Revenir en haut
Aller en bas


 

- Sorry seems to be the hardest word to say || Conlina#2 -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Santa Lucia :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Constello AlmaToujours frais après un litre de café
En ligne
Constello Alma
http://www.ciao-vecchio.com/t5211-constello-with-all-the-love-th http://www.ciao-vecchio.com/t5213-constello-it-did-not-went-as-planned
Faceclaim : Alan Cumming @Dante (merci! merci! Merci!) et Rogers (code de signature)
Messages : 3011 - Points : 1365
Sorry seems to be the hardest word to say || Conlina#2 Giphy
Âge : 57 ans [14 janvier 1962]
Métier : Acteur et professeur qui bosse sur son premier lvre
Sorry seems to be the hardest word to say || Conlina#2 Empty
Sujet: Sorry seems to be the hardest word to say || Conlina#2 ( le Mer 5 Juin - 21:41 )
C’était Celian qui m’avait prévenu que ma fille avait été amené à l’hôpital après une chute de pression devant les paparazzis. Non mais ce qu’ils pouvaient être cons ces vautours. Toute sa vie, j’avais fait des efforts monstres pour ne pas que les journalistes lui tournent autour : je ne la mentionnais que très rarement dans mes entrevues malgré le fait qu’elle était ma plus grande fierté… Mais voilà qu’ils s’en prenaient à elle dans un moment où elle était justement plus sensible qu’en d’autres circonstances : elle était enceinte de presque neuf mois de jumeaux. Dans le dernier droit de sa maternité.

Ils n’étaient pas les seuls à blâmer.
Et j’en avait profité pour merder.
Pas juste un peu.
J’avais sérieusement merdé.

Pour toutes les fois où je m’étais montré à la hauteur, j’avais décidé de redonner au centuple ce qui était attendu par ma fille dans le négatif. Elle avait déjà mal pris l’annonce de notre divorce à Lucia et à moi. Il y avait presque un mois et demi que nous n’avions pas échangé le moindre mot. Un triste record quand on savait combien proche de ma fille j’étais. Le problème, c’est que je tournais en boucle depuis presque deux semaines ce que je lui devais comme explication supplémentaire. Il me semblait que le vidéo en quelque sorte complétait ce que j’avais dit au spa : je n’avais pas su être fidèle à Lucia pour la simple et bonne raison que je ne pouvais pas lui être fidèle parce qu’elle ne pouvait pas combler mes désirs. Peut-être qu’elle l’avait compris avec les années…

Tout ça pour en venir à ce matin-là. Un message de Celian m’avait confirmé qu’elle était rentrée chez elle et qu’elle était seule à la maison. J’avais pris mon courage à deux main et j’avais décidé que j’étais celui qui allait faire le premier pas pour… Je n’étais même pas certain du terme qu’il fallait ici employé : m’excuser ? Non. Je n’avais pas nécessairement besoin de m’excuser de quoi que ce soit. M’expliquer ? Je n’avais pas non plus l’impression d’être celui qui avait à rendre des comptes. C’était peut-être le côté égocentrique qui découlait de la secousse sismique qui secouait mon univers. Mais mes nerfs à fleurs de peau épuisés par l’acharnement des médias ne croyait plus que j’avais à m’excuser d’avoir été surpris.

C’était peut-être simplement le fait que je m’habituais deux jours après la fin du tournage et ma crise dans ma loge devant Salvatore à l’idée que j’étais maintenant définitivement sorti de mon placard.

J’étais passé à la petite boulangerie végétalienne que je fréquentais. J’avais ramassé des croissants. J’étais également passé chez le fleuriste pour lui ramasser des fleurs. J’avais mis le cap vers chez elle. Je sonnais en espérant sincèrement qu’elle accepterait de me recevoir. Quand l’interphone décrocha, je demandais d’une voix douce de laquelle transparaissait mon inquiétude : « Peux-tu m’ouvrir, princesse… Je crois que l’on doit parler. »



   
Defying Gravity
♛ Something has changed within me. Something is not the same. I'm through with playing by the rules of someone else's game. Too late for second guessing, Too late to go back to sleep. It's time to trust my instincts, close my eyes and leap. It's time to try.
Revenir en haut Aller en bas
Adelina Alma10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Adelina Alma
http://www.ciao-vecchio.com/t2209-il-faut-avancer-ne-jama http://www.ciao-vecchio.com/t2210-adelina-alma
Faceclaim : Louise Brealey + ran94(avatar), .plùm(sign), tumblr + sherlollyresources(gifs)
Messages : 7682 - Points : 3635
Sorry seems to be the hardest word to say || Conlina#2 Tumblr_puo95edz7m1r9p3hpo4_400
Âge : 37 ans (18/07/1982)
Métier : Directrice/Animatrice en centre de loisirs
Sorry seems to be the hardest word to say || Conlina#2 Empty
Sujet: Re: Sorry seems to be the hardest word to say || Conlina#2 ( le Dim 23 Juin - 19:47 )
Elle était rentrée de l’hôpital récemment, pas de trace de journalistes, ils avaient dû retenir la leçon, elle allait accoucher dans moins d’un mois, il fallait qu’elle se ménage, elle était seule chez elle, elle n’attendait personne, mais il y a toujours une chance pour recevoir une visite imprévue. Ce fut le cas aujourd’hui, et c’était son père, il ne manquait plus que lui, elle alla lui ouvrir et prit les fleurs. « Ne m’appelle pas princesse. » D’habitude ça ne la gênait pas, mais en ce moment elle était blessée par ce qui se passait avec son père elle le fit entrer ça ne servait à rien de retarder l’inévitable, ils devaient avoir cette conversation depuis quelques temps déjà. Il avait même pensé aux croissants, c’était bien son père, penser à chaque détail. « Ne crois pas que je vais te pardonner toute de suite tes actes, mais je suis prête à t’écouter. » Elle savait au fond, qu’un jour, elle lui pardonnerait, mais c’était encore un peu tôt, elle ne l’avait pas revu depuis leur séance de spa, qu’elle avait abrégé après l’aveu de son père. « J’ai besoin d’avoir des réponses, depuis combien de temps tu as cessé d’aimer maman et pourquoi être resté, vu que de toute évidence, tu préfères les hommes. » En y pensant vu certaines attitudes de son père, elle aurait dû capter depuis le temps, mais pour elle ça avait été normal. « Juste pour savoir tu n’as pas d’autres enfants à part moi ? » On ne sait jamais si ça se trouve, il avait eu des liaisons avec d’autres femmes, aujourd’hui, elle s’attendait à tout avec son père. En tant qu’hôtesse, elle lui amena quelque chose à boire. Elle avait un peu de mal à se détendre en présence de son père alors qu’avant elle avait toujours été proche de lui, mais vu la situation la confiance avait pris un coup.


Adelian
« uc. »
Revenir en haut Aller en bas
Constello AlmaToujours frais après un litre de café
En ligne
Constello Alma
http://www.ciao-vecchio.com/t5211-constello-with-all-the-love-th http://www.ciao-vecchio.com/t5213-constello-it-did-not-went-as-planned
Faceclaim : Alan Cumming @Dante (merci! merci! Merci!) et Rogers (code de signature)
Messages : 3011 - Points : 1365
Sorry seems to be the hardest word to say || Conlina#2 Giphy
Âge : 57 ans [14 janvier 1962]
Métier : Acteur et professeur qui bosse sur son premier lvre
Sorry seems to be the hardest word to say || Conlina#2 Empty
Sujet: Re: Sorry seems to be the hardest word to say || Conlina#2 ( le Dim 23 Juin - 22:10 )
Je n’avais même pas besoin de regarder ma fille pour savoir qu’elle avait vu la vidéo et que le lien de confiance que j’avais pris des années à concevoir avec elle avait été cruellement brisée lorsqu’elle avait compris. Sans vouloir donner un point à Celian, il avait raison que les secrets étaient vraiment ce qui pouvait détruire une famille. Je m’en voulais que ce soient mes propres conneries qui aient fait autant de ravage. J’hochais toutefois la tête lorsqu’elle me dit de ne pas l’appeler ma princesse. Je me mordis doucement la lèvre inférieure. Je lui tendis la boîte de croissant et l’observais doucement en sentant la colère dans sa voix. « Je ne m’attends pas exactement à ce que tu me pardonnes toute suite… Ça a pris un temps à Lucia pour qu’elle comprenne, accepte et me pardonne. » dis-je avec un petit sourire triste. Je l’avais dit à la séance de spa presque un mois plutôt, nous nous séparions d’un commun accord sans qu’il n’y ait la moindre trace d’animosité entre sa mère et moi.

J’écoutais la liste des questions de ma fille et je sentis doucement mes mains moites raffermir leurs grippes sur mon chandail. Je ne savais même pas par où commencer. La question me semblait plus compliqué que ce qu’elle voulait bien croire. Je la suivis vers le salon et je pris ma place de l’autre côté avec un verre dans les mains. « Cette question est un peu plus complexe que de cesser d’aimer ta mère. » Je ne voulais pas avoir l’air d’éviter de répondre à la question. Pourtant, c’était en un certain sens ce que je faisais. J’avais l’impression qu’il fallait rajouter du contexte pour que toute réponse que j’amènerais ne puisse la satisfaire. « Ta mère reste ma meilleure amie et j’ai pour elle une affection certaine. Nous avions à peine dix-neuf ans quand nous t’avons fait. C’était notre première fois à tous les deux. Autres temps, autres mœurs. Nous nous sommes mariés parce que ta mère était enceinte… Je l’aimais comme une amie, mais je ne l’ai jamais aimé comme tu aimes Celian. » Ce qui était une évidence pour ma fille n’en avait pas été une pour moi pendant longtemps. Les mots semblaient sortir dans le désordre pour répondre à ses questions : « J’ai trompé ta mère avec des trois femmes… des prostituées pendant les trois premières années de notre mariage, parce que j’avais la petite vingtaine et que je ne voulais pas admettre que… » L’évidence se coinça dans ma gorge. « j’étais… » je secouais la tête réalisant automatiquement que ce n’était pas le bon temps de verbe. Je n’avais jamais cessé de l’être. « que je suis homosexuel. Une d’entre elle est tombée enceinte et ne me l’a pas dit avant très récemment. Tu as donc un demi-frère de trente-cinq ans… conçu quelques semaines avant que je tombe dans les bras d’un homme pour la première fois. Je n’ai plus jamais trompé ta mère avec une femme depuis un peu plus de trente-six ans. » Je n’osais plus lever les yeux de la pointe de mes chaussures. Le poids de la honte me rattrapait. Les raisons pour lesquelles j’étais resté quant à elle se bousculaient dans ma tête : « Je suis resté au début parce que tu étais là et que mes parents m’avaient convaincu que d’avoir tes deux parents seraient bien pour ton développement. Et je ne me serais pas vu manqué tes premiers pas, ta première rentrée scolaire. Tu es la meilleure chose qui me soit arrivé Adelina. » murmurais-je doucement. La question n’était pas bien posée selon moi, c’était pourquoi j’avais choisi de partir. « Je te l’ai dit mais j’ai épousé ma meilleure amie. J’ai longtemps réussi à me convaincre que mon mariage avec ta mère pouvait me rendre heureux… mais j’étais en train de… » mais ma voix se cassa. Je ne voulais pas lui parler de ma tentative de suicide mais c’était essentielle pour qu’elle comprenne que je n’arrivais plus à rester.



   
Defying Gravity
♛ Something has changed within me. Something is not the same. I'm through with playing by the rules of someone else's game. Too late for second guessing, Too late to go back to sleep. It's time to trust my instincts, close my eyes and leap. It's time to try.
Revenir en haut Aller en bas
Adelina Alma10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Adelina Alma
http://www.ciao-vecchio.com/t2209-il-faut-avancer-ne-jama http://www.ciao-vecchio.com/t2210-adelina-alma
Faceclaim : Louise Brealey + ran94(avatar), .plùm(sign), tumblr + sherlollyresources(gifs)
Messages : 7682 - Points : 3635
Sorry seems to be the hardest word to say || Conlina#2 Tumblr_puo95edz7m1r9p3hpo4_400
Âge : 37 ans (18/07/1982)
Métier : Directrice/Animatrice en centre de loisirs
Sorry seems to be the hardest word to say || Conlina#2 Empty
Sujet: Re: Sorry seems to be the hardest word to say || Conlina#2 ( le Jeu 1 Aoû - 13:52 )
« J’ai du mal à comprendre comment maman a pu te pardonner toute cette mascarade, je n’en suis même pas sûr d’en être capable. » Elle admirait sa mère pour ça, si ça se trouve elle s’y attendait depuis des années. Comment Adelina n’a pas pu voir ce qui allait se passer ? Elle était bien trop naïve et elle s’en voulait. Elle devait écouter son père, avoir des explications, elle voulait tout savoir maintenant, elle n’en pouvait plus d’être dans l’ignorance. « Bon d’après ce que je comprends, j’ai gâché ta vie, si tu avais été honnête tu aurais assumé, tu ne serais pas resté avec maman, c’est lâche ce que tu as fait. » Dire qu’elle n’était pas du genre à faire ce genre de remarque, mais bon il fallait bien qu’il comprenne. C’est beau l’amitié, mais ce n’est pas comme être amoureux, d’accord avec Celian ça avait commencé par de l’amitié et ça s’était transformé en une véritable histoire d’amour. Leurs histoires n’étaient pas du tout comparables, maintenant elle avait besoin d’en savoir plus. Plus elle écoutait et plus c’était pire, elle devait rester détendu dans son état, mais ça restait dur. « Il y a des Psychiatres, si tu te cherchais, on est comme on est, je l’aurai accepté. » La jeune femme aurait apprécié un peu de franchise, surtout qu’elle n’était plus une petite fille depuis longtemps. La révélation suivante était explosive, elle ne s’était pas attendue à ce que ce soit possible, même si elle n’avait pas ignoré le fait que ça avait été possible. « Alors comme ça, j’ai un demi-frère, dis-moi son nom, j’ai besoin de savoir qui sait. Puis que tu es trompé maman avec des hommes ou des femmes, c’est dur pareil au même de la trahison. » Elle était curieuse de savoir qui était son frère, elle avait toujours voulu avoir des frères et sœurs, mais pas comme ça. C’est bizarre, elle avait un drôle de pressentiment, si ça se trouve, elle l’avait déjà rencontré, non ce serait une drôle de coïncidence. Bon son père semblait déjà assez mal comme ça, peut être qu’elle devrait être plus douce avec lui, il devait en souffrir lui-même. « Je sais que tu m’aimes papa, mais il ne faut pas s’occuper des autres, c’est tes choix qui comptent, puis tu sais que j’aurai pu accepter la vérité. » Après tout elle avait vécu des moments difficiles, elle avait appris à encaisser avec le temps. « Mais tu t’es voilé la face, on fait tous des erreurs, mais il faut avancer, c’est que j’ai compris quand j’étais au lycée. » Notamment avec sa tentative de suicide, qu’elle n’aimait pas évoquer. « Merci de m’avoir tout dit, c’est dur, mais au moins il n’y a plus de secrets. » Elle ne lui pardonnerait pas tout, tout de suite, mais elle était prête à lui parler à nouveau.


Adelian
« uc. »
Revenir en haut Aller en bas
Constello AlmaToujours frais après un litre de café
En ligne
Constello Alma
http://www.ciao-vecchio.com/t5211-constello-with-all-the-love-th http://www.ciao-vecchio.com/t5213-constello-it-did-not-went-as-planned
Faceclaim : Alan Cumming @Dante (merci! merci! Merci!) et Rogers (code de signature)
Messages : 3011 - Points : 1365
Sorry seems to be the hardest word to say || Conlina#2 Giphy
Âge : 57 ans [14 janvier 1962]
Métier : Acteur et professeur qui bosse sur son premier lvre
Sorry seems to be the hardest word to say || Conlina#2 Empty
Sujet: Re: Sorry seems to be the hardest word to say || Conlina#2 ( le Sam 10 Aoû - 15:41 )
Il y avait dans cette histoire des non-dits qui resteraient probablement associés à ce mystère. Elle peinait à comprendre comment Lucia avait pu me pardonner sans comprendre que sa mère avait su avant que je ne lui dise et qu’elle avait aussi ces habitudes. Je me raidis lorsqu’elle répéta qu’elle avait gâché ma vie alors que je refusais de voir la situation de cette manière. Je savais que j’avais été lâche. Je savais que le milieu artistique ne pardonnait pas nécessairement aisément ce genre de sortie du placard. Je serais probablement resté avec Lucia pour l’image médiatique, dans un couple ouvert plutôt que de prétendre au bonheur dans un couple devenu d’une platitude désespérante. J’écoutais sans parler ses conseils sur le fait d’aller consulter si je me cherchais et je baissais les yeux avec une honte amère au fond de ma gorge.

Sa mère savait ma détresse depuis au moins quatre ans elle l’avait réalisé avant que moi je ne remarque son omniprésence dans ma tête. Un psychiatre, j’en avais un depuis presque sept mois, depuis cette deuxième fois où j’avais attenté à ma vie par désespoir ce que ma fille ne savait pas.

Des larmes étaient immobiles dans mes yeux. Incapable de prononcer les mots. Je préférais pour une rare fois les poser dans ma tête pour ne pas que cette mention de ce mensonge de peur de fondre en larme comme un hystérique devant cet aveu : Je me mordillais doucement l’intérieur de la joue lorsqu’elle demanda qui était le demi-frère que je lui avais fait. Je relevais vers elle des yeux empreint d’une certaine douceur murmurant : « Il s’appelle Jack Delaney, il est médecin légiste. » dis-je sachant que je rompais ici une promesse que j’avais faite à Jack : qu’on lui en parlerait à deux quand elle serait devenue mère. Je me contentais de ces informations générales sans oser glisser plus dans les détails alors qu’elle glissait sur le sujet de ne pas s’occuper uniquement des autres.

Mes idées un peu mieux structurées dans ma tête, calmant cette sourde colère qui me donnait envie crier malgré tout, j’optais pour ramener sur le tapis les sujets désordonnés de cette conversation. « Il m’a fallu longtemps pour admettre que le choix que j’ai fait de rester avec ta mère malgré le fait que je me savais homosexuel n’était pas le bon pour ma propre santé mentale. Je crois sincèrement que si ta mère m’a pardonné, c’est qu’elle a vu au-delà du fait que j’étais probablement le pire des maris derrière la porte close de notre maison. Elle a vu cette noirceur qui s’est installée dans ma tête au fur et à mesure des années et que je n’ai pas voulu que tu vois, princesse. Je suis allé consulté après ma deuxième tentative de suicide. » J’ai senti le mot m’échapper comme un murmure. À peine audible. Il fallait qu’elle comprenne que de jouer carte sur table ne se faisait pas impunément dans mon cas. Ni sa mère, ni moi n’avions parlé de mes idées noires devant elle, de cette médication que je prenais parce que je savais que j’étais à risque. « Il m’a fallu beaucoup d’heure de thérapies pour admettre que ce choix était en train de me tuer. » même si c’était aussi un choix, un choix qui trahissait une douleur indescriptible et invisible que je savais que ma fille connaissait. « Ce n’était pas comme ça que je voulais que tu apprennes tout ça et surtout pas alors que tu es enceinte. Merci de ta compréhension, ma grande. » murmurais-je doucement



   
Defying Gravity
♛ Something has changed within me. Something is not the same. I'm through with playing by the rules of someone else's game. Too late for second guessing, Too late to go back to sleep. It's time to trust my instincts, close my eyes and leap. It's time to try.
Revenir en haut Aller en bas
Adelina Alma10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Adelina Alma
http://www.ciao-vecchio.com/t2209-il-faut-avancer-ne-jama http://www.ciao-vecchio.com/t2210-adelina-alma
Faceclaim : Louise Brealey + ran94(avatar), .plùm(sign), tumblr + sherlollyresources(gifs)
Messages : 7682 - Points : 3635
Sorry seems to be the hardest word to say || Conlina#2 Tumblr_puo95edz7m1r9p3hpo4_400
Âge : 37 ans (18/07/1982)
Métier : Directrice/Animatrice en centre de loisirs
Sorry seems to be the hardest word to say || Conlina#2 Empty
Sujet: Re: Sorry seems to be the hardest word to say || Conlina#2 ( le Ven 6 Sep - 12:37 )
Elle aurait préféré apprendre tout ça, il y a des années, dans son état actuel, ce n’était pas ce qui convenait le mieux, elle était proche de son accouchement et ne devait pas subir trop de stress, à cause de son souci de tension qu’elle avait eu l’autre jour, mais bon le fait de ne pas régler cette histoire la stressait encore plus. Par conséquent, elle préférait savoir la vérité maintenant, c’était sans doute une bonne que son père ait décidé de passer pour lui parler. Elle apprit rapidement qu’elle avait un demi-frère et elle fut surprise de découvrir son identité. Elle comprenait mieux maintenant, ce n’était pas un hasard si elle avait rencontré Jack dans ce café, il devait savoir, c’est pour ça aussi qu’elle s’était sentie en confiance avec lui, c’était son frère. D’un côté, elle était heureuse, elle n’était plus fille unique, mais elle aurait aimé que Jack lui dise la vérité, car elle était à présent convaincu que le médecin légiste savait la vérité, elle ne lui en voulait pas surtout qu’elle était au courant qu’il avait vécu des moments difficiles notamment avec la disparition de sa fille. « Jack Delaney, j’essayerai de le rencontrer. » Elle était en train de mentir à son père, elle ne tenait pas à lui dire qu’elle l’avait rencontré, pour le moment ce n’était pas le plus important. Elle écoutait son père, sa détresse, il fallait qu’elle l’écoute, après tout lui aussi avait souffert longtemps. Quand son père évoqua sa deuxième tentative de suicide les larmes lui montèrent aux yeux. « Pourquoi tu ne m’as pas parlé de tes tentatives de suicides ? J’aurai pu t’aider, tu sais très bien que j’ai connu ça, cette envie de mettre fin à ma vie, j’aurai pu te comprendre. » Elle devait se calmer, ce n’était pas bon pour elle de se mettre dans de telles états, mais c’était difficile de se contenir. « Maman te connait bien, je pense qu’elle voulait aussi te protéger. » Si sa mère connaissait la vérité, elle avait décidé de se sacrifier, peut être que ça lui convenait, un jour, elle aurait une discussion avec elle. « Tu es mon père, je ne vais pas te rejeter, je t’aime papa, même si je t’en veux encore. » Elle le prit dans ses bras, la famille c’était sacré, c’est ce qu’elle disait souvent à son petit ami. « Puis je vais avoir besoin de toi, je crois que les jumeaux vont avoir besoin de leur grand-père. » Il allait faire partie de la vie de ses petits-enfants, c’était normal, c’était son père, malgré ses erreurs, il avait toujours été la pour elle.


Adelian
« uc. »
Revenir en haut Aller en bas
Constello AlmaToujours frais après un litre de café
En ligne
Constello Alma
http://www.ciao-vecchio.com/t5211-constello-with-all-the-love-th http://www.ciao-vecchio.com/t5213-constello-it-did-not-went-as-planned
Faceclaim : Alan Cumming @Dante (merci! merci! Merci!) et Rogers (code de signature)
Messages : 3011 - Points : 1365
Sorry seems to be the hardest word to say || Conlina#2 Giphy
Âge : 57 ans [14 janvier 1962]
Métier : Acteur et professeur qui bosse sur son premier lvre
Sorry seems to be the hardest word to say || Conlina#2 Empty
Sujet: Re: Sorry seems to be the hardest word to say || Conlina#2 ( le Sam 14 Sep - 15:00 )
J’avais intention de jouer carte sur table auprès de ma fille à partir d’aujourd’hui. Je savais que la confiance était un lien fragile. Qu’il ne fallait pas nécessairement de grands vents sur l’océan de nos relations pour venir rompre ce fil de soie qui avait été tissé avec amour au fil de ces moments-clés de l’existence. Mais je ne pouvais pas nécessairement revenir en arrière pour parler de ces mille fois ou j’aurais pu lui dire mais que j’avais choisi de me taire. Tout comme j’ai choisi d’ignorer doucement le mensonge blanc qu’elle me racontait en prétendant qu’elle n’avait jamais rencontré Jack. Je le savais de par la rencontre que j’avais eu avec lui. Je me contentais de rajouter simplement : « Il voulait être avec moi quand je te parlerais de notre lien. »

Si elle voulait son jardin secret, j’allais le respecter parce que j’avais construit le mien avec des années et que je ne l’avais pas laissé entrer avant aujourd’hui. Je n’arrivais pas à lever les yeux pour la regarder en mentionnant le fait que par deux fois j’avais voulu mourir : au point d’en avoir un plan, au point d’en avoir en tête une méthode d’évasion que j’avais mise en place… Je savais que de tel propos lui ferait un choc que je ressentais dans ses questions. Je ne voulais pas lui causer de la détresse mais si je voulais être honnête, je ne pouvais pas passer sous silence le fait que j’avais cherché à fuir plutôt que d’affronter cette tempête médiatique qui l’avait frappé comme un dommage collatéral : « Tu étais au début de ta grossesse et j’avais… j’ai honte… J’avais l’impression qu’il n’y avait aucun moyen pour que je puisse sortir du placard sans tout détruire et que personne ne comprendrait pourquoi j’ai gardé ma langue aussi longtemps. » Parce que j’aimais mon travail et que je savais que ce changement dont j’avais besoin pourrait fort probablement me couter ma carrière, venir ravager ce que j’avais pris des années à construire. Cet argent que j’avais investi pour devenir producteur exécutif, ce temps et cet amour que j’avais investi dans mon art. Elle avait eu vent des propos dur tenus dans les médias mais peut-être pas de ma voiture vandalisée. Les contre-coups d’un tel scandale pouvaient être immense dans mon cas. Et je n’étais pas certain que j’en verrais le bout. Je savais que Kalisha faisait un travail de titan pour contrecarrer les effets de l’ouragan.

La discussion dériva doucement vers sa mère qui avait sans doute voulu me protéger. Je pense qu’elle avait davantage cette complicité entre elle et moi. Elle m’avait vu au plus mal, incapable de parler pendant des jours parce que ce mal de vivre profond me dévorait. Mais elle avait toujours été présente avec un bon verre de vin à la main pour me tenir compagnie. « C’est surtout que ta mère est une femme extraordinaire. Probablement la femme de ma vie enfin… même si… » Je laissais voler la phrase dans le vide intersidéral : même si nous n’avions jamais été sur la même longueur d’onde dans la chambre à coucher, même si je savais depuis longtemps qu’elle ne pourrait jamais me combler, même si je voulais finir ma vie avec un prince charmant.

Néanmoins quand elle passa par-dessus sa colère pour me prendre dans ses bras je sentis un grand soulagement. Celui que j’avais voulu ressentir quand j’avais reçu l’appel de mes parents. Elle n’allait pas me rejeter comme eux. Mes yeux étaient plein de larmes immobile : « Je t’aime ma princesse… Et je suis fier de la femme que tu es devenue. » dis-je avec un petit sourire. Je n’avais pas manqué son éducation. J’avais au moins pu me montrer assez important pour qu’elle ne me chasse pas sans cérémonie de sa vie pour celui (ou ceux) que j’aimais. « Je te jure que je vais faire de ton mieux pour regagner ta confiance, ma princesse et m’assurer de gâter les jumeaux plus que nécessaire. D’ailleurs, comment se portent-ils ? Veux-tu un massage de pied ?»



   
Defying Gravity
♛ Something has changed within me. Something is not the same. I'm through with playing by the rules of someone else's game. Too late for second guessing, Too late to go back to sleep. It's time to trust my instincts, close my eyes and leap. It's time to try.
Revenir en haut Aller en bas
Adelina Alma10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Adelina Alma
http://www.ciao-vecchio.com/t2209-il-faut-avancer-ne-jama http://www.ciao-vecchio.com/t2210-adelina-alma
Faceclaim : Louise Brealey + ran94(avatar), .plùm(sign), tumblr + sherlollyresources(gifs)
Messages : 7682 - Points : 3635
Sorry seems to be the hardest word to say || Conlina#2 Tumblr_puo95edz7m1r9p3hpo4_400
Âge : 37 ans (18/07/1982)
Métier : Directrice/Animatrice en centre de loisirs
Sorry seems to be the hardest word to say || Conlina#2 Empty
Sujet: Re: Sorry seems to be the hardest word to say || Conlina#2 ( le Jeu 3 Oct - 18:56 )
« Je préfère le savoir maintenant. » Elle ne tenait pas à se retrouver en pleine réunion de famille en étant la dernière à savoir la vérité. Elle appréciait Jack, elle avait senti qu’il y avait une espèce de lien entre eux, mais elle ne se serait jamais douté qu’il s’agissait son demi-frère, son petit frère. A présent elle comptait bien lui dire qu’elle était au courant dans les prochains mois et elle essayerait aussi de bâtir une relation familiale solide, lui montre qu’elle l’acceptait qu’il faisait parti de la famille, même si elle venait à peine de le rencontrer, elle se sentait en confiance avec lui.

Tout ce qu’elle apprenait aujourd’hui était surprenant, elle ne comprenait pas que son père ne lui a pas parlé des tentatives de suicide, ça lui faisait mal, elle était sa fille, elle avait le droit de savoir. « Il faut arrêter de se servir de l’excuse de ma grossesse, je ne suis pas en sucre, je n’ai pas besoin d’être surprotéger. Au contraire me mentir, me cacher ce genre de choses c’est pire, surtout quand les journalistes viennent me pourrir après, je crois que Celian aurait été capable de les frapper. » Heureusement pour elle son petit ami avait été raisonnable, il s’était contenté de leur parler et ça avait dû les dissuader, elle ne savait pas réellement ce qui s’était passé, vu qu’elle s’était réveillée ensuite à l’hôpital. Ah ces journalistes, elle espérait que ça n’allait pas nuire à la carrière de son père, elle savait que c’était important pour lui. Pourquoi ça aurait des conséquences, cela ne changeait rien au talent de son père, mais elle avait appris que les gens pouvaient se montrer cruel pour n’importe quoi.

C’était bizarre que son père dise que sa mère était la femme de sa vie, c’était sûrement dans le sens meilleure amie. Elle connaissait leur histoire, maintenant un peu mieux les choses, chacun pourrait continuer sa vie chacun de son côté, pour sa part, elle avait la chance de ne pas vivre la même chose que ses parents. Ce qu’il y avait entre elle et Celian, c’était le véritable amour. Elle avait dû hériter de la sensibilité de son père, elle lui ressemblait, en fait elle avait les caractéristiques de ses deux parents. « Parfois j’ai fait des erreurs, mais depuis que j’ai retrouvé Celian, je suis vraiment heureuse. » Disons qu’avant sa vie amoureuse était chaotique, même si elle n’a jamais raconté à ses parents qu’un de ses ex s’était montré violent. « N’en fait pas des enfants pourris gâtés, les jumeaux sont très actifs, mais je vais bien, pour le moment j’ai juste besoin de me reposer, il vaut mieux que tu rentres. » Ces derniers temps, elle était de plus en plus fatigué, elle avait juste besoin de repos.


Adelian
« uc. »
Revenir en haut Aller en bas
Constello AlmaToujours frais après un litre de café
En ligne
Constello Alma
http://www.ciao-vecchio.com/t5211-constello-with-all-the-love-th http://www.ciao-vecchio.com/t5213-constello-it-did-not-went-as-planned
Faceclaim : Alan Cumming @Dante (merci! merci! Merci!) et Rogers (code de signature)
Messages : 3011 - Points : 1365
Sorry seems to be the hardest word to say || Conlina#2 Giphy
Âge : 57 ans [14 janvier 1962]
Métier : Acteur et professeur qui bosse sur son premier lvre
Sorry seems to be the hardest word to say || Conlina#2 Empty
Sujet: Re: Sorry seems to be the hardest word to say || Conlina#2 ( le Sam 5 Oct - 15:57 )
J’avais bien conscience que de jouer carte sur table était la meilleure des options. Mais j’aurais voulu être en mesure d’offrir à mes deux enfants ce qu’ils voulaient. Je ne voulais pas nécessairement les forcer à se retrouver invité de manière spontanée à un souper familial sans savoir toute la teneur du lien qui se cachait dans cette histoire. J’aurais voulu avoir le temps de pouvoir réparer comme il le fallait ces erreurs du passé.

Je n’avais pas intention de me trouver dans une engueulade avec ma princesse mais je n’avais pas non plus l’intention de me justifier indéfiniment sur les raisons qui m’avait poussé à cacher l’étendue de ma dépression. Quand j’avais cherché à en finir la deuxième fois, elle était encore au début de sa grossesse et un gros choc nerveux aurait pu faire du tort aux bébés… Et je n’avais pas l’intention de m’excuser d’avoir chercher à protéger mes petits-enfants et ma fille, même si elle croyait que c’était de la considérer comme en sucre. Cacher mes tentatives de suicide, c’était essentielle pour que je puisse me protéger le temps de me reconstruire une santé mentale, un minimum de santé psychologique. Néanmoins, je la rassurais « Je n’ai plus l’intention de te cacher des choses du genre… Et je tenterais de m’assurer que plus jamais Celian n’ait à en arriver à presque frapper un journaliste. ». Un petit sourire presque moqueur transparaissait sur mes lèvres. Bah oui, il avait gagné un point d’estime dans mon cœur de beau-père. Au nombre de fois où je m’étais surpris à avoir envie de me laisser aller à cette basse pulsion de violence.

Je la regardais avec douceur lorsqu’elle me dit qu’elle faisait des erreurs mais qu’elle était plus heureuse avec son homme à ses côtés : « Faire des erreurs est normal. C’est ce qui nous rend humain ma belle. Mais tant que tu es heureuse, c’est tout ce qui compte. ». On sous-estimait souvent l’importance du bonheur, son essentielle contribution à un esprit sain dans un corps sain. Même si je gardais une méfiance envers son amoureux, je me doutais qu’il la rendait heureuse.

Je souris doucement lorsqu’elle me conseilla de ne pas en faire des enfants pourris gâtés : « Tes grands-parents t’ont également gâté et tu ne me priveras pas du privilège de les couvrir de petits trésors et de leur mettre des étoiles plein les yeux. » dis-je avec un air faussement outré. Même si mes parents n’avaient pas aimé que je devienne père aussi jeune, ils l’avaient gâté. Je me levais du fauteuil et après l’avoir à nouveau pris dans mes bras, je lui souhaitais : « C’est une bonne nouvelle qu’il soit en forme… Repose-toi et si jamais tu as besoin de quoi que ce soit… Sache que je suis là. ». Je ramassais mes affaires et sortit de nouveaux à l’extérieur, satisfait d’avoir remis les pendules à l’heure avec ma fille.



   
Defying Gravity
♛ Something has changed within me. Something is not the same. I'm through with playing by the rules of someone else's game. Too late for second guessing, Too late to go back to sleep. It's time to trust my instincts, close my eyes and leap. It's time to try.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sorry seems to be the hardest word to say || Conlina#2 Empty
Sujet: Re: Sorry seems to be the hardest word to say || Conlina#2 ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Sorry seems to be the hardest word to say || Conlina#2 -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Santa Lucia :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut