sont sous des draps qu’il ne lève jamais. Elles ne sont donc pas à la vue de tous. Alors, il acquiesce et se penche un peu sur le bureau de sorte à lui désigner le couloir à prendre afin d’accéder à son antre. Celui-ci se trouve tout au bout, au rez-de-chaussée. En la voyant prendre une direction différente, celle du studio photo à l’étage, Loris fronce les sourcils, se demandant bien ce qu’elle peut y faire. Après avoir renseigné un client, il hésite un instant, sachant très bien qu’elle lui avait donné rendez-vous ailleurs, mais la curiosité est telle qu’il ne résiste pas. Il monte la rejoindre et une fois en haut des escaliers, son attention se pose sur la tenue qu’elle porte. Un kimono qui laisse entrevoir ses formes, puis sur les accessoires. Il s’en approche, touche la palette du bout des doigts, puis saisit un pinceau. « De la peinture ? » lance-t-il, interrogatif, en tournant la tête vers Roxana. « Je comprends pas. » Que se passe-t-il dans sa tête ? Il a beau chercher, il ne trouve pas, mais il a peur que ça le concerne lui, directement. Parce que c’est le cas, n’est-ce pas ?


Loris & Roxana
Toi, avec des yeux tristes, ne te décourage pas. Oh je réalise, c'est dur de prendre confiance dans un monde plein de gens. Tu peux tout perdre de vue et la noirceur en toi peut te faire te sentir si insignifiant. Montre-moi un sourire puis ne sois pas malheureuse. Si ce monde te rend fou et que tu as pris tout ce que tu pouvais porter. Appelle-moi simplement, parce que tu sais que je serai là. Et je verrai tes vraies couleurs briller.
Revenir en haut Aller en bas
Roxana WilliamsLa jeunesse dorée et éclatante
Roxana Williams
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4980-i-ve-got-no-hand-to-hold-roxan http://www.ciao-vecchio.com/t4983-mad-world-roxana
Faceclaim : Kelly Gale + ©Ealitya
Messages : 274 - Points : 1345
Roxana | Jouons avec la peinture Kelly_Gale_victoriassecret.filminspector.com_8
Âge : 29 ans.
Métier : Serveuse au San Calisto. Elle a du mal, supporte difficilement la clientèle.
Roxana | Jouons avec la peinture Empty
Sujet: Re: Roxana | Jouons avec la peinture ( le Jeu 1 Aoû 2019 - 16:01 )
Alors qu’elle entend des pas qui mènent à l’étage, elle sent son cœur se comprimer légèrement, les battements s’accélérer. La gorge sèche, elle tourne la tête vers lui, et alors que son regard croise celui de Loris, elle s’apaise instantanément. Un sourire légèrement taquin se dessine sur ses lèvres alors qu’elle s’approche de lui, hochant brièvement la tête lorsqu’il observe les tubes. « C’est de la peinture pour le corps. », explique-t-elle à voix basse, effleurant du bout des doigts la table. « J’ai vu tes œuvres, certaines d’entre elles du moins. Ça me semble presque injuste que tu ne peignes plus. » Injuste pour les passionnés d’arts qui ne peuvent plus apprécier son travail, mais surtout, injuste pour lui qui continue de se punir pour une chose dont il n’est pas réellement responsable. « Tu n’aurais pas envie, de… », commence-t-elle avant de s’interrompre, incapable de formuler une phrase. Laissant plutôt ses actes parler pour elle. Lentement, ses mains viennent rejoindre la ceinture de son kimono qu’elle dénoue avec difficulté, la nervosité rendant ses gestes légèrement saccadés. « Tu pourrais m’utiliser moi, comme toile. Une œuvre éphémère, qui n’engage à rien, qui ne laissera aucune trace… » Alors que les mots franchissent ses lèvres, elle laisse l’une des manches retomber le long de son épaule, puis de son bras, révélant ainsi sa poitrine. Puis, elle fait subir le même sort à l’autre manche, avant de laisser le vêtement glisser le long de son hanche avant de tomber au sol dans un bruit sourd. Prenant une grande inspiration, elle glisse une main le long de sa chevelure pour la ramener vers l’avant, puis après avoir puisé une source de courage dans le regard de Loris, elle fait un demi-retour sur elle-même afin de lui exposer la toile qu’elle avait en tête. Ce dos qui l’handicape depuis tellement d’années. La peau, marquée de stries, de boursoufflures, de cicatrices. Ces marques rouges par endroit, qui se fondent mal au teint naturel de sa peau.



Wise men say only fools rush in but I can't help falling in love with you. Some things are meant to be. Take my hand, take my whole life too for I can't help falling in love with you.
Revenir en haut Aller en bas
Loris VeraciToujours frais après un litre de café
Loris Veraci
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3859-loris-break-me-down-and-build- http://www.ciao-vecchio.com/t3869-loris-i-wanna-be-the-slip-word-upon-your-lip
Faceclaim : Thom Morell ©Yumita (avatar), Djoan & Ealitya (gifs)
Messages : 724 - Points : 2245
Roxana | Jouons avec la peinture Tumblr_inline_od91reJRvv1twk1o0_250
Âge : trente-cinq pétales.
Métier : anciennement artiste peintre qui tient depuis 2005, ses vingt-trois ans, une galerie d'art et photographie contemporain. Il organise des expositions et assure la promotion des artistes qu'il met en avant, les accompagnant jusqu'à ce qu'ils prennent des chemins différents. Egalement, il est photographe à ses heures perdues et propose des séances shooting pour ceux qui manquent de confiance en soi.
Roxana | Jouons avec la peinture Empty
Sujet: Re: Roxana | Jouons avec la peinture ( le Ven 2 Aoû 2019 - 0:28 )
Ses yeux passent de la peinture à Roxana à plusieurs reprises, ne comprenant toujours pas où elle souhaite en venir précisément. Il appréhende la suite et a raison ; c’est de son coup de pinceau dont il s’agit, de son arrêt. Un choix de délaisser sa passion suite à un événement difficile, une culpabilité qui est toujours ancrée en lui. S’il travaille tous les jours avec des artistes, s’il prend plaisir à observer les œuvres de chacun, il s’est toujours refusé de toucher un pinceau. Ne serait-ce que l’effleurer est devenu source d’angoisse. Au-delà de l’inspiration qui ne vient pas et de craindre d’avoir perdu la main, c’est aussi mettre un terme à une punition qu’il s’inflige volontairement. « C’est un choix. » répond-il, un peu durement, une boule au creux de la gorge, le regard détourné vers un point de la pièce. Personne ne l’a brusqué de cette façon avant elle. Les orphelins ont respecté sa décision, bien qu’ils ont souvent essayé de le pousser à reprendre, lui indiquant que c’était dommage de cesser cette activité qui fait partie intégrante de sa vie, de lui, de son histoire familiale, mais jamais ils ne sont allés à l’encontre de ses choix et il a l’impression que c’est ce qu’elle fait. Loris ne s’y attendait pas et ignore comment réagir autrement qu’en étant sur la défensive. S’il lui a confié ça, ce n’était pas parce qu’il cherchait à résoudre son problème, mais bien parce qu’il se sentait libre de s’exprimer. Le photographe se mord la lèvre inférieure, avant qu’elle ne reprenne. Le cœur lourd, Loris s’apprête à la couper dans son élan pour refuser son idée, lorsqu’elle commence à défaire le kimono. Peindre sur quelqu’un… De toute sa vie de peintre, il n’a jamais eu cette occasion. Là, ce n’est pas professionnel, ça rentre dans son cadre privé. Roxana n’est pas une cliente normale ; elle représente la tentation, l’interdit et à présent la sensualité, le désir. Son rythme cardiaque s’accélère, tandis qu’elle dévoile ses formes, que le vêtement glisse le long de son corps. Il la dévisage, s’attarde sur sa silhouette. Elle n’a rien à envier à personne, c’est une très belle femme, attirante. Et dès lors qu’elle se retourne, l’italien a le souffle coupé face aux cicatrices qui se dessinent sous ses yeux. Son dos a connu des sévices terribles, est brûlé. Il avait bien senti qu’elle était passée par des moments difficiles. La première nuit ensemble, sa voisine s’était sentie en confiance, assez pour le laisser découvrir quelques gonflements, des boursouflures qu’il peut apercevoir à l’œil nu à présent. Muré dans le silence, il détaille chacune de ses marques. « Wow. » Seul son qui lui vient à l’esprit et qu’il arrive à sortir. La surprise se lit aisément sur son visage et ce n’est sans doute pas ce qu’elle attend de lui. Les sourcils froncés, l’air grave, il s’approche, tend une main vers son dos, sans le toucher, hésitant. « Ca te fait mal ? » dit-il, en osant glisser ses doigts sur sa peau. « Comment tu t’es fait un truc pareil ? » Qu’est-ce qui a bien pu se passer dans sa vie pour avoir de telles cicatrices ?


Loris & Roxana
Toi, avec des yeux tristes, ne te décourage pas. Oh je réalise, c'est dur de prendre confiance dans un monde plein de gens. Tu peux tout perdre de vue et la noirceur en toi peut te faire te sentir si insignifiant. Montre-moi un sourire puis ne sois pas malheureuse. Si ce monde te rend fou et que tu as pris tout ce que tu pouvais porter. Appelle-moi simplement, parce que tu sais que je serai là. Et je verrai tes vraies couleurs briller.
Revenir en haut Aller en bas
Roxana WilliamsLa jeunesse dorée et éclatante
Roxana Williams
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4980-i-ve-got-no-hand-to-hold-roxan http://www.ciao-vecchio.com/t4983-mad-world-roxana
Faceclaim : Kelly Gale + ©Ealitya
Messages : 274 - Points : 1345
Roxana | Jouons avec la peinture Kelly_Gale_victoriassecret.filminspector.com_8
Âge : 29 ans.
Métier : Serveuse au San Calisto. Elle a du mal, supporte difficilement la clientèle.
Roxana | Jouons avec la peinture Empty
Sujet: Re: Roxana | Jouons avec la peinture ( le Mar 13 Aoû 2019 - 2:47 )
Elle peut sentir le regard de Loris sur son dos, presqu’aussi vivement que s’il la touchait. Les secondes passent, et son cœur se comprime sous l’effet de l’angoisse, les battements se font désordonnés. Le souffle court, elle attend un verdict, une exclamation de dédain, de dégoût. Elle s’attend à ce qu’il la chasse, que leur idylle prenne automatiquement fin. Car c’est la seule issue logique à la situation. Elle n’a pas réfléchi aux conséquences de ses actes avant de laisser le kimono glisser le long de ses hanches, mais maintenant qu’elle est face à lui, elle regrette. Comme elle voudrait pouvoir reculer le temps, récupérer le vêtement de soie pour cacher sa plus grande tare. Retirer à jamais l’image horrible de sa peau massacrée qui doit désormais être empreinte dans la rétine de Loris. La simple syllabe qui s’échappe des lèvres de l’artiste ne suffit pas à donner un indice à Roxana sur ce qu’il en pense. Serrant les mâchoires, elle attend le verdict, et sursaute légèrement alors qu’elle l’entend parler, ses doigts glissant le long de son épiderme. « Pas vraiment. La peau tire, parfois, parce que je ne peux pas bien l’hydrater moi-même. », répond-elle à voix basse, le souffle court. « La nuit, par contre… Souvent, je rêve de ce soir. » Et c’est toujours à ce moment que la douleur revient la saisir. Si elle n’a plus vraiment de souvenirs du feu, soit parce qu’elle était déjà à demi inconsciente, soit parce que son esprit a fait un blocage, elle se rappelle trop bien les mois qui ont suivi l’incident. La peau brûlée qui guérissait mal, faute de l’enflure. L’impossibilité de faire une autogreffe de peau, vu que la région touchée était trop large. Les crèmes antibiotiques que sa mère lui appliquait avec un dégoût non dissimulé. Roxana se mord l’intérieur de la joue, presqu’au sang, ignorant si elle pourra vraiment lui raconter tout ce qu’elle a vécu. « Je ne me suis pas fait quoi que ce soit. C’est eux, qui l’ont fait… » Elle soupire, devinant que ses mots n’ont aucun sens. « Tu vois les cicatrices, sur mes jambes? Celle là, c’était un couteau. Et elle, une bouteille de bière brisée. », dit-elle en les pointant du doigt. Puis, sa main remonte jusqu’à son avant-bras, qu’elle lui tend. « C’est là qu’ils ont éteint leurs cigarettes, leurs joints. », avoue-t-elle en désignant les marques, presque effacées depuis le temps. « Après quelques heures, ils ont mis le feu. Enfin, j’ignore si c’était volontaire, ou un accident. J’en sais rien. » Est-ce que ça fait vraiment une différence? « Je sais que c’est un choix pour toi, d’arrêter de peindre. », souffle-t-elle, reprenant ses mots. « Comme ça a été le mien, toute ma vie. De me cacher. Tu m’as montré que ce n’était peut-être pas la meilleure des options, que ça ne servait à rien de me punir… » Tournant légèrement la tête, Roxana risque un coup d’œil vers lui. « Je ne te forcerai à rien, évidemment. Mais peut-être que, toi aussi, tu devrais cesser de te pénaliser… »



Wise men say only fools rush in but I can't help falling in love with you. Some things are meant to be. Take my hand, take my whole life too for I can't help falling in love with you.
Revenir en haut Aller en bas
Loris VeraciToujours frais après un litre de café
Loris Veraci
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3859-loris-break-me-down-and-build- http://www.ciao-vecchio.com/t3869-loris-i-wanna-be-the-slip-word-upon-your-lip
Faceclaim : Thom Morell ©Yumita (avatar), Djoan & Ealitya (gifs)
Messages : 724 - Points : 2245
Roxana | Jouons avec la peinture Tumblr_inline_od91reJRvv1twk1o0_250
Âge : trente-cinq pétales.
Métier : anciennement artiste peintre qui tient depuis 2005, ses vingt-trois ans, une galerie d'art et photographie contemporain. Il organise des expositions et assure la promotion des artistes qu'il met en avant, les accompagnant jusqu'à ce qu'ils prennent des chemins différents. Egalement, il est photographe à ses heures perdues et propose des séances shooting pour ceux qui manquent de confiance en soi.
Roxana | Jouons avec la peinture Empty
Sujet: Re: Roxana | Jouons avec la peinture ( le Mar 13 Aoû 2019 - 23:01 )
Ca doit la fatiguer, pense-t-il, alors que ses doigts cessent tout mouvement, s’arrêtant en plein milieu de son dos qu’il détaille de haut en bas, apprenant chaque cicatrice par cœur, essayant de visualiser celles qui pourraient être plus douloureuses et qu’il aimerait pouvoir panser. A sa réponse, il s’interroge. Comment fait-elle ? Doit-elle se rendre chez un généraliste qui assure un suivi régulier ? Peut-être a-t-elle un traitement à ne pas manquer pour rendre son quotidien plus simple. La bouche entrouverte, Loris est prêt à les poser, ne souhaitant pas garder ça pour lui. Si elle se confie de la sorte, c’est qu’elle se sent assez en confiance pour faire de lui le nouveau propriétaire de son lourd secret. Seulement, il se ravise, comprenant qu’elle est encline à aller plus loin dans les confidences. Silencieux, il reprend ses gestes, effleurant avec délicatesse et assurance ses boursouflures. Il n’est pas effrayé par ce qu’il touche, craignait simplement de provoquer son mal, mais ses mots témoignent le contraire.  Une boule s’installe au creux de son estomac, le tiraille à l’écoute de son récit. Ceci n’est pas un accident. Il ne s’agit pas d’une maison qui a pris feu à cause du gaz allumé, ou d’une bougie échouée sur de la moquette, mais un acte commis par des gens mal intentionnés. Son regard se pose sur ses jambes et sa mâchoire se serre aussitôt. On ne l’a pas fait souffrir, non. On l’a torturée, longuement. Il observe à présent les blessures causées par la drogue. Cette femme en a bavé et son histoire horrible lui permet de saisir la distance qu’elle prend volontairement avec ceux qui l’entourent. C’est une façon de se protéger, de ne pas être confrontée à ce qu’il y a de pire en l’être humain. La mauvaise option, comme elle le souffle à l’instant ; elle n’est en rien responsable de ce qu’ils ont fait, est la victime et aujourd’hui, elle s’interdit bien des choses. Il penche la tête sur le côté, sans savoir quoi dire. Il sait, au fond, qu'elle a raison, mais entre le savoir et franchir le cap... « Une fois. Une seule fois. » Parce qu’il n’est pas prêt à faire autre chose, qu’il n’a pas envie de se retrouver face à une toile. « Mais ne recommence plus ça, s’il te plaît. » C’est comme une faveur qu’il lui demande. Loris passe sa main sur son visage, puis alors qu’il entend la porte de la galerie se refermer, souffle : « Je reviens. » dit-il, en dévalant les escaliers.

Il erre dans les allées, s’assure qu’il n’y a plus personne, verrouille la porte puis baisse le volet jusqu’à mi-parcours, de sorte à laisser passer de la lumière, mais à empêcher les voyeurs de jeter un œil à ce qui se passe en haut ; même si la seule chose qu’ils pourraient voir serait sa tête dépasser, il ne souhaite prendre aucun risque. Il disparaît ensuite dans son atelier où il choisit plusieurs pinceaux. Roxana lui a apporté le matériel nécessaire, mais ce qu’il a est bien plus approprié. Lorsqu’il la rejoint de nouveau, il pose les pinceaux sur la table, soulève le canapé-lit pour en retirer un drap blanc qu’il place au sol. Par-dessus, il dispose plusieurs oreillers, de sorte à ce que ce soit agréable pour elle et la tire enfin vers son installation de fortune. « Assieds-toi. Mets-toi sur tes genoux. » Loris embrasse son épaule et avance la table de la scène afin d’avoir tout ce qu’il lui faut sous la main. « Il faut que tu tiennes droite. Redresse ton buste. Tes cheveux sur le côté. » ordonne-t-il d’un ton doux, mais ferme et professionnel. Dès lors qu’il s’agit de peinture, la concentration prend le dessus sur le reste. Loris ne visualise plus que son objectif. Mais là, il ne peut pas commencer son art sans réagir. Alors qu’il se positionne juste derrière elle, il murmure : « Merci. Tu n’étais pas obligée de m’en parler, de me donner cette part de toi et tu l’as quand même fait. » Alors qu’ils se connaissent à peine, mais ça ne le choque pas. Lui aussi se sent bien. « J’ose penser que ce n’est pas seulement pour me pousser à peindre. » Il saisit son menton de l’index et l’incite à tourner le visage sur le côté, pour mieux l’observer. « Un jour peut-être, tu me raconteras tout. » Il aimerait qu’elle puisse se sentir davantage en confiance pour tout lui dire, mais ce pas qu’elle vient de faire, c’est énorme. « Si ça te tire trop, à l’avenir, envoie-moi un message, que j’hydrate tes brûlures. » Loris en a conscience. Avec envie, même s’il sait pertinemment qu’il n’a pas le droit, il embrasse ses lèvres du bout des siennes.


Loris & Roxana
Toi, avec des yeux tristes, ne te décourage pas. Oh je réalise, c'est dur de prendre confiance dans un monde plein de gens. Tu peux tout perdre de vue et la noirceur en toi peut te faire te sentir si insignifiant. Montre-moi un sourire puis ne sois pas malheureuse. Si ce monde te rend fou et que tu as pris tout ce que tu pouvais porter. Appelle-moi simplement, parce que tu sais que je serai là. Et je verrai tes vraies couleurs briller.
Revenir en haut Aller en bas
Roxana WilliamsLa jeunesse dorée et éclatante
Roxana Williams
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4980-i-ve-got-no-hand-to-hold-roxan http://www.ciao-vecchio.com/t4983-mad-world-roxana
Faceclaim : Kelly Gale + ©Ealitya
Messages : 274 - Points : 1345
Roxana | Jouons avec la peinture Kelly_Gale_victoriassecret.filminspector.com_8
Âge : 29 ans.
Métier : Serveuse au San Calisto. Elle a du mal, supporte difficilement la clientèle.
Roxana | Jouons avec la peinture Empty
Sujet: Re: Roxana | Jouons avec la peinture ( le Hier à 1:26 )
Roxana hoche la tête à sa demande, se sentant presque coupable d’ainsi lui imposer la situation. Mais c’est également pour elle, qu’elle fait ça. Dépasser ses limites, franchir les murs qu’elle a érigés autour d’elle-même depuis trop longtemps. Loris l’aide beaucoup depuis ce soir où ils se sont rapprochés, et elle a eu envie d’en faire autant pour lui. Peut-être est-ce pousser la chose trop loin, d’ainsi le prendre en otage, de l’exposer face à la chose. Elle le suit du regard alors qu’il dévale les escaliers, résistant à l’envie de se vêtir de nouveau, de se cacher derrière ses vêtements. Mais même ce kimono ne parviendrait plus à la cacher. Même ses pulls de laine épais, ses manteaux de toile informes, rien n’arriverait plus à la camoufler à ses yeux. Alors qu’il revient à l’étage, Roxana sent les battements de son cœur s’accélérer, la jeune femme ayant soudainement parfaitement conscience de sa nudité. Nerveuse, elle le suit du regard alors qu’il dispose un drap sur le sol, puis quelques coussins, et elle hoche la tête en s’approchant de lui, se laissant guider par ses mots. Une fois agenouillée, elle se redresse, glisse les doigts dans ses cheveux pour les laisser tomber sur sa poitrine. Le Loris qu’elle connaît laisse place à un autre homme, plus autoritaire, plus professionnel. Et cette minime ouverture qu’il lui offre sur l’artiste qu’il est l’impressionne.

Puis, lorsqu’il s’adresse de nouveau à elle, d’une voix plus douce, celle qu’elle lui connaît, Roxana senti un frisson lui parcourir l’échine du dos. « J’en ai jamais parlé à qui que ce soit, avant. » Enfin, peut-être à Daya. Mais jamais elle n’est entrée dans les détails. Peut-être parce qu’elles se comprenaient entre elles, deux victimes de la folie de l’homme. Un petit rire fuse d’entre ses lèvres alors que ses lèvres rosissent légèrement, puis elle hausse les épaules avec légèreté. « Non, quand même pas. Ça a peut-être encouragé ma décision de te le montrer aujourd’hui, mais… » Tournant la tête, elle pose son regard vers lui, hésite. « J’ai confiance en toi. » Peut-être a-t-elle tort. Mais, jusqu’ici, jamais il ne lui a donné la moindre occasion de douter de lui. Il l’a aidée à se reconstruire en partie, et elle sera là aussi longtemps qu’il voudra la supporter. « Oui, peut-être. Un jour. » S’il sait désormais les pans généraux de son histoire, il ne sait rien encore des mois de harcèlement. De la lumière qu’avait représentée Brandon, histoire de quelques temps. De cette confiance qu’elle avait placée en lui, de cette trahison qui avait fait d’elle ce qu’elle est aujourd’hui. Une femme incapable de faire confiance à qui que ce soit. À une exception près, apparemment. « Merci… », répond-elle dans un souffle, à son offre. Elle doute de vraiment le faire, mais elle apprécie la suggestion qu’elle devine sincère. Alors qu’il effleure ses lèvres d’un baiser, Roxana ne peut s’empêcher de glisser une main sur sa nuque, l’embrassant avec davantage d’ardeur, laissant sa langue aller à la rencontre de la sienne. Elle se sent tellement vulnérable, a besoin de ce rapprochement comme elle a besoin d’oxygène.



Wise men say only fools rush in but I can't help falling in love with you. Some things are meant to be. Take my hand, take my whole life too for I can't help falling in love with you.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Roxana | Jouons avec la peinture Empty
Sujet: Re: Roxana | Jouons avec la peinture ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Roxana | Jouons avec la peinture -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Galleria Veraci
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut